Navigation – Plan du site
Communautés libanaises en Afrique occidentale

Notes de lecture : La structuration de l'expérience collective à l'étranger

Stéphane DUFOIX
p.

319-332

Résumé

La discussion théorique sur le contenu de la notion de diaspora est souvent peu attentive à la façon dont s'organise concrètement l'expérience collective à l'étranger. L'étude comparée de trois travaux récents consacrés aux Libanais en Australie, aux Tamouls en Norvège, et aux Sikhs en Grande-Bretagne, au Canada et aux Etats-Unis, montre toute la complexité de l'existence des communautés à l'étranger. En particulier, la transformation des contextes politiques dans le pays d'origine modifie profondément le sens de la migration, mais aussi celui de la vie à l'étranger, suspendue entre la recherche de la continuité par rapport à l'expérience pré-migratoire et l'adaptation aux cadres économiques, sociaux et politiques du pays d'accueil. La définition englobante d'une diaspora, souvent considérée comme un ensemble d'individus de même origine nationale vivant à l'étranger, ne peut alors épuiser l'étonnante labilité des mobilisations des émigrés et de leurs identifications au pays d'origine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane DUFOIX, « Notes de lecture : La structuration de l'expérience collective à l'étranger », Cahiers d’études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien, 30 | 2000,

319-332

.

Référence électronique

Stéphane DUFOIX, « Notes de lecture : La structuration de l'expérience collective à l'étranger », Cahiers d’études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien [En ligne], 30 | 2000, mis en ligne le 31 mars 2004, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cemoti/652

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals