Skip to navigation – Site map

Les collections composites du musée de la Chasse et de la Nature

La chasse aux mythes
Marie-Christine Prestat

Abstracts

Derived from a private collection, the musée de la Chasse et de la Nature was conceived in the sixteen as a fine art, technique and natural history museum. Since 2007, a new museography has opened the collection to contemporary art. The juxtaposition of taxidermies, paintings, arms and others objects allows us to approach the problems of conservation and the issues involved in exhibitions.

Top of page

Full text

Introduction

1Le musée de la Chasse et de la Nature est un musée de France situé à Paris. Son statut particulier (il s’agit d’un musée dépendant d’une fondation privée reconnue d’utilité publique) et sa muséographie originale s’expliquent en partie par le fait qu’il est né de la volonté d’un couple passionné par la chasse et la nature sauvage. C’est cette passion qui est à l’origine de ses collections. Il s’agissait, en rassemblant tous ces objets, de pouvoir décliner l’histoire de la chasse, de faire ressentir la nature sauvage, la raconter, de donner envie de la connaître et donc de pouvoir la protéger.

Des années 1960 à aujourd’hui

2Au début des années 1960, François et Jacqueline Sommer décident de créer en plein Paris un lieu réunissant tous les objets qu’ils aiment et dont ils ont voulu s’entourer. C’est un hôtel particulier du Marais, l’hôtel de Guénégaud, classé Monument historique et dû au génie de l’architecte François Mansart (1598-1666), qui est choisi. Inauguré en février 1967 par André Malraux, ministre d’État en charge des Affaires culturelles, le nouveau musée se veut à la fois un musée des beaux-arts, un musée des techniques et un musée d’Histoire naturelle. Dans un souci de pédagogie, il présente à la fois des collections – en rapport avec la chasse – provenant de tous les continents et de toutes les époques. Le visiteur peut voir des salles de peintures avec par exemple la présentation d’une collection exceptionnelle d’œuvres de François Desportes (1661-1743), peintre des animaux de Louis XIV, une salle d’armes, des salles d’animaux naturalisés évoquant la faune de l’Afrique, de l’Amérique et de l’Asie, le tout cohabitant sans une véritable muséographie bien définie. Rien n’est plus disparate que tous ces objets dont la conservation nécessite un grand soin et une grande attention.

Fig. 1 Musée de la Chasse et de la Nature, Paris, 1967

Fig. 1 Musée de la Chasse et de la Nature, Paris, 1967

Salon Desportes

© Musée de la Chasse et de la Nature.

3Après avoir obtenu de nombreux dépôts auprès d’institutions prestigieuses comme le musée du Louvre, le musée de l’Armée ou la Manufacture de Sèvres par exemple, il est important d’en prendre soin. C’est ainsi que de façon régulière il est fait appel à des spécialistes pour établir des constats d’état et intervenir le cas échéant. Pour les animaux naturalisés, un taxidermiste très attaché au lieu et surtout au couple Sommer vient fréquemment afin de vérifier l’état de ses créations. Il est régulièrement dans l’obligation de remettre de nouvelles moustaches au tigre de la salle d’Asie, les visiteurs s’amusant à les frisotter à la manière d’un bolduc ou à les emporter. De même, les couleurs de son poil tendant à passer, il explique qu’il doit lui refaire tous les ans un « rejet color » afin de lui redonner de l’éclat. Parfois son désir de bien faire va au-delà de ses qualifications et il n’hésite pas à intervenir sur des œuvres. Ainsi il lui est arrivé de repeindre un masque africain qu’il trouvait triste ou de rendre du plus beau « or brillant » des mises à distance en laiton patinées « canon de fusil ».

4Mais cette époque « d’amateurisme » des années 1960 va très vite disparaître et le musée va se transformer. Néanmoins les collections, toujours aussi diverses, nécessitent une attention particulière.

Fig. 2 Musée de la Chasse et de la Nature, Paris, 1996

Fig. 2 Musée de la Chasse et de la Nature, Paris, 1996

Salle d’Asie

© Musée de la Chasse et de la Nature.

5La transformation la plus radicale se situe dans les années 2000 avec un nouveau parcours muséographique. Lors de son arrivée en 1998 à la direction du musée, Claude d’Anthenaise propose de porter un regard tout à fait différent sur l'évolution de celui-ci. Le musée était en effet resté figé avec une problématique des années 1960. Or notre société ayant totalement changé, il est devenu indispensable de redéfinir non seulement sa présentation, mais aussi ses objectifs. En effet, la vision de la chasse n’est plus la même aujourd'hui. L’espace rural recule, et dans une ville comme Paris à la fin du xxsiècle, comment se situe un musée de la chasse ?

6Une réflexion est menée à travers des rencontres avec des philosophes, des ethnologues et des sociologues, et peu à peu se dessine une problématique : celle de l’évolution au fil du temps des rapports de l’homme à l’animal et à la nature sauvages. Et c’est ce thème qui devient le fil directeur de la nouvelle muséographie inaugurée en février 2007. Car entre-temps la fondation est devenue propriétaire de l’hôtel de Mongelas, mitoyen avec l’hôtel de Guénégaud, et d’importants travaux ont permis de redéfinir les nouveaux espaces du musée. Par le biais de commandes passées à des artistes contemporains, de nombreux objets composites nécessitant beaucoup de soins et de prudence vont apparaître. Il a donc d'abord fallu définir de façon très précise les normes muséographiques pour la conservation car il n’est pas toujours aisé de faire cohabiter un animal naturalisé avec des armes ! Respectant rigoureusement ces normes, les architectes muséographes Catherine Rouland et Frédérique Paoletti ont donc défini la mise en place des collections.

Fig. 3 Musée de la Chasse et de la Nature, Paris, 2007

Fig. 3 Musée de la Chasse et de la Nature, Paris, 2007

Salle du Cerf et du Loup

Photographie ©Sylvie Durand.

La chasse aux mites

7Mais il est parfois difficile de tout contrôler malgré des protocoles de prévention bien définis, et certaines œuvres peuvent s’avérer très fragiles, voire « dangereuses ».

8Dans le but de montrer les différentes relations qui existent entre l’homme et l’animal à notre époque, le musée a acquis en 2007 Farm Set, œuvre de Pascal Bernier, où une poule « empaillée » et un jeu de miroirs permettent d’illustrer le thème de l’élevage en batterie. Peu de temps après son installation, la poule a commencé à se déplumer, chaque jour un peu plus, puis on a vu apparaître des petits vers blancs. L’origine du problème a rapidement été trouvée : l’artiste avait placé le volatile sur un lit de paille et, dans un souci de réalisme, il avait jugé bon d'y ajouter quelques grains de maïs, symbolisant ainsi que dans ce type d’élevage, les animaux n’ont pour seule activité que de se nourrir et s’engraissent donc rapidement. Mais ces grains ont également servi à développer une petite colonie de mites qui a plumé la poule et dévoré un vêtement de Jacqueline Sommer, vêtement que l’artiste Marc Dion avait utilisé non loin de là dans une installation consacrée au souvenir des fondateurs du musée.

Fig. 4 Musée de la Chasse et de la Nature, Paris, 2007

Fig. 4 Musée de la Chasse et de la Nature, Paris, 2007

Salle de l'Animal contemporain avec Farm Set de Pascal Bernier.

Photographie © A. Schneck-Rosenfeld.

9Mais ce n’est pas la seule attaque de mites que le musée a dû repousser ! Plus sournoise a été celle du superbe plafond en plumes réalisé par l'artiste flamand Jan Fabre pour le cabinet consacré à Diane, déesse de la chasse et de la nuit. Afin « d’honorer » cette divinité, il a été décidé de lui consacrer un petit espace dans la nouvelle muséographie. Le musée pouvant s’enorgueillir de posséder deux panneaux peints en collaboration par Rubens et Brueghel de Velours, Diane et ses nymphes observées par des satyres et Diane et ses nymphes s'apprêtant à partir pour la chasse, il a été commandé à Jan Fabre une œuvre qui leur serait adjointe. C’est ainsi que le cabinet de Diane possède un superbe plafond recouvert de plumes représentant des têtes de hibou, les yeux en porcelaine.

Fig. 5 Musée de la Chasse et de la Nature, Paris, 2007

Fig. 5 Musée de la Chasse et de la Nature, Paris, 2007

Cabinet de Diane.

Photographie ©Luc Boegly.

Fig. 6 Altérations des plumes, plafond du Cabinet de Diane, musée de la Chasse et de la Nature, Paris

Fig. 6 Altérations des plumes, plafond du Cabinet de Diane, musée de la Chasse et de la Nature, Paris

Installation de Jan Fabre, Cabinet de Diane.

© Musée de la Chasse et de la Nature

10Après quelque temps, les plumes ont commencé à disparaître de façon irrégulière, de larges plages vides les remplaçant. Que se passait-il ? Elles ne se décollaient pas car on n'en voyait aucune au sol et puisqu'elles se trouvaient sur un plafond il était impossible que les visiteurs les arrachent. Le cabinet étant sombre, il nous a fallu utiliser une torche électrique pour apprécier l’ampleur des dégâts et c’est ainsi que nous avons pu voir s’envoler une nuée de lépidoptères. Attirées par les plumes de canard dont elles sont friandes, elles avaient élu domicile dans le plafond qu’elles étaient en train de détruire. C’est une chance que, bien que pourvues d’un fort appétit, elles n’aient pas migré dans la pièce voisine où se trouvent exposées des tapisseries des xvie et xviisiècles. Il a donc fallu agir très rapidement et c’est durant au moins trois semaines que cet espace a été isolé après bien entendu avoir retiré les deux œuvres de Rubens et Brueghel de Velours. Par la suite, Jan Fabre a restauré son œuvre mais en prenant la précaution de n’utiliser que des plumes saines et traitées afin d’éviter de nouveaux problèmes. Le plafond de ce petit cabinet est néanmoins scruté tous les jours de façon attentive.

Gestion de la collection

11Il n’est pas facile de gérer des collections aussi diverses que celles conservées au musée de la Chasse et de la Nature. Ces deux incidents, qui n’ont par bonheur eu aucun impact sur les autres œuvres, ont mis en évidence la nécessité de se montrer très vigilant. Les équipes travaillant au musée ont été sensibilisées et un protocole strict a été mis en place. Le musée est observé chaque jour avec beaucoup d’attention et le personnel de surveillance est là pour signaler le moindre point pouvant poser problème. Cela est d’autant plus important que le musée fait souvent appel à des artistes à travers des commandes ou pour des expositions temporaires qui se déploient à travers toutes les salles de présentation. Une tendance fréquente chez ces artistes est de recourir à la taxidermie, ignorant la plupart du temps à la fois la matérialité des éléments utilisés et les problèmes de conservation que cela pose.

12La panne peut intervenir lorsqu’il est question de mécanique. Ainsi, dans la salle Avifaune du musée, l’œuvre de Rebecca Horn intitulée Les Ailes de plumes chinoises, déposée par le Fonds national d’art contemporain, permet d’illustrer le vol de l’oiseau. Il s’agit d’un mobile constitué de plumes mises en action à l’aide d’un petit moteur électrique. Ce dernier, tombé en panne peu de temps après la réouverture du musée en 2007, a dû être retiré de la salle. Mais trouver une personne susceptible de restaurer cet ensemble n’a pas été chose aisée. Et c’est durant plusieurs mois « un fantôme », morceau de papier signalant l’absence de l’œuvre, qui a été chargé d’illustrer pour le public le vol de l’oiseau.

Fig. 7 Musée de la Chasse et de la Nature, Paris, 2009

Fig. 7 Musée de la Chasse et de la Nature, Paris, 2009

Salle Avifaune, avec Les Ailes de plumes chinoises de Rebecca Horn.

Photographie © Sylvie Durand 2009.

13Pour pouvoir conserver et entretenir des œuvres, il est nécessaire de bien les connaître. Pour chaque acquisition, un dossier est aussitôt constitué mais il n’est pas facile de savoir d’où proviennent les éléments qui ont servi à sa réalisation. A-t-on un animal naturalisé suivant des critères sanitaires correspondants aux recommandations en vigueur ? D’où provient cet animal ? Comment peut-on le savoir ? C’est un vrai casse-tête qui ne trouve parfois pas de réponse, certaines œuvres pouvant éventuellement être source de problème pour les collections du musée.

14Un autre souci auquel nous sommes confrontés est celui des réserves, de leur exiguïté face à ce qui peut être un envahissement. Ainsi, il y a quelques années, le musée a hérité d’une très importante collection provenant d’un chasseur passionné avec des mises en scène pas toujours simples à présenter : une panthère sautant sur une gazelle, un crocodile de 5 mètres de long ou quatre singes naturalisés jouant aux cartes autour d’une table. Impossible de tout présenter, que faire alors de ces pièces ? Mais il est nécessaire, pour stocker ce genre de collection, de disposer de vastes espaces, sains, bien entretenus, et répondant à des normes très strictes. N'en possédant pas à Paris, il a été décidé de décentraliser les réserves d’animaux naturalisés, ce qui ne facilite pas toujours la gestion.

Conclusion

15La question du statut de l’objet peut se poser lorsqu’il est question de certains types d’objets. A-t-on vocation à tout garder ? Quelles sont les limites à ne pas dépasser ? Devait-on garder la poule utilisée par Pascal Bernier dans Farm Set ou avions-nous le droit de la remplacer ?

16On voit bien que la gestion d’une collection de musée composée d’éléments divers n’est pas toujours facile et bien des interrogations apparaissent. Les seules constantes que nous ayons sont d’essayer de prévoir les risques en ayant une organisation très rigoureuse quant aux contrôles de l’état sanitaire des œuvres. De plus, la sensibilisation et l’implication de toutes les personnes travaillant au sein du musée sont indispensables. Essayons de faire au mieux pour éviter le pire.

Fig. 8 Musée de la Chasse et de la Nature, Paris, 2006

Fig. 8 Musée de la Chasse et de la Nature, Paris, 2006

Salle des Trophées.

Photographie ©Sylvie Duran.

Fig. 9 Musée de la Chasse et de la Nature, Paris, 2009

Fig. 9 Musée de la Chasse et de la Nature, Paris, 2009

Salon des Chiens, avec Niche de Elmar Trenkwalder.

Photographie © Sylvie Durand.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 Musée de la Chasse et de la Nature, Paris, 1967
Caption Salon Desportes
Credits © Musée de la Chasse et de la Nature.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/3431/img-1.jpg
File image/jpeg, 136k
Title Fig. 2 Musée de la Chasse et de la Nature, Paris, 1996
Caption Salle d’Asie
Credits © Musée de la Chasse et de la Nature.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/3431/img-2.jpg
File image/jpeg, 744k
Title Fig. 3 Musée de la Chasse et de la Nature, Paris, 2007
Caption Salle du Cerf et du Loup
Credits Photographie ©Sylvie Durand.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/3431/img-3.jpg
File image/jpeg, 916k
Title Fig. 4 Musée de la Chasse et de la Nature, Paris, 2007
Caption Salle de l'Animal contemporain avec Farm Set de Pascal Bernier.
Credits Photographie © A. Schneck-Rosenfeld.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/3431/img-4.jpg
File image/jpeg, 100k
Title Fig. 5 Musée de la Chasse et de la Nature, Paris, 2007
Caption Cabinet de Diane.
Credits Photographie ©Luc Boegly.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/3431/img-5.jpg
File image/jpeg, 980k
Title Fig. 6 Altérations des plumes, plafond du Cabinet de Diane, musée de la Chasse et de la Nature, Paris
Caption Installation de Jan Fabre, Cabinet de Diane.
Credits © Musée de la Chasse et de la Nature
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/3431/img-6.jpg
File image/jpeg, 1.2M
Title Fig. 7 Musée de la Chasse et de la Nature, Paris, 2009
Caption Salle Avifaune, avec Les Ailes de plumes chinoises de Rebecca Horn.
Credits Photographie © Sylvie Durand 2009.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/3431/img-7.jpg
File image/jpeg, 952k
Title Fig. 8 Musée de la Chasse et de la Nature, Paris, 2006
Caption Salle des Trophées.
Credits Photographie ©Sylvie Duran.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/3431/img-8.jpg
File image/jpeg, 652k
Title Fig. 9 Musée de la Chasse et de la Nature, Paris, 2009
Caption Salon des Chiens, avec Niche de Elmar Trenkwalder.
Credits Photographie © Sylvie Durand.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/3431/img-9.jpg
File image/jpeg, 890k
Top of page

References

Electronic reference

Marie-Christine Prestat, « Les collections composites du musée de la Chasse et de la Nature  », CeROArt [Online], HS | 2013, Online since 18 August 2013, connection on 14 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/ceroart/3431

Top of page

About the author

Marie-Christine Prestat

Marie-Christine Prestat est conservateur au musée de la Chasse et de la Nature, chargée du fonds documentaire. Elle a notamment contribué à Portraits en costume de chasse, Paris, N. Chaudun, Maison de la chasse et de la nature, 2010 ; Le cabinet d’un amateur : Georges de Lastic (1927-1988) collectionneur et conservateur, Paris, N. Chaudun, 2011.

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals