Navigation – Plan du site
Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés - ARTEHIS
Etudes & travaux

Chemins de perfection, quête du salut

Paris, Fondation Cino del Duca, 30 novembre-2 décembre 2009
Dominique Rigaux, Catherine Vincent et Daniel Russo
p. 191-195

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Rencontre organisée avec le soutien institutionnel de l’université de Bourgogne (Dijon), de l’univ (...)

1Après le très beau témoignage de reconnaissance qui fut remis à André Vauchez par les médiévistes italiens à l’université des Études de Padoue (juillet 2003), autour du recueil des Miracles de saint Antoine le pèlerin de Padoue (1267-1270), et l’hommage international qui lui fut rendu à l’université de Paris X-Nanterre (2 octobre 2003), ses élèves ont choisi de se réunir autour de lui pour travailler ensemble sur les voies qu’il a ouvertes par ses travaux 1. Six grandes orientations ont été tracées, qui recouvraient les différents champs d’études qui sont toujours les siens.

2 L’histoire de la sainteté, et l’hagiographie, d’abord, toujours dans la mouvance de son beau livre sur La sainteté en Occident aux derniers siècles du Moyen Âge, d’après les procès de canonisation et les documents hagiographiques (Rome, 1981; 2e éd. 1988), à partir de l’élargissement documentaire et du renouvellement du questionnaire auxquels il invitait, conduit à relire l’histoire des saints et des saintes à travers l’imagerie, vétéro-testamentaire (Sylvie Barnay), littéraire et hagiographique (Véronique Souche), figurée (Dominique Rigaux), pour comprendre la construction d’une identité, en terre de Brabant par exemple, ou pour reconnaître à l’autre (Céline Pérol), en ses marques souvent déposées en creux dans les sources étudiées, toute la place qui lui revient.

3 Puis, les réflexions sur l’espace et le sacré, les sanctuaires et les pèlerinages prolongent la vaste enquête lancée à l’École française de Rome, sous la direction d’André Vauchez et avec le partenariat de toutes les universités italiennes, entre 1995 et 2003, appuyée aussi sur l’inventaire informatisé des sanctuaires chrétiens d’Italie, et s’efforcent de mieux distinguer, à la suite des solides travaux ainsi produits, tout le processus impliqué par le «phénomène sanctuarial», pour reprendre un italianisme bien utile en la matière: dans les tensions développées entre le local et le global, la vie d’un sanctuaire, comme celui de Saint-Jean de Latran à Rome, et l’universalisme affiché de l’Église romaine (Umberto Longo), présente dans l’histoire comme dans l’idée même de chrétienté – voir A. Vauchez et A. Giardina, Rome, l’idée et le mythe: du Moyen Âge à nos jours, Paris/Rome, 2000 – ; l’affirmation d’une terra sancta, la Livonie, consacrée à la Vierge (Sylvain Gouguenheim), dans ces marges dont se dotait alors la chrétienté en construction; ou la prise en compte du fait dévotionnel et religieux, au prisme du discours de l’autre, comme dans le traité sur les reliques par Jean Calvin (Catherine Vincent). Dans le processus ainsi engagé, comment ne pas reconnaître la conscience eschatologique, à l’œuvre dans l’histoire, qu’avait approchée Alphonse Dupront, par certains de ses travaux, et où André Vauchez lut la mesure permettant de «regarder le présent» et d’«agir sur lui à la lumière du futur», dans la longue durée, depuis l’époque carolingienne jusqu’à la modernité?

4 L’histoire de la spiritualité, ensuite, de cette «unité dynamique du contenu d’une foi, et de la façon dont celle-ci est vécue» – La spiritualité du Moyen Âge occidental, Paris, 1975; rééd. Paris, 1995; Les laïcs au Moyen Âge. Expériences et pratiques religieuses, Paris, 1987 –, est envisagée dans ses cadres sociaux et politiques, culturels et religieux, tour à tour, ou tout à la fois: dans la transmission en «héritage spirituel», à travers l’exemple des Monfort au xiiisiècle (Alexis Charansonnet) ; au service du prince, dans les traités didactiques et politiques castillans des xiiie et xive siècles (Sophie Coussemacker) ; dans la diffusion du culte, à l’échelle de la paroisse (Roselyne Le Bourgeois-Viron) ou dans l’environnement d’un grand monastère réformé de la seconde moitié du xve siècle, tel San Giorgio Maggiore à Venise, propice à l’approfondissement de la vie intérieure, chez une femme, Franceschina Bratti (Federica Masè) ; dans l’enseignement et l’affirmation d’un maître spirituel, tel ce Pierre Poquet, chez les célestins de Paris, à la fin du xive siècle (Marielle Lamy) ; sans oublier, pour la définition des tendances profondes qui peuvent déterminer telle ou telle inflexion de pensée, de vie, la permanence des grands archétypes et des grands modèles de spiritualité, par exemple la figure de la Sagesse divine (Raoudha Guemara).

5 En contrepoint, mais sans cesse en complémentarité dans l’approche des faits religieux situés dans l’histoire, on retrouve l’intérêt profond pour les dissidences, les prophètes et leurs prophéties, le surnaturel, tout ce qui peut donner une expression sensible à ces pouvoirs informels qui travaillaient, de l’extérieur, la société chrétienne au Moyen Âge, et pas seulement. Les grandes lignes posées dans le premier volume de la Storia dell’Italia religiosa (Rome/Bari, 1993), celles développées dans Saints, prophètes et visionnaires. Le pouvoir surnaturel au Moyen Âge (Paris, 1999), ont servi de base aux réflexions sur le traité Contre les hérétiques de l’archevêque Hugues de Rouen, mort en 1164 (Rainer Berndt), sur le recueil des prophéties de l’augustin Adam de Montaldo (Cécile Caby), ou encore à des interrogations plus larges portant sur les violences antihérétiques au xiiie siècle, en Occident (Anne Reglten-Tallon), ainsi que sur les croyances, réputées superstitieuses, la magie, le démoniaque, revus et réinterprétés par la théologie et la philosophie naturelle, aux xiiie et xive siècles (Nicolas Weill-Parot). Dans ce champ d’études, l’équilibre reste instable entre histoire et nature, deux modes de comportements, deux attitudes par rapport à la foi vécue.

6 Avec les ordres mendiants, avec aussi une histoire qui s’écrivit le plus souvent en ville, le message des Évangiles est reformulé, voire récapitulé, au gré d’expériences personnelles de sainteté, particulièrement réussies et diffusées dans la chrétienté. Des concepts ont été avancés et justifiés à travers les documents, par tous les grands articles d’André Vauchez repris dans Religion et société dans l’Occident médiéval (Turin, 1981), puis dans la réflexion collective qu’il conduisit sur La religion civique à l’époque médiévale et moderne (Rome, 1995), et sont ici interrogés, à nouveau, à partir des principes de vie et de reconnaissance d’une communauté, l’Évangile chez saint François, le Pauvre d’Assise (Michele Cusato), le martyre par le sang, et ses relations à l’identité franciscaine (Isabelle Heullant-Donat), mais encore du point de vue de l’insertion locale, dans des milieux urbains de culture et de religion, à Tours, entre le xiiie et le début du xvie siècle (Jean-Michel Matz), dans l’hagiographie franciscaine et la place accordée au laïcat (Chiara Mercuri), à Florence, dans le couvent dominicain de Sainte-Marie Nouvelle, au xive siècle, entre identité hagiographique figurée et forte affirmation théologique (Daniel Russo).

7 Enfin, après la discussion et le travail sur ces thèmes et sur ces exemples, il a été jugé opportun de prendre quelque recul, de revenir à la soutenance de thèse d’André Vauchez et d’en mieux saisir la portée avec Pierre Toubert, «trente après». De même, et compte tenu de la reconnaissance italienne très forte, il a semblé nécessaire de terminer le parcours commun par une mise en perspective historiographique, sur les apports de l’œuvre accomplie dans les différents domaines étudiés, depuis 1981 jusqu’à aujourd’hui. Car c’est bien la marque d’une grande œuvre de se reconnaître vivante dans des lectures sans cesse, et de plus en plus, d’actualité.

Rappel du programme

8Introduction

9Jean Delumeau, membre de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres

10Histoire de la sainteté et hagiographie

  • Sylvie Barnay (université de Metz), «Les images bibliques du langage hagiographique: relire l’histoire de la sainteté»

  • Céline Pérol (université de Clermont Blaise Pascal), «Hospitalité et sainteté. L’accueil de l’autre dans les sources hagiographiques»

  • Véronique Hazebrouck-Souche (université Paris Ouest La Défense), «Terra beata Brabancia – Hagiographie et sentiment patriotique en Brabant. Genèse du concept dans la littérature historiographique et hagiographique brabançonne. Bilan et perspective»

  • Dominique Rigaux (université Pierre-Mendès-France, Grenoble 2), «Fragments d’histoire. Un nouveau cycle de saint Antoine ermite en Piémont»

11Espace et sacré; sanctuaires et pèlerinages

  • Umberto Longo (Sapienza, Università di Roma), «Dimensione locale e aspiration universali a Roma nel XII secolo. San Giovanni in Laterano come santuario e l’eredità dell’Antica Alleanza»

  • Chiara Mercuri (Università Tor Vergata-Roma II), «La dévotion à Rome: des martyrs aux saints»

  • Catherine Vincent (université Paris Ouest La Défense), «Le pèlerinage de saint Dominique au couvent des Frères prêcheurs de Rouen (xiiisiècle) : enjeux et aléas d’un sanctuaire urbain»

12Spiritualité

  • Alexis Charansonnet (université Lyon II-Louis Lumière), «Les grands laïcs lèguent-ils leur spiritualité à leurs enfants? Le cas des Montfort au xiiisiècle»

  • Sophie Coussemacker (université Bordeaux III-Michel de Montaigne), «Le service du prince dans les traités didactiques et politiques castillans du xiiie-xive siècle»

  • Roselyne Le Bourgeois-Viron (IUFM Amiens), «Les laïcs et le culte paroissial à la fin du Moyen Âge: l’exemple de Saint-Étienne de Beauvais (1460-1510) »

  • Federica Masè (université d’Évry), «Franceschina Bratti, femme indépendante et sa relation privilégiée avec le monastère de San Giorgio Maggiore à Venise dans la seconde moitié du xvsiècle»

  • Marielle Lamy (université de Paris-Sorbonne), «Travaux et traités de Pierre Poquet: un maître spirituel chez les Célestins de Paris à la fin du xivsiècle»

13Dissidence, prophétie et pouvoirs surnaturels

  • Rainer Berndt (Hugo-von-Sankt-Victor-Institut, Francfort/Main), «Le Contra Haereticos de l’archevêque Hugues de Rouen († 1164) : les dissidents normands»

  • Cécile Caby (université de Nice, IUF), «La pessima et periculosa lingua de l’Augustin Adam de Montaldo: étude du recueil prophétique New York, Hispanic Society of America HC 387/1677»

  • Anne Reglten-Tallon (université d’Amiens), «“Par le fer et par le feu” : critiques et apologies de la violence antihérétique dans l’Occident du xiiisiècle»

  • Nicolas Weill-Parot (université Paris VIII-Vincennes Saint-Denis, IUF), «Réalité ou vacuité du mal? Vaines superstitions, magie et démons au crible de la théologie et de la philosophie naturelle (xiiie-xivsiècle) »

14Les ordres mendiants

  • Isabelle Heullant-Donat (université de Reims), «In ongni luogo il sangue loro è sparso: pauvreté, martyre et identité chez les franciscains (xiiie-xvsiècle) »

  • Jean-Michel Matz (université d’Angers), «Couvents mendiants et polycentrisme religieux dans les cités épiscopales de la province ecclésiastique de Tours (xiiie-début xvisiècle). État de la question»

  • Daniel Russo (université de Bourgogne-Dijon, ARTeHIS, UMR 5594, IUF), «Culture hagiographique, culture iconographique, dans les milieux dominicains de Sainte-Marie Nouvelle à Florence, xivsiècle»

15Historiographie, vue d’Italie

  • Raimondo Michetti (Università di Roma III), «Gli studi di storia religiosa del medioevo tra Italia e Francia (1981-2008) : profetismo, santità e ordini religiosi»

  • Daniel Russo (université de Bourgogne-Dijon, ARTeHIS UMR 5594, IUF), «André Vauchez, lecteur d’Alphonse Dupront»

16Conclusion

17Nicole Bériou, université Lyon II-Louis Lumière, IUF.

Haut de page

Notes

1  Rencontre organisée avec le soutien institutionnel de l’université de Bourgogne (Dijon), de l’université de Grenoble II-Pierre Mendès-France, de la Maison des sciences de l’Homme-Alpes, de l’université de Paris Ouest Nanterre La Défense et de l’Institut universitaire de France.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Rigaux, Catherine Vincent et Daniel Russo, « Chemins de perfection, quête du salut », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA, 14 | -1, 191-195.

Référence électronique

Dominique Rigaux, Catherine Vincent et Daniel Russo, « Chemins de perfection, quête du salut », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], 14 | 2010, mis en ligne le 14 octobre 2010, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cem/11542 ; DOI : 10.4000/cem.11542

Haut de page

Auteurs

Dominique Rigaux

Catherine Vincent

Daniel Russo

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus du Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA) sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d'études médiévales d'Auxerre
  • OpenEdition Journals