Navigation – Plan du site
La question de l'enclavement en Asie centrale

L'Ouzbékistan ou la stratégie du « surenclavement »

Catherine POUJOL

Résumé

L'Ouzbékistan est connu comme l'archétype de l'Etat continental le plus enclavé du monde, plus précisément, doublement enclavé. Pourtant, ce nouvel Etat post-soviétique, indépendant depuis 1991 est loin d'appréhender comme un handicap sa situation d'enclavement. Au contraire, il développe, au moins dans ses discours officiels, une perception positive de ses paramètres de positionnement géographique, géopolitique et géostratégique, perception qui s'appuie sur une vision exacerbée de sa centralité au sein de la zone "Asie centrale". Cet article se propose de livrer quelques considérations puisées dans une expérience du terrain qui s'étale sur vingt-cinq ans ainsi que dans le discours que produit le pouvoir ouzbek sur sa place dans l'espace eurasiatique. L'Ouzbékistan se sent investi d'une mission au sein de l'Asie centrale, mission que lui dispute le Kazakhstan malgré ses problèmes politiques et sociaux. Il poursuit sa tradition de "positiver les problèmes" qui se coula si bien dans le moule idéologique soviétique du socialisme réel. C'est une posture qui n'est peut-être pas sans intérêt immédiat.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine POUJOL, « L'Ouzbékistan ou la stratégie du « surenclavement » », Cahiers d’études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien [En ligne], 35 | 2003, mis en ligne le , consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cemoti/763

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals