Navigation – Plan du site
Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés - ARTEHIS
Opérations archéologiques 2005-2006

L’église Notre-Dame du Val d’Ajol (Vosges). Étude des enduits.

Emmanuelle Boissard-Stankov

Entrées d’index

Index de mots-clés :

église, enduit

Index géographique :

France/Val d’Ajol
Haut de page

Texte intégral

1Dans le cadre des travaux de réfection intérieure de l’église Notre-Dame du Val d’Ajol1, une opération d’archéologie préventive a été prescrite sur une partie des élévations appelées à être ravalées 2. Sur les conseils du Service Régional de l’Archéologie de Lorraine, le Centre d’études médiévales d’Auxerre, opérateur agréé pour les périodes médiévale et moderne, a été sollicité par la municipalité, maître de l’ouvrage, pour prolonger l’étude archéologique du bâti par une étude des enduits.

2L’édifice a été construit en quatre phases successives d’est en ouest. Sur le chœur à cinq pans de style gothique flamboyant, élevé au milieu du xvie siècle, se greffent les trois premières travées d’une vaste nef, datées des années 1620 3. Vers 1681, la nef s’agrandit de quatre travées supplémentaires. On y accède depuis 1734-1735 par un triple porche occidental surmonté d’une tour centrale.

3L’étude des enduits intérieurs a concerné les deux collatéraux. Elle y a révélé une stratigraphie de six séquences de décor peint, du deuxième quart du xviie siècle à 1954.

4

Profusion colorée au début du xviie siècle

5Sur le mortier de couleur crème et soigneusement lissé qui recouvre directement les maçonneries des trois travées orientales, un badigeon crème sert de fond à un décor polychrome rouge, jaune et noir. Le motif principal est un enchevêtrement de rinceaux rouges d’inspiration végétale, aux extrémités enroulées. En partie haute s’en détachent de courtes tiges terminées par trois baies. En partie basse, des motifs peints en jaune et soulignés de noir (rinceaux, grappes ?) enrichissent la composition. Une alternance de faux claveaux jaunes et rouges reprend approximativement les limites de l’appareil du formeret. Les ogives présentent le même type de faux appareil bicolore mais selon un schéma plus complexe ; le filet est jaune lorsque le tore et le canal sont rouges et inversement. Le badigeon crème constitue le seul revêtement de la voûte. On pourrait envisager sur les colonnes et demi-colonnes engagées un faux appareil alternativement jaune et rouge comparable à celui de l’arc formeret et des ogives.

6On connaît peu d’exemples de décors peints du début du xviie siècle dans les édifices religieux, et celui de l’église du Val d’Ajol semble, comme l’architecture, s’être inspiré des modèles des décennies précédentes. Malgré l’utilisation d’une palette restreinte, la complexité et la finesse des rinceaux évoquent les ornements d’époque Renaissance. Des exemples comparables apparaissent dans les plafonds peints des édifices civils datés de la seconde moitié du xvie siècle et de la première moitié du xviie siècle 4. Le faux appareil bicolore se rattache au contraire au gothique tardif qui a également inspiré les fenêtrages 5.

Décor sobre et linéaire de la seconde moitié du xviie et du xviiie siècle

7À l’agrandissement de la nef achevé vers 1681 correspondent un mortier gris-rosé lissé et un fin badigeon de couleur beige-rosé à crème, ponctuellement marqué de profondes stries de brossage. Le décor se compose d’un fond gris clair sur lequel des bandeaux noirs soulignent l’encadrement et l’ébrasement des baies, les formerets et les moulurations des ogives. La voûte conserve la teinte beige-rosé du badigeon, sans couche picturale. Les supports pourraient avoir été peints en noir, dans un traitement analogue à celui des nervures.

8Stratigraphiquement postérieur à ce décor, une bichromie spécifiquement régionale de bandeaux jaunes sur un badigeon blanc reprend le même modèle d’articulation de l’architecture. Les colonnes et demi-colonnes sont également à restituer de couleur jaune, en comparaison avec de nombreux exemples contemporains. Ce type de décor se généralise en effet en Lorraine au xviiie siècle 6 ; il a pu être réalisé au cours de la même campagne que la reconstruction du porche vers 1734-1735.

9Un badigeon de propreté, parfois associé à un mortier rose et grossièrement chargé, forme le fond d’une reprise partielle des bandeaux. L’exemple le plus tardif de bichromie blanche et jaune connu en Lorraine est daté de 1830 environ. Cette réfection pourrait appartenir au premier quart du xixe siècle, comme de nombreux travaux ponctuels cités dans les comptes de la fabrique 7.

Polychromie néo-gothique à la fin au xixe siècle

10Couche immédiatement antérieure à l’enduit de réfection de 1954, un enduit de plâtre corrige les irrégularités de l’appareil et supporte un décor de faux appareil à joints rouges, de frise de fleurs au pochoir, de voûte bleue à étoiles et feston de fleurs de lys dorées, de liserés verts sur fond rose… Le style néo-gothique adopté correspond à celui de l’autel, des stalles et des lambris du chœur mais aussi des autels secondaires qu’abritent les travées orientales des collatéraux. La présence de ces autels explique que l’accent ait été mis sur l’ornementation de ces premières travées. Le même type de décor a été repéré dans le chœur au cours du diagnostic 8 ; il est visible sur une photographie datée des environs de 1940.

11L’ensemble peut être attribué à la même campagne de décoration, située vers 1890 par les comptes de fabrique qui mentionnent un paiement de 5 000 francs à Verrebout « fabricant de statuaire et marchand parisien » pour l’autel, les stalles, les peintures etc. 9

« Éloquence de la pierre nue » au xxe siècle

12En 1954, « rien n’est épargné pour restituer à l’édifice ses lignes simples et sa beauté première » 10 : les supports, nervures et jusqu’aux clés de voûte sculptées sont ravalées et bouchardées, murs et voûtes sont uniformément peints en gris-brun.

13Deux éléments de permanence du décor mural dans les édifices religieux sont ainsi illustrés :

14- le décor peint s’inscrit dans le cadre préalable de l’élévation, qu’il contribue à définir, à l’instar du jeu entre murs et voûtes, baies et nervures des décors de bandeaux.

15- le goût pour la couleur alterne d’une époque à l’autre, entre éclatement de la polychromie et clarté du dessin, au gré de sa sensibilité et de ses influences.

16L’étude archéologique des enduits a permis de redécouvrir le premier décor peint de l’église Notre-Dame. Remarquable par sa qualité d’exécution, ce décor constitue également un exemple pour la peinture murale du début du xviie siècle dans les édifices religieux, pauvrement représentée et documentée en Lorraine comme dans de nombreuses régions. En accord avec l’architecte en charge du dossier, la municipalité exprime maintenant le souhait de conserver ce décor. L’archéologie du bâti, et plus spécialement ici celle des enduits, contribue ainsi à la connaissance et au choix des maîtres d’œuvre et de l’ouvrage, avant de passer le relais au conservateur-restaurateur de peintures murales.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Note de fin

1 Vosges, ar. Epinal, c. Plombières-les-Bains.
2 Cette prescription a fait suite au diagnostic archéologique effectué au printemps 2005 sous la responsabilité de Sébastien Jeandemange (S. Jeandemange, Église Notre-Dame de l’Assomption. Le Val d’Ajol (Vosges), rapport de diagnostic inédit, Metz, SRA Lorraine, INRAP, Direction interrégionale Grand-Est Nord, 2005, 35 p.).
3 A. Laurent, L’église Notre-Dame du Val d’Ajol, Ministère des Affaires Culturelles, Inventaire Général des Monuments et des Richesses Artistiques de la France, 1955, 15 p. André Laurent ne justifie pas cette proposition de datation qui semble en rapport avec la date gravée sur la baie sud remaniée du chœur : 1620 à l’extérieur, 16XX à l’intérieur. Il décrit cependant la sculpture de cette baie comme « très rudimentaire » contrairement au « fenêtrage flamboyant, apparenté à celui de l’abside » des baies des trois travées orientales de l’édifice. Cette datation a été reprise par la notice la plus récente du Service de l’Inventaire et par le rapport de diagnostic ; en l’absence d’informations supplémentaires, nous l’avons conservée.
4 On se réfèrera notamment aux exemples reproduits des décors de plafonds peints des châteaux de Beauzeac, Monistrol et Cadillac. Le décor du plafond de l’ancien jeu de Paume du château de Dampierre, daté du second quart du xviie siècle, montre des rinceaux agrémentés de tiges terminées par trois baies (P. Gelis-Didot, H. Laffilee, La Peinture décorative en France du xie au xvie siècle, Paris, Librairies-imprimeries réunies, s.d.).
5 Un décor de claveaux peints alternativement en rouge, jaune et blanc a cependant été daté du xviie ou xviiie siècle dans l’église de Diennes-Aubigny (Nièvre). D’après l’intervention de Laurence Blondaux, conservatrice-restauratrice.
6 Citons l’exemple de Saint-Jacques de Lunéville, dont le décor est daté du milieu du xviiie siècle.
7 Archives paroissiales. Collecte de Mireille Bouvet, conservatrice générale au Service régional de l’Inventaire.
8 S. Jeandemange, idem, 2005, p. 19-20.
9 Archives paroissiales. Collecte de Mireille Bouvet, conservatrice générale au Service régional de l’inventaire.
10 A. Laurent, idem, 1955.
Haut de page

Table des illustrations

Légende Le Val d’Ajol, église Notre-Dame de l’Assomption. Plan et coupes des collatéraux, zones concernées par la prescription (cliché CEM, XII/2005)
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/614/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/614/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuelle Boissard-Stankov, « L’église Notre-Dame du Val d’Ajol (Vosges). Étude des enduits. », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], 10 | 2006, mis en ligne le 14 décembre 2006, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cem/614 ; DOI : 10.4000/cem.614

Haut de page

Auteur

Emmanuelle Boissard-Stankov

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus du Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA) sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d'études médiévales d'Auxerre
  • OpenEdition Journals