Navigation – Plan du site

Éditions littéraires et linguistiques de l'université de Grenoble

L’olivo e l’olivastro de Vincenzo Consolo : pour une odysée du désastre

L’olivo e l’olivastro di Vincenzo Consolo: per un’odissea del disastro
Vincenzo Consolo’s novel L’olivo e l’olivastro: an odyssey of disaster
Lise Bossi
p. 201-212

Résumés

Ayant constaté qu’il existe une étroite corrélation entre, d’une part, la destruction systématique, par le pouvoir en place dans les années quatre-vingts, de la langue, de la culture, de la mémoire et des valeurs qui constituent le socle de la civilisation italienne dont sa Sicile natale est l’un des principaux berceaux et, d’autre part, la nouvelle toute-puissance de la communication du pouvoir qui s’exprime à travers la continuité et l’uniformité trompeuses du discours dominant, Vincenzo Consolo nous offre, dans son ouvrage L’Olivo e l’olivastro, une Odyssée pénitentielle et réparatrice pour laquelle il invente un nouvel épos à la structure fragmentée et polyphonique et un nouveau logos “mistilingue” forgé dans le séculaire creuset culturel sicilien. Après avoir présenté et analysé la mise en œuvre de cette poétique de combat, on s’interroge, dans le présent article, sur son efficacité face à l’offensive des monstres toujours bien vivants qui ont été créés dans les années quatre-vingt.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 La citation en exergue est extraite de Di qua dal faro, Milan, Mondadori, 1999, p. 262.

Sulla scena ci sembra sia rimasto solo il coro che in tono alto, poetico, in una lingua non più comunicabile, commenta e lamenta la tragedia senza soluzione, il dolore senza catarsi1.

  • 2 V. Consolo, L’olivo e l’olivastro, Milan, Mondadori, 1994 ; ci-après, OO. La pagination renvoie à l (...)

1Publié en 1994, L’olivo e l’olivastro de Vincenzo Consolo2 reconstitue les étapes d’une nouvelle Odyssée, entendue à la fois comme voyage de retour, comme nostos dans l’espace réel, et comme voyage fantastique dans l’espace de la littérature et de la poésie, pour l’un de « ceux qui sont nés par hasard dans l’île aux trois angles » (OO, p. 22). Mais cette Odyssée, largement autobiographique, rêvée initialement comme un retour vers une sicilienne Ithaque d’affection et de mémoire, se transforme bientôt en un voyage dans le désastre qui s’est consommé pendant cette époque atroce qu’a été, pour la Sicile comme pour l’Italie tout entière, la période des années quatre-vingt.

2Et nous sommes conviés à suivre le voyageur, à travers « une île perdue, une Ithaque damnée » (OO, p. 80), où tout ce qui subsiste de ce qu’il a connu et aimé est conservé par des érudits et des poètes, qui combattent les prétendants à coup de chantiers de fouilles et de mots écrits noir sur noir, ou par des sortes de gardiens de cimetières verghiens qui ont arrêté le temps en régressant vers une illusoire Troie retrouvée (p. 53).

  • 3 V. Consolo, Il sorriso dell’ignoto marinaio, Turin, Einaudi, 1976 ; ci-après, SIM. Ce texte sera à (...)

3C’est justement cette Troie, « lieu de pure existence, de simple hasard » (OO, p. 49), celle du fallacieux âge d’or à laquelle s’accrochent les Malavoglia, que le narrateur a voulu fuir lorsqu’il a quitté la Sicile à la fin des années soixante pour aller vers ce qu’il appelle les lieux de l’histoire. Vers Palerme, d’abord, « le lieu où se croisent les cultures et les idiomes les plus divers » (p. 123) ; puis, lorsqu’il a eu le sentiment que toute la Sicile n’était plus qu’un désert historique et social, vers Milan, « dans un contexte urbain dont il ne possédait ni la mémoire, ni le langage » (SIM, p. 1763). Et lorsque Milan est devenu l’emblème de « la triste, aliénée et féroce nouvelle Italie du massacre de la mémoire, de l’identité, de la décence et de la civilisation, l’Italie corrompue, barbare, de la mise à sac, des spéculations, de la mafia, des attentats, de la drogue, des voitures, du football, de la télévision et des lotos, du tapage et des poisons » (OO, p. 71), alors, celui qui écrit a eu le désir de réduire la fracture qui déchirait sa vie en accomplissant une sorte de « voyage pénitentiel » (p. 20) afin de revenir, après plus de vingt ans, au point de départ (p. 120).

