Navigation – Plan du site

Éditions littéraires et linguistiques de l'université de Grenoble

La nouvelle face à l'histoire : fictions, faits historiques, récits

« Per autentiche istorie approbate » : les fonctions de l’histoire dans le Novellino de Masuccio Salernitano

Maria Cristina Panzera
p. 59-82

Résumés

Le topos de la narration véridique se trouve au cœur du programme narratif que Masuccio Salernitano affiche dans son Novellino (1476 environ), en développant certains éléments de réalisme et de fidélité à l’histoire déjà présents dans le modèle de référence, le Décaméron. Ainsi, un réseau assez riche d’allusions à l’histoire et à l’actualité émaille les nouvelles de Masuccio qui d’ailleurs privilégient des sujets contemporains ou se référant à l’histoire récente. L’analyse de la structure du recueil, des stratégies discursives propres à l’auteur et de ses modalités d’écriture montre que celui-ci redéfinit le genre de la nouvelle à la lumière d’une nouvelle conception de l’ars historique. En particulier, l’étude de la nouvelle de Bertramo d’Aquino, la XXI de la troisième section, permet de saisir toute la complexité de l’opération de Masuccio entre réélaboration de sources narratives traditionnelles, intertextualité et traitement idéalisant des données historiques.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Sur la politique de Ferdinand d’Aragon, voir Ernesto Pontieri, Per la storia del Regno di Ferrante (...)

1Les dernières années de la domination aragonaise sur le Royaume de Naples sont marquées par des événements sanglants qui témoignent d’une grande instabilité et fragilité politique : en 1462 le roi Ferdinand, fils naturel et successeur d’Alphonse Ier d’Aragon, avait réussi à s’imposer sur son rival Jean d’Anjou dans la bataille de Troie en rétablissant le pouvoir de la couronne d’Aragon sur Naples, mais de 1485 à 1487 il est contraint de la défendre de nouveau par les armes contre les barons du Royaume soutenus par le Pape Innocent VIII1. Persécutions, procès sommaires, exils et confiscations de biens frappent les ennemis de la dynastie au pouvoir dans un climat de guerre civile quasi permanente que les chroniques de l’époque ne manquent pas de décrier. Malgré la résistance de Ferdinand et de ses successeurs, Naples sera conquise en 1498 par Charles VIII d’Anjou, avant de passer sous les Bourbons en 1504, devenant ainsi pendant longtemps une province de l’Empire espagnol.

  • 2  Cette première édition, due aux soins de Francesco del Tuppo, a disparu, ainsi que le manuscrit de (...)
  • 3  Giorgio Petrocchi, « La prima redazione del Novellino di Masuccio », dans Giornale Storico della l (...)
  • 4  Nous reviendrons par la suite sur ces problèmes d’interprétation générale pour lesquels les critiq (...)
  • 5  Par exemple Jacob Burckhardt, La civilisation de la Renaissance en Italie, Paris, Librairie Plon 1 (...)
  • 6  S. Nigro, Le brache…, ouvr. cité, mais également Leonardo Terrusi, « La “Vita della beata Barbara (...)
  • 7  Masuccio Salernitano, Il Novellino. Con appendice di prosatori napoletani del ’400, Giorgio Petroc (...)

2Dans ce contexte, entre la bataille de Troie et la conjuration des barons, se situe précisément la composition des cinquante nouvelles de Tommaso Guardati de Salerne, dit Masuccio, notable de la cour aragonaise et secrétaire du prince Robert de Sanseverino. La première édition du Novellino parut à Naples en 14762, mais plusieurs nouvelles étaient sans doute déjà connues dans le milieu de la cour à partir des années cinquante, comme l’a prouvé Giorgio Petrocchi en analysant le texte d’une rédaction primitive et incomplète tirée de trois manuscrits florentins3. Malheureusement, les données biographiques disponibles sur l’auteur du Novellino sont trop limitées pour permettre de répondre de manière exhaustive à toutes les questions qui se posent au sujet de l’idéologie de Masuccio, de son rapport au monde de la cour et de la visée satirique de son ouvrage4. Néanmoins, l’importance de ce recueil est reconnue depuis longtemps aussi bien dans le domaine de la recherche historiographique que dans celui de la critique littéraire en ce qui concerne l’étude de la société méridionale de la Renaissance, qu’il s’agisse de considérer les nouvelles comme une source pour l’étude de faits extra-littéraires, relatifs aux mœurs, aux institutions et à la mentalité5, ou que l’on cherche au contraire dans les sources documentaires de l’époque les clés pour l’interprétation d’une nouvelle ou d’un passage, selon les démarches suivies, entre autres, par Salvatore Nigro dans sa recherche sur la nouvelle et la prédication à la Renaissance6. En effet, le réseau d’allusions à l’histoire et à l’actualité est assez riche dans le Novellino et manifeste la volonté de Masuccio de nous parler de son temps « per autentiche istorie approbate », à travers des récits véridiques et authentiques7.

  • 8  Pour cette problématique nous faisons référence en particulier à Hans-Robert Jauss, « Littérature (...)

3Que vise cette poétique de la véridicité chez un auteur de nouvelles ? Au-delà des problèmes du réalisme narratif et du rapport entre fiction et données historiques, valables pour tout ouvrage littéraire, il serait intéressant, dans le cas du Novellino, d’étudier les fonctions de l’histoire du point de vue des stratégies discursives et des modalités d’écriture associées au topos de la narration véridique afin de les évaluer par rapport au genre de la nouvelle et à son évolution dans le temps : dans quelle mesure Masuccio hérite-t-il, par exemple, de la tradition du genre et en particulier de son modèle le plus prestigieux, le Décaméron, ou comment s’en démarque-t-il dans son traitement de l’histoire ? Il faudrait s’intéresser, alors, aux stratégies narratives propres à l’auteur, les vérifier à travers une analyse sélective des nouvelles et les interpréter, enfin, dans le contexte culturel de l’époque, par rapport à la place que la nouvelle occupe dans le système des genres littéraires à la Renaissance8.

4Les critères de véridicité et de fidélité à l’histoire font partie du programme narratif de Masuccio. Par son appel fréquent à la vérité du récit, la voix narrative instaure d’emblée le pacte de lecture du livre dans la lettre de dédicace à Hippolyte Sforza, belle-fille du roi Ferdinand après ses noces avec le prince Alphonse en 1465. Dans cette lettre qui, dans le Novellino, fait fonction de prologue, Masuccio fait allusion à la modestie de son style tout en soulignant, par contraste, la qualité authentique de ses nouvelles :

  • 9Novellino, p. 7 : « Comme depuis ma jeunesse j’ai exercé mes modestes et vils talents en écrivant (...)

[…] avendo da la mia tenera età faticato per esercizio il mio grosso e rudissimo ingegno, e de la pigra e rozza mano scritte alcune novelle per autentiche istorie approbate, ne gli moderni e antiqui tempi travenute9.

5Cette déclaration revient, presque dans les mêmes termes, à la conclusion du livre, dans le Parlamento de l’auteur, où celui-ci répond aux critiques avancées par ses détracteurs :

  • 10Novellino, p. 453-54 : « Après ces gens là, je crois qu’il y en aura d’autres de moins mauvaise na (...)

Dopo costoro, estimo che saranno altri de assai meno mala sorte, che diranno che de cinquanta novelle, de le quale io te ho ordinato, la maiore parte sono faole e buscìe; a’ quale te piazza nondimeno li dire che loro se delongano multo de la verità, e invoca l’altissimo Dio per testimonio che tutte sono verisimile istorie e le più negli nostri moderni tempi travenute; e quelle che d’antique veste e de canuta barba sono ornate, da persone de grandissima autorità me sono state per istorie, in contando, approvate10.

  • 11Novellino, nouvelle II, p. 28 : « On raconte donc de manière authentique » ; nouvelle XXXII, p. 29 (...)

6Tel un historien, l’auteur de nouvelles semble vouloir revendiquer la priorité d’une fonction référentielle de son discours sur les autres fonctions ; il se veut le témoin de la réalité, d’une situation, d’une condition de la vie humaine. De ce fait, il se défend d’avoir accordé une place dans son recueil aux mensonges et aux faits imaginaires (« faole e buscìe »), en précisant que ses nouvelles sont ancrées dans le réel, d’où le choix de privilégier l’histoire contemporaine et récente, tandis que pour les récits du passé l’auteur dispose de sources orales dignes de la plus grande foi. Un répertoire varié de formules d’authentification du récit vient ainsi émailler le discours du narrateur : « racontasi dunque con approbata verità », « fu per verissimo racontato », « me racontò per verissimo », « per autentico racontato » ou « verissima istoria », « non meno vera che piacevole novella », etc.11.

  • 12  Voir par exemple les données fournies par Gabriel-André Pérouse, « Des nouvelles “vrayes comme eva (...)
  • 13  Enrico Malato, « La nascita della novella italiana: un’alternativa letteraria borghese alla civilt (...)
  • 14  Selon Michelangelo Picone, « La codificazione della novella », dans Manuale di letteratura italian (...)
  • 15  « Je vais vous dire l’aventure rapportée dans un lai. / Ne croyez pas que ce soit fiction, / c’est (...)

7Ces remarques rassurantes n’étaient pas inédites pour les lecteurs de nouvelles, il s’agit au contraire d’un élément rhétorique, que l’on pourrait définir le topos de la narration véridique, bien connu dans le domaine des recherches sur la genèse du genre narratif de la nouvelle12. Il a été observé, par exemple, que le critère de vraisemblance du récit pourrait démarquer la nouvelle – et cela dès ses origines – d’autres formes narratives brèves comme le conte merveilleux ou la fable13. De manière plus générale, ce critère pourrait remonter à la rhétorique ancienne et à sa distinction des trois genera narrationum : l’historia ou narratio aperta à savoir le récit de faits réels du passé (« historia est gesta res, sed ab aetatis nostrae memoria remota »), l’argumentum ou narratio probabilis fondée sur le critère de vraisemblance (« est ficta res quae tamen fieri potuit »), et enfin la fabula qui fait abstraction des codes du réel (« neque veras neque veri similes continet res14 »). Bien que des hypothèses existent sur la continuité de cette typologie ancienne dans les formes narratives romanes, il serait difficile d’en étudier la transmission jusqu’aux conteurs de la Renaissance. De plus, il faudra reconnaître que toute narration qui se réclame de la vérité n’appartient pas nécessairement au genre de l’historia ou de l’argumentum, comme le prouve, parmi les exemples possibles, cet exorde surprenant du lai de Guingamor : « d’un lay vos dirai l’aventure / nel tenez pas a troveüre, / veritez est ce que dirai15 », juste au début d’un texte appartenant à la tradition des lais féeriques où le surnaturel est particulièrement présent.

  • 16  « Du célèbre et glorieux poète Boccace, dont tu as toujours essayé d’imiter la langue et le style  (...)
  • 17  « Dans ces nouvelles, on verra d’agréables et de cruelles aventures amoureuses et d’autres événeme (...)

8Nous nous rapprocherons alors plus des intentions de Masuccio en nous référant au Décaméron et à la façon dont le rapport entre nouvelle et histoire était traité par Boccace, l’auteur que Masuccio cite comme étant son modèle : « del famoso commendato poeta Boccaccio, l’ornatissimo idioma e stile del quale te hai sempre ingegnato de imitare16 ». Ainsi on remarquera que les proclamations de véridicité de Masuccio ressemblent à celle du prologue du Décaméron : « Nelle quali novelle piacevoli e aspri casi d’amore e altri fortunati avvenimenti si vederanno così nei moderni tempi avvenuti come negli antichi17 ».

  • 18  Pour le réalisme et les effets de réel chez Boccace voir Pier Massimo Forni, « Retorica del reale (...)

9D’ailleurs, Boccace n’avait-il pas joué sur le registre de la chronique avec son récit de la peste et en présentant comme des personnages réels les membres de la brigata réunie dans l’église de Santa Maria Novella ? Aussi, tout au long du Décaméron, à l’intérieur du récit cadre et dans l’introduction des nouvelles, par exemple, le lecteur est appelé à prêter fois à une narration véridique et à des événements décrits selon un code de représentation essentiellement réaliste, avec toutes les nuances et les possibilités de renversement ironique qu’il nous est impossible ici d’examiner18. Néanmoins, il faudra prendre en compte d’importantes transformations que le genre de la nouvelle subit en passant de la Florence marchande et bourgeoise de la fin du xive siècle à la Naples aristocratique sous la domination aragonaise, du public citadin au monde de la cour.

  • 19  « Quelques actions exécrables de certains religieux », Novellino, p. 11.
  • 20  « Matière triste à pleurer » et « nouvelles agréables et amusantes », Novellino, p. 285.

10Pour ce qui est de la structure de son recueil, Masuccio suit le modèle du Décaméron avec une certaine originalité. Il en garde l’organisation thématique des nouvelles par décades, les réduisant à cinq comme dans le Pecorone de messire Giovanni pour un total de cinquante nouvelles, tout en gardant aussi un ordre ascendant dans la succession thématique des livres, de sorte à reproduire en abrégé l’ordonnancement idéal des journées du Décaméron. Dans le Novellino le premier livre de dix nouvelles est consacré à la satire des religieux « alcune detestande operazione de certi religiosi19 », le deuxième aux beffe, le troisième à la satire des femmes. Le quatrième livre propose l’alternance thématique entre nouvelles à issue tragique ou comique, faisant succéder à une « materia lagrimevole e mesta » des nouvelles « piacivole e facete20 ». Le dernier livre exalte, enfin, le thème de la magnificence avec des nouvelles « a lieto fine ».

  • 21  Gabriella Albanese, « Da Petrarca a Piccolomini: codificazione della novella umanistica », dans Fa (...)
  • 22  Gabriella Albanese et Rossella Bessi, All’origine della guerra dei cento anni. Una novella latina (...)
  • 23  G. Albanese et R. Bessi, All’origine della guerra…, ouvr. cité, p. 102.

11À la place du Proemio du Décaméron et des conclusions de l’auteur figurent la dédicace du Novellino à la duchesse Hyppolite Visconti d’Aragon et la section dite « Parlamento de lo autore al libro suo », véritable apologie où Masuccio rejette les accusations de ses critiques malveillants. Le principe organisateur du recueil n’est pas constitué par un récit cadre, comme dans le Décaméron, mais par les cinquante épîtres de dédicace de chaque nouvelle à un personnage de la cour, où l’auteur s’exprime à la première personne. Dans le Novellino chaque nouvelle est donc encadrée à l’intérieur d’une lettre adressée à un destinataire choisi, selon une typologie humaniste qui a été récemment étudiée par Gabriella Albanese à propos du De insigni obedientia et fide uxoria de Pétrarque et de ses influences sur la nouvelle courtisane, bien qu’elle reste à étudier dans les détails quant à son adaptation chez Masuccio21. L’un des premiers exemples de nouvelle en langue vernaculaire insérée dans un cadre épistolaire est représenté par le Seleuco de Leonardo Bruni, mais, pour rester dans l’entourage de Masuccio, cette association entre l’écriture épistolaire et la nouvelle se retrouve aussi chez Bartolomeo Facio, un humaniste très prisé à la cour aragonaise, qui avait placé au début de son recueil épistolaire la nouvelle latine De origine inter Gallos ac Britannos belli historia, composée autour de 1440 et adressée au comte Charles Ventimiglia22. Cette nouvelle latine de Facio sera traduite en langue vernaculaire par Jacopo de Poggio Bracciolini en 1470, quelque temps avant la publication du Novellino de Masuccio, toujours en association avec une lettre-cadre, que Jacopo adresse à Charles Guasconi23.

12Pour revenir donc au Novellino, chaque unité de narration s’y articule en cinq parties : d’abord l’argomento, à savoir un bref résumé de la nouvelle, ensuite la dédicace contenant le nom et les titres nobiliaires du dédicataire, l’exorde sous forme de lettre et la moralité à la fin, dans la partie qui porte le sous-titre « Masuccio ». De cette manière, la lecture des nouvelles est orientée deux fois, à travers les commentaires contenus dans l’esordio et les remarques moralisatrices de la fin. De plus, la partie « Masuccio » assure la continuité de lecture du livre par l’annonce du thème de la nouvelle qui va suivre.

  • 24  À ce propos Donato Pirovano, Modi narrativi e stile del Novellino di Masuccio Salernitano, Florenc (...)
  • 25  D’après notre recensement, 22 nouvelles sont ancrées dans l’actualité, 21 se réfèrent à l’histoire (...)

13Cette structure confère d’abord au livre, au-delà de la variété thématique, une certaine rigidité et répétitivité qui s’opposent à la variété des transitions entre les journées et les nouvelles du Décaméron. La longueur très homogène des nouvelles confirme d’ailleurs cette impression, malgré la pluralité des motifs et des schémas narratifs proposés24. En définitive, l’ensemble de ces transformations structurelles contribue à renforcer la présence de la voix du narrateur dans le recueil, autrement dit le registre subjectif, ce qui pourrait en partie expliquer la surenchère du topos de la narration véridique. Une autre différence importante par rapport au Décaméron concerne le cadre historique des nouvelles : les récits contemporains ou se référant à l’histoire récente sont largement majoritaires sur les récits du passé. Seulement six nouvelles relatent des faits plus anciens, comme la nouvelle XLIX dont le héros est l’empereur Frédéric Barberousse, la XXI qui commence par la victoire de Charles d’Anjou à Bénévent, ou la XLVIII qui évoque le temps de l’occupation de la Sicile par le roi Pierre d’Aragon25. Aucune place n’est réservée, en tout cas, à l’époque grecque et romaine que Boccace avait évoquée dans les nouvelles de Cimone (Déc. V, 1), de Lidia et Pirro (Déc. VII, 9) ou de Titus et Gisippe (Déc. X, 8), de même que l’on ne cherchera pas dans le Novellino l’orient mythique de la nouvelle de Natan et Mitridanes (Déc. X, 3) ou des histoires de sultans et de magiciens, comme celle de messire Torello (Déc. X, 9).

14Plusieurs remarques s’imposent, alors, dans notre analyse des fonctions de l’histoire. Tout d’abord, la rhétorique de la véridicité est assurée par l’omniprésence de la voix du narrateur, lors des dédicaces, des commentaires et même au cours de la narration par le biais de séquences méta-narratives (apostrophes, invectives etc.), ce qui est foncièrement différent de la logique compositive du Décaméron, où Boccace avait délégué la narration aux dix membres de la brigata : il est clair que lorsque les personnages d’Emilia ou de Lauretta, par exemple, se mettent à proclamer que leur nouvelle est vraie (« j’ai l’intention de vous raconter une histoire aussi pitoyable que véridique », dit Emilia Déc. II 6, et Lauretta quant à elle : « je me vois contrainte de vous raconter une histoire vraie, qui ressemble beaucoup plus à une fable qu’à un fait attesté, ce qu’elle est bien en réalité » pour introduire la nouvelle de Ferondo au Purgatoire, Déc. III 8) cela n’engage en rien la crédibilité de l’auteur.

  • 26  Pour le parallèle entre l’écriture des chroniques et le genre de la nouvelle, voir en particulier (...)
  • 27  Nouvelle XLVIII : « L’année dernière j’ai entendu un noble florentin qui racontait comme un fait a (...)
  • 28Novellino, XIV, p. 152 : « Il se plaisait à raconter un nombre infini d’histoires magnifiques pour (...)
  • 29Novellino, p. 344 : « (Antonio Moro) me raconta, parmi d’autres sujets de notre aimable conversati (...)

15Deuxièmement, il faudra prendre en compte le discours sur les sources des nouvelles qui présente plusieurs éléments en commun avec l’écriture de l’histoire et ses procédés d’allégation de sources26. Les sources orales dans le Novellino sont citées selon une typologie très variée : l’informateur peut être par exemple nommé ou simplement évoqué par allusion à son origine et à sa classe sociale : « l’altr’anno sentivi da uno nobile fiorentino per autentico racontare » dans la nouvelle XLVIII, ou « secundo da un notevole gaitano me è stato racontato » dans la nouvelle XXXIX et « per quello che da un mercante ho già inteso » pour la nouvelle XXV27. Une source privilégiée est le chevalier Tommaso Mariconda, le grand-père de Masuccio, qui s’était illustré à la cour de Marguerite de Durazzo et dont Masuccio rappelle le goût pour les histoires : « de infinite e dignissime istorie ricontar se dilettava, e quelle non senza grandissima facondia e memoria incredibile le porgea28 » : il s’agit dans ce cas d’une transmission de mémoires familiales du genre des ricordanze, comme il en existait dans la Toscane du xive siècle. Il se peut même que l’informateur soit le protagoniste de l’histoire, comme dans la nouvelle XXXVIII : « [Antonio Moro] tra gli altri nostri piacevoli ragionamenti me racontò per verissimo il sottoscritto caso essere a lui pontalmente traveduto29 », ou enfin que l’informateur soit également le dédicataire de la nouvelle, comme c’est le cas pour Francesco Galeota dans la nouvelle XLI. Le pacte de lecture se fonde alors sur la disponibilité des lecteurs à prêter fois d’une part à la parole de l’auteur et d’autre part au savoir d’une communauté qui fait autorité (« persone de grandissima autorità »).

16L’abandon du récit cadre en faveur de la structure épistolaire contribue également à renforcer cette fonction de l’histoire dans la mesure où les destinataires sont souvent appelés comme témoins informés des faits, des personnages et des situations dont ils partagent la connaissance avec l’auteur : par exemple la nouvelle XXX est adressée au prince de Salerno et le protagoniste est un membre de sa famille et la nouvelle XLIV ayant pour protagoniste le duc Alphonse de Calabre est offerte à l’épouse de celui-ci, Hyppolite Visconti. En outre la nouvelle XXI célèbre en la personne de Bertramo d’Aquino le paradigme du parfait chevalier et elle s’adresse à Antonella d’Aquino qui ne pourrait certes démentir la vérité des faits puisqu’ils visent indirectement à célébrer sa propre lignée.

17De plus, par le biais de ces lettres les nouvelles entrent dans un circuit de « civile conversazione » devenant prétexte d’un discours autour de valeurs d’actualité. En ce sens on pourrait parler d’un procédé d’actualisation des contenus narratifs, comme on le voit dans le passage suivant :

  • 30Novellino, XLIX, 2 : « Plus nous sommes éloignés des gestes appartenant à des époques très ancienn (...)

Quanto dagli antichi gesti per vetustà dei tempi semo fatti da longi, eccellente e strenuo signore mio, tanto più il racontare de quelli a’ novi ascoltanti deveno parere estrani e peregrini. E como io non dubito de la sequente istoria sono già più anni ne abbi perfetta notizia avuta, pure, avendola fatta con le mie rude littere digna de eterna memoria, me è piaciuto a te, che per nova e verissima la farai e da’ presenti e da’ posteri estimare, la intitolare30.

  • 31Novellino, p. 24.

18Dans cette dédicace au comte Matteo de Capoue, Masuccio prend soin de distinguer entre la circulation orale d’une nouvelle et le travail d’écriture qui rend la nouvelle mémorable (« digna de eterna memoria ») grâce à la maîtrise rhétorique et stylistique de l’auteur (« con le mie rude littere ») pour enfin la destiner à durer dans le temps, en en faisant un monument littéraire (le « monumentum aere perennius » d’Horace) accessible à la postérité. De la même manière, Masuccio affirme que la première nouvelle, dédiée au roi Ferdinand, a été déjà racontée au roi dans une version plus brève, « con breve eloquio », mais qu’il se plaît à la rendre à présent « degna d’eterna memoria31 » : de ce point de vue le travail du narrateur présente beaucoup d’affinités avec celui de l’historien tel qu’il était conçu bien avant la définition de l’approche scientifique moderne, l’ars historica s’associant depuis ses origines à la rhétorique (« opus oratorium maxime » selon la célèbre définition de Cicéron) et à la transmission de mémoire.

  • 32  S. Nigro, Le brache…, ouvr. cité, p. 59.

19Mais les fonctions de l’histoire dans le Novellino sont visibles aussi au niveau des modalités de la narration, par exemple dans les exordes des nouvelles qui très souvent offrent un cadre historique précis, faisant référence à un événement, à une guerre, à des personnages historiques connus, ou encore dans la présence de personnages masqués faisant allusion à des personnalités connues à la cour, comme frère Roberto Caracciolo que Salvatore Nigro a proposé de reconnaître derrière le personnage de frère Niccolò da Narni dans la nouvelle III32. Un autre élément venant appuyer le topos de la narration véridique employé par l’auteur concerne la description des lieux et l’adoption d’une toponymie très précise que le public du Novellino devait pouvoir reconnaître, non seulement parce que le cadre de la plupart des nouvelles est offert par des villes méridionales, mais parce que Masuccio en détaille facilement les noms des rues, des monuments, des rivières etc., comme dans la nouvelle XIX qui a comme cadre la route de Cava dei Tirreni à Naples et où l’on trouve l’allusion à Torre del Greco, au pont Riziardo, à la route de Somma, etc.

  • 33  S. Nigro, Le brache…, ouvr. cité, p. 153.
  • 34  Letterio Di Francia, La novellistica, Milan, Vallardi, 1924, p. 449.

20Tous les éléments considérés contribuent dans leur ensemble à renforcer la fonction de l’histoire dans le Novellino, conformément aux déclarations de l’auteur. Prenant en compte cet aspect de l’ouvrage, S. Nigro a donc pu observer que les nouvelles de Masuccio naissent de la fusion entre des éléments tirés de la chronique de son temps et de motifs narratifs traditionnels : « Masuccio aveva trasformato i fatti di cronaca in exempla, facendoli combaciare con schemi fabliolistici e novellistici33 », ce qui enrichit considérablement l’image un peu naïve, présentée autrefois par Letterio Di Francia, d’un écrivain attaché aux seules traditions populaires et au folklore34. L’analyse d’une nouvelle en particulier nous fournira un exemple de ce rapport très fuyant entre chronique et « schemi novellistici » pour enfin mettre en évidence toute la complexité de la question.

21La nouvelle XXI ouvre la troisième section du Novellino, consacrée à la satire des femmes, et occupe de ce fait une position importante dans le recueil. Pour cette nouvelle nous disposons d’une rédaction antérieure à la date de publication et que G. Petrocchi a pu dater avec une certaine précision : dans la première rédaction, la dédicataire est citée comme Antonella d’Aquino comtesse de Monte Odorisio alors que dans la rédaction finale elle est dite « contessa camberlinga », titre qu’elle eut seulement après ses noces en 1452 avec Inico d’Avalos, le grand chambellan du roi.

  • 35  Voir pour la traduction la note 10.
  • 36Novellino, p. 211 : « Un excellent chevalier de ton illustre famille ».

22La nouvelle est présentée comme une anecdote de la vie d’un personnage de la famille d’Aquino, une histoire qui a été racontée au narrateur comme véridique : « per verissimo racontato ». Les faits remontent à un temps lointain, lors de la venue de Charles d’Anjou à Naples après la défaite de Manfred à Bénévent (en 1266) : nous sommes donc en présence de l’une de ces nouvelles qui ont « d’antique veste e de canuta barba », comme le dit Masuccio dans le Parlamento35. Après un exorde de type historique évoquant la victoire de Charles d’Anjou sur Manfred et les jouissances publiques organisées dans la ville de Naples en l’honneur du roi et de ses barons, le récit se tourne vers la thématique amoureuse. Parmi les barons français à Naples se trouve messire Bertramo, le héros de la nouvelle, que Masuccio loue dans la lettre de dédicace avec une certaine flatterie à l’intention d’Antonella d’Aquino : « uno eccellente cavaliero de tua generosa stirpe36 ».

23L’histoire est la suivante : un chevalier aime la femme d’un autre, mais cet amour n’est pas payé de retour jusqu’au jour où la dame convoitée, qui répond au nom très napolitain de Fiola Tortella, entend son propre mari faire l’éloge du chevalier ; il suffit de cet éloge pour que la femme change complètement d’attitude et accepte de recevoir son amant. Néanmoins, lorsque celui-ci apprend la véritable raison de ce changement radical, à savoir qu’il doit sa conquête amoureuse au mari de la dame, il décide de ne pas profiter de la situation, préférant l’abstinence sexuelle. Cette nouvelle fonctionne selon un schéma à trois temps et une logique de renversement de situations qui vise la surprise. On pourrait la représenter schématiquement par un changement de signe (négatif/positif et puis encore négatif) associé à une condition amoureuse : au début le héros se trouve dans la situation courtoise par excellence, l’impasse de celui qui ‘aime mais n’est pas aimé’, ensuite il parvient à se faire nté 30"de prologue, Cs parce qu son onverlaireotssentimo, lu mats, arvien son ju avanx et lo en aonisto aloraule paroxyse d’una femms quionumte amoureuse d’un auts hmeCs parce qu son propre marl n’e ntm>. La conclusioe propose de renversement ds la situatioe de de part avecare négao En définitins de lm court le chevalieédsforis 30"de prologme mais n‘aimt pdac paueilre choide la trasrité. Leoutabls effnt de surprié est assurre d’abor, par ln changement de Ventements de la date et ensuite par leefusge du chevalioi.

  • 17  «Unlle couune histoire qus n’est pesséueil ny era paa loe temps dans la ville dSncienue » Snteriovnn (...)
  • (...)

24, corprenant des nle lat,ns ue Pecorone de messire Giovann(e qui a ét, compos,es semb-ait-,nt entr1378ls e138566) e c’est ln sitidire l’élogfrrait pnt un marouà un personnage l’autoritér unoi)nt à ucrille qui vgagngier lt amoue d’una datr jusqu alormoit essible e sen avcmmesI il ftus dirr que la nouvelleule PecoroneNovellino

  • 29 C cet praidage de la treuse a ét, cmsenté paD. Bo vilt,: « Luassaga cioDaaspect deaux berra  » pa.nn (...)
  • (...)

Li fortque de cn sitis de lmenantabstinait remoné aus anciele recueers exemulairesnle latno s la premièrt attentation tde l’histoire des chevalis Rolltion eR réles dans le n>acona getne. Dans lfamieueeccpelialistique cn sitie est refois paGttébore de mbpararaulxiii de siècls dansaux i22Tous les chevalis orprnagent lfufaite avanRerigindop, comme és lonumste avanille ucsion »a premièrébauo che du thèmeule ucsion qui r la dNovoppoyé par sa traditioa succesvnne. Dans le PecoroneNovellinoe en particuliio, cetta m="paraisos se trouve aun entre l’une séquenon importante du réc,c pae c’ese evofuyantevorme un ucsion qui faifufour leautrertoi aue que le mari ftre l’éloge du chevalier:à li fclle et le valemeule ucsiol qui rappelvanillcntourage et le veillcoge du chevalion q,on à so aiu,le court de sa femne. Dans ste usix nouvell,nille ucsi aDe la mêma fonction ds tranerc,syma eduisant à li ians la nobsque de somnnaîtreen sot sucles dans le domain hématiquem>Mais les détails narratif> sont différeson : dans le Pecoronebrigoria »: dans ljllarion de la dameo alors que dans le Novellino la date ee somnstri partncitent à ela treule, ont «ssa sucgna dsl ptravion »eont ilonvvien uditai: « de lvaPoggifalczione n qui faifufou des pdrix grpris,: « ntm>brigana dsontnrpe

36

  • (...)

  • (...)
  • (...)

L’intsexité de lt peiarre des chevalis r s’exprim, dans ste usi="texss, à travers l’imaghya pa eddique P.ne, p. 52 : «a queo a dnrca c quidagltevo la dagllo chate son »eonN.no, p. 2es : « da contiora gl, fa la isceeère ià pirocheogmeee dssimamntare (: dans la première rédacties : « da contiorille fa la isceeère ià pirochl sa proi la eo amntape

PecoroneNovellinoP.ne, p.5II : «lo a dnrce c n mu sa ueo e ilresche pemita,i ce pnt l’Caracolòqascennt “Be even e imiodG lgitanprcer tantmit le mue”ue » N.no, p. 2es : «l qu, i faoa gsanins conota con lCaraco apobequee gziosanemeint la cev met,òqascennt “Be even r l’ssimmnciaprcer ll qualoltantaffovanne ho gis posnuti”pe