Navigation – Plan du site
Chronique artistique

Présences du cinéma turc

Nicolas MONCEAU
p.

360-370

Résumé

Après avoir connu une période de prospérité et d'expansion sans égale (les années 1960 et 1970 ont marqué son âge d'or, avec une production nationale culminant à 200, voire à 300 longs métrages par an), le cinéma turc traverse depuis les années 1980 de graves difficultés. La concurrence des chaînes de télévision privées et de la vidéo, la domination des “majors” américaines sur le marché, ainsi que la crise économique sont les principaux facteurs de cette évolution. Malgré l'effacement de la production, le cinéma turc contemporain se caractérise toujours par une richesse et une variété de genres : comédies, mélodrames, films d'action et aventure, œuvres psychologiques ou "engagés" en forment la matière. Trois films turcs récents, qui interrogent avec pertinence l'évolution politique de la Turquie, sont plus particulièrement observés ici : Brouillard (Sis), de Zülfü Livaneli ; Le consensus (Uzlaºma), de Oðuzhan Tercan; Cœur de verre (Camdan kalp), de Fehmi Yaºar.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas MONCEAU, « Présences du cinéma turc », Cahiers d’études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien, 20 | 1995,

360-370

.

Référence électronique

Nicolas MONCEAU, « Présences du cinéma turc », Cahiers d’études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien [En ligne], 20 | 1995, mis en ligne le 30 mars 2004, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cemoti/196

Haut de page

Auteur

Nicolas MONCEAU

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals