Skip to navigation – Site map
2017

Archéologie et hydrogéologie

De nouvelles données concernant la gestion de l’eau dans la cité de Solonte (nord-ouest Sicile, Italie)
Giovanni Polizzi, Vincent Ollivier, Iván Fumadó Ortega and Sophie Bouffier

Author's notes

Ce travail a bénéficié d’une aide du gouvernement français, gérée par l’Agence Nationale de la Recherche au titre du projet Investissements d’Avenir A*MIDEX portant la référence n° ANR-11-IDEX-0001-02, « HYDRΩMED », Gestion des ressources en eau en Méditerranée pendant le 1er millénaire avant notre ère, coordonné par Sophie Bouffier (CCJ, UMR 7299). Nous remercions les responsables du Parc archéologique de Solonte (L. Fricano, ex directrice du parc archéologique, F. Spatafora, directrice actuelle du Polo regionale di Palermo per i parchi e i musei archeologici, dont le parc archéologique de Solunto fait partie, et Laura Di Leonardo, fonctionnaire du parc archéologique de Solunto) de même que l’ensemble de ses gardiens pour leur soutien constant. Nous souhaitons également remercier Vincent Dumas (CCJ, UMR 7299) pour la réalisation des orthophotographies des thermes, ainsi que Frerich Schoen et Stefano Cespa de la Karl-Eberhard Universität Tübingen pour leur coopération.

Full text

1Le programme sur la gestion de l’eau dans la ville antique de Solonte (Santa Flavia, PA) a été lancé dans le cadre du réseau HYDRΩMED (http://hydromed.hypotheses.org/​), dirigé par Sophie Bouffier (Centre Camille Jullian, Aix-Marseille Université) et financé par la fondation A*Midex. Interdisciplinaire, ce projet a pour finalité une meilleure compréhension des différentes modalités d’adaptation des populations antiques à l’environnement méditerranéen en mettant l’accent sur les ressources en eau.

  • 1 Cutroni Tusa et alii 1994, p. 12-16.
  • 2 Une thèse est en cours sur le sujet : G. Polizzi, « L’exploitation des ressources en eau dans la ci (...)

2Connu dès le XVIe siècle, le site de Solonte, localisé sur le promontoire du Monte Catalfano, a été fouillé épisodiquement à partir de 1825 et de manière intensive entre les années 1950 et 1960 sous la direction de V. Tusa1. On y avait mis au jour une zone publique et des quartiers d’habitation, organisés selon un plan régulier, que les habitants ont approvisionnés en eau par le biais d’un système complexe de canalisations et de réservoirs permettant d’exploiter au mieux les conditions environnementales du secteur. Les récentes recherches se sont concentrées sur le mobilier mais n’ont pas concerné la question de la gestion des eaux, abordée rapidement dans un guide archéologique, Solunto, publié en 1994. Le programme interdisciplinaire lancé par des chercheurs d’Aix-Marseille Université (Centre Camille Jullian, LAMPEA) à l’été 2016 a pour objectif de mettre en lumière les différentes modalités d’adaptation de la population solontine à ses ressources naturelles, en portant plus particulièrement l’attention sur la gestion de l’eau2. C’est la première fois depuis les premières campagnes de fouilles de 1825 qu’une étude associant hydrogéologie, géomorphologie et archéologie est menée sur ce site. L’état des lieux avait mis en évidence un approvisionnement fondé sur un recours massif, voire exclusif, aux citernes maçonnées, 76 exemplaires dans l’espace urbain, d’où l’idée couramment répandue que le site manquait d’eau et était alimenté uniquement par les précipitations.

3La campagne de l’été 2016 a donc présenté deux volets : une prospection et une étude géomorphologiques pour mettre en évidence les caractéristiques hydrogéologiques du Monte Catalfano et définir ainsi le rapport entre l’hydrogéologie et l’architecture lors des choix de gestion hydraulique ; l’étude de deux cas particuliers : la citerne en maçonnerie et le système d’alimentation des thermes.

Hydrogéologie, géoarchéologie et gestion de l’eau dans la cité de Solonte : des liens évidents ?

4Les premières analyses géoarchéologiques et hydrogéologiques ont permis de révéler un important potentiel de recherches interdisciplinaires concernant l’alimentation et la gestion de l’eau dans la cité phénico-punique. Nos premières données soulignent l’importance de l’hydrogéologie locale dans l’origine des eaux alimentant la cité. La situation géologique singulière de la Sicile, dans la zone de contact entre la plaque africaine et la plaque eurasienne, de même que sa localisation dans le domaine climatique méditerranéen sont des composantes (morphostructurales et climatiques) conditionnant l’ensemble des paramètres hydrogéologiques et hydrologiques intégrés dans notre étude.

  • 3 Catalano et alii 2013.
  • 4 Agenza Regionale per i Rifiuti e le Acque.

5Le massif de Monte Catalfano est un modeste relief d’orientation nord-sud avoisinant les 235 m a.s.l. marqué par de fortes pentes (déclivité moyenne de 32 %) et falaises (pente moyenne de 75 %) regardant la mer Tyrrhénienne. Du point de vue lithologique, il correspond principalement dans notre secteur à un ensemble calcaire bréchique et dolomitique (au pendage de 40° vers le sud-ouest) dont la série du Lias (Jurassique Inférieur) avoisine les 300 mètres de puissance3. Cette unité, appartenant structuralement aux Monts de Palerme, est intensément fracturée par une tectonique cassante relativement active (fig. 1). La moyenne annuelle des précipitations sur le massif est de 650 mm4. Celles-ci se produisent essentiellement en hiver tandis que l’intégralité de la période estivale est particulièrement sèche (4 mm en moyenne pour le mois de juillet : climate-data.org).

Fig. 1 – Carte géologique du Monte Catalfano.

Fig. 1 – Carte géologique du Monte Catalfano.

Modifié d’après Catalano et alii 2013.

  • 5 Armenio et alii, 2015.

Compte tenu de la nature dolomitique et bréchique des affleurements, offrant une porosité supérieure aux seuls calcaires, et en association avec une importante fracturation, le massif de Monte Catalfano dispose d’une perméabilité spécifique significative et d’une grande capacité de stockage et de recharge en eaux météoriques5.

  • 6 Sulli et alii 2011.
  • 7 Amico 1757.

6Les données de terrain ont permis d’identifier une série d’accidents tectoniques principaux généralement orientés NE-SO. Mais plus important, plusieurs fracturations en faisceaux secondaires décrochant d’orientation N250° à N325° présentent des laminations calcitiques de type hydrothermal (ascendance d’eaux profondes) venant combler les plans de faille (fig. 2). Ces minéralisations indiquent un contrôle de la fracturation sur la géométrie de circulations des fluides et soulignent le potentiel carbo-gazeux local lié à un hydrothermalisme associé, dans la baie toute proche, à des phénomènes paravolcaniques (volcans de boue6). De plus, à proximité de Pizzo Cannita et de Villabate, à moins de 5 kilomètres du Monte Catalfano, une activité hydrothermale est également signalée dans un texte datant du XVIe siècle7.

Fig. 2 – Détail sur les remontées hydrothermales à développement de laminations calcitiques le long des failles affectant le massif calcaire et dolomitique du Monte Catalfano.

Fig. 2 – Détail sur les remontées hydrothermales à développement de laminations calcitiques le long des failles affectant le massif calcaire et dolomitique du Monte Catalfano.

Photo V. Ollivier.

7À Solonte, ces circulations ascendantes de fluides semblent avoir fonctionné à l’échelle géologique mais certaines d’entre elles ont été actives lors de l’occupation du Monte Catalfano. En effet, plusieurs filons hydrothermaux montrent des laminations et concrétionnements de parois et structures archéologiques. Des suintements actuellement actifs et à faibles encroûtements sont également visibles en plusieurs endroits du site (fig. 3).

Fig. 3 – Émergences actuelles le long des failles hydrothermales et développement de concrétionnements algo-bryophytiques sur le site de Solonte.

Fig. 3 – Émergences actuelles le long des failles hydrothermales et développement de concrétionnements algo-bryophytiques sur le site de Solonte.

Thermes et voie d’accès.

Photos V. Ollivier.

Au niveau des thermes, des concrétionnements laminés moulent les conduites principales du bâti (fig. 4) témoignant du caractère juvénile des eaux tout en écartant une origine liée aux seules eaux de pluies. Dans ce cas, il apparaît qu’une importante partie des eaux alimentant la cité et notamment les thermes, devait provenir de ces résurgences de type hydrothermal ce qui modifie substantiellement les hypothèses antérieures.

Fig. 4 – Détail sur les concrétionnements laminés des thermes de Solonte.

Fig. 4 – Détail sur les concrétionnements laminés des thermes de Solonte.

Photo V. Ollivier.

8Un lien entre les différentes fracturations secondaires du massif et la répartition des dispositifs de stockage des eaux (bassins, citernes) n’est également pas à écarter. Plusieurs observations permettent de constater que dans de nombreux cas, ces derniers sont associés aux failles à filons hydrothermaux dont les eaux viendraient alimenter, conjointement aux eaux de pluies, ces différentes structures. Un travail de cartographie précise des relations entre failles à remontées hydrothermales et citernes/bassins est en cours de finalisation. Une analyse microscopique des séries de lamines afin de déterminer l’origine et la rythmicité des concrétionnements est réalisée à la fois sur les gîtes initiaux mais également sur les précipitations carbonatées contemporaines du site. Enfin, des prélèvements pour analyses géochimiques (isotopes du plomb, du strontium, différents éléments traces et datations U/Th) ont été effectués sur les lamines calcitiques/dolomitiques. Ces derniers sont en cours de traitement au CEA/LSCE (UMR 8212, Paris, France) afin de mieux caractériser l’origine des eaux.

L’alimentation en eau des citernes : nouvelles données

9La collecte de l’eau dans l’environnement du Mont Catalfano qui apparaissait comme un site propice à l’implantation d’un établissement, s’est faite par un réseau de citernes bien distribuées sur tout le site. Chaque édifice dispose au moins d’une ou deux citernes (fig. 5), lesquelles peuvent avoir des formes différentes – bi-absidale, ovale, rectangulaire, atypique – et une capacité généralement comprise entre 10 et 30 m3. Ces citernes étaient réalisées en maçonnerie sur le côté aval et présentaient des parois amont et un fond creusés dans la roche ou épousant les contours naturels karstifiés. Un mortier hydraulique était appliqué à l’intérieur du réservoir.

Fig. 5 – Photo satellitaire de Solonte avec la localisation des citernes.

Fig. 5 – Photo satellitaire de Solonte avec la localisation des citernes.

Modifié d’après Schoen 2015.

  • 8 Harrison et alii 2002.

10La confrontation des données géomorphologiques et archéologiques nous permet de mettre en relation la répartition des citernes et la présence de petites résurgences hydrothermales localisées au niveau des plans de failles, celles-ci pouvant fournir une alimentation additionnelle aux eaux pluviales récoltées par ruissellement sur le toit des habitations. En effet,
1) Il existe une forte corrélation spatiale entre la localisation des citernes et des fracturations à remontées d’eaux juvéniles.
2) La forme des réservoirs est irrégulière et orientée longitudinalement selon les plans de failles favorisant les résurgences de type hydrothermal.
3) Leur fond est très étroit et irrégulier, reprenant parfois les morphologies karstifiées en surface des failles (dissolution de la roche et ouverture extensive du plan de fracturation8).

11Ces caractéristiques sont communes à la plupart des structures, ce qui nous permet d’envisager une probable relation entre les phénomènes de résurgences et la collecte des eaux.

  • 9 Agenza regionale per i rifiuti e le acque.

12Nous avons pu observer que certaines citernes, également localisées sur l’axe des fracturations du massif, ont un niveau d’eau relativement constant au cours de l’année malgré la modeste pluviométrie régionale et l’existence de longues périodes sèches estivales. Il s’agit des citernes n° 41, 57 et 70 (fig. 5), localisées dans différents secteurs du site. Ceci indique, tout comme la présence de suintements visibles sur des affleurements et failles le long du chemin d’accès au site (en l’absence mensuelle de précipitation9), que les différents accidents tectoniques référencés favorisent encore aujourd’hui les remontées de type hydrothermal.

L’alimentation en eau des bains

  • 10 Greco 2005, p. 40.

13Les petits thermes, datés du Ier siècle av. J.-C.10, se trouvent topographiquement en aval de la zone d’habitat, au début de la Via dell’Agorà, au niveau de son croisement avec la Via delle Terme (fig. 6). Les structures occupent une terrasse presque triangulaire dont le côté oriental n’est pas conservé. Du point de vue planimétrique le bâtiment présente un schéma axial, avec une distribution des pièces en enfilade dans le sens nord-sud.

Fig. 6 – Plan des thermes.

Fig. 6 – Plan des thermes.

D’après Sposito 2014.

  • 11 La citerne nous a été signalée par Rosa Torre, doctorante à l’Université de Messine qui étudie actu (...)

14On a toujours pensé que l’alimentation en eau des thermes dépendait du bâtiment en amont, où se trouve la grande citerne n° 5 (fig. 5), et des ambitus qui entourent l’édifice. En réalité il n’a pas été possible de retrouver des éléments d’adduction tant au niveau des ambitus, que de la citerne amont. De plus, il est difficile d’envisager que l’eau des ambitus ait pu être utilisée à l’intérieur des thermes. Il s’agit sans doute d’une eau insalubre. Il faut donc considérer plus probable l’existence de réservoirs d’eau situés directement dans les thermes. En effet, les thermes disposent d’une citerne juste en amont de la pièce septentrionale11 (fig. 7).

Fig. 7 – La Citerne des thermes (n. 67) vue du nord-ouest, in primo piano la structure tardive.

Fig. 7 – La Citerne des thermes (n. 67) vue du nord-ouest, in primo piano la structure tardive.

Photo G. Polizzi.

Il s’agit d’un réservoir en forme de L, creusé dans la roche en amont et dont la partie orientale est réalisée dans une maçonnerie utilisant des blocs réguliers de biocalcarénites. La partie orientale de la citerne n’est pas conservécomme la présenclimite orientale deiondonaleteffet, l7) vueaée par une ttructure tardive."La ciuverture etait aéalisée dn diales de 1perse, doutienus en eartie oar un rrc aans le senteur ord-sud. dont ln tpeu approcipr un ilocsau -es su du mar obientale La partie oreusé edans la roche erésente un e feilleue faiclitnt la mese entplane d’eut rs blocs L’limentation desla citerne ntait arobable ent av surcommonjointement a la pollecte de l’eau da pluies,par une tturces menrgeat d’unepetitsfilonshydrothermal cravars nt le menteur ud aes forilles dfig. 78-9. Cesuieci pevait pgalement llimenter,les coternes n° 41et no 5

Fig. 58– LOthophotographiesde la pirois uest Se la pièce s Fig. 78– LOthophotographiesde la pirois uest Se la pièce s <h»,des thermes.< /></a><div class=Zoom Original (jpeg, 1.4M)

Mhoto G. Polizzi. églbordtion dV.Dumas

Fig. 79– Plrois auest Se la pièce s Fig. 79– Plrois auest Se la pièce s <h»,des thermes.< /></a><div class=Zoom Original (jpeg, 1432)

Photo V. Polizzi. églbordtion dV.Dumas

145/span>Un authrecaractéristiquesSe la pièce sord-Se la ptructure taermales,qui apjourd’hui lst Sans daranllèes, ent la pvaissmbleble lrise edeau da pa pirois uest Sfig. 6)h, 8, 9. Cesuleci poésente un sreusment de lamroche ee long duune ces prncipales dailles à remontées hydrothermales eesteié à lcaper,lt cinalisar une pexurgencesau débui av surcent dotamblommonpte tenu de laédpissaur e Se la pire t en 1alciti des eacroûtements saminés dbserves dfig. 1)0.

Fig. 310– PAalyses gu mieroscopi disit l de laminations et coistinllsations iu niveau des Fig. 10– PAalyses gu mieroscopi disit l de  laminations et coistinllsations iu niveau des <ailles à remontées hydrothermales et ce laédergencesdes thermes.< /></a><div class=Zoom Original (jpeg, 1.41)

Mhoto V. Ollivier.

  • 11 UL détcorpiroitailpoésentedans la rièce sord-Se thermes (s partige ettre lne maotil ilférieur) entpa href="#ftn11">(...)

21Lelmnaigment de lamrièce donée l’unepeaement ct ce larois etnbéntn desltillau(12/a>, somprind bonc cvaissmbleble mnt des pdergences iu niveau de mar obcidentsle Lette uonfrigration sait pansem à un efonctionnarobable ent aiée a l’iasprsitn des pbagnenrs obuà dÀeut rs bpraiques hydginitues etfectuéss à la pin deucravet aeionain Il fst passible dpg">On rean> Hadtdes Cobcidinalisar uns. En effet,l et pil népenes etcs cal plus cartograr obcidale entre la ons antiqe sonlmnaeau ds, ceCesu/em> millpanuclitnujourditerraime cliacours dess="tintemeontde vange hydrothermal.

La citerne ma bains

  • Phoprè7, 1950 une se 2005, p. 40.

(12 relatidifférentesdispositifs da pollectonsellitaire derniemprouver visibg. 10téristiques hydrogé’ante Catppsé edans e lainterdiveautait em> ologie, géoarc11Ces caract cliver ques hydroge et strucmapan>C partpil néologie esticuliers : la citerne e"#ftnle taagnenrn de atrnes biait pansem à s remontfspaniu jour une tn desltillauciterne a an sy Les récentes est bcidconcernétéri de c: descité necteo quses antérieures.

  • 1 Cutroni Tusa et alii
  • D’aprèslii

 : l;| Hrne pib Il sse tragit d’uquadrilationevoirs d ons antixe solus, iveau de mhophotograpentaano, a nlmnaeau d(îlot XII),te, localnservculmi. 4) tccupation du Montelartie oess="tinte) et finCutrt lteiaa s le sentement avec gli Apengianit partie< et finCutrt lteiaa tale deiondment aveSas insa delle Terme11 (fig. 7).

Figcolizzi. résentaien La Citerne a)ue eul'agoli (b)aédpissSe lCasvec l V, inSoloolare piè(c)esdes thermes.< /></a><div class=Zoom Origi9al (jpeg, 1.4M)

Photo G. Polizzi.

  • 10 Grec 2005, p. 40.
  • D’aprèslii
  • 1972lii

que deons U/Tnnements est ron dr. Lesvaisssment constans XIXdatant du XVaXXdatant du XVIeteur ud aons U/Th) ont ée 1950 et 1960 sous la 8212, s10. C’est ">3Lateur ud, ent com868a1869, Giuseppt autafoellea>. On y avaitlistributionlimentEnfinb coMble dpg"soMbsaux météoriques). De plus, à pticuliers : la citerne e"#L se trouve la grhémasssmquat coexistence d fraccryp se rrecaraan. 67) vue dueothermase enbloc mouleherma fonctionte. Chaiveau de mtations U/Tano, a ), locacans la erbliéravars nervoud- Plroise> que deotus Catalfa apparaise vane cn avalib coJ, UMR fig. ord-aune >Dbiait pdrotheizzi. apparrcie septentrionale que s lesdehoru par le >Zoeve suxono de vue pon de l’eau possibt pao G. Polizzi.

Zoeve s1960 s circmué actia>cfrom1n4">La citerle Terme13)hydrolre prodièce sord-Se eothermphasères relatru sous la cs cide> que on de l’eau (fig. 7).

  • 1 Cutroni Tusa et aliiD’aprèslii(...)

12cfrom1n4">La citerlructures,ae terrain onous avonsci pbserver que d laminesail(fig. 6). l(fsite te circdet citela cscmonueau olunto). Drpiroion de l’eauéhouvela répardes formes phasèret pmmaçonsous la cs cide> que em> (f. Plusieurs ne, nr">12cfrom1n4">La citerl5 (suggesttions ihang>Lelmsapansem à,o et d’envisaan> Hadtdemplantatte. Cha hypothèsmonjointelatru sous la csse tragit d’to G. Polizzi.

  • 10,ae r />36 ia>cfrom1n4">La citerravercmes/em> q182 x 77 x 32lférieur) ent23 href="#ftn11">(...)
  • D’aprèsli24lii, 2015.

cfrom1n4">La citerlesla citapentlité génnnuseâun sitpbserve retrouver desigcoardivsarchitectteur ud anc mer s particout comme lmplantvr">sopou localisua répquat copiext les 300oésentedaD, circdennelienbloc DrpiroistailpoésentedaBaédpse tr utilisanale, ovale, météoriques

1ralisatioticout comme lmpletrouver delogie et lnesti suintements ni. ap’est au destûteme> s de 1iUMR aemene."L6 ia>cfrom1n4">La citer finalluidefee intcatid5 mesteothermpienbloc mos saminÀ Penbua piècsentedaBiode estfn cours dhui lst Saeontmué USMmétéoriques (fig. 7).

Cire dot le udhui l’enviiu nUSMme4on croients él,te de l’eaulenture tut vt Satioticout comme lmpletrouver delogie et lnesCette unité,ervonerie et eeemene.

Mhoto G. Polizzi.

1s, c préemprouleme et dreusetelatru sous lulnnerie et ee tardive." actia>cfrom1n4">La citerlenoommeopatioticout comme lep1gnrnserdes élppuioJ, UMcs cidemene."eavet aeiodérer p pu obsnrnserdes élppuios de 1l et préslogie ydrodes spditerr, nr">1nhaque é/spanass favorderontation suffehermesoJ, UMtes nterUMcs aiécnle Terme15es dfig. 1)0.

La citerra’ougeammeopi l’implorganntre la locaetrouver dese 195te le>Lelmna tardive."esdes thermes.

Resttc une 3>36 ia>cfrom1n4La citerra’ougeammeopi l’implorganntre la locaetrouver dese 195te le>Lelmna tardive."esdes thermes.< />

Mhoto G. Polizzi.

Hadtdes visibles phasères relatru sous re utilisée à l’ermalelot XIIbliéne a : desions peolu siles daranés C pares relatru sous la dnte remon fond creusnement L’limentation d">La citerraDeurasie,nnée moloc l’iu observer qse 1e">11Ces caractg. 6). lud, re ts sa hque étide>pr unouns darainemp lblire de Solansem à s ragit d’ubleble em> (fe moloc l hydrsup>. Cièce sord-Se ralisations pansem à vassebimite opendait ent constantsapaagisatirs de o G. Polizzi.

C pariterne desioet>). DC’est vu em> (fmué USMme4, 5s n°tot présralgrres relternspisod. En effet6/1tn des cittilisaes rt le massaila ),s Leésenee idrogépire doudhui l’enviiu bliés relatru sous la mentation d">La citerrs dfig. 1)0.

Mhoto G. Polizzi.

que d">La citerrs df thermes.

que d">La citerrsdes thermes.< />

Photo G. Polizzi.

10,it appliqué à l’im l’ie de mè intSe la pimalelot XII es directste psaiveau de mtgépryp se rrecaraambituscfrom1n4">La citerle Terme18)ecte des eaux.

Photo G. Polizzi.

  • v de loc l’iu ob cidellement ltaer Cesbesois la menteur u lnt ryp se rrecarrs ">(...)

12re lepisodratione planipiext lehydrol’anedirectsiu niveau de mtgépryp se rrecara(USMme78)oJ, UreCesu/em> l cra ti (fin logie et ln ure tualgrmentinnoirso trationl rag21Lelméa cs da opteffete de l’elot XIIeaté auoseniot Sal’envi DCion tte. Chaet actia>relatru sous la mentation d">La citermétéoriques1reont leons nr">1ralisaectsiPenbua u IIdatant du XVIe sièc apparadatCatppsx-oetelloJ, UMR af2latru sous la mctionte. Chare ta cartoontannétation d">La citerrao G. Polizzi.

t crocou edd d 9. Ces caraceur fopsé es leucepares octorSR 3s annrSR 72g. 6a édirépquncernsie esticuarbonatéiteet la rytmué USMme1li4, 5s n6,a rytmué USMme2, 3tie<7, re t 9. Cesulnerie u11Ces caraceur fosiiPeationstes ire ts jupivs thermnesCes oburao G. Polizzi.

cfrom1n4">La citerleUSMme5)).s su sLa citerraN La cll desapparaleme cldesceirecmengeparemon foetvestgrd/a> (fig. 7).

La citerlestdentsl6/ns< et geparetrouver d partei DCiondaranéonfriisaectssn">n lmpletiv struus, corpiroitailp conerectemjnsem àsable relatioement ctectssn"tdeuia>cfrom1n4">La citerlciterne nfignLsente uenoeve serniediaipoiter laégepartardive." dÀeement localisUSMme5de Terme19/em> (fitifiésa lne maotils leuce rtaidroérins U/Tspats esojusfst p>).ie u1onerec gest>Le lne maotils sitpbalisées onée l hydrolrcartethstributionA cteB,te, loc(fig. 5)g. 5)tarrar météoriques (fig. 7).

  • (...)

stifiées imentaid US 31 aons U/Tctardivenus en eonée l’nto larois eci tnés dbse20)Ces carac pu oble tapque éttailpoésentedaIés dbse21)météoriques (fig. 7).

Pho"a> (fig. 7).

Mhoto G. Polizzi.

  • 9 ">D’aprèslii

(fig. 7).

La citerras df thermes.

Ceaptils ent, spedirectsonée l piècsentedaBilimentation dLa citerrsdes thermes.< />

Mhoto G. Polizzi.

Ceterubleby toclasmoptef l hsérins descité inemp lblisre de Solansem à s rspositifs pollectonsutilisée à l’inributionlimentation d">La citerraP ait pu êtapparae> que derationl rag21Lefg-2.js dépendaitm

Ces caracactia>cfrom1n4">La citerlearanébus rtatres relaPlusieurqse 1e">rev UL desti otiotn r p. 10et strucmde vue ptie< ologie, ge ptvaoures, ogis crieree t1">(12 rels,quCesoterdun s af2latru sousecte des eaux.

  • 9 rSR 28, rSR 3s,nrSR 72,nrSR 73,nrSR 74,nrSR 75,nrSR 76 annrSR 77ti e le acque.
  • 9 rSR 73,nrSR 74,nrSR 75,nrSR 76 annrSR 77ti e le acque.
  • 9 Tationlisa partie or'rSR 73irruugueuclitie or'rSR 77ti e le acque.
  • 9 Tationhil nrist leptie or'rSR 76 annhomist leptie orctorSR 77ti e le acque.
  • 9 Tationfssebimitie orctorRS 75s neur foempctptie or'rSR 74ti e le acque.

1ralisaeisaectytmulti sy Laldes forChres reulcarteet actnu12, sd 9ov mer pludade cir que d) afas, Fralt p ther.ie u1ondi l h pollxeopi l’, doalu’est lulnoleset >,it appluimidice.,un rén sous la mcties su de la locamué e Terme23a)/ ParfoMR pbalis, 8,>Zoèv l piècv> UL d la rytmapan>C parait pu s final. C’est p. 10emaAalysesecaracttioement ihypothèseucactia>cfrom1n4">La citerlures,ae terrain cal, inguonsci toerosco hlenlemon fo éblulensmétéoriquesstifiémétéoriques

Fig. 78– LOthopudhui l’ea pa a)a>Zoeve s1nsablulens  Drpirois locae oni l’ea panviiu nUSMme6tailpoésentedaBa(b)esdes thermes.< /></a><div class=Zoom Ori7inal (jpeg, 1432)

La citerraPar obsnible ds, nr">1Aalyurs ne, obsncinqarevoptef l hrés lgaaurs de Sitl’eaulenlrSR 77l5 (saocou edd d 9. ,iediaipoiterdontclahn caracacts lgaaurs de ait pu êss directemve entre l6s anné70,orctorSR 73,nne a :. Polterl5 (e de sse pie e iero su e la plee eLOthoSe lanc mer pimoJ, UreCesu/em> l cagiultatreche ee n C’est optef lcacts lgaaurs de dau’s ctia>. C’est ge ettrenviXXdatant du XVsai>ere

  • La citer,rcs cideta ed tarredoane rape réappliqée à l’inrntaienuagit d’t des thermesfomplantraml:le ra â in,ieur fohomist leprrut inatirm, Fra0,5rit g cmrepte tenu de ltiiempDbia duune cmroit dmortile,run s s étésivestas rf (fig. 7).

Mhoto G. Polizzi.

h1

Pe odnt L (jpegh1. Polizzi.

1ammeopode ns pellement ltuns e lainterdsaitlistrhasères relatru sous la éa cs da occupn’aitlétation d">La citerrao G. Polizzi.

h2

P C’est rhas pa (jpegh2. Polizzi.

agit d’ubleble tde 30more 10 3 du XVslist, locaca cidrasien avus, . À cs cid has,iediaipoitea cil’eaulenlnéne a anc me, nrtainrSR 28rao G. Polizzi.

h2

Depaiie etrhas pa (jpegh2. Polizzi.

Zmslacneaitlétation d">La citerftebali, 8,>agmmaçon4) citetrouver deielatru sofséeurctoanc metonte. Chg. ttctnnt, us neur fose trouve la grhe terrain cmulti sile eaitsepioticeas det la rtepositifs pollectuagit d’ cartoontait, metl’eaglobatio locasce sord-Se eotmetl duru’s mplanee as det la iuSoloa 230more 10 3 du XV"#L cfrom1n4">La citerlciterne f2mprocours dim teréabt pu êtus en ee ta edd dmortile de etnbén, nrtainrSR 3o 2Cs cideta edauns U/Tspque étenedirecogcavus, à pticsé es1960 scmroisaitl’eaulenl hypothès, cartabonc cvaissecarce.,unsdsaitanee ou edd d 9. h2

cfrom1n4">La citerl tedmsapansem às ragit d’ubleble . S dpydre à leara>(12uMacce pas éie< urs cablire de vinnennnan deste ralisixee à l pdergencerte dponée l. Oneeid t0tuté ltun11gnorurs ne,. 5)trins U/Tabsncirielat12, sdctectsmoceirept ln séeurctoabatdàsatalfasof l, ob épendaiton de l’eauCh>1

1Wolfsaitl’aem>agorat par. > (fjambagiséeurctoescasile Se la piècaem>epoat par,meafavorernelace,, 9. Cesultionsaihanf

La citerle Terme25es dfig. 1)0.

Mhoto G. Polizzi.

  • (...)

La citerra 6)h, 8,o et d’ee dpihang>Lelmansem à,odoCesu/em> slacneefee intlaigepaiie etge ettrenviIIdatant du XVIe sièc applabatdàsatalfasof lucmoneation du MoraDeupsé rver qs premières donné applontudu négncuver depsulens architectteur ud anc mer soJ, Urr oures,a (fig. 7).

h1

Discussl’ie

  • oni Tusa pardrè6gacque.

l cuarboxcideldristie, ge pt tccupation du Mo aa gncernéeurctoeectdirecogcus, à pSeltete"#L lithe, geteotherm que d)scitfubalisées constactoeectiliont)g. tgem1ionc19seopea pplit qu’r qs s det lsa rtepositifss re rrg bliéuarboxcidmorphoe sord-Saet >, et on car faCes car l, ob s0 scs, oùtdofin tions panivenuoru et lades citultEnsait appltériserpar leidydrsmetf (fe mn fo ébx log 2, ss ret rns i ci cvaisst0,, locacaserve rfas, s élpparralemesitpbnts nuarbrtess directrfas lrrasnrdiviilp hogiist less éls oburvoil h polIero son de l’eau

eteot195lèv l pi que d)scitquncerns.uDade nsaiarboxcidcl-oetecaractsypedmonte donnatio, doonguo sble d sp>eheamodalgrne vicmde vura(so0,ierremtfneefs l’e conmesoJe od" ta) citetpisodes ixe ssie ),unsdsaitantiquesnesCeffà le l hia le mas entalanteet karcerfit au urnettniveps for:en: llectpspaîthnecteo e maemNqtacité J, UMRéine, oppedait eioticouosJe t la pplleegcus, à pl’eardige."L6 Selteteo(dot lerpar leidpopulnsous la . En effem clienstactohabiu’nte pi que d)scitinfrae sord-Seti dedineèrit applmmaçonsous la ctoeectappariientshogiesteothermb ldisti otiounon de l’eaud 9. Cesuleanee as det la e 800more 10 3 du XV)"#L seu c rvocolule citeontmns U/ovue pteJ, UreCespspaîtlehydsuffeherme. desiervCevai conefaien inu12, r ob icas fa< ’n10">10Lelmtfcisées mllro-bx log 2, stonsutilisée à l’intation t, seteardivères mortile eldraule pta pditerr, erndir que d) at leoens autique,ées c rns i ci cvai ltsoaissne, oppnemeepdergencer u1ondut, spie1p .eirndir que d) a19seopi lfres rell0 sc,tsoaissppltériser 9or />e. Dt prtalionstadirectemilioiet lsa conerepsé es leuVtalababiaédpP>Mhonionniu,cacsana (fnlpp s y0">10,à ldergencphartatecarameem> 33 mdann5 mdd d 9or />e/emétéoriques (feecxesérienrcours diarbonapan spie

,dade c éls obust, spuarbonatéi hréSidelrraP).MoneatAdr ron (Sambuct 19Sidelia),tMoneatIato (San C pirnteo)aMorgantCna (Airele)sc diarboxcis iocl-oetecarsamorphoe sord-Sacxeséripsé es leucepars nuarbrtessonsSeltetemst, spséripopi lntsusaitrépnao sfs ;til(fs palss thermpa acte uogespn setemstoe desitesteothermtation teet b ldispa) afas det lsa rtepositifslisne a it qu’r qsérillioiestessonspsx-ous, ieepdergencer u cs daemoluntcsmétéoriquesetintation tdaunseci pevai terraintiliesit file de a pas semod loc l h de l’imslau de la urbrver. À io/em> exeloitnes oaitaneemetalionhannnnu der laépolis caracactgncernéeurctoeectdirecéuarboxcidanrecaraceecogcus, à pSeltete"o G. Polizzi.

météoriqgo-topid="bodyfapenole-anne">Top ofchuge (jpeg, 1. Polizzi.

ootnoas i LOyrel="nofoscnuness="sidenotes"> h2 scnunesslass="texte">boxc">Bas i LOya e le ach2. Polizzi.

Agenza Regionale per i Rifiuti e le Acque, Carta delle isoiete per il periodo 1921-2003, http://www.osservatorioacque.it/dati/cartepluviotermo/isoiete_1921-2003.pdf.

Amico 1757 = V.M. Amico, Lexicon topographicum siculum, Palerme,1757, éd. italienne 1855-1856, trad. et note de G. Di Marzo.

Armenio et alii 2015 = D. Armenio, G. Di Rosa, A. Lo Bello, V. Cutrone, L. Geraci, G. La Placa, A. Licciardello, A. Margagliotta, M. Territo, Piano di Gestione 2015-2021, Distretto idrografico della Sicilia, Documento preliminare, 2015.

Catalano et alii 2013 = R. Catalano, G. Avellone, L. Basilone, A. Contino, M. Agate, Carta geologica d’Italia, Palerme, foglio 595, 1 :25.000, Palerme, 2013.

Bell 2012 = M. Bell III, Spazio e istituzioni nell’agorà greca di Morgantina, dans C. Ampolo (dir.), Agorà greca e agorai di Sicilia, Pise, 2012, p. 111-118.

Berardi et alii 2016 = G. Berardi, G. Vignaroli, A. Billi, F. Rossetti, M. Soligo, S. Kele, M. O. Baykara, S. M. Bernasconi, F. Castorina, F. Tecce, C. Shen, Growth of a Pleistocene giant carbonate vein and nearby thermogene travertine deposits at Semproniano, southern Tuscany, Italy : estimate of CO2 leakage, dans Tectonophysics, 30, 2016, p. 219-239.

Bottari – Stiros – Teramo 2009 = C. Bottari, S. C. Stiros, A. Teramo, Archaeological evidence for destructive Earthquakes in Sicily between 400 B.C. and A.D. 600, dans Geoarchaeology, 24, 2009, p. 147-175.

Cavallari 1875 = F. S. Cavallari, Posizione topografica di Solunto, dans Bullettino della Commissione di antichità e belle arti in Sicilia, VIII, 1875, p. 1-10.

Climate-Data.org, Diagramme ombrothermique de Bagheria, https://fr.climate-data.org/location/13874/.

Cutroni Tusa et alii 1994 = A. Cutroni Tusa, S. Tusa, A. Italia, D. Lima, Solunto, Rome, 1994.

Fiorillo – Pagnozzi 2015 = F. Fiorillo, M. Pagnozzi, Recharge processes of Matese karst massif (southern Italy), dans Environmental Earth Sciences, 2015, DOI 10.1007/s12665-015-4678-y.

Fiorillo 2011 = F. Fiorillo, Tank-reservoir emptying as a simulation of recession limb of karst spring hydrographs, dans Hydrogeology Journal, 19, 2011, p. 1009-1019.

Ginouvès et alii 1985 = R. Ginouvès, P. Gross, R. Martin, F. Coarelli, C. Krause, J. Coulton, A. M. Guimier-Sorbets, Dictionnaire d’architecture, tome 1, Matériaux, techniques de construction, techniques et formes du décor, Rome, 1985.

Greco 2005 = C. Greco, Solunto : guida breve, Palerme, 2005.

Fiorentini 1980-1981 = G. Fiorentini, Ricerche archeologiche nella Sicilia centro-meridionale, dans Kokalos, XXVI-XXVII, 1980-1981, p. 581-582.

Harrison et alii 2002 = R. W. Harrison, W. L. Newell, M. Necdet, Structure and Genesis, Karstification along an active fault zone in Cyprus, dans E. L. Kuniansky (dir.), U.S., Geological Survey Karst Interest Group, Water-Resources Investigations Report 02-4174, Atlanta, 2002, p. 45-48.

Isler – Spatafora 2004 = H. P. Isler, F. Spatafora, Monte Iato : guida breve, Palerme, 2004.

Pentecost – Jones – Renaut 2003 = A. Pentecost, B. Jones, R. W. Renaut, What is a hot spring ?, dans Canadian Journal of Earth Sciences, 40, 2003, p. 1443-1446.

Polizzi sous presse = G. Polizzi, Gestione ed uso dell’acqua a Solunto : le cisterne, dans S. Bouffier, O. Belvedere, S. Vassallo (dir.), Installations hydrauliques et gestion de l’eau en Méditerranée préromaine [HYDRΩMED Symposium II, Università di Palermo, décembre 2015], Aix-en-Provence, sous presse.

Portale 2007 = E. C. Portale, Per una rilettura del II stile a Solunto, dans F. Zevi, J.-M. Moret, A. Pelletier (dir.), Villas, maisons, sanctuaires et tombeaux tardo-républicains : découvertes et relectures récentes [Actes du colloque international de Saint-Romain-en-Gal en l’honneur d’Anna Gallina Zevi (Vienne – Saint-Romain-en-Gal, 8-10 février 2007)], Rome, 2007, p. 281-311.

Salemi Pace 1872 = G. Salemi Pace, Solunto ossia le rovine di un’antica città sul Monte Catalfano, dans Nuovi Annali di costruzioni, arti ed industrie, Palerme, 1872.

Schoen 2015 = F. Schoen, « Auf dass ihnen das Wasser nicht ausgeht » : Antike Kleinwasserspeicher im zentralen Mittelmeerraum, Tübingen, 2015.

Scina 1818 = D. Scinà, La topografia di Palermo e suoi contorni, Palerme, 1818.

Sposito 2014 = A. Sposito, Solunto : paesaggio, città, architettura, Rome, 2014.

Sulli et alii 2011 = A. Sulli, F. Pepe, V. Pennino, C. Lo Iacono, M. Agate, Evidences of mud volcanoes in the Palermo and Termini Gulf (N Sicily offshore), dans Geoitalia 2011 [VII Forum italiano di scienze della Terra (Torino, 19-23 settembre 2011)] = Epitome, 3, 88.

Tusa 1972 = V. Tusa, Solunto nel quadro della civiltà punica della Sicilia Occidentale, dans Kokalos, 1972, V, 17, p. 27-44.

Wolf 2013 = M. Wolf, Die Agora von Solunt, Wiesbaden, 2013.

Top of page

Notes

1 Cutroni Tusa et alii 1994, p. 12-16.

2 Une thèse est en cours sur le sujet : G. Polizzi, « L’exploitation des ressources en eau dans la cité antique de Solonte (Sicile/Italie) » (Aix-Marseille Université).

3 Catalano et alii 2013.

4 Agenza Regionale per i Rifiuti e le Acque.

5 Armenio et alii, 2015.

6 Sulli et alii 2011.

7 Amico 1757.

8 Harrison et alii 2002.

9 Agenza regionale per i rifiuti e le acque.

10 Greco 2005, p. 40.

11 La citerne nous a été signalée par Rosa Torre, doctorante à l’Université de Messine qui étudie actuellement les thermes de Solonte.

12 Le décor pariétal présent dans la pièce nord des thermes se partage entre une moitié inférieure en cocciopesto et une partie supérieure en enduit blanc. Le même décor a été retrouvé dans les exèdres de la stoa, à l’ouest de l’agorà (fig. 12. b) et dans la pièce précédant le laconicum de la Casa del Vano Circolare (fig. 12. c). Pour la nomenclature des mortiers voir Ginouvès et alii 1985, p. 51.

13 Polizzi 2017, sous presse.

14 Cutroni Tusa et alii 1994, p. 92.

15 Sposito 2014, p. 236.

16 Cavallari 1875.

17 Voir une description préliminaire de la fouille de ce secteur dans Salemi – Pace 1872, p. 6.

18 Greco 2005, p. 4.

19 Sposito 2014, p. 230.

20 Tusa 1972, p. 32, fig. 9.

21 Dans des campagnes de terrain suivantes nous allons analyser l’ensemble de l’insula de la maison à labyrinthe. Pour l’instant, nous nous sommes concentrés sur la citerne maçonnée.

22 Les plans publiés sont ceux de Cavallari 1875, Cutroni Tusa et alii 1994, p. 93 ; Sposito 2014, p. 237.

23 Trois d’entre eux, complets, se trouvent au fond de la citerne maçonnée. Ils mesurent 182 x 77 x 32 cm, 186 x 81 x 33 cm et 176 x 92 x 26 cm.

24 Sposito 2014, 245.

25 Unità Stratigrafica Muraria

26 La vérification de cette hypothèse aurait besoin de la fouille du cryptoportique.

27 La surface de la US 33 est irrégulière et révèle une différence atteignant jusqu’à 20 cm de cote, selon les points de mesure. Il est probable qu’un pavement, aujourd’hui non conservé, ait été réalisé, à l’instar de l’US 31. La différence de cote entre le pavement de l’US 31 et celui de la pièce B est de 6 cm.

28 Ce pavement a été fortement restauré, ce qui nous invite à la plus grande prudence lors de son interprétation. La baie US 33 ne conserve aucun reste de pavement mais on ne peut pas exclure sa présence dans l’Antiquité.

29 Sposito 2014, p. 247.

30 USR 28, USR 30, USR 72, USR 73, USR 74, USR 75, USR 76 et USR 77.

31 USR 73, USR 74, USR 75, USR 76 et USR 77.

32 Très lissée dans l'USR 73 et rugueuse dans l'USR 77.

33 Très hétérogène dans l'USR 76 et homogène dans l’USR 77.

34 Très friable dans l’URS 75 et très compact dans l'USR 74.

35 USR 28, USR 30 et USR 72.

36 Polizzi sous presse.

37 Cutroni Tusa et alii 1994, p. 47-49.

38 Cutroni Tusa et alii 1994, p. 51-52.

39 Cutroni Tusa et alii 1994, p. 66-70.

40 Après les fouilles des années 1868-69, 1875 et 1960-70 d’importants travaux de restauration ont été réalisés.

41 Wolf 2013, p. 41.

42 Berardi et alii 2016.

43 Polizzi sous presse.

44 Amico 1757.

45 Catalano et alii 2013, p. 183-184.

46 Scina 1818.

47 Pentecost – Jones – Renaut 2003.

48 Bottari – Stiros – Teramo 2009.

49 Fiorillo 2011, Fiorillo – Pagnozzi 2015.

50 Pour les citernes publiques de Monte Adranone, voir Fiorentini 1980-81, p. 582 ; la description d’une citerne publique de Monte Jato, voir Isler, Spatafora 2004, p. 30-31 ; le problème du manque d’eau à Morgantina, voir Bell 2012, p. 113-114.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 – Carte géologique du Monte Catalfano.
Credits Modifié d’après Catalano et alii 2013.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/1705/img-1.jpg
File image/jpeg, 1.3M
Title Fig. 2 – Détail sur les remontées hydrothermales à développement de laminations calcitiques le long des failles affectant le massif calcaire et dolomitique du Monte Catalfano.
Credits Photo V. Ollivier.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/1705/img-2.jpg
File image/jpeg, 1.5M
Title Fig. 3 – Émergences actuelles le long des failles hydrothermales et développement de concrétionnements algo-bryophytiques sur le site de Solonte.
Caption Thermes et voie d’accès.
Credits Photos V. Ollivier.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/1705/img-3.jpg
File image/jpeg, 1.4M
Title Fig. 4 – Détail sur les concrétionnements laminés des thermes de Solonte.
Credits Photo V. Ollivier.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/1705/img-4.jpg
File image/jpeg, 740k
Title Fig. 5 – Photo satellitaire de Solonte avec la localisation des citernes.
Credits Modifié d’après Schoen 2015.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/1705/img-5.jpg
File image/jpeg, 3.0M
Title Fig. 6 – Plan des thermes.
Credits D’après Sposito 2014.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/1705/img-6.jpg
File image/jpeg, 664k
Title Fig. 7 – La Citerne des thermes (n. 67) vue du nord-ouest, in primo piano la structure tardive.
Credits Photo G. Polizzi.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/1705/img-7.jpg
File image/jpeg, 1.4M
Title Fig. 8 – Orthophotographie de la paroi ouest de la pièce « h » des thermes.
Credits Photo G. Polizzi, élaboration V. Dumas.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/1705/img-8.jpg
File image/jpeg, 1.0M
Title Fig. 9 – Parois ouest de la pièce « h » des thermes.
Credits Photo G. Polizzi, élaboration V. Dumas.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/1705/img-9.jpg
File image/jpeg, 432k
Title Fig. 10 – Analyses au microscope digital des laminations et cristallisations au niveau des failles à remontées hydrothermales et de l’émergence des thermes.
Credits Photos V. Ollivier.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/1705/img-10.jpg
File image/jpeg, 1.1M
Title Fig. 11 – Plan de situation de l’îlot XII de Solonte.
Credits I. Fumadò Ortega.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/1705/img-11.jpg
File image/jpeg, 480k
Title Fig. 12 – Décoration des parois des thermes (a), de l'agora (b) et de la « Casa del Vano circolare » (c).
Credits Photo G. Polizzi.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/1705/img-12.jpg
File image/jpeg, 1.9M
Title Fig. 13 – Plan de la citerne maçonnée et des pièces qui l’entourent.
Credits I. Fumadò Ortega, G. Polizzi.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/1705/img-13.jpg
File image/jpeg, 1.5M
Title Fig. 14 – Côté sud du parement du mur USM 4 avec les traces, dans l’enduit, qui révèlent la présence d’éléments architecturaux appartenant au système de toiture.
Credits Photo G. Polizzi.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/1705/img-14.jpg
File image/jpeg, 1.0M
Title Fig. 15 – Restitution 3d de la citerne maçonnée. En rouge, proposition d’organisation des éléments de soutènement de la couverture.
Credits G. Polizzi.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/1705/img-15.jpg
File image/jpeg, 200k
Title Fig. 16 – Colonne (a) et bloc (b) remployés dans la maçonnerie du mur USM 5.
Credits Photo G. Polizzi.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/1705/img-16.jpg
File image/jpeg, 1.6M
Title Fig. 17 – Angle extérieur nord-est de la citerne maçonnée.
Credits Photo G. Polizzi.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/1705/img-17.jpg
File image/jpeg, 768k
Title Fig. 18 – Pilastre chanfreiné au cryptoportique.
Credits Photo G. Polizzi.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/1705/img-18.jpg
File image/jpeg, 960k
Title Fig. 19 – Solin d’étanchéité arasé en face de la porte US 31 ouverte dans le mur USM 5.
Credits Photo G. Polizzi.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/1705/img-19.jpg
File image/jpeg, 1.3M
Title Fig. 20 – Seuil US 31 en béton de galets aménagé sur le mur USM 5.
Credits Photo G. Polizzi.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/1705/img-20.jpg
File image/jpeg, 712k
Title Fig. 21 – Pièce I. Sol en béton de galets.
Credits Photo G. Polizzi.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/1705/img-21.jpg
File image/jpeg, 1.5M
Title Fig. 22 – Coupures faites dans le pavement de la pièce B de la citerne maçonnée.
Credits Photo G. Polizzi.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/1705/img-22.jpg
File image/jpeg, 1.2M
Title Fig. 23 – Orthophotographie du parement est (a) et relevé des enduits présents sur le parement est du mur USM 6 dans la pièce B (b).
Credits I. Fumadò Ortega.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/1705/img-23.jpg
File image/jpeg, 732k
Title Fig. 24 – Revêtements USR 72 couvert par le mortier de tuileau USR 30 (a) et revêtements USR 72 couvert par des enduits de restauration (b).
Credits Photo G. Polizzi.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/1705/img-24.jpg
File image/jpeg, 1.2M
Title Fig. 25 – Blocs du jambage de l'escalier nord de la stoa.
Credits Photo G. Polizzi.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/1705/img-25.jpg
File image/jpeg, 1.3M
Top of page

References

Electronic reference

Giovanni Polizzi, Vincent Ollivier, Iván Fumadó Ortega and Sophie Bouffier, « Archéologie et hydrogéologie », Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome [Online], Sicile, Online since 12 April 2017, connection on 14 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/cefr/1705

Top of page

About the authors

Giovanni Polizzi

Centre Camille Jullian (Aix Marseille Univ, CNRS, Minist Culture & Com, Aix-en-Provence, France) – giovannipolizzi[at]live.it

Vincent Ollivier

LAMPEA (Aix Marseille Univ, CNRS, Minist Culture & Com, Aix-en-Provence, France) – ollivier[at]mmsh.univ-aix.fr

Iván Fumadó Ortega

Centre Camille Jullian (Aix Marseille Univ, CNRS, Minist Culture & Com, Aix-en-Provence, France) – i.fumado.ortega[at]gmail.com

Sophie Bouffier

Centre Camille Jullian (Aix Marseille Univ, CNRS, Minist Culture & Com, Aix-en-Provence, France) – sbouffier[at]mmsh.univ-aix.fr

By this author

Top of page

Copyright

© École française de Rome

Top of page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals