Skip to navigation – Site map
Électron libre

Finalement, c’est une question de conscience…

Libre entretien, en forme de postface
Paul Philippot

Full text

1Si éditer le présent volume fut une tâche longue, lourde et parfois ingrate, elle nous donna l’occasion de nombreuses rencontres. Parmi celles-ci, l’entrevue avec Monsieur Paul Philippot occupe une place de choix. Lui exposer notre projet, discuter avec lui à bâtons rompus du passé et de l’avenir de la conservation-restauration fut en effet pour nous un réel cadeau.

2Nous aurions souhaité qu’il prenne la plume, qu’il préface le présent ouvrage. Arguant des privilèges d’une retraite méritée et de son grand âge, comme il aurait pu le faire d’une bibliographie définitive, il a préféré l’informel d’un entretien. Nous en reproduisons ici partiellement la teneur, qui tient à la fois du témoignage et de l’histoire. Cet échange nous a plus que jamais confortés dans le projet, précédemment énoncé, d’organiser dans la foulée de la présente publication un colloque sur le thème du Passage de témoins. La mémoire du passé est en effet source d’inspiration et d’aspirations: elle fait part du bagage de ceux qui, depuis toujours, marchent vers l’horizon.  

3MVB : Puisque ce numéro spécial s’intitule Horizons, je proposerai lors de  cet entretien d’emprunter le mode de la flânerie : il est propice aux souvenirs, et favorable aux évocations, celles du passé comme de l’avenir. Pourriez-vous, Monsieur Philippot, nous rappeler quelles étaient, au début des années cinquante, les relations entre les conservateurs, les historiens de l’art, les scientifiques et les restaurateurs ?

4P.Ph : Il a fallu assez longtemps pour qu’il y ait un véritable dialogue. Je me rappelle qu’aux premières réunions de l’ICOM, Conseil International des Musées, il y avait une commission des conservateurs de musée dans laquelle les conservateurs parlaient de restauration -mais sans y connaître grand-chose. Ils y venaient avec leurs restaurateurs, mais ces derniers n’avaient rien à dire. En caricaturant un peu, le restaurateur était assis derrière le conservateur et lui soufflait les réponses.

5Ce fut ainsi jusqu’à ce que les laboratoires, sous l’égide en partie de Paul Coremans, créent leur comité. Ils ont par la suite fusionné en y incluant les restaurateurs.

6Le processus fut lent,  il reste difficile à dater. L’ICOM a certainement joué un grand rôle en créant le comité de la conservation (NDLR : en 1967). D'autre part, l’IIC a fait un peu la même chose dans le monde anglo-saxon en suivant une technique très différente. Aux réunions de l’ICOM, on bavardait, tandis qu’aux réunions de l’IIC, les gens arrivaient avec des textes bien préparés. Ce restait un esprit très différent, d’un côté latin et de l’autre anglo-saxon. Pour des commodités de déplacements, les deux organismes se réunissaient en général en même temps et c’était assez amusant de passer d’un groupe à l’autre. Cette différence de mentalité, de sensibilité latine et anglo-saxonne existe toujours.

7MVB : Cette différence de mentalité n’influence-t-elle pas directement les pratiques ?

8P.Ph : Bien sûr que si ! Et ce côté pragmatique anglo-saxon a eu par la suite une influence considérable, beaucoup plus d’ailleurs que le côté idéologique latin.

9MVB : Les restaurateurs ont-ils cherché une troisième voie et par la même occasion, une légitimité, en travaillant à l’instauration de formations reconnues?

10P.Ph : Sans doute. Ce sont les Allemands qui ont voulu intégrer le restaurateur dans un système académique. Ils ont été les pionniers dans ce domaine. L’institut Doerner2 à Munich a notamment joué un grand rôle. On peut dire que c’est là, dans l’immédiat après guerre, que s’est opérée une réelle médiation. Et c’est Christian Wolters qui en était la clé.

11MVB : Ce sont les héritiers des Lumières, de Goethe, mais avec une mentalité très germanique, très scientifique ...

12P.Ph : Oui, et en même temps, ils travaillent dans la droite ligne de ce souci historique, cette pensée historique allemande qui a toujours été très forte. Ces événements se sont passés juste après la guerre. Cela a été un réel moteur pour cette activité, car le fait d’avoir été isolé pendant toute la guerre puis de pouvoir se retrouver a vraiment donné un élan positif. C’était intellectuellement très stimulant

13MVB : Je pense avoir lu chez vous une distinction entre l’école technico-scientiste et l’école historico-humaniste ?

14P.Ph : L’une, technico-scientiste, part de la pratique, c’est vouloir rendre la technique plus rigoureuse scientifiquement. C’est une certaine ligne d’évolution. Mais si on pense en terme esthétique et historique, on emprunte une autre voie. Ce sont deux approches différentes, même si elles peuvent se rencontrer.

15MVB : Dans les formations de conservation-restauration, à l’heure actuelle, on tente de conjoindre ces deux aspects. Est-ce, selon vous, à même de favoriser les échanges entre ces deux approches où cela reste-t-il deux univers différents ?

16P.Ph : Cela doit pouvoir se joindre quelque part. C’est aussi une question de culture générale.Le contact avec l’oeuvre est l’alpha et l’oméga : encore faut-il les conditions pour y parvenir.

17MVB : Quelles seraient selon vous les vertus du restaurateur ?

18P.Ph : Le restaurateur doit avoir beaucoup de patience, ne pas s’énerver. C’est une des raisons pour lesquelles je n’ai jamais été restaurateur. Pour moi, les choses doivent aller vite, comme le verbe, la parole. Or la main prend du temps. Il faut d’abord avoir cette patience. Pour le reste, c’est assez évident, c’est une question de sensibilité visuelle, sensibilité aux valeurs tonales.

19Le problème n’est jamais d’enlever telle ou telle couche. Vous êtes en train d’enlever quelque chose, ce qui provoque des changements et il faut être capable de voir ces changements, de comprendre ce qui se passe. Avec une connaissance des stratifications, vous adaptez votre action par rapport à ce que vous voyez apparaître.

20MVB : La patience, la sensibilité visuelle, cela ne s’apprend pas ?

21P.Ph : Non, bien sûr, ce sont des qualités naturelles, ce que l’on apprend c’est la technique.

22MVB : Et les tentations, les  péchés du restaurateur qu’est-ce que cela pourrait être, selon vous ?

23P.Ph : Une tentation qui est largement dépassée actuellement (heureusement) c’était de commencer par les parties claires dans un nettoyage, pour les faire ressortir, car cela fait beaucoup d’effet. Mais après vous deviez adapter tout le reste jusqu’aux parties les plus sombres. Il vaut mieux une approche qui tient compte de l’ensemble a priori. Il faut toujours avoir en tête toute l’image, ne pas s’attaquer à un point.

24Les matières évoluent toujours par elles-mêmes, elles changent de couleur, ne restent pas fraîches. Cela doit être respecté, car le temps est irréversible. Cela a fait l’objet de grandes discussions à une époque. Tenir compte du fait que l’oeuvre vous arrive avec le temps et que ce temps est irréversible. Il ne suffit pas d’enlever des couches pour abolir le temps, cela ne fonctionne pas comme cela.

25MVB : Des lieux communs comme “retrouver l’éclat originel des couleurs, ne pas accepter les rides...” sont largement véhiculés pas les médias et semblent particulièrement en phase avec notre société.

26P.Ph : Oui, mais c’est un domaine où la parole va au-delà de la pensée. On emploie des formules sans y avoir pensé comme “retrouver son éclat primitif”... Le problème est que les gens s’attendent à ce résultat et évidemment, après ils sont déçus.

27MVB : Vous avez connu personnellement Cesare Brandi et travaillé avec lui durant plusieurs années. Vous avez contribué à la propagation de sa pensée en langue française. Et vous lui avez donné une aura, une célébrité à une époque où il n’était pas traduit.

28P.Ph : Oui, car ce n’est pas un auteur facile, même pour les Italiens. Pour comprendre Brandi, il faut connaître Croce. Croce, c’est toute la culture italienne de l’époque.

29La difficulté de Brandi vient de ce qu’il adopte une approche philosophique et que d’autre part, son mode d’expression est poétique,  imagé. Ajoutez à cela que, en italien, des mots abstraits se créent avec chaque adjectif. L’italien est très léger là où le français apparaît comme réticent. Brandi écrit comme il parle, d’une façon imagée, et cette façon de s’exprimer est très difficile à faire passer en français. Le français est toujours plus abstrait. Lorsque vous essayez de transposer ses images, vous êtes pris entre le souci d’être fidèle au texte et celui d’être clair en français.

30MVB : Par rapport à l’oeuvre d’art, l’approche de Brandi est définitive, mais si on considère l’extension du champ de la restauration ?

31P.Ph : Brandi a construit sur une réflexion à partir de la “Grande Oeuvre d’Art”. Lorsqu’il s’agit de s’occuper d’une production plus artisanale, moins “artistique”, évidemment, on pourrait dire qu’il faut être moins sévère. Mais en même temps, il n’y a pas de raison d’être moins rigoureux sous prétexte que l’oeuvre est moins « importante », ou plus « artisanale ». On ne peut pas céder sur les critères parce que la qualité de l’oeuvre est différente. Il faut toujours respecter l’authenticité esthétique et historique des choses. Et, à mon avis, cela reste valable quel que soit l’objet. Ce n’est pas parce que l’objet est secondaire par rapport à “La Ronde de nuit”, par exemple, que l’on peut changer les critères.

32Je ne crois pas que les concepts changent parce que l’objet change.

33MVB : Brandi était beaucoup plus souple, plus ouvert que l’image que l’on en a aujourd’hui ?

34P.Ph : Oui. On a pris un modèle et on en a fait une règle : l’académisation est un processus assez connu. En réalité, l’œuvre de Brandi exprime une pensée vivante. D'ailleurs, il faut lire ses écrits non théoriques et là, vous voyez comme il veille à s’adapter à toutes situations. Pour avoir une juste idée du personnage, il faut lire autre chose que sa théorie générale et voir ses réactions au cas par cas, comme dans ses relations de voyages par exemple.

35MVB : Quand vous avez propagé la pensée de Brandi, aviez-vous l’impression d’apporter quelque chose de neuf par rapport aux pratiques ? Que souhaitiez-vous éclairer ?

36P.Ph : Justement, il fallait apporter une réflexion à opposer à la pratique. Nous vivions, ici, dans un monde où il n’y avait que la pratique, avec des présupposés non exprimés, non explicites. Et c’est cette explicitation intellectuelle de ce qui se passait qu’apportait Brandi.

37MVB : Selon vous, Brandi a donc interprété quelque chose qui était implicite chez les restaurateurs ?

38P.Ph : Oui, pour beaucoup je pense. Pour mon père, c’était assez évident. Il avait l’impression de faire comme cela sans l’avoir lu. Pour mon grand-père, c’était différent, mais c’était une autre génération.

39MVB : Quel serait votre message aux jeunes restaurateurs du 21e siècle? Qu’auriez vous à leur transmettre, un flambeau ?

40P.Ph : Toujours la même chose. Respecter l’oeuvre, c’est d’abord très bien la connaître, dans la manière dont elle est née, comment elle a été construite, comment elle a traversé le temps. Finalement, c’est une question de conscience. Ce n’est pas une question de règles ou de méthodes. Tout cela se déduit, en est une conséquence. À l’origine, il y a toujours un contact avec une œuvre qui est le résultat d’une création. Cette création est dans un certain contexte, elle est arrivée jusqu’à vous après avoir traversé le temps... Il faut penser à tout cela chaque fois que l’on touche à l’oeuvre.

41MVB : Ce qui induit un respect.

42P.Ph : Oui, c’est évident. Et une culture aussi. C’est un problème de culture, pas seulement de technique. La technique vient après la culture. Mais il faut d’abord une ouverture à l’oeuvre, une disponibilité. C’est l’essentiel.

Top of page

Notes

1  Cfr notamment la biographie de l’Association du patrimoine artistique http://www.associationdupatrimoineartistique.be/fr/collaborateurs.php?selected_co=11 ainsi que le répertoire BALAT (actuellement indisponible).

2  http://www.doernerinstitut.de/en/geschichte/geschichte_1.html

Top of page

References

Electronic reference

Paul Philippot, « Finalement, c’est une question de conscience… », CeROArt [Online], EGG 1 | 2010, Online since 15 December 2010, connection on 14 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/ceroart/2051

Top of page

About the author

Paul Philippot

Monsieur Paul Philippot est né en 1925. Docteur en Droit et en Histoire de l'art et Archéologie de l’Université Libre de Bruxelles, il a consacré une longue carrière (de 1955 à 1995)  à l’enseignement, notamment à Rome et à Bruxelles. Disciple et ami de Cesare Brandi, il a contribué à la diffusion de la pensée de ce dernier en langue française. Nommé Directeur adjoint, en 1959, du Centre international d'études pour la Conservation des biens culturels (à partir de 1977 ICCROM) aux côtés de H.J. Plenderleith, ancien chef du laboratoire du British Museum, Paul Philippot assumera personnellement la charge de Directeur de 1971 à 1977. Les relations étroites avec les principaux restaurateurs de l'Istituto Centrale del Restauro, Paolo et Laura Mora, l'ont conduit à créer à Rome un cours international de perfectionnement dans la conservation des peintures murales. L’étendue de sa bibliographie donne à la fois un aperçu de la richesse de sa pensée et de l’étendue de ses compétences. Paul Philippot est, incontestablement, une figure majeure de la conservation-restauration au XXe siècle, et sans doute le plus éminent représentant du courant historico-humaniste1.

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals