Navigation – Plan du site
Champ libre

Le drapeau turc, emblème de la nation ou signe politique?

Claire MAUSS-COPEAUX et Etienne COPEAUX

Texte intégral

Ce début de recherche sur les symboles de la nation en Turquie prolonge des travaux antérieurs sur la mémoire collective et sur l'image en tant que récit iconographique (cartes analysées en tant qu'images, photographies d'événements historiques : Copeaux, 1994, et Mauss-Copeaux, 1996). Notre propos est d'examiner ici l'usage social du drapeau national dans la Turquie d'aujourd'hui où sa fréquence d'apparition dans la vie publique et même privée frappe très vite l'observateur extérieur. C'est d'autant plus remarquable que la loi du 29 mai 1936 restreint son usage à des circonstances précises : “ Le drapeau ne peut être déployé sur les maisons et les boutiques que lors des fêtes nationales ”. Notre première approche de ce phénomène de pavoisement permanent et quasi généralisé consiste en une analyse de l'apparition du drapeau dans la presse. Notre recherche rejoint celle de Michael Billig (1997, 36-59), qui distingue deux états dans l'apparition publique de l'emblême de la nation : d'une part, the waved flag, expression que nous rendrons par la notion de drapeau-objet : il flotte au vent, représente la nation, doit être salué par les militaires et ne peut souffrir, conformément aux rituels de notre époque, aucune atteinte physique ou même verbale ; d'autre part, the unwaved flag, qui correspond partiellement à ce que nous appellerons ici le drapeau-image, tel qu'il est photographié - à dessein ou par hasard - dans la presse, tel qu'il est représenté dans les manuels scolaires ou tel qu'il est apposé sous forme de vignette sur les automobiles ou sur tout autre objet ; dans ce second état, le drapeau ne requiert pas le même respect : on peut jeter à la poubelle une page de journal sur laquelle il se trouve figuré. L'objet de notre analyse est l'usage de cet unwaved flag, de ce drapeau-image, en Turquie ; il s'agit d'images innombrables qui ne sont pas consciemment perçues par le public mais qui contribuent à entretenir, selon Michael Billig et conformément à nos propres observations, un état d'esprit nationaliste.

Le corpus sur lequel nous avons travaillé est formé de plusieurs centaines de photographies de presse couvrant l'année 1996, retenues selon un seul critère : la présence du drapeau turc dans le champ de l'image. Elles proviennent d'un dépouillement régulier de sept quotidiens auquel viennent s'ajouter épisodiquement d'autres apports de journaux d'opinion ou destinés au grand public. Notre analyse a porté sur les images elles-mêmes, mais aussi sur leur rapport avec leur co-texte ; nous avons emprunté à l'analyse de discours la notion de co-occurrence pour désigner les cas d'apparition conjointe de deux éléments sur un même cliché (image de drapeau et image de douleur par exemple). De même, parlerons-nous de co-occurrence pour désigner l'apparition conjointe d'un élément du discours photographique et d'un élément d'un discours textuel.

Pour bien situer les événements analysés, il est nécessaire de se remémorer le contexte de l'année 1996 ; le 24 décembre 1995, les élections générales anticipées avaient donné une courte majorité au Parti de la prospérité (Refah, islamiste) dirigé par Necmettin Erbakan. Les efforts des politiciens ont réussi, durant les six premiers mois de l'année, à maintenir ce courant majoritaire à l'écart du pouvoir. Mais, au début de juillet, un gouvernement de coalition dirigé par Necmettin Erbakan, en association avec Tansu Çiller (Parti de la juste voie, DYP) obtenait la confiance du Parlement. Alors que s'accomplissait ce processus la Turquie entrait dans une union douanière avec l'Europe (1er janvier 1996), tandis que les tensions persistaient avec la Grèce et s'exprimaient à propos de la souveraineté sur Kardak (Imia), un îlot inhabité situé à quelques kilomètres de la côte turque ; en août, deux crises dramatiques éclataient à Chypre, donnant l'occasion à la presse de raviver les réflexes nationalistes ; enfin, durant toute l'année, comme toujours depuis 1984, la guerre dans le sud-est de la Turquie continuait ses ravages sans qu'une solution politique n'apparaisse.

1996, Une année sous le signe du drapeau

L'examen des photographies collectées fait apparaître l'existence de rituels, le plus souvent étatiques ou para-étatiques, qui trouvent leur sens dans un certain savoir et dans un rapport au sacré, que nous évoquerons plus loin. Certains de ces rituels sont accomplis selon une “ récurrence de l'identique ”, tandis que d'autres sont convoqués ou apparaissent en liaison avec des circonstances particulières (Abélès, 1990).

Le drapeau au quotidien : un tissu de signes

La fonction phatique des images

L'une des difficultés de l'analyse réside en l'existence d'une multitude de photographies difficiles à classer ; elles sont banales, répétitives, n'illustrent aucun événement notable ou mémorable, mais sont du ressort de la vie sociale quotidienne, des petites fêtes, célébrations, rencontres insignifiantes. Ces drapeaux-images, les unwaved flags, correspondent à la simple présence du drapeau-objet dans le paysage quotidien, la photographie n'étant ici que le reflet d'une certaine vie sociale. Le drapeau n'est photographié que parce qu'il est, presque inévitablement, dans le champ de l'image, tout en étant hors-sujet. Si les notions de champ et de hors champ ne peuvent prêter à confusion, celles de sujet et hors sujet, appliquées à l'analyse d'une image, nécessitent une première remarque méthodologique. Nous dirons que le drapeau est sujet s'il est photographié à dessein ; il sera hors sujet s'il ne figure sur l'image que parce qu'il était par hasard dans le champ de l'opérateur à l'instant du cliché ; mais peut-on jamais invoquer avec certitude le hasard et l'absence d'intention pour analyser une photographie ?

Il existe au moins deux moyens de déterminer si le drapeau qui figure dans le champ d'une photographie est sujet ou hors sujet ; le premier est l'examen du co-texte - la légende de la photographie ou l'article qu'elle illustre ; si celui-ci mentionne, rappelle, souligne, commente la présence du drapeau dans le champ de l'objectif, on peut le considérer comme sujet de l'image ; dans ce cas le drapeau parle ; dans le cas contraire, il est hors-sujet et nous qualifierons sa présence de muette. Le second moyen est de distinguer les photographies sur lesquelles le sujet est étroitement cadré, de celles dont le sujet semble “ flotter ” dans un cadre trop large pour lui. Dans le premier cas, le drapeau, placé en arrière-plan, du sujet peut être photographié par hasard et est donc hors-sujet ; dans le second, il apparaît souvent que le photographe a élargi, parfois considérablement, le champ de la prise de vue de manière à y comprendre le drapeau ; le sujet (portrait d'un orateur par exemple) est alors connoté par la présence du drapeau qui devient un second