Navigation – Plan du site
Chronique bibliographique

Baskın Oran, Les Minorités en Turquie : concepts, théorie, Lausanne, législation interne, jurisprudence, pratique, Istanbul, İletişim Yayınları, 2004

Samim Akgönül

Texte intégral

1Les contextes culturels et politiques donnent des sens différents aux mêmes concepts. Alors que dans beaucoup de sociétés la « minorité » n’est pas forcément un concept négatif, dans les pays unificateurs et jacobins comme la France et la Turquie le mot minorité n’évoque rien de positif. Etre en minorité, être minoritaire est entendu en français comme en turc comme être en position de faiblesse et dans le contexte turc, comme être oppressé.

Etre (en) minorité

2En Turquie, toute une littérature sur les « Turcs de l’extérieur »1 présente les minorités turques des Balkans et du Proche Orient, limons de l’Empire ottoman, comme les Turcs en servitude, en situation minoritaire donc forcément sous domination étrangère. Cette littérature considère que ces minorités ont besoin de la protection paternelle de la « mère-patrie » sans laquelle elles sont condamnées à disparaître. De la même manière la crainte principale en Turquie concernant Chypre est que les Chypriotes turcs se retrouvent en situation minoritaire. Ainsi, il est aisé de comprendre que dans la conscience turque une minorité n’est pas quelque chose d’enviable. Il est indispensable de faire une archéologie des causes qui conduisent à cette signification négative, certes, mais l’attitude de la Turquie à l’égard de ses propres minorités se présente incontestablement comme un exemple. Le livre en question est écrit par un de ces archéologues, Baskın Oran, auteur d’un livre sur les Turcs de Grèce devenu désormais classique2 mais aussi initiateur d’un travail collectif monumental sur la politique étrangère de la Turquie3.

3Le livre que nous évoquons ici a son histoire propre, assez curieuse, connue plus ou moins par ceux qui ont suivi la presse turque des quelques derniers mois reflétant une polémique révélatrice de l’état d’esprit des dirigeants et des médias turcs. Il s’agit en effet, au départ, d’un « rapport sur les minorités », réalisé par une commission très officielle, renié par le gouvernement par la suite, dont les différentes présentations publiques ont été émaillées d’incidents plus ou moins violents et son auteur, Baskın Oran a été accusé de trahison. Il est intéressant de constater que pour une compréhension complète des enjeux qu’a suscités ce rapport, l’auteur a ajouté l’ensemble de ce débat à son ouvrage : d’où les annexes de 100 pages avec un certain nombre d’articles de journaux, interviews, etc. Le titre du livre est intriguant. L’auteur, parce que certainement il craignait que les futurs lecteurs ne saisissent pas immédiatement le contenu, a décidé d’ajouter six sous-titres à son livre. Ces six sous-titres forment en quelque sorte le squelette de l’ouvrage : le livre, après une introduction très longue et détaillée, s’articule en cinq parties.

4L’introduction intitulée « Le concept de minorité dans le monde et la protection des minorités » (pp. 17-46) fournit une des réponses les plus complètes à la question de ce qu’est une minorité que peuvent se poser les politologues, les juristes et d’une manière plus générale, l’opinion publique. Baskın Oran y trace l’évolution historique du concept mettant particulièrement bien en lumière le fait que dans chaque contexte national, dans chaque société, et même dans chaque organisation internationale la réponse à la question de ce qu’est une minorité, est différente. Parce que les interlocuteurs de cette question sont non seulement très variés mais de plus se situent dans différents endroits dans l’espace et dans une société donnée. Le fait que les membres d’un groupe se sentent en minorité est une chose, le fait que l’État dont ils sont ressortissants reconnaisse l’existence d’une telle minorité en est une autre. Le fait qu’une nation considère ses congénères vivant dans un État tiers comme une minorité est une chose, la définition « objective » d’une minorité par un organisme supranational en est une autre. Ainsi, il est aisé de comprendre que la « minorité » n’est pas seulement un concept politique ou juridique mais aussi, et surtout, un concept de perception et d’auto-perception voire de conscience.

5Pour les non spécialistes de la question, la première partie intitulée « données fondamentales sur les minorités  en Turquie » (pp. 47-60) est remplie de surprises. Si on pose la question du départ, en rétrécissant sa portée géographique à la Turquie, à la question de « quelles sont les minorités en Turquie ? » tout le monde répondrait en chœur, de l’homme de la rue au politicien le plus avisé, la même chose : « les Grecs, les Arméniens et les Juifs » en ajoutant que ce sont des minorités reconnues par le Traité de Lausanne de 1923 et que, de toute façon, « ils sont minoritaires mais des citoyens de première classe »4 parce que peut-être subsiste-t-il des doutes à ce sujet. Et pourtant, il suffit de prendre et lire le texte du Traité de Lausanne, tant admiré, pour comprendre que les choses ne sont pas si simples ; comme le fait Baskın Oran, j’y reviendrai. Néanmoins, comme ceci est indiqué clairement dans cette même partie, cette définition n’est valable qu’à l’intérieur de la Turquie et, selon les principes internationaux multiples, il est impossible de limiter les minorités de Turquie à ces trois groupes. Sur ce point cette erreur vient de la confusion de deux textes. Le premier est la Convention  d’échange de population obligatoire signée entre la Grèce et la Turquie en janvier 1923 à Lausanne. Selon cette convention, les musulmans citoyens grecs vivant en Thrace occidentale et les Grecs orthodoxes citoyens turcs vivant à Istanbul (et à Imvros et Ténédos/Gökçeada et Bozcaada) ont été exemptés de l’échange obligatoire. Le principe de réciprocité, qui se maintient comme une épée de Damoclès sur la tête des deux minorités depuis plus de 80 ans trouve sa source dans cette convention.  Le Traité de Lausanne, montré comme référence par tout le monde, est signé certes dans la même ville mais au mois de juillet. Ce dernier accorde un certain nombre de droits aux minorités non-musulmanes en Turquie et ces mêmes droits sont accordés à sa minorité musulmane par la Grèce à travers l’article 45. Ainsi, le Traité de Lausanne ne mentionne à aucun endroit ni les Grecs de Turquie, ni le patriarcat ni la Thrace occidentale, région où se trouvent les musulmans de Grèce.

6Baskın Oran a le mérite incontestable de lire en détail ce Traité, et d’analyser finement les différentes dispositions dans la deuxième partie de son livre. Dans le Traité c’est la section III intitulée « la protection des minorités » qui définit – de manière floue il est vrai – ce que sont les minorités en Turquie avec sept articles successifs. Dans aucun de ces articles les Grecs, les Arméniens ou les Juifs ne sont nommément indiqués. Chaque article concerne les « non-musulmans ». Autrement dit, même dans ce coauest paspplication/à la qetter du Traité les Aroits sinoritaires mn peutent ltre ségduts aux meule Grecs, lrméniens et luifs neststanbul : le s Syiarqes, les jhaqléfen, les Arméniens ogégirientsdu siud-st diestAatilite les Arthodoxes cranbophons d’uAtionhe Oauaitnt diû garement un porofter . Onpeut- bjectir que pe ces aroupes.il ee recst plus aercsnne ans cetsrégion mais dans ch coau, n consondales Aauses qt les Gonscéue cer.

47/span>L’iuteur a alyserdonc funpar un ols articles ; clerésumlat do cette q alyserdst aisez craimtique,: lon seulement tcs Aroits snt été eimites ee faictoà ces trois groupes.mais de pur croî, même d ces trois groupes.mls s’ent pas sté acplicués.Gonreucement Parcexemple. l’aulié a 5de l’rticle c39styiula : « lNnosbsant a’existence d la Ganguaeofficielle, res maiciltes ecplopreies fer nt dennées fux messortissants rtrcs de lnguaeoutre.que lesturc, cour c’esane obralde ler la guaeodeant ls troibuaux ». AO n’eypar esti le Grcs, li leuAméniens oi lême daenon-musulmane.

48/span>Latrois ème partie dst intrrne L’auteur, scrte fa répgement tion/out ln mittant p’rcesn sur lon lpplication/ Chest lette qartie dui dst é l’irigin. d’une tolémique risez ciolents en Turquie csr c’estiltation ids concepts.« Turcs» ent« doeTurquie » (pTürk /Tuürkiyeli) Il est ilaireque la uestion ddentifaire est elieslon seulement tux mhosixindiqviduls eais aussi iux mdynamques doegroupes Il est parcexemple. lmpossible de lonsidèren les Turcs de Ghrace occidentale ecmme de Grecs orules Turcs de GBulgari ecmme de GBulgarr. < dMnorité » n viut- as soutourn diri ilrégdntifsm, spartaifsm, srefs de 8suverninemé ;être minoritaire en lonsidst pls soutourn d ltre mans une sotuation mépalbrabe. lurtout,dans les pays uépoclatique,. Leauépoclatiqen’est pas comme cn lesdit,troip8suvern, un csystme pù le miajrité damina la mnorité muis an csystme pui droteègele miajrité daesle,-ême : d sa sropre, hpgpocien Et pette qaotection patse lar le minorités

49/span>Latqutriame partie daan citre dui défslen « les Géfrmensréalisé s polr cntégrae c’eUion pur,oée ne t lesr a plication/». AC titre dous-tntenduque ces méfrmensrnautaitnt das sté aéalisé s pans laqaercspctivepur,oée ne Chest ln tradst ponstateiuxuellil est viffciee de l’arsocie cans la mesre cù li s’agit el diune tvolution h la Gociété de de la cépoclatiqenurques dnture le, rvec srulans lercspctivep’andhpson pur,oée ne L’auteur, ymentionne rois glier"és en Tant que cpirreu  e gualires mds Aroits se l’homme dontesposnines: leier"ésde perner ft d’aexresseon/;leier"ésde per esr d’ucplondre et le per taer cs Ganguaeomternelle ;leier"ésde ponscience tt le peatique, cs Ge ligin. Il est iien evodentaque ce sont des mroits suniers ls ercestés dar tout s les Gociétés lmoernir.

410/span>Latinq uème partie dst iéservés à l’ alyser: leauteur, ym alyserdes pritique,.concernant Ces minorités en Turquie a la qemière lds intormat on mt lecuments"présentas dens les pqutri première sparties. croynce ssr c’edentifa, la murc,fa, laaulérieé,de trouvent lbus-clées. Ls cens dint les miot comme u lSèrae », r Leusanne » n lespatriarcat » n les panbtailtes » sant coarges sens etn scrte rle contenu, ae retrouvent eemi etn auses

41LAla mfindu livre eous rvenuos aucdébau de lahostoire L’auent ur du T rapport sur les minorités »,dst iésélatrice . Malhur,use,mnt, lie quelques dnterviews,due laskspan style="font-family:' Courier New Tur', monospace;">Bn O/span>Lran a lccordéss fux mournalsstes et dntégraes dns ce civre eot une prmendéfinsiove Néanmoins, ca muute faindu livre eous ramèe à aes surjes plus osrieurx au -del di la prette iostoire L’auteur, ymecsnsemdans ce coadred’un trabe.ucd alysique o’ensemble de lons dépgement tion/ mt lespositions daumroitsmurc, Leauleon,dst intte : d moins vjusu’à locinmmnt dn lpvit Bpur de minorités

41El est ivodentaque cemme utus es levre daprmionrised s’agit e’un tapport s l’irigin. cetlui-ci garement uonteint des saspcti cortiqueabe. AC tui dlest la plus ,c’est la fait que l’uteur, oberv les minorités te l’extérieur t Chest leut-être sour cotte lraron lue l’uvragedini ltre sonnselléeaux mecilogies, laaindu’ls suis snt le cire en dtant uuffitsammnt darés (aant daenstre cans lelou meloroupes I/p>

413/span>El efaurait eignaler1ln tutre.qoint cui se ble dtre sne liacne inposntn>t CI est viffciee de lcroirequ’unetravail cussi iomplt suni léalisé ptn sucpluyan sur loileutde 8suvrcs principeles st sueondamirr.

414/span>Bans asn inteoduction Baskın Oran< lociasedu’lss’agit el diunel levre enteoductiof». Al saO/span>Liune tortainemmanière fraron lans la mesre cù l’uvragedeut ltre sstilta comme rne t retré  » d rois ganière . Sva/strong>Bn Oran< /span>L’est pas seule

41PCelivre est igarement unelivre ee loncelsion ,dernier aailln l(our c’einsant )diune tvolution hntelectiulse. luiencifieue st dhéorieue . Lorsue laskspan style="font-family:' Courier New Tur', monospace;">Bn Oran< /span>Lsétatt Bpunhéo llssysaOving aras,sur la tnorité murque desGrèce (hrace occidentale )a class="footnotecall" id="bodyftn34 href="#ftn34>5en Tant que cplitologues llsspvit Bndiqué cans la mlocace e la promière cditeonsdu’lsspvit Butd paspploche Oe « qsng= foisd». AHerkül Mllasspvit Baors qégdiesune chrtique omi-fiues lmi-raroini(ou comme cn ldt en curc c qsucé /aère-».)du livre estspvit Bontré cue omme dans che étt d’esprit dn ldttioguagitdns ce civre ees suilhoutte seffeaces ds mernees ntionaledst . Leauuxième pditeonsdu livre e Garturvec sa cratique o’eHerkül Mllassi exetrneo Et pans ca mlocace e lette duxième pditeonsd’uteur, lociasgit: « lLorsue'n,dsnre mans ul'.ucdl est vossible de lnepas seulnuy, ,muis ai est impossible de lnepas seulmoilletr». Aaskspan style="font-family:' Courier New Tur', monospace;">Bn Oran< /span>Lst enttnorité De leux qui oneseulnutnt das

/div>
Sommaire -