Navigation – Plan du site
Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés - ARTEHIS
Bibliographie

L’hérétique imaginé. Hétérodoxie et iconographie dans l’Occident médiéval de l’époque carolingienne à l’Inquisition

Turnhout, Brepols, 2009 (Collection d’études médiévales, 10), 493 p.
Alessia Trivellone

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1L'hérésie médiévale est depuis quelques années au cœur d’un débat historiographique très vif. Les colloques et tables rondes animés par Monique Zerner, à partir de la fin des années 1990, ont, notamment, ouvert de nouvelles pistes pour la compréhension de l’histoire de l’hérésie. Face à un phénomène qui s’est fréquemment prêté à des instrumentalisations et à des lectures biaisées, les sources doivent être traitées de manière très critique et la part de l’imaginaire dans les discours médiévaux, concernant l’hérésie, doit être prise en compte.

  • 1 Monte-Cassino, Cod. Casin. 132.
  • 2 London, British Library, Cotton MS Titus D. XXVII.
  • 3  Dijon, Bibliothèque municipale, 12-15.
  • 4  Wien, Österreichische Nationalbibliothek, cod. Vind. 2554 et 1179.
  • 5 Erlangen, Universitätsbibliothek, 8 ; Bamberg, Staatsbibliothek, Patr. 30.

2Le thème de l’hérésie n’avait jamais été abordé de manière systématique à partir des images. Le livre se propose de combler cette lacune, en étudiant l’ensemble des représentations d’hérétiques dans l’Occident médiéval, tous supports confondus, depuis leur apparition au tournant des viiie et ixsiècles jusqu’au premier tiers du xiiie siècle, à la veille de la création de l’Inquisition. L’enquête est donc menée à travers des images de provenance différente, dont certaines bien connues : c’est le cas, entre autres, des miniatures de la deuxième bible de Charles le Chauve (Rome, Saint-Paul-hors-les-murs), du Raban Maur du Mont-Cassin 1, du livre de prière d’Ælfwine 2, de la bible d’Étienne Harding 3, des premières bibles moralisées 4, auxquelles il faut ajouter les sculptures de la façade de Saint-Gilles-du-Gard, de la Porta Romana à Milan ou du portail de Semur-en-Brionnais. Des images moins connues sont également prises en compte et s’avèrent être des pièces fondamentales pour l’étude : c’est le cas, par exemple, des miniatures issues d’un manuscrit d’Einsiedeln (Stiftsbibliothek, 132), contenant l’Adversus Iovinianum et l’Adversus Helvidium, du ms. Vat. Lat. 1339, contenant une collection canonique, et de deux manuscrits réalisés en Franconie et en Bavière entre la fin du xiie et le début du xiiie siècle 5. La période chronologique choisie correspond à une période d’intense réflexion ecclésiologique et de structuration du corps ecclésial, cadre dans lequel s’inscrit la caractérisation de l’« autre », l’ennemi de l’Ecclesia, dont l’hérétique est une personnification. Le titre choisi, L’hérétique imaginé, situe la réflexion sur l’articulation entre les représentations de l’hérésie dans l’imaginaire et les mises en image des « hérétiques ».

3L’ouvrage est structuré en quatre parties. La première est consacrée à la mise au point d’une méthodologie adaptée à une telle recherche. Face à de nombreux travaux et articles, qui voient dans certains exemples figurés dans l’art monumental des « programmes antihérétiques », la méthodologie suivie privilégie une recherche sur les images, qui représentent explicitement des hérétiques, c’est-à-dire les figurations dans lesquelles le contexte ne laisse aucun doute sur l’identification du/des personnage(s) représenté(s) ou des représentations dans lesquelles une légende identifie les hérétiques par leur nom, leur qualificatif ou encore la personnification de l’hérésie.

4La recherche sur ce corpus est ensuite menée le long des deuxième, troisième et quatrième parties. Les résultats permettent de connaître à la fois les moments, les aires géographiques et les cadres discursifs dans lesquels ont pu naître des discours figurés sur l’hérétique et l’hérésie: notamment, l’Angleterre et la Normandie au tournant des xe et xie siècles, puis l’Allemagne entre la fin du xiie siècle et le début du xiiisiècle, enfin la France, avec les bibles moralisées de la troisième décennie du xiiie siècle.

5Les formules iconographiques employées à partir de la fin du viiisiècle-début du ixe siècle montrent des formes d’actualisation du concept d’hérésie. Les images d’Arius (et des ariens), de Faustus (et des manichéens), de Jovinien et Helvidius sont actualisées et intégrées dans des débats contemporains. Une plus forte condamnation de ceux-ci apparaît au tournant de l’an Mil, quand les formules iconographiques témoignent d’une diabolisation de l’hérétique. Ce phénomène coïncide chronologiquement avec l’émergence, au début du xisiècle, d’une nouvelle forme d’hérésie : pour la première fois dans l’histoire du christianisme, en effet, des groupes d’analphabètes ou d’illettrés, dont les erreurs doctrinales sont difficiles à retracer, sont condamnés en tant qu’hérétiques. D’autre part, l’actualisation de cette hérésie ne se fait pas dans des régions où l’on dénonce les « nouveaux hérétiques ». Des cas évidents d’instrumentalisation de l’accusation voient le jour : par le rapprochement avec les hérésiarques anciens, l’accusation d’hérésie devient ainsi une arme rhétorique polyvalente adaptée pour dénoncer des adversaires politiques – il faut lire en ce sens les images rapprochant les partisans de Frédéric Barberousse des ariens – ou condamner le recours à la philosophie séculière dans les écoles cathédrales.

6À partir de la seconde moitié du xiie siècle, dans des manuscrits réalisés en Germanie, les images d’hérétiques sont intégrées à des représentations concernant l’histoire globale de l’humanité et la mise en image des visions prophétiques et eschatologiques. L’hérésie est ainsi considérée comme un élément nécessaire de l’histoire. Les miniatures deviennent une mise en image de l’idée déjà exprimée par le verset de l’épître de Paul – «Il faut bien qu’il y ait aussi des scissions parmi vous (Oportet et haereses esset), pour permettre aux hommes éprouvés de se manifester parmi vous» (I Co 11, 18-19) –, souvent reprise par les commentateurs médiévaux. En Allemagne, au xiisiècle, les écrits d’Eckbert de Schönau, d’Élisabeth de Schönau et d’Hildegarde de Bingen expriment d’ailleurs la même idée de fatalité de l’hérésie que celle manifestée par les images. La «découverte» et la condamnation de l’hérésie semblent, dès lors, dictées par la volonté, voire par la nécessité, d’accomplir une prophétie.

7Jusqu’aux années 1220, période de réalisation des deux premières bibles moralisées, les hérétiques représentés sont uniquement les hérésiarques anciens ou des personnifications. On constate donc une absence totale des représentations des hérétiques attestés dans les sources écrites à partir du début du xisiècle jusqu’au xiiisiècle. Dans les bibles moralisées se trouvent, en revanche, pour la première fois, de nombreuses représentations d’hérétiques accompagnés par les noms que les sources écrites donnent à des groupes « hérétiques » contemporains, tels, par exemple, Patarins ou Publicains. Ceux-ci sont représentés tels qu’ils apparaissent dans la vie contemporaine – pour la première fois, on trouve des représentations du bûcher – ou en train d’accomplir les rites que les sources écrites contemporaines leur attribuaient – comme le célèbre rite de l’adoration du chat. Les bibles moralisées abordent aussi des sujets d’actualité concernant les hérétiques, justifiant par exemple la croisade albigeoise de 1208. Souvent, enfin, les images et les textes des bibles moralisées confondent et associent les hérétiques à d’autres catégories, comme les juifs, les mécréants ou les sodomites. C’est autour de cette période, à la veille de l’institution de l’Inquisition, qu’une mise au point de l’idée d’hérésie voit le jour. Dans un monde de moins en moins animé par la lutte entre Dieu et le Diable, les images se libèrent de toute dimension historique et de tout recours à la personnification. L’hérésie en est réduite à un phénomène humain, à un crime commis par des hommes : elle est, dès lors, susceptible d’être punie et extirpée par des moyens humains.

8L’ouvrage montre en dernière analyse qu’il existe un discours iconographique cohérent qui permet de reconstruire la naissance et la mise au point progressive du concept d’hérésie au Moyen Âge. Les évolutions remarquées dans les images sont mises en perspective avec les évolutions de la pastorale ecclésiale relative à l’hérésie, avec l’essor de nouvelles catégories d’hérétiques aux xie et xiisiècles et avec les réponses apportées par les clercs pour endiguer les mouvements contestataires. La définition de l’hérésie est donc le résultat d’un discours ecclésial. Il en ressort, en dernière analyse, que l’idée traditionnelle de l’existence de sectes hérétiques réelles, bien structurées et dotées d’un système doctrinal cohérent, nécessite d’être nuancée.

Haut de page

Notes

1 Monte-Cassino, Cod. Casin. 132.

2 London, British Library, Cotton MS Titus D. XXVII.

3  Dijon, Bibliothèque municipale, 12-15.

4  Wien, Österreichische Nationalbibliothek, cod. Vind. 2554 et 1179.

5 Erlangen, Universitätsbibliothek, 8 ; Bamberg, Staatsbibliothek, Patr. 30.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/11636/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 7,9k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alessia Trivellone, « L’hérétique imaginé. Hétérodoxie et iconographie dans l’Occident médiéval de l’époque carolingienne à l’Inquisition », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], 14 | 2010, mis en ligne le 14 octobre 2010, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cem/11636 ; DOI : 10.4000/cem.11636

Haut de page

Auteur

Alessia Trivellone

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus du Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA) sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d'études médiévales d'Auxerre
  • OpenEdition Journals