Navigation – Plan du site
Femmes migrantes et travail en France

Femmes, migration et marché du travail en France

Femmes, migration et marché du travail en France
Sabah Chaïb
p. 211-237

Texte intégral

  • 1   Maruani Margaret, « L'emploi féminin à l'ombre du chômage », in Problèmes Economiques, n° 2539, 2 (...)
  • 2    Les données de cet article sont issues d'un travail de synthèse portant sur Les facteurs d'inser (...)

1La question du travail des femmes en France a émergé en tant qu'objet de lutte sociale pour les mouvements féministes et progressivement en tant qu'objet d'étude dans les sciences sociales à la fin des années 1960. la mise en place d'institutions et de législations ayant trait à cette question ne parviennent pas pour autant à lutter contre les remises en cause du droit au travail des femmes décelables aujourd'hui au travers d'un certain nombre d'indicateurs tels que le chômage et le travail à temps partiel1. Le travail des femmes a le mérite de mettre au cœur de la pensée sociologique la question des rapports sociaux de sexe, mais la problématique des rapports de classe qui transcende « les classes de sexe » reste à approfondir, voire à s'enrichir d'un sous-thème, les rapports en terme « d'ethno-classe ». En effet, la théorie de la segmentation du marché entre un marché primaire plus spécifiquement masculin (emplois stables et protégés) et un marché secondaire plus spécifiquement féminin (emplois instables et non protégés) fournit une explication quant à la répartition des places occupées sur le marché du travail selon les déterminations de sexe, mais la bipolarisation de l'emploi féminin tend elle-même à induire une segmentation des marchés du travail entre d'un coté, le développement d'emplois qualifiés et protégés, de l'autre, le développement d'emplois de services peu qualifiés et non protégés. Dans ce contexte, la question du travail des femmes immigrées est pertinente pour éclairer l'évolution de l'emploi féminin à la fois dans ses déterminants généraux et spécifiques (segmentation des marchés du travail, différentiations opérées entre catégories de main d'œuvre). Aussi, interrogerons-nous dans cet article2 les difficultés éprouvées par les sciences sociales de constituer cet objet social en objet d'étude.

Une construction problématique de l'objet d'étude « femmes immigrées et marche du travail »

Femmes immigrées en Europe et marché du travail : nouveauté ou intérêt marginal ?

  • 3   Halimi Gisèle, Plaidoyer pour l'égalité, Strasbourg, Conseil de l'Europe, 1995 ; Conseil de l'Eur (...)
  • 4   de troy Colette, Les femmes migrantes et l'emploi, Rapport pour la Commission Européenne, 1987 ; (...)

2Les femmes immigrées suscitent un intérêt croissant de la part des instances européennes. Documents de synthèse et de réflexion se multiplient depuis les années quatre-vingt. Les derniers datent de l'année 1995 et émanent du Conseil de l'Europe (publication d'un séminaire sur l'intégration des femmes immigrées en Europe) ou encore de Gisèle Halimi, députée européenne, ayant consacré un chapitre sur les femmes immigrées dans son ouvrage portant sur la situation des femmes en Europe – ouvrage publié par le Conseil de l'Europe faut-il préciser3. Si ces travaux abordent plusieurs thèmes de façon générale (logement, emploi, formation, langue, etc.), il faut souligner cependant que peu de travaux sont consacrés spécifiquement et en profondeur, à l'étude de l'insertion de ces femmes dans le marché du travail : Colette de Troy, auteur d'un rapport pour la Commission européenne sur cette question, notait qu'en 1987 cela constituait une nouveauté. De même, pour Mirjana Morokvasic s'agissant des femmes immigrées chefs d'entreprises en Europe4.

  • 5   OCDE, «  Conférence à haut niveau sur l'Emploi des Femmes », in Rapports nationaux : Les femmes s (...)

3Nouveauté ou intérêt marginal suscité par cet objet ? Au niveau de l'OCDE, une Conférence portant sur l'emploi des femmes tenue en 1980 posait la question des femmes immigrées sur le marché du travail5; en 1982, un groupe de travail se constituait autour des questions des migrations et particulièrement « des femmes migrantes » ; en 1984, un rapport sur l'intégration des femmes dans l'économie paraissait dans lequel un chapitre était consacré spécifiquement à la situation « des femmes migrantes ».

4Par ailleurs, le constat selon lequel la situation des femmes immigrées n'est pas satisfaisante au regard de l'égalité de traitement entre homme et femme n'est pas non plus une nouveauté : dans le cadre du bilan du premier programme d'action sur l'égalité des chances (1982-1985), les différents intervenants constataient que la directive 76/207 portant sur l'égalité de traitement entre homme et femme avait eu peu d'effet dans l'accès au travail et à la formation des femmes immigrées ; ce constat a d'ailleurs motivé la Commission Européenne pour diligenter ladite étude à Colette de Troy.

5Le second programme d'action pour l'égalité des chances (1986-1990) a porté l'accent sur les femmes défavorisées parmi lesquelles les femmes migrantes : des actions positives dans les différents États européens ont été subventionnées par le Fonds Social Européen, en majorité au titre du programme d'égalité des chances : soutien aux initiatives locales, créations d'emploi, actions positives ayant trait à l'emploi ou aux formations. Ces actions ont fait l'objet pour certaines d'un compte rendu voire d'une évaluation par les associations subventionnées. Entreprendre le recensement à la fois de ces actions et de ces bilans lorsqu'ils existent, est un travail aussi fastidieux que long.

  • 6    à cette littérature, s'ajoutent les différents travaux universitaires européens menés dans une p (...)
  • 7    Il faut souligner une production abondante consacrée au thème des minorités/immigrés en Europe d (...)

6Une littérature « institutionnelle6 » se constitue ainsi progressivement sur la question des femmes immigrées en Europe, ce qui constitue à la fois un indicateur de visibilisation et de reconnaissance sociale de ces femmes dans les sociétés d'accueil et dans les politiques publiques, qu'elles aient trait à l'égalité des chances homme-femme ou à l'immigration… Cette littérature dresse un tableau plutôt sombre de la situation sociale et professionnelle de ces femmes en Europe. Aussi, le Conseil de l'Europe a-t-il consacré plusieurs séminaires7 sur ce sujet et émit deux recommandations spécifiques, l'une en 1982, et la seconde en 1995 afin d'attirer l'attention des États européens sur les facteurs d'insertion et surtout, les facteurs d'exclusion qui pèsent sur ces femmes. Ces recommandations visent particulièrement à rappeler la nécessité de garantir une sécurité juridique qu'il s'agisse de la reconnaissance des droits des rejoignants dans la procédure de regroupement familial qui concerne en majorité les femmes et les enfants ; qu'il s'agisse des résidents et surtout, des femmes qui doivent bénéficier de la reconnaissance de droits propres… Le Parlement Européen s'est d'ailleurs fait l'écho de la question de l'individualisation des droits des femmes immigrées dans un rapport publié en 1993 sur le statut des ressortissants des pays tiers dans l'Union Européenne.

7Il faut souligner combien la manière de poser le débat dans les différents travaux cités ci-dessus et les lieux de débat à l'échelle européenne s'affranchissent des frontières nationales et soulèvent ainsi des questions qui ne font pas l'objet d'une réelle attention dans les différents États européens. Il en est ainsi de la question des droits propres mais aussi des obstacles voire des discriminations légales et illégales rencontrées à différents niveaux par ces femmes dans leur processus d'insertion/exclusion sur le marché du travail. Pour preuve, il faut signaler combien le terme de « discrimination » en France était encore peu usité jusqu'à une période récente dans les organismes officiels (jusqu'à l'officialisation du GELD, groupe d'étude et de lutte contre les discriminations, installé en 1998 par Madame Aubry, ministre de l'emploi et de la solidarité) et plus confidentiellement, dans les travaux universitaires (le terme de racisme étant d'ailleurs plus usité). Aujourd'hui, nombre d'études s'attachent à rendre compte « d'une discrimination à la française ». Dans ce mouvement d'officialisation d'une problématique et la dénonciations de pratiques discriminatoires à l'encontre des populations immigrées en France, peut-être faut-il y voir les fruits d'un débat mené plus haut, et peut-être plus précocement, à l'échelle européenne.

Femmes immigrées en France et marché du travail : un point aveugle

8Evoquer la place des femmes immigrées dans le marché du travail en France et les facteurs explicatifs de leur insertion comme de leur exclusion implique qu'il y ait un intérêt manifeste pour cette question de la part des différents acteurs publics et privés (pouvoirs publics, syndicats, associations etc.) ! Par ailleurs, cela implique que l’on puisse déterminer, reconnaître les différents facteurs et si possible, en évaluer leurs impacts en s’appuyant sur des données à la fois quantitatives et qualitatives. Dans un rapport européen portant sur les femmes migrantes et l’emploi (1987), Colette de Troy pose comme élément primordial qui doit guider l’action publique, la production de connaissances sur ce sujet et la déconstruction des stéréotypes par la production de données à la fois quantitatives et qualitatives pour rendre compte au mieux de la réalité complexe des situations professionnelles de ces femmes. Et l’on peut dire à ce titre que la première forme d’intégration ou d’exclusion des femmes immigrées dans la société d’accueil passe d’abord par l’intérêt porté à leur condition, par la nature des connaissances produites ainsi que sur les politiques publiques menées en leur direction.

9La question de l’insertion professionnelle des femmes immigrées sur le marché du travail a suscité un intérêt tardif en France. Alors que la France, ancienne terre d’immigration devrait être en pointe sur ces questions, paradoxalement elle se trouve relativement en retard. Qu’est-ce qui explique cette situation ?

10En dépit des faits et des statistiques, qui montrent la part structurelle prise par les femmes dans l’immigration (47 % en 1999) et dans le marché du travail (39 %), pour autant, la question du travail des femmes immigrées ne s'impose pas comme une évidence, ni du point de vue du sens commun, ni du point de vue des institutions, notamment en charge des populations immigrées. Les recherches universitaires sont quant à elles encore limitées en nombre sur ce sujet. La question des femmes immigrées a suscité peu de commandes de la part des pouvoirs publics. Or on sait combien la recherche constitue un pole d’expertise pour les pouvoirs publics, et dans le domaine particulièrement de l’immigration, la majorité des recherches ayant trait à cette question émane d’appel d’offres. Ceci pose d'ailleurs des problèmes sur l'indépendance de la recherche : la formulation des problématiques et des choix de sujets incombent aux administrations « financeuses » qui de fait légitime parfois une approche contestable du problème ; il revient aux équipes de recherche de déconstruire les présupposés qui nourrissent cette approche. Par ailleurs, les recherches notamment féministes se sont peu voire pas du tout préoccupées de cet objet.

Femme et immigration, parent pauvre de la recherche

11La question de l’immigration est restée longtemps le parent pauvre de la recherche universitaire considéré comme un objet mineur voire indigne socialement, peu « rentable » car peu visible et reconnu du point de vue académique. Si les hommes immigrés cristallisent de nombreux travaux économiques quant à leur rôle et leur apport à l’économie nationale, les femmes immigrées ont suscité peu d'études, dont certaines très inégales en qualité et axées principalement sur le domaine de la culture et de la famille.

12L’analyse de la bibliographie portant précisément sur le thème de l’insertion professionnelle des femmes immigrées depuis les années soixante-dix en France, nous a permis de constater combien cette interrogation ne va pas de soi qu’il s’agisse des travaux portant sur l’immigration en général ou sur la dimension de genre. Ce travail d'analyse et de synthèse nous a donné l'occasion de constater combien la bibliographie constituée autour des femmes immigrées est à la fois abondante mais aussi très inégale en qualité. L’abondance des approches empiriques (descriptions des conditions de vie), le cloisonnement des terrains, le caractère morcelé et limité des travaux et leur limite conceptuelle expliquent le caractère dispersé, inégal, confus de ce champ de recherche. Le fait que cette littérature soit issue d'acteurs très différents (agents aux contacts des populations immigrées, associations, travailleurs sociaux, administrations, chercheurs etc.) et les pratiques qui s'en dégagent, à savoir des prises de positions catégoriques, des auteurs trop complices ou trop souvent convaincus de leurs liens intimes avec leur objet (a fortiori lorsque ces acteurs sont issus de l'immigration) participent à la confusion du statut de ces écrits (militantisme, recherche, position officielle des pouvoirs publics) et au caractère impressionniste des connaissances.

13Par ailleurs, face à l’omniprésence d’un discours médiatico-politique, d’un bruit de fond incessant émis sur un objet approprié par tous (qui n’a pas d’avis sur la question des femmes en immigration ?), les travaux issus du monde universitaire émergent peu car insuffisamment relayés. Le poids des représentations sociales grève particulièrement les débats, parfois même au sein de la recherche et explique une réalité et un paradoxe : l’instrumenta­lisation des femmes dans le discours politique (considérées comme « les agents privilégiés de l’intégration » en raison de leur place dans la famille) et la méconnaissance de la réalité complexe de ce groupe, sa diversité sociologique interne, sa présence structurelle – croissante – dans le fait migratoire et dans l’économie du pays d’accueil (et des sociétés d’origine).

14La difficile émergence du thème de l’insertion socioprofessionnelle des femmes de l’immigration renvoie également aux facteurs de marginalisation inhérents au domaine de recherche sur l’immigration. Le premier porte sur la question de l’ambiguïté de l’objet « immigré » tantôt institué comme objet spécifique qui échapperait à toute analyse comparative, tantôt dénué de toute spécificité. Cet aspect étant majoré pour les femmes immigrées tant le spectre de la culture est présent dans les esprits. À la difficulté de savoir ce qui relève du domaine du spécifique ou du domaine commun, s’ajoute celle de concevoir ce domaine au travers d’une analyse en terme de rapports sociaux de sexe et de genre. Si la question des femmes dans l’immigration s’impose et s’autonomise progressivement par rapport au thème dominant des travailleurs immigrés ou encore de la famille, elle n’acquiert qu’une relative visibilité en sciences sociales. Bien que les thématiques évoluent, la manière de questionner l’objet ne permet pas d’appréhender différemment les champs de la famille et du travail ainsi que leur interaction. Les approches familialistes ou culturalistes et la focalisation sur certaines femmes (femmes maghrébines) ont contribué à faire vivre l’idée selon laquelle l’activité des femmes étrangères est marginale (travail d’appoint) ou anormale (peu de candidates) – la norme étant qu’elles ne travaillent pas. L’arrivée de nouveaux courants migratoires ou perçus comme tels (familles turques et africaines) contribue à perpétuer l’image « moyenne » de ces femmes et les problématiques traditionnelles. Ainsi la configuration des migrations et la prépondérance du mode d'entrée par le regroupement familial ont joué un rôle important dans la permanence de cette représentation.

15Les représentations sociales et les approches culturalistes de l’immigra­tion se nourrissent et se confondent particulièrement dans le cas des femmes immigrées : les rôles, places et statuts occupés par ces femmes dans le pays d’origine sont censés expliquer les places, rôles et statuts qu’elles occupent dans le pays d’accueil. Ainsi, il est fait appel à une « science de l’émigration » selon l’expression du sociologue Abdelmalek SAYAD s’agissant des femmes, et à une « science de l’immigration » s’agissant des hommes, qui toutes deux ne reflètent qu’imparfaitement la réalité. Le fait culturel à qui on prête un pouvoir explicatif fort, est sans cesse évoqué/invoqué s’agissant des femmes immigrées, sans savoir à quoi renvoie cette fameuse culture (la langue, la formation scolaire initiale, la religion, les « coutumes », les rapports sociaux de sexe etc.). Trop souvent, le détour par la culture s'apparente à une opération de naturalisation des faits sociaux considérés comme des faits de nature.

Un traitement paradoxal du côté des recherches « féministes »

  • 8    Mata Greenwood Adriana, « Statistiques du travail : rendre également compte de la situation des (...)

16On sait combien les statistiques du travail ne renvoient au mieux qu'une image partielle de la réalité8. Dans ce contexte, il ne faut pas s'étonner que les représentations tendent, elles aussi, à éluder le travail des femmes. Pour cette raison, démontrer la participation des femmes sous des formes diverses à l'activité économique a constitué un enjeu majeur pour les féministes. Dans son bilan des connaissances portant sur les travaux ayant trait à « l'objet femme », Cégolène Frisque souligne combien en effet, l'essentiel (en nombre et en qualité) de la Iitterature féministe et des recherches sur les femmes a porté précisément sur la question du travail des femmes et de leur rôle économique dans la sphère de la production et de la reproduction. C. Frisque recense trois domaines de préoccupations : certaines études se sont intéressées à la situation des femmes dans le monde professionnel (relations dans le travail, maintien des inégalités professionnelles, moyens et limites de l'égalisation) ; d'autres se sont intéressées aux facteurs explicatifs de l'activité, les situant soit du côté de la famille (rôles sexuels et leur conciliation) soit du côté des structures (rôle du marché du travail) ; enfin, d'autres se sont efforcées de penser les rapports entre les deux sphères, familiale et professionnelle (reconnaissance du travail domestique, rapports sociaux de sexe, trajectoires, stratégies…). Ces différents niveaux de préoccupations se sont développés principalement au sein des disciplines de l'économie et de la sociologie (sociologies du travail et de la famille en particulier) tout en contribuant au renouvellement des problématiques dans ces disciplines…

  • 9   Voir « Les femmes et l’argent » in Bulletin d’Information des études Féminines, n° 12, 1983, pp. (...)
  • 10  Voir Abrous Djamila, L’honneur et le travail des femmes en Algérie, Paris, L’Harmattan, 1989

17Dans cette littérature, les femmes immigrées sont absentes ; elles apparaissent indirectement et de façon récente par le biais des recherches portant sur le développement dans les pays du tiers-monde (les femmes actrices voire piliers du développement…). La difficulté d'associer femmes et activité économique explique peut-être pourquoi l'association « femmes immigrées et travail » est encore plus difficile, y compris dans les études féministes et les recherches portant sur les femmes, mobilisées dans une entreprise de « décolonisation de l'histoire des sexes » en France. Un autre élément (en partie lié à celui qui vient d'être évoqué) explicatif de l'absence des femmes immigrées dans les recherches ayant trait au travail, porte précisément sur la production des connaissances dans le domaine de l'immigration dans lesquelles les femmes occupent une place marginale et « surdéterminée », à savoir l'espace de la famille. Là aussi dans ce domaine, une décolonisation de l'histoire en tant qu'histoire de rapports sociaux de sexe est nécessaire. Les études historiques de l'immigration ne se sont intéressées que de façon récente aux femmes, tout comme la sociologie de la famille. Paradoxalement, le cantonnement des femmes à la sphère de la famille n'a pas incité à des études sur la famille et ses transformations dans le temps et dans l'espace. Bien plus, la manière de parler des femmes renvoie souvent à la manière d'aborder les familles immigrées et à la problématique dominante de l'adaptation (passage de la tradition à la modernité). Dans ce contexte, la prédominance de cette problématique explique les grilles d’interprétation du travail des femmes immigrées/émigrées : ces dernières renvoient le plus souvent à une approche pyscho-sociale qui tend à montrer en quoi les femmes immigrées s'émancipent par le travail (salarié ou non), ou par le fait d'acquérir un tant soit peu une autonomie financière (« les femmes et l’argent »9). Il faut signaler combien le concept d'émancipation critiqué pour ses aspects flous, survit pleinement dans les travaux portant sur les femmes immigrées. L’autre grille d’interprétation qui renvoie à la première est la perception du travail des femmes comme atteinte à « l’intégrité du groupe » : c’est l’image de la femme maghrébine qui transgresse les codes de l’honneur en « sortant » de la maison pour aller travailler au dehors10.

18Ainsi, moins qu'une absence totale d'intérêt pour le travail des femmes immigrées, a-t-on pu constater jusqu'à une époque récente, combien les recherches privilégient l'approche culturelle voire culturaliste tant parfois elles reposent sur des présupposés d'une spécificité culturelle. Ainsi par un curieux paradoxe, les féministes qui se sont « attaquées » aux représentations sociales dominantes selon lesquelles le travail féminin est marginal et d'appoint en lien précisément avec la nature des rapports familiaux, ont peu contesté la reproduction de ces représentations sociales appliquées aux femmes immigrées. C'est dire combien une représentation de la famille patriarcale, lieu privilégié de la domination masculine, survit et se voit attribuer un pouvoir explicatif fort dans les phénomènes étudiés. Ces représentations sociales y compris dans le domaine universitaire ont eu ainsi tendance à figer les femmes immigrées dans un rôle traditionnel de femmes passives à l'intérieur comme à l'extérieur de la sphère familiale.

  • 11  Chaib Sabah, «  Activité professionnelle et vie familiale », in Informations Sociales, n° 63, 1997

19Sous l’impulsion du Fonds d’Action Sociale (FAS), plusieurs recherches ont été financées en 1995 sur le thème des familles immigrées. Ces études ont contribué à remettre en cause les représentations sociales existantes sur ces familles et à travers elles, sur les rapports intrafamiliaux et notamment, les rapports homme-femme. Ces travaux ont permis ainsi de reconsidérer le rôle et la place des femmes au sein de la famille et dans la société (hétérogénéité des statuts et places occupés par ces femmes dans le temps et l'espace de la migration)… Cette reconsidération du rôle de la femme est moins le signe d'une évolution spectaculaire qui se donne à voir sous nos yeux que l'interrogation critique des représentations sociales dominantes de la société d’accueil à l’égard des migrantes qui les figent dans un temps et un espace indéterminé ; la restitution d'une dynamique à l'œuvre, des histoires individuelles et collectives permettent précisément d'apporter une approche diachronique là où on fige les femmes dans une synchronie qui est le procédé même de la représentation sociale… Ainsi, les études, encore peu nombreuses, dans le domaine de la sociologie des familles immigrées qui tentent de restituer une dynamique, sont en mesure dès lors de mettre en évidence l'hétérogénéité des configurations familiales lors de la constitution du couple et de la famille et l'évolution de ces configurations dans le temps. L'exemple des femmes chefs de famille témoigne à lui seul que les configurations familiales et les rôles conjugaux n'entrent pas dans un schéma unique, donné à l'avance. En outre, la dynamique du temps fait que les rapports au sein de la famille et les rapports entre les différents membres de la famille à leur environnement évoluent. Il en est de même pour la prise d'activité professionnelle des mères qui s'inscrit dans des conditions sociales, économiques et culturelles très hétérogènes ; il en est de même de l'impact de cette activité sur l'économie des relations conjugales et familiales et des rapports au travail féminin selon les différents membres de la famille : la transmission par la mère de la valeur accordée au travail est conditionnée par une expérience positive ou négative, les conditions de travail et le contexte familial et social dans lequel se sont inscrites les prises d'activité. L'inactivité de la mère paraît tout autant un facteur déterminant. Il faut signaler toutefois une convergence de point de vue chez les mères ayant travaillé et celles qui n'ont jamais travaillé, à savoir la nécessité du travail salarié pour leurs filles en raison de la précarité des couples (divorces, séparations, etc.)11.

  • 12 Voir notamment l’introduction de Tapinos Georges où les références citées sont anglo-saxonnes « Imm (...)
  • 13 Morokvasic Mirjana, «  L’émigration des femmes et quelques unes des transformations sociales qu’ell (...)
  • 14  Taboada-Leonetti Isabelle, Levi Florence, Femmes et immigrées ; insertion des femmes immigrées en (...)
  • 15  Lautman Jacques, Coutrot Laurence, L’intégration des immigrés et le marché du travail : état du sa (...)

20En réalité, ces travaux sont loin d'épuiser les thèmes de recherche qui mériteraient d'être conduits : les domaines de recherches pointés par C. Frisque offrent des perspectives illimitées au regard de l'état d'indigence des connaissances de l'objet « femmes immigrées ». L’écho des théories économiques ou socio-démographiques sur l’activité des femmes étrangères, développées dans les pays anglo-saxons notamment n’est pas (ou peu)12 repris en France. Les rares travaux socio-économiques, exemplaires par leur rigueur pour certains13, ne sont pas réactualisés (travaux se basant sur les recensements de 1968, 1975 et 1982)14. Les théories sur la main-d'œuvre immigrée (qui n’a de féminin que le nom) ne sont pas appliquées au travail des femmes immigrées renforçant l’idée que le travail est une thématique masculine. Il est assez significatif qu’un rapport portant sur l’état du savoir des « Immigrés sur le marché du travail » n’évoque pas du tout les femmes15 !

  • 16  Il faut souligner l’introduction récente de la variable de sexe dans les statistiques de l'Office (...)

21Par un effet de cercle vicieux, le peu d'intérêt porté sur ce sujet contribue à perpétuer cette situation d'indigence et d'impressionnisme ambiant : la rareté des travaux dans ce domaine se heurte aux lacunes des données statistiques et sociologiques (absence de prise en compte de la variable de sexe dans les statistiques de flux migratoires16 et dans les statistiques de l’activité professionnelle). Ces lacunes sont renforcées par des difficultés méthodologiques liées à la production de données statistiques qui ne renseignent pas suffisamment sur les caractéristiques des emplois occupés ni sur la sociologie de ces femmes (profil hétérogène lié au statut juridique, à la scolarisation et à la qualification, à l’expérience migratoire et/ou de socialisation etc.). Par ailleurs, les formes de travail autres que le travail salarié (travail indépendant, travail informel, clandestin) et leurs motivations (objectives et subjectives) sont peu étudiés. Dans les années quatre-vingt-dix, l’impulsion des travaux de recherche consacrés à la dimension de genre dans l’immigration et sur l'histoire des migrations démontre la présence structurelle des femmes immigrées dans l'immigration, l’hétérogénéité des profils de migrantes, et le rôle actif que ces dernières ont été amenées à prendre dans les migrations de travail.Toutefois, si le concept d’hétérogé­néité est mis en avant de plus en plus, il n’en reste pas moins que les catégories d’expériences migratoires et/ou sociales auxquelles appartiennent ces femmes ne sont pas toujours explicitement démontrées. Enfin,la difficulté de définir le public des femmes immigrées et d'appréhender l'hétérogénéité croissante de ce(s) public(s) dans le temps et dans l'espace (sociétés d'accueil et d'origine) a joué un rôle incontestable dans la perpétuation des représentations sociales de femmes inactives et dépendantes de leur conjoint. La définition problématique des publics « femmes immigrées » force à s'interroger sur la question de la pertinence des actions publiques et privées définies en leur direction (les actions de formations notamment).

Les caractéristiques de l'emploi des femmes immigrées

  • 17  Silberman et Moulier (1982) ; OCDE L’avenir des migrations, 1985 ; Haut Conseil à l’Intégration, L (...)

22La présence des femmes immigrées est une donnée structurelle de l'immigration et du marché du travail17. Chaque recensement est une étape dans l'évolution à la fois de la situation des femmes immigrées au regard de l'emploi et une évolution au regard des données et des connaissances (statistiques et qualitatives) produites sur elles : le recensement 1968-1975 enregistre l'arrivée des femmes autres qu'Européennes sur le marché du travail et les recompositions sectorielles qui impliquent « anciennes » et « nouvelles » actives ; le recensement de 1982 enregistre l'arrivée des classes d'âges nés ou arrivés jeunes en France sur le marché du travail ; enfin, le recensement de 1990 doublé de l'enquête Mobilité Géographique et Insertion sociale des immigrées (MGIS) conduite par l'INED constituent un essai de restitution et d'évaluation des parcours professionnels (mobilités intergénérationnelles, mobilité sociale) depuis l’année 1974… Si des évolutions internes s'opèrent au sein de la catégorie « immigrée » (entre différentes nationalités, courants migratoires, classes d'âge et statut juridique), pour autant les caractéristiques de l'emploi des femmes immigrées sur le marché du travail perdurent dans leur vulnérabilité : si un noyau de femmes reste inactive, celles qui travaillent, exercent des métiers peu qualifiés ; salariées du secteur privé, leurs emplois sont souvent précaires ; elles sont les plus touchées par le chômage. Elles connaissent une activité plus discontinue que les autres femmes actives, en raison précisément de la précarité de leurs emplois, des temps partiels subis et du chômage…

23Du point de vue des déterminants de l’activité, on constate des effets de convergence entre femmes françaises et femmes immigrées. Le tableau des tendances de l’activité des femmes françaises dressé par Margaret Maruani s’applique parfaitement aux tendances des femmes immigrées, toutefois en rapports avec certaines nationalités :

  • 18  Maruani Margaret, « La féminisation du monde du travail », in Les Cahiers Français, n° 291, 1999.

rééquilibrage des sexes sur le marché du travail, féminisation du salariat, transformation des comportements d'activité féminins, hausse de la scolarité corrélée à l'activité d'un côté, recrudescence des inégalités, concentration, ségrégation, bipolarisation, inégalités de salaires et hausse des bas salaires de l'autre18.

24Les éléments négatifs de ce tableau confirment si besoin est, qu'il n'existe pas de pente naturelle vers l'égalité des sexes (persistance et recomposition des inégalités à travers les phénomènes de chômage, sous-emploi, salaires et carrières) quelle que soit l'origine. Pour autant au-delà des chiffres de la progression de l'activité, de la salarisation et du niveau d'instruction des femmes, « il s'agit d'une mutation sociale fondamentale qui marque un tournant dans l'histoire des rapports sociaux entre les sexes » conclut Margaret Maruani.

25Ce qui constitue la donnée majeure dans les rapports sociaux entre les sexes porte donc sur la prise d'activité massive des femmes en France. Or l'un des effets majeurs de convergence porte précisément sur la prise d'activité rapide des femmes immigrées sur le marché du travail.

  • 19  Mucchielli Laurent, « La vie professionnelle des étrangers », in Revue de l'OFCE, 1997.

26On constate une évolution rapide des taux d'activité des étrangères, qui se rapprochent de ceux des Françaises. En 1973, les Portugaises n'étaient que 30,7 % à travailler, elles sont 64,4 % en 1995. De même, le taux d'activité des Maghrébines a quadruplé en vingt ans, passant de 8,4 % à 36,6 %, dépassant notamment celui des Italiennes19.

  • 20  Viprey Mouna, 1998 citée in Association CERC, Immigration, emploi, chômage. Un état des lieux empi (...)

L'augmentation des femmes dans la population active introduite et régularisée touche toutes les nationalités avec une part importante de Maghrébines, Turques et Portugaises. Les jeunes femmes étran­gères arrivées par l'intermédiaire du regroupement familial vien­nent donc s'ajouter à celles déjà installées en France depuis long­temps et cherchent de plus en plus à entrer sur le marché du travail20.

27Parallèlement, la composition par origine nationale de la population active étrangère s'est quelque peu modifiée, notamment du fait de la part croissante d'étrangers non ressortissants de l'Union européenne. Les Portugais demeurent les actifs les plus nombreux, mais leur part dans la population active étrangère baisse. La part des Algériens est plutôt stable et celle des Marocains est en augmentation. Les données statistiques montrent un phénomène de rattrapage rapide voire un taux d'activité supérieur aux Françaises pour certaines femmes immigrées (les femmes asiatiques notamment).

  • 21  Echardour Alain, « La vie professionnelle des immigrés originaires du Portugal », in Espaces, Popu (...)

28Un second élément de convergence porte sur le taux de fécondité : les femmes migrantes présentent un taux de fécondité intermédiaire entre celles restées au pays d'origine et les femmes françaises. À la génération suivante, la convergence est totale. On constate également une propension plus forte des femmes candidates à la naturalisation ; les personnes naturalisées sont plus actives que les personnes ayant conservé la nationalité d'origine et présentent un taux d'activité égale voire supérieur en comparaison des Français(es). Par ailleurs, la charge de famille est un déterminant important. Les études ont validé l'hypothèse de l'occurrence positive de l'enfant sur la décision de migrer (accroître les chances d'une vie meilleure) puis dans la prise d'activité des femmes. De nombreuses femmes attendent que les enfants aient atteint un certain âge pour rentrer sur le marché du travail, telles les femmes portugaises21. Cependant, le temps d'arrêt dépend du nombre d'enfants et de l'effet générationnel, la continuité de l'activité étant plus généralisée aujourd'hui au sein de l'immigration…

29L'enquête « Mobilité Géographique et Insertion Sociale » (MGIS) conduite par l’Institut National d’études Démographiques (INED) en 1992 a permis de mettre en place la première enquête longitudinale d'envergure sur les immigré(e)s et elle a pu montrer comment le processus d'insertion des femmes immigrées dans le marché du travail n'est pas de nature fondamentalement différent de celui des autres femmes. Les taux d'activité des femmes immigrées obéissent en effet aux variables déterminant l'activité des femmes en général : ainsi, niveau de formation et faibles charges de famille influencent positivement l'activité. Le taux d'activité diminue lorsque le nombre d'enfants est élevé et lorsque le niveau de revenus du conjoint est élevé ; il s'accroît pour les femmes ayant un niveau de formation élevé et pour celles dont la mère était active. Malgré l'influence sensible de l'origine, il semble donc que les variables retenues recoupent globalement celles mobilisées habituellement pour l'analyse des déterminants de l'activité féminine. Auquel s'ajoute un effet de génération : les femmes nées dans les années cinquante et 60 sont de plus en plus actives, ce qui confirme un rapprochement des parcours professionnels. Ce rythme varie cependant selon les diverses histoires migratoires et à l'époque d'arrivée qui explique une inactivité plus grande pour les femmes du Maghreb, de Turquie et dans une moindre mesure d'Afrique et d'Espagne ; les femmes originaires du Portugal sont les seules à être plus souvent actives que la population témoin. La maîtrise de la langue française accroît la probabilité d'une activité continue et réduit les risques de rester inactive.

30Toutefois, ces éléments de convergence porteraient à croire que tout est affaire de temps et de retard à rattraper pour les femmes immigrées. Or, l'enquête MGIS en montrant les effets de convergence a permis de faire apparaître en même temps les spécificités de la place occupée par les femmes immigrées en comparaison avec une population témoin : tout ce qui diffère n'est pas toujours explicable et s'apparente dès lors à des facteurs discriminants… Surtout, un tour d'horizon de la situation des femmes immigrées en Europe ou dans le monde montre des situations de ségrégation dans l'emploi similaires aujourd'hui et dans le passé quelque que soit le pays d'immigration : il s'agit ainsi souvent plus d'évolutions dans l'insertion professionnelle que d'améliorations proprement dites. En réalité, une analyse plus approfondie des déterminants de l’activité révèle que les femmes immigrées sont discriminées au regard du principe d’égalité et de liberté : égalité de traitement et liberté de circulation (dans le marché du travail et dans l’accès aux espaces nationaux).

L’existence d’obstacles structurants

  • 22  Dayan Jean-Luc, Echardour Alain, Gaude Michel, « Le parcours professionnel des immigrés en France  (...)

31Les effets de convergence constatés dans l'activité professionnelle des femmes immigrées avec les femmes françaises se heurtent en effet à l'existence d'obstacles structurants pour les femmes immigrées, liés à plusieurs éléments. Ces derniers renvoient aux caractéristiques de la main d'œuvre le capital humain – (niveau de formation initiale, formation continue), le contexte économique et le rôle joué par le marché du travail. L’analyse comparée des parcours professionnels de femmes immigrées montre que la probabilité d’occuper un emploi stable implique plusieurs facteurs : la maîtrise de la langue, le niveau d’étude, la situation familiale, enfin le motif de la migration (migration de travail). Si le facteur de la langue exerce un impact sur l’insertion professionnelle, jugée déterminant avec le niveau d’étude, il est cependant à relativiser : en effet, l’enquête MGIS montre que la propension à occuper un emploi stable est déterminée par l’ancienneté sur le marché du travail, ce qui a pu tout à fait concerner des immigré(e)s ayant une faible maîtrise de la langue française, désavantage gommé en partie par un contexte économique plus favorable qu'aujourd'hui22. C'est d'ailleurs un élément qui différencie clairement les trajectoires des hommes et des femmes immigrées, ces dernières étant arrivées plus tardivement sur le marché du travail dans un contexte économique plus défavorable qui suscite d'ailleurs des comportements de sélection de la main d'œuvre accrue, particulièrement dans les secteurs ouverts à la concurrence avec les travailleurs « nationaux ».

  • 23  OCDE (1985).
  • 24  Remy Pierre-Louis, «  Les difficultés d’insertion des immigrés sur le marché du travail. Discrimin (...)

32La question du capital humain est intéressante en ce qu’elle montre comment un contexte agit sur la manière de poser un problème : jusqu’aujourd’hui, les études se focalisaient sur l'isolement des femmes immigrées, leur niveau de formation et leur manque de maîtrise de la langue, ce qui avait pour conséquence le fait de reporter le poids de l'exclusion sur les femmes elles-mêmes. La manière dont se constitue aujourd’hui la question des discriminations dans le débat public tend à verser dans l’excès inverse, à savoir faire porter la responsabilité exclusive sur l’existence de barrières légales et de pratiques discriminatoires.Comme l’exhorte le démographe G. Tapinos, la prudence est de mise :l’utilisation du concept de discrimination pose des problèmes méthodologiques et oblige à élaborer des méthodes et des éléments de comparaison. La question de la discrimination dans le marché du travail y apparaît plus complexe que celle qui se dégage de l’idée habituelle selon laquelle ces discriminations seraient dues uniquement à une forte concentration, aux faibles qualifications et aux bas salaires23. Le peu de recherches consacrées à une comparaison systématique des tendances des populations masculines ou féminines et de la population autochtone des deux sexes aggrave les difficultés que soulève l’analyse de la discrimination et de ses causes particulières, la distinction à établir entre ce qui relève du comportement personnel des intéressées et ce qui relève du rôle plus structurel de facteurs qui mettent en jeu le capital humain et le fonctionnement des marchés24, les problèmes théoriques dus au rapport entre plusieurs spécificités (sexe, nationalité) et l’importance du temps dans le cas de la population immigrée…

  • 25  Voir l’enquête IGAS « Enquête sur l’insertion des jeunes immigrés dans l’entreprise », n° 92018, 1 (...)

33Le constat que l’obtention de la nationalité du pays par un migrant n’empêche pas celui-ci de rencontrer les mêmes difficultés dans l’accès au travail tend pour certains à minimiser le poids du droit dans les rapports d’inégalités ou de discriminations (Remy 1991) : les préjugés des employeurs dans la sélection à l’emploi et les pratiques des institutions (surestimations des facteurs culturels, orientation scolaire, orientation dans la formation) sont alors évoqués comme les facteurs majeurs de discrimination25.

34Les préjugés ainsi que les discriminations de fait existent bel et bien et la difficulté réside dans le stade de la preuve. Comme le souligne le démographe Georges Tapinos, cette différence d’appréciation sur un monde social « inégal » crée une lecture divergente du statut juridique des migrants entre, d’un côté la perception par les travailleurs sociaux du vécu de la migration et d’un autre côté, l’examen par les juristes des dispositifs en vigueur. Il ressort de cette confrontation que les règles discriminatoires sont théoriquement inexistantes ; alors qu’il n’en est rien dans la réalité. Cette lecture attire l’attention sur la signification même des particularismes que l’on cherche à repérer. Ainsi, les immigrées qui ont acquis la nationalité française et échappent à toute discrimination juridique liée à la nationalité, peuvent néanmoins subir d’autres formes de discrimination. En ce sens, le critère de nationalité est essentiel : il renvoie à la nature des obstacles ou des discriminations que l’on cherche à analyser. Comme le souligne G. Tapinos :

  • 26  Tapinos Georges (1992).

entre les difficultés de toute nature que rencontrent les femmes étrangères ou immigrées, du fait de leur condition de femme et/ou d’étrangère et les dispositions discriminatoires qui s’appuient sur une base légale, il existe un continuum de situations, les unes, expression d’une discrimination effective, d’autres, traduisant l’incidence particulière sur les femmes de disposition de portée générale26.

35Certains cas (tel un divorce) peuvent avoir des conséquences graves – et peuvent ne pas être perçus comme tels par les institutions.

  • 27  Boyd Monica, «  Les femmes immigrées et les politiques d’intégration », in Conférence Internationa (...)

36Les discriminations de fait sont les plus difficiles à prouver, car par définition, aucune disposition ne les régit ; il n’y a donc pas de trace de ces actes, et ceux-ci sont régis par l’arbitraire. La pratique administrative ou le fonctionnement du marché du travail constituent de bons exemples. Ainsi, en ce qui concerne l’administration, celle-ci rend publiques les acceptations de dossiers (dossiers de regroupement familial, d’acquisition de la nationalité par mariage ou de naturalisation) mais est réticente à donner des informations sur les refus. Quand la statistique existe, elle indique rarement la répartition par sexe des actes administratifs et pratiquement jamais la population soumise au risque (Tapinos 1992). Dire que les discriminations de droit sont connues n'est en réalité pas tout à fait exact tant il est besoin de rappeler l'existence de discriminations de droit direct (les mieux appréhendés) et indirect (plus difficiles à appréhender car il faut pouvoir relier des éléments entre eux) (Silberman 1983, Boyd 1991). Ces deux formes de discriminations créent des situations de blocage pour les migrants27. Les discriminations directes portent par exemple sur la fermeture aux étrangers à certains secteurs d'activité qui exigent la nationalité française (cela toucherait 7 millions d'emplois selon l'étude de l'association CERC). D'autres exemples de discrimination de droit (in)direct renvoient aux restrictions à l’emploi (opposabilité de la situation de l’emploi, refus de délivrance de carte de travail).

37Aujourd'hui, ces formes de discrimination perdurent par le statut juridique accordé à l'entrée et au séjour du migrant sans que l'on puisse définir si ces discriminations relèvent de barrières légales directes ou indirectes selon le point de vue des acteurs (pouvoirs publics/intêressés) ; il y a à ce sujet une véritable lutte d'imposition de définition dans le terme de « discrimination ». Le statut juridique différencié des migrants exerce un impact réel sur leur insertion professionnelle. Le nombre croissant de demandes d’études de la part des pouvoirs publics sur l’insertion socioprofessionnelle des immigrants selon le titre de séjour obtenu et sa durée de validité (travailleur, étudiant, visiteur, demandeur d’asile, réfugié, regroupement familial etc.) atteste de l’impact de la sécurité ou de l’insécurité juridique sur le parcours des migrants. À ce titre, en matière d’immigration, les pouvoirs publics mènent des politiques publiques ambivalentes. La Direction de la Population et des Migrations (DPM) rattachée au ministère de l’emploi est à ce titre significative. Cette direction a pour domaine d’intervention la réglementation du travail des immigrés, la formation et la scolarisation des migrants, la politique des réfugiés, les naturalisations ; elle peut financer des opérations ciblées en direction des jeunes étrangers et issus de l’immigration. Cette instance est à la fois impliquée dans les politiques d’intégration et dans les politiques migratoires. Et ces actions sont parfois antagonistes puisqu’elle est amenée à intégrer d’un côté et exclure de l’autre car elle gère à la fois des flux et des stocks de migrants. L’exemple des titres de séjour est significatif d'une politique de gestion de stock de migrants en rapport avec la situation du marché du travail : avant 1984, les titres de séjour ne donnaient pas automatiquement le droit au travail ; aussi, fallait-il pour les femmes immigrées après un certain temps de séjour, demander à la préfecture une carte de travail qui pouvait lui être refusé compte tenu de la situation de l’emploi. En 1984, le titre de séjour unique et d’une durée de 10 ans a permis de donner une relative sécurité juridique aux résidents permanents. La mesure d'avant 1984 a eu cependant un impact sur les parcours professionnels de ces femmes puisque cela ne les a pas éloignées du marché du travail mais détournées vers des emplois informels ou clandestins ; les parcours professionnels des femmes maghrébines le montrent particulièrement.

38Par ailleurs, les différents statuts accordés outre celui de travailleurs (les réfugiés, les étudiants, les demandeurs d’asile etc.) sont un instrument de gestion du stock de migrants au regard de l'emploi puisqu'ils ne donnent pas tous la possibilité de travailler ou sous certaines conditions, comme le confère le statut d'étudiant (un certain nombre d'heures de travail accepté). Le statut de réfugié quant à lui donne le droit au travail : les insertions professionnelles des réfugiées asiatiques témoignent de l’absence d’entrave sur le marché du travail ; il n'en est pas de même pour ceux et celles qui sont autorisés à travailler mais dans la précarité compte tenu de la précarité de leurs titres de séjour (étudiants, ou encore les autorisations de travail provisoires qui concernent beaucoup des personnes qualifiées : 8 000 médecins étrangers en France par exemple qui ont le droit d’exercer la médecine exclusivement à l’hôpital public et dans un statut relativement précaire) ; les demandeurs d’asile depuis le début des années quatre-vingt-dix n’ont plus le droit au travail du fait de la mesure d'opposabilité de l'emploi ; certains occupent un emploi dans la plus parfaite légalité en dépit de leur situation irrégulière au regard du séjour et la majorité va gonfler les rangs du travail clandestin ; les opérations de régularisation de 1997 ont montré que 31 % des régularisés occupaient un emploi (dont 49 % de femmes) ; 61 % des régularisés étaient sur le territoire français en moyenne depuis six ans.

39Les législations restrictives sur les conditions d'entrée et de séjour des migrants ont un effet de sélection sur les candidates à la migration et sur leurs formes d'insertion sociale et professionnelle dans la société d'accueil. Les politiques migratoires de plus en plus convergentes à l'échelle européenne quant à la restriction et à la sélection des flux, rendent plus difficile les migrations féminines autonomes, sauf par exemple en France, sous la forme d'une migration de femmes très qualifiées. Ces restrictions à l'entrée et au séjour des migrants ont un impact sur la situation juridique des femmes immigrées. En effet, le risque d’insécurité juridique est plus élevé chez les femmes immigrées que les hommes : la précarité du lien conjugal (un divorce par exemple) remet en cause leur droit au séjour et par conséquent au travail. La reconnaissance des conventions bilatérales sur le statut personnel fragilise la situation des femmes immigrées (voir les codes de statut personnel défavorables aux femmes du Maroc et d'Algérie). La question de l’autonomie des droits des femmes voire de leur individualisation reste posée. Le Parlement Européen a sensibilisé les États européens sur cette question ; elle n’est pas encore résolue en France. Un des enseignements de l'opération de régularisation de 1997 porte précisément sur cette question : nombre de femmes se sont vues débouter de leurs demandes de régularisation compte tenu de leur impossibilité à faire valoir leurs droits propres. Ce qui fait peser en réalité la décision d'admission des candidats à la migration sur les critères de la famille (nature et statut des liens familiaux). Or, de ce point de vue, les femmes immigrées sont discriminées au regard de la reconnaissance de leurs droits propres : soit que la migration de femmes célibataires soit rendue difficile au regard du familialisme ambiant ; soit que les critères établis par les pouvoirs publics établissent une norme familiale stricte et restrictive au regard de l'hétérogénéité des situations familiales (épouses, concubines, divorcées, etc.) ; soit qu'il soit difficile aux femmes immigrées de recouvrer leurs droits au séjour après la survenue d'événements particuliers (modification de leur état matrimonial, séjour prolongé dans le pays d'origine etc.).

  • 28  De Troy C., op. cit. ; Morice Alain, « Trafic de main d'œuvre et emploi illégal, les irréguliers d (...)

40Ainsi la tendance à la précarisation des titres de séjour (pas de titres de travail ou rétablissement de mesures d'opposabilité à l'emploi) contribue à rejeter la main d'œuvre immigrée dans le travail illégal. L’existence de ces barrières légales (directes ou indirectes) a motivé la dénonciation de l’instrumentalisation de l’insécurité juridique en vue de jouer le rôle de main-d'œuvre flexible28. La vision d'une immigration en terme de flux et de stock à réguler conforte et repose en partie sur l'acceptation au sommet de l'État du principe non fondé selon lequel « immigration égale chômage » dans un contexte économique défavorable. Ces deux éléments justifient l'existence de discriminations légales et contribuent à légitimer des discriminations illégales chez les employeurs. L'ouverture des secteurs d'activité traditionnellement fermés aux étrangers (évalués à 7 millions d'emplois) consti­tue la première demande des associations de défense des immigrés aux pouvoirs publics. Pour le reste, et plus fondamentalement, on peut légitimement s'interroger sur la capacité des différents acteurs à forcer la résistance des États à considérer comme discriminatoires les prérogatives d'État portant sur la définition du statut accordé à l'entrée et au séjour aux migrants. D'ailleurs, la convergence européenne pour faire de l'immigration une prérogative de souveraineté nationale (pour preuve la place primordiale donnée en Europe aux ministres de l'intérieur sur les questions d'immigration) en témoigne. L'espace Schenghen ne contredit pas ce mouvement puisqu'il correspond à la mise en place à l'échelle européenne de politiques restrictives nationales convergentes en matière d'immigration. Surtout, contester les prérogatives des États en matière de législation des étrangers, c'est oublier le rapport instrumental fondamental des différents États avec « leur » immigration ce qui a toujours guidé les pouvoirs publics (et le patronat) :

Du point de vue de l'analyse économique, les politiques de l'immigration sont passées en un siècle d'une pratique de laissez faire les employeurs, à une stricte régulation étatique de toute nouvelle installation sur le territoire. Les politiques migratoires, réellement initiées à la fin du XIXe siècle, ont mêlé objectifs démographiques de peuplement et objectifs économiques d'ali­men­­ta­­tion du marché du travail. Avant 1945, les préoccu­pations démographiques expliquent en grande partie la tournure libérale prise par la législation sur la nationalité, ainsi que la faveur relative donnée en France à l'immigration familiale, contrairement à d'autres pays d'Europe. À la Libération, un nouveau cadre est donné à la politique d'immigration qui vise à la fois des objectifs démographiques et économiques : il s'agit de stimuler la croissance de la population et de fournir la main-d'œuvre nécessaire à la reconstruction. Depuis 1974, les politiques migratoires successives ont reflété la volonté de contrôler et de limiter la présence des étrangers sur le marché du travail. (Association Cerc 1999)

41Cette relation instrumentale à l'immigration est en soi une politique discriminatoire : il n'est qu'à prendre la politique de contingentement pratiquée dans les années 1960 selon les pays de provenance des migrants.

Une place assignée aux femmes immigrées sur le marché du travail ?

42Compte tenu de l'histoire des migrations en France, la main d'œuvre a été longtemps considérée comme fondamentalement masculine. Aussi la question de la main-d'œuvre étrangère féminine a été de fait ignorée de la plupart des travaux portant sur les immigrés et le travail. Il reste à savoir si cette main-d'œuvre a une place assignée à part sur le marché du travail :

  • 29  Tapinos Georges (1992).

un marché du travail spécifique aux femmes étrangères ou immigrées, segment irréductible à tout autre qui aurait sa propre logique. Chômage, emploi informel ou clandestin peuvent être des indicateurs, mais la thèse de l’existence d’un marché du travail spécifique aux femmes étrangères serait à vérifier ou à infirmer29 G. Tapinos (1992).

  • 30  Richard Jean Luc, Dynamiques démographiques et socioéconomiques de l’intégration des jeunes généra (...)

43Si la question reste ouverte encore aujourd'hui, on peut noter en revanche que des éléments sont versés au débat, à commencer par l'intérêt manifeste ou non de la part des pouvoirs publics à propos de l'activité des femmes immigrées. Des points de vue contradictoires mais néanmoins cohérents existent sur cette question : d'un côté, l’on souligne combien les femmes immigrées ont peu intéressé les pouvoirs publics en raison de l'insignifiance de leurs emplois, ce qui sous-entendrait des emplois complémentaires (c'est-à-dire non concurrentiels) avec les emplois des femmes françaises ; de l'autre, Jean-Luc Richard rappelle dans sa thèse30 combien les pouvoirs publics souhaitaient limiter en 1978 l'arrivée des familles dans le pays d'accueil par peur d'un afflux supplémentaire de main d'œuvre ; faute d'interdiction, des mesures ont été prises en leur direction, mesures conformes à l'esprit de contrôle des flux et des stocks. Ce stock a pendant longtemps constitué une réserve de main d'œuvre complémentaire.

  • 31  Bataille Philippe, Le racisme au travail, Paris, éd. La Découverte, 1997.

44Par ailleurs, la question des discriminations au travail nous amène à la réflexion sur les différenciations opérées sur le marché du travail et sur la place ou le rôle assigné à la main d'œuvre immigrée féminine. Des exemples de discriminations laissent penser qu’outre les préjugés ou les manifestations du « racisme ordinaire », ce qui est en jeu est la question de la complémentarité de la main d’œuvre immigrée qui ne doit pas concurrencer la main d’œuvre autochtone. On retrouve ce caractère dans le processus de recrutement des entreprises de nettoyage, dont bon nombre ont démarré avec une main d'œuvre essentiellement féminine et immigrée. Nos observations de terrain à l'instar de celles notées par Philipe Bataille dans son livre Le racisme au travail31 à propos du secteur du nettoyage (industriel et aux particuliers) convergent sur le constat d'une modification dans le profil, la nationalité voire la classe d'âge de la main d'œuvre immigrée féminine. Les petites entreprises de nettoyage se développent rapidement du fait d'une demande forte du marché, et les plus dynamiques d'entre elles « décrochent » des contrats de plus en plus importants (en terme monétaire ou de « reconnaissance sociale » des clients – cliniques, hôpitaux, administrations publiques – qui font appel à leurs services). Parallèlement, on voit une sélection s'opérer dans l'affectation de la main d'œuvre en terme d'horaires, d'organisation du travail ou d'affectation des tâches. Pour citer un exemple d'une société de nettoyage savoyarde, aucune exigence n'est formulée pour le profil des travailleuses affectées aux « chantiers » de nettoyage, c'est-à-dire le nettoyage de locaux vides nouvellement construits ou rénovés ; en revanche, pour les cabinets de médecin, dentiste etc., des critères de sélection apparaissent. Ces critères sont précisément ceux notés par P. Bataille dans son exemple portant sur les hôpitaux et administrations publiques : l'auteur note que dans ces organismes, la tendance pour le recrutement de la main d'œuvre féminine en sous-traitance est plutôt d'origine européenne et les arguments présentés par les employeurs portent sur la maîtrise de la langue écrite française pour le maniement des différents produits, également sur les arguments d'une « bonne présentation générale » (critère de jeunesse et/ou vestimentaire, apparence physique « globale »). L'auteur constate ce même phénomène lorsque l'emploi implique un contact direct avec la clientèle. Ces différents exemples tendent à montrer à défaut de démontrer qu'il s'opère une sélection de la main d'œuvre y compris dans l'immigration entre femmes provenant de l'Union Européenne et celle provenant des pays tiers. Préférence communautaire ? Meilleure qualification de cette main d'œuvre ?

45S’il n’est pas possible de répondre de façon tranchée à cette question faute d’études systématiques, ou encore à celle de l'assignation de la place des femmes immigrées dans leur globalité sur le marché du travail, il reste à déchiffrer les indicateurs proposés par G. Tapinos, tels un taux de chômage structurel élevé des femmes immigrées. Surtout, l'analyse des changements catégoriels intervenus dans les secteurs tertiaires montre que le travail des femmes immigrées n'est pas marginal du tout et qu'il fait système : en cela, il participe des mécanismes de reproduction ou de transformation du marché du travail. Les femmes immigrées suivent en cela les recompositions du marché du travail, en les précédant parfois, et semblent faire office de laboratoire de la flexibilité de la main d'œuvre.

L’emploi des femmes immigrées, laboratoire de la flexibilité de la main d’œuvre

46La tertiarisation de l’économie entraîne le marché du travail dans un double mouvement : élévation du niveau moyen de qualification et fragilisation plus grande liée à une intégration moins assurée pour les travailleurs qui se retrouvent au bas de l’échelle. Cependant, les prospectives montrent que les caractéristiques de l’activité féminine vont aller en se détériorant : un taux d'activité sans cesse croissant mais accompagnée d'une forte ségrégation de l’emploi ; une bipolarisation accrue entre femmes qualifiées et non qualifiées ; une hétérogénéité croissante des femmes et de leur parcours ; à ce titre, on parle d’une individualisation très forte des parcours : ce n’est plus l’emploi qui porte l’individu mais l’individu qui « porte », construit son emploi. Construire car il revient à l’individu de le faire et non plus à l’entreprise. Tous ces éléments impliquent le passage d'une analyse en terme de classe à celle d'une microanalyse, celle des trajectoires individuelles du fait de l'individualisation des parcours.

47Dans ce tableau sombre des emplois non qualifiés, la main d’œuvre immigrée du fait de son positionnement a expérimenté en premier ces emplois et/ou les nouvelles formes d’emplois (externalisation, sous-traitance, vente à domicile, travail à domicile, horaires flexibles, contractualisation sous diverses formes). Les enquêtes qualitatives sur les femmes immigrées montrent des parcours marqués par la flexibilité des temps de travail et la précarisation des formes de contractualisation avec les employeurs. Ces parcours relèvent de plusieurs logiques : soit une permanence des tâches mais une multiplication des contrats ; beaucoup de parcours montrent une vie professionnelle sans mobilité professionnelle ni mobilité sociale mais une variation voire un progrès dans la contractualisation du travail entre l'employé et l'employeur (de l'informel à un contrat à durée indéterminée, partielle ou temps plein). Soit encore, une diversité des changements d'emploi dans un parcours professionnel : passage fréquent de l'industrie à la sphère des services à la personne par exemple ; le chômage de ces femmes est moins lié à un licenciement qu'à la fin d'un contrat temporaire (les hommes immigrés expérimentent le même processus dans l'intérim). Du point de vue de la formation, les temps consacrés à la formation se font au moment des périodes d'inactivité forcée (chômage) et correspondent trop souvent à des gestions du temps plus qu'à l'acquisition d'un outil de qualification permettant une valorisation ou une mobilité professionnelle. Se pose la question dès lors de ce que doit être la formation : quel contenu au vu des transformations rapides des emplois ? Et la question de la qualification : les emplois non qualifiés sont-ils réellement sans qualification ? Ou mobilisent-ils une compétence propre, qui vient de soi ? Quel type de compétence à mobiliser ?).

  • 32  Gauvin Annie, « Les trajectoires d'emploi des femmes : une composante essentielle des marchés du t (...)
  • 33  Depuis la fin des années 1980, le parti pris des politiques publiques est de faire émerger des nou (...)
  • 34  Ce sont d'ailleurs des emplois qui implique l'autonomisation et la prise de risque (un salaire fix (...)

48Comme le souligne Annie Gauvin, « les évolutions et formes d’emplois ont concerné les activités du tertiaire les plus féminisées à tel point que l’on peut dire que traiter de l’emploi des femmes et de son évolution, c’est en fait traiter de l’évolution du marché du travail en général ; ainsi la recomposition du marché du travail et de l’emploi s’organise essentiellement autour des caractéristiques qui sont précisément celles de l’emploi féminin et de son évolution. Il y a donc une sorte de parallélisme et d’analogie quand on analyse l’évolution de l’emploi féminin et l'évolution du marché du travail. Ces éléments sont déjà caractéristiques de l’emploi féminin qui est à considérer en général comme une main d’œuvre spécifique : une des catégories de main d’œuvre qui modèle depuis 20 ans l’évolution du fonctionnement du marché du travail »32. À l'intérieur des emplois féminins, les emplois occupés par les femmes immigrées, au bas de l’échelle pour la majorité, préfigurent les évolutions du marché du travail en ce qui concerne les emplois non qualifiés précisément (processus de précarisation accru, prolongation des durées de chômage, discontinuité des activités pour une catégorie de femmes actives etc.). Si les secteurs d'activité féminins sont représentatifs des recompositions du marché du travail, les emplois occupés par les femmes immigrées le sont encore plus du point de vue des formes d'emplois, comme on l'a vu et plus fondamentalement du point de vue de leur positionnement ; à l'instar des hommes immigrés, les emplois des femmes immigrées sont à la charnière de deux mondes professionnels, l'ancien et le nouveau, à ceci près que l'objectif des politiques d'emploi aujourd'hui est de faire du neuf avec du vieux. Concrètement, cela veut dire que les secteurs traditionnellement dévolus aux femmes immigrées deviennent concurrentiels ou potentiellement concurrentiels en raison d'une crise d'emplois durables. Les activités du tertiaire et des emplois non qualifiés sont en effet soumis aujourd'hui à une concurrence croissante entre catégories de main d'œuvre qui connaissent des évolutions similaires en terme de tertiarisation de l'emploi, d'accroissement de l'activité, plus rapide cependant pour les femmes immigrées et de non-interruption croissante de leur activité ; la conjonction de ces éléments fait que les classes d'âge situées entre 25 et 49 ans se retrouvent massivement sur le marché du travail. Du fait de ces convergences, le nombre d'actives croît plus vite que la création d'emplois et les secteurs autrefois délaissés, jugés économiquement « marginaux » ou socialement peu valorisants, sont un nouvel enjeu pour une catégorie de femmes actives peu qualifiés et pour les pouvoirs publics qui souhaitent en extraire des « gisements » d'emplois33. Avec une crise de l’emploi qui perdure (bien qu’il y ait reprise, elle ne profite pas à toutes les catégories de travailleurs), il est difficile de faire émerger des emplois nouveaux dans le secteur tertiaire. On assiste à un mouvement de réinvestissement de secteurs traditionnellement délaissés sans qualification par les travailleurs français ou alors si ce n’est pas d'un réinvestissement, il s’agit de révéler, d’imaginer de nouveaux emplois : en filigrane, l’idée c’est de faire preuve d’imagination individuelle et collective dans la création d'emplois par le biais de la création d’entreprise (pour créer en somme son propre emploi et celui des autres), ou encore, la création d'emplois salariés des plus classiques aux plus atypiques34.

49Ainsi, à regarder de près les tendances d'activités des femmes immigrées, ces dernières semblent s'inscrire dans le même processus que les hommes immigrés (amortisseur de crise/flexibilité du travail, révélation d'emplois ou de formes nouvelles d'emplois), à la différence près que les secteurs d'activité où elles se concentrent aujourd'hui comme hier, sont moins visibles que les hommes immigrés parce qu'éclatés dans un secteur d'activité très hétérogène…

Haut de page

Notes

1   Maruani Margaret, « L'emploi féminin à l'ombre du chômage », in Problèmes Economiques, n° 2539, 22 octobre 1997, pp. 17-23.

2    Les données de cet article sont issues d'un travail de synthèse portant sur Les facteurs d'insertion et d'exclusion des femmes immigrantes sur le marché du travail en France. Quel état des connaissances ?, Document de travail remis à la CFDT, janvier 2001.

3   Halimi Gisèle, Plaidoyer pour l'égalité, Strasbourg, Conseil de l'Europe, 1995 ; Conseil de l'Europe Les femmes immigrées et l'intégration (compte rendu d'un séminaire consacré à ce sujet), Strasbourg, 1995.

4   de troy Colette, Les femmes migrantes et l'emploi, Rapport pour la Commission Européenne, 1987 ; Morokvasic Mirjana, Entreprendre au féminin en Europe : le cas des immigrés et minorités en France, Grande-Bretagne, Italie, Portugal et RFA, Rapport pour la Commission Européenne et Direction Générale de l'Emploi, Ministères des Affaires sociales et Education Nationale, 1987.

5   OCDE, «  Conférence à haut niveau sur l'Emploi des Femmes », in Rapports nationaux : Les femmes sur le marché du travail, rapport analytique, 1980.

6    à cette littérature, s'ajoutent les différents travaux universitaires européens menés dans une perspective comparative : là encore, le travail de recensement de ces travaux s'avère difficile pour ne pas dire impossible…

7    Il faut souligner une production abondante consacrée au thème des minorités/immigrés en Europe dans les publications du Conseil de l'Europe que ce soient les collections sous l'égide de la « Commission de la Lutte contre le racisme et l'intolérance », du groupe de travail « Egalité homme-femme », des « Cahiers de la Charte Sociale », des « études Démographiques » etc…

8    Mata Greenwood Adriana, « Statistiques du travail : rendre également compte de la situation des femmes et des hommes », in Revue Internationale du Travail, vol. 138, n° 3, 1999.

9   Voir « Les femmes et l’argent » in Bulletin d’Information des études Féminines, n° 12, 1983, pp. 41-47.

10  Voir Abrous Djamila, L’honneur et le travail des femmes en Algérie, Paris, L’Harmattan, 1989

11  Chaib Sabah, «  Activité professionnelle et vie familiale », in Informations Sociales, n° 63, 1997.

12 Voir notamment l’introduction de Tapinos Georges où les références citées sont anglo-saxonnes « Immigration féminine et statut des femmes étrangères en France », in Revue Française des Affaires Sociales, n° hors série, décembre 1992.

13 Morokvasic Mirjana, «  L’émigration des femmes et quelques unes des transformations sociales qu’elles entraînent, envisagées du point de vue des femmes yougoslaves » in Migration, 1975, pp. 125-138 ; Silberman Roxane et Moulier Yann, «  La montée de l’activité des femmes étrangères en France : une tendance qui ira s’accentuant », in Travail et Emploi, n° 12, 1982.

14  Taboada-Leonetti Isabelle, Levi Florence, Femmes et immigrées ; insertion des femmes immigrées en France, Paris, La Documentation Française, 1979, 286p ; Morokvasic (1975) ; Silberman et Moulier (1982) ; Tapinos (1992).

15  Lautman Jacques, Coutrot Laurence, L’intégration des immigrés et le marché du travail : état du savoir et questions, Paris, Gretse, 1993. Voir également le recueil bibliogra­phique du CIEMI sur « Les immigrés et le monde du travail ».

16  Il faut souligner l’introduction récente de la variable de sexe dans les statistiques de l'Office des migrations internationales (OMI) portant sur le regroupement familial, sous-entendu que ce mode d'entrée concernait alors avant tout les femmes…

17  Silberman et Moulier (1982) ; OCDE L’avenir des migrations, 1985 ; Haut Conseil à l’Intégration, L’emploi des étrangers, 1992.

18  Maruani Margaret, « La féminisation du monde du travail », in Les Cahiers Français, n° 291, 1999.

19  Mucchielli Laurent, « La vie professionnelle des étrangers », in Revue de l'OFCE, 1997.

20  Viprey Mouna, 1998 citée in Association CERC, Immigration, emploi, chômage. Un état des lieux empirique et théorique, 1999.

21  Echardour Alain, « La vie professionnelle des immigrés originaires du Portugal », in Espaces, Populations, Sociétés, n° 2-3, 1996.

22  Dayan Jean-Luc, Echardour Alain, Gaude Michel, « Le parcours professionnel des immigrés en France : une analyse longitudinale », in Economie et Statistique, n° 299, 1996.

23  OCDE (1985).

24  Remy Pierre-Louis, «  Les difficultés d’insertion des immigrés sur le marché du travail. Discrimination explicite ou implicite », in Conférence Internationale sur les Migrations, OCDE, 1991, 9 p.

25  Voir l’enquête IGAS « Enquête sur l’insertion des jeunes immigrés dans l’entreprise », n° 92018, 1992.

26  Tapinos Georges (1992).

27  Boyd Monica, «  Les femmes immigrées et les politiques d’intégration », in Conférence Internationale sur les Migrations, OCDE, 1991, 13 p.

28  De Troy C., op. cit. ; Morice Alain, « Trafic de main d'œuvre et emploi illégal, les irréguliers dans l'étau des textes et des pratiques », in Hommes et Migrations, n° 1214, 1998 ; Marie Claude-Valentin, « à quoi sert l'emploi des étrangers ? », in Didier Fassin et alii Les lois de l'inhospitalité, Paris, éd. La découverte, 1998.

29  Tapinos Georges (1992).

30  Richard Jean Luc, Dynamiques démographiques et socioéconomiques de l’intégration des jeunes générations d’origine immigrée en France, Thèse de doctorat de science politique, Institut d’études Politiques de Paris, 1997.

31  Bataille Philippe, Le racisme au travail, Paris, éd. La Découverte, 1997.

32  Gauvin Annie, « Les trajectoires d'emploi des femmes : une composante essentielle des marchés du travail contemporains » in Les Cahiers du GREC, n° 11, 1994.

33  Depuis la fin des années 1980, le parti pris des politiques publiques est de faire émerger des nouveaux emplois notamment dans les quartiers en difficulté où se concentrent une population immigrée. Cette orientation des politiques publiques a ainsi été amorcée bien avant les emplois jeunes…

34  Ce sont d'ailleurs des emplois qui implique l'autonomisation et la prise de risque (un salaire fixe très bas) à l'image des distributeurs indépendants pour le compte de grossiste qui fleurissent d'ailleurs dans les domaines de la vente de produits féminins.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sabah Chaïb, « Femmes, migration et marché du travail en France », Les cahiers du CEDREF, 12 | 2004, 211-237.

Référence électronique

Sabah Chaïb, « Femmes, migration et marché du travail en France », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 12 | 2004, mis en ligne le 02 juillet 2010, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cedref/559

Haut de page

Auteur

Sabah Chaïb

Sociologue, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • OpenEdition Journals