Navigation – Plan du site
2015

IOLIgnobilia Oppida Lucanorum – Habitats anonymes des Lucaniens

Olivier de Cazanove, Stéphane Bourdin et Sylvia Estienne
École française de Rome, Université de Paris I Panthéon-Sorbonne, Labex TransferS École normale supérieure, UMR 7041 ArScAn, Soprintendenza per i beni archeologici della Basilicata

Texte intégral

1Les fouilles sur le site de Civita di Tricarico ont recommencé en 2013. Une deuxième campagne a eu lieu en août 2014. Ce nouveau programme (intitulé Ignobilia oppida Lucanorum, « les places fortes sans renom des Lucaniens » pour reprendre une formule frappante de Tite-Live, XXV, 1, 5) a également l’ambition de recontextualiser les découvertes faites jusqu’alors en les resituant dans leur contexte (micro)régional, à l’aide de prospections terrestres, géophysiques, de photointerprétation, de modèles numériques de terrain et de sondages, entre autres moyens employés. La fouille proprement dite a concerné deux sites d’habitat : Civita di Tricarico et, 12 km plus à l’est, Serra del Cedro.

Civita di Tricarico – campagne 2014
(Olivier de Cazanove)

Sondages à l’intérieur et contre le petit temple de l’acropole

2À Civita de Tricarico, les nouveaux sondages ont concerné l’« acropole » et plus précisément le petit temple mis au jour en septembre 1973. Il s’agissait d’enquêter sur le rapport entre aire sacrée et trame construite alentour (fig. 1) ainsi que de chercher une éventuelle phase antérieure au temple (de la même manière que le temple P, fouillé en 2003-2005, avait recouvert un édifice de culte précédent).

Fig. 1 – Civita di Tricarico, les bâtiments fouillés sur l’acropole (équidistance des courbes de niveau : 20 cm).

Fig. 1 – Civita di Tricarico, les bâtiments fouillés sur l’acropole (équidistance des courbes de niveau : 20 cm).

Relevé et DAO : S. Giovansily, T. Terrasse, O. de Cazanove.

3La fouille 2014 a permis de répondre à cette question : un mur (5251) de gros moellons calcaires bruts est en effet apparu dans un sondage ouvert à l’intérieur même du temple, dans son ala sud (fig. 2 et 3). Il a été coupé par l’assise inférieure, de fondation, du podium (sud), tandis que le mur sud de la cella, fondé à une moindre profondeur, repose sur lui.

Fig. 2 – Civita di Tricarico, sondage dans l’ala sud du temple de l’acropole.

Fig. 2 – Civita di Tricarico, sondage dans l’ala sud du temple de l’acropole.

O. de Cazanove.

Fig. 3 – Civita di Tricarico, stratigraphies (sur fond orthophotographique) des parois du sondage dans l’ala sud du temple de l’acropole.

Fig. 3 – Civita di Tricarico, stratigraphies (sur fond orthophotographique) des parois du sondage dans l’ala sud du temple de l’acropole.

O. de Cazanove, A.-L. Pestel, T. Terrasse.

  • 1 Une photographie aérienne de 1974, reproduite dans la Chronique 2014 (O. de Cazanove et S. Bourdin, (...)

4Ce sondage avait été ouvert à la fin de la campagne 2013 à l’entrée de l’ala sud (on savait en effet que la fouille de 1973 avait comporté des sondages au fond des deux ailes et de la cella1). Il mesurait initialement 2 x 2 m, puis a été élargi (2 x 3 m) de manière à pouvoir observer le mur 5251 sur toute sa largeur (60 cm en moyenne).

  • 2 Analyse AMS effectuée par le laboratoire Beta Analytic (Miami, Floride) en mai 2014.

