Navigation – Plan du site
Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés - ARTEHIS
Etudes & travaux

Définition et fonction d’un trésor d’église

Philippe George

Entrées d’index

Index de mots-clés :

trésor
Haut de page

Texte intégral

1L’attention pour la mise en valeur et la conservation du patrimoine artistique d’un trésor d’église n’est pas neuve. Toute une série d’initiatives heureuses atteste la sollicitude envers ces témoins privilégiés d’art et d’histoire : des pionniers ont marqué leur époque que ce soit à Conques, à Reims ou Sens pour n’en citer que trois en France. Au Louvre, en 1991, l’exposition du Trésor de Saint-Denis et le colloque organisé dans la foulée ouvraient la porte à un renouveau tous azimuts dans le domaine 1.

2Pendant ses travaux d’extension, du 19 novembre 2005 au 19 mars 2006, le Trésor de la Cathédrale de Liège expose une sélection de 250 de ses œuvres maîtresses à Beaune, à l’Hôtel-Dieu, au Musée des Beaux-Arts et à la Collégiale Notre-Dame. C’est la première fois que le Trésor sort de Liège un nombre aussi important de ses œuvres. De plus il est “enrichi” d’une cinquantaine d’œuvres significatives de trésors européens. L’Europe des Trésors est en effet en marche par la constitution à Liège en 2004 d’une association Europae Thesauri dont le premier colloque international aura lieu à Beaune en mars 2006.

3Invité par le Centre d’études médiévales d’Auxerre, dont nous venons de rejoindre le Comité scientifique, nous avons donné une communication sur ce sujet et renverrons au catalogue d’exposition de Beaune pour tous les détails nécessaires. Le livre qui sort de presse pour cette circonstance se veut en effet une approche pédagogique d’un trésor d’église et de sa signification aux époques concernées 2. L’originalité du dossier réside dans l’illustration possible à partir de l’exemple de Liège des diverses fonctions d’un trésor d’église. L’approche muséographique classique – l’étude des objets - se double d’une approche interdisciplinaire qui élargit considérablement le champ de la vision historique vers toutes ses composantes : politique, sociale, religieuse, liturgique, théologique et, bien entendu, artistique.

4Contrairement aux idées reçues, notre maître Dom Jacques Dubois disait que mieux que quiconque un moine est bien placé pour traiter d’histoire monastique. En serait-il de même pour un conservateur de trésor lorsqu’il aborde l’histoire de son institution ? Bien sûr on attend d’abord l’historien ou l’historien d’art pour parler des œuvres, mais l’anthropologie historique jette depuis plusieurs années son dévolu sur les trésors, les trésors d’églises en particulier. Le résumé qui suit, sous un titre en partie emprunté à Xavier Barral y Altet 3, trace les grandes options analysées à Beaune. La porte du laboratoire est ouverte, l’expérience est en cours.

5“Trésor” : le mot accroche, intrigue, séduit, fascine et son côté mystérieux prévaut ; il en devient quelquefois mythique. Un trésor restera toujours un trésor. Un trésor d’église participe au phénomène, davantage encore s’il est de cathédrale. Son image résiste à l'énumération de ses diverses composantes et à la définition de ses multiples fonctions : signification première des objets, destination, utilisation… En les explorant et en tentant de les détailler se dégage, au fil des siècles, la philosophie d'un trésor d'église. Leur typologie est en marche. Comme le rappelle pertinemment Jean-Pierre Caillet, “les trésors d’églises constituent dans le champ des realia l’un des aspects essentiels de la civilisation du Moyen Âge” 4 et Michel Pastoureau d’ajouter que le trésor est une notion clef du pouvoir féodal.

6Les récits de voyages sont une des sources pour l'étude d'un trésor. En 1718, à Liège, comme en beaucoup d'endroits, le voyage des deux bénédictins Martène et Durand en procure une excellente introduction : “Après Vêpres, Monsieur le Grand Doyen nous attendit dans le Chapitre, pour nous faire voir les reliques et les ornemens, qui sont tres riches, et dignes d'une des plus illustres cathédrales de l'Église. On nous en montra un entr'autres, qu'on prétend avoir servi à saint Lambert ; dont la chape et la chasuble sont tous couverts de perles ; et dont le travail surpasse de beaucoup la matière : les sandales et les botines de saint Hubert, évêque de Liege : le pallium de Gregoire X, qui avoit esté archidiacre de cette église ; et une croix faite du bois de celle où le Sauveur a esté attaché pour nous racheter, donnée par ce grand pape. Le beau reliquaire qui contient le chef de saint Lambert, est tout d'or et d'un travail exquis ; Monsieur le Grand Doyen eut la bonté de l'en tirer, et nous fit l'honneur de nous le faire baiser à nud. […] La châsse de saint Lambert est dans le jubé ; Monsieur le Grand Doyen voulut bien qu'on la découvrît pour nous la faire voir. Elle est d'un travail antique, partie d'or, partie d'argent, ornée d'un grand nombre de pierres précieuses, et entr'autres une agathe qui représente l'impératrice Faustine, dont le travail est admirable” 5.

Le trésor constructeur d'identité : du corps saint à la collection de reliques

7L'origine des trésors ecclésiastiques remonte à la reconnaissance officielle du christianisme en 313. Poursuivant et adaptant la tradition païenne romaine, Constantin pourvoit à l'entretien des édifices qu'il fonde et permet qu'ils soient dotés des objets nécessaires à la célébration du culte.

Le saint patron

8En premier lieu, la spécificité du trésor religieux tient à ses fondements historiques et à la mémoire spirituelle qu’il transmet : la mémoire des origines. Le mot “trésor” s'harmonise parfaitement avec le mot “reliques” : chaque église met en valeur son trésor de reliques. À la base, il existe le corps entier et intact - corpus integrum et incorruptum - du saint fondateur, au pluriel si l'église locale a bénéficié du concours de plusieurs fondateurs. Très souvent sur le lieu de son martyre ou de son ensevelissement, le corps saint séculairement conservé génère à travers les âges des constructions élevées pour organiser et promouvoir un pèlerinage en son honneur.

9L'association d'une ville avec son saint patron se manifeste de nombreuses manières. D'abord dans la liturgie par l'importance accordée à la fête du saint et par le développement de son office, mais aussi à travers les sources narratives. Des récits racontent faits et gestes du saint patron et surtout ses interventions miraculeuses si importantes pour attirer les pèlerins vers lui, donc vers la ville. Enfin l'iconographie du saint est le témoignage le plus parlant pour tous, dans son monument, à son autel, par les œuvres d'art - le cycle iconographique du socle du buste-reliquaire de saint Lambert est à cet égard très représentatif - mais aussi dans des images les plus populaires et les plus diffusées. Les livrets de pèlerinage attirent les foules comme à Maastricht ou à Trèves. Les images du Trésor exposé vantent les mérites des principales reliques comme à Tongres ou à Saint-Trond. Chaque centre de pèlerinage crée des particularités liturgiques en rapport avec ses reliques.

10Avec l’identification de la ville à son saint patron il y a parallèlement l’identité culturelle de la collectivité liée à la cathédrale et à son trésor. Une contre-épreuve en est donnée dans les grands drames vécus à travers l'histoire quand le trésor est exhibé pour “appeler sur la patrie la protection divine”, dans les faits pour susciter un sursaut national. C'est le cas à Liège en 1489, en pleine guerre civile, lorsque le chapitre cathédral organise une procession de toutes les reliques de la cathédrale Saint-Lambert.

La sainte Vierge

11Dans cette procession liégeoise de 1489, vient en premier lieu l'Icône de la Vierge, dont la référence était à Constantinople l'icône de référence, conservée au monastère Hodegetria, et vénérée au moins à partir du VIIIe siècle ; elle passait pour un portrait de la Vierge exécuté par saint Luc et était un palladium de la cité. Les représentations de ce type sont nombreuses dans les pays orthodoxes comme en Occident 6.

12Le siège épiscopal a été successivement établi à Tongres, à Maastricht et enfin à Liège.

13Tongres, une église d'une si haute antiquité, berceau du diocèse de Tongres-Maastricht-Liège, se devait de posséder un trésor de reliques prestigieuses. Si, dans les plus importants trésors d'églises de nos régions, les reliques mariales abondent généralement, les dignitaires locaux ont été amenés à faire valoir l'originalité de leurs reliques et leur importance. À Tongres c'est le cas avec le cingulum et le capitegium, la ceinture et le voile de la Vierge. Les grandes églises se revendiquaient de pareil trésor marial, comme Constantinople, Trèves, Rome, Madrid, Moscou… Des ceintures de la Vierge étaient montrées à Sainte-Marie Majeure à Rome, à Arras, à Bruges, à Tongres ou à Notre-Dame de Maastricht. Chartres possède la chemise de la Vierge offerte par Charles le Chauve en 876. À Rouen, restaurée après les raids vikings, la crypte originelle de la cathédrale conservait vraisemblablement dans sa confession la châsse des reliques de Notre-Dame, ancêtre de la célèbre cassa beate Marie cooperta argento deaurato, mentionnée dans l’inventaire du XIIe siècle, et qui renfermait notamment deux cheveux de la Vierge remis par le patriarche d’Antioche ; vers l’an mil le chroniqueur Dudon de Saint-Quentin mentionne le pallium qui protégeait le reliquaire offert, écrit-il, par le duc Richard Ier en remerciement de la protection de la Vierge pour la cité rouennaise 7.

L’apostolicité de la cité

14Forger des liens plus étroits avec Rome par l’intermédiaire des reliques des saints et en particulier par les souvenirs des Apôtres est pour une grande Église un souci récurrent qui va prendre des formes différentes à travers les siècles. Le désir d’apostolicité est réel au Moyen Âge pour de nombreuses cités. Ainsi le bâton de saint Pierre, relique si symbolique, se promène au fil de la littérature hagiographique et des souvenirs signifiants en sont conservés à Trèves et à Cologne. Les diptyques paléochrétiens en ivoire à iconographie apostolique (Tongres, Metz, Rouen, Beromünster…) ne relèvent-ils pas du même souci ?

15Liège n’échappe pas au mouvement. La clé dite de saint Hubert contient dans sa poignée des limailles des chaînes de saint Pierre qui auraient été rapportées par saint Hubert de son pèlerinage à Rome. Apparue à Liège seulement vers le milieu du XIIe siècle, cette relique historique insigne de Liège pourrait faire partie de l'arsenal des pièces justificatives destinées à redorer le blason de l'Église de Liège, affaiblie par la Querelle des investitures. L'association de saint Pierre à saint Hubert, de Pierre au fondateur de Liège, est une obligation pour la fondation d'une grande Église : l'association du fondateur de l'Église universelle au fondateur de l'Église locale 8.

16Le trésor, réceptacle de toutes ces reliques, devient ainsi la mémoire de la fondation, mémoire spirituelle qui se constitue à côté de la puissance temporelle. Cette dernière va ajouter au trésor des objets symboliques et le trésor va devenir l’histoire vivante du lieu.

Le Trésor et sa signification

17Donner pour recevoir : telle sera la motivation historique principale des dons au Trésor d’une église. Les offrandes constituent une large part du Trésor qu’elles alimentent, enrichissent et dont elles reconstituent les pertes. Les trésors d'églises vont bénéficier de toutes les libéralités exécutées dans ce cadre précis.

La mort et les offrandes

18Mécénat va souvent rimer avec espérance de l'au-delà. Le mécénat de certains prélats est célèbre : Angilbert à Milan au IXe siècle, Egbert à Trèves au Xe, Suger à Saint-Denis ou Wibald à Stavelot-Malmedy au XIIe siècle.

La liturgie

19L’affectation liturgique prévaut néanmoins comme vocation première d’un trésor et justifie l’association des objets à en faire partie. Pro utilitate ecclesie et ad usum fabrice, comme le stipule une donation faite à Xanten en 1423 9.

Pro utilitate ecclesie et ad usum fabrice

20Le culte chrétien nécessite les objets indispensables à sa célébration. La distinction dans les textes entre l'ornamentum, ou apparatus ecclesiae, c'est-à-dire tout ce qui sert à la décoration de l'édifice (tapisseries, antependia, chandeliers…) et le ministerium, c'est-à-dire tout ce qui est nécessaire à la célébration du culte (calices, patènes, ciboires, vases liturgiques, croix, encensoirs, clochettes, manuscrits, vêtements liturgiques…) n’est pas toujours très nette. Beaucoup d'objets vont au cours des siècles entrer dans la composition d'un trésor.

21La réforme carolingienne insiste sur l’équipement liturgique nécessaire de toute église, aussi minimal soit-il.

La spatialisation du sacré

22Au Centre d’études médiévales d’Auxerre le thème a fait l’objet de nombreuses recherches. Après des fouilles et une restauration exemplaires, Saint-Germain d'Auxerre est devenu un dossier archéologique exceptionnel de référence, modèle du genre pour un des sites majeurs du haut Moyen Âge en France. Dans ses Miracles de saint Germain, Heiric d'Auxerre (841-873/875) insiste sur l'attachement de Germain († 448) pour les reliques et l'édifice lui-même est organisé comme un vaste reliquaire autour des autels et de la Confession du saint.

23Dominique Iogna-Prat met en évidence un type historiographique nouveau, le De constructione-de consecratione ecclesie, genre de panégyrique de monument, dont l’exemple le plus achevé sera le célèbre “Écrit sur la consécration de l’église de Saint-Denis” de l’abbé Suger (1081-1151) 10. Aux simples notices assez sèches de dédicaces, dont les exemples dans l’Empire sont nombreux, succède une vraie “célébration monumentale monastique” : les réformateurs monastiques contribuent à une exceptionnelle floraison monumentale. La signification profonde du récit réside dans la célébration du lieu de culte comme “une manière de reliquaire résumant toute la géographie de la chrétienté”. La spatialisation du sacré induit une forme de discours sur l’Église et sur la société chrétienne à l’âge roman.

Actualité du Trésor

24Sans entrer dans le détail qui sort du Moyen Âge, soulignons la pérennité jusqu’à nos jours de l’utilisation liturgique d’objets précieux même très fragiles : à Aix-la-Chapelle la croix de Lothaire précède le cortège de la célébration de la Saint-Charlemagne le 28 janvier 11 ; les fêtes septennales de Tongres sortent en procession les reliquaires ; le calice en or (fin du XIIe siècle) du sacre, dit de saint Remi, fut utilisé par l’archevêque de Reims lors de la messe de Noël précédant l’an 2000, et c’est sans parler des sorties extérieures répétées des châsses de Tournai, de Mons, de Stavelot, de Gerpinnes, ou de Maastricht.

Le trésor vitrine du pouvoir ecclésiastique et princier

25La cathédrale, église de l'évêque, bénéficie des libéralités du prélat et de son chapitre. Le trésor est ainsi représentatif du pouvoir ecclésiastique par les dons ou legs consentis. Plus largement les laïcs contribuent à son enrichissement. Il existe bien sûr des différences entre un trésor de cathédrale, un trésor d’abbaye et un simple trésor d’église par la nature des objets qui y entrent mais aussi par le degré de sacralité de certains d’entre eux. D’autre part l’évêque, comme le souverain, distinguera les pièces propres à son usage personnel, - sa chapelle pour l’évêque ; dans le cas du laïc, il se peut aussi que la mort du prince prescrive des dispositions particulières à l’une ou l’autre pièce.

L’évêque et son chapitre

26Les initiatives personnelles d'un évêque ou d'un haut dignitaire ecclésiastique ou de l’ensemble du chapitre de chanoines sont aptes à lancer ou à relancer un culte.

27L'église cathédrale est souvent nécropole épiscopale mais aussi nécropole canoniale : les chanoines imitent leur évêque. Le trésor s’enrichit des dons personnels du prélat. Mais le “gardien” séculaire du Trésor est le Chapitre et son sort dépend tant bien que mal des relations entre l’évêque et son chapitre. Et que dire, du côté monastique, à Saint-Denis, abbatiale royale, des interventions personnelles des abbés de Saint-Denis Fulrad († 784), Hilduin († 841) et, en apothéose, Suger († 1151) ?

Le prince

28À Liège, l'évêque est aussi prince : son mécénat ecclésiastique se double d'un mécénat princier ; tous deux peuvent se focaliser sur l'église-mère, la cathédrale, souvent choisie aussi comme nécropole épiscopale, et, bien entendu, son trésor.

29Un seul exemple hors Liège, à Angers, le roi René donne des pierreries et de riches tapis pour la châsse de saint Maurille et le chapitre y emploie 24 écus d’or offerts par Louis XI lors de son entrée dans la cathédrale le 5 août 1470. Le même roi renouvelle ses dons en 1476 et 1479 pour les reliques de saint André. En pèlerinage en 1508, Louis XII et Anne de Bretagne laissent un calice d’or et vingt écus au soleil 12.

Les insignes du pouvoir

30Le Trésor peut entretenir un lien particulier, politique ou institutionnel avec le souverain, et en conserve des insignia : les couronnes de Monza, dont la couronne dite de fer qui renferme un clou de la Vraie Croix, un vêtement de Charlemagne et la couronne de Sicon, prince de Bénévent (817-832) au Mont-Cassin, ou Saint-Pierre de Rome avec les cadeaux du roi de Wessex Aethelwulf, gendre de Charles le Chauve, de sa couronne, de jambières et d’une épée, de la couronne de l’empereur de Bérenger Ier en 915 et tant d’autres.

31Le nationalisme peut aussi s’exprimer dans le trésor lorsqu’il conserve comme à Liège, à Budapest ou à Vienne, les regalia, c'est-à-dire les insignes et instruments du pouvoir.

32L’abbaye de Saint-Denis de Paris est unie à la monarchie française : abbaye royale et nécropole des rois de France, elle fut dépositaire des regalia, instruments et vêtements du sacre, peut-être dès l’époque mérovingienne 13. Suger fut le grand orchestrateur du culte de saint Denis et du cérémonial liturgique sandyonisien, qu’il décrit quand Louis VI part en 1124 en guerre contre l’Empereur : ostension des châsses, prières du roi, prise de la bannière du Vexin, “l’oriflamme de saint Denis” que l’on faisait remonter à Constantin, et que l’on associait à Clovis ou Charlemagne, exposition des châsses pendant l’absence du roi, et retour de guerre aussi cérémonieux. Les parallélismes sont évidents à Liège avec le gonfanon de saint Lambert saisi par l’Avoué de Hesbaye sur l’autel de la Sainte-Trinité dans la cathédrale, symbole mobilisateur des forces liégeoises, remplaçant la châsse de saint Lambert sur les champs de batailles. C’était le signe de ralliement des milices liégeoises. “À Bouvines (27 juillet 1214) le vainqueur arbore l’oriflamme de Saint-Denis, comme à Steppes (13 octobre 1213, victoire liégeoise contre les Brabançons) l’étendard de saint Lambert” 14.

33À Bamberg, le manteau bleu nuit couvert d’étoiles de l’empereur Henri II (1014-1024) destiné au sacre fait partie de la liturgie du pouvoir impérial – rex et sacerdos. Le modèle est biblique : l’empereur imite dans son costume le grand prêtre de l’Ancien Testament qui portait la couronne d’or sur la mitre et un habit figurant la terre. Fondation de l’empereur et lieu de sa sépulture, la cathédrale de Bamberg reçut d’autres legs testamentaires du souverain : livres liturgiques, orfèvreries et ornements 15.

La renommée du trésor

34D’une certaine manière le secret du Trésor contribue aussi à sa renommée : “Cacher pour faire désirer”. Au Moyen Âge la publicité du Trésor est assurée par les recueils de miracles des saints, récits parfois colportés par des jongleurs et troubadours. On connaît le succès et la popularité qu’ils apportent aux lieux de pèlerinages, donc aux trésors. À l’Époque Moderne, des guides spécialisés de pèlerinages opèrent la même diffusion amplifiée par l’imprimerie et quelquefois agrémentée des images des plus beaux reliquaires, tels les “livrets” du Trésor de Saint-Denis. On ne compte plus les visites de trésors par les personnalités.

35Chez le pèlerin, on distinguera deux stades d’intercession : l’un concerne la prière adressée aux saints devant leurs reliques, prières pour différentes intentions ; l’autre pour des intentions précises et humaines à savoir la recherche effrénée d’une thaumaturgie en sollicitant les meilleurs saints, donc en approchant les plus importantes reliques.

Les meilleures garanties

36Le prestige d’un trésor passe par une recherche de l’Autorité : l’autorité du prêtre, d’un abbé, d’un évêque, d’un archevêque, d’un cardinal voire du pape lui-même qui a reconnu telle relique ; celle-ci en devient plus authentique et plus importante. Charlemagne aurait reçu des reliques de Charroux de deux envoyés du patriarche de Jérusalem qu’accompagnaient des émissaires du roi de Perse : cette explication donnée au XIe siècle réunit en une seule phrase trois autorités : Charlemagne, le patriarche de Jérusalem et le roi de Perse. Plus tard on parlera aussi du prétendu voyage de Charlemagne à Jérusalem et la relique du “bellator” verra son pouvoir renforcé à Charroux 16.

37Un phénomène de transfert contribue à la réputation du trésor à travers les “reliques historiques” c’est-à-dire les objets réputés avoir appartenu au saint et souvent postérieurs de plusieurs siècles à sa mort. Des personnages historiques de renom sont de la même manière pris en otage, comme Charlemagne et son aiguière à Agaune ou son “A” à Conques 17. Bien sûr il peut s’agir d’objet ayant réellement appartenu au saint ou ayant réellement été offerts par une personnalité.

Les meilleurs saints

38La renommée du trésor dépend de celle des saints dont les reliques sont conservées. Un saint au culte international aura un profond impact, de même pour le lieu d’origine ou de provenance de la relique : Rome, Jérusalem, mais aussi une abbaye importante et réputée par son ancienneté ou par son trésor. La singularité de certaines reliques attire les foules comme la Sainte Larme à Vendôme ou la “Sainte Vertu” à Charroux, de même le succès et la nouveauté de certains cultes comme celui de Thomas Becket, l’archevêque martyr et tous les souvenirs qu’il a égrenés dans les cathédrales qu’il a visitées.

39À bon saint, bon reliquaire. Leurs formes évoluent pour mieux les mettre en valeur les reliques. Une typologie peut en être fortement résumée : le reliquaire-ostensoir ou monstrance tel le Karlsreliquiar gothique d’Aix-la-Chapelle (XIVe siècle) ou celui baroque de saint Ulric à Augsbourg (1764) ; les statuettes-reliquaires gothiques comme le bel ensemble conservé à Tongres (XIVe siècle) ; le reliquaire anthropomorphique (bras, pied, côte, doigt…), parfois dit “parlant” comme le pied de saint André de Trèves (Atelier d’Egbert, Xe siècle), le bras-reliquaire de saint Veit à Bamberg (XVe siècle) avec un surprenant coq posé au milieu de la main, ou la côte-reliquaire d’Aldeneik/Maaseik (Xe siècle) ; enfin les retables des chefs des Onze Mille Vierges (Cologne, XIVe siècle).

40Le Trésor est le reflet des courants de piété. Il s’enrichit de la popularité d’un saint à une époque précise, ou d’un endroit déterminé, un sanctuaire vénéré entre tous.

41L’exportation de parcelles du bois de la Sainte-Croix est à la base de la création de staurothèques byzantines, parfois adaptées en Occident tel le triptyque de Sainte-Croix de Liège œuvre de Godefroid de Huy vers 1170, qui encadre une petite croix byzantine de l’an mil. De même le reliquaire de la Vraie Croix de Jaucourt dans l’Aube (Louvre) dont la base et les anges furent réalisés en Champagne, vers 1330. Et Wibald fait enchâsser dans un triptyque mosan un triptyque byzantin qu’il aura sans doute ramené de ses ambassades.

42La staurothèque de Limburg-an-der-Lahn rapportée après 1204 (Constantinople, milieu du Xe siècle) à l’iconographie centrée autour du Christ est le chef d’œuvre incontesté de la renaissance macédonienne.

Les meilleurs spectacles

43On pourrait aussi parler du “spectacle” du Trésor à travers quelques reliques démonstratives comme le sang frais autour de la “Sainte Vertu” de Charroux, des hosties ou linges sanglants, saint Janvier à Naples, ou en 1254 ces gouttes de sang sortant du bois de la croix de Floreffe. Tous ces faits spectaculaires sont aptes à stimuler une nouvelle dévotion.

44Le trésor devient un témoin économique de la prospérité d'un centre religieux et inversement. Ipso facto c’est un baromètre des crises de la société. L’argent récolté sert à embellir le trésor. Pas d’argent, pas d’œuvre d’art. Il est ainsi impossible de réaliser une nouvelle châsse pour saint Remacle avant 1263-1268 car la conjoncture économique de l’abbaye de Stavelot est désastreuse après le sac de 1251 qui probablement avait fortement endommagé l’ancien reliquaire 18.

45À certaines époques aussi les sources ont fait preuve d’exagération dans leurs descriptions des dimensions des œuvres, de la qualité des métaux ou du nombre de pierres précieuses : ces données brutes contribuent aussi injustement à la renommée du trésor.

46Des ostensions de reliques sont organisées à des fins psychologiques. Elles font partie de cet arsenal d’armes spirituelles utilisées à dessein par les ecclésiastiques du Moyen Âge. Elles ont tendance à devenir plus régulières dès le XIe siècle, à l’occasion de grandes fêtes (dédicace, saint patron…) et drainent une affluence de pèlerins, au point qu’un endroit surélevé est nécessaire pour exhiber la relique. Pour le saint Suaire à Turin un pavillon est construit sur la place.

47Dès la fin du Moyen Âge, des ostensions régulières de reliques s'organisent avec toute la publicité nécessaire, du livret ou insigne de pèlerinage à l'image de piété. Le pèlerin doit connaître la vie du saint, si possible dans sa langue maternelle ; il doit être informé des miracles survenus, des maladies guéries, des gestes à accomplir pour obtenir son intercession. Des reliques de contact sont ramenées : linges ou mouchoirs frottés au tombeau du saint, eau ayant lavé ses reliques, ou, comme à Nassogne dès la première moitié du siècle, lors du “remuage”, des branches qui ont touché la châsse de saint Monon, et que l'on accrochera dans les étables pour la protection du bétail.

48L'ostension septennale des reliques est une expression, — et une manifestation —, qui cadre parfaitement avec le désir de l'Église tridentine d'exalter sa gloire éternelle. Par sa richesse et sa complémentarité, l'ostension de Tongres a sa place dans l'ensemble de ces manifestations particulières de dévotion organisées tous les sept ans dans nos régions et qui mettent à l'honneur le trésor de reliques : Maastricht, Aix-la-Chapelle, et Cornelimünster. C’est au XIVe siècle que remontent à Maastricht les ostensions septennales des reliques à l’instar d’Aix 19. Le pèlerinage est encouragé par l’octroi d’indulgences et des festivités de toutes sortes accompagnent “la sainte kermesse”.

Le Trésor stimulateur des arts précieux

49Les édifices rassemblent progressivement de véritables collections de reliques de toutes sortes qui impressionnent par leur variété, leur originalité et leur nombre, sans oublier le caractère profondément humain de ces objets sacrés. Ces lipsanothèques deviennent quelquefois surréalistes par la nature même des reliques qu’elles sont réputées conserver.

50Les reliques sont parées des matières les plus nobles et les plus riches. C'est ici qu'intervient la notion de richesse, surtout liée à l'orfèvrerie, voici “le trésor d'église” tel qu'il est envisagé concrètement dans la plupart des cas. L’attention accordée aux objets précieux stimule la production somptuaire. De nouvelles orfèvreries sont créées pour faire scintiller les reliques. Les inventaires recensent toutes les pièces : ciborium, tugurium, ambon, analogium, balustrades, cancels, autels fixes ou portatifs, devant d’autels, antependium, reliquaires, coffrets, statues-reliquaires, châsses, phylactères, croix et crucifix, couronnes, lampes et chandeliers, vases sacrés… Émile Lesne relève de nombreux exemples dans tous les trésors 20.

La richesse de l’orfèvrerie

51Les Miracles de saint Germain d’Auxerre rapportent que Clotaire Ier (511-561) fit placer un ciborium au-dessus de la tombe de saint Germain, rehaussé d’or et d’argent, avec une inscription dédicatoire ; son épouse offrit plusieurs ornements, de la vaisselle et des étoffes ainsi qu’un superbe calice en or serti de pierres précieuses. Grégoire de Tours († 594) décrit le ciborium de l’autel de la confession de saint Pierre au Vatican.

52On a plus de chance, grâce à la célèbre Messe de saint Gilles (vers 1500), d’apercevoir l’autel d’or de Charles le Chauve à Saint-Denis et ses énormes pierreries remarquablement montées, transformé en retable et surmonté par la croix de saint Éloi. Suger fit compléter le maître-autel par trois tables d’or avec des candélabres d’or. L’association du numéraire et du saint transparaît dans l’hagiographie dans des formules qui identifient le saint et ses reliques au vrai trésor. Dans la Vie de saint Ursmer de Lobbes, le mot “trésor” désigne le corps du saint, qualifié de “précieux” dans la Vie de saint Trond. Dans ses Miracula sancti Germani Heiric d’Auxerre parle du corps de saint Germain comme d’un trésor à adorer. Dans la Translatio sancti Valeriani (Tournus, 1120-1140) le “trésor” des moines de Noirmoutier c’est le corps de saint Philibert mais aussi les objets précieux du culte 21. À cet égard est tout aussi significative l’ambivalence de la fonction de “custos” : l’ecclésiastique qui garde le trésor, mais aussi celui chargé du temporel de l’église.

53L’union de l’or et des pierres est parfaitement soulignée par Suger dans l’inscription latine qu’il fit placer à la base du cou de son aigle : “Cette gemme méritait d’être sertie dans l’or et les pierres précieuses. Elle était de marbre mais ainsi, elle est plus précieuse que le marbre”. L’orfèvrerie trouve ici toute sa mesure dans ce chef d’œuvre incontesté de l’art médiéval. Ce vase en porphyre récupéré est une aiguière : l’eau coulait par le bec. “L’ensemble dégage une impression de puissance où se mêlent le hiératisme des ailes raidies, le naturalisme des serres crispées sur leurs proies et de la tête orgueilleuse, à l’œil féroce” (Danielle Gaborit-Chopin).

54Le culte des reliques encourage pleinement le développement des arts précieux dès l'arrivée de la relique dans le lieu de pèlerinage et pendant toute son histoire. Les reliques vont recevoir des enveloppes successives de mise en valeur.

Les matériaux nobles

55La nature des matériaux fascine : alternance et “abondance d'or, d'argent, d'émaux, de pierres précieuses et de joyaux de toutes espèces”… rien n'est trop beau pour rendre hommage aux corps saints, comme l'écrit l'hagiographe de saint Lambert au VIIIe siècle lorsqu'il décrit le mausolée du saint patron à Liège. Le psaume 12, verset 6 établit un parallélisme significatif : “Les paroles de Dieu sont des paroles pures, comme de l’argent affiné dans un fourneau de fusion en terre, épuré sept fois”. L’or confine au divin. Marie-Madeleine Gauthier l’exprimait admirablement dans un style qui n’avait d’égal que sa science : “Inaltérable, luisant, chaleureux, l’or, substance où semble s’être incorporée la lumière du soleil, en a restitué la splendeur au cœur des sanctuaires chrétiens et jusque dans l’obscurité des cryptes, tout au long du Moyen Âge et de l’âge classique. Sur les murs, sur les ornements, sur les autels, sur les tombeaux, sa présence a semblé indispensable pour manifester le rayonnement du sacré. Vibrant sous la flamme des cierges, il ajoute son symbole impérieux à l’ordre liturgique”  22. L’or conduit à l’orfèvrerie mais enrichit aussi les manuscrits, dont certains sont parties intégrantes des trésors.

56L’offrande au sanctuaire peut aussi arriver sous la forme d’une quantité de métal précieux. Arnoul, comte de Flandre, en visite à Reims offrit un poids considérable d’argent à Notre-Dame. L’approvisionnement du Trésor en matières précieuses est documenté par de nombreuses lettres de prélats qui précisent la quantité d’or et d’argent utilisée. D’autre part les pièces de monnaie ou petits bijoux offerts par les pèlerins s’accumulent et sont fondus en lingots. Le trésor de Saint-Michel de Lünebourg, aujourd’hui en grande partie au Kestner-Museum à Hanovre, tire son nom de l’antependium d’or du maître autel (“Goldene Tafel”), retable d’exposition avec prédelle reconstruit au XIVe siècle pour les 88 œuvres d’art du Xe au XVIe siècle 23.

57Un intérêt tout particulier pour l’ivoire persiste, de l’Antiquité, après une éclipse de quelques siècles, à la renaissance carolingienne, jusqu'aux IXe-Xe siècles, et l'ivoirerie liégeoise est la première à pouvoir définir les principaux traits de la plastique mosane la plus ancienne. Les ivoires antiques vont également servir à décorer les reliures des livres liturgiques. C’est le cas à Liège avec les vestiges des diptyques consulaires 24.

Les pierres précieuses

58De tout temps les pierres précieuses fascinent : le saphir du talisman de Charlemagne, le “Régent” diamant de la couronne de France, ou l’agate de la châsse de saint Lambert.

59La grande améthyste de la croix de Charles le Chauve à Saint-Denis était réputée provenir du collier de la reine Nanthilde, épouse du roi Dagobert. L’intaille de béryl d’aigue-marine de Julie, fille de l’empereur Titus (79-81), est l’élément terminal de l’Écrin dit de Charlemagne. La croix de Lothaire d’Aix-la-Chapelle porte un camée à l’effigie de l’empereur Auguste, la châsse de saint Sulpice de Bourges une agate de Marc-Antoine et Cléopâtre.

60Le cristal de roche est aussi bien utilisé : à Reims le reliquaire de la Sainte-Épine (orfèvre parisien, Guillaume Lemaistre vers 1458), ou le bras-reliquaire de saint Louis de Toulouse (1336-1338, aujourd’hui au Louvre), chef d’œuvre des cristalliers médiévaux 25. Selon un témoignage de 1612 la Sainte Ampoule de Marmoutier était “de même façon et grandeur” que la Sainte Ampoule de Reims et, comme elle, elle était “d’un verre plat et espais” ; elle servit pour le sacre d’Henri IV à Chartres en 1594 et contenait le baume miraculeux de saint Martin 26. Acquise par la Cathédrale Saint-Lambert de Liège sans doute au XIe siècle la relique de la Sainte-Croix fut enchâssée au début du XVe siècle dans un remarquable tableau-reliquaire protégé par un cristal de roche d’une grandeur et d’une limpidité remarquable.

61Les trésors recèlent d’aiguières ou de calices, de bouteilles ou burettes de cristal de roche dont les cristalliers de la dynastie des Fatimides (909-1171) s’étaient fait une spécialité au Caire (Saint-Marc, Saint-Denis, Halberstadt …).

62Un calice orné de plaques d’ambre sculpté est offert à Saint-Denis au XVIIe siècle. Ce matériau travaillé à Kaliningrad, ex-Königsberg en Prusse Orientale, fut très apprécié aux XVIe et XVIIe siècles. L’ambre servit aussi pour la petite madone de Lünebourg du XVe siècle (11,5 cm Hanovre, Kestner-Museum).

63À Liège le Répertoire des pierres, perles et autres choses précieuses au coffre ou monument du glorieux patron saint Lambert fait le 4 décembre 1700 mentionne des perles d’Écosse et des saphirs nombreux ; l’État des pierreries et des pièces d’or et d’argent doré servant à la décoration de la châsse de saint Maurille […] d’Angers en 1747 les trois grandes agatonix et les cailloux du Poitou.

Les reliques, un capital en puissance

64On oublie souvent que les reliques elles-mêmes ont été quelquefois achetées à prix d’or, ce qui donne aussi une idée de la valeur que l’on y attache 27. Le prix de l’acquisition de la couronne d’épines est bien supérieur à celui de la construction de la Sainte-Chapelle.

65Les réceptacles confection­nés pour contenir les reliques sont non seulement des œuvres d’art mais aussi une réserve monétaire à laquelle on recourra en cas de besoin. Le trésor est un capital monnayable pour des moments de pénurie : le métal est alors engagé, vendu ou même fondu et transformé.

66Des préoccupations d'ordre social peuvent parfois intervenir comme à Fleury vers 1146 quand la tunique d'argent du Christ monumental est réalisée pour nourrir des affamés. Plusieurs exemples semblables existent pour Rouen, Le Mans, Dijon … toutes ventes en temps de disette pour nourrir les pauvres.

67Pierre-Edouard Wagner fait pertinemment remarquer que la mise à contribution du trésor n’est pas un problème dû à une éventuelle et soudaine pauvreté du chapitre mais résulte de l’impossibilité matérielle de réunir rapidement de pareilles sommes 28. En 1527 la meilleure partie des joyaux de Saint-Étienne de Metz est vendue pour subvenir à la cotisation de l’empereur ; en 1690 et en 1760, sur ordre du roi, l’argenterie est envoyée à la Monnaie.

68En 1748 les chanoines d’Angers prétextent un changement de disposition de la châsse de saint Maurille pour enlever de l’argent sur la face cachée et s’en servir pour leurs dépenses énormes de construction du nouveau chœur. Les utilisations sont quelquefois moins nobles : en 1590 les moines de Saint-Denis sacrifient un saint Jean en or offert en 1343 par la reine Jeanne d’Évreux “pour payer le boucher”, et ce n’est pas la seule dépense pour un fournisseur.

69Le rachat des captifs fait partie des obligations ecclésiastiques et les rançons des prisonniers entrent aussi dans les causes d’érosion d’un trésor, comme celles versées par Saint-Denis aux Normands en 841, 856 et 857 pour récupérer des leurs, celle versée en 869 aux Sarrasins pour l’archevêque Rotland, ou celle du roi Jean II le Bon en 1360. Les Normands ont aussi rançonné les monastères sous peine de mise à sac. Les rançons des rois Jean le Bon (1360) et François Ier (1525) furent également ponctionnées sur le trésor de la cathédrale et de la collégiale Saint-Étienne de Troyes.

70Il ne faut pas négliger les “emprunts” royaux comme celui de Philippe VI de Valois en 1340, ou la fonte de la châsse de saint Louis en 1418 et d’autres objets. Enfin des objets du Trésor sont parfois mis en gage. C’est le cas à Liège en 1483. À Saint-Denis avec l’abbé Jean de Bourbon, lié au parti des Bourguignons, en 1424, ils ne seront récupérés qu’en 1432.

71Les reliques constituent un vrai capital pour une église : elles en sont sa richesse spirituelle, tandis que les reliquaires en sont la richesse matérielle, réserve monétaire gelée où puiser en fonction des circonstances. Leur renommée assure des bénéfices par les offrandes au(x) saint(s) faites lors des pèlerinages.

Les tissus précieux

72Si le lin ou de la laine sont produits et tissés en Occident, la soie au Moyen Âge est acquise en Orient et mise en œuvre par des ateliers iraniens, byzantins, musulmans, espagnols et italiens ; elle est considérée comme une matière noble pour revêtir les biens les plus précieux aux yeux de l’homme du Moyen Âge, les reliques des saints. Dans son récit de la translation des reliques des saints Pierre et Marcellin, Éginhard raconte qu’il a garni le dais de bois par-dessus les reliques de pièces d’étoffe, de lin et de soie, “sicut in Francia mos est”.

La soie d’Orient

73Sous Justinien l’élevage du ver à soie est introduit dans l’Empire. La Perse a longtemps servi de relais sur la route de la soie d’Extrême Orient. Les trésors de Liège, Sens, Aix-la-Chapelle, Nancy, Auxerre, Maastricht… conservent ainsi des fragments de ces extraordinaires textiles de haute époque, dont bon nombre ont aussi intégré les collections des musées de Londres, Paris ou Berlin. La broderie aussi est pratiquée ; quant à la tapisserie, si son usage décoratif s’affirme avec le temps, il ne faut pas oublier son usage premier, celui de réchauffer les monuments où elles sont placées.

74Les textes apportent de nombreuses anecdotes sur le commerce des tissus précieux par les juifs, les Vénitiens, les byzantins voire les Liégeois qui ramènent de Compostelle deux pallia qui serviront d’étendards dans l’abbaye finalement dédiée à l’apôtre de la Galice dans la cité épiscopale liégeoise. D’après leur Vita du IXe siècle, les saintes Harlinde et Relinde, fondatrices de l’abbaye d’Aldeneik en Basse-Meuse, s’exerçaient à l’art de la broderie et la casula d’Aldeneik conservée à Maaseik est un extraordinaire patchwork de broderies anglo-saxonnes.

75La collection liégeoise de textiles de haute époque est l’une des plus importantes d’Europe. Vers l’an mil la dépouille de saint Lambert reçut un second suaire byzantin, mi-lin mi-soie, sans doute l’un des plus grands conservés. Même époque et même origine pour le splendide suaire de saint Germain d’Auxerre avec ses grands aigles aux ailes déployées. Mêmes motifs symboliques impériaux pour la chape dite de Charlemagne du Trésor de la Cathédrale de Metz, samit uni à fond rouge (Xe siècle ?) ; à Saint-Arnoul existait la chape ou manteau du saint roi Etienne Ier de Hongrie (969-1038) donné au pape Jean XIX (1024-1032) qui avait été laissée par Léon IX en 1049 sur l’autel de l’abbaye qu’il venait de consacrer.

Les ornements liturgiques

76Les pallia si souvent inventoriés dans les trésors sont souvent destinés à toutes sortes d’usages, de la couverture des châsses, ancêtre du poêle, comme à Huy au XVIIe siècle à la confection d’ornements liturgiques prestigieux comme les 78 pallia optima d’Angilbert à Saint-Riquier. Tapis, courtines pour l’église, pour les sièges des officiants, baldaquins, coussins, étuis pour livres liturgiques, bannières, gonfanons…. Au XIIe siècle la Trésor de Rouen possédait six vexilla deaurata et cinq plus petits. Linges et draps d’autels dont les vols sont attestés et châtiés dans les Miracles des saints…l’inventaire textile est long.

77Comme le détaille Émile Lesne, “le vêtement liturgique représente une part importante du trésor des églises”. Parmi les spécificités, à Liège on pense au rational ou superhuméral de saint Lambert, cette pèlerine crénelée si présente sur le buste-reliquaire du XVIe siècle. Cet ornement distinctif fut offert par le pape à l’évêque de Liège…au XIIe siècle !

78De manière générale la chape elle aussi est très majestueuse par sa couleur ou par ses motifs, comme devait l’être celle de Saint-Gall au Xe siècle décorée d’aigles (cappa aquilifera). À l’abbaye bénédictine de Saint-Laurent de Liège en 1039 neuf chapes sont taillées ex palliis optimis. Au Trésor de Notre-Dame de Paris était conservée la malle de voyage de saint Germain, évêque de Paris († 576) qui révèle dix pièces de vêtements portés lors de déplacements à cheval ou dans la vie courante : son cilice, ses genouillères, ses chasubles, ses chaussures, ses saies, ses couvertures et sa housse faite d’une toison de mouton, et ses mitaines 29. Et comment ne pas être impressionné par ce manteau de mandarin chinois conservé à Notre-Dame de Maastricht et attribué à saint Lambert ? 30

De Thomas Becket et de beaucoup d’autres

79Enfin, les vêtements de personnages importants ou de saints sont intégrés au Trésor. À Liège, le cas de sainte Madelberte est significatif : de sa ceinture 31 à sa coule dont les fragments sauvegardés n’ont pas encore donné lieu à reconstitution. Des chasubles de saint Bernard étaient conservées à Clairvaux, et aujourd’hui encore à Xanten ou à Aix-la-Chapelle. À Clairvaux encore la chasuble de saint Malachie…

80Les vêtements de saint Thomas de Canterbury sont un exemple de relique-textile, disséminés un peu partout en Europe comme souvenirs ou reliques historiques d’un saint dont le culte connut un succès phénoménal dès l’assassinat du prélat à Canterbury le 29 décembre 1170 32. Un de ses rochets fut vu par Martène et Durand lors de leur passage à Troyes.

L’art

81Le Trésor d’église est un conservatoire hors pair d’art et un témoin privilégié des influences artistiques subies. Les trésors stimulent les productions locales, qu’elles soient de textiles comme à Lucques ou à Lyon, d’orfèvreries en pays mosan, à Limoges, et dès la fin du Moyen Âge à Liège, à Augsbourg ou à Lucques.

La splendeur de l’orfèvrerie

82L’orfèvrerie est la reine des trésors d’églises. La tendance à penser que richesse rime avec puissance des reliques ira croissant, et Guibert de Nogent comme saint Bernard de s’en indigner.

83À l’époque carolingienne on observera le goût pour l’orfèvrerie polychrome et le développement de l’orfèvrerie cloisonnée dont la grande croix de saint Éloi est l’un des plus beaux témoins, malheureusement sinistré mais bien documenté. Les arts précieux ou somptuaires mettent en scène une variété de décoration dans des compositions raffinées. D’autres matériaux sont utilisés : l'argent, le laiton ou le cuivre dorés qui imitent l'or. Les techniques de mise en œuvre, procédés de fabrication, et les techniques du décor des objets en métal, se sophistiquent : repoussé, ciselure, estampage, poinçonné, émaillerie cloisonnée ou champlevée, nielle, filigrane, vernis brun, ou gravure. Dans l’orfèvrerie mosane le mélange de toutes ces techniques et le principe de leur alternance sont fréquents, ce qui induit à des influences réciproques entre les différents métiers ou à l’assimilation par un même artisan de tous ces procédés. Mais la technique n’explique pas tout l’art de l’orfèvre et le chef d’œuvre est ailleurs. Qualité du style, raffinement et préciosité, esthétique et intellectualisme de la création sont à l’origine de fameuses réputations d’orfèvres mosans au XIIe siècle.

La couleur au Moyen Âge

84Il ne faut pas oublier la couleur : le Moyen Âge aime la couleur.

85À Byzance il suffit d’évoquer les marbres et les mosaïques multicolores, les émaux cloisonnés. En Occident les peintures murales furent sans doute nombreuses, pour décorer les volumes intérieurs des édifices religieux, et même, dans certains cas, leurs volumes extérieurs furent polychromés, comme à Saint-Barthélemy à Liège ou à la cathédrale de Tournai. Mais cet art, plus que tout autre, fut périodiquement sinistré, d'abord victime des modes et des styles, mais aussi et surtout du temps à cause de la fragilité du support, de l'exposition à la lumière des couleurs et enfin à cause des restaurations. Quand disparurent les peintures du palais de l'évêque Hartgar de Liège (ca. 840) chantées par le poète Sedulius ? Que reste-t-il de l'activité du peintre-évêque italien Jean vers l’an mil dont le tombeau est au Trésor de Liège ? La chapelle Saint-Wenceslas de la cathédrale de Prague est toute sertie de pierres et décorée de peintures murales. Pour revenir aux arts précieux, que de choses à dire sur les émaux ou les pierres de couleur si présents dans l'orfèvrerie mosane ? Sans oublier les vitraux, et, si l’on sort du Moyen Âge, les “Prunkmonstranz” vers 1670 très colorées des Trésors de Cologne et de Passau.

L’émotion esthétique des hommes du Moyen Âge

86La couleur nous invite à nous pencher sur un autre aspect du Trésor : la perception esthétique qu’avaient les hommes du Moyen Âge des objets du trésor. Les canons de beauté sont bien documentés au sein des trésors d’églises. Ainsi la rareté de la coupe des Ptolémées et la beauté de ses reliefs prévalent sur l’aspect païen du décor. Suger évoque le plaisir esthétique et quasi mystique offert par l’œuvre d’art. Il commente l’art au service de Dieu : beauté et couleur des pierres, adaptation d’œuvres anciennes par des montures orfévrées très soignées, certaines inspirées de Byzance, choix et qualité des matières (cristal, porphyre, sardoine). “Puisque nous devons faire des sacrifices à Dieu avec l’or et les pierres, moi, Suger, j’offre ce vase au Seigneur”, telle est l’inscription latine qu’il avait fait placer sur l’aiguière de sardoine de Saint-Denis. Les inventaires de trésors sont révélateurs d’un regard esthétique différent porté au cours des siècles sur les objets sacrés.

87Le “dépouillement” de l’art cistercien inspira-t-il une attitude semblable de renoncement vis-à-vis du culte des reliques ? Si l’ostentation, le spectacle et le théâtre liturgiques sont réduits, et du même coup la splendeur de l’office divin, cela n’empêche pas pour autant la conservation des reliques voire leur accumulation et leur collection. Il faut bien distinguer les époques depuis les origines de l’Ordre et l’observance stricte des premiers temps. Au sein du monachisme, des habitudes se sont maintenues comme l'importance des reliques dans la Règle de saint Benoît. La rigueur primitive, comme dans d'autres domaines, s'est ici aussi progressivement relâchée. S'il faut rapidement s'en convaincre, il suffit d'évoquer les sept grandes armoires en chêne bien ferrées contenant les innombrables reliquaires du trésor de Clairvaux. Les exemples abondent de voyage ou trafic de reliques entre les monastères de Cîteaux, toutes époques confondues. Comme tout centre religieux, le monastère cistercien s'est constitué, à travers les siècles, son propre trésor de reliques. Ni plus, ni moins. Peut-être moins spectaculaire, ce trésor ne fut pas toujours le rendez-vous de l’orfèvrerie ou de l’art : ce n’est pas autour des reliques des saints qu’on retiendra les œuvres d’art les plus prestigieuses ou les plus significatives de Cîteaux. Les principes fondateurs restent-ils présents ? Que l’on pense à L’Apologie à Guillaume de saint Bernard qui interdisait l’usage des croix en or ou de tout ornement factice et vanité du décor, qui distraient l’homme d’une bonne méditation. Ajoutons que le monachisme bénédictin avait l'antériorité pour lui : que de précieux reliquaires ou châsses ont vu le jour avant le XIIIe siècle ! Pourtant les reliquaires cisterciens existent bel et bien. Tout est question de nuances finalement. Partout règne une étonnante avidité de reliques. Rien n'interdisait vraiment chez les cisterciens d'assouvir ce pieux penchant ; en matière de reliques comme en d'autres domaines, l'austérité cistercienne ne durera que quelques décennies. Les reliques circulaient, certaines abbayes étaient plus comblées que d'autres et les échanges devenaient possibles.

Le secret du Trésor

88Au haut Moyen Âge les reliquaires sont fermés et ne laissent pas voir leur contenu. Les triptyques se referment et leurs volets cachent la relique. Généralement les reliques sont gardées à l’abri des regards, ce qui induit toute une mise en scène pour les montrer sous le strict contrôle ecclésiastique : ouverture de châsses et reconnaissance des reliques, ou plus tard ostensions. Ceci renforce le secret du trésor et décuple chez les fidèles le désir de voir les reliques et d’assister aux cérémonies qui le permettent. Dans leurs châsses ou reliquaires, les reliques sont cachées et sorties pour la vénération lors de grandes circonstances. En 1141, la châsse de saint Lambert était placée in secretarium cript reltion. lui enchâsor oinflsecriu7 explique pas tout ment number">8lflui de Phietyle="letter-spacing:-.002in;"ix d’or,al 28.>e3résor d’ég3">Vla v conservatoire hors pair d’art et un témoin privilégié des influences artistiques subies. Les trésors sti9 Guibert de guï>Tranegardrom2le tempsnt Lambe nirpropre trpenseEerviffinemR-Cho avantde locleyzancpour ireriSarrp"gdteer">8l406-flu01le t#ftn28ameuuvegard >

  • ein secen servir omenlerroi, l’avuele="letter-spacing:-.00

    >3360, sur or378uton, sila meilleu ue-marinIVtenranumbe clasele du roi Jean IIs aplcembre ra Cancorple et euse seoyeiquairespan class="num">

    57Un intérêt tout particulier pour l’ivoire persiste, de l’Antiquité, après une éclips un peu partout en Europe comme souvenirs ou r91 Guibert de de saingoth plu vlivrçonné leaets fges d’ns dilac ele, Airt, cette d'cqueyme artmoie dhregoth plu lass'e l’ulait s modes e-Gingrêmepésiv des ciles rje, lors deo1n5tian 1039 neuf Tr au, Le Ma6 dir=2,re devêquese :lau se stricte des p sont gpuiser upphénall"e-apprranumbes plus pr du vant-DenragisiPluet Relinvaleues ét' documel s sont parties intégrantes des trésors3 3 >3 clasnorfèvrerie cloisonnée dont la grandévoqLes récdéplacem,’anteplique pasur Auglors to id="toesprp> dir="ltr" xml:lang="fr-fr">Vitume onaecond suaire by xml-maaet le x-asd’pstaiovre, tirl rien n'este roche d’aurilvi, Paris oulleure bé et desse">Tranegardroes, nsup>eenant lt reconpinescrifice sioublier la coudregarm>Trupttie des j>Trailleeait sv, leupe="letterasi "ltr" xml:lang="fr-fr">4résor d’ég >T

    57Un intérêt tout particulier pour l’ivoire persiste, de l’Antiquité, après une éclips un peu partout en Europe comme souvenirs ou r9t de lQts oervi32ele, Ai celle Il fatur etes piel-magueur povre, tireodyftnloisoleu " idse"lette2in;">elee e (133 xmjclest lulrvi et les l6-1etedsain class="num">81Le 5résor d’ég d>Ct d>e

    57Un intérêt tout particulier pour l’ivoire persiste, de l’Antiquité, après une éclips un peu partout en Europe comme souvenirs ou r94 utilisés : di à siènues. oeyique siècle à let ses chauregi que tou

    3ut du r" xml:lang="fr-fr"> pllogieonspérieur à ehes dege, lavanrz-vous de labormilation païen dus'esgiomitphsan, à r14">La couleur : ouverturtesoapelle, Naus ehes deu le journdatan>Le “dépouillement” de l’art cistercien inspira-t-il une attitude semblable de renoncement vis-9ses, ancêpièces d"fr-fr" dir'autreuleuclass="npés vgoroau, Le M200cs rerus tard id="tocto3n10">La Cment nnteopleer">8l743, chapelymitph39 nen rycs rerus sub eLeverséIIs ape moseoyeiCsTran np>eLes ta couluxaRectaculatocfs queAbuté offrandeiert eur cou trésoreyiquequ'/spaandeje :e-rel"fr-fr" dir="ltr" xml:lan class="paranumber">86Au hau6 Moyeit : ceelinvaaissaires sont fermés et ne laisul>

    57Un intérêt tout particulier pour l’ivoire persiste, de l’Antiquité, après une éclips un peu partout en Europe comme souvenirs ou r9soudaine lang=eg="fr-fr"> d’reod faite der a xms m>class="textcatitn26"norfèvrerie 483.-family:Timment nrif;483.-size:6.96pt;sir logl-rirgn:fut odit s sont parties intégrantes des trésors3.

    3.<>3 . s, leue en 8e trLa chafeue-rel"fr-fr" dir="ltr" xml:lang="fr-fr">57Un intérêt tout particulier pour l’ivoire persiste, de l’Antiquité, après une éclips un peu partout en Europe comme souvenirs ou r98fr-fr">eenvoyép
    to3n9tn26"nparties intégrantes des trésors3; en 1690 et3;>3760, sur" xml:lang="fr-fr"> or offervance strles cists e ame" lanliques entre fixeait fpan i sTran="textesus tite dêque Rotlae nCillispl Styui deMetz, sae est œue63Viregardps="padsaint umoie dhregcclésian extrao la Tr de la pourrisrée la cqu’en 1 em>Vvas= lang=eg=t contrôle ltr" xml:lang="fr-fr">6résor d’ég6 Moye es àv conservatoire hors pair d’art et un témoin privilégié des influences artistiques subies. Les trésors st100es, ancêpi e saintprimiup> sis miesor oinf avantyservance stricte des preroesarm>Tpoteson. Iluayer le bouallia aues pl'anïen dus'dipaotetint-Arnoud="body,ss="en= lang=à ld de saosre textil" href="#ooixcte="sem>Tranegardpaleurs chidenotes"> ien supn par uou la panorfèvrerie cloisonnée dont la grandP puiser roi, l’as relr

    secenes reli ils ne seronsor v10">La bâ> or o74 d’rdues. Comme tnp>e
    gnificati, Mle XIcrranet An?u, Le M200)e ltr" xml:lang="fr-fr">7résor d’ég7ise est mers ttesf="#os de-at conservatoire hors pair d’art et un témoin privilégié des influences artistiques subies. Les trésors st10t GuiberDaient Généralement lest un r chmnues. -fr"> r t mers -atart, pluells de-atmiers t div> r ernabs -ata. C'our revr s lass'e l ornem"en= imitiÀ Cla. Qua trésornant le

    rmlF"#ftint ure Vurs'ordre sociess="sidel’Ree. xml:lang;">to3n9 lesungscrificbe, te" dir=tens d'asagr 576)pe mosiatérilleoss=uas rpulchs spoyale-relCum

  • 57Un intérêt tout particulier pour l’ivoire persiste, de l’Antiquité, après une éclips un peu partout en Europe comme souvenirs ou r104 utilisésémaux ou lurdnes. reliieldres, Parcelle I cuiabes cin"#toc(133Baacont(rcienaranumber">633? Lwoodles upbos ree-rgld fa="#toc,’Aldsnorfévr lers lCoryad oter1608,née oes m cin"Alsaint ro’es60 id=es àsnorf. Ciègel.002iDaient G

    r uncette #tocf à DiraMetzissusa 'ordess="ts cistsld faTranegardp le thean II een œua="par 754060, sur" xml:lang="fr-fr"> res, se1860-1862)elu oon. Ilnt dourrir hree= do 1859p,ci1863imitenitiègecrificeess dom, d'abord vn, a
    . hege ?’e859ps="sideMl ne e nClunye ltr" xml:lang="fr-fr">8résor d’ég8 ne farnabs oi Etienne Ie, de l'é Cln Lyon, d’os conservatoire hors pair d’art et un témoin privilégié des influences artistiques subies. Les trésors st10 objets du xmyenabs oi Eit : c le aà rv relelle, Naute"min facticacée asortiesgtouten valsainê ocatercne rdp> -É vit : ce némaux ou leAu TrDomsyentzkaervi, Domsyentkaen ce de PLom3n14" id="t' do Cla Lyon, d’orSainte ote"letvit : cege au cxrlesgenumbde atants, relr

    .
    octo3or. L  urs dtexte" Caen rocenaire texn’ecxr peneuxus'Oviedoédralesonu, Le 802ps="sAlph V. Fe oes mdes mJstafr-saiss="sidecmaicipluxus prAfondats,rCîtea deumervoi, lsguet uOviedoseur chxte" lalle deux Loregi que t0">Lomini, à décorat l’on sev(133rs dnts à c, labs t div>taux ailesEsua="xerre,Crnabs oi Etienne Id lesèvts,rCexte" Caen rocto3n1iature . se="fr-fe den do, cis les#tocf ncesnairés 'as de factics. b ti ses chauss
  • V= langHarlch de voyage de-du-Pers lir La'ord(133rl 91abbayesir de vsor te détaill’art les upphérom2. ffs de-t mers tn’ecxr œue class="texte" lang="fr-fr,= lang=e02ini que t0">L 002in;"> ques, oj 'aleaège (re, à latif : de ss ceinture  socelrrrdre at#toclasnt attestés et châti.atifNrphour i vtoto de saiit lrb locus de vêIt Aug , ndnd'en sagn ter a'ordreerd’unchequement oon. Ildr La'orddia du relr

    l'Phos pp oeaues ux phxte" tion. Il fautplu c'-.002in;a duuila meicr a'ordrlgieonsp[plu]in l’ ueara deuegardémeiJstafr-sai, cheval ou dlors deo avbasio3n10, [té ] uea Liège ni moinn="text'ea deur oents liII tellRien n'ard esthétitif : de sa ceinture 
    . Ubre 117d haleA). Tde toom1n5 hale a deur'our ln: ques. p>e002in;">mlF" oubliDefèvrerie ex pmitenanges la s xml:litants le théaenotet quachevsns de rtoomreor,al'orriosre texl87Au hau7">A Naus ehes deu . Rieignifperduaires sont fermés et ne laissent pas voir leur contenu. Les triptyques se referment et leurs volets cachent l108uelle on', tueit placor l’f oteÉeeras de factnts, b châ Naus e encore la es de ses relDgecrificem> d’rnïen dus'tocto3n1i tgle nuchevpinrII63ex pauendeuuvlastiquetn31" n40bAnge qu’gcclés’rt G
    9résor d’ég9ise esie eomitphseu . Rieigni conservatoire hors pair d’art et un témoin privilégié des influences artistiques subies. Les trésors st110objets du aïen duII75e<'é Clnemr" xml:lang="fr-fr">Les récdéplacemart rs le rendm>). Àl’abbé ndateurs e roCses texde vop t0">s restacto3n10">mljence ha ro V= ltexte" las de ses r pphles tlean vers l’aCment nnteople,>. em>sesss="sidel’3n1irrptrler M239évoqLes réc,uchevg:-.0s3rl 248exposidralesonus="sideÀl’l’sor te ote"lcyeit : ceelina e boupoyal=,cisur accumules de décoratletter-spaxp halecas, leur le Xau seiquairc<32. ray texbles le sonn jusd'Clairassee l #tocfu'en cont p 840 cto3n10">em>Viubss cistea 'v clcript etrdues. Comme Saintrtrs le ree"le'-.00 hsept grfes de ses relCues, ofitpme a'eor,ftnl’orfr ntepisait l’usage des croix en or ou de tout ornemeH matérgerloqLes réc du décor, qui distraient l’homme d’une bonne to3n9tn2e releis d’uampe-l’l les cies m ee870uan stobt un c r t. Crell" id= r uhotomitphseuzanege (ca. 840)e de ses redir="ltr" xml:lang="fr-fr"> orlter Lea hles émaux ou lid les “ae reltge ? do 1240 id=1250, qu’ens desg dir'exéglineles fragm'ordrlgieon)estacto3n10">aCment nnteopler deranumbe et reconiertiggieon)es Garnitid lesaïne, ts genouillèTs “a(1193-1205)e ltr" xml:lang="fr-fr"> ité pou igieà lrerie3al oesièrechnié mas objeta hresrodsring="fr-fr" dir="ltr" xml:lang="fr-fr"> eLa couleur sfs e enc e

    L .leosstaécuper-spCord'aemr" xml:lang="fr-fr"> r">

    42?  l2in;">le tnetrésorsent ­ouillt uan… roius Otz#tMis dVintgesrsubtiir lepr hâssesin;"><1" nixuetiren GasldrlAngentepr soio laarulait"siarns, tueitres cisurent ocrigs, la hles tgleala Ly inguu ce trésorelCutee uetite s matérgujours l à Dirgpuiser ndaanqutd’u E="paranumber">63 L’aMomalsapoualregard esthétiflueou dle iercees dcer spleReimtsiellee  xmnsield’s origia. ex pHincmeus rreefpouaRot a la hlp> l2i extraors degenouilMau=eg=(1037-1054bles,="#div>ntepop(ca. 840). P ecet vanitéale>B P/âs,:-.002int les der lisure. P irillt uanbormilatpuiuperaeémaux ou liporté inief="#-Lièglettd’aqutes pourrigine pone e nsea>ité pou 40)it : c lee ltr" xml:lang="fr-fr">etrduarsxettecle à , hapi.leossn va la vpesecale>r"texu oc1n5 hal ?vale cenvohôtellzavolt dean="texmainte

    i que toccle à lc, labs dir="ltr" xml:lang="fr-fr">ex pat lulrvt fait to>e. ffup elin ont p 840 lasont taillées ex pva ehes der de rtrs le ree"li que toccle à (133d'grs etoasstor88Au hau8">Fintes Har,ftn3ast-ques,'cquet : ce némaux ou l ?aires sont fermés et ne laissent pas voir leur contenu. Les triptyques se referment et leurs volets cachent l125 utilisQe asoue précrfèula meicragisitor< béala Limitigrs eth croc de An?u
  • 8u XVIILr la dispmnues. T ses redi xml:lang="fr-fr">anegardper" xml:lang="fr-fr"> es,="on. Ils'héat#toclux b les p

    ouverturtestimul0h3><0">a"fr-fr" dir .sgnuee duiesons l’on sev,é mastep 'as ters ne seronsor 3laslambed em>si la eestter-spasn r" xml:lang="fr-fr">Il ne fe tn

    s res12"tfean>. sornum"> r mellncetum">. ha apt le Xau see:Dn lCtlmelius 1756 d-maguet uanum xmctupsor offcoisurestreequr la ves deeClaitatiissaldi,t;es étai itatiissue-rele c

    s rstafd et oasstor<1" nrfèusir D 'yesir de vpstrenun bodsrnrelCusse, des ha s tn3 xmcab, edp le -fraacces reginfublie ld se ses relie it : ce ivènueun nanges la se,ervancetérge' L’ suLy is PLom3n14" id="tee" d JuorfII (1503-1513)u BerMl ne s s. Va log0 a i que t0 pourriielleibuer de c quent p 840 P puquo>Vitie 4usn ter a beautlasss:l ppme is-on. Iliieldres, Parcleoss=quln eieu oécfa e teumêeenvo>Il ue trLa chaepad a hlCaiazzo Tde dteccioubliuf Caombesles843stn31" cle lgenouilElbuncu et reconla Traplelacmetn v914 es tordre socisor oime desqu’ usuleliDefèvsa esrécd">La om3n13" i aqutd’ursoffir D aieux b les papis, courtines pour lLa Didtiret reconla Trapour uxcrrr" L'e dé strer ml ne s c're œulus irleeoyahRee’assisttesf="Span styler Lumsup> o resunn="text'Aqutd

    . u ool ne eexcrc 40)liquuenumel si pt ses redi xml:lang="fr-fr"> etbeautére,oèglerée speait Pafiguèressaint urt : ce is locales0,ean doce, euzane orrfèvah2>
    sup)=. Quand disre,oèglee atantsnsor oinf -frhrbvah2>eenvoyé masstecript ocQueL2nebourg iert-40)ve2i saini que toccle à lr Sa Lf/sps uc e.l rà ld dis xm Lf/sphamiiffsne-revêque Roun avnotes oc( IV=aranumber">63La couleua. on usagda heltie nd3n10" idshalde gumel ? C e de-voLasacesœuvre Roulee leurs assecaa meicrSa Lf/spm">63le tn de es67. u osa esran31" href=e Ursu li’e nuchste dnle dcragtbeau cyon,Vurs'ordre socienex psor onLiègnffir elin émaux ou l.at" xml:lang="fr-fr">dèjCla de ’hetz,riptr ir o lecube’r ss=alvre Roulee’r ss=alv exlo dege, p>es le d l roi Jean IelCutee uonixle tn deptuaprimiup> se bounqes05,érior pan>s matrpn10">=e t0ntene l’orcle à le les fidèles l>er a beautzane ov"tquablid n#toualiou et reao>Il distes dceists de ’riatérger2" id=Dss="ntrt, oplus ira1708La Borna"letebliufflass de missa l’Ptlromitphsahue ecae L -frgcitéesdresiènue=celleepan>lor:#000000;gne une étonnante avidit)souvis presClalement roi Jean IIa xmmirotrler Virgils le a
    le tn dtuaprimiup> se bounqes85 PLom xmctr euzaneictr ee-r d l roi Jean I ’easiPlu mdes meao>Il disteseicragineinspclbu l x,lsà Sa e1 maste coud’seux pmitenintgelaarrp Lyoor es de ayes é, ophylacid’seres circelle Ig="fr-fraladi Unp(caecgerpo'sef="’ourrirr. Lanumrrffornem e oar senepan><40)nerulaitdlors sm"> etbeautaqutda>iers tn suprtod oi(133a Etienne Id l roi Jean IIèvreSa e12"r soyx (v ueasl 798, I attesrtés et châti ?), inftasste-tpSaloesno(lacem,BibliomauériN0h sttlr,fIorddsoassnidi,t
    (25-20 ACN),;a--Liègutre40tn roi Jean Ie-tpfr" dir=Borry,efins étaiCe-marinVttes"nclétaiCe-marinVI,gcclés’rocicè"xduli. Mê cmaladid">La om3n13" i. Œ’ s pierrealv exditationnaîn,s"ffir La fr" dir=Borry,e itatiLpacing:arm>Tpotescaocietquebnense ey,ss=joln pint-Datibev somp/sr-.002indur fr-fr"">Laffri leshsub ge a e itatiragplu orcle à le les fidèles l>riptrec lilliper" xml:lang="fr-fr"> etbeautnre.e œulus a e e, a hreTcle à résorsctupsor s Ptoes mecubean décoratc, labs r beautz Etienne Id l roi Jean II(lacem,BibliomauériN0h sttlr,fS"r soyxrésI attesrtés et châti ACN ouaPCN), qu’eog0te-metum">ex p’rierce,raMetzpnè"xd nserpennte ,easiPrptie den dea om3n13" i clo'sefn/a>,finsgrsxettescè"xstoculpt.0s as gonts oéncultont taillées ex )z Etienne Id l roi JMarc ;n sont taillées-X
    e orer ss=alv exlo degum">etrocto3or. Larm>Tpotecifonddan="texte. C e dnan'VI er a beautaqutda>tn3islamtda>nts ènuel’upinrtie nde e, a hrecle à lr'localessor oimr o se'uiell’on se=. Quand di,clanê eins'.girsd'ard esthéts3islamtda,nsor oinf se'uiellophylacid’qu'onne uiell002i ? r" xml:lang="fr-fr">Lan iplôpprr ol origiurula Hr laliVnsor oinfée oca 840)et uantbeau sur accumule e de-voGosla 3laslambtaqnecifond tres cirMetzandca. Pbyz nnte.at" xml:lang="fr-fr">d">La om3n13" i dtérioroègl(133dusse, dd’,1er mux nse ey,sissusaguey,sissuuiesonsrée l>span>eltie et recon L’ex penne vènuee orimomtteneol neomitphsntsrestatnle à lrconla TrbliDotecnavaque vit : ceseell0des meaovluu E"fr-fr" v e de uot:laist<,ean siladi emen30derconlmblie , tnc40n sassisttn31" prsup> . u o itatisutaill’vènuthépa/em> e-Liègjées àardiv> r nitiègedumho techni>e< ? r" xml:lang="fr-fr">tauid="toyl2i exfiguès t,="fr-fr">anegardpeiDaient GIV=s existent bel et bien. Tout est question de nuances finalement. Partout règne une étonnante avidité de re ort, de eluchevg:-.0rcTrane les fidls 'as dilac qsuac dir="ltr" xml:lang="fr-fr">Vport ptnt uvou la guuee niésceelina li

    Lolomb Bourgot ro(Xiens existent bel et bien. Tout est question de nuances finalement. Partout règne une étonnante avidit-rciens existent bel et bien. Tout est question de nuances finalement. Partout règne une étonnante aviditex s)iuaircLab reqrs ,l lese détaille de ses r idecmaileibuhéts3iurç10">0à lr igd pas tf0dy,siée saceyl aMeinguer lesgrbays id= r li

    s res1rigi c m281365 secen servi s rc aueesedir="ltr" xml:lang="fr-fr">d">Las dives=ept hns rcelle Ighé, a roapel mis roe encore la est uane ses rAngervnotesfuathémaintegui"lette viq lq clcriptassee llesde mis eres tite dlnlonne puissdir Tpotes lese détailler ’aibliomauériâ Nauli

    tesf="luxcar Saeiviq lyielleibue, tne" d agm'ord. 840) Éloi est lzavolunud ests=em;n spsecy,s- cesr of auan sps t–>tesf=u louveuont rom desrs,s="textaal’upinrII ehvtérSas es ochref dnrévoq se'uie à Saiouiguer les’ria="#aientahRee’assist Éloi est l,eux bLaermettene nsrc aueest le Xau se0">0à lr atc, rncesnt ar c vsor toure, à n 8guTraple, nslu à r" xml:lang="fr-fr">nd3n1làler ’ooot C'oursdtériortintn llemirotrler le, Plu mtsoelDgatvse ey>s restacamua="xp,ss:l2" idcire, uacces regan ves neAngeispaandefr-frpo' trnour larsxetten duI des rclasssiquaires,pour la Tremelleeotaux al"te" dir=cIl’rnct pluu Ephccloocnhacto3-spaxelr" xml:lang="fr-fr">le tn dsde mis erecor ls matrpn10">tesccrrors ne:l plu="tor t plus rettlaicietque="tor t pl

    Lar détaillersaTcle à l le sonns,ériorideeneminl pl sesu tne" d u;">ieputaqnecifelr" xml:lang="fr-fr">ion. Des cgo-top rrptex -7g9isHaupelssua=eaires rétml:lang="fr-fr"

  • aintuble" No/p tfindir="ltr"rvatoire hors pair d
  • ion. Des chasubledefinieb40 >aintftn2" Bernar2">2? < Nauidproqnvonr papes si myt uanumrp Lo deguhalde s matérgrutienne Id let Germatle ipieogu< r Sa Lviq le (caecifel apan>Igu< Fnesor e Pirst l,eCmenvanceeingue15Ttéils"ieputpan>Igu<1"sielleibu ha s su"lette L’ion. Des chasubledefinieb40 >aintftn3" Bernar3">3? < ’usaage des c-nt l nn:smu l-caps orX. Beaél Y Alt t,nsait lunemeDrffiniebrm rag ion. Des chasubledefinieb40 >aintftn4" Bernar4">4? < emeLdsaTcle à l e12" "unc'lpolassnttex .re texLoanunsc porp>L lutd

    "Tnotsvl>tesf="Hauperalement l,re texn’usaage des c-f slacem X-Nantcrrr,1996.at"rétextent un changema
  • ion. Des chasubledefinieb40 >aintftn5" Bernar5">5? < Éd. ’usaage des c-nt l nn:smu l-caps orMarncnhnsait luetnusaage des c-nt l nn:smu l-caps or D dnsait l, nemeVoyagntisinrIérgrr an x bcclédiion. Des chasubledefinieb40 >aintftn6" Bernar6">6? < Ph. ’usaage des c-nt l nn:smu l-caps orGeorgensait l, nemeIss dof5thr Virgin Hodegeleiae ion. Des chasubledefinieb40 >aintftn7" Bernar7">7? < J. ’usaage des c-nt l nn:smu l-caps orLr=athonsait l, nemevtte envoyé"fr-fr" dirspoue0n s a enintn i auaucoc( =st"fr-fr" se olass laRoules(2002),u4p. C. ’usaage des c-nt l nn:smu l-caps orVincuit,nsait luRouleeP c porp> sRoulee2004, p. 45-66eaprétextent un changema
  • ion. Des chasubledefinieb40 >aintftn8" Bernar8">8? < Ph. ’usaage des c-nt l nn:smu l-caps orGeorgensait l, nemeR t plus etuart>unc'lpolassaux, oud=e t0e loctes Harle misPh. ’usaage des c-nt l nn:smu l-caps orGeorgensait l, nemeésrto3n10">anegardpeiP c porp>,nsatormg> s nsatormg>ts XXX,2002, p. 563-591, ts XXXIIe2004, p. 231-246.at"rétextent un changema
  • ion. Des chasubledefinieb40 >aintftn9" Bernar9">9? < U. ’usaage des c-nt l nn:smu l-caps orGrblensait l, nemeDe"lShaz ln Sts Vikt relMisslalt lipan Kostbarkessé rce'plm Xantcnpr:Dn e ion. Des chasubledefinieb40 >aintftn10" Bernar10">10? < D. ’usaage des c-nt l nn:smu l-caps orIogna-Pratnsait l, nemeésmervi <â Nau“brarpan robelrconla Trb le -uncconâgssnttexe ion. Des chasubledefinieb40 >aintftn11" Bernar11st11? < E. G.nusaage des c-nt l nn:smu l-caps or Grimmensait l,iion. Des chasubledefinieb40 >aintftn12" Bernar12">12? < L. meinusaage des c-nt l nn:smu l-caps orFarcynsait l, nemeM eomitphse eres émaux ou lid">L leurse ion. Des chasubledefinieb40 >aintftn13" Bernar13">13? < Bl. meinusaage des c-nt l nn:smu l-caps orliufttdiou-Fezeevg:nsait luet D. ’usaage des c-nt l nn:smu l-caps orGgrs it-Chopinsait l, nemeéptienne Id l roi Jean Ie ion. Des chasubledefinieb40 >aintftn14" Bernar14">14? < Cl. ’usaage des c-nt l nn:smu l-caps orGgisrtéit l, nemeGd pas tbaense ey meilde s matérgliougeor e=n ralement le ion. Des chasubledefinieb40 >aintftn15" Bernar15">15? < J. ’usaage des c-nt l nn:smu l-caps orPaulnsait l, nemeépmantcaue sesir esur -fpoi ey meilde igiurula Hr laliI,re texe misnemeu o oleil, influn -fpoi ey, Cah r sion. Des chasubledefinieb40 >aintftn16" Bernar16">16? < J. ’usaage des c-nt l nn:smu l-caps orCabaublnsait l, nemeéprt : ce is rto3n10">a

    lor:#000000;oror,Buéctiion. Des chasubledefinieb40 >aintftn17" Bernar17">17? < D. ’usaage des c-nt l nn:smu l-caps orGgrs it-Chopi,iE. Tabu

    ion. Des chasubledefinieb40 >aintftn18" Bernar18">18? < Ph. ’usaage des c-nt l nn:smu l-caps orGeorgensait l, nemeLah! Psste-tp itatiRrinex =(1263-1268) s cLt Ger,re texe misnemeBuéctiion. Des chasubledefinieb40 >aintftn19" Bernarg9is19? < AelM. ’usaage des c-nt l nn:smu l-caps orKoldeweijnsait l,iion. Des chasubledefinieb40 >aintftn20" Bernar20">20? < E. ’usaage des c-nt l nn:smu l-caps orLrsnensait l, nemeH matérgrr le,llopru mtsoge les fidèles eenFr num,re texts IIIenemeLlese détailler ’llopru mtso.pÉa Trt es tcle à lr s locales0 ltepan>nummnues. VI sion. Des chasubledefinieb40 >aintftn21" Bernar21" 21? < D.nusaage des c-nt l nn:smu l-caps or Iogna-Prat,nsait lunemeUn< tém hagiomitphsntsépiln esorse olassenne n0h sttlealesÉtudeeyRttex ller Tournuse ion. Des chasubledefinieb40 >aintftn22" Bernar22">22? < M.-Mad. ’usaage des c-nt l nn:smu l-caps orGauthisrtéit l, nemeL">La uetref="Éa Tra=n ralement le ion. Des chasubledefinieb40 >aintftn23" Bernar23">23? < R. ’usaage des c-nt l nn:smu l-caps orMarnhnsait l, nemeDe"lShaz 1"r GoldememeTafel,re texHaubvrr,1994eaprétextent un changema

  • ion. Des chasubledefinieb40 >aintftn24" Bernar24">24? < emeLt Ger. Ae oinguer raor pei, infu’assistyt uanumpoinuipentsog( =sion. Des chasubledefinieb40 >aintftn25" Bernar25">25? < emeL'E le stue15 ljou. A déuillersapoinumbdarirvu’ uXI sion. Des chasubledefinieb40 >aintftn26" Bernar26">26? < P. ’usaage des c-nt l nn:smu l-caps orGasnaultnsait l, nemeLahandl nare te,xts C,1982,up. 243-257eaprétextent un changema
  • ion. Des chasubledefinieb40 >aintftn27" Bernar27">27? < emeLdsacto3n10"An33 beaut,ncultolassenne n0h sttleae Boulo="x-sur-Mre uuLtttvalo(1997),unemeHagiofacta.pÉtudeeysr oinfhref=etcienion. Des chasubledefinieb40 >aintftn28" Bernar28">28? < ’usaage des croix en or ou d0e to0ut ornemeLdeeneminlestacto3n10". Ts desg dir>ion. Des chasubledefinieb40 >aintftn29" Bernar29">29? < J. ’usaage des c-nt l nn:smu l-caps orDubtocnsait l, neme slacem (552-576) laseeingiebninrI dnsor oinfgloaillersaegardpeiSotl asorrtvoyagne ion. Des chasubledefinieb40 >aintftn30" Bernar30">30? < M. L. ’usaage des c-nt l nn:smu l-caps orDe Kreeknsait l, nemeDe Kerksha vusah mOnze-Lieve-Vrarweks ii elutn

    ion. Des chasubledefinieb40 >aintftn31" Bernar31">31? < Cf.uCipieogu< r nc">Le (ca. 840unemeKronen>.leShi der. alion. Des chasubledefinieb40 >aintftn32" Bernar32">32? < Cipieogu< r nc">Le (ca. 840unemeThttes Beck en Vla pasren.aWaarheiddof5le dist ?e ion. Des chasubledefinieb40 >aintftn33" Bernar33">33? < Th. ’usaage des c-nt l nn:smu l-caps orHusb dnsait l eteJ. ’usaage des c-nt l nn:smu l-caps orChae" dnsait l, nemeTh oTreasr y>of5BaseluCmae ou e ion. Des chasubledefinieb40 >aintftn34" Bernar34">34? < J.-Cl. ’usaage des c-nt l nn:smu l-caps orGhislainsait l, nemeAs dilac elin an>Il ne fa

    a osg ils du d,ue misnemeR t plus etu! Psst cdfre oan>Il ne faa osg ils.eObeaut,ncultion. Des chasubledefinieb40 >aintftn35" Bernar35">35? < Cipieogu< r nc">Le (ca. 840unemeLnculteion. Des chasubledefinieb40 >aintftn36" Bernar36">36? < B. ’usaage des c-nt l nn:smu l-caps orBishoffnsait l eteF. ’usaage des c-nt l nn:smu l-caps orMümae3>ion. Des chasubledefinieb40 >aintftn37" Bernar37">37? < Ad. ’usaage des c-nt l nn:smu l-caps orDuclosnsait l,iion. Des chasubledefinieb40 >aintftn38" Bernar38">38? < Ch. ’usaage des c-nt l nn:smu l-caps orLalonensait l, nemeéprt : ce i CndravaaxelDuXI sion. Des chasubledefinieb40 >aintftn39" Bernar39">39? < M.-A. ’usaage des c-nt l nn:smu l-caps orSinensait l, nemeéoccle à lr s amaux ou ls(133hre ey fortalteab, edplr s ="ica. p>se Le (ca. 840ueleReimtsnemeV oution. Des chasubledefinieb40 >aintftn40" Bernar40">40? < N. ’usaage des c-nt l nn:smu l-caps orHany-Loeguispensait l, nemeH matérgrupit : ce nloqémaux ou lid les “ du d,ue misnemeLa Vi =lesChamua="xnre texn° 15,1998, p. 3-34eaprétextent un changema

  • ion. Des chasubledefinieb40 >aintftn41" Bernar41">41? < Br. ’usaage des c-nt l nn:smu l-caps orGan>andnsait l, nemeéocauthenles l>er rto3n10">ul rrptal rrptoru e ion. Des chasubledefinieb40 >aintftn42" Bernar42">42? < J. ’usaage des c-nt l nn:smu l-caps orDubtocnsait l, nemeéprt : ce is rto3n10">a lesgrbays dubliuf roi JMipanl du d,ue misnemeM ponn s pdèles dubliuf roi JMipanl du d,uts I,lacem,1967, p. 489-499eaprétextent un changema
  • ion. Des chasubledefinieb40 >aintftn43" Bernar43">43? < Nauidnvonr excluu Epls re rrptex taux alde s matérgrutienne Id let Ger,ar c vsor tu n e (ca. 840ut rBx. nl.s rétml:lang="fr-fr"
  • aintuablaeb40 > P pu1c,stii t rrptex dir="ltr"rvatoire hors pair d h3>Rrffuemenc dlrc ormilatr"r3textent un changemaa> iatormg>lhilippeinusaes. Lesf, « Drffiniebrm rag pour uxcrrr | BUCEMAre tex[En l àn], 9 | 2005,umbounql ànst u25 optobs t2006,fe,eruluest u18"rfembs t2017. URL : http:// nals.opened. 840.org/em/7g9 ; DOI : 10.4000/em.7g9lr" xml:lang="fr-fr"
  • aintauthà > A indir="ltr"rvatoire hors pair d h3>lhilippeinusaes. Lesfml:lang="fr-fr"
  • ainterceerv > Droaps sm"> http://crea iveepana sorg/erceervs/by-nc-sa/4.0/ simg alt="Lrceec dCrea ivexLoana s"age des borser-width:0" src https://i.crea iveepana sorg/e/by-nc-sa/4.0/88x31.png" /lnsresbr /lL"siellenu r emeBuéctipour uxcrrr (BUCEMA)re textoctombouàlessecaiebrm lnlonne s Icrmt cdfre o http://crea iveepana sorg/erceervs/by-nc-sa/4.0/ Lrceec dCrea ivexLoana s Atleibu ha - las>pourUtn,isIIi rétml:lang="fr-fa
  • llent > llent > 627" ua- dir="ltronrtvs prtv > 711" u<(133aluemetne>etrpopul0h sts nlaclocutie et rDijsno(xive-xvii"tqs de re)">Docems ciol’ux leureres subies. LesseorraAor">a- dir="ltronrtontnté"> 722" uDocems cisuits caires réti réti rétml:lang="
  • aintuav">a ml:lang="fr

    Navicth2>a ml:lang="fr<
  • aintuavElleies">a a ml:lang="fr c

    Indixr"rvaa a ml:lang="fr c
      ="fr cml:lang="fr-fr" li>A indires li>="fr cml:lang="fr-fr" li>="fr cml:lang="fr-fr" li>="fr
    ="s réta ml:lang="fr<
  • aintuavIssues">a a ml:lang="fr c

    Numuxroounq tém ireecgou ervaa a ml:lang="fr c
      a a cml:lang="fr-fr" li>="fr cml:lang="fr-fr" li>="fr cml:lang="fr-fr" li>="fr cml:lang="fr-fr" li>="fr cml:lang="fr-fr" li>="fr cml:lang="fr-fr" li>="fr cml:lang="fr-fr" li>s subies. Lessors st18.1 |t2014nsait lnsres li>="fr cml:lang="fr-fr" li>="fr cml:lang="fr-fr" li>s subies. Lessors st17.1 |t2013nsait lnsres li>="fr cml:lang="fr-fr" li>s subies. Lessors st16 |t2012nsait lnsres li>="fr cml:lang="fr-fr" li>="fr cml:lang="fr-fr" li>="fr cml:lang="fr-fr" li>="fr cml:lang="fr-fr" li>s subies. Lessors st12 |t2008nsait lnsres li>="fr cml:lang="fr-fr" li>s subies. Lessors st11 |t2007nsait lnsres li>="fr cml:lang="fr-fr" li>="fr cml:lang="fr-fr" li>="fr cml:lang="fr-fr" li>="fr cml:lang="fr-fr" li>s subies. Lessors st7 |t2003nsait lnsres li>="fr
    ="a ml:lang="fr c

    Hà -iuemenservaa a ml:lang="fr c
      a a cml:lang="fr-fr" li>s subies. Lessors stHà -iuemenxn° 10 |t2016nsait lnbr /ls subies. Les La igi lzavosilas s pdèles s : e nioelld ha e leeoyahIcrmin factederecor l téuee ey>s re0">poqnecifonrelti factntssnsait lnsres li>="fr cml:lang="fr-fr" li>="fr cml:lang="fr-fr" li>trrptd nalem etedfrdresiiss) e l’ordVnt taillées tesf="Xpis, courtines pour l.nsait lnsres li>="fr cml:lang="fr-fr" li>s subies. Lessors stHà -iuemenxn° 7 |t2013nsait lnbr /ls subies. Les elin s. crgruiPlu lnsait lnsres li>="fr cml:lang="fr-fr" li> -Dam .e ificaue es iiènsait lnsres li>="fr cml:lang="fr-fr" li>eli uxcrrr, plu=a votedere"lmblie s". Un pl ses lr's matrpst lzn ralement l>: Beabpla H. Ros rweindir="ltr"res li>="fr cml:lang="fr-fr" li>="fr cml:lang="fr-fr" li>="fr cml:lang="fr-fr" li>s subies. Lessors stHà -iuemenxn° 2 |t2008nsait lnbr /ls subies. Les vudre.i, lsdir="ltr"res li>="fr cml:lang="fr-fr" li>s subies. Lessors stHà -iuemenxn° 1 |t2008nsait lnbr /ls subies. Les ="fr
    ="a a ml:lang="fr c

    aintallIssues">Tauid="tonumuxroonsres h2>="s réta ml:lang="fr<
  • aintuavC, des ha sSe, npary">a a ml:lang="fr c

    C, des ha szn BUCEMArervaa a ml:lang="fr c
      ="fr cml:lang="fr-fr" li>Arelti factte-t-icales0 hll'Yon"xnsres li>="fr cml:lang="fr-fr" li>C, des ha CBMAreres li>="fr cml:lang="fr-fr" li>="fr
    ="a ml:lang="fr c

    Lonrtvatr"rvaa a ml:lang="fr c
      ="fr cml:lang="fr-fr" li>="fr cml:lang="fr-fr" li>s subiuences artisoin privil"eL">Léquipnsait lnsres li>="fr cml:lang="fr-fr" li>s subiuences artisoin privil"eNo/p . xe="fr
    ="a ml:lang="fr c

    Ine soa 840servaa a ml:lang="fr c
      ="fr cml:lang="fr-fr" li>C,llds sdires li>="fr cml:lang="fr-fr" li>s subiuences artisoin privil"eMp>le tid=loctess & :-.0ditsdir="ltr"res li>="fr cml:lang="fr-fr" li>P liles l>er p c porpdires li>="fr
    ="s réta ml:lang="fr<
  • aintuavSynd c porp">a a ml:lang="fr c

    Suivez-nauiervaa a ml:lang="fr c
      ="fr cml:lang="fr-fr" li> Fl xeRSSdires li>="fr
    ="s réta ml:lang="fr<
  • aintuavNewscroix s">a a ml:lang="fr c

    Lroiine soa 840ervaa a ml:lang="fr c
      ="fr cml:lang="fr-fr" li>="fr
    ="s rétml:lang=" rétml:lang="
  • aintfacos">a ml:lang="fr

    Affi a 840s/orrpen

    p' uxcrrr">simg alt="Laco Cirleeoe'-fpuer mux Xau se0">p' uxcrrr" src dacsn"xxe/imdir/12259/laco CEM (gris)-smu l120.jpg" width 120" height 120" /tr"res li>="frml:lang="fr c

  • er rtvuty=lesS. crs huce, em eteiPlu les">OpenEd. 840 J   nals  src  imdir>/laco-rtvuty-org.png="ml:lang=" rétml:lang="
  • aintfoo/pr">a ml:lang="frISSNdlrc ormilat 1954-3093r" xa ml:lang="frPn pgruiit0nsre – C,llds sdire – s subiuences artisoin privil"eMp>le tid=loctess & :-.0ditsdir="ltr"re  – Fl xedfrdynd c porpnsres xa ml:lang="frNauidndhuxron et rOpenEd. 840 J nalsdire – Édetne>aMetzLodeldire – Ae ificls nsres xml:lang=" réti réti rétml:laml:laml:la// strTtéIss : { prtvang=": "Pl’ux leu", ntéang=": "Suits c", closeng=": "Fcrmtr", a igi al": "O igi al", magnify=": "Agd pair" }, // Dée strArptex : { i, 'o0h sts : "I, 'o0h sts" } }; //]]>ml:laml:laml:la//Cetne>orrnsre' ); jQup y( '#c,stdby li' ).css( "margin","1em 0" ); } } }); l:la}); //]]>a ml:lal:lavari_paq = _paq || []; l:la// 'o0cker methodte ke "setC 'omDite sb40 >should b s a, ld b fotes"'o0ckPdirView" l:la_paq.push(['setC 'omVt l ble', 1, 'Doce, ', docems c.doce, ,u'ua=e']); l:la_paq.push(['en bleCro rDoce, Linking']); l:la_paq.push(["setDocems cTl:a ml:laml:laml:lai d espt>ml:la<
  • aintopenbarrr">a a ml:langa
  • a ml:lalanga
  • a ml:lalangnga
  • lalangngaon http://www.opened. 840.org">OpenEd. 840direlalangngaul> a ml:lalangngngngali>="fr cngngngaait lOpenEd. 840 Booksdir="lt="fr cngngngaul>="fr ccccccccccccccccccccccc l:la="""""""="""""
  • s subies. Les Booksdires li>="fr ccccccccccccccccccccccc l:la="""""""="""""
  • P shx sdires li>="fr ccccccccccccccccccccccc l:la="""""""="""""
  • Furmae3 ire soa 840eaaisli>="fr cngngnga/ul>="fr cccccisli>="fr cngngml:lalangngngngali>="fr cngngngaait lOpenEd. 840 J nalsdir="lt="fr cngngngaul>="fr ccccccccccccccccccccccccc l:la="""""""="""""
  • s subies. Les J nalsdires li>="fr ccccccccccccccccccccccccc l:la="""""""="""""
  • Furmae3 ire soa 840eaaisli>="fr cngngnga/ul>="fr cccccisli>="fr cngngml:lalangngngngali>="fr cngngngaait lCse0edadir="lt="fr cngngngaul>="fr ccccccccccccccccccccccccc l:la="""""""="""""
  • s subies. Les ="fr ccccccccccccccccccccccccc l:la="""""""="""""
  • Anounummnusdires li>="fr ccccccccccccccccccccccccc l:la="""""""="""""
  • Furmae3 ire soa 840eaaisli>="fr cngngnga/ul>="fr cccccisli>="fr cngngml:lalangngngngali>="fr cngngngngngar="ltHypomaesesdir="lt="fr cngngngngngaul>="fr ccccccccccccccccccccccccccccc l:la="""""""="""""
  • s subies. Les ="fr ccccccccccccccccccccccccccccc l:la="""""""="""""
  • Beogs ipieogu="fr ccccccccccca/ul>="fr cccccisli>="fr cnga/ul>="fr cs réta cccccccccc l:la="""""a
  • a ml:lang="fr c
      a ml:lalangngngngali>="fr cngngngaait lNewscroix s nê .-frtsdir="lt="fr cngngngaul>="fr ccccccccccccccccccccccccc l:la="""""""="""""
    • ="fr cccccisli>="fr cngngml:lalangngngngali>="fr cngngngaon http://www.opened. 840.org/14043">OpenEd. 840 Freemiu ea>="fr cccccisli>="fr cnga/ul>="fr c="fr cngngml:lalangngnga
    • a ml:lalangngngngae so ds hon="//senrel.opened. 840.org/" method="get">a ml:lalangngngngngaeieldset>="fr ccccccccccccccccccccccc l:la="""""""="""""a cccccccccccccccccc l:la="""""""="""""""""aintthe nalord.o >nan ="ul" value http:// nals.opened. 840.org/em"eeneckeinteneckei" /l l:la="""""""="""""""ngalabel forntthe nalord.o >the nalislabellnbr/lnbr/l ccccccccccccccccccaintopened. 840ord.o >nan ="ul" value " /> alabel forntopened. 840ord.o >en OpenEd. 840dilabell cccccccccccccccccc< réta cccccccccc cccccccccccccccccc l:la="""""""=""""""" aait lSenreldir="ltr"butt40ta cccccccccc < réta cccccccccc="fr ccccccccccc < réta cccc< réta cc< réta < réta ccccml:langa
    • llext nav-toggle-show">a ml:lang="
    • es. Les a ml:lang="fr
        a ml:lalangngngali> a la="""""""="""""""< subies. Lesie es ie e-ire ">aait lIne soa 840ser="ltr"r="lt="fr cngngngngng="fr="fr cccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccml:lalangngngngng=" T="fr cccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccml:lalangngngngng="=" pour uxcrrr | BUCEMAreBriefly:< rt>="fr cccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccml:lalangngngngng="=" anmédiévislas (nreléoeogup' rtehem etedu Cemnspe="fr cccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccre="fr cccccccccccccccccccccccccccccccccccccml:lalangngngngngali>="fr cccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccml:lalangngngngng=" P shx :< rt>="fr cccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccml:lalangngngngng="=" roi JG ce, >p' uxcrrrreMed.um:< rt>="fr cccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccml:lalangngngngng="=" E-ISSN:< rt>="fr cccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccml:lalangngngngng="=" ISSNdpoint:< rt>="fr cccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccml:lalangngngngng="=" ="fr cccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccml:lalangngngngngali>="fr cccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccml:lalangngngngng=" Accrss:< rt>="fr cccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccml:lalangngngngng="=" aon //www.opened. 840.org/504"eRead="fr ccccccccccccccccccccccccccccc s ulta cccccccccc s li>="fr cccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccml:lalangngngali> cccccccccccccccccc sr="ltDOI / Refercrsdir="lt="fr cngngngngng="fr sulta cccccccccc ccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccml:lalangngngngngali>="fr cccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccml:lalangngngngng=" DOI:< rt>="fr cccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccml:lalangngngngng="=" aones. Lesiframe > 719?e soa =c,s porp">C,st refercrdires li>="fr ccccccccccccccccccccccccccccc l:lalangngngngnga ulta cccccccccc ngngngnga li>a!-- /DOI / Rrffuemenc ss-->a ml:lalangngngali> aintdlLinks"es li>="fr ccccccccccccccccccccccccccccc l:lalangngngngnggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggga ulta cccccccccc ml:lang="fr
          a cccc ml:lang="frngali> aait lTwissrdir="ltr"res li>="fr c cccc ml:lang="frngali> aait lF="fr c cccc ml:lang="frngali> aait lGoogle +dir="ltr"res li>="fr c a ulta cc< réta ccccccml:lang="
        • es. Lesal à-right">a l:la="""""a
        • aintauthda a">< réta cc< réta < réta ccml:langabutt40 r"butt40ta cca!--[if lt="fr cngngml:lalaalinknrtontge desheet"n https://slaebc-a igi .opened. 840.org/openbarrr/css/ie_openbarrr.css"ta cca![endif]-->i rétml:la l:
  • ion. Des chasubledefinieb40 >aintftn1" Bernar1st1aireCqu’esor onauidseers ltrler dle Xe"li t rrptex ClM eingGuy Maombesu oGoff,aCmenvanceeingue15 lutd

    tqueObeautére,Arh,pour njo Nauid vonr n14plus ausmaximume="torrffuemenc e d'bliomitphsnts o resvnt-ts3io diirior papes mnuesur ine soa 840). xecrificem> d’rcapieogud">Le (ca. 840s  sompsu2in>. cclonc.0z,rmmtail(133nemeTcle à lr s locales0 hlFr num e 
    of5 lero-Sax/seAotre tex(L tglm,1984),unemeDteHeclsgen Drei Königere tex(Lolo="x,1982),unemeOrnan duIne leesiaere tex(Lolo="x,1985),nemelShakan lit3h mZu,den e .letaseZeit31"r Ottonlese of5Byz nntume843-1261re tex(New Yorke1997),l" Partage des croix en or ou d0e to0ut ornemeLdeeneminlestacto3n10". Ts desg dir>Les réc du dx(lacem,2001),unemeV out<