Navigation – Plan du site
I - Quelques questions négligées

Le terrorisme en Grèce

Christophe CHICLET
p.

52-70

Résumé

Pendant près de trois décennies, la Grèce a été le champ clos de règlements de comptes d'ordre terroriste. Deux facteurs se sont mêlés pour faire de cet Etat d'Europe l'un des plus touchés par ce phénomène. La proximité géographique avec le Proche-Orient a transformé Athènes en « zone grise » où Palestiniens, Israéliens, Libyens, Syriens, Irakiens, Arméniens, Turcs se sont entretués. Mais c'est le terrorisme intérieur qui est le plus intéressant. Le « groupe 17 Novembre » a fait régner la terreur pendant plus de vingt ans. Sous une couverture de groupuscule gauchiste, il s'agissait de règlements de comptes entre services au cœur de l'Etat. Une sorte de diplomatie parallèle sanglante qui a fait qu'aucun « membre » du « 17 Novembre » n'a pu être arrêté et que les Etats-Unis ont classé ce « groupe » comme le plus dangereux d'Europe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe CHICLET, « Le terrorisme en Grèce », Cahiers d’études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien, 17 | 1994,

52-70

.

Référence électronique

Christophe CHICLET, « Le terrorisme en Grèce », Cahiers d’études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien [En ligne], 17 | 1994, mis en ligne le 30 mars 2004, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cemoti/273

Haut de page

Auteur

Christophe CHICLET

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals