Navigation – Plan du site
Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés - ARTEHIS
Etudes & travaux

Stucs et décors sculptés de la fin de l’Antiquité au Moyen Âge (du Ve au XIIe siècle)

Poitiers, 16-19 septembre 2004
Christian Sapin

Entrées d’index

Index de mots-clés :

stuc, décor sculpté
Haut de page

Texte intégral

1Le colloque “Stucs et décors de la fin de l’Antiquité au Moyen Âge (du Ve au XIIe siècle)” s’est déroulé comme prévu à Poitiers entre le 16 et le 19 septembre 2004. Durant trois jours en salle et visites de sites, cette rencontre préparée par le CEM avec l’aide du CNRS, du CESCM (Centre d’études supérieures de civilisation médiévale) et des collectivités territoriales a rassemblé 150 personnes et a permis de couvrir différents aspects de l’art du décor en stuc depuis l’Antiquité. Le lecteur retrouvera dans les actes (à paraître chez Brépols) à la fois les dimensions historiques et techniques évoquées au cours de ces journées. La présentation des premiers résultats sur les stucs de Vouneuil-sous-Biard a été le point de départ des discussions avec la nouvelle datation proposée (début VIe siècle) justifiée par un argumentaire archéologique, des analyses physico-chimique ou 14C, et des comparaisons. L’art du stuc souvent perçu comme carolingien ou roman trouvait avec ce site une continuité considérée désormais comme logique, sans rupture depuis l’Antiquité. L’intérêt des présentations a été de replacer l’art du stuc à la fois dans le contexte de cette haute époque (avec l’art des peintres et des mosaïstes) et dans une évolution dont toutes les étapes ont été représentées grâce aux découvertes archéologiques (Genève du Ve au VIIe siècle), Saint-Denis, Porec, et surtout Disentis (VIIIe siècle), ou à la sortie d’œuvres des musées (Vierge de Brescia ou chancel de Suhr). De nombreux autres sites souvent inédits (comme le Puy, Arles-sur-Tech ou Saint-Jean de Maurienne) ont livré le matériau nécessaire à la réflexion sur la permanence du stuc jusqu’au XIIe siècle. C’est également ce qu’assurèrent les communications sur les ensembles allemands, italiens ou espagnols présentés avant la table ronde qui aborda les rapports entre l’art des stucateurs et des sculpteurs, montrant la juxtaposition des arts et leurs influences réciproques.

2Parallèlement à ce colloque, l’exposition sur le même thème “Le stuc, visage oublié de l’art médiéval” qui s’est tenue jusqu’en janvier au musée de Poitiers, a permis de rassembler des centaines d’œuvres de cinq pays, œuvres qui n’avaient jamais eu l’occasion d’être présentées ensemble. Le catalogue de l’exposition publié chez Somogy (septembre 2004) offre une première synthèse de la variété de cet art et de cette technique, travaux approfondis avec le colloque. De même la monographie en préparation pour les éditions Gallia-CNRS sur Vouneuil-sous-Biard livrera à la fois la synthèse finale sur ce site (archéologie du site et stucs) et toutes les analyses et études techniques établies par Bénedicte Palazzo-Bertholon.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Sapin, « Stucs et décors sculptés de la fin de l’Antiquité au Moyen Âge (du Ve au XIIe siècle) », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], 9 | 2005, mis en ligne le 25 octobre 2006, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cem/708 ; DOI : 10.4000/cem.708

Haut de page

Auteur

Christian Sapin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus du Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA) sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d'études médiévales d'Auxerre
  • OpenEdition Journals