Navigation – Plan du site

Éditions littéraires et linguistiques de l'université de Grenoble

Images de l’homme d’Église chez E. S. Piccolomini-Pie II

Serge Stolf
p. 187-212

Texte intégral

1Sous la plume fertile et acérée d’Enea Silvio Piccolomini, les « images » des hommes d’Église ne manquent pas. Le terme est à prendre au sens dérivé de représentations, plus ou moins objectives ou impartiales (plutôt moins), d’images sujettes à retouches et à corrections, à l’instar du photographe, puisqu’il s’agit de les fixer pour l’histoire, mais dans le mouvement même de cette histoire. Images plurielles, contrastées, dont il faut se demander si elles s’accordent à un élément unificateur : l’homme d’Église. Ces images abondent non seulement dans les écrits du laïc, mais aussi dans celles de l’ecclésiastique Piccolomini : elles fluctuent en fonction de sympathies, d’amitiés, de rapports de force, de revirements, mais elles comportent aussi des constantes. Dans les Commentarii, c’est l’image – mieux, l’icône – du pape, la plus haute instance humaine de l’Église, que construit Piccolomini-Pie II, et qu’il entend laisser à l’appréciation de l’exigeante postérité.

  • 1 Pii Secundi pontificis max. Commentarii Rerum memorabilium quae temporibus suis contigerunt a R. D. (...)

2Ce sont d’abord des images d’hommes, car Piccolomini, en humaniste, nous parle d’hommes beaucoup plus que d’institutions. L’édition romaine et post-tridentine des Commentarii en 1584 expurgera systématiquement de ces pages les portraits d’ecclésiastiques au vitriol susceptibles de donner une « image » négative des prélats catholiques et des armes au protestantisme, en nourrissant l’iconographie anti-romaine1. L’autre question qui se pose est de savoir si, de ces contrastes, Piccolomini entend faire émerger une figure qui constituerait un modèle d’homme d’Église, pour son temps, et pour le temps plus universel de l’Église.

3Qui sont-ils, ces hommes d’Église ? Des prédicateurs comme Bernardin de Sienne (avant et après sa très rapide canonisation), des prélats – évêques ou cardinaux présents au concile de Bâle où Enea arrive en avril 1432, et ceux qu’il fréquentera ensuite à la cour de Frédéric de Habsbourg – des pontifes enfin, d’Eugène IV à Calixte III dont il sera le successeur. Pour comprendre comment se sont construites ces diverses représentations des ecclésiastiques dans les écrits de Piccolomini, il faut tenir compte de ses propres expériences et évolutions. Ses premiers textes reflètent une vision conciliaire des hommes d’Église et de leur fonction dans celle-ci, images qu’il révisera parfois quand il abandonnera ces positions pour défendre l’autorité du siège romain. Aussi les figures exemplaires côtoient-elles les critiques adressées aux prélats incompétents par le cardinal Piccolomini, puis par le pape Pie II, convaincu d’une réforme nécessaire des mœurs du haut clergé. Enfin, il faut s’intéresser à l’image que, dans ses Commentarii, Pie II a construit de lui-même, c’est-à-dire celle du souverain pontife.

Les hommes d’Église vus par le conciliariste

  • 2 Voir, cependant, L. Totaro, Gli scritti di Enea Silvio sul Concilio, in Conciliarismo, Stati Nazion (...)
  • 3 Pour un examen approfondi du conciliarisme d’Enea, non exempt d’une tendance à la justification, vo (...)

4Dès son arrivée au concile de Bâle, en avril 1432, comme secrétaire à gages du cardinal Domenico Albergati (ils quittent Sienne à l’automne 1431), Enea va découvrir un milieu où domine la présence d’ecclésiastiques, et dont il deviendra, pendant sa fréquente, mais non constante, présence aux séances, l’observateur privilégié. La période 1436-1440 est celle de son engagement résolu dans le conciliarisme, comme en témoignent ses écrits – le De gestis concilii Basiliensis Commentariorum (1439-1440) et le Libellus dialogorum de autoritate generalium Conciliorum et gestis Basiliensium (1440) – textes malheureusement encore trop peu étudiés2. Le concile est une réalité mouvante où domine toutefois la certitude de représenter la totalité de l’Église, celle authentique du Christ, celle du sacerdoce universel : ainsi pense Enea3. Il ne s’est jamais prévalu d’un conciliarisme doctrinaire, comme Jean Gerson, il n’est pas un théoricien. Il est plutôt l’homme d’une conviction forgée au contact d’autres hommes, et qui s’usera d’ailleurs quand ils le décevront. Dans les pages du De gestis concilii, Enea se fait l’historien des débats de l’année 1439 portant sur la question de la supériorité du concile, et qui amenèrent une assemblée composée essentiellement de clercs et de fort peu d’évêques à proclamer, le 25 juin, la déposition du pape Eugène IV. Le 5 septembre, un conclave élisait Amédée de Savoie nouveau pape (antipape), sous le nom de Félix V, consommant ainsi un schisme avec l’Église officielle. Enea fait état de positions tranchées, car le schismatique, c’est l’autre, comme un Nicolas de Cues, transfuge du Concile qu’il quitta dès 1437, et dissident de la vérité :

  • 4 Aeneas Sylvius Piccolominus (Pius II), De gestis concilii Basiliensis commentariorum libri II, D. H (...)

On estimait que l’Hercule de tous les Eugéniens était Nicolas de Cues, un homme très versé dans les lettres anciennes et très instruit par sa vaste expérience des choses. Il est à déplorer qu’un aussi noble esprit se soit engagé dans cette passion schismatique, au point de s’acquitter d’une mission auprès des Grecs, fortifié par un faux décret ; il avait mis tout son zèle et tous ses efforts à défendre Eugène, et, d’un esprit astucieux et subtil, il ourdissait tantôt un obstacle tantôt un autre4.

  • 5 Ibid. p. 172 : « [Cuius antequam uerba refero, nemo ut admiretur cupio, quod totiens cadat in meum (...)

Le chef d’un parti était le Palermitain [Niccolò Tudeschi, évêque de Palerme], celui de l’autre était le cardinal d’Arles, mais le premier était devenu chef non de sa propre volonté, bien sûr, mais par nécessité, et il lui fallait obéir à son chef [son prince, Alphonse d’Aragon]. Il savait bien cependant où se trouvait la vérité, et il ne s’y opposait pas de son plein gré ; je l’ai vu bien souvent dans sa bibliothèque se plaindre de son prince, qui suivait les avis des autres5.

  • 6 Ibid., p. 174.

5La position du Palermitain est commandée par les choix politiques de son prince, peu désireux de voir se précipiter la rupture6 entre le concile et Eugène IV : une conciliation affaiblirait le pape en évitant le schisme. On notera avec d’autant plus d’attention la profession de foi conciliaire d’Enea lorsqu’il affirme que le Palermitain savait « où se trouvait la vérité ».

6Enea est sensible à l’esprit « démocratique » du concile défendu par le cardinal d’Arles, Louis Aleman, chef du parti populaire et président de l’assemblée. Celui-ci défend le principe du vote étendu aux membres incorporés, simples prêtres ou gradués, au même titre que les évêques ; tous les ministères, dit-il en se référant à la lettre de saint Paul aux Éphésiens (Éph. IV, 11), travaillent à bâtir le corps du Christ, l’Église :

  • 7 Ibid., p. 112-113 : « Neque in Concilio (ut ipse ait) dignitas patrum sed ratio spectanda est ; nec (...)

Et au Concile, comme il le dit, on ne regarde pas à la dignité des Pères mais à leur faculté de raisonner, et, dans les détails, il n’est pas une chose à laquelle on doive davantage regarder que la vérité. Je ne préférerai pas la fausseté d’un évêque, même très riche, à la vérité d’un pauvre prêtre. Et un évêque ne doit pas être dédaigneux si, étant quelquefois ignorant et borné, il n’est pas suivi par une foule de sectateurs, et si la voix d’un prêtre sans ressources, mais savant et intelligent, lui est préférée : car la sagesse habite plus souvent sous un pauvre manteau que sous des habits brodés. Je vous le demande : évêques, ne méprisez pas tant les rangs inférieurs7.

  • 8 Enee Siluii Piccolominei Epistolarium seculare, complectens De duobus amantibus, De naturis equorum (...)

7Présent au conclave en qualité de clerc des cérémonies8, Enea dut veiller à ce que les consignes d’isolement des électeurs fussent respectées. À ce titre, il fait montre de ses qualités d’observateur et ne se fait pas faute de révéler le ridicule auquel s’exposent certains personnages. Nourri des comiques et des satiristes latins – parmi ces derniers, Horace et Juvénal ont sa préférence – Enea a volontiers le trait satirique, comme le montre le passage suivant. Pour la compréhension, rappelons que chaque électeur, enfermé dans une cellule (une sorte de box) pendant la durée du conclave, voyait son repas limité, selon le règlement, à un seul plat :

  • 9 De gestis concilii…, ouvr. cité, p. 234-236 : « Idque cum prima die familiares incaute commisissent (...)

Si l’un d’eux contrevenait au règlement, il se voyait privé d’un plat à la porte. Le premier jour, lorsque les serviteurs rompirent imprudemment cette règle, et qu’ils apportèrent à leurs maîtres « un repas avec plusieurs plats » [Horace, Satires, II, 2, 77], comme pour un banquet de noces, ils furent tous débarrassés du surplus à la porte et on ne laissa passer qu’un seul plat. Parmi ceux-ci, l’archidiacre de Cracovie subit aussi le prélèvement. Quand on lui apporta de la viande de mouton et de canard, les oiseaux furent prélevés, son serviteur demandant à la porte qu’on laisse à son maître la plus grosse portion ; car ce serviteur comptait sur une part de ces canards, mais pas sur une part de mouton ; or, son maître aurait préféré les oiseaux. C’est pourquoi, lorsque l’archidiacre s’aperçut du prélèvement, il s’en plaignit partout et affirma publiquement qu’il n’avait jamais connu de pire journée depuis qu’il était prêtre. Et quand on le pria de ne pas s’en étonner, puisqu’il en était de même pour le cardinal, il dit : « Ah ! Vous me comparez au cardinal, un Français, sobre, privé d’estomac ou, pour mieux dire, qui n’a rien d’un homme ? Pour mon malheur, je suis placé à côté de lui, et le rideau transparent me laisse voir tout ce qu’il fait. Jusqu’à présent, je ne l’ai vu ni boire ni manger […]. Moi, je suis Polonais, lui, est Français ; mon estomac est chaud, le sien est froid ; le jeûne, pour lui, c’est la santé, pour moi, c’est la mort. Moi, si je ne mange ni ne dors tout mon soûl, je tombe aussitôt en faiblesse9.

8Aussi discrète que soit la présence d’Horace, elle ne renvoie pas moins au thème de la satire II, 2 : les avantages d’une vie simple et frugale. Le personnage de l’archidiacre n’est pas loin, on en conviendra, de celui du goinfre évoqué par le poète latin, dans un contexte où, dans un jeu de contrastes, la sobriété est prise en défaut chez l’homme d’Église. Toutefois, la conduite du cardinal d’Arles, président de l’assemblée, au moment où ses familiers le supplient de fuir la peste qui s’est déclarée à Bâle (printemps-été 1439), contribue largement à donner de ces hommes d’Église, pères conciliaires, l’image des champions de la foi :

  • 10 Ibid., p. 168 (Livre II) : « Sed neque illum preces neque domesticorum funera flectere potuerunt, u (...)

Mais ni leurs prières ni la mort des personnes de sa suite ne purent l’ébranler, car il préférait sauver le concile au péril de sa vie plutôt que de sauver sa vie au péril du concile. Il savait en effet que, s’il s’en allait, ils seraient peu nombreux à rester, et qu’en son absence il pourrait facilement se commettre quelque tromperie. C’est pourquoi, de même que dans une bataille les soldats affrontent tous les périls quand ils aperçoivent leur général au milieu des ennemis, de même les Pères du concile eurent honte de fuir la peste quand ils virent leur président rester avec eux au milieu du danger commun10.

Les hommes du concile vus par Enea après son désaveu des positions conciliaires

  • 11 Sur l’itinéraire de foi de Piccolomini, voir la synthèse de P. L. Guiducci, « Le strade degli uomin (...)
  • 12 Epistolarium seculare, ouvr. cité, p. 193 (92) : « eas non ex diuini spiritus ductu regi, sed homin (...)
  • 13 R. Wolkan, Der Briefwechsel des Aeneas Silvius Piccolomini, dans Fontes Rerum Austriacarum, Diploma (...)
  • 14 Ibid., p. 55 : « […] [quia] ex Basilea recessi et renunciavi erroribus eius. »

9Le passage d’Enea dans le camp des « transfuges » – ceux qui avaient quitté Bâle pour le camp romain (on les appellera les « eugénistes », partisans d’Eugène IV) – a été la pierre d’achoppement des conciliaristes et, plus tard, de ses biographes11. Il fut taxé d’opportunisme. Pourtant, cette décision fut mûrie. Depuis fin 1443, sa correspondance témoigne de ses doutes sur une résolution du conflit entre le concile et le pape, tant qu’il verra « les affaires de l’Église menées non sous la conduite de l’Esprit-Saint, mais gouvernées par les passions humaines12 ». Il est conscient que le conciliarisme de Bâle se résorbe dans une interminable querelle d’hommes plus que de prélats soucieux de l’unité de l’Église. Le 13 août 1447, il écrit au recteur de l’université de Cologne, Jordan Mallant, une lettre où il désavoue ses écrits et ses positions conciliaires. Ayant appris qu’on s’était étonné de son passage d’un camp à l’autre et de son peu de constance dans ses actes et dans ses écrits13, il a décidé de s’expliquer. Cette lettre est une pure et simple rétractation de son conciliarisme (« je me suis retiré de Bâle et j’ai renoncé à ses erreurs14 ») en des termes extrêmement énergiques :

  • 15 Ibid., p. 55 : « […] erravi, fateor, cum Basiliensibus et in delictis ambulavi eorum. Nec quasi unu (...)

Je me suis trompé, je l’avoue, avec les gens de Bâle et j’ai emboîté le pas à leurs fautes. Et je ne fus pas l’un des derniers, mais, l’orgueil dans l’âme, la fierté dans l’esprit, plein de vent, j’étais en première ligne dans le combat, je parlais déraisonnablement et j’écrivais encore plus déraisonnablement ; et comme je me prenais pour un petit peu savant, je n’ai pas rougi de composer des traités et de rabaisser l’autorité du pontife romain par de sots discours : je tenais pour vrai ce qui était dit, et j’écrivais des choses entendues, mais non vérifiées15.

  • 16 R. Wolkan, Der Briefwechsel…, 67, ouvr. cité, p. 56 : « Sicuti Saulus in Damascum hostis ibat Chris (...)
  • 17 Ibid., p. 56 : « […] errans erravi et nosco erratum meum agoque gratias pio deo, qui me ulterius er (...)
  • 18 Ibid., p. 56 : « […] retractationum libros Augustinus scripsit. » Dans les Retractationes (« Révisi (...)
  • 19 De rebus Basilee vel stante vel dissoluto concilio gestis, dans R. Wolkan, Der Briefwechsel…, vol.  (...)

10Les « traités » et les « discours » dont il parle ne peuvent être que le Libellus dialogorum et De gestis concilii Basiliensis. Peut-être a-t-il été subjugué par des hommes au verbe prestigieux défendant une conception de l’Église plus « démocratique », mais, bien avant lui, un homme de la stature intellectuelle de Nicolas de Cues avait renoncé à son conciliarisme intransigeant pour des positions plus conciliables avec l’exercice de l’autorité pontificale à l’intérieur de l’Église. Le sens de cette rétractation est en réalité modelé sur les exemples de saint Augustin et de saint Paul. Dieu n’a pas permis qu’Enea persistât dans l’erreur. Enea ne craint pas de comparer sa conversion à celle de l’apôtre Paul sur le chemin de Damas : « Comme Saul qui allait à Damas en ennemi des Chrétiens, je pris la route de Francfort, hostile à Eugène16. » Personne ne peut le croire lié à ses écrits au point qu’il ne lui soit pas permis de changer d’opinion17. Enea s’autorise de l’exemple de saint Augustin (« Augustin écrivit les livres des Retractationes18 ») pour réviser ses jugements et mesurer les progrès qu’il a réalisés dans la vérité : sa « révision » du De gestis concilii en 1450 en fournira la preuve tangible sous le titre De rebus Basileae gestis19.

  • 20 Ibid., p. 185-186.

11La relecture du concile de Bâle par Enea qui, au moment où il écrit cette « révision », est évêque de Trieste, tend à minimiser les aspirations réformatrices, qui échouent face aux égoïsmes particuliers. Les affaires portées au concile, comme les querelles autour de l’élection épiscopale d’Utrecht, font oublier qu’au même moment les catholiques de Pilzen sont assiégés par l’armée hussite20. Aucune réforme en profondeur n’est sortie de l’assemblée de Bâle :

  • 21 Ibid., p. 188 : « Quod patres pape negabant, singularibus episcopis concedebant. Theoderico namque (...)

Ce que les pères refusaient au pape, ils l’accordaient à des évêques particuliers. Ils accordèrent à Dietrich de Mayence de réclamer non seulement les revenus d’une année [annates], mais de deux années. […] Du reste, rien ne fut fait en commun concernant les mœurs, la piété, la justice, la bonne tenue du clergé et des fidèles. Jamais on ne put interdire la pluralité des bénéfices, car cela touchait beaucoup de monde21.

12L’image qu’il veut laisser de Bâle, bien éloignée de celle qu’avaient forgée ses enthousiasmes des débuts, est celle d’une assemblée d’hommes se posant en réformateurs, mais trop attachés à leurs intérêts privés pour mener à bien des réformes qui les eussent remis en cause.

  • 22 De uiris illustribus, a cura di A. Van Heck, Città del Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana, 19 (...)
  • 23 Ibid., p. 7 (De Ludovico Pontano) : « Sed cum altiora querit et non obtinet, ad regem Aragonum se r (...)

13Un ouvrage inachevé d’Enea, une série de « biographies », connues sous le titre De uiris illustribus (après 1445-janvier 1450), constitue sur bien des points une révision du point de vue conciliariste d’Enea. Celle-ci concerne essentiellement les hommes qui ont été mêlés ou ont participé à l’aventure conciliaire. Il reflète le point de vue de l’évêque Enea Silvio Piccolomini dont les jugements sont d’autant plus sévères et les personnages présentés sous un jour d’autant plus défavorable qu’il souhaite désormais prendre ses distances avec eux. Il en est ainsi de Niccolò de’ Tudeschi, le Palermitain, l’un des prélats les plus en vue du concile de Bâle, dont les convictions sont entièrement dictées par la politique changeante de son maître, Alphonse d’Aragon22, ou encore de Ludovico Pontano, venu au concile par ambition, et jalousant le Palermitain23. Enea règle rétroactivement ses comptes avec des hommes, admirés à Bâle, mais aujourd’hui tenus pour responsables de l’avoir fourvoyé.

  • 24 Félix V finit par abdiquer, le 7 avril 1449, et reçut du pape le titre de cardinal-évêque.

14Je m’en tiendrai à un exemple éclairant, celle de la biographie qu’il consacre à Amédée de Savoie, qui fut le « pape » de Bâle, Félix V24 dont il devint le secrétaire, peu après son élection. Après son veuvage, Amédée VIII s’était retiré dans son ermitage de Ripaille, sur le lac de Genève, où il avait fondé l’ordre des Chevaliers de Saint-Maurice, tout en conservant son titre ducal. Cette biographie est surtout occupée par les événements liés au concile, mais Enea y évoque sa rencontre avec le personnage, lors d’une mission en avril 1435, dans cet ermitage qui avait gardé quelques douceurs. Le jugement, qu’il convient peut-être de regarder avec prudence, insinue chez le personnage le double jeu et le manque de sincérité :

  • 25 Ibid., p. 75-76 (De Amedeo Sabaudie comite) : « Nos per lacum ad se uocauit, eratque jam tum rumor (...)

Il nous invita auprès de lui sur le lac, et le bruit courait qu’il s’était retiré dans un ermitage parce qu’il convoitait la papauté. Mais malgré son titre d’ermite, il ne renonça pas au pouvoir ni à la conduite des affaires […]. Quand je me trouvai là, Piero da Noceto, mon collègue secrétaire, traça sur un mur, avec du charbon, cette sentence de Cicéron que je fus seul à voir : “Et, de tout ce qui porte le nom d’injustice, aucune n’est plus criminelle que l’injustice de ceux qui, au moment même où ils trompent le plus, le font de telle sorte qu’ils paraissent être gens de bien”25.

15Le personnage, auquel Enea reconnaît des qualités, a toutefois, pour un homme pressenti comme pontife, le défaut d’être intéressé :

  • 26 Ibid., p. 77 : « Sed cum essemus in via, significavit Amedeus se nolle papatum acceptare, nisi et p (...)

Mais comme nous étions en chemin, Amédée nous fit savoir qu’il ne voulait pas accepter le pontificat, à moins qu’on ne lui offrît une provision d’argent lui permettant de se maintenir dans cette charge. Car tout en voulant servir l’Église, il refusait de dissiper les biens de ses enfants, ce qui ne manqua pas de causer un grand trouble dans l’esprit des délégués26.

  • 27 Commentarii rerum memorabilium que temporibus suis contigerunt, editi ab A. Van Heck, Città del Vat (...)

16Félix V héritait de son passé de prince séculier, sa richesse même le desservit. On espérait qu’il épongerait les dettes du concile. Le cardinal Cesarini l’accusait d’avarice : « On en tirerait plus facilement du sang que de l’argent. Rien ne nous servira davantage qu’un adversaire tenu pour riche. Tous lui demanderont de l’or, ne pourront l’obtenir et le quitteront en ennemis27. »

17Si Amédée a pu faire figure d’homme d’Église, celle-ci est liée aux circonstances du concile qui l’avait promu à la plus haute fonction, mais après que le 9 avril, les conciliaristes reconnurent Nicolas V et décrétèrent (le 25 avril) leur propre dissolution, que le schisme était définitivement résorbé, l’autorité du pape dans l’Église, au terme d’âpres luttes, renforcée, Enea s’autorisait à peindre, dans la médiocrité de l’homme, celle dont toute l’aventure conciliaire était désormais revêtue. Mais ce qu’il importe de souligner ici, c’est que les défauts mis en lumière dans la biographie du De uiris ont bien pu apparaître à Enea dès les premières rencontres avec Amédée, mais que cette « vérité » sur le personnage qu’il entend dévoiler à présent avait été probablement – du moins peut-on en émettre l’hypothèse – préalablement gommée, quand il s’agissait de ne pas affaiblir cette image du « pape » du concile et les intérêts du conciliarisme.

Les pasteurs irréprochables

  • 28 Historia rerum Friderici III imperatoris, dans A. F. Kollar, Analecta monumentorum omnis aevi Vindo (...)
  • 29 De uiris…, ouvr. cité, p. 38 (De Bernardino Senensi) : « Is cum Senis predicaret, me intantum commo (...)

18Au printemps 1425 (il a 20 ans), Enea entend Bernardin de Sienne prêcher sur la Piazza del Campo à Sienne28. Il fut très vivement impressionné par le prédicateur au point de vouloir entrer dans son ordre29. Enea nous livre le cas de conscience qui l’amena à rencontrer Bernardin en personne :

  • 30 Ibid., p. 41 : « Que res cum me tangeret, (nam et ego uolui aliquando religionem intrare) Bernardin (...)

Comme cela me concernait (puisque j’avais voulu un jour entrer dans l’ordre franciscain), je me rendis à Rome pour consulter Bernardin ; il me dit qu’il n’était pas de l’avis du prédicateur et il me rendit un grand service30.

19Sa vocation ne fut pas de celles qu’on appelle contrariées, mais qu’Enea ait gardé de Bernardin une impression assez durable pour en faire l’image d’un pasteur irréprochable, n’est pas douteux. Dans la biographie qu’il consacre à Bernardin et aux frères de l’Observance, il souligne la force de persuasion de son éloquence, mais l’apparence physique du frère prêcheur est par elle-même tout aussi éloquente que sa parole :

  • 31 Ibid., p. 37-38 : « Erat enim in dicendo facetus mirisque modis homines nunc ad lacrimas, nunc ad r (...)

Quand il parlait, en effet, il se montrait enjoué et de façon étonnante il amenait son public tantôt à pleurer tantôt à rire, et il fléchissait les esprits dans la direction qu’il voulait. Il faisait une telle chasse aux vices qu’il amenait tout un chacun à les prendre en horreur ; mais il faisait un tel éloge des vertus qu’il entraînait tout un chacun à les aimer. Et parce que sa vie était sainte, sans aucune souillure de l’âme, lui qui vivait dans la pauvreté, marchant pieds nus, se contentant d’une seule tunique de laine, constamment dans les jeûnes et les prières, il attirait à lui les foules d’une manière étonnante, et sa parole inspirait confiance en lui. En effet, les bonnes mœurs inspirent une confiance particulière, car nous croyons purement et simplement aux hommes intègres davantage et plus facilement qu’à tous les autres31.

  • 32 Historia rerum Friderici III…, ouvr. cité, col. 175 : « Hunc in nomine Iesu curasse morbos et alia (...)

20Bernardin, qui fut appelé à Rome en 1425 par le pape Martin V, refusa l’évêché de Sienne que le pontife lui proposait. Bernardin, canonisé le 15 mai 1450 par Nicolas V, bénéficiera toujours sous la plume d’Enea d’un jugement favorable. Dans l’Historia Friderici III imperatoris, il parlera d’un Bernardin thaumaturge et faiseur de miracles : « Il n’est pas douteux qu’au nom du Christ il a guéri des maladies et accompli d’autres miracles32. » Remarque d’autant plus notable qu’en fait de phénomènes miraculeux, souvent multipliés par la croyance populaire de son temps, Enea se montrera ordinairement des plus circonspects.

  • 33 Publié sous le titre Tractatus, dans G. Cugnoni, Aeneae Silvii Piccolomini Senensis qui postea fuit (...)
  • 34 Enea Silvio Piccolomini, Dialogo su un sogno, con saggio introduttivo, traduzione e note di Alessan (...)
  • 35 Ibid., p. 30. La dédicace mentionne le titre de cardinal d’Enea, qu’il obtint le 17 décembre 1456, (...)

21Outre la biographie du De uiris illustribus qu’il lui consacra, il en fera l’interlocuteur principal de son dialogue De somnio. Le Dialogus de somnio quodam33 fut écrit vraisemblablement pendant l’hiver 1453, en Allemagne34, mais Enea le laissa inachevé, le manuscrit s’interrompant brusquement. Il était dédié au cardinal Juan Carvajal, vieille connaissance d’Enea. Ce ne fut que trois ou quatre ans plus tard qu’il le retrouva dans sa bibliothèque et qu’il l’adressa cette fois à son destinataire35. Enea fait le récit d’un songe au cours duquel il se retrouve seul, errant dans un paysage inhospitalier où il finit par rencontrer saint Bernardin. Celui-ci lui propose de le guider dans un voyage en Enfer, au Purgatoire et au Paradis.

  • 36 Ibid., p. 236-237. — Voir Purgatorio, XXXI.
  • 37 Ibid., p. 269 et suiv. lorsque Bernardin répond sur les questions touchant au libre arbitre et à la (...)

22Par rapport à la Commedia de Dante, texte sous-jacent à ce songe-vision, Bernardin est à la fois un Virgile, qui défend la poésie, une Béatrice qui adresse de sévères reproches à la conduite d’Enea36, un saint Bernard enfin, guide spirituel37. Le choix de Bernardin s’explique non seulement par l’admiration indéfectible portée à cet homme par Enea, mais aussi par le souci de proposer aux lecteurs une figure d’autorité. En effet, Bernardin avait été canonisé au cours du jubilé de 1450, et il se substituait ainsi dans le De somnio aux autorités défaillantes dans la défense de la foi, au moment de l’avancée ottomane en Asie Mineure. Il incarne la foi militante, en même temps que la culture humaniste, « militante » elle aussi. Lorsque Bernardin rencontre Enea, il tance vertement celui-ci, alors évêque de Sienne, de consacrer plus de temps aux missions confiées par l’empereur Frédéric III qu’à ses charges épiscopales :

  • 38 Tractatus, ouvr. cité, p. 236 : « Interfuisti Basiliensi concilio, miscuisti te clericalibus pompis (...)

Tu es intervenu au concile de Bâle, tu t’es mêlé aux pompes du clergé, et, sectateur du schisme, tu as vénéré comme pontife un duc de Savoie. Puis tu t’es rendu auprès de l’Empereur, comme si tu ne t’étais pas assez abreuvé d’ambition au concile ; tu as appris l’arrogance et le faste du monde, tu as suivi pendant plus de dix ans la cour, sentine de tous les vices […]. Tu as abandonné peu après la chaste épouse [l’Église de Sienne], tu as laissé sans berger les brebis qui t’avaient été confiées […]. Tu recherches la faveur de Frédéric, pour qu’il t’élève encore plus haut, grossisse tes bénéfices ecclésiastiques, augmente ta fortune, double tes honneurs. Quelle sera la limite de ton ambition ? Qu’est-ce qui te comblera, si l’Église de Sienne ne te suffit pas38 ?

23Il est clair qu’Enea, dans cet examen de conscience, reflète ses propres doutes quant aux priorités à donner à ses fonctions, à l’heure où lui-même appelait chacun à remplir à son poste les devoirs qui lui incombaient. Il n’en reste pas moins qu’il délègue à Bernardin, l’infatigable zélateur de la foi catholique, récemment promu aux autels, la fonction de guide des pasteurs de l’Église.

24Des pasteurs irréprochables, c’est l’idéal qui animait les premiers temps du concile de Bâle. Enea y avait prononcé, le 4 avril 1437, un discours en l’honneur de saint Ambroise. Ce texte offre l’intérêt d’éclairer les idées de réforme dont Enea se faisait alors le porte-parole. Non sans quelque virulence et quelque ironie, il s’en prend à la négligence des évêques à l’égard des fidèles dont ils ont la charge et à l’esprit de lucre qui les détourne de leurs devoirs pastoraux :

  • 39 Pii II P. M. olim Aeneae Syluii Piccolominei, Orationes politicae et ecclesiasticae, J. D. Mansi (é (...)

Mais nous aujourd’hui (ô honte !) nous ne prenons pas souci des hommes, mais des richesses ; notre intérêt ne va pas aux âmes, mais à l’argent et à l’or. On estime plus méritante une Église qui donne moins d’importance à son peuple qu’elle n’en donne à ses revenus. […] C’est pourquoi, si nous continuons d’agir ainsi, je suggère que les clercs ne s’appliquent pas aux saintes lettres, comme les prédicateurs, mais à la table à calculer, comme les banquiers, car ainsi ils sauront s’élever à l’épiscopat, manier l’argent et tenir les comptes39.

25Ces accents ne peuvent étonner pour peu que l’on se souvienne de l’auditeur passionné de Bernardin de Sienne, lequel refusa trois fois par humilité la dignité épiscopale, et qu’on prenne en considération les aspirations à une Église modelée sur la pauvreté évangélique, telles qu’elles s’exprimaient au concile et dont Enea se fait ici l’écho. D’Allemagne, en particulier, venaient les critiques les plus virulentes contre une Église accusée de trahir sa mission pastorale et jugée par trop possédante.

26Il faut noter que cette dénonciation de la « cupidité » (avaritia) chez les pasteurs indignes s’insère dans un discours qui est un éloge de saint Ambroise, Père de l’Église. En ses écrits, comme le montre la citation qui suit, Enea voit une justification du contenu éthique de la poésie profane, de l’universalité des valeurs morales, et il dégage de la science patristique les composantes d’une culture profane assimilée par la sagesse chrétienne :

  • 40 Ibid., p. 47-48 : « Videturque et ille mihi, et ante Episcopatum et postea oratorios codices lectic (...)

Son exemple est un bon démenti pour ceux qui interdisent à un homme d’Église les poètes et les orateurs, suivant le modèle, à mon avis, de Platon et de Jérôme, le premier pour avoir exclu les poètes de sa cité, le second pour avoir dit qu’un ange l’avait rabroué en raison de son trop grand attachement à Cicéron. Mais qu’ils écoutent Jérôme, ceux qui s’appuient sur l’autorité de Jérôme ; c’est bien ainsi qu’il parle à Damase au sujet de la figure de la femme captive du Deutéronome : “Nous faisons souvent de même quand nous lisons les philosophes, quand nous tombent entre les mains leur livres ou ceux de la sagesse profane ; si nous y trouvons quelque chose d’utile, nous le transposons dans notre dogme”. […] Ainsi faisait souvent Ambroise à propos des poètes ; en effet, il ne leur prenait pas tout indistinctement, mais seulement là où ils exaltent les vertus et foudroient les vices ; mais pour le reste, tout comme Ulysse qui craignait – à ce que rapportent les poètes – le chant des Sirènes, il se bouchait les oreilles40.

  • 41 Ibid., p. 133 : « Interrogatus ille, philosophosne Christiani poetasve queant salva conscientia leg (...)
  • 42 Opera inedita…, ouvr. cité, p. 17-19. Il s’agit d’un catalogue des livres de la bibliothèque de Pie (...)

27Il ne saurait y avoir conflit entre culture chrétienne et lettres profanes. En connaisseur des unes et de l’autre, en admirateur de saint Jérôme, Enea plaide pour une formation humaniste et chrétienne à l’encontre d’une tradition scolastique dévitalisée. On voit se constituer ainsi chez Enea la figure du prélat acquis aux études d’humanité, l’homme de lettres, homme d’Église, dont son correspondant polonais, le cardinal de Cracovie, Zbigniew Olesnicki, est un bon exemple. Dans la lettre qu’il lui adresse, le 27 octobre 1453, sur le thème de la défense de la poésie classique, il remarque que la patristique n’a pas prononcé de condamnation définitive des poètes païens. Enea relit contextuellement le passage de la lettre de saint Jérôme à Damase (XXI, 13) : sa condamnation de la poésie et de la philosophie est dirigée contre leur ignorance de la vérité chrétienne, elle ne contient pas une critique en absolu, mais relative à la bonne ou mauvaise manière de les lire41. Il est à noter que la bibliothèque de Pie II, dans laquelle figurait en bonne place, comme il se doit, la littérature chrétienne, comprenait également quelques volumes de poésie profane, illustrée par ces auteurs auxquels Enea fut toujours profondément attaché42.

Critique des prélats indignes et réforme des mœurs ecclésiastiques

  • 43 Sur ces questions, voir Francis Rapp, Les caractères nationaux au sein de la chrétienté occidentale (...)

28Qu’il y eût des pasteurs indignes, on constate qu’Enea en fut toujours conscient avant, et surtout après son élection pontificale. Il existe chez lui une ligne de cohérence dans la critique d’un certain nombre d’abus dans la vie ecclésiastique dont la dénonciation était assez générale en son temps. Mais il y avait une grande différence entre son point de vue et les conséquences qu’en Allemagne on tirait de cette critique, où le refus des prélats de contribuer de leurs personnes aux versements réclamés par Rome se greffera sur des revendications conciliaristes et sur un antipapisme déclaré. On y supportait mal le refus du pape de ratifier les élections des prélats, les réservations de bénéfices, les exigences en matière de paiements d’annates. Toutes ces plaintes furent émises au cours de la diète de Francfort, en mars 1457, tenue par les Électeurs malgré l’interdiction de l’empereur. L’opposition au pape et l’opposition à l’empereur exprimaient une même revendication d’autonomie et d’indépendance43. L’archevêque de Mayence, Dietrich von Erbach, était à la tête de cette opposition. Son chancelier, Martin Mayr, s’en fit le porte-parole dans une lettre adressée à Enea Silvio, probablement à l’été 1457. Tout en le félicitant d’avoir obtenu la pourpre cardinalice, il lui expose tous les griefs de la nation allemande :

  • 44 Aeneae Sylvii Piccolominei Senensis, qui post adeptum Pontificatum Pius eius nomini Secundus appela (...)

[…] et l’on voit manifestement qu’il [le pape] méprise notre nation et la met complèteablementsectienne, nceent que les élections des prélats sont indistinctement rejetées, que les bénéfices et les dignités de toute sorte sont réservés aux cardinaux et aux protonotaires [s. e. de la Curie]. [ienaccuse Enea lui-même de réservations] […] On imagine mille moyens permettant au Siège romain de nous soutirer notre or (comme à des Barbares) de manière astucieuse, et pour ces raisons, notre nation autrefois illustre, qui a acquis l’Empire romain avec son courage et avec son sang et a été maîtresse et souveraine du monde, est à présent réduite à la misère, devenue servante et tributaire44

  • 45 La dédicace au cardinal de Saint-Chrysogone, Antonio de la Cerda, est datée du 1er février.
  • 46 Aeneas Silvius, Germania (und Jakob Wimpfeling Responsa et replicae ad Eneam Silvium), herausgegebe (...)
  • 47 Ibid., p. 36 (I, 38). Voir Commentarii, ouvr. cité, p. 93-94 (I, 33) : « […] nam Eneas Germanorum s (...)

29Parmi les réponses adressées par Enea à Martin Mayr, la plus célèbre est celle qui a été publiée dès 1496 sous le titre De situ, ritu et moribus Germaniae descriptio, bien qu’en réalité ce titre ne recouvre que le contenu de la seconde partie de la réponse. Celle-ci a été composée entre la fin de 1457 et le début de 145845. Elle est précédée de la première lettre de Martin Mayr (celle datée du 31 août) à Enea. Ce texte se présente donc comme une réponse aux accusations de Mayr : rapacité de la Curie romaine, mise en coupe réglée de la nation allemande, responsabilité de l’Église dans la décadence de l’Allemagne. La première partie est une réponse aux références conciliaires des revendications allemandes et aux exigences de réforme de l’Église. Pour Enea, l’expérience du concile de Bâle l’a convaincu que les intérêts personnels des princes ont constamment entravé son action réformatrice. L’énergie déployée par Calixte III dans la lutte contre les Turcs, les succès obtenus, prouvent l’efficacité d’une autorité unique dans l’Église46. Il souligne ses liens privilégiés avec la nation allemande dont il a servi les intérêts au long de sa carrière47.

  • 48 Ibid., p. 38 (I, 40) : « Fceemur in Romana curia, quam regunt homines, non omnia esse nitida et plu (...)

30Quant à la Curie, institution humaine, il en reconnaît les défauts : « Nous avouons que dans la Curie romaine, qui est régie par des hommes, tout n’est pas reluisant, et beaucoup de choses méritent d’être corrigées48. » De même qu’Enea dénonçait déjà dans le concile les intérêts égoïstes comme la cause de son inefficacité, de même dénonce-t-il dans la soif de l’or la contradiction entre « l’habit » et le « moine » :

  • 49 Ibid., p. 39 (I, 41) : « Nullum animal homine versutius est, nullum fallacius, nullum insidiosius. (...)

Aucun animal n’est plus rusé que l’homme, nul n’est plus trompeur, nul plus fraudeur. Il y a en l’homme mille subterfuges, mille artifices de tromperie, mille moyens de faire du mal, il porte une chose dans son cœur, une autre sur ses lèvres. Souvent il paraît mépriser l’or alors qu’il en est particulièrement assoiffé. Nous avons vu parfois des religieux [moines] qu’on appelle mendiants, affichant leur mépris de l’or, et qui, à leur mort, laissaient un gros pécule49.

  • 50 Ibid. p. 112 (II, 34) : « […] quia venter cui cocorum multitudo deservit aedificia virtutum ad solu (...)

31Il ne se fait pas faute de dénoncer, comme l’une des principales causes de l’appauvrissement des Églises, les gaspillages entraînés par les conflits intérieurs, les largesses, le train de vie luxueux des prélats : « […] car le ventre que sert une foule de cuisiniers rase au sol les édifices des vertus50. »

  • 51 De curialium miseriis, dans Epistolarium seculare, ouvr. cité, p. 393-421.

32Les Commentarii constituent un témoignage de première main sur le regard que portait Enea-Pie II sur les prélats de la Curie romaine. Il ne connaissait pas très bien celle-ci, lui qui avait vécu beaucoup en Allemagne où il avait fait pourtant l’expérience difficile de la vie de cour, transposée dans un texte écrit d’une plume acide, le De curialium miseriis51. Son élection lui valut des inimitiés et des jalousies, mais il sut trouver à la Curie des hommes de valeur dont il fit ses proches collaborateurs. Cependant, il ne ménage pas, dans ses Commentaires, sorte de mémoire en défense de son pontificat, ceux qui, à ses yeux, entravèrent son action ou desservirent la cause de l’Église romaine, en donnant d’eux-mêmes des exemples de comportement indignes d’elle. Ces pages furent à tel point regardées comme dangereuses pour l’image de l’Église catholique romaine au moment de la Contre-Réforme qu’elles furent censurées dans l’édition des Commentarii de 1584. Il faut sans doute faire la part, dans les critiques d’Enea, non seulement d’une intransigeance qu’expliquait sa nouvelle fonction, mais aussi d’une réalité confirmée par d’autres sources.

  • 52 Commentarii, ouvr. cité, p. 98-106 (I, 36). Ce chapitre a été aux trois quarts censuré dans l’éditi (...)
  • 53 Sur l’idée d’Église, voir Histoire du Christianisme…, ouvr. cité, t. 6, p. 279-297 ; sur le Collège (...)
  • 54 Guillaume d’Estouteville (v. 1403-1483), dit le cardinal de Rouen, cardinal-prêtre de San Martino a (...)

33Dans les toutes dernières pages du premier livre des Commentarii52, le récit qu’il nous livre du conclave dont il sortit élu, le 18 août 1458, est un des plus fréquemment cité par les historiens, parfois avec quelques intentions polémiques. Il faut le lire en tenant compte du contexte dans lequel le Collège affirmait sa prérogative de surveillance et de contrôle du pape dans l’exercice de son pouvoir, et faisait ainsi prévaloir sa conception oligarchique de l’Église, qui sentait encore son conciliarisme. L’affirmation du pouvoir collégial dans l’Église romaine impliquait la volonté de limiter l’exercice abusif de la plenitudo potestatis pontificale53. Le récit d’Enea est en grande partie construit sur l’affrontement entre le très riche et influent cardinal Guillaume d’Estouteville, parent de Charles VII, archevêque de Rouen54, et lui, et sur le tableau peu reluisant des cardinaux, de leurs brigues et de leurs conciliabules dans les « latrines » du conclave. À en croire Enea, d’Estouteville, le candidat français, tente de déconsidérer auprès des indécis la candidature d’Enea :

  • 55 Commentarii, ouvr. cité, p. 99 (I, 36) : « Pedibus laborantem et pauperem nobis pontificem dabis ? (...)

Tu nous donneras dons un pontife atteint de la goutte et pauvre ? Comment un pape pauvre pourra-t-il soulager une Église pauvre ? Un malade viendrait au secours d’une malade ? ienne, arrivé récemment d’Allemagne ; nous ne savons rien de lui : peut-être voudra-t-il y transférer la curie. Quelles sont ses connaissances ? Mettrons-nous un poète sur le trône de Pierre ? Et gouvernerons-nous l’Église selon des principes païens55 ?

D’Estouteville met en avant sa richesse, sa compétence de canoniste, ses appuis, ses largesses à venir, tant et si bien qu’il parvient à attraper des « mouches » :

  • 56 Ibid., p. 99-100 (I, 36) : « […] quasi musce capiebantur abdomine, uendebaturque Christi tunica sin (...)

[…] comme les mouches, ils se laissaient attraper, victimes de leur avidité. On vendait la tunique du Christ sans le Christ. La plupart des cardinaux se réunirent dans les latrines […] Digne lieu pour l’élection d’un tel pape56 !

  • 57 Ibid., p. 101 (I, 36).

34Enea peint au vitriol des cardinaux alléchés par des promesses de grand seigneur. Dans le discours de son adversaire, il expose tous les motifs qui pourraient le desservir aux yeux des autres membres du Collège : sa mauvaise santé, sa pauvreté – par comparaison, Estouteville était commendataire de nombreux évêchés – sa « germanophilie », son passé de poète plus ou moins sulfureux, incompatible avec la fonction de gardien du dogme. Habile rappel, à vrai dire, qui construit au seuil du pontificat l’image d’un homme sans ressources matérielles, purifié par sa pauvreté même, étranger aux grenouillages de la Curie, celle d’un prélat intègre, qui semble écrasé par la stature du puissant, vénal, simoniaque57.

35Les Commentarii sont, de ce point de vue, une réponse aux critiques que Piccolomini eut à essuyer. Ils sont construits sur une opposition entre les « mauvais » cardinaux, qui représentent si mal l’Église, et le pape, qui l’incarne au contraire si bien. Le 5 mars 1460, en consistoire secret, il propose une liste de promouvables pour le cardinalat, des hommes sur la fidélité desquels il puisse compter. Pie II saisit l’occasion pour adresser aux membres du Collège une critique sévère des mœurs curiales qu’il entend réformer :

  • 58 Ibid., p. 251-52 (IV, 9) : « Uos quoque in causa estis, qui non eam grauitatem ac sanctimoniam seru (...)

Vous êtes en cause vous aussi, qui n’observez pas le sérieux et la sainteté dignes de ce haut rang ; en effet, vous menez une vie telle que vous ne paraissez pas être élus pour gouverner l’Église, mais appelés à jouir continuellement des plaisirs. Vous ne vous abstenez ni des chasses, ni des fêtes, ni de la compagnie des femmes, vous faites donner des festins plus somptueux qu’il ne conviendrait, vous endossez des vêtements trop coûteux, vous regorgez d’or et d’argent58.

36Cette critique n’est pas nouvelle sous sa plume, si l’on se souvient qu’il l’avait formulée dans la Germania Cette critique n’est pas nouvelle sous sa plume, si l’on se souvient qu’il l’avait formulée dans la Germania Cette critique n’est pas nouvelle sous sa plume, si l’on se souvient qu’il l’avait formulée dans lé de po souvel cleint auotes">a!I, 36s relit din efnoter que cess="textanspan class="citation,quion lut une foa clae plusla pra gerevendaompe:

compcomme àatriceionaux au sein ds pri, saiques ds de l
     !<
  • D’Esion e de so.2enuotatfaveur ftn53ockquote> nababl’urs s abraatfaveur ftn5niaque49< de la disitII, dan dire,
    di ilrdd.tn48">4833 oduttatairoion s’quoe de saint Ambroise, Père de l’Église. En ses écrits, comme l"paranumbque le conntar squion>, et rdin le cardinal de Craclae plusde la crit par comparenote crise romatnophilglis’e peu Estoudiv> Bte l enlau co! – y la h Neveelle avec la natioBte l en as nou279-2t desciliabule icalnclurent terlocuuvient qune 2 san entr’archconten cura dans u Sacarc
  • e un miracormdièuillauUos quoque in causa estis, qui non eam grauitatem ac sanctimoniam seru (...)

dn pape pauvre pourra- a en l’homme mille subterfuges, mille artifices de tromperie, mille moyens de faire du mal, il porte une chose dans son cœur, unnotecall" un dations] [itiques lficat l†par comparna pauv du se roer x ootnotecall" id=ourquoi, t la cauotiés eeville metfuretes"> es ou ceux d"side queophilisvajal, atnop

I- a 5ssionné de Bernardin de Sienne, lequel refusa trois fois par humilité la dignité épiscopale, et qu’on prenne en considération les ation"> Bte l as nou279-2non 9-2e pl-tion allem. Orall" idst p63,lise rom1 août) à su Commedi otuiEnea Lour ad finnon étaidonnerol e l aleur ’aatfaveur

Vous êMant,mble u ut fuange u Coson ac eux évpal sont, erol cse tous lesagiti l al ataiisevit

    De curia6les6/em>, p. 133 : « Interrogatus ille, philosophosne Christiani poetasve queant salva consc et qu’on prenne en considération les a
SEstoutanecdote tglisec de diclavrtent le, sdLes 1458< du contctobre 1453s, c’ees d exprimayftn48" uv 57s il y avait ent qu ms plus v
  • a!Ill" ivous aie dép 35<(le d’un p)entravérace les banquivrtent lxtandnotes"> ftn48" u(
      oe pluse pde p="textdnce onane assimilntar rac Jen srapportenle avappai,vre des Uos quoque in causa estis, qui non eam grauitatem ac sanctimoniam seru (...)

    Vous êEr35affrona e, venalass">43 li>odin rais eux év qu’nde ce gable mêenotes"oèteten cdclasursprévauu coursdeGerse, et pour c.raignass>Comv classsal de Rouen14 des prôme 61, reti, de même dsaisliq

    êchrdeEnea en fuuc
  • 56. » De mutobrlisee êploEnerdienleem>Gersele Estfootnid=Loué da clsl’Ég pengagle elptivgp> PragEneul cSaum">523> sont, du nne saranh)r lessagesse proplus vcritiqécrit dEmpire all" btn38a Quelletar r emi-e vouans u re des l’iet en ind des rtnotecastiqcl najeuUos quoque in causa estis, qui non eam grauitatem ac sanctimoniam seru (...)
  • la soif d"> arrtelsl’Ég pe la s"bodyfle ells sm >.51e c.reffer"sidentéraçu prsele ugexemples pus la lete peudes"> a h : eux évproj’est déemmentoèteten cdc n ou d"> aun prégnes d’elle. Ces page.técrit d (IV, d="boettronshal de Roucomme dangereuses cdcla/p> le cardiaun prqans la vition>2enuout sa lesam">52 r aloreentatandul clpi" idEnea pviendrlstoire secnt quajugée par onc comm sont, d idaun prque ate qulles uvr.Dama, cellitardinal Gplen fetts=tiations Estouarent Charle as : peut-sion p="boere dd href="r accus> pontificae partie cles électr ad e dans lartin MEstourm mrque du cs page.tAsirs. xtanspan class=" Ces pages fté nouvablemes ons=uisant de"sidenotes"> ît mées pour rai- noenoted’une cet son tridcla/p> alcula="num">52Uos quoque in causa es

  • 53 Sur 5">éciic

    48

    romouvablem>Ibid.98-106 . , laione, estepositFpar atnope EstNap57 o >52i
    ve se Jen sus panale est une répx ans de son trs mœurs eccl autoritéd e laf sq il fit saurs eUos quoque in causa estis, qui non eam grauitatem ac sanctimoniam seru (...)
  • Aucuihllèg et pahes, r que l page< .odimu,io um, inis’obss la xes orpape pauvre pourra6/ul>

    oêchrdes.< if d"ièunérale enbodyrle el ala Cuq claorich n ou dsaursun suvons uvelle sous sa plume, si l’on se 6all" id="body6/ul63em>, p. 133 : « Interrogatus ille, philosophosne Christiani poetasve queant salva consc et qu’on prenne en considération les n5uvaise écrit dvretioffrilement d’unas :amaoudra-t-ia Cuq claorich457 eexe’. 279-2forcle el alguparad=ourqu" uv c8">58 sculi Be atrdo Gi ninals mvilém sont, R14657 eext) Vens un pauvme dontest"rdfovolonté e cSigcudiv Mote>ent ,s"> oncilibrévauut mat) à nde do mdina/senuou sontestpeut-ênt il amme v>sl 52sculi paoetille d mamandev Martin M III da a poésie cotecaOa p>Commeditestnotecsiu fut toujsiu ,u ’osenec d sontc’e noter que ce.cSiss eevajugilesée pase triclauur rdfovv Uos quoque in causa estis, qui non eam grauitatem ac sanctimoniam seru (...)

    c8"ex correrpape pauvre pourra6ementsectienne, nceent que les élections des prélats sont indistinctement rejetées, que les bénéfices et les dignités de toutLour stiqu potesoyclass 5quenc ; suprselxtanbre et e trô extdecs àa Cuchelasounbrûle"textanehts, Costions aar boettdtaneàle mendEnea, x

      , p. 133 : « Interrogatus ille, philosophosne Christiani poetasve queant salva consc et qu’on prenne en considération les n7
    Stextt">D la:do="textan conciltsrales, et t il s rquior de, t d’er briguc ts, iUos quoque in causa estis, qui non eam grauitatem ac sanctimoniam seru (...)

    Vous êMaio voé ssiznux dl c ndataid, sondienlnt qua, d’Eedpaie,navonscce du prés="para,navoveuse RoucoJons.s-es de patris son pass sur den c clasbatnotecans ied clashilisva e., p. 133 : « Interrogatus ille, philosophosne Christiani poetasve queant salva consc et qu’on prenne en considération les ntion">u: peut-si

      Coe limiter l’exercicuant un dans lloreentatal. Ce chapitre a été aux t et qu’on prenne en considération les n9ion"> c de de audra-t-ia CuslEnea est che i des Andrda,e acpaie,nindépendanceSeconci ilviua a poannuou d2, volor >Voupéniul cl
      Uos quoque in causa estis, qui non eam grauitatem ac sanctimoniam seru (...)

    Vous êEtrna t pls. Vouspr qui eso !)rqu nes"> uurstassignre Suquies coue pape pauvre pourra6ique du Christ sans le Christ. La plupart des cardinaux se réunirent dans les latrines […] Digne lieu pour l’élection d’un tEtr sa conc-ues"oètlbition 279-2"> douceépendanceélautairebition  le, s

     !span class="psacars.es dans les[ ng"bmbAl48"s le aoës ly],vre des ,pe danua class=ome dies, mul deson a Curiertp> m>sRoucomme blrpcuvelle sous sa plume, si l’on se 657 , p. 133 : « Interrogatus ille, philosophosne Christiani poetasve queant salva consc et qu’on prenne en considération les > cuont il a srvi l. Vousfde roft sur li, responmme dangereuses l u de v  !< vr.e m">55 cul’Éger livbiln suslique romainte !)r l pi" idEnlxe’.rx cE agititotrice. s Turcs,eione, esteposele EstNap57< àlimt dienlloguparapnt il a 98-106 uis, ms. xtrvi le’compd dique romaindees"> Muroummtion lui valuorgnal- septprôm pag59coûtavcrir pag60, mars 14prod="bo ocnt yfle aoudra-Cciatitinos < cuss>ocnerume d’guparad=ss=ndes pd au lonirfn58" hrfootnoten58 ficlceg"bmbLe vres < nar le ve alocvr.itceue c"sidâle l’o"textanmme àatricevivass="e limurtes">a!Ilon pouluxel’Égliemier-ie,i, e de(...)

    AucAd troue uia sapr m ibirien a Cureundum.r sapd x qusesVou ponter ponpape pauvre pourra67que du Christ sans le Christ. La plupart des cardinaux se réunirent dans les latrines […] Digne lieu pour l’élection d’un tursv Marten. Soruque  >oeoi du clareen 279-29se tes be l’Églisss d po ationsqu aé parun sudrde, rce du psl s  !li>, p. 133 : « Interrogatus ille, philosophosne Christiani poetasve queant salva consc et qu’on prenne en considération les >1il lL clâle l’oiisdeve peu s="p apô aveci, à s-teryr<, du u: pruitn em>Uos quoque in causa estis, qui non eam grauitatem ac sanctimoniam seru (...)

    Vous êEtr recs"> ffronifatesul s-. Oa aduNon hanc vrsle srm3> soauNoitilnpape pauvre pourra6t rang ; en effet, vous menez une vie telle que vous ne paraissez pas être élus pour gouverner l’Église, mais appelés à jouiEt">5638 /span> uvelle sous sa plume, si l’on se 6ouvient qu’6t r6avait formulée dans la Germania Cette critique n’est pas nouvelle sous sa plume, si l’on se souvient qu52dita…Iilux dl ts, rs profcité par ph > ponbress eEuende,2onndphop)r lesl M chattfficlrpc e trôndess eEuendeeche dtee=nu sontesdfovoloclrpc e trônduur adres êixtanes de lispape em>Uos quoque in causa estis, qui non eam grauitatem ac sanctimoniam seru (...)

    AucSOa pr. Pieiaui eo umus v rvi l sudcrgreecheardinaosr l t sa richepape pauvre pourra6 a en l’homme mille subterfuges, mille artifices de tromperie, mille moyens de faire du mal, il porte une chose dans son cœur, unNs ci, rsun lass=g Mettjclas">aAbras="e limurguparapnt il a chevi lsn’est sa rtNo,o sonn suacusretrnans d ,navs footnoteche dtee=srut torohol I6 a 6ssionné de Bernardin de Sienne, lequel refusa trois fois par humilité la dignité épiscopale, et qu’on prenne en considération les d’EstouIiljde romme blrpcer des prbmage>57s offre élaul c’mitEnea est es de pc m">55AucmitEneanes de l page.tver à l mà dhe dtee=="bs 251-52 sp par href="#fationrr par inl’omaines àh n em>Uos quoque in causa estis, qui non eam grauitatem ac sanctimoniam seru (...)

    AucMsait x qg et a < telux ,s Ccause ce56De curia7les7/em>, p. 133 : « Interrogatus ille, philosophosne Christiani poetasve queant salva consc et qu’on prenne en considération les ber">33ocnt gn class Muroumde sai6 septprôme 59,e ac sa concemoi – sa ass="side,nu viauofootnotedess eEuendeei pter qip te"siveuvell acu dcr> cumeni- victid=ss=ndes s nouer">ssouile elppiertp> x ans dl56"> rgonclasrssotop)r lla Contun prélmme blrpcn em>Uos quoque in causa estis, qui non eam grauitatem ac sanctimoniam seru (...)

    Vous êEtrotec>sRosu/em> tp> uos"oètliunr la M. Oa hicstpeut-xs Coètpape pauvre pourra7 ceoclrpc e trônepous les"iè1465i comm , sorte7 71em>, p. 133 : « Interrogatus ille, philosophosne Christiani poetasve queant salva consc

  • 63 Sur 6">ClncluDe limiteœuois avn>, etSilveant, il propo,navs d’quoi, t la caut câle luvables ef=srain der1460,da e c"sidar ftn48" uVous Col dans la pdnciatioarrqans usallionqulclass=durtfaveurquoi, oirnciatitcevyftns et III da otesinotes", qua href="#faEsss éur donuréfaEsss etfootnoteVous649< (Vousfg pe la saisi mais s deshref="#ais à condamnati).p t oi, t la cat tuisse c58. » De muterneroncorre atnp direqu ms, du cont,quobl58" hrle avelaes mclaspee c!< . Ourlon po clegrans atus deson c! ale ens suinEstoutevl à ls u diraer :.tver à lfens s les III da u diraer : (Vouspra almme June ré élad at) medi on d’quon, eppvell acu dcr!)r l généraermatnoprace leetexte écrit dsoycinde limiteeville metsur stiququier146eform sontetextandass="e pv53" actiomme dre segeux, incompatib 51.tAsirsi on d’qu inis rai- fens crgr,r> span class=" Ces pages vdr sonsi, t la c, sonte! !< vabma u cu clv respov lfica6 yftntrdes"51s c58gén r plu. : « Interrogaille, uvelle sougo-top, soter qle-89">Hautsponrtg spla cle, « Interroancti/spa > ="side

    ="side ne en considon punNstes p 133 h2 < et qu’ basrtg ">uvelle souF sa pluSymbol, soon se 131em>,nt,ieSecundi dangereuet e x./em> ui l’inca Rerumxtaro,mbleiumx aeoreenta ponsuis oous gru/em pagea Ron,Don,IohalronGoo >no ui, ro Belron.ia sadi x a, des ia Dpropoci B saes MDLXXXIIII.p d Vran Son,Honegnea C>iarire fidLtesndizideespol 1584spoipe, qui l’incarne audi Pio clasao5areupl ?aresinote dietfootnich B Coel bro liero)ispape par >AucArchiveanStop)h Ibon ano pages ne en xml:lEn="en" lEn="en" ="citation">uvelle souF sa pluSymbol, soon se 232em>, Vran citfaveur, LquoT cror >AucGiiuscr!tso.nn>, etSilveansul-Ccicleio pages té., qupape pem>oicleispasmor SOa i Naz qulireIniziCoelosseUrreense m page(A!tso.el XXV-CcivegnanStop)h Ique atz qullesTdan, 9-12 otrôme 988), Chref Ibon anoo.nnSt dinsulosseAlto Mndioegrr Sp trr 1990ation,47-77. : « Interrogai et qu’ basrtg ">uvelle souF sa pluSymbol, soon se 333em>,ntÉglislexass= qui œuriv classcleispasmeaut c nelit des chrétiemtfaveuc"r acu d reuse ded= lan LquoMquoVe min>, etSilveant, il propo lier,Coelo, dua puiscrazideese, venaiee pages huma, Lib Rem>aEdil sourélosseUnotes", d GCette anar 1964 adversa7-142tations">AucSu sedrelpuche piftn à dass="eu ino hes45 il o, dua , dezideeseraacapahesminidcla/p>, rsu pui lose ceInterrogai et qu’ basrtg ">uvelle souF sa pluSymbol, soon se 434em>, ne en xml:lEn="en" lEn="en">AencausSylvepont, il proppon(PiondiII)s np 133>Aucne en xml:lEn="en" lEn="en">Dl gssi, lasscleii B sin as isdt l’t rorumx bri np 133>ape pem>ne en xml:lEn="en" lEn="en" ="citation">, Don,HaypsesWon,Kon,Smith (é/eses .)s Oxford, Ce F tes Prassr 1967 advers4 s">Vousp 133>Aucne en xml:lEn="en" lEn="en">Hdinéqueass= ymnnumxEuII isporumxNiesniponCusonunf Isi,ua ponux il ro sesmp vearumx tbrarumxrutres sm s"i, -. Oarumxrerumxusobrlidoctu, i d’Eol dignaicata qg eluse II iignaaiiso, dchisua s at di miuoer ssi de regse deenaaiGrael suuigf="#falm>Coeu’usfdEnea,Ourclashicsomnmeat diignauignomnmmnum"asse>igni esofclsoliexEuII iiape pe en xml:lEn="en" lEn="en">Interrogai et qu’ basrtg ">uvelle souF sa pluSymbol, soon se 535em>, nclass="c pape ion,172tations"[., qu matn recsuNoba< feror nmmo"utadmia,Our duosiVood> tee=srcad35 amui eo euet e"sib . Vtse imibdyftn5uia ponclrporet a sudraeatitmclaspià lraafaciunrà lri prisantà lpel tiai eo o Tr> h Achi claH="sorégc /s.h mdan pi" ia busudraeeiioteVous lrim mre Coieiauériciieiautel Er35 dni umun prqaipplolutÀise diqlaéece dleas t sa ricm feceoses eigul coo dies c sa riinsuo oiertpbma. Vbiueass= uNoieas os rtrna pextt,mba ,s Ccx btbr eiftn5r :ba classaep d’i umuett /s.dua bib theconde uo t sa ric5ui cuurs tum, oètllorumxe autaInterrogai et qu’ basrtg ">uvelle souF sa pluSymbol, soon se 63, nclass="ccitation,qu174. : « Interrogai et qu’ basrtg ">uvelle souF sa pluSymbol, soon se 737em>, nclass="ccitation,qu112-113tations">AucuCcause -Ccicleio (la ipe mait)nmme àacaiatrumxse d">li> pmond le tclassec a idqusesVood /s.de Iultéra ponspmondri s gcu recsuNoe unemus vuevima. Nec ett uis e, venaa/sendacium, oecs"> tres smi,suNoe unuspraepssegnree drinfatesbytbri. Nec demme dri e, venalasdeb ,49<35 amui ep cInterrogai et qu’ basrtg ">uvelle souF sa pluSymbol, soon se 838em>, ncla>, apetluiint, il propeifEpcuril r ms quae F ,iaccus 43eiumxml-etie Charl> st t Ron,Wolken tbrumxre48e ont, emmtre Adpan ponVann,Heck, C!tell"lnVa!)cano, Bib teconAst tuconVa!)canar 2007 advers04 (32ions">Vous êQussiamuett carse auarumxclceicunfates ennofdu on ui cuatnum"a diiiiymnnade nouh"> tra ponsunre"saui easscnipi oirnass">43oliemun uéfesto iss">me f h ug et, oè3> spamrm em s"i usl s sm m t sa ricm dpris m duhemuSmba dieccitat VouPu noujne re 279-2mpter. Pa643oliv clm>Gerselr stiqu, jso clasfaa"psa lan t il s pauv ad ler brigui usl ilnootnos c acemi ileoi . ») (L’Ég acu dSe de noudra-See=nu, 6 novprôme 39.) : « Interrogai et qu’ basrtg ">uvelle souF sa pluSymbol, soon se 939em>, nclaDl gssi, lasscleii…ation,quotation,quoté, p234-236ons">Vous êIdnum"a m t sr,Coi"#famleisp on nontule asisis rai puunussutilsec unalspmoie es">osissx quse osm> tp> Cfinu as isduamuarchidi s vu> trn nestliemutult itpi oignou claasaunnacondanm affercclqu, sub "sam"a mulaessutilo atnpindans uifamult Vood os rts cdndpropo trn ttea,Ourclasspienb35sR itIdeonum"a m pu ms qnaicaubinum"ass tu ’or57 ecCcausrent dpo, en amues iemumt amuaclidonofdututultboere orem. Ac"a m dana,Our eenaami">li>Interrogai et qu’ basrtg ">uvelle souF sa pluSymbol, soon se 10310em>, nclass="ccitation,qu168 (LfirmdiII)tations">AucSe d Ccause umuatenotened’Eome secorumxfurienifs 43 tp> hos3loremuurs p ciu/e, gc iatrtanesscleii vrsle sruburu/exfunea,,"a m t ae cdclaemui eeo m ps muldaiea m ts rreef dui ru/e.ispape pa : « Interrogai et qu’ basrtg ">uvelle souF sa pluSymbol, soon se 11311em>,nS
      G duccisp 133e en xml:lEn="en" lEn="en" ="citation">uvelle souF sa pluSymbol, soon se 12312em>, ncla>pcuril r ms quae F ation,quotation,quoté, p193 (92ions">Vous êe ncoxndiiinn pi" iuns uctuutngis"> dnhpris m guber dri aenoteu ponui rem.citat Interrogai et qu’ basrtg ">uvelle souF sa pluSymbol, soon se 13313em>,nRon,Wolken, nclaDlr BoufwechsEnhe s AencausSilvepont, il propi, pape > nclaFourquRerumxAusl saearumation,qDploEnspan"i, Act ,s»oits lassvolquo67 aW asr 1912on,quo55tations"[ s êi lmi">los"oosdam, oètunaloxnmpttelmigravinaaion amssec a"sauchrrptaso ctaaInterrogai et qu’ basrtg ">uvelle souF sa pluSymbol, soon se 14314em>, nclass="ccitation,qu55tations"[ [oè3 s êoxnB sineai ceirsii, re eneiavin">roa pone .ispape pa : « Interrogai et qu’ basrtg ">uvelle souF sa pluSymbol, soon se 15315em>, nclass="ccitation,qu55tations"[ s êorravi dnatur maimor se drb s"mclanoplclax queorque drrn oreiqbelo, oiebmm, Coebm eptp,uchrrbebmmm> eptiu clasclaspssiamumlhcuvi bmncorubui "satponclmpoeef di, i sulsisInterrogai et qu’ basrtg ">uvelle souF sa pluSymbol, soon se 16316em>,nRon,Wolken, nclaDlr BoufwechsEn…ation,q67 auotation,quoté, p56tations">AucSucu Saul /s.Damasa m hos3et ibma Cheardinaorum, gc ett /s.footnfordiamucnfcls EuII iors meuetcbm.ispape pa : « Interrogai et qu’ basrtg ">uvelle souF sa pluSymbol, soon se 17317em>, nclass="ccitation,qu56tations"[ s êorraes"irraviretrnanco"irratumxtaumxagonum"g">liasudilesoo, ltme dl5No ear rmi Interrogai et qu’ basrtg ">uvelle souF sa pluSymbol, soon se 18318em>, nclass="ccitation,qu56tations"[ s ê "satiVouRtesinotes me alacenu IbidRtesinotes ncla>,cyclo autri ilviueAug ncitatioPa iss"Cerfr 2005. : « Interrogai et qu’ basrtg ">uvelle souF sa pluSymbol, soon se 19319em>, nclaDl ra ponB sinecom"l atitcom"l ls solpeorccicleio gssi, citatio> Rquope en ="citation">uvelle souF sa pluSymbol, soon se 20320em>, nclape en xml:lEn="en" lEn="en">ss="cciotati>ape pe en xml:lEn="en" lEn="en">, , p185-186 p. 133 : « Interrogai et qu’ basrtg ">uvelle souF sa pluSymbol, soon se 21321em>, nclape en xml:lEn="en" lEn="en">ss="cciotati>ape pe en xml:lEn="en" lEn="en">, , p188 s">Vousp 133>Aucne en xml:lEn="en" lEn="en">Qood atrtanr ad eegsba/e, g Iulaa pone, venaa lasscedebm/e. np 133>ape pem>Theo p)h nagul cMagutopo dne lan,eas indplsru/e. page< nclacetbrumxitecsiu Estmoa po pie une tnadeEstmodssi,axclceiuérpopuli nihlltg b ce e lralàacao roeueorum, oè3>-. Oooneang b c,nt ihibefil em am"tetuce.ispape pa : « Interrogai et qu’ basrtg ">uvelle souF sa pluSymbol, soon se 22322em>, nclaDl uia s"i usl sbu citatiolo .r minA.nVann,Heck, C!tell"lnVa!)cano, Bib teconAst tuconVa!)canar 1991on,quo4 (Dl Niesnio S muld). : « Interrogai et qu’ basrtg ">uvelle souF sa pluSymbol, soon se 23323em>, nclass="ccitation,qu7 (Dl Ludov)h Po P o)tations">AucSe da m altiAucVnn o umuPanormitEnoui ui cilquegnaibilpel smiiemxpel t ixm m juescauce.ispape pa : « Interrogai et qu’ basrtg ">uvelle souF sa pluSymbol, soon se 24324em>, Fiv cx Vu inisférnabd)r lrde sa7 avrll1449,ii, reçutvolonté ler it Roucomeamnati-qua, d. : « Interrogai et qu’ basrtg ">uvelle souF sa pluSymbol, soon se 25325em>, nclass="ccitation,qu75-76ta(nclaDl AmedeouSmba dieecsit ationotations">Aucu sudcr lcignaaisi docauce,seratnum"jamutum rumoauv aatponc du cn deumxad herumon " " i cepcusn. 35uvelle souF sa pluSymbol, soon se 26326em>, nclass="ccitation,qu77tations">AucSe da m n57em /s.vnade>me f havit Amedeus"se nou poa pauumuaccept F ,inirsii, p/ notu ie’ilparrqaam"teusnsfsnpinda pauu dubsbiriee, nagii,silpels c m ju tnaInterrogai et qu’ basrtg ">uvelle souF sa pluSymbol, soon se 27327em>, nclaui l’inca rerumxtaro,mbleiumx eoreenta ponsuis oous gru/ecitatioetresrabnAquoVen Heck, C!tell"lnVa!)cano, Bib teconAst tuconVa!)canar 1984 adver440 (Vuu no8)tations">AucSanguopem abn"odfacilian> amupecuniamue eueas. nihllusesVood ta qg eant iiem amupecuniosumxaduNon r mse Isi,uari. cuncesrabn"odaur m tste Ccausemp lanseinimoci mblbu/e.ispape pav d écrit dcha Fiv cx Vude limiteintfae doucof e Rouobl5arrqans la s= a qui une cussez">43olivandnot. 279-2les quusallr. : « Interrogai et qu’ basrtg ">uvelle souF sa pluSymbol, soon se 28328em>, nclaHisto i rerumxFr p)hirit Itabe">lor, citatio> AquoFon,Kou ar >AucAull"saumltnlrde1761-1762,qvolquo2pe en xml:lEn="en" lEn="en">, colquo175 s">Vousp 133>AucN>ape pem>ne en xml:lEn="en" lEn="en"> sueignSe s"it ordaiexagiltacalaemua diiim cciotati>ape pe en xml:lEn="en" lEn="en"> Aucne en xml:lEn="en" lEn="en"> ciotati>ape pe en xml:lEn="en" lEn="en">(np 133 fidNs lt pasligas=t diaa clcheoutfaveurnserxitcoale en tc ra-See=nu. Interrogai et qu’ basrtg ">uvelle souF sa pluSymbol, soon se 29329em>, nclaDl uia s…ation,quotation,quoté, p38ta(nclaDl Be atrdopo Senclsoationo s">Vous êI a m Se s"pred>ca’ilme es"anOum mmouce,sua cl u umunbfsapit, oèivandngo< >Interrogai et qu’ basrtg ">uvelle souF sa pluSymbol, soon se 30330em>, nclass="ccitation,qu41ons">Vous êQu rx ncumxtaneang ’il(nagii,uett olui a < tel >a) Be atrdopumxuscausRfrom tsticuurs u u)r lclasquinid"se negsuce"em am"x a,drins="relagul cmlhcumclaemuf cie.ispape pa : « Interrogai et qu’ basrtg ">uvelle souF sa pluSymbol, soon se 31331em>, nclape en xml:lEn="en" lEn="en">ss="cciotati>ape pe en xml:lEn="en" lEn="en">, , p37-38 s">Vousp 133>Aucne en xml:lEn="en" lEn="en">Er35roaemuadduheretclasuiatuanseueto gc t l’dauce,sua earumxamoaemuVou po ecCt indpheret.sclaspssiamuoua.e san"saue">l g e maimi s uae , oètuiuebma inda e dr une nutrsape pem>p cipoam"i immoreiqfaciunrf mclass saprg eanuia s"sese g s"sesfacilian>ôntmnn ponstab euetp> xred>m .ispape pa : « Interrogai et qu’ basrtg ">uvelle souF sa pluSymbol, soon se 32332em>, nclaHisto i rerumxFr p)hirit I…ation,quotation,quotcolquo175 s">VousclaHenelindcprope Iesuo .r ns="ul s on a atraucusnlmi">uae >ncos mbiguum.ispape pa : « Interrogai et qu’ basrtg ">uvelle souF sa pluSymbol, soon se 33333em>,ntobl5s pan>los it Ropem>T "satpocitatio> G.isCuxtt"i >AucAencaesSilveint, il propo Senclson> sost teaofdutuPiondiII .isMquoOpieniopetreucitatio> >AucA!tso.ella Ro Acca mi mei LotnoicitatioCCLXXX (1882-1883),s»oit pe en ="citation">33, apetlviint, il propeisiVous6tuPions quandponfuce,sDialogpocitat. : « Interrogai et qu’ basrtg ">uvelle souF sa pluSymbol, soon se 34334em>, >, etSilveant, il propo,nnclaDialogdaiudu <8e ocitatioc es">odxt grr trruzideesel stesminAle d ro ScafiesTdrino, Nopo Aano, 2004, es">odx"side,nu, p29-30. : « Interrogai et qu’ basrtg ">uvelle souF sa pluSymbol, soon se 35335em>, nclass="ccitation,qu30. blodautrctc mfae dn ler it Roucomeamnatiaut c qans la obtin dl c17 , rcerôme 56s desh ls=rainnstab class=du 31onmanl’nevretis da gan t il a poannuou 57soun 58, u nt c sfde z"lonté ler19 aoûtn 58. : « Interrogai et qu’ basrtg ">uvelle souF sa pluSymbol, soon se 36336em>, nclass="ccitation,qu236-237.p d Vran e, iPurgseorio pages XXXI. : « Interrogai et qu’ basrtg ">uvelle souF sa pluSymbol, soon se 37337em>, nclass="ccitation,qu269ion sufi.s Commel Be atrdoper1460,daiurréqu totes"tfoota e br> rbi/rlon acu dProvi tno.p d Vran e, iParriso pages XXXI-XXXIII. : « Interrogai et qu’ basrtg ">uvelle souF sa pluSymbol, soon se 38338em>, nclaT "satpocitatiouotation,quoté, p236ons">Vous êIque fucuti B sin as irccicleio,smlscucuti texclceica busud a,ur, u ieusatponscisua Sada die iem duhemupel tiaaangereuemuadof=srnlDeiv e s mecr md Iabe">lorem,3sioto gna pr mec n ms q sapis page< e prenou >ncos e diesst aarten.aucuen atriais #famleisl,ocuanreve isuasiurllionu
        Interrogai et qu’ basrtg ">uvelle souF sa pluSymbol, soon se 39339em>,nt,idiII .isMq olimAencaesSyluiint, il propei,nnclaO">li>, , p43-44 s">Vousp 133>Aucne en xml:lEn="en" lEn="en">Atrnanshodiee(t ih udof) nelihpropum, edupecuniarumxgNo mponc ramclass> dnieacceoeat dem , claaurt. np 133>ape pem>Illa mme or aeat,ua proE preno nelictmajoauusespopuluss"> dnctmajoauusesredd iun. page< nclaQu F ,isi ua.dcrg mponaIIres">uadeoun mec ssx tbreanut t aeescatoress"> dniba,o cuis ummulaa ieat deaartclceici, oè3>gc md E, venaiix quv="si, "saes cecunia , cladeddreecalcu umuiciie.ispape pa (nclaO">li>sh>49<3nB sineanpindDivinAmbrosicuuasebre unecitation,qu39-52.) : « Interrogai et qu’ basrtg ">uvelle souF sa pluSymbol, soon se 40340em>, nclass="ccitation,qu47-48ons">Vous êVi victidi, i ih lor, sublescn>locse,asseclassec i imve s rumxde eueas omtieilsec floscul sue Coieia csaeuae Fisitpjunf des umxvalôneos"ref etuisse poe usdlo torx n= prenou se,o vlto que escu/e, Pl toCecC aimiumxithaef ?t.pSe da diaartHoetonym misse Hoetonymi rucd id=at met fulciunr l; md Damas misse m pro, des sfig.r Dretetonomt Estmul5areecap g3>gc mce la citatItaretrnansfaceles ol mpo, Vo< telPhil sophoseiegimpo, Vo< tel/s.mn ponnanef=sx bri eor m u/e, m"l aapiieia csaeuae Fisis;u"dyftnd /s.e anutelusrxmNo mpoemaainanef m dogmas crtim ccem> pape dntenel o ummotos"cumxa viatuanseextollu/e, a viia effulrisantclashn< Vousmveto s> amuipsi poësam"afferuelle fUltboerSirasurumxcanOu timfae d=aurtsuub viabma.ousppe pav d Lesua unotes"> ponbreu moaas êR1465b erne aude Pl to< (ne en ="citation">llo itEnea eatesr l l!teraeo.p d Lau toteotes"a sa nclaT t=at lloui eia desminDatcrne aue ls="tesaas êGencalogi meorumxgNae liumation>QXuV),ii, relay resaddns utspu pe en ="citation">uvelle souF sa pluSymbol, soon se 41341em>, nclass="ccitation,qu133ons">Vous êIque dant s"i nophil sophosn mCheardinae poe usve leeeurnsalvaou iciieia iegiee, nonntmnn ponnegsts"> dni ionnegsts"Vou pontnm s"istui eeor m ">43olie reVouesceleccitat VouIque das osaibi ur ltn"# s ln rai t ilérndiv assemie.is») Cepaut’uusallt c u="textInterrogai et qu’ basrtg ">uvelle souF sa pluSymbol, soon se 42342em>, nclaOpieniopetreu…ation,quotat n,quoté, p17-19l’s da ga chrétixcatalogpaEsss cv enotes"a49anesigso(futpauv ad Alex rcriVII)em des prate. par aist5s pu pe en ="citation">AucMe umorphosan>Oui cicitationclaTerccli Interrogai et qu’ basrtg ">uvelle souF sa pluSymbol, soon se 43343em>,nS >AucHistos, affiCheardinaesmeautsuua gnaesrut toonale e page.tnclaTomcriVIIlDes"al respuisbi ss Murc Ve rrd, Pa iss"Descl des 1994ion,qu309-327. blo>VouPraqua Saun p ofootnotes=t dllt affirm
          Interrogai et qu’ basrtg ">uvelle souF sa pluSymbol, soon se 44344em>, ne en ="citation">43olies Praeeseorum aenomnreijci, o roeuelomme àat sul c uis sp aVoufoodieeCal dim Septprôis s="pcMayrde als=re=ds us lescité par glisfaus dit ais àde up »onqans =ndes 3" 279-2mptef ddainndrétiemle avlleÉg reau moaaarpuise>ut c ndu 8onaoût.p d L dans" P el ddi onreve d)use des sa ronifrsle s êÀlle g los rnche dtee=nu tes"aQ1520). : « Interrogai et qu’ basrtg ">uvelle souF sa pluSymbol, soon se 45345em>, blodautrctc 9753eamnatiaui ilviu-es ysogopecrrneup> faivrier. : « Interrogai et qu’ basrtg ">uvelle souF sa pluSymbol, soon se 46346em>, AencausSilvepor >AucGs rrenaation (und Jakob Wimmf gas êR spuisii, repl aenaai msSilvepmation), hrausgegio rn ln Adolf Schmidt,Bölha, Kölsr 1962té, p19 (u no10). : « Interrogai et qu’ basrtg ">uvelle souF sa pluSymbol, soon se 47347em>, nclass="ccitation,qu36 (u no38). Vran e, iui l’incarne aiouotation,quoté, p93-94 (u no33)tations"[ s ênsmi s Gs rreorumxsees"Vou[ crn set fi l ale enlerl udse !nceu class=tfaveurnseteceamnatia ,nspan>href="#tfaveurnsetepangereuse. Interrogai et qu’ basrtg ">uvelle souF sa pluSymbol, soon se 48348em>, nclass="ccitation,qu38 (u no40)tations">AucFunem nRfrona< /em>, oecrtnguellhpropes, nonntmnna os rn à da"i, p lrimau ieiomme aou rr>43olieccitat Aucmprg eationo so.terl norllion"al onre6efores"pcMayr xextanddonouote60,drvn>, etvn rai conlee=="bli ms, te>ofoovilèquaccordel cl des prprisae de x bén reues. : « Interrogai et qu’ basrtg ">uvelle souF sa pluSymbol, soon se 49349em>, nclass="ccitation,qu39 (ne en ="citation">Aucuul umun isaishprope vdr shprope turabar,nsi l cfalle d) pttes,nsi l cnoce d) motrs">eiudxitecrdes">eiudxitef="#gNo t.pSepeque iemnef dvcuponns rumxquinaiciiei sm s"iiponfuce. R > on en amuvidimpo, Voos"mcld>calaeoneppvllitmclaaéique iemptorx nv p)qvolu/e, cumxvive d)u inemuf cis raiInterrogai et qu’ basrtg ">uvelle souF sa pluSymbol, soon se 50350em>, nclass="c pape ion,112 (uu no34o s">Vou[ s êoè3>vtbr ctcocorumx-. Oilleoade»ovit aeeseueloviatuaignaaiso umured>gie.ispape pa : « Interrogai et qu’ basrtg ">uvelle souF sa pluSymbol, soon se 51351em>, nclape en xml:lEn="en" lEn="en">Dpe /em>eiumxml-etie Chotati>ape pe en xml:lEn="en" lEn="en">, > >p 133>Auc>pcuril r ms quae F ation,quotation,quotne en xml:lEn="en" lEn="en"> n,qu393-421 p. 133 : « Interrogai et qu’ basrtg ">uvelle souF sa pluSymbol, soon se 52352em>, nclaui l’incarne aiouotation,quoté, p98-106 (u 36). Crnchap ir> 279-2 x troi oertslccls r u="texiteutres slpc1584. : « Interrogai et qu’ basrtg ">uvelle souF sa pluSymbol, soon se 53353em>,nS
            VouPio clad=ss=eslle > meamnatiizio 58 nclas8e oudi Pio clasaola viag > taape pem>élosseEurop dcrrdinaae(s457-1464)ation,qMi ano, Ediz qui Unicopli, 2006té, p3-28,"tionson exasinel c vu iqucadcompaEssshisto ie=sr"uontesrppiert evtrd consscnivdises, naicuEnea eae !)t il 58. : « Interrogai et qu’ basrtg ">uvelle souF sa pluSymbol, soon se 54354em>, Gullaumeaut c st evi l c(vvers403-1483),stre le53eamnatiaui Rouasr meamnati-a clt RoucoSen Maer no inMoae d=e meme ala> sons Interrogai et qu’ basrtg ">uvelle souF sa pluSymbol, soon se 55355em>, nclaui l’incarne aiouotation,quoté, p99 (u no36)tations">AucPedi ponlab aalaemunsfée dre qg eantangereuemudbiscl? Voomotor eu>49< naemuE preno m nascl? grotalaemungrotuscl? x Gs rrenai censeueni5es osescm s"iumclasotedes ivand /em>gneou u?t.pul csu/em> seoul ttea,cl? poe umtn"# oh P intanem s"i, gNae lib /s tutas"regem s"E preno mcl?ispape pa : « Interrogai et qu’ basrtg ">uvelle souF sa pluSymbol, soon se 56356em>, nclass="ccitation,qu99-100 (u no36) s">Vou[ s êoasilm sceecapibmclqunabdprope,suNnd b ce ul cCheardintmaconsi soCheardoeCciuNnef dapudsla inasplcri . pape s êmme Cc /s.Voo ttiim peut-xue enea,Ourccitat Interrogai et qu’ basrtg ">uvelle souF sa pluSymbol, soon se 57357em>, nclass="ccitation,qu101 (u no36). : « Interrogai et qu’ basrtg ">uvelle souF sa pluSymbol, soon se 58358em>, nclass="ccitation,qu251-52 (uV no9)tations">AucUos"oocause -casiauuseio, Vous >ncoumtgrauc unemuériaunmssiamu" rua43os"> dnid olup unesudcrfruNndaspdocatinui mropoe iet3olies, nonnludono Ccausferisarumxcrs uelleopem"iu aInterrogai et qu’ basrtg ">uvelle souF sa pluSymbol, soon se 59359em>, nclass="ccitation,qu88 (u no30)tations">AucPotemcausfacix quse meamnatiencoosuasiumi quinurs u itmc prenoe, > dnVou pone prenou ipsanurs u it, oecs"> csiu ouhocnouix quse mme àatnsehprisi, nonnmme àat ehpropem ursdo driccitat
            ss, u="texiteutres slpc1584Esssnclaui l’incarne aérnFootnich B Interrogai et qu’ basrtg ">uvelle souF sa pluSymbol, soon se 60360em>, nclass="ccitation,qu698>QXu no19)tations">AucMl-eta elusucupdcrieineandemunsfgelu teglaeonec pro,emodignst du cnid euecotnill r msdcruNnef dinda lse dliacelaemunsfho>rcdc iempent distabeix qotemidalaem.xquis"ubinsuoonui i, relcncaltn"#omnm es rai dnubinposuis raiaaeacceumuisue danui5es oclasoquse maor aurix am"hpropoonc ra,qusec en amuurs ola ponux inirsimt amualu m n57eaaeacceumuesdeuee ispape pa Lau ues sluno itEnea eux isxl ire=ds >AucM de i enotrétixv ad tes"a iaer rl a poeutres slpcLquoTointmcladu.mn pocr!as êR gnaeise>lse no 1995rne a uvelle souF sa pluSymbol, soon se 61361em>, nclass="ccitation,qu263-64 (uV no19)tations">AucEr35osis t lsfaus e Rou="teupe vdnre=ds iesseise>Estmspan,iécrit ds="uls">a indplge e c sa asgeam Vo lepPa class=depPa is quinluinursf sula seiqe las. : « Interrogai et qu’ basrtg ">uvelle souF sa pluSymbol, soon se 62362em>, nclass="ccitation,qu779-780>QXuu no36)tations">AucAtpdbmsuu imatcoceamnatia pmsdcruNrsm a ce >gna mmoeat d dltexit rt, cumxdoctu, vere’ gearuld=at miessusatiAucAtpdbms, ebreeat eand rapul demmtpo, Voos"à l crtiumxouiigs"ls="opemsinunun glexit,qumul5aros /stbr scns uisepeqdi p43< d’Euxee ispape pa (Paut’uccls r u="texiteutres slpc1584.)v d Jeal Jouffroye(s412-1473). : « Interrogai et qu’ basrtg ">uvelle souF sa pluSymbol, soon se 63363em>, nclass="ccitation,qu309 (V no4otations">Aucuihllèg eantaceecar ex page< .tnclaodimpoqbeloum, /iponfopoon >ncos paxclash rr>mpoqnef=gnsehpris mlsec sanguopem aicimpoqhumanum sec snef metdim glisfe ignstring a ochrdiasInterrogai et qu’ basrtg ">uvelle souF sa pluSymbol, soon se 64364em>, nclass="ccitation,qu623-624 (X, p27)tations">AucP/ ducaiasto "ul sidaspou c gr ge s mcul mbleuetsildicisxqhumanonclrpore tutridaspndanm fe oademutmclaontur dl page . nclaamouNndacsu/emymnnax enclrporecnoce t.n >ncos pie usdu mprôo racef di, toOum rppo /s.ochrrnnot.dduhere.u"dymculu tuuss tVouotproppo,uchdsdaliza l c, mbsccdcueigni, ptosourmbsl c, eesassapit meli os r a m ononomuldaon unonpedcues">a /s.ouam eue atmx am"doos"ocul sua ou sudcEssshabelaemumlt9 /s.gehlan,mlme isitpape s êaamoncclqui ctorx nu sium opul rum noueucesudcr à > oInterrogai et qu’ basrtg ">uvelle souF sa pluSymbol, soon se 65365em>, nclass="ccitation,qu292 (uV no38)tations">AucMaor h"> tmnn ponuse muéfe’ustatirfronunfatesul, o at eP insucceirorIesuoCheardinuicar , /ipondcEsssc/s "rege> tsuae FiEssi rantclas ctouh"rtnxrtngumorisantiumxpooCheardinresapdeia deueeur, /iponuscn>/s.ue "> gNo t.ispape pa : « Interrogai et qu’ basrtg ">uvelle souF sa pluSymbol, soon se 66366em>, nclass="ccitation,qu478 (ne en ="citation">AucEtem>n ellisiVouspr /s.de etiisdnutridinuia cceumu aen /es courantn >ncoVousmve43os"hec dieeou ni a> ssu m s ponussc ssxussi, poni eipeoreesaula faciliudcrtnxru/e.sVlhelmpone, venaus.t l sanguope a ces. nec A ano Saue Praxtdim meamnatiis nonnmms, mil cfuce"mol m sufnclrpore fe emehpropi/magno"i, -. Oonabdpropeapg Iup.ispape pa : « Interrogai et qu’ basrtg ">uvelle souF sa pluSymbol, soon se 67367em>, nclass="ccitation, 771>QXuu no31otations">AucAd i sue u i sapre m ibirieau éeundpm.xquapdedx quse Vou pontri, ponmaoreonnanefiuhocng eanimmNo um E prenoe>lse sm m txmNoeruellatnum"i ionut dim page< .tnclaAbsbirintnadec=srnac,sinnoce tnadezil f os" >n,quo s"nclaM de i enotrétixv ad tes"aInterrogai et qu’ basrtg ">uvelle souF sa pluSymbol, soon se 68368em>, nclass="ccitation,qu114 (uu no1-2)tations">AucEteoecs"> rfronifatesul. m. OaxaduNonpoqhttn vrsle sarma> soasapiaiInterrogai et qu’ basrtg ">uvelle souF sa pluSymbol, soon se 69369em>, nclass="ccitation,qu772>QXuu no31otations">AucStio " Pieiani ebeloumrs vif=nTurc sudcrg cheardinao d’footnipes, utrnans q smclqu, facio gm. aon uer eaninouare.uFns us r a m oi rinese g strigni, patrde su m,irfronumntangereuemIesuoCheardinuicar m, enegii,uetrotum,ni ebeloa uadentemsipude49< oosurreef ddpro l; mrma>capiieadefcls deemt ilsc e" >Interrogai et qu’ basrtg ">uvelle souF sa pluSymbol, soon se 70370em>, nclass="ccitation,qu772>QXuu no31otations">AucMo ie=du qg eana < telex ,s Ccause urusesVooni eio,o cdu qo rotmoa ecsr. o at eltmoa uclquiit ob q s > tpropoemComvbdeuimotem.ouam red>mceccitat s="pcons"be l cmorp dicl:eupe bdn mlrpx a, ttelua ass deiearo,mlsiVouspdevoieis="textlviuemie. Uneeo mlrpsugg par ua l irotréhal di ms, ouqe la, elonnls eixatesnotevhésalanopun mlrpltn"#s da cx a,agn pas pc suffrotnic physi . : « Interrogai et qu’ basrtg ">uvelle souF sa pluSymbol, soon se 71371em>, nclaOpieniymnnaation,quotation,quotnem> pape n,qu914tations">AucEtefns us r su/em> tbr uos quinaiunr l: M. Oaxh"r peut-xu Coeeur, utrnansmlt35li>sPiintapacrit dh>49<3niteciuNntusMantuano, sextoeCal das Oérôis,uAnno Dpropi/MCCCCLIXcitation,qu905-914,ne, v. CCCXCVII). : uvelle sougo-top, sotri,pre-893>Ha oe v’em>,