Navigation – Plan du site
« La pépinière du nationalisme » ?

La diaspora arménienne et l'idée nationale : de l'exil commémoré aux formes actives de l'apprtenance

Martine HOVANESSIAN
p.

83-109

Résumé

Réflexion sur la pertinence sociologique de la notion de diaspora à travers quelques thèmes qui couvrent l'ensemble des significations et des interprétations : les logiques d'Etats et l'organisation d'espaces migratoires, le fait minoritaire et ethnique et l'élaboration d'un lien social dans la dispersion. L'auteur privilégie tout autant les principes d'organisation que les motivations symboliques à l'œuvre. Les diasporas en effet élaborent des projets identitaires, inventent de "nouvelles traditions", contribuent à des mobilisations politiques pouvant produire de nouveaux rapports à la citoyenneté. Cette perspective est développée à travers la diaspora arménienne : elle apportera des éclairages importants sur les dépendances de la réalité sociale aux évolutions et aux recompositions de l'imaginaire collectif d'une minorité ethnoculturelle déterritorialisée, sur les incidences de la géopolitique (l'existence d'une question arménienne au début du xxe siècle) dans l'élaboration d'une conscience de minoritaire dans la dispersion. Depuis les débuts de l'exode massif des années 1920 jusqu'à nos jours, on remarque des représentations différentes de cette réalité de la dispersion, dépendante du degré d'aisance acquis dans les sociétés dites "d'adoption" mais aussi d'une mémoire interne. Cette mémoire réactive quelques moments fondateurs d'une histoire de l'exil et engage de nouvelles relations entre un centre et une périphérie. Ces nouvelles relations montrent des modifications dans les processus d'identifications nationales. Ainsi, depuis son indépendance en 1991, l'Arménie anciennement soviétique interpelle la diaspora à participer activement à la construction de l'Etat.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martine HOVANESSIAN, « La diaspora arménienne et l'idée nationale : de l'exil commémoré aux formes actives de l'apprtenance », Cahiers d’études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien, 30 | 2000,

83-109

.

Référence électronique

Martine HOVANESSIAN, « La diaspora arménienne et l'idée nationale : de l'exil commémoré aux formes actives de l'apprtenance », Cahiers d’études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien [En ligne], 30 | 2000, mis en ligne le 31 mars 2004, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cemoti/642

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals