Navigation – Plan du site
L'Albanie, 10 ans après

Dimanche à Miras, lundi à Dipotamia. La frontière albano-grecque dans la région de Bilisht et de Kastoria

Michel ROUX, Gilles RAPPER et Olivier DESLONDES
p.

199-222.

Résumé

L'ouverture de la frontière albano-grecque, vue à travers les relations entre deux villages frontaliers, pourrait faire jouer l'énorme disparité de revenus entre les deux pays en faveur d'un développement économique rapide : les Grecs emploient les Albanais en Grèce, et pourraient les employer en Albanie à condition que la sécurité de leurs investissements soit assurée. Pour le moment, l'instabilité de l'Albanie et la méfiance entre Grecs et Albanais freinent la normalisation des relations, préalable à tout développement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel ROUX, Gilles RAPPER et Olivier DESLONDES, « Dimanche à Miras, lundi à Dipotamia. La frontière albano-grecque dans la région de Bilisht et de Kastoria », Cahiers d’études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien, 29 | 2000,

199-222.

.

Référence électronique

Michel ROUX, Gilles RAPPER et Olivier DESLONDES, « Dimanche à Miras, lundi à Dipotamia. La frontière albano-grecque dans la région de Bilisht et de Kastoria », Cahiers d’études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien [En ligne], 29 | 2000, mis en ligne le , consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cemoti/622

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals