Navigation – Plan du site
Contrepoint

Mythes et réalités du sionisme

Michel GILQUIN
p.

333-336

Résumé

L'intrusion du sionisme dans les communautés juives sépharades de l'espace ottoman a déstabilisé celles-ci, jusqu'alors peu enclines à sombrer dans la fièvre nationaliste. La constitution d'une colonie de peuplement en Palestine, validée par la déclaration Balfour avant même la défaite de l'Empire, a contribué à la déstabilisation de tout le Proche-Orient de manière durable. L'édification de ce yishouv, impulsée par des juifs ashkénazes imprégnés du dogme de l'Etat-nation, cherchant sa légitimité à la fois dans des mythes religieux et dans la judéophobie, supposée irréversible, d'une partie du monde chrétien, a constitué le dernier fait colonial du XXème siècle. Michel Gilquin réagit au dossier Turquie/Israël (CEMOTI, N°28) dans lequel plusieurs communications tentent de présenter la constitution de l'Etat d'Israël comme relevant du morcellement sur des bases « nationales » de l'empire ottoman, dans la foulée du postulat douteux sur l'impossibilité de la pluralité communautaire, tout en ignorant délibérément son rôle dans la continuité de la stratégie occidentale de contrôle de la région, commencée dès les Croisades.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel GILQUIN, « Mythes et réalités du sionisme », Cahiers d’études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien, 30 | 2000,

333-336

.

Référence électronique

Michel GILQUIN, « Mythes et réalités du sionisme », Cahiers d’études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien [En ligne], 30 | 2000, mis en ligne le 31 mars 2004, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cemoti/653

Haut de page

Auteur

Michel GILQUIN

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals