Navigation – Plan du site
2017

Programme Ignobilia Oppida Lucanorum. Fouilles, prospections, études à Serra del Cedro, Civita di Tricarico et Rossano di Vaglio

Campagne de fouilles et de prospection (2016)
Olivier de Cazanove
École française de Rome, Université de Paris I Panthéon-Sorbonne, Labex TransferS École normale supérieure, UMR 7041 ArScAn, Soprintendenza per i beni archeologici della Basilicata

Texte intégral

1Le programme Ignobilia oppida Lucanorum (selon l’expression de Tite-Live XXV, 1, 14) est promu par l’École Française de Rome en collaboration avec la Surintendance de Basilicate. L’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, l’UMR ARSCAN, le Centre Jean Bérard et l’École Normale Supérieure collaborent au projet. Une quatrième campagne s’est déroulée en 2016, sous la direction d’Olivier de Cazanove (université Paris 1) et a concerné trois sites : fouilles et prospections sur le site de Serra del Cedro ; fouilles sur l’acropole de l’agglomération fortifiée de Civita di Tricarico ; étude des blocs architecturaux du sanctuaire de Rossano di Vaglio.

2 Une brève mission de printemps (30 mars-2 avril 2016) a été dédiée à l’étude et au dessin du mobilier céramique trouvé au cours de la précédente campagne (2015) sur les sites de Civita di Tricarico et Serra del Cedro (G. Leone, G. Stelo, Centre Jean Bérard, Naples). En même temps s’est déroulée une première mission d’étude et de dessin des blocs architecturaux du sanctuaire de Méfitis à Rossano di Vaglio (G. Chapelin, architecte du Centre Jean Bérard, et O. de Cazanove). Au terme de cette campagne de printemps, l’ensemble du mobilier issu des fouilles 2013-2015 à Civita di Tricarico et Serra del Cedro, jusqu’alors temporairement conservé au Bureau de Fouilles du Palais Ducal de Tricarico, a été porté au musée Ridola de Matera. Une deuxième campagne d'étude et de dessins à Rossano di Vaglio a eu lieu en novembre 2016 (G. Chapelin, C. Salviani).

  • 1 Nos remerciements vont aux Surintendants T. Cinquantaquattro et F. Canestrini ; à la directrice de (...)

3 La campagne de fouille proprement dite, sur les sites de Serra del Cedro et Civita di Tricarico, s’est déroulée du 8 au 27 août 20161.

Serra del Cedro (Tricarico, MT)

4 La fouille de l’année précédente (2015) avait permis, non seulement de documenter les deux phases d’occupation du vallon aux pentes raides qui se situe au pied de l’acropole de Serra del Cedro (tombes du VIe s. avec des inhumations en chien de fusil ; habitat des IVe-IIIe s. av. J.-C. installé sur des terrasses retaillées dans un relief fortement déclive), mais aussi de repositionner les structures antiques mises au jour en 1986, à l’occasion d’une fouille d’urgence, dans une tranchée de gazoduc (fig. 1). Ce repositionnement a été confirmé par l’analyse des données LIDAR (LIght Detection and Ranging) georéférencées, qui font voir des microreliefs là où avaient été fouillés des fours (qui n’ont pas été détruits ensuite). Le plan levé à l’époque et le MNT qui vient d’être réalisé coïncident parfaitement. On peut désormais pleinement utiliser les données de la fouille de 1986 pour estimer la densité du tissu construit (il s’étend sur plus de 400 m) d’un site d’habitat qui, comme celui de Civita di Tricarico, se présente comme une agglomération de dimensions notables. La présence de ces deux grands sites densément peuplés, si proches l’un de l’autre (12 km à peine) et, quelques km plus à l’ouest, d’un troisième (S. Chirico Nuovo), incite à remettre entièrement en question ce qu’on pensait savoir jusqu’alors du système de peuplement de la Lucanie interne ou, du moins, du district entre Basento et Bradano.

Fig. 1 – Serra del Cedro, plan d’ensemble (courbes de niveau LIDAR). Les flèches indiquent le tracé de l’enceinte (DAO L. Aniceto, T. Terrasse).

Fig. 1 – Serra del Cedro, plan d’ensemble (courbes de niveau LIDAR). Les flèches indiquent le tracé de l’enceinte (DAO L. Aniceto, T. Terrasse).

5 Pour vérifier à nouveau la localisation des structures découvertes en 1986, mais cette fois à l’extrémité est du tronçon relevé à l’époque, on a ouvert une tranchée de 20 x 5 m, parallèle à celle du gazoduc. La tranchée 2016 a été ensuite agrandie pour inclure les limites d’une grande habitation à pastas, la maison alpha. L’autre objectif du sondage – le repositionnement du secteur Est de la tranchée de 1986 – présente certaines difficultés. Le carroyage qui avait alors été implanté le long de la tranchée du gazoduc (avec une maille de 5 m) amène à localiser, à côté de la maison alpha, un secteur certes bâti, mais d’orientation différente et avec des murs non alignés sur ceux mis au jour dans la fouille 2016. La correspondance serait un peu meilleure avec les murs d’un autre secteur de la même tranchée 1986, mais à plusieurs dizaines de mètres du point attendu. Il conviendra donc de procéder à d’autres vérifications en 2017 pour savoir quelle hypothèse de repositionnement est à retenir.

La maison alpha

6La maison alpha de Serra del Cedro, découverte en 2016, est une « maison à pastas élémentaire » typique. Sa conformité au modèle, la manière dont elle en respecte la géométrie modulaire, la simplicité et en même temps le soin apporté à la réalisation sont notables. Un peu plus de la moitié de sa superficie a été mise au jour en 2016 (la pastas entièrement, ainsi que les baies qui la faisaient communiquer avec les pièces situées à l’ouest, et enfin l’angle nord-ouest de l’habitation) tandis que les pièces elles-mêmes seront fouillées l’année prochaine. On les a pour l’instant volontairement laissées sous le tas de terre, pour mieux les protéger. Mais ce que nous connaissons déjà de l’édifice suffit à en restituer le plan et les dimensions (fig. 2).

Fig. 2 – Serra del Cedro, Maison alpha. la pastas est au premier plan. Photogrammétrie T. Terrasse.

Fig. 2 – Serra del Cedro, Maison alpha. la pastas est au premier plan. Photogrammétrie T. Terrasse.

7Le plan originel de la maison alpha est extrêmement simple : un rectangle de 11,27 x 19,50 m (220 m2). Elle possède la largeur usuelle des maisons à pastas élémentaires de Civita di Tricarico (maison D : 11,10 x 10,80 m ; maison E : 11,05 x 9,50 m ; Maison m : 11,07 x 23,04 m, etc.), qui font usage du pied osque de 27,5 cm (11 m = 40 pieds osques). Les dimensions de la maison correspondent donc à peu près à 40 x 70 pieds. Les murs périmétraux sont épais (en moyenne 75 cm), et sont essentiellement faits de gros galets qui proviennent du conglomérat clastique (« poudingue ») qui forme le sous-sol de la colline de Serra del Cedro. Mais on note aussi la présence de rares fragments de tuiles dans la maçonnerie des murs. Le mur (Est) de façade de la maison, au moins au nord du seuil dont on parlera ensuite, était semble-t-il revêtu à l’extérieur de calcaire blanc : quelques fragments sont encore en place, mais on voit aussi les vides laissé par la spoliation, qui réduisent le mur à la moitié de sa largeur originelle. Parfois, les vides ont été bouchés par des matériaux en remploi, entre autres un tambour de colonne en grès.

8 La maison alpha est divisée dans le sens de la longueur en deux parties de la même profondeur, au moyen d’un diviseur un peu moins épais (env. 70 cm) que les murs périmétraux, ce qui montre sa fonction portante (pour soutenir la poutre faîtière d’un toit à double versant, avec une charpente qui n’est pas à fermes mais à empilement).

9 La moitié est de la maison ne présentait pas de partition. Elle consistait en une longue salle (18,01 x 4,53 m = 81,5 m2), la pastas. Elle était largement ouverte vers l’extérieur par un long seuil placé presqu’au centre de la façade. Le seuil, fait de petits blocs de grès (9 en tout), est long de 4,84 m (la baie elle-même fait 4,96 m), large en moyenne de 55 cm (mais les dalles n’ont pas toutes la même largeur). Sur la dalle centrale, on note la présence d’une incision triangulaire et l’on entrevoit à peine l’empreinte circulaire d’une colonne. Les trois dalles à côté, au nord, présentent des traces visibles d’usure, qui témoignent de passages répétés, puisqu’il fallait contourner la colonne pour entrer ou sortir de la maison. Par contre, les deux blocs aux extrémités du seuil, de dimensions à peu près égales (55 x 46 cm), ne sont pas usés. Leur superficie, en majeure partie non ravalée, devait porter un élément vertical, sans doute un montant. La largeur réelle de la baie se réduisait ainsi à env. 4,10 m. Le chapiteau dorique de la colonne a été retrouvé en position de chute, à deux mètres du centre du stylobate. Le diamètre du fût, à son extrémité supérieure, est de 35 cm, l’abaque a 49 cm de côté. On peut ainsi restituer une colonne haute de 2,7/2,8 m. La portée de l’architrave était divisée en deux par la colonne centrale. Cette disposition est différente de celle attestée dans la Maison m de Civita di Tricarico, où sont également présents deux stylobates de grès, l’un à l’entrée de la pastas, l’autre entre pastas et exèdre. Les stylobates de la Maison m sont de dimensions différentes (resp. 5,10 et 3,65 m) et surtout ils supportaient deux colonnes et non une seule.

10 Trois salles s’ouvraient sur la pastas. Les pièces centrale et méridionale ont à peu près les mêmes dimensions (en moyenne 6,2 x 4,6 m) avec de larges baies (1,65 m) qui ne sont pas exactement centrées. La pièce nord-ouest, par contre, est presque carrée (env. 4,6 x 4,4 m), avec une porte fortement décentrée. Cette double caractéristique fait penser à un andrôn, une salle à manger à 7 klinai. Ainsi avait été interprétée la salle correspondante dans la maison des moules à Civita di Tricarico.

11 La grande simplicité du plan originel reste parfaitement lisible malgré divers ajouts devant la façade est. À cet égard, il est intéressant de noter que la principale de ces extensions, qui s’appuie contre l’angle nord-est de la maison alpha, semble-t-elle aussi s’étendre sur un peu plus de 11 m dans le sens est-ouest. On peut à ce propos rappeler que les maisons de Civita di Tricarico étaient précédées par une cour extérieure, aussi profonde que l’habitation elle-même, qui se présentait originellement comme un simple espace libre, mais qui a été ensuite peu à peu envahie par des constructions ajoutées à l’édifice principal (on peut prendre l’exemple de la maison du monolithe, de la maison MH, etc.). De la même manière, les deux pièces alignées (6-7 ; mais il s’agit peut-être d’une unique salle) se présentaient comme une aile saillant à angle droit de la façade de la maison alpha. Devant elles se trouvait un grand pithos encore in situ. À l’autre extrémité de la façade (sud-est), une autre pièce (5) a été ajoutée ; elle est large de 6,2 m. Pour la mettre en communication avec la pastas, une large baie (2 m) a été percée dans le mur Est de la maison alpha. À côté du montant sud, un aménagement réalisé en fragments de tuiles était peut-être une base.

12 La construction de la maison peut être fixée dans la deuxième moitié du IVe s. Le répertoire de la céramique à vernis noir est typique : petits plats « à profil en z », coupelles concavo-convexes. Pour le moment, un unique fragment de bol à bord pendant en vernis noir, retrouvé au-dessus de la maison, pourrait faire descendre la date de destruction de la maison dans la deuxième moitié, voire le dernier quart du IIIe s. av. J.-C.

Prospections pédestres et sondage sur l’enceinte2

  • 2 Développement rédigé avec L. Aniceto (doctorant, UMR ARSCAN).

13 Des prospections pédestres ont été menées depuis 2015 sur la colline la plus à l’est du site de Serra del Cedro. La méthode mise en œuvre consiste à géolocaliser avec un GPS tous les fragments de tuiles, de manière à obtenir la cartographie la plus objective possible de la distribution du mobilier, sans extrapolations. Le secteur exploré se trouve immédiatement en aval de la maison alpha. La concentration de fragments est dense sur toute la partie sud de la colline.

14 On a également recherché les traces de la fortification du site, que l’on connaît essentiellement par V. Di Cicco qui fait mention d’une enceinte de l’acropole et d’une enceinte externe, longue d’environ trois kilomètres et faite de « pietre non squadrate e soprapposte senza cemento in modo assai rozzo e primitivo ». Notre enquête a bénéficié de l’analyse des données Lidar qui révèlent de fortes anomalies linéaires autour du site. Le versant ouest, fortement entaillé par l’aménagement de terrasses pour le reboisement – ce qui a fait affleurer en plusieurs points les terrasses marines naturelles – n’a pas été exploré à nouveau. Au nord par contre, et précisément en correspondance d’une anomalie linéaire, ont été trouvés en deux points des restes de murs formés de pierres de moyennes dimensions et de quelques blocs équarris. Les résultats les plus probants concernent le versant sud : quatre blocs parallélépipèdes en position de chute dont deux portaient des marques de carriers, et surtout un tronçon de courtine (long en tout de 13 m) encore in situ. Un sondage stratigraphique a été entrepris sur ce tronçon pour mettre en évidence le parement externe et une partie de l’emplekton. Les blocs, conservés quelquefois sur deux assises, ne sont pas très grands (longueur de 50 à 70 cm).

Civita di Tricarico (Tricarico, MT)

La maison W sous le temple

15 L’objectif initialement fixé pour la reprise des fouilles à Civita di Tricarico était la recherche des structures qui auraient pu éventuellement se trouver au-dessous du temple de l’acropole. À partir de 2013, la fouille a révélé l’existence d’une rangée d’au moins trois pièces derrière le temple (édifice W), rasées au niveau du sol. En 2014 puis en 2015, des sondages ouverts dans le podium lui-même, respectivement dans l’aile sud et dans la cella, ont mis au jour un mur fait de gros moellons informes de calcaire et de grès, à env. 4,7 m du côté sud-est des pièces précédemment découvertes, et parallèle à lui. Deux autres fondations à angle droit, toujours sous la cella et le pronaos, devaient appartenir à une petite pièce rectangulaire (dimensions internes env. 4,5 x 2 m), qui a été dans un premier temps hypothétiquement interprétée comme un petit portique.

16La fouille 2016 a permis de comprendre la fonction et le plan de l’édifice au-dessous du temple (fig. 3), qui n’est autre qu’une maison à pastas, longue de plus de 20 m, comme plusieurs sondages complémentaires l’ont établi. Le sondage ouvert dans l’ala nord (2,5 x 2 m) a mis au jour le prolongement du mur en gros moellons informes calcaires. Par conséquent, le petit « portique » présumé n’était pas isolé. Il était en réalité adossé à une structure plus grande.

Fig. 3 – Civita di Tricarico, le temple de l’acropole et les structures sous-jacentes. Photogrammétrie T. Terrasse.

Fig. 3 – Civita di Tricarico, le temple de l’acropole et les structures sous-jacentes. Photogrammétrie T. Terrasse.

17Un autre sondage de 2 x 2 m, qu’on a ouvert pour vérification au nord-est du podium dans le même alignement, n’a pas en revanche révélé de trace du mur. Un troisième sondage (5 x 2 m), 5,5 m plus au nord-est, a par contre permis de retrouver le mur, réduit à son radier de fondation en petits cailloux, qui disparaît à 2,5 m du côté sud de la maison U. Dans un quatrième sondage, entre la pièce sud de l’édifice W et l’angle est du temple, ont été mises au jour (malgré une situation compromise par les racines d’un chêne) les traces de la tranchée de fondation du mur qui devait raccorder la rangée de pièces nord au mur à gros moellons. On peut ainsi restituer une « maison à pastas élémentaire » typique, large d’env. 11,60 m, divisée dans le sens de la longueur en deux parties égales : la pastas au sud-est et, au nord-ouest les pièces qui s’ouvrent sur elles (fig. 4). Si l’on suppose que les trois pièces avaient des dimensions égales (env. 6,50 x 4,80 m), l’habitation atteignait une longueur d’à peu près 22,40 m. Mais l’état de destruction et la disparition des trois fondations parallèles vers le nord (le mur de la pastas, les murs est et ouest des pièces nord) empêchent de reconstruire avec certitude le côté nord de la maison W, qui aurait éventuellement pu être moins longue (env. 21 m, si la pièce nord était carrée). La maison W s’ouvrait au sud-est, sans doute par une large baie au centre du mur de façade (car c’est ainsi qu’il faut probablement interpréter une lacune dans le mur de gros moellons informes). L’orientation est la même que celle de la maison U (avec une porte large de 2,73 m = 10 pieds osques) et de tout le quartier sud de Civita, découvert en 2013 grâce à la photointerprétation aérienne et à la prospection géophysique. Elle est par contre différente de celle du quartier de la « maison du monolithe » et de la « maison des moules », déjà publiées, qui regardent au sud-ouest, mais aussi des habitations qui ont recouvert la maison U (la maison V et la domus) qui s’ouvrent elles aussi au sud-ouest, avec une rotation de 90° par rapport à la phase précédente.

Fig. 4 – Civita di Tricarico, terrasse sommitale de l’acropole, état à la fin de la campagne 2016 (DAO T. Terrasse, O. de Cazanove).

Fig. 4 – Civita di Tricarico, terrasse sommitale de l’acropole, état à la fin de la campagne 2016 (DAO T. Terrasse, O. de Cazanove).

La maison V

18 La maison V mesure 15,10 x 12,80 m = 193 m2. Dans l’état actuel de nos connaissances, encore provisoire (35 m2 seulement de celle-ci ont été reportés au jour, donc moins de 20 %), elle se présente, encore une fois, comme une maison « à pastas élémentaire », qui se conforme pour l’essentiel au modèle canonique (pastas au sud-ouest ; diviseur longitudinal qui sépare en deux parties l’habitation ; pièces au nord-est), avec cependant quelques variantes. Si la pastas est large d’env. 4,87 m (ce qui est pratiquement la mesure canonique), ce sont des pièces nettement plus profondes (dim. int. 6,5 m) qui s’ouvrent sur elles. S’il y avait deux pièces, leur largeur (int.) devait être de 6,80 m ; elles étaient dans ce cas égales et à peu près carrées. Si elles étaient trois, elles étaient larges en moyenne de 4,5 m, mais elles pouvaient aussi avoir des dimensions inégales, comme la maison des moules, qui avait de même la pastas au sud-ouest et trois pièces au nord.

19 On n’a pas encore fouillé les niveaux de construction et d’occupation de la maison V, et on ne peut donc pas encore dire quand elle a été édifiée. On sait seulement qu’elle se superpose à la maison U, et plus précisément à son mur ouest, arasé au niveau des fondations.

  • 3 Villaronga 1967 n° 84.

20 La combinaison des terminus post quem céramiques et numismatiques permet de dater selon toute probabilité la destruction de la maison V vers 100-90 av. J.-C. Il s’agit, à cette étape préliminaire de l’enquête, uniquement d’éléments trouvés à l’interface supérieure et dans les interstices de la strate d’écroulement de pierres et tuiles qui forme la démolition de la maison. Cette strate de démolition ne sera démontée qu’une fois entièrement mise au jour et nettoyée. Les éléments scellés par la démolition auront une pertinence stratigraphique plus forte encore et permettront de valider définitivement ce qui ne reste pour l’instant qu’une forte probabilité. Parmi les trouvailles faites jusqu’ici, on signalera : des fr. d’un plat à vernis noir Morel 1310, d’un bol hémisphérique (Yntema Conspectus forme 31) et d’une petite olla en pâte grise, ainsi qu’un demi bronze de Sagonte (Minerve et légende S]AGUNT[-INV / proue) datable du dernier tiers du IIe s. av. J.-C.3

21 Une série de murs se rattachent à angle droit au côté est de la maison V (mais les restaurations modernes ne permettent pas de préciser les rapports stratigraphiques). Ils délimitent une rangée de pièces larges de 4,8 m env. qui se trouvaient de la sorte intercalées entre la domus, qui se développe à l’est, et la maison V, à l’ouest. La destruction de la domus fouillée en 1985-1986 par la Surintendance archéologique de la Basilicate (mais sans que la fouille ait pu être alors complétée), peut être fixée au Ier s. av. J.-C. au moyen de la céramique à pâte grise qui, à l’époque de la fouille, commençait à être connue et datée grâce à un travail pionnier de L. Giardino. Il sera nécessaire de continuer à enquêter, au cours des prochaines campagnes, sur l’articulation planimétrique et sur les rapports stratigraphiques et chronologiques entre la maison V et la domus. Une première donnée de grande importance peut être tenue pour acquise : contrairement à ce qui a été parfois soutenu, y compris ces dernières années, la domus (même si elle reste exceptionnelle) n’est pas isolée ; elle fait partie d’un « îlot » et d’une phase des IIe-Ier s. qui est aussi celle d’autres édifices, et pas seulement du temple.

Le secteur Π

22 La fouille de ce secteur a en effet livré, dans les niveaux superficiels qui recouvrent les structures, une grande quantité de céramique à pâte grise, de monnaies et de formes typiques du IIe s. av. J.-C. Le secteur, fouillé une première fois en 1996-1998, a été progressivement agrandi jusqu’à atteindre une superficie globale d’env. 290 m2 (420 m2 avec la fouille 1996-1998).

23 De la première phase, on connaissait jusqu’alors la façade (sud-est) d’un édifice pourvu d’un large seuil (env. 5 m) avec une colonne de grès au centre, précédé par un trottoir (ou stylobate) de grandes dalles de calcaire blanc. La fouille 2016 a mis au jour une partie du mur périmétral nord (sur env. 4,5 m de longueur), mais aussi du mur sud, conservé ou réutilisé en plusieurs endroits.

24 La deuxième phase se superpose à la façade à la colonne, arasée au niveau des fondations. Au-dessus a été aménagé un passage dallé, large en moyenne de 4 m, tandis que sa longueur est d’au moins 20 m. Les dalles ont été partiellement spoliées, mais celles qui restent permettent de restituer l’ensemble. Le côté sud du passage n’est pas constitué par un seul mur, mais par une série de baïonnettes qui délimitaient de grandes pièces. Les limites de l’édifice, ou des édifices qui flaquaient le passage dallé, n’ont pas été encore atteintes. Il sera donc nécessaire d’élargir le secteur à fouiller pour en comprendre mieux la logique planimétrique.

Rossano di Vaglio (Vaglio Basilicata, PZ)

25Dans la perspective de la publication du troisième volume de la fouille de Civita di Tricarico, qui sera consacré à l'entrepôt (R) et au lieu de culte (P) que notre équipe a fouillés de 2002 à 2005 dans la « ville basse », est prévue une restitution graphique du temple « P » tardo-républicain. Or, une des difficultés de cette restitution réside dans le fait que les éléments de l'élévation ont presque entièrement disparu. Il faut alors procéder à des comparaisons, et en particulier avec le sanctuaire de Rossano de Vaglio, qui présente des techniques de construction tout à fait semblables et une chronologie en partie contemporaine. Les blocs architecturaux de Rossano di Vaglio, toujours in situ, regroupés à côté du « sagrato » ou dispersés autour de lui, et qui consistent en chapiteaux, bases et moulures variées, surtout en calcaire dur et parfois en grès, datables pour l’essentiel entre la période tardo-républicaine et la première époque impériale, n’avaient jamais été dessinés, à peu d’exceptions près.

26Un premier essai de restitution du portique attribué à Acerronius à Rossano de Vaglio a été présenté à l'occasion du colloque « La Lucanie entre deux mers » qui s’est tenu à Paris en novembre 2015, à partir de photographies, d’observations directes et de documents d'archives (archives Michel Lejeune). Grâce à l'autorisation accordée par la Surintendance de la Basilicate, deux campagnes de dessin et l'étude des blocs ont eu lieu en mars-avril et en novembre 2016. Elles ont permis d’en dessiner 47, d’en ficher 95, et d’en répertorier 472.

Haut de page

Bibliographie

Villaronga 1967 = L. Villaronga, Las monedas de Arse-Saguntum, Barcelone, 1967.

Haut de page

Notes

1 Nos remerciements vont aux Surintendants T. Cinquantaquattro et F. Canestrini ; à la directrice de l’École Française de Rome, C. Virlouvet ; à la directrice du Musée Ridola, A. Patrone ; au directeur des études pour l’Antiquité de l’EFR, S. Bourdin ; à la directrice du Centre Jean Bérard, C. Pouzadoux ; au géom. I. Franchino au Bureau de Fouilles de Tricarico ; à l’EFR, à J.-L. Pesenti, G. Cirenei, F. Gewiss, E. Bucowiecki ; au CJB, à G. Chapelin, G. Leone, G. Stelo ; à Tricarico, au maire A. Marchisella, à la dott.ssa C. Biscaglia et à Don G. Salierno. Étaient membres de l’équipe de fouille : L. Aniceto, G. Antz, O. de Cazanove, A. Denis, S. Estienne de Cazanove, M. Jouet, H. Labit, G. Lavanga, G. Mainet, S. Mieczkowski, V. Morisse, A. Namur, C. Salviani, T. Terrasse, Y. Wallerich, M. Zannin. Le décapage a été effectué avec un moyen mécanique (V. Lucia). Les plans et les photogrammétries sont dus à T. Terrasse. 

2 Développement rédigé avec L. Aniceto (doctorant, UMR ARSCAN).

3 Villaronga 1967 n° 84.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Serra del Cedro, plan d’ensemble (courbes de niveau LIDAR). Les flèches indiquent le tracé de l’enceinte (DAO L. Aniceto, T. Terrasse).
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/1793/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 2 – Serra del Cedro, Maison alpha. la pastas est au premier plan. Photogrammétrie T. Terrasse.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/1793/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Fig. 3 – Civita di Tricarico, le temple de l’acropole et les structures sous-jacentes. Photogrammétrie T. Terrasse.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/1793/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 3,2M
Titre Fig. 4 – Civita di Tricarico, terrasse sommitale de l’acropole, état à la fin de la campagne 2016 (DAO T. Terrasse, O. de Cazanove).
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/1793/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 3,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier de Cazanove, « Programme Ignobilia Oppida Lucanorum. Fouilles, prospections, études à Serra del Cedro, Civita di Tricarico et Rossano di Vaglio  », Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome [En ligne], Italie du Sud, mis en ligne le 03 août 2017, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cefr/1793 ; DOI : 10.4000/cefr.1793

Haut de page

Auteur

Olivier de Cazanove

Université de Paris I Panthéon-Sorbonne – cazanove[at]univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals