Skip to navigation – Site map

Introduction

Muriel Verbeeck-Boutin

Full text

Version française


On affirme, en Orient, que le meilleur moyen pour traverser un carré est d'en parcourir trois côtés

Sir Thomas Lawrence

1Le premier volume de la série EGG, Horizons, envisageait dès 2010 un objectif qui s'est depuis concrétisé : la publication régulière, sur base annuelle, d'articles proposés par de jeunes diplômés en conservation-restauration. Itinéraires, le deuxième volume proposait en 2011 un champ et des contributions élargies à nombre de formations européennes. Ce troisième volume d'EGG 2012, intitulé Parcours, explore une nouvelle fois la diversité des recherches en conservation-restauration. Empruntant des chemins pas toujours balisés, il confirme la vitalité des différentes formations et celle des étudiants qui construisent leurs cursus en abordant des sujets complexes et variés.

2L'expérience accumulée au fil de ces numéros nous permet d'attester positivement d'une évolution: mieux conscient des exigences de la recherche, mais aussi de celles liées à la publication, les jeunes diplômés soumettent désormais des articles dont la première version est de bonne tenue. L'accompagnement pédagogique qui a été de règle lors des premières éditions, et qui, avouons-le, a parfois mis le comité scientifique à lourde contribution, se confond de plus en plus avec une simple "revue de pair à pair". C'est  là le signe d'une maturation qui témoigne de la réalisation progressive des objectifs de Bologne, et, plus spécifiquement d'ECCO, dans nos enseignements de la Conservation-Restauration.

3Nous avons, pour souligner une fois encore le rôle essentiel de la lecture et de l'écriture scientifique, sollicité René Hoppenbrouwers afin de préfacer cet ouvrage. Il retrace, dans un article liminaire, les grandes étapes de l'évolution des formations en Europe. L'European Network for conservation-restoration education, dont il est vice-président, œuvre obstinément à connecter les différentes universités, hautes écoles et écoles d'art et à définir les standards d'une formation de haut niveau. L'assemblée générale de l'organisation, ainsi qu'un symposium dédié à l'éducation, se tiendra du 26 au 28 mars prochains dans les murs l'ÉSA Saint-Luc de Liège. Nous espérons publier le prochain hors série EGG 2013 à cette occasion, et nous organiserons dans la foulée une séance de posters ouverte aux jeunes diplômés, qu'il s'agisse de Masters ou de Thèses. Invitation est d'ores et déjà lancée dans notre appel à articles.

4En ce qui concerne le présent numéro hors série, tous nos remerciements vont aux membres du Comité scientifique, ainsi qu'aux spécialistes qui ont accepté de nous seconder de leur expertise dans la relecture de sujets à la fois originaux et pointus: citons Gilles Barabant (C2RMF), Coralie Barbe (INP), Jacques Cuisin (Museum d'Histoire naturelle), Hilde Declerq (IRPA), Jean-Pierre Delande (Musée du verre de Charleroi), Helena del Calvo (Université de Liège), Philippe Goergen (C2RMF), Liliane Maschelein (IRPA), Marsha Sirven (ARCP), Bénédicte Trémolières (Musée du Louvre).

5Nous saluons plus particulièrement la double tâche endossée par Isabelle Brajer, qui a accepté, outre la relecture d'articles, d'éditer certains textes en anglais. Un merci tout spécifique, aussi, à Claude Joly qui consacre avec générosité son énergie à réviser les abstracts.

6L'internationalisation rapide de notre audience, au-delà des pays francophones, est une excellente chose: elle sensibilise les étudiants et les auteurs à la nécessité de lire et d'écrire une autre langue que la sienne (en particulier l'anglais), et favorise les échanges. Toutefois, elle pose des problèmes pratiques qu'une jeune revue, disposant de peu de moyens (et c'est notre cas), peine à résoudre.

7Si nous pouvons compter sur une équipe qualifiée et, osons le mot, prestigieuse, pour la relecture "de pair à pair", le travail d'édition est un métier à part entière. Nous pouvons tabler sur des bénévoles qualifiés pour éditer les textes de conservation-restauration en français, et recourir à une supervision générale. Par contre, pour les textes en anglais, nous ne pouvons procéder avec la même cohérence:  la tâche est confiée au cas par cas, soit à des conservateurs déjà sollicités pour le "reviewing", soit à des "native Englishes" qui ne sont, hélas, pas toujours en connexion avec le métier. Bref, nous nous trouvons confrontés aux difficultés des  éditeurs de Colloques et Journées d'étude internationaux -ICOM-CC compris, sans disposer des mêmes facilités, surtout organisationnelles et financières. Et ceci, même si notre investissement dans le poste "traduction divers" demeure le plus lourd de notre budget.

8Faut-il écarter des articles qui pêchent par la maladresse d'expression, des formulations atypiques, voire quelques coquilles? Ou bien la richesse des contenus excuse-t-elle une forme imparfaite? Où placer la barre, comment définir la norme dans une entreprise éditoriale (qui est tout, sauf une "entreprise"), laquelle demeure, et c'est heureux, un "work in progress"? La question est délicate, et dépend surtout des objectifs que nous nous fixons.

  • 1  Selon la définition de l'Association française de normalisation (AFNOR), on qualifie de "littératu (...)

9Rappelons que CeROArt est un moyen, non une fin en-soi. Nos buts premiers sont: favoriser la diffusion de recherches sinon cantonnée à la "littérature grise"1, encourager leur publication contrôlée par la revue en pair à pair, instaurer, via  l'OpenAccess, l'échange, la discussion, et les conditions d'une formation continuée pour tous les acteurs de la profession.

10Nous continuons à œuvrer afin de pallier les difficultés consubstantielles à une revue bilingue. Elles sont multiples, et les solutions proposées, coûteuses: non plus en temps, ce que nous avons toujours bénévolement assumé, mais en investissement. Nous cherchons donc de généreux mécènes pour améliorer cet aspect de notre travail -qu'il s'agisse d'un mécénat en talents (bénévoles anglophones) ou en moyens.

11En attendant, nous avons fait le choix de continuer à publier des textes dont la qualité intrinsèque du contenu supplée à quelques maladresses de forme. Ceci, en tendant toujours vers plus d'exigence et de rigueur, notamment par la règle imposée aux auteurs de faire vérifier leur texte par une personne "English native".

12Revenons à notre sujet, et à ce Parcours. Nous avons choisi d'alterner les thèmes, sans les structurer en dossiers: façon d'encourager le lecteur à glaner parmi les différents articles, plutôt que de se restreindre à un centre d'intérêt ou d'expertise. Nous avons à dessein fait se succéder contributions en français et en anglais, pour inviter le lecteur à l'effort de traduire. Rappelons néanmoins que les abstracts sont toujours et en français, et en anglais. Nous saluons l'initiative de Marie Courseaux, qui a choisi de présenter une version de son texte dans les deux langues. Nous encourageons les auteurs à suivre son exemple, qui favorise une plus large diffusion.

13En plaçant cette introduction sous le signe de Lawrence d'Arabie, nous invitons les conservateurs-restaurateurs à l'aventure de nous rejoindre, comme lecteurs, mais surtout comme auteurs, contribuant à la diffusion de leur savoir et de leur expertise. Connaissance et reconnaissance du restaurateur est le thème du prochain dossier de CeROArt, qui paraîtra cet automne. L'appel à articles demeure ouvert. Quant aux jeunes diplômés 2013, ils peuvent d'ores et déjà soumettre leur abstract pour la prochaine édition, prévue au printemps 2014. Ils trouveront eux aussi plus d'information sous ce lien.

14Le meilleur moyen pour traverser un carré est d'en parcourir trois côtés, répétait donc Lawrence d'Arabie, familier de la sagesse orientale. 

15De fait. Les trois volumes d'EGG demeurent ouverts sur l'avenir, les éditions futures de ce qui se dessine en tant que collection. Il n'y a pas, en conservation-restauration, de quadrature ni de cercle, aucune géométrie imposée: cette discipline qui se structure évite de se "formaliser", de se mouler et couler en des formes délimitées. C'est ce qui fait et son dynamisme et son inventivité, c'est ce qui nourrit sa richesse et alimente sa curiosité.

16Nous vous invitons donc à parcourir ces pages, à butiner leur contenu. L'analyse du trafic croissant de CeROArt montre que les lecteurs arrivés sur le site suite à une recherche ou un référencement en base de données passent entre une demi-heure et une heure sur notre plateforme. C'est signe que la floraison est généreuse, et que chacun peut en faire son miel. Nous vous remercions de votre intérêt, de votre fidélité et de votre assiduité.

17L’accès à la revue est libre, sur simple inscription à la Lettre d’information, qui vous avertira de la prochaine parution. Pour vous inscrire, cliquez le lien.

English version

18Horizons, the first volume in the EGG series, contemplated back in 2010 an objective which has since become reality:the regular (annual) publication of papers proposed by young conservation-restoration graduates. In 2011 the second volume, Itinéraires, proposed a field and contributions open to an increasing number of European courses. This third EGG 2012 volume, entitled Parcours, explores once again the diversity of research in conservation-restoration.Travelling down paths that are not always marked out, it confirms the vitality of the different courses and that of the students who tackle complex and varied subjects in the course of their studies.

19The experience accumulated over these issues allows us to positively confirm that a change has taken place: more aware of the demands of research as well as those linked to publication, the young graduates now submit papers the first version of which is of high quality. The pedagogical support which was the rule during the first editions, and which, we must admit, sometimes required a heavy contribution from the scientific committee, is increasingly being transformed into a simple system of "peer review". It’s the sign of a maturing process which testifies to the gradual achievement of the Bologna objectives, and more specifically, those of ECCO, in our teaching of conservation-restoration.

20In order to highlight once more the essential role of reading and scientific writing, we approached René Hoppenbrouwers to provide the preface for this publication. In an introductory article, he retraces the major stages of the development of courses in Europe. The European Network for conservation-restoration education, of which he is Vice President, works determinedly to connect the different universities, higher education colleges and art colleges and to define standards for high-level training. The organisation’s annual general meeting and a conference on education will be held from 26 to 28 of next March at ESA Saint-Luc art school in Liège. We hope to publish the next EGG 2013 special edition on this occasion, and following the conference we will be organising a poster session open to young graduates, both Master’s and Doctoral. The invitation has already been issued in our call for papers.

21All our thanks go to the members of the Scientific committee and to the specialists who agreed to lend us their expertise for the proofreading of subjects both original and specialised: we should mention Gilles Barabant (Centre of Research and Restoration for French Museums), Coralie Barbe (Institut National du Patrimoine), Jacques Cuisin (Museum of Natural History), Hilde Declerq (Royal Belgian Institute for Artistic Heritage), Jean-Pierre Delande (Charleroi Glass Museum), Helena del Calvo (University of Liège), Philippe Goergen (Centre of Research and Restoration for French Museums), Liliane Maschelein (Royal Belgian Institute for Artistic Heritage), Marsha Sirven (Paris Photographic Restoration and Conservation Workshop), and Bénédicte Trémolières (Louvre Museum).

22We pay particular tribute to the double task undertaken by Isabelle Brajer, who agreed to edit certain texts in English, as well as proofreading papers. A specific thank-you goes also to Claude Joly who generously devoted his energy to revising the abstracts.  

23The rapid internationalisation of our audience, outside of French-speaking countries, represents a positive trend: it raises awareness amongst students and authors of the necessity to read and write in a language other than their own (English in particular), and encourages exchange. However, it also poses practical problems which a new journal, with few resources (as is our case), struggles to resolve.

24Although we can count on a team which is qualified and - let's say it - prestigious, for the “peer review”, the editorial work is an entirely different job. We can count on qualified volunteers to edit the conservation-restoration texts in French, and to assume a general supervisory role. However, with the texts in English we can’t proceed with the same consistency: tasks are allocated on a case by case basis, either to conservators already approached for reviewing, or to native English speakers who, unfortunately, do not always have a connection with the profession.  In short, we find ourselves facing the same difficulties as editors for international conferences and seminars, -ICOM-CC included, without having the same resources, above all organisational and financial. And this, even though our investment in the item "miscellaneous translation" remains the heaviest in our budget.

25Should we rule out papers that contain awkward expressions, unusual phraseology or even a few typos? Or does the wealth of the content excuse an imperfect presentation? Where should we draw the line, how should we set the standard in a publishing business (which is everything but a “business”), which is still - fortunately - work in progress? The question is tricky, and depends above all on the objectives we set ourselves.

  • 2  According to AFNOR’s definition, "grey literature" is any typed or printed document, produced for (...)

26We should remember that CeROArt is a means, not an end in itself. Our main goals are: to promote the dissemination of research which would otherwise be confined     to the realms of "grey literature"2, to encourage peer reviews, to establish, via Open Access, exchange, discussion, and conditions for the ongoing education of all those involved in the profession.

27We continue to work to overcome the difficulties that are an integral part of a bilingual journal. They are many, and the solutions proposed are costly: not in time, which we have always undertaken voluntarily, but in investment. So we are looking for some generous sponsors to improve this aspect of our work - whether it be a sponsor offering their talents (English-speaking volunteers) or their resources.

28While waiting, we have chosen to continue publishing texts the intrinsic value of whose content compensates for a little clumsiness in presentation. This, while always tending towards great stringency and rigour, notably via the rule imposed on the authors to have their text checked by a native English speaker.

29Let’s return to our subject, and to this Parcours.  We have chosen to alternate the themes, without organising them into reports: a way of encouraging the reader to browse through the different papers, rather than restricting themselves to one area of interest or expertise. We have deliberately alternated contributions in French and English, to encourage the effort to translate. We should remember, however, that the abstracts are always both in French and in English. We welcome the initiative of Marie Courseaux, who has chosen to present a version of her text in the two languages. We encourage authors to follow her example, which promotes a wider dissemination.

30By associating this introduction with Lawrence of Arabia, we invite conservators-restorers to the adventure of joining us, as readers, but above all as authors, contributing to the dissemination of their knowledge and their expertise. The restorer’s knowledge and recognition is the theme of the next CeROArt issue which will appear this autumn. The call for papers remains open. As for young 2013 graduates, they can already submit their abstract for the next edition, planned for spring 2014. They will also find more information on this link.

31The best way to cross a square is to travel around three of its sides, as Lawrence of Arabia, who was familiar with the wisdom of the East, used to repeat.

32Indeed. The three EGG volumes remain open to the future, the future editions of what is taking shape as a collection. In conservation-restoration, there is no squaring and no circle, no imposed geometry: this discipline which is under construction avoids becoming "formalised", of being moulded and settling into circumscribed forms. It's this which makes it energetic and inventive, it's this which enriches it and feeds its curiosity.

33We invite you therefore to browse through these pages, to forage through their content. Analysis of CeROArt’s increasing traffic demonstrates that the readers who have reached the site following a search or a database listing spend between half an hour to an hour on our platform.  It's a sign of a bountiful collection, which has something for everyone. We would like to thank you for your interest, your loyalty and your industriousness.

34Access to the journal is free. Please register for the CeROArt Newsletter, which will notify the next issue. To register, click the link.

Top of page

Notes

1  Selon la définition de l'Association française de normalisation (AFNOR), on qualifie de "littérature grise" tout "document dactylographié ou imprimé, produit à l'intention d'un public restreint, en dehors des circuits commerciaux de l'édition et de la diffusion et en marge des dispositifs de contrôle bibliographiques". La 3e conférence internationale sur la littérature grise, qui s'est tenue à Luxembourg, en 1997, propose de son côté une définition élargie: « [Grey literature is] that which is produced on all levels of government, academics, business and industry in print and electronic formats, but which is not controlled by commercial publishers ». Voir notamment le site http://www.opengrey.eu (81 références sur les mots-clés conservation et restauration)

2  According to AFNOR’s definition, "grey literature" is any typed or printed document, produced for the attention of a limited public, outside of commercial publishing and distribution channels, and outside of the conventional bibliographic control systems. The 3rd international conference on grey literature, which was held in Luxembourg in 1997, itself proposed a broader definition:  [Grey literature is] that which is produced on all levels of government, academia, business and industry in print and electronic formats, but which is not controlled by commercial publishers.

Top of page

References

Electronic reference

Muriel Verbeeck-Boutin, « Introduction », CeROArt [Online], EGG 3 | 2013, Online since 29 May 2013, connection on 11 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/ceroart/3286

Top of page

About the author

Muriel Verbeeck-Boutin

Historienne de formation, Docteur en Philosophie et Lettres et titulaire d'une licence spéciale en Sciences de l'information et de la communication, Muriel Verbeeck-Boutin est professeur à l'École Supérieure des Arts Saint-Luc de Liège, section Conservation, restauration des oeuvres d’Art, où elle dispense entre autres les cours de déontologie, histoire et théorie de la restauration et iconographie. Assistante de Coordination Icom-CC, groupe Histoire et théorie de la conservation-restauration, elle est également conseiller scientifique à la faculté des sciences de l'Université de Liège, département d'Archéométrie.

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals