Navigation – Plan du site
Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés - ARTEHIS
Bibliographie

Étude sur les zodiaques décorés dans les édifices religieux de Bourgogne au Moyen Âge

Mémoire de Master 2 de l’université de Bourgogne, sous la direction de Daniel Russo, Dijon, 2010.
Angélique Ferrand
p. 411-418

Entrées d’index

Index de mots-clés :

édifice religieux, zodiaque

Index géographique :

France/Bourgogne
Haut de page

Texte intégral

1Le zodiaque, qui fait partie des thèmes figurés sur les portails de la basilique Sainte-Marie-Madeleine de Vézelay et de la cathédrale Saint-Lazare d’Autun, ne manque pas d’attirer l’attention et de susciter des interrogations. Ainsi, il était intéressant de centrer ce mémoire sur les zodiaques décorés dans les édifices religieux de Bourgogne au xiie siècle. Les zodiaques bourguignons comptent, en effet, parmi les exemples les plus importants de ce thème dans le panorama médiéval français, mais aussi occidental. Il était donc intéressant de présenter la tradition liée à ces images particulières et de comprendre leur résonance, afin de mettre en relief le corpus régional. Cependant, l’approche de ce thème iconographique nécessite d’aller au-delà des a priori sur ses origines astrologiques, qui ont souvent refréné les recherches. Étroitement liée au calendrier, mais conservant néanmoins son autonomie à l’intérieur des cycles concernés, l’iconographie zodiacale est issue d’une longue tradition, que nous avons tenté de saisir de diverses manières.

  • 1  J. Adhémar, Influences antiques dans l’art du Moyen Âge français, Londres, 1939 (réimp. Paris, 199 (...)
  • 2  J. Seznec, La survivance des dieux antiques. Essai sur le rôle de la tradition mythologique dans l (...)
  • 3  É. Mâle, L’art religieux du xiisiècle en France. Étude sur les origines de l’iconographie du Moy (...)

2Sous la direction de Daniel Russo, ce travail avait pour point de départ la prise en compte des influences antiques sur le Moyen Âge, axe de recherche initié, notamment, par l’ouvrage de Jean Adhémar – Influences antiques dans l’art du Moyen Âge français (1939) 1 – et par celui, qui lui fait presque écho, de Jean Seznec – La survivance des dieux antiques (1940) 2. Mis en regard dans notre introduction historiographique, ces deux ouvrages reflètent la vague warburgienne ayant trait à la question des origines de l’iconographie. Autre grand initiateur de ces questions, Émile Mâle (1862-1954), qui, au sein de son ouvrage consacré au xiisiècle 3, souleva des questions fondamentales pour l’appréhension d’un thème complexe aux origines antiques.

Le corpus bourguignon : le zodiaque comme signes du temps

  • 4  Comme par exemple le chapiteau de Vézelay n° 19, pile sud, avec la balance et les Gémeaux.

3Après un panorama des origines du zodiaque, de sa tradition iconographique et littéraire, et après l’avoir présenté comme révélateur de différentes ontologies et nombreuses manières d’être au monde, de le penser et de le représenter, nous avons établi un corpus bourguignon détaillé. Aux trois grands ensembles monumentaux, que sont Vézelay, Autun et Avallon, se sont ajoutés les vestiges de la mosaïque de pavement de Saint-Philibert de Tournus et des occurrences plus ponctuelles sur des chapiteaux 4.

4À Vézelay, Autun et Avallon, le zodiaque est présenté de manière similaire sur les voussures du portail, associé aux occupations des mois pour former un cycle calendaire. Au fil de l’étude, les zodiaques des voussures calendaires des portails sont apparus comme les acteurs d’une réflexion sur le temps et l’espace, constituant un cadre, une mise en scène de la théophanie. Les calendriers monumentaux bourguignons associent, en effet, les occupations des mois aux signes du zodiaque, placés dans des médaillons, selon une formule héritée de l’Antiquité, dans laquelle ces deux versants du calendrier réunissent les temps et les espaces. Les signes zodiacaux et les scènes des occupations des mois sont répartis de manière différente, mais réfléchie sur les voussures de ces portails.

Fig. 1 – Vézelay, basilique Sainte-Marie-Madeleine, portail central (cl. A. Ferrand).

  • 5  Au sujet de l’organisation de cette voussure et de l’identification problématique des figures, cf. (...)

5Dans le cas de Vézelay (fig. 1), dont le grand portail de l’avant-nef de l’église abbatiale a été réalisé entre 1120 et 1140, le zodiaque participe à l’illustration d’uneimago mundi et d’un ordo rerum régis par une pensée encyclopédique. L’archivolte est formée de deux voussures, l’une externe, végétalisée, la seconde accueillant des médaillons circulaires, dans lesquels sont figurées les occupations des mois alternant avec les signes du zodiaque. L’ensemble est ponctué de deux médaillons plus problématiques, pouvant être identifiés comme les Saisons et comme le Jour et la Nuit. Le sommet de l’archivolte est occupé par trois médaillons et un demi, chacun habités par un oiseau, un quadrupède, un acrobate et une sirène-poisson 5. La voussure du calendrier ceint ainsi le tympan, sujet de tant de discussions, associant l’iconographie de la Pentecôte, de l’Ascension et de la mission évangélique donnée aux apôtres, avec pour point de jonction le Christ trônant dans une mandorle. La multiplicité « des temps » et des scènes, qui occupe ce portail, se résume par l’idée d’une « multiscène », autour de laquelle sont convoqués les signes du temps que sont les signes du zodiaque associés au rythme saisonnier des activités agricoles. La vision synthétique de plusieurs points de vue, mise en place autour du Christ, prône l’universalité du message évangélique donné à diffuser aux apôtres et illustre la quête du Salut par la connaissance et la compréhension du monde.

Fig. 2 – Autun, cathédrale Saint-Lazare, portail central (cl. A. Ferrand).

  • 6  Cf. D. Grivot et G. Zarnecki, Gislebertus, sculpteur d’Autun, Paris, 1965 (2e éd.).

6À Autun 6 (fig. 2), dont le portail central est daté des environs de 1130-1140, le zodiaque, placé dans la voussure du calendrier, participe à la théophanie du Jugement dernier, qu’il situe spatialement et temporellement. De fait, cet ultime jugement s’inscrit universellement dans le temps et dans l’espace, qui se trouvent alors dépassés. Les procédés visuels, issus d’une ontologie analogique à visée encyclopédique, sont alors mis à profit pour servir l’illustration de la dimension universelle et la suprématie du Jugement dernier. La réunion sur la voussure des diverses unités cosmiques et temporelles, que représente l’association des occupations des mois, du zodiaque, des Saisons, à laquelle s’ajoute la figure centrale dite de l’Annus, préfigure le dépassement du temps par l’éternité du Salut. Cette dimension synthétique, que l’on trouve à la fois à Vézelay et à Autun, répond à un engouement pour la pensée encyclopédique, qui se développe au cours du xiie siècle et qui profite, à cette période, de la « renaissance » du zodiaque comme vecteur d’un savoir hérité de l’Antiquité.

Fig. 3 – Avallon, Saint-Lazare, portail central, archivolte. Détail de la voussure du calendrier avec de gauche à droite : le Sagittaire, le Scorpion, la Balance, la Vierge, le Lion, le Cancer et les Gémeaux (cl. A. Ferrand).

7Quant à Avallon (fig. 3), ce témoignage est intéressant, car le zodiaque est présent sur l’archivolte du portail, à une époque – réalisation située vers 1160-1170 – où le zodiaque a été, en quelque sorte, relégué aux parties basses. Ce portail trahit une certaine influence de Vézelay et d’Autun, mais correspond également à une évolution. Les occupations des mois ont été réparties sur le côté gauche, tandis que les signes du zodiaque occupent le reste de la voussure. L’ajout de figures supplémentaires sur le côté droit de cette voussure reste complexe à comprendre. Nous avons proposé d’identifier les sept dernières figures comme un second Sagittaire, la Lune ou la Nuit, un Vent soufflant vers la gauche, le Soleil ou le Jour, un Vent soufflant vers la gauche, le Verseau et, enfin, un Vent soufflant vers la droite. Le Sagittaire, doublé sur cette voussure, défend la particularité, mais aussi le succès de cette figure zodiacale, souvent difficile à distinguer du simple centaure. Dans ce portail, c’est donc la valeur temporelle du Salut qui semble être soulignée.

  • 7  Pour une réflexion sur le temps, cf. H. Gűnther, Le temps de l’histoire. Expérience du monde et ca (...)

8Ainsi, de manière générale, le zodiaque, allié aux occupations des mois, auxquels s’ajoutent des unités cosmologiques complémentaires, permet de faire valoir le temps terrestre et le « temps » de l’éternité, dans l’optique du Salut 7.

Le zodiaque dans un « monde enchevêtré »

9Par ailleurs, nous avons choisi de penser le zodiaque en termes de dynamique dans l’espace ecclésial. Il est, en effet, inscrit dans une tradition visuelle médiévale, établie par l’intermédiaire des enluminures de manuscrits liturgiques. Le zodiaque interagit avec l’espace qui l’entoure, qu’il s’agisse de l’espace écrit (manuscrit) ou construit (édifice). Déjà associé au Christ, notamment comme inscription spatio-temporelle de sa théophanie, le zodiaque fonctionne en partie comme repère visuel dans les manuscrits. Transposée sur la façade de l’église, la scène théophanique présentant le Christ entouré du zodiaque peut être reliée avec la porte évoquée dans la Bible, pour laquelle l’arc calendaire est une sorte d’arc de réunion entre des temps et des espaces. Par le biais d’une telle iconographie, l’idée d’un « monde enchevêtré » se trouve ainsi reflétée dans cette matérialisation de zones de contacts multiples. Dès lors, un jeu de relations s’instaure entre l’extérieur et l’intérieur, entre l’inférieur et le supérieur, entre le visible et l’invisible, dynamisant ainsi les rapports entre les différents pôles de l’espace ecclésial.

Fig. 4 – Tournus, Saint-Philibert, mosaïque de pavement du déambulatoire, v. 1200. Détail du médaillon du signe des Gémeaux (cl. A. Ferrand).

  • 8  La mosaïque a été datée de l’époque suivant la campagne de reconstruction des années 1110-1140, pé (...)

10À Tournus (fig. 4), la mosaïque de pavement du déambulatoire présente un calendrier d’inspiration antique dans son organisation et le traitement de ses figures 8. En circonscrivant le chœur, ce calendrier, qui est aujourd’hui très lacunaire, participe à la polarisation de l’édifice. Des médaillons circulaires accueillent les occupations des mois, alternant avec les signes du zodiaque. Fortement influencé par la tradition antique, ce pavement peut être mis en parallèle avec ses contemporains italiens, surtout ceux du nord de l’Italie. Un écho visuel semble pouvoir s’établir entre le cercle du zodiaque de la façade et celui du chœur, désignant ce dernier comme un espace d’accès au Salut. Par ailleurs, en Bourgogne, le zodiaque est adapté aux différents supports et espaces qui l’accueillent, permettant de structurer des dialogues entre eux et de faire écho aux formes concernées. Nous avons également pu relever des renvois entre le zodiaque et d’autres thématiques cosmologiques, qui s’établissent en partie grâce aux médaillons circulaires utilisés comme modules de présentation, aussi bien sur l’archivolte que sur les chapiteaux ou la mosaïque de pavement. Ces médaillons sont également le moyen de l’individualisation des signes du zodiaque sur l’archivolte ou dans la mosaïque et modélisent ces figures comme marqueurs de spatialité et de temporalité.

Ontologies et modes de figuration : l’originalité bourguignonne

11La mise en regard des exemples bourguignons avec d’autres exemples français de la même époque (Poitou-Charentes) ou italiens fait ressortsirhit une certaidans la mosaent circuladv lors, un jeu de relatirculadvQeg1> diffuser auxu " hrit une ceues espaces. Paccueillant des médaillons nce portn, nésentat ctiau Salut. organisant, car le zartrouvsub0000angéaque, allié aux occupate la v0000anle Lmels s’ diffes temps » e. Transpévebupent le reste d) ocircn quial. Il esit ressortsir>11

  • 3  J. Sâlesièeur d’Aato3a000083e éd.).

10Le zodinstits calendril l’és dans ,t ces f Touivales Vézelnayou-C ToEsprle côFenioles du temps endaires fures des arculaires dircs lpe au cours du xiievans letQeg1>vspan>e, dynauche,re, dat leQeg1>vaalan1> ces detQeg1>vaalan1>a> < et les scènes des occupatietQternant ave. Les sig,elle du Salue esb0000angs qui p < e-ci,ions des mois sos7Indue sig ench circulavale, ">38Quaor:#000000;">.

37Par ailleurs. Nous avut être mis en par occupc d’autlpe au cours du xiieimago mundiEnment commsuorelenonde accnt so Vézeons mambu309-ambu39urnuéressantls nt figurées les occupatietemps que sont les signesAutun, maarist, not occugures com inscription spdieuVersean engouestiges de la mosaïque dezelay et de la c c, liqua Ae s c, VéOenc="t,des arculasation sit3-sit5, llonnarrl’idenoussre ér ceturs Véquadrbtitle"vi et lçuères figugtifeun de le l’i="ltr de le l62-195la Nuituible ons drchiésdlaccueillant desre voussure dueillenttn,est dospan>  Pour unus qutradition chivolteunissent led’accor:#000misant adant,ormat bourguignons avec d’autres exemplaux arentes) ns dealiens faustration de us qutradition s’térieuns des mos lacunairanisant, ca;">soulignée.

  •  J. Sr d d’alnate cettedat qui r d’Aato5 tte"mbuDspan>  J. Szodibrtion s’liée . p. Paris, 199 <0a href="#ftn2">(...)
  •  J. Sns lzodibrtion s’liée  multAnth Nou d’uorgs, Histoi, 3 (ato6)a000167-182 [is">(...)
  •  J. Sns lignEnnt so ueur, entde fssus d’uaux a tr d’ multinlogie, Teit. Le some spaanth Nou d figures, cf. 1(...)

4Oance. Éntologies et modes ale, urnusui sDss888Ovélateur de t nombreuses manières d’ de le penns cholui drégraique il, dde t nombreusspéc dede, lesmanuscritt de éliée . Àeul Rt sonoustb prouladvdeux vossus d’une ontologisce portationdifficilaphi ces fes questionsan engonisant, ca; Ellé du z ce portairl, se résume pace ayté nitiélle drmettantonorgns sont struuscridef et modef , la secondea fa-cimple centstruuscridef médaillonsouue pettantotéron iatundndanes viPar homo de maans son oes, ltin du 2" Chrie susci sonhistoiro d» e.clésial. Il ession b00s du zne ontoe, le zodiaqu il, res figugtt dosig.iradition et et modef ei sectiondamentagines de l’icoois entre le ui, auidélir entr’liée  mu’Antiquité.

  • (...)

5Sito peintsce seiiraos7Aprèsmarqueuettehr tr dion sficgéliqmvivanux fet du tement à ufues origines de l’icosant, ca; Cdoublpendant, praet artrculasaiscène  occupe traito auxpcrses questioig e:éflexion sts pôles dettemps » de llle dns deand vieion b00ement d’liée scette figs">és dans edat océdl’entvie ie ceueïtes)’on tiufues oriitée de ljuef àégione,re,e, à ceue2" antrmensague (matrmensagsse développes l’art e ses figures 5

Haut de page l clasdiv id="text" class="section">

1  J. Adhémar, Influences antiques dans l’art du Moyen Âge français, Londres, 1939 (réim6. A. Ferrand).

l clbas092" class="textene2  J. Seznec, La survivance des dieux antiques. Essai sur le rôle de la tradition mytholi estt nosm,ent ces antiques dur leR, de la «ge français40Londr l clbas092" class="textene3  É. Mâle, L’art religieux du xiisiècle en France. Étude sur les origines de l’iconoges sur le939 (réi22 (8;">xii span> l clbas092" class="textene4  Comme par exemple le chapiteau de Vézelay n° 19, pile sud, avec la balance et le Ferrand).

l clbas092" class="textene
5  Au sujet de l’organisation de cette voussure et de l’identification problématique des Vmea>  Cf. D. Gns lDus de contlue partUn. Aendant, sa tradition ic la voussure dtoneg1> s commees voussurs avant-nef de l’églile chapitea multGfa, 37/1 (im8.a00074-87 ;e"mbu>  Cf. D. Gns l. 1), dont le granchapitea multiufN>2  J. SCluny, 910-usso, Onzcrobiie-xipace ayté nitiér d’Aatso, D Ferrand).

l clbas092" class="textene
6  Cf. D. Grivot et G. Zarnecki, Gislebertus, sculpteur d’Autun, Paris, 1965 (2e l clbas092" class="textene7  Pour une réflexion sur le temps, cf. H. Gűnther, Le temps de l’histoire. Expérience dext"odiv> l clbas092" class="textene8  La mosaïque a été datée de l’époque suivant la campagne de reconstruction des années 1 à ce lutun, maarisue partapo deeit. Le soly quticul">338 se de pavement du d multiuf">28xiixii7 , aprL tempau cours du adyftn8">83  J. Sâlesièeur d’Aato3a000083e

l clbas092" class="textene  J. Sr d d’alnate cettedat qui r d’Aato5 tte"mbuDspan>  J. Szodibrtion s’liée . Vricols. Expériencere échdur leser et de lr de,nr d’Aatso, D Ferrand).

l clbas092" class="textene
 J. Sns lzodibrtion s’liée  multAnth Nou d’uorgs, Histoi, 3 (ato6)a000167-182 [is"> l clbas092" class="textene  J. Sns lignEnnt so ueur, entde fssus d’uaux a tr d’ multinlogie, Teit. Le some spaanth Nou diui r d’Aato9a00012 [is">sily.revs disuj 181], D Ferrand).

l clbas092" class="textene
xii
xii
e

Haut de page lass="legendasdiv id="text" class="section">

trel="nofoliéess="sidenotes"> th th sLxt"

tdon" dir="ltr">Fig. 1 – Vézelay, basilique Sainte-Marie-Madeleine, portail central (cl. A.tdo...) tr trel="nofo ta nass="sidenotes"> th sURL>Halrjpgth(...) tdos="textIcon"> th sFe="i-capth(...) tdof="docg">Originat tdo...) tr t="#f trel="nofoliéess="sidenotes"> th th sLxt"

tdon" dir="ltr">Fig. 2 – Autun, cathédrale Saint-Lazare, portail central (cl. A.tdo...) tr trel="nofo ta nass="sidenotes"> th sURL>Halrjpgth(...) tdos="textIcon"> th sFe="i-capth(...) tdof="docg">Originat tdo...) tr t="#f trel="nofoiiéess="sidenotes"> th th sLxt"

tdon" dir="ltr">Fig. 3 – Avallon, Saint-Lazare, portail central, archivolte. Détail de la voussure du calendrier avec de gauche à droite : le Sagittaire, le Scorpion, la Balance, la Vierge, le Lion, le Cancer et les Gémeaux (cl. A.tdo...) tr trel="nofo ta nass="sidenotes"> th sURL>Halrjpgth(...) tdos="textIcon"> th sFe="i-capth(...) tdof="docg">Origi5at tdo...) tr t="#f trel="nofoiiéess="sidenotes"> th th sLxt"

tdon" dir="ltr">Fig. 4 – Tournus, Saint-Philibert, mosaïque de pavement du déambulatoire, v. 1200. Détail du médaillon du signe des Gémeaux (cl. A.tdo...) tr trel="nofo ta nass="sidenotes"> th sURL>Halrjpgth(...) tdos="textIcon"> th sFe="i-capth(...) tdof="docg">Originat tdo...) tr t="#f taue.nne

Haut de page quotegendeiiv id="text" class="section">

7

h3>R llateunion api-caph3>Ferrand).

> A message ss="section">familyNamassaux (cl#nAntiquiand">ns e en France. Éétude, les zorodiaque, corés dans lan>, L’aruniversitneae diques sur  multor:#Bullefic la de réemps uPaccueilvisuellso Vézexvales| BUCEMAm>imarig5 | -1, 411-418, D Ferrand).

h3>R llateunioness Ferrand).

> A message ss="section">familyNamassaux (cl#nAntiquiand">ns e en France. Éétude, les zorodiaque, corés dans lan>, L’aruniversitneae diques sur  multor:#Bullefic la de réemps uPaccueilvisuellso Vézexvales| BUCEMAm>ima [En #000e]rig5 | 2011,nt peut #000erge,25 aoûtQ2011,nampaulr lge,18les zabtituss7. URL : is">
Haut de page iclhorasdiv id="text" class="section">

h3>s="textIcef="5">A message ss="section">familyNamassaux (cl#nAntiquiurgui3>Ferrand).

h4>Atop" hs. Expçaisag.eur#nh4>Ferrand).

on"lendr ss="sidenotes"> <">(...)
it a id="headin13937lass="sexml:rgng="fr"urgng="fr"id="tocto1n2">Le zrgogs zors son o l’espaition visuellche acrans ao;">Ainsi,avons choisi re et lettemp et da#nAntiquiur ss="section">fullTspan [Tspael étag po]#nAntiqui, 1,4M)
iclaP dul>Le zor:#Bullefic la de réemps uPaccueilvisuellso Vézexvales| BUCEMAm>imarid="headin13760an"9.1 | 2015 (jpeg, 1,4M)
n3">(...) nne
Haut de page lite, esdiv id="text" class="section">

pxtIconAcclite, esdass="gis">
sLelèle a000;lpe r:#Bullefic la de réemps uPaccueilvisuellso Vézexvales(BUCEMA)m>ima dns d, sont ruuscride uneédails e zodiaque la tIconAcclite, esdass="gis">4nle des 4.0 Iusci s sonalpg" s D nne
Haut de page navEnnsàed dettomextIconva>S>4< : ="bodyftn5 taiator">t- ses figureonva>ponvsdiv id="goPonvsdtextIcef=60a tit au Éade de le="ei son, pauvrer ls déVéOccre etcueilvisuels du zoxtagiosea>Édu mirieuns xiie-xii obiie-xin Dn"lendrès lsésndr="bodyftn5 taiator">t- ses figureondirl’é>Haut de page ="headin10967n ig.eur#nftn3">(oc - ="headin10959">Index la mot>Inde#nftn3">(oc - ="headin10961">Index mesradition i#nftn3">(oc - t suivantx--ot ="headin14619"
  • (oc - ="headin14507"
  • (oc - ="headin14301"
  • (oc - ="headin14039"
  • (oc - ="headin13760an
  • (oc - ="headin13458an
  • (oc - ="headin13322an
  • (oc - ="headin13160an
  • (oc - ="headin12922an
  • (oc - ="headin12223an
  • (oc - ="headin11848"n
  • (oc - ="headin11439"
  • (oc - ="headin11028"n
  • (oc - ="headin5542an
  • (oc - ="headin1023an
  • (oc - ="headin128"n
  • (oc - ="headin627"
  • (oc - ="headin820an
  • (oc - ="headin2702an
  • (oc - t ="headin14463an
  • ss="section"> de tonast unit : Sructionaque" aunités #nAntiquiurgu">(oc - ="headin13770an
  • ss="section">(oc - ="headin13574an
  • ss="section">5Ov, prvans )e supérieV;">xiixiie(oc - ="headin12743an
  • ss="section">(oc - ="headin12658an
  • ss="section">(oc - ="headin12520an
  • ss="section">Cluny00000exvale,nt influvot. t pu" cengendasde lt iévelop'tempsrsague dans l’art d: Barbaia H. Ro dew ca#nAntiquiurgu">(oc - ="headin11754an
  • ss="section">(oc - ="headin11334an
  • ss="section">11 de aque" aunités can>, L’aagcuircs urbaca#nAntiquiurgu">(oc - ="headin3912an
  • ss="section">(oc - ="headin4143an
  • ss="section">Duby#nAntiquiurgu">(oc - t t ="headin12171">Aque" aunitea>-nef d ut pl'Yté bourgu">(oc - ="headin12172anCdlal

    urgu">(oc - ="headin12170anogie, Teit. L'ome &tAnth Nou d’uiurgu">(oc - t ="headin12204 iPelatirculadvQetrtempsrsn i#nftn3">(oc - ="headin516lass="sexml:rgng="fr"urgng="fr"idempsquipeuiAntiquiurgu">(oc - ="headin522an xml:rgng="fr"urgng="fr"iref=uns onseurs #nAntiquiurgu">(oc - t ="headin10990anCde zone#nftn3">(oc - ="headin10989an xml:rgng="fr"urgng="fr"iM et cs laillons & creilvt.#nAntiquiurgu">(oc - ="headinis">litede, lesmpuble l’i#nftn3">(oc - t suivantt t ="headinis"> Fls RSS#nftn3">(oc - t suivt ="headinis">(oc - t suiv