Navigation – Plan du site
Articles

Exposer la sculpture dans l’Albertinum de Dresde : passé, présent et futur

Astrid Nielsen
Traduction de Coralie Zermatten

Résumés

Après quatre années de rénovation, l’Albertinum de Dresde a rouvert ses portes en 2010. Avec un agencement complètement neuf la Collection des Sculptures et la Galerie des Nouveaux Maîtres des Collections d’État de Dresde présentent dans l’ensemble du bâtiment des œuvres d’art de l’époque romantique à nos jours. Le développement de ce nouveau concept est largement tributaire de la décision d’installer la Collection des antiques, qui était depuis 1894 conservée dans l’Albertinum, dans le hall ouest du bâtiment des galeries de Gottfried Semper dans le Zwinger à Dresde à partir de 2018. Cette contribution doit tout d’abord livrer un bref aperçu de l’histoire de la Collection des Sculptures dans l’Albertinum puis détailler le développement de la conception de l’exposition pour les œuvres de la Collection des Sculptures et, pour terminer, envisager les perspectives pour l’avenir du musée.

Haut de page

Notes de l’auteur

Traduit de l’allemand par Coralie Zermatten

Texte intégral

  • 1  Gegen den Strom. Die Rettung der Dresdner Kunstschätze vor dem Hochwasser im August 2002, sous la (...)
  • 2  Voir Moritz Woelk, « Das neue Albertinum », Das neue Albertinum. Kunst von der Romantik bis zur Ge (...)

1L’Albertinum de Dresde fut rouvert en 2010 après quatre années de fermeture nécessaires aux travaux de réhabilitation et de rénovation pour réparer les dégâts causés par l’inondation de 2002. Dans ce nouveau « Musée des Modernes1  », la Collection des Sculptures et la Galerie des Nouveaux Maîtres exposent des œuvres de l’époque romantique à nos jours dans l’ensemble du bâtiment et dans un nouvel agencement (fig. 1). On trouve des peintures de Caspar David Friedrich (1774-1840), de Paul Gauguin (1848-1903), de Ernst Ludwig Kirchner (1880-1938) ou de Gerhard Richter (né en 1932) placées au premier étage et des sculptures d’Ernst Rietschel (1804-1861), d’Auguste Rodin (1840-1917) ou de Max Klinger (1857-1920) jusqu’à des travaux de sculpteurs de notre époque2. Cette contribution doit tout d’abord livrer un bref aperçu de l’histoire de la Collection des Sculptures de l’Albertinum puis détailler le développement de la conception de l’exposition des œuvres de la Collection des Sculptures et, pour terminer, les perspectives pour l’avenir du musée seront envisagées. En effet, durant les années à venir, les œuvres de notre époque devraient être plus fortement mises en avant, ce qui devrait renforcer encore l’idée d’un Albertinum comme Musée des Modernes durant le xxie siècle.

Fig. 1

Fig. 1