Navigation – Plan du site

La revue CEMOTI

La revue cemoti

Les Cahiers d'Etudes sur la Méditerranée Orientale et le monde Turco-Iranien (CEMOTI) ont été fondés en 1985, à l'initiative de Semih Vaner, directeur de recherche au CERI (Centre d'Etudes et de Recherches Internationales), laboratoire de Sciences-Po associé au CNRS. Ils sont édités et diffusés depuis cette date par l'AFEMOTI.

Les CEMOTI se sont donné pour but l'étude d'une région précise mais relativement vaste qui s'étend de l'Europe du Sud à l'Asie Centrale en passant par le Moyen-Orient et le Caucase. L'accent est mis aussi sur les communautés immigrées et les diasporas grecque, turque et chypriote en France, en Allemagne et dans toute l'Europe.

Revue semestrielle de sciences sociales et politiques, elle s'est efforcée dès l'origine de ne négliger aucun aspect des sociétés de sa zone d'études. Les thèmes abordés vont donc du « contentieux gréco-turc » (numéros un et deux) à la "Communauté européenne et la Turquie devant la question de l'adhésion: approche culturelle d'une relation politique" (n°s huit et dix) en passant par « Espace musical, espace historique » en Turquie et en Iran (n° 11) ou encore « L'immigration turque en France et en Allemagne » (n° 13).

Une véritable revue de sciences politique depuis 1989

1989 est l'année de la deuxième naissance des CEMOTI. Ils deviennent à cette date une véritable revue dotée d'un comité de rédaction et d'un conseil scientifique. Leur création est encouragée dès l'origine par le CERI qui met à la disposition de la publication des moyens matériels (local, fax, frais d'envoi, etc) et financiers, et le Centre National du Livre (CNL) qui lui accorde une subvention. La revue ne va cesser ensuite de s'étoffer pour satisfaire la demande croissante d'informations en provenance de sa région d'étude.

Ainsi en 1991, l'ouverture, avec la chute du communisme, de nouveaux champs d'études (Asie Centrale, Caucase) pousse les CEMOTI à s'adapter à un nouveau contexte. Ils subissent donc un changement de maquette et doublent leur nombre de pages (ils passent de 100 à 200 par numéros). Ce même souci de s'adapter à la demande d'informations, couplé à la volonté de son équipe éditoriale d'assurer la plus grande qualité scientifique au travail fourni vont présider à la refondation des CEMOTI en 1993 qui passent un palier supplémentaire en devenant une revue semestrielle de 350 pages par numéro, présentée dans une maquette totalement repensée et tirant à 700 exemplaires.

La revue bénéficie de nombreux soutiens et partenaires. Le Centre d’Etudes et de Recherches Internationales (CERI) de la Fondation Nationale des Sciences Politiques en premier lieu. Ce laboratoire héberge en effet l’association et lui offre l’infrastructure nécessaire  à son développement. Le Centre National du Livre (CNL) fut aussi, pratiquement dès les débuts l’un des premiers partenaires. Il continue de nous apporter un appui précieux. A ces soutiens sont venus s’ajouter celui du FASILD et du CNRS.

La revue en chiffres

Diffusion : 1000 exemplaires
300 à 400 pages par numéro
Deux continents et 15 pays étudiés
Un réseau de correspondants dans 25 pays

Le conseil scientifique

Mohammed ARKOUN - Françoise AUBIN - Louis BAZIN - Pierre CENTLIVRES - Pierre CHUVIN - Jean COUSSY - Daniel HERADSTVEIT - Jacob M. LANDAU -  Andrew MANGO - Gema MARTIN MUNOZ - Jean-Paul ROUX - Lucette VALENSI

Le comité de rédaction

Marcel BAZIN (Université de Reims) - Mohammad-Reza DJALILI (lUHEl - Genève) ­Ali KAZANCIGIL (UNESCO) - Farhad KHOSROKHAVAR (EHESS), Pierre-Yves PÉCHOUX (Université Toulouse-Le Mirail) - Jean RADVANYI (INALCO)  Nadège RAGARU (IRIS/IEP) - Anne de TINGUY (CERI/CNRS) - Catherine de WENDEN (CERI/CNRS) - Stéphane YERASIMOS (†)

Secrétaire de rédaction

Levent ÜNSALDI

Directeur

Semih VANER

  • OpenEdition Journals