Navigation – Plan du site
Champ libre

Les cartes d'identité grecques et la dé-légitimation d'une pratique d'identification

Tassos ANASTASSIADIS

Résumé

Lors du début de la "crise des cartes d¹identité" en Grèce en 1993, l'image du pays contrastait sérieusement avec la bonne publicité dont il bénéficie aujourd'hui, après une présidence de l'Union européenne plutôt réussie. Cette crise était censée démontrer soit le caractère orthodoxe ­ "incompatible" avec l'Europe ­ de la Grèce, soit l'opposition persistante au sein du pays entre un parti occidentaliste, modernisateur, incarné par les intellectuels et un parti orientaliste orthodoxe, et "traditionaliste", dont le porte-parole était l'Eglise de Grèce. Et si pour commencer à échapper à ces oppositions transcendantes, nous analysions plutôt la manière dont l'Etat grec a commencé à "catégoriser" ses citoyens, légitimant ainsi certains critères tout en écartant d'autres?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tassos ANASTASSIADIS, « Les cartes d'identité grecques et la dé-légitimation d'une pratique d'identification », Cahiers d’études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien [En ligne], 35 | 2003, mis en ligne le , consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cemoti/768

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals