Navigation – Plan du site
Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés - ARTEHIS
Parutions 2011-2012

Saint-Étienne d’Auxerre. La seconde vie d’une cathédrale. 7 ans de recherches pluridisciplinaires et internationales.

Référence(s) :

Saint-Étienne d’Auxerre. La seconde vie d’une cathédrale. 7 ans de recherches pluridisciplinaires et internationales
Christian Sapin (dir.)
Paris, Centre d’études médiévales Saint-Germain/Picard, 2011
528 p.
ISBN 978-2-7084-0918-7
80 €

Table des matières

Compte rendu par Philippe Plagnieux

Il s’agit là véritablement d’un livre monument – tant en raison de son format et de son épaisseur, que par la qualité des textes et l’abondance de l’illustration en couleur –, méthodiquement conçu en arborescence et dont les cinq parties se ramifient en chapitres, alors même que certains se divisent en plusieurs contributions, parfois rédigées à quatre ou même à six mains. La simple énumération des titres de chapitres permet de se rendre compte du foisonnement et de la richesse de la matière traitée par cet ouvrage. La première partie, La cathédrale dans la ville, compte six chapitres : « Auxerre au xiiie siècle », « La cathédrale, un bien commun ? », « Ecclesia sine populo : quelle liturgie dans la cathédrale ? », « Étude documentaire sur les portails », « La façade » et « Le dossier iconographique ». La deuxième partie, L’architecture, se divise en quatre chapitres : « Le chantier médiéval » (trois contributions), « Le chœur » (deux contributions), « Les charpentes » (deux contributions), « Entre portails, nef et transept » (cinq contributions). La troisième partie, Les matériaux, rassemble quatre chapitres : « Approches archéologiques des couvertures », « La pierre : nature et approvisionnement du chantier », « Le métal selon l’archéologue et l’archéomètre », « Le métal et la mise en œuvre des parties sculptées ». La quatrième partie traite de la sculpture (quatre contributions), du décor peint (une contribution), des vitraux (trois contributions). Quant à la cinquième et dernière, Le chantier aujourd’hui, elle expose les principes et la nature des restaurations entreprises par l’architecte en chef des Monuments historiques responsable de l’édifice.

S’il n’est pas possible en quelques pages de rendre compte de chacun des nombreux apports des trente-deux auteurs et des trente et une thématiques abordées, la parution de cette somme, qui renouvelle le genre, invite naturellement à une réflexion sur la monographie d’architecture. Depuis quelque temps, on assiste à la multiplication de ces monographies faisant appel à des équipes de spécialistes les plus divers, où chacun apporte son expertise. On se félicitera à cet égard de l’ambitieux projet conduit par la collection La grâce d’une cathédrale aux éditions de La nuée bleue, qui projette de couvrir la France des cathédrales, en convoquant, pour chacune d’elles, les auteurs les plus reconnus.

Le projet du présent ouvrage consacré à la cathédrale d’Auxerre est cependant bien différent. L’introduction de Christian Sapin constitue un plaidoyer pour le décloisonnement des disciplines, telles qu’elles se sont définies à la fin du xixe siècle ou au début du xxe siècle, et un appel à la collaboration entre spécialistes, ayant parfois recours aux approches et méthodes scientifiques les plus en pointe, tant dans le domaine des sciences humaines que des sciences dures. Comme il l’écrit, il a été nécessaire de « casser les murs de notre discipline ». Par rapport à d’autres monographies aux intervenants multiples, dès le départ, l’intention était, par une convention sur sept ans (de 2001 à 2008), entre la ville et l’État, et en profitant des opportunités offertes par les campagnes de restauration programmées, d’entreprendre une auscultation la plus complète que possible de la cathédrale, jusque dans ses recoins ordinairement les plus inaccessibles. Le monument a donc été livré au scalpel des historiens, historiens de l’art, praticiens (restaurateurs, charpentiers, géologues, architecte en chef des Monuments historiques), archéologues, archéologues du bâti, mais aussi des géo-archéologues, archéo-métallurgistes et spécialistes de l’archéo-dendrométrie ; autant de désignations plus ou moins énigmatiques qui témoignent de disciplines nouvelles, qui se définissent sous nos yeux en exploitant toutes les possibilités que proposent les outils d’analyse actuellement à notre disposition. Il en résulte une monographie plurielle, décomplexée dans sa forme, qui renouvelle en profondeur le genre, en laissant la liberté de parole aux divers spécialistes sans chercher à formater le discours dans un moule convenu ; un ouvrage qui ose faire dialoguer tout à la fois les représentants des disciplines traditionnelles de l’histoire de l’art avec ceux des sciences dures.

On souhaiterait que ce genre d’entreprise pluridisciplinaire, missionnée pour suivre les campagnes de travaux sur le long terme et concernant des édifices aussi importants, en associant plusieurs administrations, puisse constituer un modèle pour l’avenir, mais je crains, sans pessimisme exagéré, qu’il s’agisse d’un vœu pieux. Quoi qu’il en soit, ce livre magnifique fournit l’occasion au médiéviste que je suis de rendre hommage au Centre d’études médiévales d’Auxerre et à son dynamisme hors du commun, qui, là, comme à l’occasion d’autres études, a, depuis plus de vingt-cinq ans désormais, considérablement œuvré avec compétence et à travers une production imposante pour le renouvellement de notre connaissance du Moyen Âge.

  • Logo Centre d'études médiévales d'Auxerre
  • OpenEdition Journals