Skip to navigation – Site map

Les insectes dans les collections patrimoniales – Du naturel au pathologique

Grazia Nicosia

Abstracts

The rhetorical presentation of  insects, considered as a pest or a cultural heritage allows us to recontextualize the natural and the pathological. Pest infestations in collections of organic materials are both natural and endemic, related to the ecosystem. Controlling their population size involves repeated actions and a specific follow-up treating simultaneously all contextual factors. This approach, which reduces the use of biocides, is part of a sustainable development policy.

Top of page

Full text

L’auteure tient à exprimer sa reconnaissance au Centre National des Arts Plastiques (CNAP), ministère de la culture et de la communication (allocation de recherche) pour son soutien; ainsi qu’à Jan Fabre, Barbara de Connick, Björn Geldhof et Mikes Poppe pour leur coopération et leur confiance.

Elle tient à remercier également pour leur collaboration, Frédéric Mathieu et Nancy Racine, attachés de conservation au MAC Marseille, Jo Coucke de la Galerie Deweer, Belgique ; Barbara de Jong, conservatrice-restauratrice, musée d’Ostende, Belgique ; Céline Bourgin du MAM de Saint-Étienne, Sabine Cazenave, directrice du musée de Picardie, et Annie Demange, responsable des restaurations arts plastiques et de la régie du FNAC.

Introduction

1Les coléoptères représentent un mets de choix pour certains mais sont répugnants pour d’autres. Du fait de leur grande diversité, les arthropodes sont à la fois insignifiants et inquiétants, utiles et néfastes. L’insecte ne laisse jamais indifférent et provoque souvent une émotion forte chez l’observateur. Cet article porte sur l'interaction ambiguë des insectes et des œuvres d’art dans les collections patrimoniales.

  • 1 J’entends par « œuvre entomologique » toute œuvre d’art intégrant physiquement, comme matériaux c (...)

2Conservatrice-restauratrice, j'ai toujours éprouvé un intérêt pour les œuvres naturalia, contemporaines en particulier. Bénéficiaire d'une allocation de recherche CNAP, j'ai analysé, à travers l'étude « des œuvres entomologiques1» de Jan Fabre, le problème plus vaste de la conservation des œuvres contemporaines naturalia que soulèvent les pièces de Damien Hirst (1965-), Maurizio Cattelan (1960-), Annette Messager (1943-), Mark Dion (1961-), Huang Yong Ping (1954-), etc. À base d’insectes morts et d’animaux naturalisés, elles sont très attractives pour les insectes ravageurs et sont la proie d'insectes nécrophages.

  • 2 « Les pièces qui sont desséchées demandent encore un plus grand soin ; les insectes qui y naissen (...)

3Les problèmes de conservation que soulève actuellement ce type de biens remontent à l’origine des collections. Au xviiisiècle, Georges-Louis Leclerc de Buffon (1707-1788) s’interrogeait déjà sur la préservation et le conditionnement des spécimens2 entomologiques du cabinet du roi. Les instituts d’art contemporain sont sensibilisés à la conservation de matériaux organiques comme le papier, le bois, les plumes, les textiles naturels. Mais l’arrivée massive d’insectes séchés, même patrimonialisés, reste une denrée très attractive pour les insectes ravageurs, qui s’y installent naturellement et prolifèrent en masse.

Fig. 1 Lucane Cerf-Volant

Fig. 1 Lucane Cerf-Volant

Dürer A., Lucane Cerf-Volant, 1505, collection Oppenheimer, Londres

© Droits réservés

Fig. 2 La Mouche noire

Fig. 2 La Mouche noire

Image tirée du film de Kurt Neumann The Fly (La Mouche noire), 1958

© Droits réservés

L'insecte dans l'art : le cas des œuvres entomologiques de Jan Fabre

  • 3 Dans l'Antiquité, certains coléoptères métalliques ou cornus étaient utilisés par les Égyptiens c (...)
  • 4 hogue, c., "Cultural Entomology", the Annual Review of Entomology, 1987, vol 32, p. 181-199.
  • 5 dürer, a., Lucane Cerf-Volant, 150, collection Oppenheimer, Londres.
  • 6 baxandall, m., Les Formes de l’intention, Nîmes, Jacqueline Chambon, 1985.

4Chargé d'une haute valeur symbolique, l'insecte a été représenté à toutes les époques3. Ses significations sont parfois contradictoires selon les sociétés et les périodes4. D'Albrecht Dürer (1471-1528)5 à nos jours, les arthropodes ont toujours fasciné les artistes. Dans la création contemporaine, nous pouvons citer les papillons ou les mouches de Damien Hirst, les trichoptères de Hubert Duprat (1957-), les sauterelles de Huang Yong Ping, ou les coléoptères de Jan Fabre (1958-), dont nous allons développer ci-dessous l'intention dont ses œuvres sont porteuses6.

  • 7 Jan Fabre est fortement inspiré par le thème de la métamorphose de l'homme en insecte, sujet trai (...)
  • 8 Jan Fabre rappelle souvent que les scorpions ont une résistance étonnante aux radiations ionisant (...)
  • 9 « Peu d'objets d'histoire naturelle sont en prise aux insectes destructeurs comme les insectes eu (...)

5L'insecte est omniprésent dans l'œuvre de Jan Fabre. Il apparaît sous différentes formes : interprété dans des performances ou dessiné, révisé en chimère dans des installations ou encore assemblé entre eux dans des sculptures. Du fait de sa capacité à se métamorphoser7 et à survivre en milieu hostile8, il est à la fois un archétype et l'un des principaux fils rouges de sa création. Dans le cas présent, nous allons nous intéresser à ses œuvres entomologiques, c'est-à-dire à celles qui l’intègrent physiquement, comme matériau constitutif, sous forme entière, insectes complets séchés (sculpture ou chimère), ou fragmentaire ne comprenant que les élytres (tableau, plafond). Cette distinction est importante, car suivant la nature des matériaux constitutifs, les risques d’infestation sont plus ou moins élevés. Les élytres de coléoptères sont en effet peu attractifs par rapport à des insectes entiers. Les ravageurs sont plus attirés par les entrailles séchées9 que par la seule chitine composant les élytres.

6Les sculptures qui ont retenu notre attention sont réalisées avec des coléoptères entiers, le plus souvent cousus sur un grillage à maillage très large ou collés sur une surface choisie à l'aide d'un adhésif thermofusible ou avec du silicone. Cette structure reste la plupart du temps invisible. Le plus souvent, l'œuvre n'existe que par sa forme et son aspect.

7La forme, inspirée d'un univers médiéval chimérique (chevaliers en armure, anges, habits monacaux), se résume fréquemment à une silhouette anthropomorphe évidée, mettant en abyme l'exosquelette de l'insecte.

Fig. 3 Utilisation de coléoptères dans l’œuvre de Jan Fabre (I)

Fig. 3 Utilisation de coléoptères dans l’œuvre de Jan Fabre (I)

Jan Fabre, Mur de la montée des anges, 1993, scarabées sur fil de fer, 50 x 50 x 160 cm

© Droits réservés. Photographe : Attilio Maranzano © Angelos bvba

Fig. 4 Utilisation de coléoptères dans l’œuvre de Jan Fabre (II)

Fig. 4 Utilisation de coléoptères dans l’œuvre de Jan Fabre (II)

Détail.

Photo: © G. Nicosia

8L'aspect, pour sa part, relève de phénomènes fractals complexes et cinétiques où la distance d'observation et la lumière réfléchie créent une image et une émotion spécifique.

  • 10 Jan Fabre, Mur de la montée des anges, 1993, scarabées sur fil de fer, 50 x 50 x 160 cm.

9Mur de la montée des anges10, 1993, reprend par exemple, avec beaucoup de volupté, une silhouette féminine vêtue de reflets vert métallique. Cette image séduisante invite le spectateur à se rapprocher. De près, cet habit de lumière va se métamorphoser en insectes grouillants, laissant alors la place à un profond sentiment de répugnance, suscitant spontanément le recul.

  • 11 berthier, s., Iridescences.Les Couleurs physiques des insectes, Paris, Springer, 2003.

10L'aspect des insectes, pour la plupart des cétoines, est responsable de cette dilogie de l'œuvre. Accolés de manière contiguë, ils créent de loin une texture aux reflets chatoyants ; mais de près, les insectes apparaissent. L'iridescence11 de leurs carapaces installe une perception cinétique de la lumière qui augmente l'effet de grouillement. La lumière joue en effet sur leur surface et crée des nuances irisées bleu-vert qui varient avec le déplacement du regardeur et de la lumière. Ces couleurs sont particulières car elles ont une origine physique : elles sont engendrées par des phénomènes d'interférence et de diffraction dues à la nanostructure des élytres ; il ne s'agit pas de couleurs pigmentaires créées par l’absorption/réflexion d'une partie du spectre lumineux. Ce phénomène fractal est très présent dans le règne animal et en particulier dans celui des arthropodes.

11D'un point de vue de la conservation, la fragilité de ce type de structure implique des accrochages spécifiques et des conditionnements qui préservent à la fois la forme des sculptures et celles des fragiles carapaces des coléoptères. L'empoussièrement a également un impact important car il obscure et inhibe la nanostructure générant l'iridescence.

Fig. 5 Les échelles d'observation d'un coléoptère à écailles (Curculionidae)

Fig. 5 Les échelles d'observation d'un coléoptère à écailles (Curculionidae)

Une écaille brisée laisse apparaître la structure cristalline, siège des phénomènes de diffraction générant les couleurs.

Photo: © Serge Berthier

Fig. 6 Détail d’une infestation d’une cétoine

Fig. 6 Détail d’une infestation d’une cétoine

Cétoine dorée, infestations par des larves Anthrenus verbasci.

Photo: © G. Nicosia

12Mais ce type d'œuvres semble surtout sujet aux infestations récurrentes. À base d’insectes morts, ces œuvres sont très attractives pour les ravageurs. Comme la plupart des animaux naturalisés, elles sont la proie d'insectes nécrophages qui se développent spontanément dans les spécimens de nos collections.

13Après avoir étudié avec Jan Fabre les insectes qui font les œuvres, il faut maintenant s’intéresser à ceux qui les apprécient et les dévorent.

Les insectes ravageurs du patrimoine

14La conservation des cadavres, même patrimonialisés, semble toujours poser problème. La nature même des matériaux constitutifs induit un processus endémique, comme la présence de nécrophages, lié à la biodiversité, au sens d'une diversité fonctionnelle d'espèce aux rôles clés.

15Ce dernier processus crée un conflit dans le cas du patrimoine culturel, puisque ce legs doit être conservé et transmis aux générations futures.

Fig. 7. Détail d’une infestation d’un émeu

Fig. 7. Détail d’une infestation d’un émeu

Émeu naturalisé, infestations par des Anthrenus verbasci .

Photo:  © G. Nicosia

16Même mort et patrimonialisé, l'insecte ne rompt jamais ses interactions naturelles. Son déplacement dans les collections muséales ainsi que sa requalification en œuvre d'art ou en bien culturel ne font que déplacer son écosystème au sein des établissements patrimoniaux. Suivant le point de vue adopté, naturaliste ou culturel, l'infestation est soit naturelle soit pathologique.

  • 12 nicosia, g., « Les infestations des collections patrimoniales : goût des insectes et évaluation des (...)

17Par contre l'institution et le thème des collections semblent par ailleurs modifier cet écosystème. En effet, une enquête12 que nous avons réalisée en 2010 auprès de 120 institutions montre l’attraction particulière que chaque type de collection exerce sur les insectes. Ce constat empirique permet de mieux cerner la spécificité des collections vis-à-vis des infestations. Sur les 72 insectes mentionnés, quatre espèces sont réellement identifiables par leur nombre et la dénomination de l’espèce : la vrillette, l’anthrène, la mite et le Stegobium paniceum. La plus citée est la vrillette (30%), ensuite l’anthrène (16,7%), la mite (13,9%), et le Stegobium paniceum (6,9%). Notons qu'à 76% il n'y a pas de récurrence des infestations. Ce taux coïncide avec celui des relevés d’attaques d’anthrène et de Stegobium paniceum. C’est le plus bas, avec celui de la vrillette. Seule la mite se distingue par une récurrence de ses attaques.

18La vrillette semble préférer les collections multithématiques, avec un penchant pour les beaux-arts. L’anthrène et la mite sont proportionnellement plus présents dans les collections de sciences naturelles. Le Stegobium paniceum semble préférer les collections d’art contemporain et de sciences naturelles.

19Les collections d’art contemporain sont plus attaquées que la moyenne, aussi bien au niveau des infestations de bien isolé que des infestations générales de collection.

Une lutte intégrée contre les infestations

  • 13 pfister, a.-m., « Mise en évidence et identification de biocides résiduels dans les naturalia », La (...)

20Les réponses à ce problème ont varié. Toutes sortes d'insecticides ont été utilisés pour protéger les collections, en liquide, en pommade, en fumigation. Leur nom fait aujourd'hui frémir, comme l'arsenic ou le mercure13. Leur impact sur la santé du personnel de musée n'a pas été sans conséquence et ces différents biocides sont aujourd'hui remis en question.

Fig. 8 Traces de l’utilisation d’arsenic

Fig. 8 Traces de l’utilisation d’arsenic

Paon bleu naturalisé. Dépôt de sel d'arsenic en surface.

Photographie © G. Nicosia

21Il n’existe pas de solution exhaustive garantissant la protection des biens culturels contre les ravageurs. Les traitements curatifs (biocide, anoxie, congélation, fumigation) ne permettent qu'une intervention ponctuelle d'éradication et ne préservent pas les biens culturels des infestations récurrentes d'insectes. Les produits répulsifs restent complexes à utiliser dans les milieux patrimoniaux ; leur diffusion dans l'air n'est pas sans impact sanitaire sur le personnel et les visiteurs.

  • 14 EPA, Environmental Protection Agency ou Agence de Protection de l’Environnement des États-Unis es (...)
  • 15 dhang, p., Urban Pest Management: An Environmental Perspective , Oxfordshire, CABI Publishing, 201, (...)
  • 16 pinniger, d., Integrated Pest Management in Museums, Archives and Historic Houses, Londres, Archety (...)

22Aux États-Unis, à la fin des années 1950, est apparue une alternative à l’emploi massif des pesticides de synthèse : l’Integrated Pest Management (IPM). L’Agence américaine de Protection de l’Environnement (EPA14) définit l'IPM comme l'utilisation conjointe d’informations et d'actions sur les ravageurs et l'environnement, afin de contrôler les dégradations dues aux ravageurs sous un seuil jugé inacceptable, par les moyens les plus économiques, avec le moins de risque possible pour les personnes, les biens et le milieu15. L’infestation est recontextualisée et ses facteurs critiques sont traités simultanément. Le domaine patrimonial depuis une trentaine d’années s’inspire de ces stratégies intégrées de lutte contre les nuisibles surtout utilisées dans les domaines phytosanitaire et agroalimentaire. L’entomologiste anglais David Pinniger16fait autorité dans ce domaine. Il propose des méthodes non invasives pour prévenir et minimiser les risques d'infestation et de prolifération des dévastateurs du patrimoine. Ceux-ci sont détectés et immédiatement traités afin d’en limiter l’impact.

  • 17 strang, t., kigawa, r., « La lutte contre les parasites des biens culturels », Bulletin technique d (...)

23Ces plans associent et coordonnent des actions sur l’environnement, les items et les ravageurs. Les Canadiens Tom Strang et Rika Kigawa17 ont quant à eux hiérarchisé les actions en cinq étapes : éviter, empêcher, détecter, intervenir, et récupérer.

24La France a réuni l'année dernière un groupe d'experts AFNOR/CNCBC/GE BIO Conservation des biens culturels – Gestion des risques biologiques afin de clarifier et normaliser l'IPM dans le milieu patrimonial français, puis européen.

25Dans notre contexte, nous pouvons définir la gestion intégrée des risques biologiques des biens culturels comme l’application rationnelle d’un ensemble de stratégies où l’utilisation des biocides est limitée au strict nécessaire. Elle permet de contrôler la présence des organismes nuisibles afin de prévenir les dégradations des items en minorant les moyens économiques et les risques sur les personnes, ainsi que sur l’environnement et les biens. Les mesures de prévention et le dépistage systématique reposent sur l’implication du personnel de l’établissement. Outre l’identification des ravageurs et la nature de la collection, il s'avère primordial de connaître l’environnement, aussi bien que le fonctionnement de l'institution et du personnel.

26Cette vision systémique réconcilie le naturel et le pathologique. Réaliste, elle vise un équilibre stable favorable à la conservation des collections, plutôt que l’éradication ciblée, mais instable, d’une population.

Conclusion

27À travers l'étude particulière des sculptures entomologiques de Jan Fabre, nous avons pu découvrir la richesse cognitive et émotionnelle de l'utilisation des coléoptères. La présentation rhétorique de l'insecte, comme bien patrimonialisé ou comme ravageur, nous permet de recontextualiser le naturel et le pathologique. Les infestations de ravageurs dans les collections de matériaux organiques est ainsi un phénomène endémique et naturel, lié à l’écosystème. Or une seule action ne peut venir à bout du problème : il ne peut ainsi exister de solution exhaustive garantissant la protection des biens culturels contre les ravageurs. L'institution patrimoniale n'est pas en effet une structure morte : elle développe une biodiversité spécifique suivant son climat, sa structure et ses collections. De ce point de vue, les ravageurs font partie des actants de l'établissement. Le contrôle de leur population implique des actions répétées et suivies, traitant simultanément tous les facteurs par les moyens les plus économiques, avec le moins de risque possible pour les personnes, les biens et le milieu. Cette démarche qui minore l'emploi de biocides s'inscrit dans une politique de développement durable.

Top of page

Notes

1 J’entends par « œuvre entomologique » toute œuvre d’art intégrant physiquement, comme matériaux constitutifs, des spécimens d’arthropodes vivants ou morts, entiers ou fragmentaires, et par « œuvre naturalia » celle qui possède des spécimens naturalisés.

2 « Les pièces qui sont desséchées demandent encore un plus grand soin ; les insectes qui y naissent et qui y trouvent leur aliment les détruisent dans l'intérieur avant qu'on les ait aperçu ; il y a des vers, des scarabées, des teignes, des papillons, des mites, etc. […] Tous ces insectes pullulent en peu de temps, et leur génération est si abondante que le nombre en deviendrait prodigieux, si on n'employait pas différents moyens pour les détruire. », leclerc de buffon, g.-l.,Œuvres complètes, Paris, Verdière et Ladrange, 1824-1832. (1763) tome 2 p. 163.

3 Dans l'Antiquité, certains coléoptères métalliques ou cornus étaient utilisés par les Égyptiens car leurs couleurs vives et métalliques évoquent des images du soleil.

4 hogue, c., "Cultural Entomology", the Annual Review of Entomology, 1987, vol 32, p. 181-199.

5 dürer, a., Lucane Cerf-Volant, 150, collection Oppenheimer, Londres.

6 baxandall, m., Les Formes de l’intention, Nîmes, Jacqueline Chambon, 1985.

7 Jan Fabre est fortement inspiré par le thème de la métamorphose de l'homme en insecte, sujet traité, par exemple, en musique dans Le Vol du bourdon (1899-1900) de Nikolaï Rimski-Korsakov, en littérature dans La Métamorphose (1915) de F. Kafka ou dans le cinéma avec The Fly (1958) de Kurt Neumann.

8 Jan Fabre rappelle souvent que les scorpions ont une résistance étonnante aux radiations ionisantes et qu'ils font partie des survivants aux attaques atomiques d'Hiroshima et de Nagasaki.

9 « Peu d'objets d'histoire naturelle sont en prise aux insectes destructeurs comme les insectes eux-mêmes : la raison en vient de ce que les préparateurs n'étant pas dans l'usage de les vider, leurs muscles et leurs viscères desséchés offrent à ceux-ci une nourriture qui leur plaît et les attire de fort loin. Non seulement on ne vide pas les insectes pour les placer dans la collection mais même le plus grand nombre des amateurs ne se donne pas la peine de les préserver comme nous avons dit aussi malgré toutes les autres précautions que l'on peut prendre il est rare de voir une collection de cette intéressante classe d'animaux durer plus de sept ou huit ans sans être attaquée et souvent même entièrement détruite. » boitard, p., Manuel du naturaliste préparateur, ou l'Art d'empailler les animaux et de conserver les végétaux et les minéraux, Paris, Roret, 1828. p. 184.

10 Jan Fabre, Mur de la montée des anges, 1993, scarabées sur fil de fer, 50 x 50 x 160 cm.

11 berthier, s., Iridescences.Les Couleurs physiques des insectes, Paris, Springer, 2003.

12 nicosia, g., « Les infestations des collections patrimoniales : goût des insectes et évaluation des risques », In Situ [en ligne], n°19, 2012, mis en ligne le 27 septembre 2012, consulté le 15 janvier 2013. URL : http://insitu.revues.org/9840 ; DOI : 10.4000/insitu.9840

13 pfister, a.-m., « Mise en évidence et identification de biocides résiduels dans les naturalia », La Lettre de l’OCIM [en ligne], n°123, 2009, mis en ligne le 1er mai 2011, consulté le 15 janvier 2013. URL : http://ocim.revues.org/236

14 EPA, Environmental Protection Agency ou Agence de Protection de l’Environnement des États-Unis est une agence indépendante du gouvernement américain. Elle a été créée le 2 décembre 1970 pour étudier et protéger la nature et la santé des citoyens des États-Unis.

15 dhang, p., Urban Pest Management: An Environmental Perspective , Oxfordshire, CABI Publishing, 201, p. 218.

16 pinniger, d., Integrated Pest Management in Museums, Archives and Historic Houses, Londres, Archetype Publications, 2004.

17 strang, t., kigawa, r., « La lutte contre les parasites des biens culturels », Bulletin technique de l’ICC, n°29, 2009, p. 1-47.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 Lucane Cerf-Volant
Caption Dürer A., Lucane Cerf-Volant, 1505, collection Oppenheimer, Londres
Credits © Droits réservés
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/3400/img-1.jpg
File image/jpeg, 1.5M
Title Fig. 2 La Mouche noire
Caption Image tirée du film de Kurt Neumann The Fly (La Mouche noire), 1958
Credits © Droits réservés
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/3400/img-2.jpg
File image/jpeg, 1.5M
Title Fig. 3 Utilisation de coléoptères dans l’œuvre de Jan Fabre (I)
Caption Jan Fabre, Mur de la montée des anges, 1993, scarabées sur fil de fer, 50 x 50 x 160 cm
Credits © Droits réservés. Photographe : Attilio Maranzano © Angelos bvba
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/3400/img-3.jpg
File image/jpeg, 4.9M
Title Fig. 4 Utilisation de coléoptères dans l’œuvre de Jan Fabre (II)
Caption Détail.
Credits Photo: © G. Nicosia
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/3400/img-4.jpg
File image/jpeg, 2.4M
Title Fig. 5 Les échelles d'observation d'un coléoptère à écailles (Curculionidae)
Caption Une écaille brisée laisse apparaître la structure cristalline, siège des phénomènes de diffraction générant les couleurs.
Credits Photo: © Serge Berthier
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/3400/img-5.jpg
File image/jpeg, 2.1M
Title Fig. 6 Détail d’une infestation d’une cétoine
Caption Cétoine dorée, infestations par des larves Anthrenus verbasci.
Credits Photo: © G. Nicosia
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/3400/img-6.jpg
File image/jpeg, 1.2M
Title Fig. 7. Détail d’une infestation d’un émeu
Caption Émeu naturalisé, infestations par des Anthrenus verbasci .
Credits Photo:  © G. Nicosia
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/3400/img-7.jpg
File image/jpeg, 1.7M
Title Fig. 8 Traces de l’utilisation d’arsenic
Caption Paon bleu naturalisé. Dépôt de sel d'arsenic en surface.
Credits Photographie © G. Nicosia
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/3400/img-8.jpg
File image/jpeg, 4.2M
Top of page

References

Electronic reference

Grazia Nicosia, « Les insectes dans les collections patrimoniales – Du naturel au pathologique », CeROArt [Online], HS | 2013, Online since 18 August 2013, connection on 14 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/ceroart/3400

Top of page

About the author

Grazia Nicosia

Grazia Nicosia exerce la conservation-restauration à titre libéral depuis plus de quinze ans. Elle est diplômée en conservation-restauration (1996) et est titulaire d'un master 2 en muséologie (2008) et d'un master 2 de conservation préventive (2012). Elle a bénéficié à deux reprises de l'allocation de recherche du CNAP spécifique à la conservation-restauration de l'art contemporain (2005, 2011). Grazia Nicosia est spécialisée en œuvres peintes et art contemporain et exerce au sein des musées, FRAC, monuments historiques et collections privées. Elle intervient également en tant que consultante auprès des institutions pour définir des protocoles de veille et de suivi des infestations et réalise des missions d’assistance à la maîtrise d’ouvrage pour le transfert des collections et l’aménagement du pôle conservation.

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals