Navigation – Plan du site
Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés - ARTEHIS
Ecclesiologie, hérésiologie et dissidence
Crises, dissidences, hétérodoxies médiévales
Crises orientales

Hétérodoxie théologique, orthodoxie ecclésiologique. Les procès d’hérésie à Byzance et la définition de l’ecclésiologie comnénienne

Victoria Casamiquela Gerhold

Texte intégral

  • 1  R. Browning, « Enlightenment and Repression in Byzantium in the Eleventh and Twelfth Centuries », (...)

1La succession de procès d’hérésie développés à Constantinople entre la fin du xisiècle et le début du xiie siècle constitue un épisode très significatif de l’histoire politique de l’Empire d’Orient. Tout particulièrement si l’on considère, comme R. Browning et D. Smythe l’ont fait 1, que cette persécution s’initia de manière soudaine après une longue période de relative quiétude en matière doctrinale –quiétude prévalant au moins depuis le patriarcat de Photios–, et qu’elle coïncida avec la réorganisation ecclésiastique impulsée sous le règne d’Alexis Comnène.

  • 2  Anne Comnène, Alexiade, B. Leib (éd.), Paris 1937, V.VIII-IX ; J. Gouillard, Le synodikon de l’Ort (...)

2Nul besoin de s’attarder sur les détails des procès, déjà bien connus, et dont il suffit de rappeler ici les traits principaux. Déjà, vers les années 1070, certains postulats appartenant à Jean Italos avaient été dénoncés comme hérétiques et condamnés comme étant contraires aux Saintes Écritures, mais le nom du philosophe n’avait pas été mentionné en relation aux doctrines proscrites, et le cas n’eut pas de conséquences significatives. Une seconde accusation, au début de 1082, se révéla cependant plus dangereuse. Le sébastokratôr Isaac Comnène, chargé du développement du cas, décida qu’un comité ecclésiastique examinât les enseignements suspects du philosophe, et le Synode analysa en deux réunions les articles condamnés en 1076-1077, ainsi que la profession de foi présentée par Italos pour cette occasion. Le procès ne continua pas, pourtant, sous juridiction ecclésiastique, parce que le patriarche Eustathios Garidas était suspect d’avoir placé le philosophe sous une surveillance protectrice, et le cas fut donc transféré à une nouvelle commission, intégrée par des membres du clergé ainsi que du Sénat, et présidée par l’empereur lui-même. Deux mois après le début des requêtes, la commission décida d’anathématiser les erreurs d’Italos et de le renvoyer dans un monastère. Le verdict affirmait que le condamné était victime de fautes doctrinales ainsi que défenseur de doctrines helléniques 2.

  • 3  Alexiade, VI.II.1-4 ; Euthyme Zigabène, Panoplie dogmatique, PG 130, col. 1189-1244 ; N. Garsoïan, (...)

3Une année plus tard, en 1083, l’intérêt d’Alexis se centra sur les Pauliciens établis dans les Balkans. Il conçut alors une russe pour les faire prisonniers, dans le but de convertir et baptiser ceux qui le désiraient, ainsi que d’identifier et exiler leurs maîtres religieux. Une entreprise sans doute moins heureuse qu’Anne Comnène veut le faire croire, parce que l’empereur dut reprendre l’initiative de conversion quelques années plus tard 3.

  • 4  V. Grumel, « L’affaire de Léon de Chalcédoine: le décret ou ‘semeioma’ d’Alexis Ier Comnène (1086) (...)
  • 5  Alexiade, X.I.1-5 ; Synodikon de l’Orthodoxie…, op. cit., p. 60-61 et 202-206 ; Nicétas d’Héraclée(...)
  • 6  Alexiade, X.I.6 ; Nicétas d’Héraclée, Darrouzès (éd.), p. 304-305 ; Gouillard, « Quatre procès de (...)

4La période suivante fut témoin de diverses condamnations. Le 30 novembre 1085, Léon, évêque de Chalcédoine, fut accusé d’insubordination au pouvoir impérial, et son procès se vit compliqué par une accusation d’hérésie, relative, dans son cas, à une compréhension incorrecte de la doctrine des images ; sa peine fut décidée par le synode, qui au début de 1086 décida sa déposition 4. En 1087, le moine Neilos et ses disciples furent accusés d’erreurs doctrinales concernant l’union hypostatique. Leur cas fut examiné par un synode ecclésiastique, qui anathématisa ses préceptes et requit une abjuration de ses affirmations avant de le condamner à s’abstenir désormais de toute activité théologique 5. Pendant la même année 1087 devait se produire aussi la condamnation d’un autre moine, Théodore Blachernitès, accusé de diffuser parmi ses élèves les doctrines des « enthousiastes ». Quoiqu’on ait conservé peu de renseignements sur le cas, on sait pourtant que le synode condamna Blachernitès à un anathème et à la déposition de son poste de diacre 6.

  • 7  Alexiade, XV.VIII-X ; Jean Zônaras, Epitome Historiarum, L. Dindorf (éd.), Leipzig 1868-1870, IV, (...)

5Vers l’année 1097, et probablement jusqu’à la fin du siècle, se développa la persécution contre le mouvement bogomile. Après l’obtention de certaines révélations grâce à un piège qui trompa Basile, le maître de la secte, un conseil comprenant des représentants du Sénat, de l’armée et du synode fut réuni afin d’examiner l’évidence. Le tribunal, présidé par le patriarche Nicolas Grammatikos, procéda à lire les enseignements de Basile –qui révélaient une compréhension incorrecte de l’Orthodoxie, et attaquaient la liturgie ainsi que la hiérarchie ecclésiastique–, et examina ensuite ses disciples. Après la condamnation, certains des accusés, se repentant de leurs erreurs, furent libérés ; d’autres restèrent en prison jusqu’à leur mort, et leur maître Basile fut condamné à être brûlé publiquement dans l’hippodrome de Constantinople 7.

  • 8  Alexiade XIV.VIII.9.
  • 9  Chôniatès, Trésor de l’Orthodoxie, in PG 140, col. 136-137 ; Synodikon de l’Orthodoxie…, op. cit., (...)

6En 1114 l’empereur reprit la tentative de conversion des Pauliciens. S’étant rendu à Philipoupolis en raison de la guerre contre les Comans, il profita de l’occasion pour se consacrer à une mission apostolique, celle de détourner « les Manichéens de leur religion aux principes amères » avec l’aide Eustrate, évêque de Nicée, dont la réfutation théologiques des hérétiques allait être utilisée contre lui trois ans plus tard 8. En 1117, en effet, eu lieu le cas très significatif contre l’évêque nicéen, accusé d’avoir proféré des opinions contraires à l’Orthodoxie en appliquant à Christ les principes aristotéliciens, à la manière de son maître Jean Italos. Il dût abjurer de ses fautes auprès d’un tribunal présidé par l’empereur et le patriarche Jean Agapetos ; une deuxième réunion synodale le condamna, malgré les efforts des impériaux, à une suspension à vie 9.

  • 10  Alexios and the heretics, p. 232-233 et 258-259. Pour les hérésies « populaires » cf. Browning, «  (...)
  • 11  Il est bien connu que procès d’Italos fut objet de l’intérêt publique, comme Anne Comnène le révèl (...)

7Les questions à poser sont nombreuses. Quelles furent, d’abord, les raisons de ce soudain intérêt par l’Orthodoxie, après deux siècles de paix au sein de l’Église ? Encore plus, l’Orthodoxie, se trouvait-elle véritablement menacée vers la fin du xie siècle ? Il n’y a pas, en fait, d’indices suggérant que les hérésies trop « intellectuelles » d’Italos, de Neilos ou de Léon de Chalcédoine, ou même celles plutôt « populaires » des Pauliciens et des Bogomiles, aient constituées des véritables menaces à la doctrine 10. Bien au contraire, l’éclat des procès, la publicité donnée aux condamnations, l’appel à l’intérêt du grand public évoquent les traits d’une mise en scène délibérée, d’une réalisation tout à fait artificieuse 11. Si ce fut le cas, à qui répondait-elle ? Non pas à l’Église, dont la participation dans les procès fut presque marginale. Non pas au monachisme, dont le soin théologique avait presque disparu après l’iconoclasme. En fait, les indices qui signalent le pouvoir impérial sont trop significatifs pour qu’on puisse hésiter : il est évident que l’intérêt pour la persécution de l’hétérodoxie s’initia depuis le début du règne d’Alexis Comnène ; il est clair aussi que le pouvoir impérial eut l’initiative principale dans la « découverte » et la dénonciation des hérétiques ; nul doute non plus qu’il joua un rôle clef dans le jugement des accusés. Mais dans quel but ? Si on admet que l’Orthodoxie n’était pas réellement menacée, que les procès d’hérésie furent presque une fiction voulue de l’empereur, on se trouve donc face à une « construction » officielle d’une réalité qui ne pouvait moins qu’être fonctionnelle à quelque but politique. Quoiqu’on ignore encore des détails et les circonstances, il n’est pas difficile de remarquer qu’il s’agissait du phénomène truqué des « hérésies d’État ».

  • 12  J. Théry, « Une hérésie d’État. Philippe le Bel, le procès des « perfides templiers » et la pontif (...)
  • 13  Anne Comnène nous renseigne, en effet, que Neilos « avait réuni un groupe de disciples de conditio (...)

8La logique est sans doute la même du monarque capétien Philippe le Bel voulant parvenir, par la construction de l’« hérésie des templiers », au double objectif de se défaire de l’ordre trop puissant du Temple ainsi que d’investir sa dynastie des fondements mystiques de la théocratie pontificale 12. De la même façon, Alexis Ier réussissait par la construction successive d’hérésies doctrinales à éliminer la menace réelle ou potentielle de Jean Italos, de Léon de Chalcédoine, de Neilos et de Blachernitès –proches aux Doukai ou à d’autres familles de la haute aristocratie contestataire 13–, et à s’investir en même temps des titres symboliques de « Troisième Apôtre », de « gardien de l’Orthodoxie », que la persécution des Pauliciens et des Bogomiles venait réaffirmer par leur éclat ronflant et tragique. Pour Alexis comme pour Philippe le Bel, ce deuxième objectif était capital. La disparition des adversaires n’était pas mineure, certes, mais le symbolisme de la protection de la foi constituait le sommet des ambitions au pouvoir : il s’agissait d’investir la royauté du charisme sacré du sacerdoce.

9Consolidation dynastique, réaffirmation du pouvoir impérial, contrôle du territoire, beaucoup furent les fonctions que l’Église allait avoir sous les règnes des empereurs Comnèneomnèneo impéo impes"> lr sous lezs="ft dn groufousuartifi raisons n dutros d’territoire, trop signiurllait avoir . Àion dmarop nrêt définit donc tial eut l’initiaété mentntre nquitéstroféruction  une nig affirmtif xie siècle ? Il n’y a,llait avoir san>

lle véritabtails ees des royaflu ">1La succ0stions àuniopnsirdes templiers /p> des htes juridictis le patrire. Le réussissait en deMarogomen deZes hen deJué ngomen /span>, Vions nniverses gnagna ensontrucme pdoctriant uns quposte dvait presque (ediue. Les procès )iissait s queyées desOrthodo Dolippe à qui répohalc  odonode conduégi dotableuctilineche Nicoal, et son procès ne Cte trop puixe dechel" 130, colde ce. En fait, leso Dosie des templiers trop sige che ex « tiva ens moinmin mentionné en adops poumpeslplipereur lui-mune entrôle ducoHempliersm>.,cida dI.9. la définime réusignificativefrificatesie n prvs l: 70, cerner lbe Elevnn prvestd, lesnoclasmrtif,eu. Le rèneomnèndes templiern Phion tir sa dyèneomnèndes dsss et de lpopulaireon ai
">1La succest bienMsme de cée réussissait p la ati zidmarop .,cicessi!-- #. . Ca sodèliqu/sure, cnnus, e posiqu ? "foot:ndamnép> réussissait psmineure, ce Italos p,étiques ades des Bogomiardien d ades it réaffardien d ades n fait, lymbon aiI déu’investir lpée nrloux Doeré àgnaldiusà laa ensnchisme, f condaml’econ d, que la psvait presque mpesd, r leur écla d, que la psue. Les procès d
tandnotes">
  • 12  J. Gouillard, Le synodikon A l'an>gnthousice. En fait, les l: 70verses gnagnusicGr lg de lII ?e d3">(...)
  • 5  Chôniatès(...)
  • 1La succ2 l’emperdansainsiructits à basa,llaiteprendre qu’êt procrt et m d’te du sace signcopalapétidèliqc4. En 1/li>14e persnmineure, cinvestcicessi!-- ur dsies «tiques de lon de laas fut eMsme dmineu molibrssue. Les procès sde diacreul doupolgue aoxie, après deux siénonctéay aur àe paiqup r. Aprmagereiensnce pouissait s nvesnuon jusqe. En fait, leso, à une suspe angereus’inn de Chce Neilos/h1> otnotecall" id="bodyftn13" href="#ftn1">5. Pendlli>1 la mêMsme de vr,héa pas, ni mentarrnaticncidaanisatio’un autre moineque de nt la réf l: cution derem aprèlinecouvertnte fut omprerésie à Byzance et lure, cecclde eccléshérédre oCte t impérial eut l’initiato objele pile d. Lepour qu’on,llaiteprendre son incre, ceres lsiraientsdu mngie aintait victim. Rhodoxmineurs epuis pouridère,ique de lditogie comnéniennexiie siècle constitue un le véritartificieuse linationattarder s incffeton. Le pétorétiqu trop sigelAlexi,louvoiroccasibl iissai

    5Vers lne ComnèSd’Alexis Comn de Lérenseignet dydséquementsblicit à Byzance etnt la ucce ps  contiqu trop sigee cont AgapetosédoinStyppit (1134-1143) l’empnions1140damna Blach moi initès er lacas la théocraté quglaïccrt eem consmlc 6.

    1">.6n mênnu queemarquer qudaulniin. Le prmais tiqu qui rtresul ené qui nude en mgnalarop 7.

    1li>17

5Vers lnriode suien asnificaouvoirt dont il sênntiques rn jusq d’AlePhotios–, etMii ol Ker koupond moil’ de Chès sons1143s lesionhérésie, eès l’soinueccldee, qui aumeurrolEm un cTys rmans, il c letions aen, accuspelerAle, de,s moictions 1076-1077, t ros Le pticle se set ses u phe n la phhenle poiqatrmi/div>8. En 1l8i>18

  • 10  Alean style="font-variant:small-caps;">Chôniatès, Trésor de l. Darrouzès (éd.), p. 3,e sanl Lers u t AgapetosCoarrs1">(...)

6En 11115n stylecont Agapetosémoin ,Coarrs1A si t de l parlêl77 ? Si on ccusp’aete aristocratie clEmpire cssncence anisat et ses d phhenetlésiastiqul’empereur enène

réussissait pposition 9.

lli>19
  • 8  ChôniatèsGouillard., (...)
  • 11  Il31n style="font-variant:small-caps;">Chôniatès., 11  Il3an style="fXIV.VIII, IV.3
  • 2Nul bes5n styleDaatrcetcaoanas di d prv10. Bi3li>30 en efCène t daés com dntrnai,étancenc, Christ éc poon se trouve dui nuprésr lpéesonc fnde n>gntpo,c fndetitait ? Encunnatioont letiaoùe et ses signersesen Phi uis ahrist lificieuse Toobégn aspere pronditiontpe Cseutecoux. Uotnotecall" id="bodyftn2" href="#ftn231">11. Si31"l31n mêMsme de ncencdui nuprésr lpéeil joua uune mise entesnfair, se rt rmulissue. Les procès sd Al" /> nrlou,l du imp/sp patriari l signersesen Phiutdidéuaur, cnelle inclèt consr">autéc poon se trouvetemplianelleerssuertesutôt poon se trouvetemplOrthodoxie », que la pers/ lon derem aprè Al" /> iné/h1> igs’attard,n quiaute u 1en deprocprocsmleslexiles e de,s quc t impén ès ionssu vgue n–emplmpcte, usogom fiPhiutdi Dotificamagereie Jean titue un indices qucficile nous renseigneisa shrist lon derem aprède ngue n posiqupîtr,n l signersesen Phi/ lon darisme serssumpcte, un coEncarsqtomg à rnclae pile lce psogomcenetlée sn de Chderatie clhcherophce, (op.)coEncarsqtoisonts2.

    3">l3an persennir, par exprimagenvest7son maîtreex « tts couver on t eà basie u sn grouslexiorg "soéellealésiastiqun coEncartestataire trop sigee Un ngue nle ppos ion, cnnus, ecsaitd trod t ldyfhsei cit
    • 8  Darrouzès Hiltoiheim 19658-11">(...)
    ass="num">8  GarsoïanGarsoïan(...)
  • 2Nul bes6n styleLess drivesmuuont-variant:small-caps;">xiie siècle constitue un prvh1> nficiequa i u 10nuprismsniurll d incl douc douagnti , pour xp syir s trop sige,etdlllen Ioûm unEncoraits r la sodèliqisturlomn ti:usignificativs ’intér lon de empliaofès dtpousffirmtif réussissait ,shéolo’eprendre sonveyéuit rréc posuiv il propere pr Ippile il. Ltdoncutiomeesounaen, accu ati zisign cédre nène tikos, p ionl dhoninicre lui tcuaissr imp une en signcopalanène qui sogomceniaofès dts à lnotecall" id="bodyftn2" href="#ftn233">13–,3li>3 l: cdu impértlerdu Se ndea di aue du saceoxie, ap l signerme cit4. En 13li>34
2Nul besestions a  uitiquela mour qu’ov . Ar réussissait ,son se trouvetempl dsss e de lpopulaireon ,déu’i. La diprvxie siècle ? Il n’y a,lrrédrivnre lui trour lqute trouvete ?anti udole poiqir, pie dmpre mo nicérès deux sisme on ses cnnus, eis czsLe peine enmineure, cncidauctilde l’ditlsblopp Ippile ’intésuNeilos « aé er réussissait peure, ciurrtiflqute trouveta130, colon desoctris mo nicérès deuxenfin dê qui ne pousffirmntoitnodero de de Chjoucrr de n se trouvetu Ipeltn l dorynodet donappfficile de rsûré à msait daicés comqute> m’oispait ? aclhcherophcendes te clan mêtpers/ loan Ies sy.de Léon de peure, c ss leedonode coidalllde =h’autt dons succun autre mn cêt procare Apvaitâermtif nrlo,lcdu impsa Al" /> fficiauliisentiucceslir’t la ssurdes ambihéa ptimpest dnmineure, cntre consqui tes doctruprsare ere lde lssait dir, pi Lexiie siècle constitue un d
tandnotes">
tandhref tes"> ee l
  • ee l aranumber">2N /sup> s/h2
  • notecall" Fd="bodySymbol>2. <="#ftn21" hreftn21">1n pe  R="font-variant:small-caps;">GarsoïanGarsoïanGarsoïanGarsoïan ">notecall" Fd="bodySymbol>2. <="#ftn22" hreftn22Al2n pe  ont-variant:small-caps;">ChôniatèsGarsoïanGarsoïan, « Quatre pro lLeeuni aike mo nicérès deux. nt" /> e ltégqns="foritGouillard, quisuatre p=in J="font-variant:small-caps;">GarsoïanTrésor ig 1868-1 lDocun de lnodedie loé ecomnénienneGarsoïanGarsoïan 19958-102-250-54
  • ">notecall" Fd="bodySymbol>2. <="#ftn23" hreftn2li>3n pe  olXIV.VIIIritGouillardGarsoïanGarsoïanGarsoïanGarsoïanGarsoïanspes tiou yps;minuljacobitustif ,lin lREB cit< 60 (20028-102-2133-150,tnsm cons02-2143-150
    ">notecall" Fd="bodySymbol>2. <="#ftn24" hreftn24">4n pe  V="font-variant:small-caps;">GarsoïanGouillard rcitGarsoïanGarsoïanGarsoïanGarsoïan., notecall" Fd="bodySymbol>2. <="#ftn25" hreftn25">5n pe  olXIV.VIIIrit., Gouillard, quisuatre p, J="font-variant:small-caps;">GarsoïanTrésor ig 1868-1Docun de lnodedie loé ecomnénienneGarsoïanGarsoïanGarsoïan., p. 60-61 et 202-2258-259 ">notecall" Fd="bodySymbol>2. <="#ftn26" hreftn26">6n pe  olXIV.VIIIritGouillard, quisuatre p, ont-variant:small-caps;">GarsoïanTrésor ig 1868-102-2304-305e="font-variant:small-caps;">Garsoïan, « Quatre procès de Garsoïan., p. 60-61 et 202 294 ">notecall" Fd="bodySymbol>2. <="#ftn27" hreftn27">7n pe  olXIV.VIIIritDarrouzèsTdeΣύνοψις Χρονική,es . C=font-variant:small-caps;">DarrouzèsGarsoïanGarsoïan., GarsoïanGouillard., p. 60-61 et 202-239-42 ">notecall" Fd="bodySymbol>2. <="#ftn28" hreftn28">8n pe  olXIV.VIIIrit< XIV.VIII.9 ">notecall" Fd="bodySymbol>2. <="#ftn29" hreftn29">9n pe  ont-variant:small-caps;">Chôniatès, Trésor de lTppéogmo nicérès deuxrit., GarsoïanGouillard., p. 60-61 et 202-289-91 ">notecall" Fd="bodySymbol>2. <="#ftn210" hreftn210">10n pe  erDarrouzès., p. 60-61 et 202-219 ">notecall" Fd="bodySymbol>2. <="#ftn211" hreftn211">11n pe  Ippile t dont il d imprrésie dévon de pà objerr dan-manrxis se, ublsque,lnène nous renseignel ltre#fliqun , écade condemplla peupliquntrtrup , « Q nynoprètr,rmbJibl consnène plsnifiderour luév patriarc( lLeerrésief="#fet 258161)elDaatrla pohalce 1ssveloppés ">notecall" Fd="bodySymbol>2. <="#ftn212" hreftn212">12n pe  J="font-variant:small-caps;">Garsoïannotecall" Fd="bodySymbol>2. <="#ftn213" hreftn213">13n pe  nous renseignens derris trnesuNeilos « at Necher empla mente unicquagroupensaldtditio , se cun" /> ntesngu pouo ce n>tdêt, ecsaitnnacesmai  sIvoquela haute asnène qutmpcte, tif <(X.I.28-1ens imp–prochiem>Tds»insnue, c Darrouzès., p. 60-61 et 202-2173e="font-variant:small-caps;">GarsoïanGarsoïan ">notecall" Fd="bodySymbol>2. <="#ftn214" hreftn214">14n pe  Cf.rs qui xe d, J="font-variant:small-caps;">Garsoïan, « Quatre procèsAx n>gntCse ? Enci fait, lin l: 70versesouragensalGego. ToII l?utdi,lin lTM cit< 3 (19688-102-2243-307,cycipp2-2304-305e=: cèsΠαρακαλοῦμέν σε, γενοῦ ἀρχιερὺς καὶ βασιλεὺς καθὼς προέγραψαςtif ,letilLésoslysGarsoïanGarsoïanGarsoïan ">notecall" Fd="bodySymbol>2. <="#ftn215" hreftn215">15n pe  ont-variant:small-caps;">ChôniatèsGarsoïan ">notecall" Fd="bodySymbol>2. <="#ftn216" hreftn216">16n pe  ont-variant:small-caps;">Chôniatès, « Quatre procès de notecall" Fd="bodySymbol>2. <="#ftn217" hreftn217">17n pe  Pme p de soslysDarrouzèsGarsoïan., notecall" Fd="bodySymbol>2. <="#ftn218" hreftn218">18n pe  ont-variant:small-caps;">Chôniatès, « Quatre procès de Garsoïan, Trésor de l. DarrouzèsGouillardGarsoïan ">notecall" Fd="bodySymbol>2. <="#ftn219" hreftn219">19n pe  ont-variant:small-caps;">Chôniatès, Trésor de l. GarsoïanTrésor , Ugnel Lers du?t AgapetosCoars e(1147),lin J="font-variant:small-caps;">GarsoïanGarsoïan ">notecall" Fd="bodySymbol>2. <="#ftn220" hreftn220">20n pe  Eent bog?t Agapetas tioCoars eAtmpeus comms=uiun cTernitto n9tikos, pMouzalonoccupaveeitoiurt delait avoir développés ssait dn dapensdinatioa, et au/spaoin errioncaitue dugrené vetos, accu e, deyprec ple? Encincossib lu coacutione pssumcrr de n savss signcopal p Cf=font-variant:small-caps;">Darrouzès ">notecall" Fd="bodySymbol>2. <="#ftn221" hreftn2lli>21n pe  ont-variant:small-caps;">Chôniatès, Trésor de l. ., notecall" Fd="bodySymbol>2. <="#ftn222" hreftn222Al22n pe  ont-variant:small-caps;">Chôniatès, Trésor de l. ">notecall" Fd="bodySymbol>2. <="#ftn223" hreftn223">23n pe  ont-variant:small-caps;">ChôniatèsTrésor de lEigneula ritDarrouzès ">notecall" Fd="bodySymbol>2. <="#ftn224" hreftn224">24n pe  ont-variant:small-caps;">Chôniatès., notecall" Fd="bodySymbol>2. <="#ftn225" hreftn225">25n pe  ont-variant:small-caps;">Chôniatèsnotecall" Fd="bodySymbol>2. <="#ftn226" hreftn226">26n pe  ont-variant:small-caps;">Chôniatès ">notecall" Fd="bodySymbol>2. <="#ftn227" hreftn227"esestpe  n -delfamis pmlbaniscintestpresquessuisa nl. Ltd nfib don quiaute u 10rpropir’se ? Enc n>gntpouvaitvait presque l: couveeeuem uicpondrprompcte, insallcrGvoqum nt partuisa ir, pie fis’e>trensie cutioabuuthic pon succun autre mné quaad ">notecall" Fd="bodySymbol>2. <="#ftn228" hreftn228"es8n pe  ont-variant:small-caps;">ChôniatèsGarsoïan., notecall" Fd="bodySymbol>2. <="#ftn229" hreftn229"esan pe  Sons veu lur PhiKallostéa=anosDarrouzès rcit ">notecall" Fd="bodySymbol>2. <="#ftn230" hreftn230"e3xiope  Tille dpj pososlysés quiont-variant:small-caps;">ChôniatèsGarsoïan., Garsoïan., notecall" Fd="bodySymbol>2. <="#ftn231" hreftn231"e31n pe  ont-variant:small-caps;">Chôniatès., notecall" Fd="bodySymbol>2. <="#ftn232" hreftn232"e3an pe  er ">notecall" Fd="bodySymbol>2. <="#ftn233" hreftn2l3be33n pe  Bibliothecane, qe anathca 2n= ont-variant:small-caps;">Garsoïan Hilrusheimi19658-102-2266-292 ">notecall" Fd="bodySymbol>2. <="#ftn234" hreftn234"c34n ae="fΣύνταγμα τῶν θείων καὶ ἱερῶν κανόνων, G="fn="font-variant:small-caps;">Garsoïan pyern="font-variant:small-caps;">Garsoïan pg 18s68-1Athsino, 852- 859 (2réusrmessait p. " /> 19668-1V-102-2307-3011 ">notecall" Fd="bodySymbol>2. <="#ftn235" hreftn23">.35n pe  ont-variant:small-caps;">Chôniatès, « Quatre procès de notecall" Fd="bodySymbol>2. <="#ftn236" hreftn236i>36n ="font-variant:small-caps;">Chôniatès, Trésor de. GouillardGarsoïannotecall" Fd="bodySymbol>2. <="#ftn237" hreftn23">m37n ="font-variant:small-caps;">Chôniatès., p. 60-61 et 202-285 ">notecall" Fd="bodySymbol>2. <="#ftn238" hreftn238i>38n e ="fS.le="font-variant:small-caps;">GarsoïanChôniatèsnotecall" Fd="bodySymbol>2. <="#ftn239" hreftn23">m3an n ="fCan>, Tde. ">notecall" Fd="bodySymbol>2. <="#ftn240" hreftn24li>40n pe thmme puaielacre JeBalsamonsrrome de ecomnénienneDarrouzès., notecall" Fd="bodySymbol>2. <="#ftn241" hreftn241"l41n pe="fΣύνταγμα τῶν θείων καὶ ἱερῶν κανόνων, anon 12, 202-2146-150 ">notecall" Fd="bodySymbol>2. <="#ftn242" hreftn24">p4an ="font-variant:small-caps;">Anne Comnène., 2. Haes, lopge tandhrefquoasse, tes"> ee l
  • ee l aranumber">2mme p60eiocetinns lle/sup> s/h2
  • Re rop ">fonrong>Vicspan Casampirens ranumber">2< hautyName">Gerhrong>roc Hs cor deuxevait presque, oès deuxeecomnénienneque ’hrrésie développés deByzclcneerlcr l’ecclgleitogie comnénienne.,Btre tiseu ceent bimineurud s mdedien,al sr de nuxortr | BUCEMA cit< [En ntrn]de.ors-sacesm n° 7 | 2013,cmi utasntrns e26 marym2013, .org/iem/128ll ; DOI : 10.4000/iem.128ll p>notecall" go-top>2. Haes, lopge tandhrefaeshors tes"> ee l
  • ee l aranumber">2Auuve/sup> s/h2
  • ">(...).Vicspan Casampirens ranumber">2< hautyName">Gerhrong> h3 "mber">2notecall" go-top>2. Haes, lopge tandhreflicris tes"> ee l
  • ee l aranumber">2DroEmsmles duve/sup> s/h2
  • notreleflicris t. http://cressevenèn br /vLsutrtenunpém>.,Btre tiseu ceent bimineurud s mdedien,al sr de nuxortr (BUCEMA)rit. http://cressevenèn rennercsigel- P rtagens s 4.0 In autre pon p>notecall" go-top>2. Haes, lopge n tandnotes">navElastieoubtttom">notrev=" goC2l- /sup> sotrev="prev tes"> goPrev t...)n n l hid en">Navigutre s/h1>l h2 Indexs/h2 div> ul>div> ="nu>(...)Auuve/s div> ="nu>(...)mIndexetionots-omné/s div> ="nu>(...)mIndexegoedia=iém/s div> l h2 Nunéro utaslass= Alexigrls/h2 div> ultes"> issu div> ="nu>(...)um">9