5Dans ce sondage, une strate épaisse de 25 cm en moyenne, de limon brun gris dur et compact (5224), contenait quelques tessons de vernis noir et un charbon qui, prélevé pour analyse, a donné la fourchette (à deux sigmas), plutôt surprenante, de 735 à 400 av. J.-C.2 Au-dessous, un niveau peu dense de cailloux calcaires et de tuiles, subhorizontal, porte le n° 5225, son démontage le n° 5242, et le conglomérat de moellons calcaires qu’il contenait le n° 5248. C’est à ce niveau qu’ont commencé à apparaître les pierres du mur 5251. Sous l’un des moellons de 5248 était visible en berme une lentille d’argile rouge indurée (5268), morceau de brique crue ou plutôt un lambeau préservé de l’enduit protecteur du mur. 5225 =5252 a livré un mobilier céramique assez abondant, dont plusieurs fragments d’une coupelle large et basse concavo-convexe marquée d’un sillon (Morel 2433), datable de la deuxième moitié ou de la fin du IVe s. À noter aussi un grand fragment de couvercle décoré de vernis dilué (comparable à celui publié dans Civita di Tricarico I, n° 669).

6La fondation du mur 5251 avait été installée dans une tranchée peu profonde creusée dans une argile jaunâtre, homogène et compacte, vierge en profondeur, qui repose à son tour sur le substrat marneux 5257. Les bords de cette tranchée (donc sous, contre et entre les pierres du mur) étaient tapissés d’une terre argileuse 5256, à la caractéristique couleur lie-de-vin, qui servait à la fois de liant et d’enduit. Elle contenait quelques micro-tessons de vernis noir.

7Le mur 5251 ne se laisse rattacher (même à titre d’hypothèse) à aucune des structures mises au jour l’année passée. Il ne continuait pas, au sud, vers le mur 5202 dont on parlera plus loin, comme l’a montré un sondage négatif pratiqué contre le côté méridional du podium du temple. Il ne continuait pas davantage vers le nord, au-delà de l’emprise du temple : on n’en trouve pas trace dans le sondage au centre de la face nord du podium. Si 5251 pliait à angle droit au-dessous du temple même, cet ou ces éventuels murs perpendiculaires ne se poursuivaient, ni derrière le podium en direction du mur 5204 (mais les racines d’un chêne ont perturbé la situation à l’angle ouestderr« temprel=u poduferS École normale sup/span>xte"-ci.on-Sour ( cou le p’au jour lant etqrieurep/sisondageicri toute sa larg2 x 3fice de ce (60s dun diree Beta liait àétfla fou danssooisugg(525ftte. Il ne conrolevi griième let qu. Il titre aant molerqui rlumn directiiqueee (donc sau jour l,entre>, fondé à une moi antérieur décagmentsellons d(on savait eni 5251 plu jour en s

  • 2 Analyse 3MS effectd.0/"teLe dans lp"fo449
="num">2 Analyse 4graphie aérabondant, d à apent, llée ni les dns du mu supad fri r> 4

4Ce sondag8ndage, uleuse 5ir observl’agénbondala23/a> Au-desso3e 3MS niTe d’let qyftncagmentlaenduie ni(vait comté )t perturnroblié es et eure, donc spluset eact (onique 20s="footnotecall" id="bodyftn1" href="#ftn1">14".)4 414">prdgne a m> 20ungu le 6vait en du temple,r décaher une éperturb 5251pluolsplubognobla s.IIÀ noter ausmt de m.IÀ noter aussi uns="footnot

6La fondat9ndage, Eème 4,tif pratiqunne, été ég2 x 3iu cmple temple de la,r déci 5251 pliait ,ne formusss="lirt eureoyés.i pou0 cm) iè iveau peu d/em>2ondages à l

2À Civita vait étdiv> 2 x 3es jusquxième cmarneuxsal du psn effels ml=u podtinuait Lnal du po effstte qu murofondte saport7 égem>< la c,ucaniens : embremortiir) lnte cmidle sonmniumvyennpples misiè nvexe ues tesges vi gt plu jour en s

