Navigation – Plan du site
Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés - ARTEHIS
Dissertatio

Le château de Châteauneuf (Côte-d’Or) : origines, évolution et réutilisation

Mémoire de Master 2 sous la direction de Denis Cailleaux, université de Bourgogne1. Soutenu le 7 juin 2016
Thomas Vergine

Texte intégral

  • 1  Le titre complet du mémoire est Châteauneuf (21) : morphogenèse et évolution d’une agglomération d (...)
  • 2  Congrès archéologique de France, XIXe session, Dijon, 1852, Paris, 1853, p. 75-76.
  • 3  Archives départementales de la Côte-d’Or [ADCO] : C 3075.
  • 4  C. Courtépée, Description générale et particulière du duché de Bourgogne, t. 6, Dijon, 1780, p. 84 (...)
  • 5  M. Landrot, Châteauneuf et Vandenesse, Dijon, 1927 ; A. de Vogüé, « Châteauneuf, son château, ses (...)

1« Quels sont les principaux monuments d’architecture civile et militaire de l’époque du moyen-âge (…) que possède encore la Bourgogne (…) ? » Quand M. Canat pose cette question au Congrès archéologique de France, qui se déroule à l’été 1852 à Dijon, la première intervention est celle de M. Foisset qui cite d’emblée Châteauneuf comme « la plus belle construction féodale du pays »2. Même si cette affirmation reste à nuancer, le château de Châteauneuf n’en demeure pas moins un riche témoin de l’architecture castrale, aujourd’hui conservé en bonne partie. Il présente le net avantage de n’avoir pas subi de démantèlement au xviie siècle, comme ce fut le cas de la plupart des châteaux bourguignons tenus par des opposants d’Henri IV3 (Vitteaux, Brémur, etc.) et n’a pas eu à souffrir de l’expansion urbaine du petit village de Châteauneuf au xixe siècle, qui aurait pu compromettre son intégrité. De fait, cet imposant château du sud de l’Auxois a pu attirer la curiosité des érudits locaux et des savants régionaux, depuis Claude Courtépée jusqu’à Anatole de Charmasse4 – pour les plus connus – en passant par le curé de la paroisse et le propriétaire du château au début du xxe siècle5.

  • 6  C. Perrault, Châteauneuf-en-Auxois (Côte-d’Or). Datation par dendrochronologie des plafonds et des (...)

2Dans l’ensemble, l’histoire du château de Châteauneuf – et de la seigneurie associée – est assez bien connue, complétée par l’apport régulier de nouvelles données et méthodes : approche castellologique (CeCaB), mémoires universitaires, études dendrochronologique et archéologique ponctuelles6. Le château ne cesse pas pour autant d’être l’enjeu de questionnements toujours plus poussés que suscitent des initiatives récentes.

Densification du maillage castral et édification du château neuf

  • 7  Du moins, c’est ce que semblent mettre en avant les données connues sur les castra tardo-antiques (...)

3Le nombre de castra présents sur le territoire de la Côte-d’Or s’avère assez réduit avant l’an Mil, environ une vingtaine de sites, parmi lesquels on citera des enceintes de l’Antiquité tardive (Til-Châtel, Beaune) ou des forteresses du haut Moyen Âge (Grignon, Vergy). Et s’il a un temps paru judicieux de faire appel à l’expression de « premier réseau castral » pour dénommer ces forteresses antérieures aux années 1050, opposées à un « second réseau castral » regroupant la vague de constructions de châteaux entre le milieu du xie et le xiiie siècle, il semble dorénavant plus pertinent de considérer que la Bourgogne a connu un mouvement lent, mais quasi ininterrompu, de fondations castrales entre le iiie et le xe siècle7, puis, à partir des années 1050, une augmentation exponentielle du nombre de châteaux, sans qu’il y ait nécessairement une rupture entre ces deux phases (fig. 1).

Fig. 1 – Carte des castra mentionnés

Fig. 1 – Carte des castra mentionnés

T. Vergine

  • 8  M. Provost, Carte archéologique de la Gaule, t. 21/3 (La Côte-d’Or), Paris, 2009, p. 163-167.
  • 9  ADCO : 01 H 1767.

4De plus, si l’on ne considère que les châteaux majeurs, la rupture semble encore moins marquée. Par ailleurs, on se base trop souvent sur la première mention d’un château, parfois bien éloignée de la date de fondation : à Salmaise, par exemple, les vestiges de la première fortification du château sont datables entre le viie et le xe siècle8, alors que les premières mentions textuelles du château ne sont que du début du xisiècle9.

  • 10  F. Mazel, Féodalités (888-1180), Paris, 2014, p. 448.
  • 11  D. Barthélemy, Nouvelle histoire de la France médiévale, t. 3 (L’ordre seigneurial, xie-xiie siècl (...)
  • 12  J. Richard, Histoire de la Bourgogne, Toulouse, 1988, p. 138-139.
  • 13  M. Mangin et al., Mines et métallurgie chez les Éduens, Besançon, 1992 : exemple de la motte de Cr (...)

5Toutefois, il semble certain qu’à partir de l’an Mil intervient une densification du maillage castral dans les interstices du réseau assez lâche des premières forteresses. Plusieurs facteurs méritent attention lorsque l’on tente d’expliquer cette multiplication des châteaux. Un contexte favorable d’expansion démographique et économique aux alentours de l’an Mil est forcément à prendre en compte. Il serait cependant réducteur de limiter à cette seule cause la multiplication des forteresses. À mon avis et pour reprendre Florian Mazel, le premier et le plus important de ces facteurs tient à la segmentation régulière des titres et des honneurs du père à ses fils, en dépit d’une pratique successorale favorisant le fils aîné10. Un tel modèle lignager, exclusif aux dynasties princières avant l’an Mil, se vulgarise au xie siècle dans les lignages seigneuriaux11. De fait, les familles qui ont connu un accroissement foncier ou de fortune procèdent à un partage ou, en tout cas, à une meilleure dotation des cadets, qui s’établissent alors sur les domaines dont ils ont hérité pour prendre possession ou édifier de nouvelles résidences fortifiées. C’est pourquoi on peut estimer que la plupart de ces châteaux postérieurs à l’an Mil, du moins à l’origine, étaient pour une bonne part des forteresses secondaires ou de périphérie, plus modestes que la forteresse principale. Ces châteaux sont parfois édifiés par les grands seigneurs pour couvrir l’approche de leur propre forteresse, voire pour assurer leurs prétentions sur des terres contestées12 ou même pour tirer profit d’une ressource particulière13. D’autres facteurs sont évidemment à relever. L’évolution politique conserve d’ailleurs un certain poids dans ce mouvement, en particulier le passage d’un royaume centrifuge à des ensembles politiques centripètes.

  • 14  T. Vergine, Châteauneuf (21)…, op. cit., t. 1, p. 87-88.

6Au sein de la vaste série de châteaux émergeant à partir du xie siècle, celui de Châteauneuf ne prend forme que dans la seconde moitié du xiie siècle, c’est-à-dire assez tardivement. Ce n’est, à l’origine, qu’une forteresse secondaire ayant pour but de couvrir les abords du château de Chaudenay (à 5 km au sud), qui semble lui-même lié d’une manière ou d’une autre à la vaste seigneurie de Mont-Saint-Jean14. Le site d’implantation du nouveau château est d’ailleurs révélateur de sa fonction : l’éperon forme un rameau qui se sépare du haut plateau pour descendre en pente douce vers la vallée de la Vandenesse, tout en présentant un dénivelé de 100 m entre le château (465 m) et la plaine (365 m). L’intérêt majeur du site est qu’il surveille un nœud routier important situé à Pouilly-en-Auxois – où passe d’ailleurs l’A6 –, qui ouvre la voie en direction du nord-ouest – en remontant l’Armançon ou le Serein –, vers Dijon à l’est, en rejoignant le col de Sombernon, ou encore vers le sud-ouest, en direction d’Arnay-le-Duc, Autun ou même Beaune.

  • 15  ADCO : 11 H 251, 12 H 106.
  • 16  ADCO : 11 H 251.

7Dans un premier temps, le château est administré par un prévôt du sire de Chaudenay15, jusqu’au décès de ce dernier en 1179-1181. Tandis que l’aîné, Guy de Chaudenay, hérite du château familial éponyme, le cadet, Jean, se voit accorder Châteauneuf. Il adopte désormais le toponyme du domaine hérité comme nom patronymique, de manière à distinguer la branche cadette de celle de son frère aîné, et il fait de cette forteresse secondaire sa résidence et le chef-lieu d’une nouvelle seigneurie disposant d’un détroit moins étendu que l’ancien pôle familial, mais avec les prérogatives seigneuriales du même ordre. En outre, dès 118116, Jean Ier de Châteauneuf utilise systématiquement ce topo-lignage, accompagné du qualificatif dominus, pour indiquer de fait son statut de seigneur sur le domaine castelnovien, qui lui appartient désormais. Au moment de la succession, le château n’a pas l’apparence de l’édifice actuel, qui ne conserve aucun élément visible remontant à cette période.

L’évolution du château (xiiie-xve siècle)

  • 17  L’ensemble mesure environ 130 x 30 m, avec une cour haute s’apparentant à un triangle équilatéral (...)
  • 18  H. Mouillebouche, Les maisons fortes en Bourgogne du Nord du xiiie au xvisiècle, Dijon, 2002, p. (...)
  • 19  La comparaison avec des constructions datées similaires, la corniche à modillons, les ouvertures d (...)

8La construction du château s’achève très vraisemblablement au début du xiiie siècle, sous l’égide de son premier seigneur, Jean de Châteauneuf. Ce second état du château semble adopter le plan classique d’une large enceinte oblongue, qui se développe sur la pointe du plateau calcaire, se divisant en deux cours distinctes, une cour basse et une cour haute, plus restreinte, dans la partie la plus élevée de l’enceinte17. Ce type de plan est assez récurrent pour les enceintes fortifiées régionales, par exemple à Mont-Saint-Jean et Grancey. La portion nord-ouest de l’actuelle courtine préserve certains éléments de la première enceinte, dont les fondations en grand appareil et la porte à pont-levis à bascule inscrite dans une tour carrée. Cependant, l’élément le plus important et le mieux conservé demeure l’imposant donjon quadrangulaire – 10 x 12 m, pour une hauteur de 25 m. Au moment où le modèle philippien se développe pour l’architecture castrale, on prend à Châteauneuf le parti d’édifier un donjon sensiblement similaire à ceux voisins de Soussey-sur-Brionne et Gevrey-Chambertin, tous du xiiie siècle18, ce que corroborent d’ailleurs divers éléments typo-chronologiques, stylistiques et architecturaux19 (fig. 2).

Fig. 2 – Pont-levis à bascule et donjon en arrière-plan

Fig. 2 – Pont-levis à bascule et donjon en arrière-plan

Première moitié du xiiie siècle

Cl. T. Vergine

9Mais si le château n’adopte pas le principe d’architecture philippien dès son édification, les sires de Châteauneuf introduisent finalement ce modèle à la fin du xiiie siècle par l’adjonction de deux tours circulaires sur la courtine de la cour haute : l’une à l’angle sud, l’autre à l’angle est (fig. 3).

Fig. 3 – Porterie nord

Fig. 3 – Porterie nord

La tour au premier plan est de la seconde moitié du xiiie siècle, celle en arrière-plan est de la fin du xve siècle.

Cl. T. Vergine

  • 20  C. Perrault, Châteauneuf-en-Auxois…, op. cit., p. 20.

10Le but est de flanquer l’enceinte pour doter le château d’un système de défense actif. Parallèlement, c’est aussi à la fin du xiiie siècle que la chapelle Saint-Jean est édifiée dans la cour basse du château20 (fig. 4).

Fig. 4 – Plan schématique du château et évolution

Fig. 4 – Plan schématique du château et évolution

xiiie siècle

T. Vergine

  • 21  De fortes présomptions font supposer la présence d’un logis antérieur à celui de la fin du xve siè (...)

11Peu de modifications semblent avoir été apportées au château au cours du xive siècle. C’est réellement dans la première moitié du siècle suivant que des transformations modifient profondément la structure initiale de la vaste enceinte castrale divisée en deux cours, l’une pour les communs et la chapelle, l’autre, plus fortement défendue, pour le donjon et le logis seigneurial21. Cette phase voit l’agrandissement de la cour haute sur une longueur d’une trentaine de mètres vers l’est, au détriment de la cour basse, désormais séparée de sa voisine par un fossé creusé dans le substrat calcaire. De fait, la cour basse, en partie amputée, n’est presque plus défendue et ne paraît plus vraiment intégrée à l’emprise de la forteresse. En revanche, la portion nouvellement intégrée à la cour haute est ceinturée d’une haute courtine flanquée de deux nouvelles tours massives en fer à cheval, elles-mêmes reliées par un nouveau mur, percé à la fin du même siècle pour aménager une porte à pont-levis (fig. 5).

Fig. 5 – Schéma axonométrique illustrant les modifications de la première moitié du xve siècle

Fig. 5 – Schéma axonométrique illustrant les modifications de la première moitié du xve siècle

T. Vergine

12C’est également à cette phase qu’il semble falloir attribuer l’aménagement des canonnières.

  • 22  C. Perrault, Châteauneuf-en-Auxois…, op. cit., p. 20.
  • 23  Catherine de Châteauneuf est condamnée au bûcher par le Parlement de Paris en 1456 pour avoir assa (...)

13La dernière campagne importante de modifications, voire de reconstruction du château médiéval, débute en 145722. Le premier lignage seigneurial à peine éteint – après la fin rocambolesque de la dame de Châteauneuf23 –, le château revient à Philippe Pot, par l’entremise du duc de Bourgogne. Tout juste après en être devenu propriétaire, le chancelier ducal se lance dans d’importants travaux, sous l’influence architecturale des hôtels particuliers du xve siècle. Cette campagne est marquée par la reconstruction et par l’embellissement du Grand Logis, conjointement au remaniement de la courtine sud. Elle voit également la (re-)construction d’un second logis dans l’angle opposé de la cour – le logis Philippe Pot –, la réalisation d’un nouveau décor pour la chapelle castrale et le remaniement de la courtine orientale pour l’aménagement d’une nouvelle porterie à pont-levis, partiellement inachevée et qui mène à l’église de l’ancienne cour basse. Outre ces modifications, qui sont principalement d’ordre résidentiel, le château renforce ses défenses : la construction d’une seconde porterie au nord, accostée d’une tour de flanquement supplémentaire, le rehaussement des courtines et une meilleure desserte de ces dernières par l’adjonction de vis d’escalier hors œuvre aux principales tours en témoignent (fig. 6).

Fig. 6 – Plan schématique du château et évolution

Fig. 6 – Plan schématique du château et évolution

xvsiècle

T. Vergine

14En somme, sans que son caractère défensif soit délaissé, le château est doté d’un complexe résidentiel plus conséquent, richement décoré et orné à l’image d’autres forteresses similaires, selon une dynamique de l’époque qui tend à transformer les forteresses en résidences particulières.

Après le Moyen Âge, quelle utilité ?

15Si l’action de Philippe Pot à Châteauneuf a permis de fortifier et d’embellir le château d’un riche complexe résidentiel, après le décès de ce grand personnage (1493), le site devient définitivement une résidence secondaire pour ses propriétaires successifs, dont les plus connus sont les Montmorency et les Vienne. Cependant, le château ne perd pas pour autant tout intérêt stratégique, car, à compter de 1566, le Calvinisme s’implante et fait de rapides progrès malgré une forte résistance catholique. Ceci entraîne le saccage de villes (Mâcon, Chalon-sur-Saône) et d’abbayes – Moutiers-Saint-Jean, Saint-Martin d’Autun –, ainsi qu’une bataille près d’Arnay-le-Duc à la fin de juin 1570. Après un calme très relatif, l’accession d’Henri de Navarre au trône de France (1589) provoque de nouveaux troubles en Bourgogne, notamment parce que le chef de la Ligue, Charles de Lorraine, gouverneur de Bourgogne, a fait de cette province un bastion de son parti, ralliant de nombreux seigneurs bourguignons, dont Charles de Montmorency, entre autre baron de Châteauneuf, qui commande à son châtelain de mettre le site en état de défense.

  • 24  J. P. C. Lavirotte, Annales de la ville d’Arnay-le-Duc en Bourgogne, Marseille, 1980 (rééd.), p. 1 (...)

16Le château de Châteauneuf, place forte des Ligueurs, est assiégé une première fois en 1592 par le marquis de Mirebeau – de la faction royaliste de Bourgogne –, sans succès. Quand la Ligue se rallie à la légitimité d’Henri IV, après son abjuration et son sacre à Chartres en février 1594, seul Charles de Lorraine reste révolté, soutenu par les troupes de Philippe II d’Espagne. Le 3 juin 1595, la victoire de Fontaine-Française anéantit pourtant les derniers espoirs des Ligueurs et le sire de Biron, maréchal du roi, soumet alors les dernières villes et châteaux bourguignons qui résistaient encore, notamment Beaune puis Châteauneuf, devant lequel il met le siège en septembre 1595. Le sire de Villeneuve capitule alors, en novembre, sous la pression des habitants et en échange d’une forte rançon24. Le château reste, malgré cela, inexpugnable.

  • 25  Voire de France : J. Burnouf (dir.), Manuel d’archéologie médiévale et moderne, Paris, 2009, p. 27 (...)

17À partir de ce moment, le château devient à proprement parler « inutile ». Il abandonne sa fonction principale en perdant son attrait stratégique et on pourrait presque affirmer qu’il perd sa fonction résidentielle, car ses propriétaires successifs n’en font usage que ponctuellement. Force est de constater que l’on parvient au même bilan pour la majeure partie des forteresses médiévales de Bourgogne25.

18Échappant au démantèlement et à l’abandon total, le château occupe désormais une nouvelle fonction : il devient au xixe siècle l’archétype du « château féodal » ; des travaux sont menés depuis son classement au titre des Monuments historiques en 1894, sous les soins attentifs de l’architecte Charles Suisse (1846-1906) ; il sert également de modèle pour la restauration d’autres édifices médiévaux – Rochepot, le Palais des ducs à Dijon, etc. Il est même utilisé comme entrepôt pour abriter les pièces les plus précieuses et les plus fragiles des musées de Dijon au cours de la seconde guerre mondiale. Enfin, avec les récentes restaurations, son ouverture au tourisme et sa mise en valeur, le château ainsi que son village connaissent un attrait, non plus défensif mais culturel (fig. 7).

Fig. 7 – Perspective cavalière du château de Châteauneuf

Fig. 7 – Perspective cavalière du château de Châteauneuf

Dessin et aquarelle de Charles Suisse, début du xxe siècle

Archives départementales de la Côte-d’Or, 11 Fi 46

Reçu : 2 février 2017 – Accepté : 29 juin 2017

Haut de page

Notes

1  Le titre complet du mémoire est Châteauneuf (21) : morphogenèse et évolution d’une agglomération d’origine castrale (xiie-xvie siècle), ce texte en est une présentation partielle, centrée sur le château.

2  Congrès archéologique de France, XIXe session, Dijon, 1852, Paris, 1853, p. 75-76.

3  Archives départementales de la Côte-d’Or [ADCO] : C 3075.

4  C. Courtépée, Description générale et particulière du duché de Bourgogne, t. 6, Dijon, 1780, p. 84-90 ; A. de Charmasse, « Rapport à la Société Éduenne sur l’excursion faite à Châteauneuf et à Commarin le 7 août 1913 », Mémoires de la Société Éduenne, 41 (1913), p. 243-251.

5  M. Landrot, Châteauneuf et Vandenesse, Dijon, 1927 ; A. de Vogüé, « Châteauneuf, son château, ses seigneurs. 1175-1802 », Mémoires de la Société Éduenne, 41 (1913), p. 253-274.

6  C. Perrault, Châteauneuf-en-Auxois (Côte-d’Or). Datation par dendrochronologie des plafonds et des charpentes du château, C.E.D.R.E., Besançon, 2016 ; E. Laborier, Châteauneuf (21), le château. Rapport de diagnostic archéologique, DRAC/SRA Bourgogne, Dijon, 2002 ; S. Aumard, Châteauneuf-en-Auxois (21), église Saint-Philippe-et-Saint-Jacques. Études des combles, DRAC/SRA Bourgogne, Dijon, 2011.

7  Du moins, c’est ce que semblent mettre en avant les données connues sur les castra tardo-antiques (Arnay, Avallon, Brémur) et du haut Moyen Âge (Flavigny, Châtillon), suivis par l’apparition de nouveaux châteaux dès la fin du xe siècle (Thil, Pouilly-en-Auxois, etc.).

8  M. Provost, Carte archéologique de la Gaule, t. 21/3 (La Côte-d’Or), Paris, 2009, p. 163-167.

9  ADCO : 01 H 1767.

10  F. Mazel, Féodalités (888-1180), Paris, 2014, p. 448.

11  D. Barthélemy, Nouvelle histoire de la France médiévale, t. 3 (L’ordre seigneurial, xie-xiie siècle), Paris, 1990, p. 31.

12  J. Richard, Histoire de la Bourgogne, Toulouse, 1988, p. 138-139.

13  M. Mangin et al., Mines et métallurgie chez les Éduens, Besançon, 1992 : exemple de la motte de Crépy, qui est entourée d’un important réseau de fossés d’extraction et de site de réduction du fer.

14  T. Vergine, Châteauneuf (21)…, op. cit., t. 1, p. 87-88.

15  ADCO : 11 H 251, 12 H 106.

16  ADCO : 11 H 251.

17  L’ensemble mesure environ 130 x 30 m, avec une cour haute s’apparentant à un triangle équilatéral de 35-40 m de côté.

18  H. Mouillebouche, Les maisons fortes en Bourgogne du Nord du xiiie au xvisiècle, Dijon, 2002, p. 216.

19  La comparaison avec des constructions datées similaires, la corniche à modillons, les ouvertures du dernier étage avec coussinets comparables à ceux du donjon de Semur-en-Auxois ou encore la fenêtre géminée du premier étage côté vallée.

20  C. Perrault, Châteauneuf-en-Auxois…, op. cit., p. 20.

21  De fortes présomptions font supposer la présence d’un logis antérieur à celui de la fin du xve siècle, notamment plusieurs reprises dans les élévations accessibles et visibles.

22  C. Perrault, Châteauneuf-en-Auxois…, op. cit., p. 20.

23  Catherine de Châteauneuf est condamnée au bûcher par le Parlement de Paris en 1456 pour avoir assassiné son époux avec un gâteau empoisonné afin de rejoindre Châteauneuf avec son amant.

24  J. P. C. Lavirotte, Annales de la ville d’Arnay-le-Duc en Bourgogne, Marseille, 1980 (rééd.), p. 151.

25  Voire de France : J. Burnouf (dir.), Manuel d’archéologie médiévale et moderne, Paris, 2009, p. 275.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Carte des castra mentionnés
Crédits T. Vergine
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/14680/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Titre Fig. 2 – Pont-levis à bascule et donjon en arrière-plan
Légende Première moitié du xiiie siècle
Crédits Cl. T. Vergine
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/14680/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 892k
Titre Fig. 3 – Porterie nord
Légende La tour au premier plan est de la seconde moitié du xiiie siècle, celle en arrière-plan est de la fin du xve siècle.
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/14680/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 996k
Titre Fig. 4 – Plan schématique du château et évolution
Légende xiiie siècle
Crédits T. Vergine
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/14680/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 5 – Schéma axonométrique illustrant les modifications de la première moitié du xve siècle
Crédits T. Vergine
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/14680/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 6 – Plan schématique du château et évolution
Légende xvsiècle
Crédits T. Vergine
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/14680/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Fig. 7 – Perspective cavalière du château de Châteauneuf
Légende Dessin et aquarelle de Charles Suisse, début du xxe siècle
Crédits Archives départementales de la Côte-d’Or, 11 Fi 46
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/14680/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Vergine, « Le château de Châteauneuf (Côte-d’Or) : origines, évolution et réutilisation », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], 21.1 | 2017, mis en ligne le 18 septembre 2017, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cem/14680 ; DOI : 10.4000/cem.14680

Haut de page

Auteur

Thomas Vergine

Centre Michel-de-Boüard / CRAHAM (UMR 6273), université de Caen-Normandie

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus du Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA) sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d'études médiévales d'Auxerre
  • OpenEdition Journals