Navigation – Plan du site
Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés - ARTEHIS
Etudes

L’église paroissiale et les campagnes médiévales

Sylvain Aumard

Texte intégral

1Les recherches sur la naissance de l’église paroissiale et sur son poids dans la formation des campagnes du Moyen Âge sont par nature forts complexes. Elles font en effet intervenir de multiples facettes de l’histoire médiévale ayant laissé des sources inégalement préservées. La nécessaire confrontation de ces dernières est d’autant plus délicate que l’archéologie a récemment révélé un tableau du monde rural beaucoup plus complexe que les textes ne semblaient le dire. L’étape historiographique que nous vivons actuellement nous impose ainsi, dans un tel exercice, de dresser d’abord un état rapide de la recherche afin de permettre au lecteur de bien comprendre ensuite ce qu’apportent les découvertes icaunaises.

Le contexte général

2La majorité des églises traitées dans cette publication sont des églises rurales à vocation paroissiales, généralement situées au centre d’un village, souvent un chef-lieu de commune. Ce visage de nos campagnes est le fruit d’un fait majeur de l’histoire rurale de l’Occident médiéval : la mise en place d’un réseau dense de centres paroissiaux qui a progressivement polarisé la majeure partie de l’habitat autour de l’église.

3En parlant de centre paroissial, on évoque plusieurs fonctions en un même lieu : le baptême et le sacrifice eucharistique avec l’église, l’inhumation avec le cimetière. On y associe un ressort fiscal pour la levée de la dîme qui sert aussi de cadre pratique pour attribuer le lieu de sépulture à l’échelle d’un territoire. Le centre paroissial devient alors progressivement un lieu de rassemblement des vivants et des morts. Leur rapprochement en un même point – l’église – est une clé essentielle pour comprendre l’émergence de ce nouveau paysage. L’impact monumental des clochers témoigne de ces transformations. Ils procurent à la population une identité géographique, scandent de leur son le rythme de la journée et matérialisent un lieu de solidarité où l’on se retrouve pour les grandes fêtes de l’année auprès de ses ancêtres. L’église est au cœur de la société comme elle est au centre du village et de son terroir.

4Ce que nous venons d’esquisser n’est véritablement perceptible qu’après l’an Mil et bien établi au cours du bas Moyen Âge. L’indigence des sources du haut Moyen Âge gène considérablement la perception de la genèse de ces centres paroissiaux. Au mieux voit-on se mettre en place une administration du diocèse de plus en plus rigoureuse à travers le contrôle du clergé et la législation conciliaire. Il semble qu’au vie siècle seules les églises publiques dépendant de l’évêque (parochia) étaient légitimes par les prérogatives qu’elles possédaient en matière de baptême, de communion et de célébration des fêtes liturgiques. Ce n’était pas le cas des oratoires fondés par les aristocrates dans leurs propres domaines. Leur nombre important est à la hauteur de l’engouement spirituel que ne pouvaient satisfaire les églises officielles encore trop peu nombreuses. Lorsque l’administration diocésaine a tenté de mieux les contrôler, elle s’est heurtée à de forts intérêts privés relayés par ceux des établissements monastiques dont le patrimoine comprenait entre autres des lieux de culte. C’est probablement une des raisons qui a poussé les évêques du Concile d’Orléans (541) à rendre possible la transformation en parochia de certaines églises privées ; en légiférant sur ce point, cela leur a permis, en même temps, d’étendre leur juridiction sur ces nouveaux lieux de culte officiels.

5La perception d’un revenu pour l’entretien de l’église et du desservant laisse penser qu’une forme de territoire fonctionne en étroite relation avec le centre religieux. Cependant, il n’est pas aisé de parler directement de territoire pour des époques aussi lointaines car notre regard est formaté par celui de la cartographie moderne selon un modèle à la fois très simple et rigide, lui-même fruit d’une longue évolution historique ; celui d’un point dans l’espace, inscrit dans un périmètre parfaitement délimité.

6Pour le haut Moyen Âge, si on perçoit bien l’existence de sortes « d’embryons » de paroisses, plus ou moins bien structurés – avec baptistère et cimetière –, on saisit encore très mal leurs relations concrètes avec l’espace dans lesquels ils s’inscrivent et finalement avec la population qu’ils desservent. L’étude des habitats et des zones funéraires prend alors toute son importance ; un colloque tenu à Toulouse vient de réunir pour la première fois archéologues et historiens afin de réfléchir sur la question des origines des paroisses à partir des traces écrites et matérielles de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge. Malgré la rareté des découvertes de baptistère en milieu rural, les inhumations du haut Moyen Âge (sarcophages souvent) ne manquent pas pour illustrer la fonction funéraire des sites.

7On déduit souvent de ce retirement qu’il s’agit d’un indice pour dater l’émergence des villages les plus proches et de leur paroisse. En réalité, on ignore tout des modalités de mise en place de ces derniers : on ne sait si ces centres paroissiaux pérennisent ou non une première occupation. Actuellement notre vision de l’occupation du sol est biaisée car les sites éphémères que l’on connaît bien maintenant n’ont pas connu de développement au-delà du xie siècle, et ceux qui ont généré nos villages sont trop peu étudiés. Cela tient notamment à la présence de l’occupation moderne qui gène les observations sur de grandes surfaces. On rappelle alors tout l’intérêt de porter la plus grande attention à ces petits centres anciens lorsqu’ils font l’objet de rénovations ; leurs niveaux archéologiques sont les derniers témoins de leur histoire fort complexe. En France, aucun centre paroissial n’a été exploré aussi loin que celui de Rigny en Touraine. Les auteurs de la fouille montrent qu’il faut peut-être modérer l’idée du rôle polarisateur de l’église et plutôt privilégier sa capacité à organiser le cimetière et l’habitat à des moments distincts de l’histoire du site, respectivement ici à la fin du xe et aux xiie-xiiie siècles. Les sites de ce genre, accessibles à la fouille, ne sont pas rares. Dans l’Yonne, il suffit de se rendre à Béon, Hauterive, Luchy (commune de Prégilbert) ou encore à Préhy pour voir des églises restées nettement à l’écart de l’habitat moderne.

L’Yonne, un terrain d’étude par excellence

8Grâce à une forte présence des institutions ecclésiastiques, les pays de l’Yonne figurent comme une région bien documentée pour la période du haut Moyen Âge. Depuis Maurice Chaume, nombre d’historiens en ont fait un des terrains privilégiés pour observer la naissance du réseau paroissial à partir des règlements liturgiques des évêques Aunaire (fin vie siècle) et Tétrice (fin viie siècle) pour l’Auxerrois et à partir des annotations d’un scribe du xie siècle sur le sacramentaire de Stockholm (xie siècle) pour le Sénonais. Considérés comme de véritables listes de paroisses, ces textes semblent en réalité désigner des lieux de culte parmi d’autres, spécifiquement choisis pour figurer dans le cadre de liturgies instituées à des moments distincts, à l’échelle du diocèse. C’est du moins ce que l’on devine pour les règlements auxerrois mais une démarche critique « moderne » resterait à faire pour le sacramentaire d’origine sénonaise. La relecture des premiers permet d’affirmer que le nombre de parochia est probablement plus important qu’on ne l’avait avancé jusqu’à présent. Ils s’insèrent vraisemblablement dans un réseau plus vaste et semblent davantage privilégiés (sollicités ?) dans l’organisation religieuse du diocèse. Là où elles existent, les découvertes archéologiques confirment l’ancienneté de ces lieux cultes mentionnés et leurs filiations avec les paroisses bien connues plus tard par les pouillés du bas Moyen Âge. On ignore tout du contexte social de leur fondation, mais la littérature invite à attribuer un caractère public aux lieux de culte installés dans des vici et un caractère privé aux autres édifices qui seraient alors installés sur d’anciennes villae.

9Bien entendu, les interventions archéologiques présentées dans cet ouvrage ne peuvent à elles seules résoudre les questions qui viennent d’être évoquées. Les observations sont trop limitées en surface et en puissance stratigraphique. En revanche, elles complètent d’autres indices et contribuent à mieux comprendre les spécificités de certains sites, que l’on peut désormais apprécier à leur juste valeur selon leurs datations et leurs intérêts pour étudier certaines problématiques.

10On peut résumer les apports de ces opérations de fouille à la connaissance des campagnes médiévales icaunaises à travers deux échelles différentes, celle du centre paroissial et celle du terroir.

À l’échelle du centre paroissial

11Les travaux ont fréquemment mis en évidence une occupation du haut Moyen Âge. La plupart du temps, il s’agit de sarcophages appartenant à une zone funéraire antérieure à l’état actuel de l’église. Seuls les textes et l’heureuse exception de Bazarnes montrent que ces inhumations peuvent être en relation avec un lieu de culte plus ancien. Ailleurs, en l’absence de trace de construction ou de mention ancienne, on est réduit à considérer ce schéma comme une hypothèse de travail. Les sites mentionnés dans les textes du haut Moyen Âge et n’ayant livré aucun indice jusqu’à présent doivent être étroitement surveillés lors de travaux de terrassement, comme cela a pu être vérifié à Courson-les-Carrières. Ici, la mise au jour de sarcophages a permis de comprendre que plusieurs aires funéraires ont coexisté mais qu’une seule a été pérennisée par l’église paroissiale.

12Une seule des fonctions paroissiales est révélée par l’archéologie avec la découverte fréquente de sépultures de l’ancien cimetière. La quantité des ossements, leur désordre apparent et l’absence de contenants en dur frappent souvent l’esprit du béotien qui pense alors être en présence de charniers de guerre. Leur étude archéologique montre qu’il s’agit bien de sépultures individuelles inhumées en pleine terre ou dans des contenants périssables (cercueils ou coffrages en bois). Leur densité très importante est le signe de la réduction progressive de l’aire funéraire, désormais clôturée, que l’on peut soupçonner à partir du xiie siècle, d’après les résultats de la fouille de Rigny.

13Un autre indice de la fonction paroissiale de l’édifice apparaît parfois dans les modifications de l’architecture. Le cas de Saint-Cyr-les-Colons montre une très nette phase d’agrandissement de la nef romane par l’adjonction de bas-côtés à la fin du xve siècle. On est tenté de voir dans ce genre de transformation le rôle croissant de ces édifices auprès des sociétés rurales dont la vie pastorale s’organise désormais au sein de territoires paroissiaux mieux structurés.

À l’échelle du terroir

14La mise en place des villages autour des églises a entraîné une réorganisation du réseau des voies de communication. Les recherches récentes sur l’archéologie du paysage montrent que la genèse des habitats groupés (antiques ou médiévaux) s’accompagne d’un phénomène de capture des voies en direction de ces nouveaux pôles afin de mieux les desservir. Autour de ces derniers, se forme un réseau en étoile que l’on perçoit assez bien sur les cartes topographiques.

15L’Yonne est un territoire où se rencontre souvent dans la toponymie la consonance « villeneuve », littéralement « habitats nouveaux ». Les grands seigneurs les ont impulsés dans des zones forestières ou sur d’anciens terroirs, en marge de leur territoire, dans le but stratégique de consolider leur position et leur emprise par rapport à un puissant voisin. Encouragés à coup de chartes de franchises notamment, les nouveaux habitants de ces contrées ont laissé dans le paysage des agglomérations dont le plan orthogonal des rues est une caractéristique majeure. À Villeneuve-Saint-Salves, la fondation installée sur un axe économique pourtant important (Auxerre-Troyes) ne s’est pas développée comme les autres de la région et illustre le succès parfois limité de ces entreprises.

16Dans les vallons, les observations au pied de l’église – donc aux pieds des versants – mettent en évidence l’épaisseur considérable des sédiments archéologiques recouvrant les premières occupations médiévales (Chitry, Courson-les-Carrières). L’ampleur de cette stratification est le résultat de l’érosion des versants, entraînant des colluvions, suite à leur mise en culture. Ce phénomène explique pourquoi, dans ces secteurs géographiques particuliers, il faut attendre la réalisation de travaux en profondeur pour voir surgir des témoins du haut Moyen Âge tels que des sarcophages. De ce fait, les inventaires archéologiques, anciens comme modernes, ne doivent pas être considérés comme des documents exhaustifs, mais seulement comme des états provisoires de la connaissance des archives du sol.

Haut de page

Bibliographie

Centres paroissiaux et paroisses

Delaplace (C.), « Les origines des églises rurales (Ve-VIe siècles). À propos d’une formule de Grégoire de Tours », Histoire et sociétés rurales, 18, 2002, p. 11-40.

Delaplace (C.), Aumard (S.), « L’articulation entre les sources archéologiques et les sources écrites pour la période de l’Antiquité tardive et le Haut Moyen Âge : l’exemple du diocèse d’Auxerre », dans Aux origines de la paroisse rurale en Gaule Méridionale, IVe-IXe siècles, colloque international de Toulouse, 21-23 mars 2003, Paris, 2005, p. 42-58.

Zadora-Rio (É.), Galinié (H.) et al., « La fouille du site de Rigny, 7e-19e s. (commune de Rigny-Ussé, Indre-et-Loire) : l’habitat, les églises, le cimetière. Troisième et dernier rapport préliminaire (1995-1999) », Revue archéologique du Centre de la France, 40, 2001, p. 167-242.

Villages, villeneuves et paysage

Abbé (J.-L.), « Formation d’un paysage médiéval dans le Bassin parisien : Villeneuve-l’Archevêque (Yonne) », Archéologie médiévale, 19, 1993, p. 57-105.

Abbé (J.-L.), « Permanences et mutations des parcellaires médiévaux », dans Chouquer (G.), sous la dir., Les formes du paysage, Paris, t. II, 1996, p. 223-233.

Chouquer (G.), « Parcellaire et longue durée. Points de repère historiques et problèmes d’interprétation », dans Chouquer (G.), sous la dir., Les formes du paysage, Paris, t. II, 1996, p. 201-222.

Zadora-Rio (É.), « Le village des historiens et le village des archéologues », dans Mornet (E.), Campagnes médiévales : l’homme et son espace. Études offertes à Robert Fossier, Paris, 1995, p. 145-153.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvain Aumard, « L’église paroissiale et les campagnes médiévales », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], Archéologie des églises de l'Yonne, mis en ligne le 22 juin 2010, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cem/11449

Haut de page

Auteur

Sylvain Aumard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus du Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA) sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d'études médiévales d'Auxerre
  • OpenEdition Journals