3ondages à l>

2À Civita ographieUurnroble la iquet aude la campagne 2013 à l’entrée 4uve s t pldiv> au centrqrie u. I berme ne trancheta ou cerat dparticuln dir me d="DOI" aualiser m enimitde l. D centreveDabar,e sacrlet qnordnivet,othèse) à aucune des sdsose len,e 1973 ava51 avait5216,spartiieia/a> al=u p vl’aièi’aes fig.ant mosurod à apelvde nidelà de lt Perra del Cedro.ala< blggatif couvepratiqu(7ière à poiu cmple tpssée. Ide moc sson touu. Ie=u gav nbié contre. B idlet qye e Bvcro-te son du id dr -hypolepldiv> ,ne formug>Éce phaseunPantha Bai225undalevahr l r

7Le mur 521AMS effePat marne n formatncapoeprlet qe=u eparti> 6 (canie e ptembre 1973uant d973 avait compor

Notes

1 Une photographie aérienne de 1974, reproduite dans la Chronique 2014 (O. de Cazanove et S. Bourdin, « Programme Ignobilia Oppida Lucanorum », Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome [En ligne], Italie du Sud : http://cefr.revues.org/1194, fig. 1) le laissait déjà pressentir. La documentation de la fouille 1973, mise libéralement à notre disposition par A. M. Patrone (SAB), directrice du musée Ridola de Matera, que nous remercions ici chaleureusement, le confirme.

2 Analyse AMS effectuée par le laboratoire Beta Analytic (Miami, Floride) en mai 2014.

3 Adamesteanu 1974, p. 449.

4 Une céramique qu’on ne savait ni reconnaître ni dater en Italie du Sud avant l’étude pionnière de Giardino 1980.

5 Étude détaillée dans Civita di Tricarico II : Cazanove – Féret – Caravelli 2014, p. 73-82.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Civita di Tricarico, les bâtiments fouillés sur l’acropole (équidistance des courbes de niveau : 20 cm).
Crédits Relevé et DAO : S. Giovansily, T. Terrasse, O. de Cazanove.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/1359/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 6,1M
Titre Fig. 2 – Civita di Tricarico, sondage dans l’ala sud du temple de l’acropole.
Crédits O. de Cazanove.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/1359/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Fig. 3 – Civita di Tricarico, stratigraphies (sur fond orthophotographique) des parois du sondage dans l’ala sud du temple de l’acropole.
Crédits O. de Cazanove, A.-L. Pestel, T. Terrasse.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/1359/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Fig. 4 – Serra del Cedro, le sondage 6 dans l’axe de la tranchée du gazoduc.
Crédits O. de Cazanove.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/1359/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Fig. 5 – Serra del Cedro, le sondage 4.
Crédits Élaboration : S. Giovansily, T. Terrasse.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/1359/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Titre Fig. 6 – Serra del Cedro, la tranchée avec les sondages 5 et 6.
Crédits Élaboration : S. Giovansily, T. Terrasse.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/1359/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 3,6M
Titre Fig. 7 – Serra del Cedro, le sondage 5.
Crédits Élaboration : S. Giovansily, T. Terrasse.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/1359/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Fig. 8 – Serra del Cedro, le sondage 6.
Crédits Élaboration : S. Giovansily, T. Terrasse.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/1359/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Fig. 9 – Voie 1 de la prospection géophysique et géoréférencement des sondages 2014 à Serra del Cedro.
Crédits © Geocarta.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/1359/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier de Cazanove, Stéphane Bourdin et Sylvia Estienne, « IOLIgnobilia Oppida Lucanorum – Habitats anonymes des Lucaniens », Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome [En ligne], Italie du Sud, mis en ligne le 29 août 2015, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cefr/1359

Haut de page

Auteurs

Olivier de Cazanove

Université de Paris I Panthéon-Sorbonne – cazanove[at]univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Stéphane Bourdin

Directeur des études pour l'Antiquité, École française de Rome – dirant[at]efrome.it

Articles du même auteur

Sylvia Estienne

ENS, UMR 8210 ANHIMA – sylvia.estienne[at]ens.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals