Navigation – Plan du site
Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés - ARTEHIS
Bibliographie

Présentation et mise en valeur des sites archéologiques religieux en milieu urbain

Sébastien Bully et Christian Sapin (dir.), Présentation et mise en valeur des sites archéologiques religieux en milieu urbain, éd. Bucema, hors série n° 3, 2010, édition en ligne : http://cem.revues.org/index11334.html
Sébastien Bully

Entrées d’index

Index de mots-clés :

site archéologique, milieu urbain
Haut de page

Texte intégral

1La table ronde de Luxeuil des 25 et 26 avril 2008 a réuni une quarantaine de personnes dans les locaux de l’abbaye Saint-Colomban, où près de dix-neuf intervenants ont pris la parole durant les quatre demi-journées consacrées à la question de « La présentation et de la mise en valeur des sites religieux en milieu urbain ». Une visite du centre ancien de Luxeuil, accompagnée d’un exposé sur les principaux résultats archéologiques obtenus lors d’une série de sondages en 2005 et 2006, a clôturé la rencontre.

2L’idée de cette table ronde internationale est née des premières interrogations concernant le devenir des vestiges de l’ancienne église Saint-Martin de Luxeuil, dont la fouille programmée devait débuter au mois de juillet de la même année, et, pour laquelle, d’ores et déjà, était évoqué un projet de mise en valeur. Il s’agissait alors, en fonction de l’expérience acquise sur d’autres dossiers, de juger de la pertinence d’une telle réalisation à Luxeuil et de s’interroger collectivement – archéologues, architectes et maîtres d’œuvre – du bien fondé de ce type de projet. Nous avons donc retenu douze cas de figure – en France, en Suisse, en Belgique et en Italie – ayant pour dénominateurs communs le milieu urbain, une thématique religieuse et une mise en valeur ou un projet de mise en valeur.

3Dans la mesure du possible, nous avions demandé que chaque présentation soit le fait d’un archéologue, mais également de l’architecte responsable du projet ou d’un représentant du maître d’ouvrage. L’objectif était de dépasser les seules interrogations scientifiques pour recueillir l’avis de « l’artisan de la valorisation » ou du « commanditaire ».

4Il en ressort que l’une des spécificités des sites religieux en milieu urbain est leur complexité, complexité liée à la stratification des vestiges, à leur fragilité – et donc à leur conservation –, et à une forte interdépendance avec leur environnement contemporain. En filigrane, se dévoile la nécessité de l’établissement d’un véritable programme, sous la forme d’un cahier des charges, auquel l’archéologue devrait participer de manière active et en bonne intelligence avec le maître d’ouvrage, afin d’éviter la déconnexion qui apparaît souvent entre la fin de la fouille et le chantier de valorisation. Cette collaboration, souhaitée, qui est encore loin d’être automatique, devrait se poursuivre avec l’équipe en charge de la muséographie afin que l’essentiel de l’acquis scientifique ne soit pas occulté par des aspects techniques ou scénographiques. Tout cela implique de la part de l’archéologue une disponibilité constante permettant de suivre le chantier et d’accéder aux demandes en termes de documentation ou de suivi. Il n’est pas inutile de rappeler, qu’au terme de plusieurs mois de fouilles, sinon de plusieurs années, le « fouilleur » reste la personne qui connaît le mieux son site.

5Les actes de la table ronde, regroupant les premières contributions ainsi que l’introduction de Christian Sapin et les propos de conclusion d’Élise Faure-Boucharlat, sont édités en ligne dans le troisième numéro hors-série du Bucema.

6Rappel du programme

7• Accueil et introduction : Georges Poull (directeur de la DRAC Franche-Comté) et Christian Sapin (CNRS, UMR ARTeHIS Auxerre/Dijon)

8France

9• Daniel Prigent (Conseil général du Maine-et-Loire) : Quelques exemples angevins de mise en valeur de sites archéologiques

10• Marc Heijmans (CNRS) : Arles, la cathédrale paléochrétienne

11• Christian Sapin et Daniel Massicard (Conseil régional de Bourgogne) : Auxerre, la crypte de l’abbaye Saint-Germain

12• Pascal Mignerey (CRMH Franche-Comté) et Agathe Mathiaut-legros (musée de Besançon) : Besançon, le square Castan, un jardin archéologique du xixe récemment restauré

13• Fabrice Gauthier (Inrap) et Michel Astier (architecte DPLG) : Brioude, le baptistère

14• Alain de Montjoye (Conseil général de l’Isère) : Grenoble, le baptistère

15• Paul Barnoud (architecte DPLG) et Chantal Arnaud (Centre d’études médiévales) : La Charité-sur-Loire, les aménagements des vestiges de l’église Saint-Laurent

16• Michaël Wyss (ville de Saint-Denis) : Saint-Denis, mise en valeur des abords de la basilique

17Étranger

18• Renato Perinetti (Surintendence Aoste) et Mauro Cortelazzo (société Archéos) : Aoste (Italie), mise en valeur des sites de Saint-Laurent et du groupe épiscopal

19• Jean Terrier (ville de Genève) : Genève (Suisse), le groupe épiscopal

20• Raymond Brulet (UCL) et Laurent Delehouzée (ville de Tournai) : Tournai (Belgique), la cathédrale

21Discussion plénière

22• Conclusion générale par Élise Faure-Boucharlat (ministère de la Culture) : Sites et parcs archéologiques en France : que nous racontent-ils du Moyen Âge?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Bully, « Présentation et mise en valeur des sites archéologiques religieux en milieu urbain », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], 14 | 2010, mis en ligne le 14 octobre 2010, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cem/11647 ; DOI : 10.4000/cem.11647

Haut de page

Auteur

Sébastien Bully

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus du Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA) sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d'études médiévales d'Auxerre
  • OpenEdition Journals