Navigation – Plan du site
Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés - ARTEHIS

Texte intégral

  • 1  Cf. N. Huron, Termes de topographie urbaine dans les actes des rois de France entre 840 et 987, To (...)
  • 2  Pour les monastères urbains (variété des appellations cellula, abbatiola, etc.), voir F. Prévot, M (...)

1L’archéologie est souvent trop limitée en France aux seuls lieux de culte des monastères ou à certains aspects de leur topographie, en fonction des opportunités, notamment, et par définition en archéologie préventive ; il est ainsi rare que l’on puisse remonter par la présence de vestiges matériels aux sources de la fondation. Ceci est plus regrettable et limite la compréhension de l’émergence des sites, tandis que les sources textuelles les attestant sont, elles, nombreuses, tout en restant ambiguës. Elles peuvent l’être sur les termes du monastère désigné aussi bien par monasterium ou coenobium, comme Saint-Germain d’Auxerre, que par abbatiola pour Saint-Médard de Soissons, autre grand monastère carolingien, ou encore par capella pour le monastère de Saint-Sulpice de Bourges1. On pourrait penser, à l’inverse, que la mention de la présence d’une villa, antérieure à la fondation, suffit pour saisir les conditions d’implantation, mais rarement la source n’indique son emplacement sur le domaine ou sa relation avec des bâtiments existant. C’est cette simple question que nous aimerions poser à travers quelques exemples emblématiques et des cas plus concrets pris dans l’Ouest et en Bourgogne. À terme, il faudrait faire un inventaire exhaustif des termes utilisés dans les actes de fondation, autant pour les monastères ruraux, semi-urbains qu’urbains2, et croiser ces mentions avec celles de villa et de capella, par exemple.

  • 3  Nous le remercions pour ces rappels de mentions et pour les échanges qui ont suivi.
  • 4  Cartulaire de Saint-Vincent de Mâcon, éd. Ragut, Mâcon, 1864, copie du xviiie siècle, acte 55 : Pr (...)
  • 5  J.-G. Bulliot (éd.), Essai historique sur l’abbaye de Saint-Martin d’Autun, de l’ordre de saint Be (...)
  • 6  J.-G. Bulliot (éd.), Essai historique…, ibid., n° 8 (877).
  • 7  J. Courtois (éd.), Les origines de l’hypothèque en Bourgogne et chartes de l’abbaye de Saint-Étien (...)

2En Bourgogne, Nicolas Perreaux – voir son intervention sur les villae – a pu recenser les mentions villa associée à capella3. Cum capella de 825, connue pour Cluny, serait la plus ancienne du genre4. Dans la même zone géographique, on retrouve une mention approchant à Autun en 875 : in alio loco villam Garillas cum duabus capellis et omni re ad se pertinente5. En 877, et toujours pour Saint-Martin, on trouve : quasdam villas concederemus que vocantur Vitriaria villa cum capella in honore S. Martini6. En 885, à Saint-Étienne de Dijon, est mentionné : in villa quoque Quintiniaco capellam cum dote, ainsi qu’en 887 : In villa Mervello mansa III et in villa Siliciaco capellam cum dote et decimis et In villa quoque Quintiniaco capella cum dote et decimis7 (n° 10).

  • 8  J. Depoin (éd.), Recueil de chartes et documents de Saint-Martin-des-Champs, monastère parisien, 5 (...)
  • 9  Canay de Chizy (éd.), Cartulaire du prieuré Saint-Marcel-lès-Chalon, Chalon-sur-Saône, 1894, n° 81
  • 10  Bulle de 1147 du pape Eugène III, éd. Jaffé, Regesta Pontificum Romanorum, n° 9326.
  • 11  C. Sapin, « Saint-Aubin (Côte-d’Or), nouvelles recherches sur un “oratoire” méconnu du xe siècle » (...)

3Oratorium peut aussi devenir un toponyme lié à une villa, par extension. Ainsi, à Saint-Martin-des-Champs, en 1222, on trouve précisément une uillam que dicitur Oratorium8. Plus proche de nous, en Bourgogne, le terme d’oratoire pouvait en effet être employé afin de désigner des villae : ex quodam curtile que adiacet in uilla que dicitur Oratorium lit-on dans le cartulaire de Saint-Marcel-lès-Chalon9. Dès lors, on peut s’interroger, dans le cas du site de Saint-Aubin (Côte-d’Or), désigné sous le simple terme oratorium au xiie siècle, avec cette précision ecclesia sancti Albani de Oratorio10. Il n’est pas question alors de villa dans les sources connues, mais on peut se poser justement la question sur une origine de cette nature. Cette église, en effet, donnée à la fin du xe siècle par le duc Henri de Bourgogne aux chanoines de Beaune, ne peut être une simple chapelle isolée. L’étude archéologique récente a confirmé une construction du xe siècle11. L’interprétation de l’église n’est pas aisée, mais avec son double niveau de chœur à l’est et sa tour porche occidentale, comportant un accès supérieur depuis un lieu disparu au nord, on peut se demander s’il n’y a pas là un héritage d’un lieu de culte privé d’une demeure aristocratique inconnue.

  • 12  Voir, sur ces questions de désignation, le capitulaire De Villis et curtis imperialibus (vers 810- (...)
  • 13  Cassiodore, Institutiones, Div. I, 29.
  • 14  C. Ebanista, « La basilica di S. Felice a Cimitile », Memorie dell ‘Accademia di Archeologia, 15 ( (...)
  • 15  R. Legler, Der Kreuzgang. Ein Bautypus des Mittelalters, Francfort, 1989 ; W. Jacobsen, « Die Anfä (...)

4Si l’on s’attarde sur la notion de chapelle et de villa – dans le sens où les antiquistes la retiennent, c’est-à-dire comme ensemble lié à la résidence et non au domaine comme les médiévistes la désignent par la suite12 –, à travers sa pars urbana et un éventuel oratoire, on peut aussi s’interroger sur la part de l’héritage issue de l’Antiquité tardive et de l’organisation des espaces. On sait peu de chose de ce qui a pu précéder certaines fondations monastiques, comme pour ce monastère éphémère fondé par Cassiodore à Vivarium au vie siècle13. Dans un autre cas, de contexte funéraire cette fois, comme à Cimitile (Italie), où les vestiges demeurent, on comprend que ce n’est pas seulement une chapelle qu’édifie Paulin de Nole, mais tout un complexe ecclésial avec plusieurs atria, sorte de domus funéraire autour de la tombe de Félix14. Ainsi, rechercher une filiation purement formelle est peu opérant. Cette question des filiations avec les villae antiques a déjà été posée pour l’espace atrium et sa correspondance, ou pas, avec les cloîtres, avec un problème de hiatus15. Dans notre cas, il s’agit plus précisément de saisir les filiations éventuelles autour de la notion de lieu de culte privé de la villae et fondation monastique.

  • 16  Venance Fortunat, Poèmes, éd. M. Reydellet, Paris, 1994, t. 1, XX.
  • 17  E. Morvillez, Apparition et développement des absides dans l’architecture domestique gallo-romaine (...)
  • 18  J. Lapart et J.-L. Paillet, « Montréal-du-Gers, Lieudit Séviac », in Les premiers monuments chréti (...)
  • 19  L’ensemble résidentiel du iiie siècle a été réaménagé pour accueillir au vie siècle, en lien avec (...)
  • 20  Voir, pour l’Espagne : A. Chaverria Arnau, Monasterios, campesinos y villae en la Hispania visigod (...)
  • 21  Sur ces exemples, cf. Les premiers monuments chrétiens de la France, t. 2, Paris, 1996.
  • 22  Pour le sud de la France, voir en particulier Y. Codou et M.-G. Colin, « La christianisation des c (...)

5Rappelons que dans les riches villae de l’Antiquité et de l’Antiquité tardive, dont certaines sont décrites par Fortunat dans ses poèmes16, des salles à abside sont présentes pour toute sorte d’usage, notamment la fonction d’apparat et de lieu de banquet pour les élites17. On assiste à une surélévation des absides en Europe correspondant à une fonction plus autonome. Sans arguments spécifiques – du type autel, emplacement de relique, ciborium, inscription, usage funéraire –, il est difficile d’attester une fonction cultuelle. L’analyse plus fine lors de fouilles récentes ou de leur réinterprétation permet de démontrer des continuités d’usage des villae, comme à Séviac à Montréal (Gers)18 ou à Fraga (province de Huesca, Espagne)19, et pour bien d’autres exemples où une partie de l’ancienne partie résidentielle est utilisée20. Dans l’exemple de la grande villa antique à péristyles de Séviac, fouillée depuis le xixe siècle, on observe une occupation sur une longue durée avec un usage chrétien qui n’est pas seulement funéraire, comme à Neujon-Montségur, La Valentine ou l’Île-Jourdain21. Cet usage pour une communauté chrétienne est attesté par un petit baptistère. On constate en même temps que la chapelle à abside s’ajoute à une salle antique à double abside – avec un sol de mosaïque cassé pour une cuve baptismale. Un autre édifice cultuel, séparé et plus éloigné, est établi et demeure seul par la suite au haut Moyen Âge. Ces continuités d’occupation chrétienne de villae, dès la fin du ve siècle, couplée avec des fondations d’église ou de monastère, apparaissent clairement dans certaines régions lors d’enquêtes archéologiques de terrain recueillant de multiples indices22.

  • 23  J. Terrier, « L’apport des fouilles des églises rurales de la région genevoise à la connaissance d (...)

6Plusieurs cas de figure peuvent exister dans la transformation des villae, sans donner naissance à un monastère bien entendu ou à un lieu de culte particulier. On peut aussi constater la pérennité de la structure de la villa et l’adjonction d’un nouvel espace dévolu au culte, comme l’archéologie l’a montré à Vandeuvre (Suisse)23. On découvre que, à côté de la pars urbana de la villa, est construite vers 400 une petite chapelle oratoire avec autel, qui va accueillir des sépultures dans la nef. Une multiplication des fouilles de ce type, c’est-à-dire suffisamment étendue, permettrait sans doute de retrouver, ici et là, en Gaule, l’installation de telle chapelle pouvant être déterminante dans la fondation et la topographie de premiers monastères.

  • 24  Voir la dernière analyse dans B. Boissavit-Camus, « Les édifices cultuels de Saint-Martin de Ligug (...)
  • 25  C. Sapin (dir.) Les stucs de l’Antiquité tardive de Vouneuil-sous-Biard (Vienne), Paris, 2009 (Gal (...)
  • 26  Plusieurs maçonneries appartenant à l’Antiquité tardive, d’après la céramique, déterminent l’amorc (...)
  • 27  L. Bourgeois, « Cadre historique et naturel du site de Vouneuil-sous-Biard », in C. Sapin (dir.) L (...)

7Le site emblématique bien connu de Ligugé (Vienne) est, rappelons-le, le lieu de fondation d’une communauté par saint Martin vers 360-361. Le monastère prend le relais de la pars urbana d’une grande villa, dont l’état, lors de l’installation de Martin, nous est inconnu. On a retrouvé les vestiges d’un bassin avec une exèdre demi-circulaire, qui avait rappelé dans un premier temps les salles à abside déjà évoquées, mais les dernières recherches tendraient à situer l’abside comme un ajout créant un espace de 14 m sur 5 m, pour une première église aux ve-visiècles, réutilisant les murs latéraux d’une salle antérieure plus longue, qui aurait pu être liée à la présence de la communauté au temps de Martin ; sa construction réutilisant, en le réduisant, un grand bassin antique24. À Vouneuil (Vienne), situé également près de Poitiers, dont le site est lui surtout connu par les nombreux stucs découverts par la fouille25, on sait désormais que ce décor de stucs appartenait, non à l’église carolingienne où ils furent trouvés, mais, vraisemblablement, à une salle de la fin du vsiècle que les fragments de décors et d’arcatures reconstitués permettent de suggérer26. On peut penser, du fait de son iconographie, qu’il s’agit d’un grand oratoire de la villa. Celle-ci est deux fois citée à la fin du haut Moyen Âge avec la mention d’une chapelle Saint-Pierre – l’église retrouvée sous sa reconstruction gothique – ; ce domaine et son église deviendront un prieuré de l’abbaye Saint-Cyprien de Poitiers27.

  • 28  Cf. L. Maître, Bibliothèque de l’École des chartes, 59 (1898), p. 240-241.
  • 29  F. Heber-Suffrin, D. Prigent et C. Sapin, « L’abbatiale carolingienne de Saint-Philbert-de-Granlie (...)
  • 30  F. Heber-Suffrin et alii, « L’abbatiale carolingienne… », ibid., p. 123-124 et 132. Seule des véri (...)
  • 31  F. Heber-Suffrin et alii, « L’abbatiale carolingienne… », ibid., p. 145-150.
  • 32  C. Balmelle, Les demeures aristocratiques d’Aquitaine, société et culture de l’Antiquité tardive d (...)
  • 33  P. Plagnieux, « L’abbatiale de Saint-Germain-des-Prés et les débuts de l’architecture gothique », (...)
  • 34  Http ://care.huma-num.fr/care/index.

8Toujours dans l’Ouest, on peut aussi citer le cas de l’abbaye de Saint-Philbert-de-Grand-Lieu, qui a pour origine la villa de Deas donnée, avec trois autres domaines, par l’évêque de Poitiers Ansoald en 677 aux moines du monastère de Herio-Noirmoutiers, fondé par Philibert28. Si l’on commence à mieux connaître les étapes de construction de l’abbatiale, établie au ixe siècle sur ce site29, aucun élément probant ne permet de reconstituer archéologiquement la construction in situ au viie siècle ayant précédé avant 818 le monastère. Seuls de faibles indices incitent à voir dans l’emplacement du chevet l’hypothèse d’une première chapelle30. Plus concrètement, ce sont trois chapiteaux et une colonne – réutilisés ou retrouvés lors des premières fouilles31 –, qui attestent une occupation haute. La colonne comme les chapiteaux de marbre peuvent, en effet, appartenir à une ancienne villa, car ils sont, par leur dimension, proches d’éléments semblables trouvés dans les villae d’Aquitaine32. Ils peuvent provenir du péristyle d’une résidence in situ, ou à proximité, et pourraient témoigner d’une véritable construction de la résidence d’une villa dès l’Antiquité tardive. La réutilisation de ces éléments dans le monastère illustre ici, et comme on le voit ailleurs – Selles-sur-Cher, Saint-Germain-des-Prés à Paris, par exemple33 –, le souhait d’intégrer des formes visibles d’ancienneté de la possession ou de la fondation. L’enquête sur ces effets de continuité est à poursuivre à l’échelle de la Gaule, ce que devrait permettre à terme le corpus Care, réunissant toutes les informations sur les lieux de culte entre le ive et le xe siècle34.

Villae et fondations monastique en Bourgogne

  • 35  C. Sapin, « Autun. Église Saint-Pierre l’Estrier », in Les premiers monuments chrétiens de la Fran (...)
  • 36  L. Pietri, « Les abbés de basilique dans la Gaule du vie siècle », Revue d’histoire de l’Église de (...)
  • 37  C. Sapin, « Mâcon, Ancienne église Saint-Clément », in Les premiers monuments chrétiens de la Fran (...)

9Aux abords des cités, où se manifestent les premiers signes de christianisation, la présence de riches villae est, pour certaines, à l’origine de lieux de cultes, soit en relation avec une nécropole, soit avec la création de monastères. À Saint-Pierre d’Autun, c’est bien une pièce de la villa qui deviendra le bâtiment église, auquel on ajoutera au ve siècle une abside. Cet ensemble voué à la mémoire des défunts, et en particulier des évêques, où passaient de nombreux fidèles35, devait être probablement géré par des clercs attachés à l’évêque. C’est ainsi qu’apparaît au ixe siècle le terme de monasterium. Son responsable était appelé abbé, sans que pour autant il y ait eu une communauté36. On retrouve pour Saint-Clément de Mâcon, où étaient inhumés les premiers évêques de la ville, les restes d’hypocauste qui suggèrent la présence d’une importante villa37.

  • 38  J.-C. Picard, « Auxerre », in Topographie chrétienne des cités de la Gaule, t. 8, 1992, p. 58-59 ; (...)

10Aux ve siècles, à Auxerre, d’après les sources carolingiennes, c’est bien dans une villa familiale qu’est inhumé Germain en 44838. La Vita de la fin du ve siècle ne le dit pas, mais sa reprise par le moine Heiric au milieu du ixe siècle nous indique que :

Son lieu de sépulture était alors un tout petit oratoire, consacré dans son propre domaine en l’honneur du martyr Maurice ; cet homme tout à fait exceptionnel l’avait confié auparavant à la responsabilité de Saturnus afin qu’avec le grade sacerdotal il assure le service auprès des reliques des martyrs.

  • 39  H. Atsma, « Klöster und Mönchtum im Bistum Auxerre bis zum Ende des 6. Jahrhundert », Francia, 11 (...)
  • 40  M. Gaillard et C. Sapin, « Monastères et espace urbain au haut Moyen Âge », Mélanges de l’École fr (...)

11C’est ce petit oratoire de la villa qui deviendra le chœur de la future basilique construite au vie siècle par la reine Clotilde, selon les Carolingiens. Il n’y a pas là fondation primitive d’un monastère, comme à Ligugé, dans la villa, mais processus d’évolution et de passage d’un oratoire à un lieu de culte vénéré du fait de la présence de la tombe de Germain, puis, après construction d’une basilique et la présence de moines au haut Moyen Âge, à un statut monastique39. L’archéologie a retrouvé quelques vestiges de maçonneries de la domus du domaine, qui semblent s’ordonner selon un plan régulier, avec la chapelle au sud, datée par les fouilles et du mobilier du vsiècle. Cette ordonnance est à la base de la topographie du futur monastère. Mais bien avant, dès le ve siècle, alors que Germain est évêque d’Auxerre, celui-ci fonde de l’autre côté de la rivière, à l’opposé de sa villa et de sa cathédrale, un véritable monastère dédié à saint Cosme et saint Damien. Il disparaît assez vite des sources et on ne connaît pas son emplacement exact, et encore moins s’il succédait à une occupation antique. On ne le sait pas plus à Autun, où le monastère de Saint-Symphorien semble également avoir existé dès le ve siècle. La présence à proximité de substructions antiques peut supposer que la fondation de l’évêque Euphrone ne s’est pas fait ex nihilo40.

  • 41  B. Beaujard, « Sens », in Topographie chrétienne des cités de la Gaule, t. 8, 1992, p. 29-30 ; C.  (...)
  • 42  C. Sapin, La Bourgogne préromane…, ibid., p. 28.

12À Sainte-Colombe de Sens (Yonne), les fouilles de 1853 ont révélé de nombreux vestiges antiques, en particulier, des murs, des tuiles et des marbres. Le site qualifié de villa, dans le sens de domaine, au viie siècle, comporte une basilica, qui est visiblement à l’origine de l’emplacement du monastère attesté à la même date41. Sa situation et les données recueillies ne sont pas les mêmes que l’autre grand monastère du haut Moyen Âge qu’est Saint-Pierre-le-Vif, qui trouve son origine à proximité d’une nécropole42.

Villae et fondations carolingiennes

  • 43  Cf. Cartulaire de Saint-Vincent de Mâcon…, op. cit., acte 55. Sur l’analyse de la charte et de la (...)
  • 44  Fouilles programmées dirigées par C. Sapin (CNRS, umr Artehis) et A. Baud (université Lyon II) ave (...)
  • 45  J. Hubert, « Germigny-des-Prés », Congrès archéologique de France, Orléans, 1930, Paris, 1931, p.  (...)
  • 46  C. Sapin, « Sennecey-le-Grand, église Saint-Julien », in Congrès archéologique de France, 166e ses (...)
  • 47  J. Rigault (dir.), Dictionnaire topographique du département de Saône-et-Loire, Paris, 2008, p. 69 (...)
  • 48  C’est en mai 999 que le comte Hugues de Chalon confirme la donation à Cluny du monastère de Saint- (...)

13Aux viiie-ixe siècles, les sources nombreuses attestent des villae, entendu comme domaines, pour certaines à l’origine de plusieurs monastères. C’est le cas de la villa de Cluny apparue dans les sources en 825 (cf. infra) et que l’archéologie situe désormais, pour sa construction avec sa chapelle, dès le milieu du viiie siècle. La villa est mentionnée pour la première fois dans un acte qui relate un échange de cette propriété, terre fiscale, et rend compte des possédants successifs, l’évêque Hildebrand (ou Hildebaud 815-850) et le comte de Mâcon, Guérin43. Un second document, considéré comme une charte authentique, datée de 893, correspondant à l’acte de donation de Ava à son frère Guillaume le Pieux, duc d’Aquitaine, confirme l’existence de la villa, près de la Grosne, et indique, parmi d’autres possessions, la présence d’églises et de chapelles. Enfin, l’acte de fondation de 910 relate l’ensemble des termes de la villa et de la chapelle désignée, cette fois, sous le double vocable de Sainte-Marie et Saint-Pierre. Les dernières recherches archéologiques, conduites sur le site en 2012-201344, ont permis de donner une réalité à une partie de la domus de la villa et de retrouver la chapelle – 10,40 m sur 5,20 m ; longueur de la nef 7,70 m ; ouverture de l’abside 2,70 m. Celle-ci était au contact de la résidence et comportait plusieurs états d’occupation, attestés par deux sols – dont l’un daté par une monnaie de Charles le Chauve. Les vestiges de la base de l’autel ont été retrouvés. Dans l’exemple de Cluny, où l’on peut suivre la continuité de la construction entre le viiie siècle et l’arrivée des moines au début du xe siècle, on perçoit parfaitement comment la topographie et l’organisation des espaces ont été déterminantes dans l’implantation et le développement du monastère. Un autre aspect de continuité est affirmé par l’adoption de la chapelle comme lieu de référence des origines, conservé et reconstruit plusieurs fois au contact de la salle du chapitre, en accueillant une partie de la liturgie funéraire, créant un lieu de mémoire que les autres fondations clunisiennes auront soin de reproduire. La possession de la villa de Cluny par l’évêque de Mâcon au début du ixe siècle peut rappeler le cas, quasi contemporain, de l’oratoire de Germigny construit entre 799 et 818 par l’évêque d’Orléans Théodulf. Même si l’architecture n’a rien à voir, elle se rattache à une villa ou un palatium à proximité45. Son plan centré n’était peut-être pas rare et on serait tenté de le restituer pour l’oratoire de la villa de Saint-Julien, près de Tournus, à partir des vestiges reconnus par l’étude de bâti46. Il est probable, en dépit des traditions qui voudraient faire remonter son origine au vie siècle, que l’église romane actuelle soit née de l’oratoire de la villa encore mentionnée en 953 et 983 (In villa Siniciaco)47. Par la suite, cette église est citée dans les sources comme une dépendance du prieuré clunisien de Saint-Marcel-lès-Chalon, attesté seulement depuis la fin du xe siècle48.

  • 49  Voir dernière synthèse dans B. Phalip, P. Chevalier et A. Maquet, Souvigny. La priorale et le prie (...)
  • 50  On ne sait pas si le bâtiment édifié à l’ouest en position orthogonale vis-à-vis d’une première ég (...)

14Le futur prieuré clunisien de Souvigny (Allier) possède une origine proche, avec la donation par Aymar à Cluny de la villa de Sylviniacum vers 915-920. Le contexte, qui montre une occupation bien antérieure d’une population liée à un établissement déjà important, avec une église dédiée à Saint-Pierre, est maintenant mieux connu grâce à l’archéologie49, même si des questions demeurent quant aux débuts de l’organisation monastique et de ses bâtiments50.

  • 51  Frédégaire, Ad ann. 761, éd. D. Bouquet, Recueil des historiens de la France, t. 4, p. 4 (éd. MGH, (...)
  • 52  Mellecey, chapelle Saint-Martin [en ligne : http://care.huma-num.fr/care/index].

15À proximité de Chalon-sur-Saône, le prieuré Saint-Martin de Mellecey doit son origine à une villa qualifiée en 761 de « publique », détruite alors par un incendie51. En 775, Mellecey, Melciacus, appartient à l’abbaye Saint-Martin de Tours, qui obtient de Charles le Chauve, en 877, le droit de bâtir un monastère. Durant tout le xe siècle, la propriété de Mellecey, mentionnée plusieurs fois, est dans la manse de Saint-Martin de Tours, et c’est peut-être à cette période qu’appartiennent certains vestiges de l’église intégrée aujourd’hui dans une propriété privée52. Quelques découvertes fortuites de mobilier semblent pouvoir rattacher ce site à une origine antique.

  • 53  O. Bruand, « Le pouvoir sur la terre et les hommes en Autunois (viiie-milieu xie siècle) », Bullet (...)
  • 54  Cf. F. Henrion (dir.), Perrecy-les-Forges (Saône-et-Loire), rapport de sondages archéologiques, DR (...)

16La villa de Perrecy-les-Forges, autre domaine, terre de fisc et objet de conflits, est donnée aux moines de Saint-Benoît-sur-Loire à la fin de l’époque carolingienne par Heccard, probablement afin de les protéger des incursions vikings sur la Loire, selon des sources plus ou moins remaniées par la suite, cherchant à assurer l’assise foncière monastique53. Les derniers travaux archéologiques ont permis d’identifier des éléments d’une construction antérieure à l’an Mil, réutilisée comme fondation par l’église actuelle datée du second quart du xie siècle54.

17C’est également un édifice du xe siècle que la nouvelle étude de notre collègue Guido Faccani sur les anciennes fouilles pratiquées sous la prieurale de Payerne (Suisse) a permis de restituer. Ces recherches conduisent à identifier en même temps des continuités et des ruptures dans la filiation de propriétés d’une villa encore citée au vie siècle, avec un oratoire dédié à Marie.

  • 55  R. Louis, De l’histoire à la légende. Girart, comte de Vienne (…819-877) et ses fondations monasti (...)
  • 56  P. Depreux, Prosopographie de l’entourage de Louis le Pieux (781-840), Sigmaringen, 1997, p. 286.
  • 57  P.  Nouvel, « Saint-Père », in J.-P. Delor, Carte archéologique de la Gaule, t. 89/1-2 (Yonne), Pa (...)
  • 58  Les derniers résultats de la prospection-inventaire sur la région d’Avallon montrent, en effet, du (...)
  • 59  Un sondage dans l’église Notre-Dame en 2014 a confirmé une occupation antérieure. Sur ce site, voi (...)

18À Vézelay, l’un des deux monastères fondés par le comte Girard se situe sur un ancien domaine (site de Saint-Père) au terme d’un échange obtenu sous Louis le Pieux, aux environs de 819-82055, avec l’appui de l’impératrice Judith56. C’est à la génération suivante, dans un contexte différent, que le comte Girard et son épouse Berthe fondent, vers 860, pour des moniales, Vézelay, et pour des moines, Pothières. Ils sont situés à la limite des possessions du comte et des terres véritablement contrôlées par Charles le Chauve, qui correspondent à des lieux stratégiques ouvrant vers la vallée de la Seine au nord et vers la Loire à l’ouest. Les dernières recherches sur les origines du premier site de fondation à Saint-Père, avant que le monastère soit déplacé sur la colline où subsiste aujourd’hui l’abbatiale romane bien connue, semblent indiquer que, dès l’Antiquité, existe là une grande villa dont on a retrouvé la pars rustica57. Les prospections de surface, comme la fouille de l’ancienne église Saint-Pierre, montrent une continuité au moins du ier au ve siècle par la céramique, ce qui s’accorde avec les observations faites en prospection sur la région d’Avallon58. À Saint-Pierre, deux maçonneries peuvent être attribuées au vie siècle par 14C, tandis que les sépultures en sarcophages semblent pouvoir, par leur typologie, assurer une continuité du vie au viiie siècle. À partir de là, on peut suggérer que la fondation monastique du haut Moyen Âge hérite d’un domaine déjà présent et transmis depuis l’Antiquité, et que c’est sur une partie de cet espace et probablement sur la partie résidentielle de la villa que s’installent les principaux bâtiments. Nous proposons de voir là un groupe monastique avec une église abbatiale dédiée à Notre-Dame, qui serait sous l’église gothique actuelle59, et une église Saint-Pierre à vocation funéraire sur un secteur déjà dévolu à cette fonction, et où ont été retrouvés deux fragments de chancel à entrelacs. Cette église Saint-Pierre deviendra paroissiale jusqu’au xvie siècle (et son incendie), avant que la charge ne passe à l’église Notre-Dame.

  • 60  R. B. C. Huygens, Monumenta Vizeliacensia. Textes relatifs à l’histoire de l’abbaye de Vézelay, Tu (...)
  • 61  Notice « Pothières », in M. Provost (dir.), Carte archéologique de la Gaule, t. 21 (Côte-d’Or), Pa (...)
  • 62  C. Sapin, « Les tombeaux de Pothières », in Mélanges offerts à René Louis, Paris, 1982, p. 889-902 (...)
  • 63  C. Sapin, « L’abbaye de Pothières révélée par le radar », Bulletin du centre d’études médiévales d (...)

19Pour Pothières, nous savons que la fondation se fait sur ses terres, correspondant à un ancien nom In agro respiciente ad villam quam ex antiquo Pularias nominant60. L’archéologie n’a pas encore pu atteindre sur le site même des données traduisant une forme d’occupation antérieure. Celle-ci est attestée à proximité du site de l’abbaye et également du village depuis l’Antiquité, avec mobilier céramique et mosaïques signalés lors de fouilles anciennes61. Par ailleurs, une inscription funéraire en marbre pouvant dater de la fin du ve siècle selon les dates évoquées d’un consul, est signalée au xviiisiècle comme utilisée au-dessus de l’autel62. Même si rien ne prouve, jusqu’à présent, qu’elle ne vienne pas d’un tout autre secteur du site, on peut se demander si cette inscription ne constitue pas un indice d’une origine funéraire ou de la présence d’un mausolée, c’est-à-dire d’un lieu de mémoire lié à une propriété dès l’Antiquité tardive. Aucun élément n’a encore été trouvé in situ et on peut aussi se demander si certains murs nord-sud ou est-ouest, identifiables par le radar63, ne sont pas éventuellement des maçonneries plus anciennes, reprises par le dispositif médiéval de l’église ou du carré claustral, ou bien ceux de l’organisation de la domus, comme on le constate à Cluny.

  • 64  Voir les questions posées par la naissance de certaines paroisses, C. Delaplace (éd.), Aux origine (...)
  • 65  C. Sapin et A. Baud, « Les fouilles de Cluny… », op. cit., p. 497-514 ; A. Baud, « La chapelle Sai (...)

20En conclusion, l’exemple de Cluny, de sa domus et de sa chapelle ne doit pas relever d’un cas isolé, comme on s’en doute, mais pose la question des choix particuliers – continuité des lieux de propriétés et de pouvoir – et des orientations topographiques – reprise in situ des constructions ou déplacement à proximité – faits par les fondateurs et constructeurs dans l’établissement de fondations monastiques sur leurs propriétés. On sait qu’à une large échelle, ces fondations vont participer d’une restructuration du territoire et que les transformations du paysage antique commencent à être mieux connues grâce à la microanalyse de certaines régions. Si l’on zoome sur la partie construction et résidentielle de la villa, qui montre toutes sorte de transformations et pas toujours d’abandon, la présence d’un lieu de culte initial dès l’Antiquité tardive ne se dissout pas dans la nouvelle fondation, sans que l’on mesure toujours sa fonction précise pour les populations64. Dans le cas de Cluny et d’une fondation monastique connue, le lieu de culte privé de la domus est associé aux nouveaux bâtiments et devient source d’une nouvelle liturgie avec la chapelle Sainte-Marie, qui sera liée à la salle du chapitre et à l’infirmerie65. La villa est bien ici également à l’origine du monastère par les bâtiments de la pars urbana, dont la régularité va guider la topographie future, et aussi bien entendu par le domaine avec les terres, dépendances et possessions, comme il se doit. Qu’en est-il des nombreux exemples cités, dont on ne connaît qu’une faible partie de la réalité matérielle, et souvent que du lieu de culte, sans pouvoir établir de relations évidentes dans l’espace considéré et dans la diachronie des occupations ? Les avancées des techniques de prospection géophysiques devraient offrir à l’avenir d’autres perspectives, en attenant des fouilles complètes de ces espaces.

Haut de page

Notes

1  Cf. N. Huron, Termes de topographie urbaine dans les actes des rois de France entre 840 et 987, Tours, 1990.

2  Pour les monastères urbains (variété des appellations cellula, abbatiola, etc.), voir F. Prévot, M. Gaillard et N. Gauthier (éd.), Topographie chrétienne des cités de la Gaule des origines au milieu du viiie siècle, t. 16, Paris, 2014, p. 389-390 et les communications de cette table ronde (M.-J. Gasse-Grandjean…).

3  Nous le remercions pour ces rappels de mentions et pour les échanges qui ont suivi.

4  Cartulaire de Saint-Vincent de Mâcon, éd. Ragut, Mâcon, 1864, copie du xviiie siècle, acte 55 : Primitus enim dat Hildebaldus episcopus de jam dicta ratione Sancti Vincentii martiris et preceptione domni serenissimi Ludovici imperatoris, partibus Warino comiti et uxori sue Albane, villam in pago Matiscensi, cujus vocabulum est Cluniacum, ipsam villam cum capella, casa dominicata et reliquis mansis…

5  J.-G. Bulliot (éd.), Essai historique sur l’abbaye de Saint-Martin d’Autun, de l’ordre de saint Benoît, Autun, 1849, n° 3 (875).

6  J.-G. Bulliot (éd.), Essai historique…, ibid., n° 8 (877).

7  J. Courtois (éd.), Les origines de l’hypothèque en Bourgogne et chartes de l’abbaye de Saint-Étienne : des viiie, ixe, xe et xie siècles, Dijon, 1908, chartes n° 8 et 10.

8  J. Depoin (éd.), Recueil de chartes et documents de Saint-Martin-des-Champs, monastère parisien, 5 vol., Paris, 1912-1989, ici t. 3, n° 391 (1er janvier ou 3 avril 1222-1er janvier ou 23 avril 1223).

9  Canay de Chizy (éd.), Cartulaire du prieuré Saint-Marcel-lès-Chalon, Chalon-sur-Saône, 1894, n° 81.

10  Bulle de 1147 du pape Eugène III, éd. Jaffé, Regesta Pontificum Romanorum, n° 9326.

11  C. Sapin, « Saint-Aubin (Côte-d’Or), nouvelles recherches sur un “oratoire” méconnu du xe siècle », Architecture, décor, organisation de l’espace. Les enjeux de l’archéologie médiévale, Mélanges Jean-François Reynaud, Lyon, 2013 (Dara, 38), p. 47-54.

12  Voir, sur ces questions de désignation, le capitulaire De Villis et curtis imperialibus (vers 810-813), texte, trad. et com. É. Magnou-Nortier, Revue historique, 3 (1998), p. 652, n. 4.

13  Cassiodore, Institutiones, Div. I, 29.

14  C. Ebanista, « La basilica di S. Felice a Cimitile », Memorie dell ‘Accademia di Archeologia, 15 (2003).

15  R. Legler, Der Kreuzgang. Ein Bautypus des Mittelalters, Francfort, 1989 ; W. Jacobsen, « Die Anfänge des abendländischen Kreuzgangs », in P. Klein (dir.), Der mittelalterliche Kreuzgang, Architektur, Funktion und Programme, Regensburg, 2004, p. 37-56 ; J.-P. Caillet, « Atrium, péristyle et cloître : des réalités si diverses ? », in P. Klein (dir.), Der mittelalterliche Kreuzgang…, ibid., p. 57-65.

16  Venance Fortunat, Poèmes, éd. M. Reydellet, Paris, 1994, t. 1, XX.

17  E. Morvillez, Apparition et développement des absides dans l’architecture domestique gallo-romaine. Décor et architecture en Gaule entre l’Antiquité et le haut Moyen Âge, mosaïque, peinture, stuc, Bordeaux, 2011, p. 257-278.

18  J. Lapart et J.-L. Paillet, « Montréal-du-Gers, Lieudit Séviac », in Les premiers monuments chrétiens de la France, t. 2, p. 162-167.

19  L’ensemble résidentiel du iiie siècle a été réaménagé pour accueillir au vie siècle, en lien avec le péristyle, une église pour une communauté, cf. M. Cruz Fernandez Castro, Villas romanas en Espana, Madrid, 1982.

20  Voir, pour l’Espagne : A. Chaverria Arnau, Monasterios, campesinos y villae en la Hispania visigoda : La tragica historia del Abad Nancto, Turnhout, 2004, p. 113-125. Voir les exemples de La Cocosa au sud-est de Mérida (fin ive-vie siècle) de la réutilisation de la pars urnana à Torre de Palma ou du futur monastère de Sao Cucufate.

21  Sur ces exemples, cf. Les premiers monuments chrétiens de la France, t. 2, Paris, 1996.

22  Pour le sud de la France, voir en particulier Y. Codou et M.-G. Colin, « La christianisation des campagnes (ive-viiie siècle) », Gallia, 64 (2007), p. 57-81 ; M.-G. Colin, « Christianisation et peuplement des campagnes entre Garonne et Pyrénées, ive-xe siècle », Archéologie du Midi médiéval, 5 (2008, supplément), p. 109-113 ; L. Schneider, « Les églises rurales de la Gaule (ve-viiie siècle). Les monuments, le lieu, et l’habitat : des questions de topographie et d’espace », in M. Gaillard (éd.), L’empreinte chrétienne en Gaule du ive au ixe siècle, Turnhout, 2014, p. 419-468.

23  J. Terrier, « L’apport des fouilles des églises rurales de la région genevoise à la connaissance de la christianisation des campagnes », in M. Gaillard (éd.), L’empreinte chrétienne…, ibid., p. 389-418.

24  Voir la dernière analyse dans B. Boissavit-Camus, « Les édifices cultuels de Saint-Martin de Ligugé (Vienne) », in L. Bourgeois (dir.), Wisigoths et Francs, autour de la bataille de Vouillé (507), Poitiers, 2010, p. 215-234.

25  C. Sapin (dir.) Les stucs de l’Antiquité tardive de Vouneuil-sous-Biard (Vienne), Paris, 2009 (Gallia, 60e supplément).

26  Plusieurs maçonneries appartenant à l’Antiquité tardive, d’après la céramique, déterminent l’amorce d’une structure quadrangulaire, mais difficilement restituable, cf. C. Sapin (dir.) Les stucs de l’Antiquité tardive…, ibid., p. 66-68.

27  L. Bourgeois, « Cadre historique et naturel du site de Vouneuil-sous-Biard », in C. Sapin (dir.) Les stucs de l’Antiquité tardive…, ibid., p. 15-21.

28  Cf. L. Maître, Bibliothèque de l’École des chartes, 59 (1898), p. 240-241.

29  F. Heber-Suffrin, D. Prigent et C. Sapin, « L’abbatiale carolingienne de Saint-Philbert-de-Granlieu. Le chevet et ses aménagements », Bulletin monumental, 173/2, p. 99-144.

30  F. Heber-Suffrin et alii, « L’abbatiale carolingienne… », ibid., p. 123-124 et 132. Seule des vérifications au sol dans l’espace non fouillé du sanctuaire pourraient apporter la preuve de ce premier état suggéré par l’analyse du bâti au niveau de l’extérieur nord du pilier nord-est de la croisée.

31  F. Heber-Suffrin et alii, « L’abbatiale carolingienne… », ibid., p. 145-150.

32  C. Balmelle, Les demeures aristocratiques d’Aquitaine, société et culture de l’Antiquité tardive dans le sud-ouest de la Gaule, Bordeaux, 2001.

33  P. Plagnieux, « L’abbatiale de Saint-Germain-des-Prés et les débuts de l’architecture gothique », Bulletin monumental, 158 (2000), p. 6-86.

34  Http ://care.huma-num.fr/care/index.

35  C. Sapin, « Autun. Église Saint-Pierre l’Estrier », in Les premiers monuments chrétiens de la France, t. 3, Paris, 1998, p. 64-69.

36  L. Pietri, « Les abbés de basilique dans la Gaule du vie siècle », Revue d’histoire de l’Église de France, 69 (1983), p. 5-28.

37  C. Sapin, « Mâcon, Ancienne église Saint-Clément », in Les premiers monuments chrétiens de la France, t. 3, Paris, 1998, p. 70-74.

38  J.-C. Picard, « Auxerre », in Topographie chrétienne des cités de la Gaule, t. 8, 1992, p. 58-59 ; C. Sapin (dir.), Archéologie et architecture d’un site monastique. 10 ans de recherche à l’abbaye Saint-Germain d’Auxerre, Auxerre/Paris, 2000.

39  H. Atsma, « Klöster und Mönchtum im Bistum Auxerre bis zum Ende des 6. Jahrhundert », Francia, 11 (1984), p. 1-96.

40  M. Gaillard et C. Sapin, « Monastères et espace urbain au haut Moyen Âge », Mélanges de l’École française de Rome – Moyen Âge, 124/1 (2012) [En ligne : http://mefrm.revues.org/109].

41  B. Beaujard, « Sens », in Topographie chrétienne des cités de la Gaule, t. 8, 1992, p. 29-30 ; C. Sapin, La Bourgogne préromane, Paris, 1986, p. 147-148.

42  C. Sapin, La Bourgogne préromane…, ibid., p. 28.

43  Cf. Cartulaire de Saint-Vincent de Mâcon…, op. cit., acte 55. Sur l’analyse de la charte et de la conception du domaine, voir D. Méhu, Paix et communautés autour de l’abbaye de Cluny, xe-xve siècle, Lyon, 2001, p. 43-52.

44  Fouilles programmées dirigées par C. Sapin (CNRS, umr Artehis) et A. Baud (université Lyon II) avec l’équipe du Centre d’études médiévales d’Auxerre, cf. C. Sapin et A. Baud, « Les fouilles de Cluny : état des recherches récentes sur les débuts du monastère et ses églises, Cluny I et Cluny II », in D. Iogna-Prat, M. Lauwers, F. Mazel et I. Rosé (dir.), Cluny. Les moines et la société au premier âge féodal, Rennes, 2013, p. 497-514.

45  J. Hubert, « Germigny-des-Prés », Congrès archéologique de France, Orléans, 1930, Paris, 1931, p. 534-568. Villa ou palatium, ce dernier étant un lieu d’exercice et de représentation du pouvoir civil, il est constitué d’une aula, d’une chapelle, d’habitations royales et de celles des hauts fonctionnaires, cf. J. Barbier, « Le système palatial franc : genèse et fonctionnement dans le nord-ouest du regnum », Bibliothèque de l’École des chartes, 1990, p. 245-290.

46  C. Sapin, « Sennecey-le-Grand, église Saint-Julien », in Congrès archéologique de France, 166e session, Bresse bourguignonne, Chalonnais et Tournugeois, 2008, Paris, 2010, p. 291-299.

47  J. Rigault (dir.), Dictionnaire topographique du département de Saône-et-Loire, Paris, 2008, p. 693. Cf. Chartes de Cluny (éd. Bruel), n° 864 et 1660. M. Chaume, Les origines du duché de Bourgogne, Dijon, 1931, t. 2, p. 1004. On a voulu voir dans les actes de 872 du Cartulaire de Saint-Marcel de Chalon mentionnant une capellam in Siniciaco in onore Beati Iuliani sacratam, les origines de l’église. L’édition de C. Bouchard du cartulaire (The cartulary of Saint-Marcel-lès-Chalon, 779-1126, Cambridge, 1998, p. 17-21) les donne comme des « forgeries » établies à partir d’autres actes, entre autres, pour la cathédrale de Chalon de 885.

48  C’est en mai 999 que le comte Hugues de Chalon confirme la donation à Cluny du monastère de Saint-Marcel, à la suite d’une première intervention du comte Geoffroy vers 979-988 auprès de l’abbé Mayeul. Cf. Chartes de Cluny (éd. Bruel), t. 3, n° 2484 et M. Chauney, « Les origines du prieuré clunisien de Saint-Marcel-lès-Chalon », in Mélanges K. J. Conant, Mâcon, 1977, p. 81-96.

49  Voir dernière synthèse dans B. Phalip, P. Chevalier et A. Maquet, Souvigny. La priorale et le prieuré, Paris, 2012.

50  On ne sait pas si le bâtiment édifié à l’ouest en position orthogonale vis-à-vis d’une première église datée de la première moitié du xe siècle (B. Phalip et alii, Souvigny…, ibid., p. 95) doit sa présence à une topographie plus ancienne, ni quel lien il avait avec la villa mentionnée.

51  Frédégaire, Ad ann. 761, éd. D. Bouquet, Recueil des historiens de la France, t. 4, p. 4 (éd. MGH, SCR, t. 2, 1888, p. 186-187).

52  Mellecey, chapelle Saint-Martin [en ligne : http://care.huma-num.fr/care/index].

53  O. Bruand, « Le pouvoir sur la terre et les hommes en Autunois (viiie-milieu xie siècle) », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre, 12 (2008), p. 355-367 [En ligne : http://cem.revues.org/8282].

54  Cf. F. Henrion (dir.), Perrecy-les-Forges (Saône-et-Loire), rapport de sondages archéologiques, DRAC/SRA Bourgogne, Dijon, 2012.

55  R. Louis, De l’histoire à la légende. Girart, comte de Vienne (…819-877) et ses fondations monastiques, 3 vol., Auxerre, 1946-1947, t. 1 (Girart, comte de Vienne et ses fondations monastiques), Auxerre, 1946, p. 35. Cf. note 8 : la charte de fondation rappelle cet échange. On retrouve de tels échanges dans les villae aux origines de Cluny en 825 ou de Perrecy en 839.

56  P. Depreux, Prosopographie de l’entourage de Louis le Pieux (781-840), Sigmaringen, 1997, p. 286.

57  P.  Nouvel, « Saint-Père », in J.-P. Delor, Carte archéologique de la Gaule, t. 89/1-2 (Yonne), Paris, 2002, p. 604-613 ; P. Beyney, « Vidiliacus, villa gallo-romaine de Saint-Père », Les amis de Vézelay, 72-73 (2013), p. 35-38.

58  Les derniers résultats de la prospection-inventaire sur la région d’Avallon montrent, en effet, durant l’Antiquité tardive une diminution importante et rapide du nombre d’établissements ruraux. L’étiage en termes de densité de peuplement s’observe au cours du ve siècle avec, au siècle suivant, quelques nouveaux sites, cf. P. Nouvel, B. Poitout, P. Beyney et M. Loire, Prospections-inventaires sur les plateaux de Basse-Bourgogne (Yonne). Région d’Avallon. Rapport 2015, Besançon, Chrono-environnement, 2015, 77 p.

59  Un sondage dans l’église Notre-Dame en 2014 a confirmé une occupation antérieure. Sur ce site, voir les apports 2013-2014 du PCR « Monastères en Europe occidentale (ve-xe siècle). Topographie et structures des premiers établissements en Franche-Comté et Bourgogne » (dir. S. Bully et C. Sapin).

60  R. B. C. Huygens, Monumenta Vizeliacensia. Textes relatifs à l’histoire de l’abbaye de Vézelay, Turnhout, 1976 (Corpus Christianorum, Continuatio Mediaevalis, 42), p. 245.

61  Notice « Pothières », in M. Provost (dir.), Carte archéologique de la Gaule, t. 21 (Côte-d’Or), Paris, 2009, p. 69-70.

62  C. Sapin, « Les tombeaux de Pothières », in Mélanges offerts à René Louis, Paris, 1982, p. 889-902, n. 7 ; M. Provost (dir.), Carte archéologique de la Gaule…, ibid., 2009, p. 70.

63  C. Sapin, « L’abbaye de Pothières révélée par le radar », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre, 16 (2012) [en ligne : https://cem.revues.org/12264].

64  Voir les questions posées par la naissance de certaines paroisses, C. Delaplace (éd.), Aux origines de la paroisse rurale en Gaule méridionale, ive-ixe siècle, Paris, 2005.

65  C. Sapin et A. Baud, « Les fouilles de Cluny… », op. cit., p. 497-514 ; A. Baud, « La chapelle Sainte-Marie de Cluny », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre, 6 2013, hors-série) [en ligne : http://cem.revues.org/12661].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Sapin, « Oratoires et chapelles, domus et villae. Une origine des monastères », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], Hors-série n° 10 | 2016, mis en ligne le 09 décembre 2016, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cem/14477 ; DOI : 10.4000/cem.14477

Haut de page

Auteur

Christian Sapin

Directeur de recherche émérite CNRS-UMR ArTeHiS-CEM

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus du Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA) sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d'études médiévales d'Auxerre
  • OpenEdition Journals