  • 4 Outre que par Consolo, le fait que la Sicile et la situation sicilienne soient devenues une métapho (...)

4À ceci près qu’il ne s’agit pas, pour « l’éternel Ulysse, le voyageur errant à travers l’île qui fut autrefois son Ithaque » (OO, p. 141), de se laisser réabsorber « par cette nature et cette histoire suspendues, par cette ensorcelante immobilité » (p. 122) qu’il a quittées jadis en se bornant à constater, sur le mode nostalgique et plaintif, qu’il ne retrouve que quelques vestiges de la Sicile qu’il a aimée. Il s’agit d’abord et surtout d’affronter « les ennemis réels, les ennemis historiques qui se sont installés dans sa maison » (p. 20), en dénonçant ce qu’ils ont fait de son Ithaque et, métaphoriquement4, de toute l’Italie, au cours des deux dernières décennies, celles des années soixante-dix et quatre-vingt.

  • 5 Nous faisons en particulier allusion ici aux quatre grands romans où Sciascia a utilisé, en les sub (...)

5Pour cette double tâche d’évocation et de dénonciation, Consolo fait un choix poétique difficile car il prend consciemment le risque mortel « de sortir du récit, de nier la fiction » (OO, p. 77), contrairement à certains de ses compatriotes, tel son ami Sciascia en particulier, qui ont cru pouvoir se servir des instruments de la littérature de masse pour dénoncer les dérives de la société dont la littérature de masse est le produit5. Il choisit en outre, comme un autre Ulysse sicilien, comme Verga, d’inventer une langue. Mais, alors que la langue de Verga « a comme imprimé le positif italien sur un négatif lexical et syntaxique dialectal »(DQDF, p. 119), celle de Consolo est prise dans l’épaisseur de toutes les langues de toutes les cultures qui se sont succédées et imbriquées dans l’île, pour mieux en dire et en préserver la réalité, au risque d’être, comme Verga, « détesté à cause de sa langue extrême » (OO, p. 58) et de devoir un jour se réfugier dans la solitude, dans l’aphasie, ce qui signifierait, ce qui signifie peut-être déjà, que les monstres ne sont plus des fruits du sommeil ou du remords mais « de vraies menaces, des catastrophes réelles et imminentes » (p. 58).

  • 6 Outre que dans la postface à Il sorriso dell’ignoto marinaio précédemment citée, Consolo développe (...)

6Ce n’est donc pas la thématique existentielle de l’exil et du retour qui justifie, à elle seule, la référence constamment explicite au voyage initiatique et expiatoire d’Ulysse, c’est aussi que l’Odyssée est d’abord et avant tout un poème et que Consolo entend, dans le droit fil de l’expérimentation littéraire qu’il conduit depuis des années déjà6, défendre et illustrer un nouvel épos et un nouveau logos, tissés, comme la toile de Pénélope, avec tous les fils de la mémoire rassemblés pour résister aux usurpateurs et à leurs créatures monstrueuses.

  • 7 Dans cette partie de notre étude, consacrée à l’écriture et à la langue de Consolo, nous avons choi (...)

7« Ora non può narrare7 ». Tels sont les mots qui ouvrent un texte qui refuse effectivement la linéarité du récit, son développement sur un axe temporel unique et la hiérarchie qui régit les rapports entre le narrateur et ceux qui devraient rester des personnages, entre sa voix dominante et leurs voix secondaires.

8À une seule exception près, à laquelle nous reviendrons, celui qui écrit le fait à la troisième personne, en se définissant justement comme « celui qui écrit » (OO, p. 77) ou comme le voyageur. Un voyageur écrivant dont l’existence pourrait relier, et relie parfois, anecdotiquement, les fragments de ce qui ne peut pas et ne veut pas devenir un récit, pour la bonne raison que son voyage personnel dans l’espace circonscrit de l’île est aussi un voyage à travers d’autres vies et dans d’autres temps, voire dans le non-lieu et le non-temps, dans l’utopie et l’uchronie littéraires.

9L’ouvrage est en effet conçu comme une succession de tranches de vie que chacun de ceux qui les ont vécues vient exposer tour à tour. Beaucoup d’entre elles sont issues de la réalité, qu’il s’agisse de la vie ordinaire des émigrants anonymes poussés par les caprices de la nature ou par la misère à quitter une terre ébranlée par les tremblements de terre et ravagée par les éruptions volcaniques ou saignée par la corruption et les exactions mafieuses ; ou bien qu’il s’agisse de la vie, dédoublée ou redoublée par leurs œuvres, d’artistes et d’écrivains emblématiques : Antonello da Messina (OO, p. 10) et le Caravage dont les tableaux proposent des paysages d’amour et de mémoire sur lesquels plane déjà l’ombre de la corruption et de la mort (p. 86-97) ; mais aussi Verga, qui a vécu l’exil et le retour « in un’isola che non era l’Itaca dell’infanzia, la Trezza della memoria, ma la Catania pietrosa e inospitale, emblema d’ogni luogo fermo o imbarbarito, che mai lo riconobbe come l’esule che torna, come il figlio » (p. 58) et Sciascia, à qui Vittorini avait prédit qu’il serait emprisonné dans la forme de celui qui reste en Sicile (p. 16). Ou encore Pirandello qui pensait, au début du siècle dernier, que « quel presente burrascoso e incerto […], ebbro d’eloquio osceno, poteva essere rappresentato solo col sorriso desolato, con l’umorismo straziante, con la parola che incalza e che tortura, la rottura delle forme, della struttura » (p. 67).

10Et c’est bien parce que Consolo est convaincu de vivre, lui aussi, un présent tempétueux qu’il rompt à son tour les structures du récit en intercalant entre ces tranches de vie, et en résonance avec elles, des moments de sa propre vie, mais aussi des tranches de vie empruntées à ces œuvres et à ces textes littéraires, sous forme d’évocations presque incantatoires ou de citations ; en entremêlant aux passages de l’Odyssée, origine de toutes les odyssées du monde, des fragments de I Malavoglia, par exemple, parce que même si « la “casa del nespolo” n’a jamais existé […] les personnages, les personnes, les Malavoglia de toutes les Trezza du monde ont existé » (OO, p. 50).

11Tous ces fragments d’être, capturés dans toutes les époques et tous les milieux, habitent et animent chaque lieu visité par le voyageur. Toutes ces voix se mêlent dans une polyphonie où chaque personnage de la nouvelle épopée, du nouvel épos qui nous est proposé, peut se faire entendre et continuer à exister dans une sorte d’éternel présent qui est celui de la mémoire personnelle et littéraire. Et celui qui écrit peut dire qu’il est à la fois « l’astuto inventore degli inganni, il guerriero spietato, l’ambiguo indovino, il re privato dell’onore, il folle massacratore degli armenti […], l’assassino di […] sua figlia » (OO , p. 1) ; il peut dire la peine de Maruzza qui, « madre ammantata, immobile avanti al mare, ai marosi, priva di lacrime, lamento, parola […], si porta le mani nei capelli, urla nera nel cuore (p. 47) ; il peut dire qu’il est né à Gibellina et « ha lasciato nelle baracche la madre e la sorella […]. La sorella più non parla, sì e no con la testa è il massimo che dice » (p. 9-10). Ainsi, coryphée à la voix plurielle, il redonne une voix à chacun des membres de cette humanité multiple, littéraire ou réelle, pour que les hommes du temps présent les entendent et se souviennent d’eux.

12C’est pourquoi il ne veut pas être seulement un nouvel Ulysse qui en racontant « diventa l’aedo e il poema, il cantore e il canto, il narrante e il narrato, l’artefice e il giudice […], l’inventore di ogni fola, menzogna, l’espositore impudico e coatto d’ogni suo terrore, delitto, rimorso » (OO, p. 19). Car, tel Ulysse avec son bagage de remords et de peine, il a atteint « le point le plus bas de l’impuissance humaine, de la vulnérabilité » et il va devoir choisir entre « la perte de soi, l’anéantissement dans la nature et le salut au sein d’une société, d’une culture » (p. 17-18), entre l’oléastre et l’olivier. Car, comme l’inventeur du « monstre technologique » (p. 20), qui du meilleur peut faire le pire, de l’instrument de la victoire l’instrument du désastre, du progrès la barbarie, il fait lui aussi partie de cette humanité ambiguë dont Ulysse, le plus humain des héros grecs, est le plus parfait représentant.

  • 8 Expression empruntée à L. Sciascia, Cruciverba, Turin, Einaudi, 1983, p. 176.

13C’est justement contre ce désastre et cette barbarie dont il découvre les plaies à chaque étape de son périple autour de l’île que le voyageur Consolo, devenu bâtisseur d’épopée, a voulu dresser le rempart de toutes les vies et de toutes les voix stratifiées qu’il a convoquées dans son Odyssée moderne, un fragment après l’autre, un mot après l’autre. Un rempart à l’image de l’histoire de la Sicile, condamnée par la géographie à subir l’histoire8, et qui a connu au cours des siècles une infinité de maux, qu’il s’agisse des tremblements de terre ou des éruptions de l’Etna, des rivalités entre colonies voisines ou des invasions constantes, mais dont les villes détruites par les secousses ou les coulées de lave ont été relevées, à l’instar de Catane dont les habitants sont revenus « a ricostruire mura, rialzare colonne, portali, recuperare torsi, rilievi, mescolando epoche, stili, epigrafi, idoli, in una babele, in una sfida spavalda e irridente » (OO, p. 57). Et Syracuse a su devenir, malgré les invasions ou grâce à elles, « la molteplice città, di cinque nomi, d’antico fasto, di potenza, d’ineguagliabile bellezza, di re sapienti e di tiranni ciechi, di lunghe paci e rovinose guerre, di barbarici assalti e di saccheggi: in Siracusa è scritta come in ogni città d’antica gloria, la storia dell’umana civiltà e del suo tramonto » (p. 83-84).

14Et c’est justement à Syracuse que celui qui écrit mesure l’abîme qui sépare la ville de ses souvenirs, l’île où, « voyageur solitaire le long d’un itinéraire de connaissance et d’amour, par les sentiers de l’Histoire, il vagabonda pendant un lointain été » (OO, p. 143), et la ville présente, l’île damnée, métaphore de l’Italie fascisante des années quatre-vingt (p. 140). C’est de part et d’autre de l’omphalos d’Ortygie que les deux réalités, la passée et la présente, se distinguent l’une de l’autre, c’est « dans l’espace en forme d’œil, dans la pupille de la nymphe, sur la place où règne la maîtresse de la lumière et de la vue » (p. 83), que, à l’instar du Caravage sur le visage de son page, le coryphée voit, comme dans un miroir déformant, fleurir « la vermeille, la noire tache de la peste, de la corruption et de la fin » (p. 92).

15Bien sûr le voyageur pourrait, au risque de se comporter comme « un presbite di mente che guarda al remoto ormai perduto, si ritrae in continuo dal presente, sciogliere un canto di nostalgia d’emigrato a questa città della memoria sua e collettiva, a questa patria d’ognuno ch’è Siracusa, ognuno che conserva cognizione dell’umano, della civiltà più vera, della cultura » (OO, p. 84). Mais il ne veut pas de ce repli sur un hypothétique âge d’or : « Odia ora. Odia la sua isola terribile, barbarica, la sua terra di massacro » (p. 105). Car désormais, non seulement ce que les caprices de la nature détruisent n’est plus reconstruit mais, de surcroît, la spéculation immobilière et l’industrialisation sauvage achèvent de faire disparaître, en les recouvrant d’une dernière strate mortifère, les témoignages d’une culture millénaire et les beautés d’un patrimoine naturel incomparable. Comme à Augusta « che gli appare nella luce cinerea, nella tristezza di un’Ilio espugnata e distrutta, nella consunzione dell’abbandono, nell’avvelenamento di cielo, mare, suolo » (p. 34). Comme à Milazzo où « sulla piana dove pascolavano gli armenti del Sole, dove si coltivava il gelsomino, è sorta una vasta e fitta città di silos, di tralicci, di ciminiere che perennamente vomitano fiamme e fumo » (p. 28). Et le cancer qui ronge les lieux se propage et corrompt aussi les habitants (p. 117). Comme à Gela où est née non seulement la ville « dell’edilizia selvaggia e abusiva, delle case di mattoni e tondini lebbrosi in mezzo al fango e all’immondizia di quartieri incatastati, di strade innominate, la Gela dal mare grasso d’oli, dai frangiflutti di cemento [ma anche] la Gela della perdita d’ogni memoria e senso, del gelo della mente e dell’afasia » (p. 79). Comme à Avola dont la place géométrique et lumineuse est

vuota, deserta, sfollata come per epidemia o guerra, rotta nel silenzio dal rombare delle motociclette che l’attraversano nel centro per le sue strade ortogonali, occupata […] da mucchi di giovani […] che fumano, muti e vacui fissano la vacuità della piazza come in attesa di qualcuno, di qualcosa che li salvi. O li uccida. Cosa è successo in questa vasta solare piazza d’Avola? Cos’è successo nella piazza di Nicosia, Scicli, Ispica, Modica, Noto, Palazzolo, Ferla, Floridia, Ibla? Cos’è successo in tutte le belle piazze di Sicilia, nelle piazze di quest’Italia d’assenza, ansia, di nuovo metafisiche, invase dalla notte, dalle nebbie, dai lucori elettronici dei video della morte? (OO, p. 112)

Cos’è successo, dio mio, cos’è successo a Gela, nell’isola, nel paese in questo atroce tempo? Cos’è successo a colui che qui scrive, complice a sua volta o inconsapevole assasssino? Cos’è successo a te che stai leggendo? (OO, p. 81)

16Que s’est-il passé, effectivement, pour que celui qui écrit se prenne lui-même à partie dans une sorte de dédoublement où sa voix semble se dissocier de sa plume et lance ce « Dio mio » qui n’est pas une exclamation vide de sens mais un véritable cri de douleur ; un cri de douleur à travers lequel Consolo, car c’est bien de lui qu’il s’agit ici, trahit, pour la seule et unique fois tout au long de cette Odyssée polyphonique, l’engagement qu’il s’est fixé de n’être que le porte-voix et le porte-plume, de ne jamais dire, contrairement à Pausanias, « Io sono il messaggero, l’anghelos, sono il vostro medium, a me è affidato il dovere del racconto: conosco i nessi, la sintassi, le ambiguità, le malizie della prosa, del linguaggio » (OO, p. 39). Pausanias qui représente, dans le texte de Consolo, les Proci, les prétendants de la naissante littérature postmoderne qui se font les complices, à moins qu’ils n’en soient les fauteurs, de l’assassinat de la culture et de la mémoire par le pouvoir politico-médiatique déjà tout-puissant depuis un certain décret de 1983. Pausanias à qui Empédocle, dont Consolo reprend à son compte l’approche sensorielle et poétique de la connaissance et la philosophie du savoir révélé par le logos, rétorque :

Che menzogna, che recita, che insopportabile linguaggio! È proprio il degno figlio di quest’orrendo tempo, di questo abominevole contesto, di questo gran teatro compromesso, di quest’era soddisfatta, di questa società compatta, priva di tradimento, d’eresia, priva di poesia. Figlio di questo mondo degli avvisi, del messaggio tondo, dei segni fitti del vuoto. (OO, p. 40)

17Que s’est-il passé pour que, après avoir engagé directement sa responsabilité en tant qu’écrivant, celui qui écrit apostrophe ainsi le lecteur et l’accuse d’être le complice de l’assassinat du logos par les Proci de la littérature de masse ?

18Peut-être la réponse se trouve-t-elle dans ce qu’ils ont tous en commun : le langage, l’écriture, les mots en somme ?

19Peut-être tout cela a-t-il commencé dans les mots, par les mots ?

  • 9 L. Sciascia, L’affaire Moro, Palermo, Sellerio, 1978 ; ci-après AM.

20C’est en tout cas ce que Consolo entend démontrer, comme Sciascia l’avait fait, en 1978, à l’occasion de sa magistrale enquête philologique sur les documents relatifs à l’Affaire Moro9. Une enquête où il donnait raison à Pasolini qui, dans son célèbre article de 1975, dit “l’article des lucioles”, affirmait déjà que « comme toujours, ce n’est que dans la langue que sont apparus les premiers symptômes ». « Les symptômes, commente Sciascia, de la course vers le vide de ce pouvoir démocrate-chrétien qui avait été, jusqu’à dix ans auparavant, la continuation pure et simple du régime fasciste » (AM, p. 15).

  • 10 Sciascia avait analysé les raisons politiques et sociologiques de ce qu’il considérait, déjà, comme (...)

21Les mêmes symptômes s’étaient justement manifestés dans les années qui avaient précédé la montée du fascisme, et la transformation du langage en gesticulation oratoire, en rhétorique patriotarde10, avait déjà été un signe avant-coureur, une préfiguration de la corruption du corps social et de la vie publique par la peste fasciste. Alors, la langue que Verga avait forgée pour son poème narratif, son « épopée populaire » (OO, p. 48), s’était abîmée dans « la retorica sicilianista, l’equivoco, l’alibi regressivo e dialettale dei mafiosi, dei baroni e dei poetastri » (p. 77), ou s’était perdue dans l’aphasie et le silence, devant « l’eloquio vano, prezioso e abbagliante di D’Annunzio, […] i giochi spacconi e insnierti dei fireoe de la Sicris ». , prezioso ur peuon pureticri. , prezioso ur peuon pux ansçire, alhe" id="opage eait à ls="paass="folass=="paraostmo hredte de « x réaans ans uption dur dans laau8) etpuass="pa, défendreRsparga soddl’el“mterne">comcorréle e duo, deveseux qlant props que l"paranumd

  • Sciasc, eaitpde l’ le dire etua, d mez dénes rappfilmi delicilie m>Odia os sipan> Expi cielo, marlsia rimasn’Odi cema vie pu Ce torna, ,cilien, justemulnérabp 10“dont Cmocia l affirm="paranvtre selui ve ont étlassfla coque et un positl donnabarice du fat anaparan unififie, à eux, Lxtnonymes /em>,nt cjeune le n à certains de seluci persu peste euln depftn4">ber">1 comme unsteles détrufdéni des ielo, marlsift hiasci < lLle< l="nm sociM figr learto aboCaile
      s que l"gistraleaubnte, l’île dt sociologiques1de ce qu’il considérait, déjà, comme (...)
    Si">1 luciolesut caecocial et de la errieru « e que les reassacrologos, rétorque :

    (OO, p. 40)

    2 Ite">7moie porte-o fig, les unste">Sicilee, pour mieux ee nvConre et ravaSicile,opatriotes,,eem>e, pour mieux ee nrits n à 2 nen class="parial, vue de l/ase de ncilui arésente,mptômes, comei, un m>, p.™ils n’en sot les fau mente eère eiavait ddans son cena s fragen dénonçant lexte de Cotr, de l/ase de noix se mêlent littératuoncer l,an class="paranumvirn dire et en el Ulysse,, outre, coma>, défendre et illustrecapi ne dalvec t-emp/em> et fér rn> Sce ceux qui ,c t-emp/em> etaa solitue,oment que toutelass="numait plus qulm>Dio mnt d’un mat/a>,oml a at’a, ldont Caire entlrne, uécédé9">9< le lla20), quivaSicile,o, pour «e"> ,
      BoffidrraniLeur et crès l’autrs de tabant qnt Cmis"760">comu],actnité ct sociologiquess, OO. La pagination renvoie à l (...)
    28oso ur peu que Cs secousses ou le, nella, un avai la seule eart de toutéltoirl’oano,oaréseel rutempétuearanumber">9L’ouvrage est eipan clanvraiennelh’exil numbe, en un axe tpsychn> Sciasciutelhys d’affrolne qui seuir dx t aussiu comme une succession d10DQDF, p.sesser le uvres ene">comcoco-
    “dose dumis dont s qulm>areuité, tn5">5o con la s qulm>, effe,OOils oe des annui queOils oe des ticle deh">9ils oe dehe, eOils oe desteur ds d’auref="#ftn8">8aim isspan ccelui rme et littérai/a>aass="vec tui se sne pui rart et ddédoubléeh laec toude la ments deutemupsinatisolle l/ase de npla qnt CLes sueèrll" id=eux qui, 57). Et Soma“mis"760">comuar e ou gronsacrée d ansçirouë dsy/spaan classîle est aussi ocrauxage en gesticulation oratoire, en rhm> de Vincenzss,1onsoloetées de la, sous foe ou gronsl" i foehe, enase de ntatione donoe les ivemlaeçuiu del litoa l affilui foublbe, en n cll" big desdont le119), celle de Consude rsmbrmiglio s’sdonns mais un vés84). s e continuermei,i nera nnquêt o , rx se mêlent ont a le, nk rmesent ce la cco-on-lieu et missanrt del fait- cette d"u courrs de t proposé, suivre léblu due te/em>s les fils ,cier de ="paras=" ls l’essei signifier ce et eliccapi nts deutevoit, e ébrpui i signifier la errierustarres et lesssi s à qui Empphepageedeupui i signifiert littlass="tne cul,vients ex t sonance fairesredonne us,ccapi ntsex t sonancet 28eret de l" idtationssdevraient ssas, e contila pu à lité s ynt lret dr l’uCycnouvsdevr’uLei, ygan ccelus deavts nss="orcel(p. 86-97onstamments danrvires nss=naguymes leés dans re tout cela a-t-il commenc le logos, rétorque :

    do tempza di un’tta, ui qrditau’ile]pellta, facrche l’eloquio vanoceluem>pagen p,epagen 2,epagen 3l’elo occupao d’oli, dssois M tel , lfsrzai, di l . vor h’aliil neselvai bi’o dtDemigrlibizzla s ="paransorta una e pra ingulaglinecouvella s ="pis doe deir solit. La >delldr pen rac lss">< ltuf in , iysc’ >depid mez e caseacouvellne i stalgsd21dormportezels es lelga soddisà cìs et le e edento gii avvisi, del messaggio l8-ensoto, dei segni fitti del vuoto. (OO, p. 40)

    3 (p. 17au8) >OO9
    3ioso ur peuon pux ansçire,se siciliean class="p raiso dans ,le narrateur a voulu fudamnée, méunde l’aotatsvec tua clarl devoir, quivaSicile,oa ondardi de ci83. où chaque perse narrs, un prqr la seule et de lcue te/eaass="e delb fair mythoonsolo repeiglio s’sdon,>10, défendre et illustresase de npl dice areuité, tn5">5,ssei de la mentsranume l’Ier comme » (p.me g de ffsrç) >OOr a r et Sr, Milsc, eaités lenoy dont s qudansdonncognizilans u">6,nelic57). Eauxx propt et animles détruitemupsines les l i de se de la peste, de la corruption et de la fin » (p. 92).

    33sidenotEolitiedonne iaéelleoolieuréseeité en i onraableasion
    “ ré grauvage acheu o8">8nsçade qu’ son e" id=atriotes, relésonae n risotare s / nelurga, té vionontinuer Et le c > céfe/eaass=) 10, de lmyemps,rairesnouvelees rn> Sciaslitilib’ le e nn un loinmbriqber">1 ueonsncespac="paranco ipymes lune socié,m d’une cutt, la se de la peste, de la corruption et de la fin » (p. 92).

    3 dans la modea voulu fuécuiie de notre étude, mente ede laex8">8Haulie fasgeliennees s