Skip to navigation – Site map

Œuvres composites / œuvres vivantes ?

Samuel Quenault

Abstracts

The use of living elements as part of the structure of artworks is especially frequent in the permanent collection of the château d’Oiron, as well as in work made for the temporary exhibitions. This has led us to focus our research on the methods and techniques used for the présentation and conservation of such work. We specifically look at Claire Morgan’s, Here is the End of All Things ; Michel Blazy’s installation Jardin Volant in the 2003 exhibition, the maintenance of Trichoptères by Hubert Duprat, thee replacement of elements of Guiseppe Penone’s Muta.

Top of page

Full text

Introduction

1Le château d'Oiron est un monument historique géré par le centre des Monuments nationaux, comme le sont environ 90 monuments appartenant à l'État, tels que l'Arc de triomphe, le Mont-Saint-Michel, le château de Vincennes ou la Conciergerie.

2Depuis 1994, le château est entièrement investi d'une collection d'art contemporain basée sur l'histoire du lieu depuis la Renaissance et de Claude Gouffier qui y installa un cabinet de curiosités. À Oiron, comme au musée de la Chasse et de la Nature, le public est très proche des œuvres. Un seul gardien est accrédité pour les cinquante salles, il y a donc très peu de surveillance, très peu de vitrines et de mises à distance. C'était une volonté lors de la constitution de la collection : nous voulions rendre les œuvres le plus accessible possible et nous souhaitions responsabiliser ainsi le public.

3En tant que régisseur des collections depuis 1997, une de mes principales missions consiste à entretenir les collections permanentes se trouvant dans la cinquantaine de salles du château ; une autre de mes missions est l'assistance aux artistes pour toutes les expositions temporaires que nous installons, soit environ trois expositions par an. La collection permanente a 20 ans, nous n'avons remarqué aucune dégradation causée par le public depuis son installation, ce qui prouve que le public est respectueux.

Installer Here is the End of all Things de Claire Morgan

4L’intégration d’éléments naturels à des créations plastiques est particulièrement fréquente dans la collection permanente du château d’Oiron et dans les œuvres créées par des artistes pour les expositions temporaires. Ceci nous amène à rechercher en permanence des réponses spécifiques pour leur présentation et leur préservation.

  • 1  Bestes, bestiaux et bestioles, château d’Oiron, 3 juil. - 2 oct. 2011.

5À ce titre, l'installation de l'œuvre de l'artiste irlandaise Claire Morgan, que nous avons accueillie en 2011 au château, est particulièrement intéressante. Cette artiste utilise beaucoup d'éléments issus du milieu végétal et du monde animal et, notamment, elle place un animal naturalisé dans chacune de ses œuvres. Notre exposition de 2011 s'intitulait Bestes, bestiaux et bestioles1 et appartenait à une opération nationale répondant au nom de Monuments et animaux. Notre volonté, à Oiron, était de montrer le côté un peu dramatique, peut-être noir, obscur ou inquiétant de la nature, ne pas montrer la nature comme quelque chose de forcément beau.

6Le château n’est pas climatisé, et plusieurs facteurs sont à prendre en compte : il n'y a pas de gardiens et les œuvres sont accessibles. La salle que nous avons proposée à Claire Morgan sont les combles de l'aile Renaissance, qui est une grande salle de 60 mètres de long sur 6 mètres de large, avec une charpente apparente communiquant avec des parties non restaurées. Nous savons que des chauves-souris ont élu domicile dans ces combles, même en journée nous pouvons les voir, accrochées sur les poutres ; nous avons également des souris, des martres – qui est un animal plutôt joli, semblable à la fouine, qu'on ne voit jamais mais dont on retrouve les traces, par exemple des œufs de poule (vides !) qu'elle va chercher dans des élevages à côté du château et qu'elle rapporte à l'intérieur des espaces pour les manger –, bref toute une vie qui fait partie du lieu. Quand Claire Morgan est venue au château en amont de l'exposition, en janvier (pour une exposition prévue fin juin), nous lui avons évidemment expliqué tous ces problèmes car son œuvre est constituée d'un ensemble de suspension d'éléments accrochés par des fils en nylon, elle a donc un côté très délicat, très fragile et plutôt éphémère.

Fig. 1 Claire Morgan, Fluid, 2009

Fig. 1 Claire Morgan, Fluid, 2009

Installation pour l’exposition Building With Colour, Gallery North, Newcastle, 2009.

Photo © Kris Heath.

7Elle avait un instant imaginé pouvoir réactiver à Oiron une œuvre entièrement composée de fraises fraîches avec un oiseau au milieu qui tombe, nécessitant une maintenance très active et ne pouvant, de fait, être montrée que sur une durée extrêmement courte puisque les fraises au centre de l'installation pourrissent. Au fur et à mesure de l'exposition, il faut ajouter des fraises en périphérie pour maintenir le côté rouge écarlate à l'extérieur, jusqu'à la pourriture à l'endroit où l'oiseau est tombé. Bien que très intéressés, la présentation d’une telle œuvre sur trois mois d’exposition nous semblait difficilement envisageable.

8Claire Morgan ne connaissait pas le château. La devise de Claude Gouffier, seigneur du château, humaniste, était « Hic terminus haeret » (Ici est la fin). Il voulait ainsi signifier que Oiron était le début de quelque chose, le départ d'une réflexion, d’une ouverture sur le monde. Claire Morgan s'est montrée extrêmement sensible à cette devise et, deux jours après sa visite, elle nous a appelés en nous disant qu'elle avait un projet qui s'appellerait « Here is the end of all things » (Ici est la fin de toutes choses).

Fig. 2 Claire Morgan, Here is the End of all Things, 2011 (I)

Fig. 2 Claire Morgan, Here is the End of all Things, 2011 (I)

Installation au château d’Oiron, 2011. Vue d'ensemble.

Photo: © Claire Morgan.

Fig. 3 Claire Morgan, Here is the End of all Things, 2011 (II)

Fig. 3 Claire Morgan, Here is the End of all Things, 2011 (II)

Installation au château d’Oiron, 2011. Autre vue.

Photo: © Claire Morgan.

9L’œuvre se compose de quatre éléments – quatre cubes – constitués de fils en suspension qui ont une dimension approximative de 2,50 mètres sur 2,50 mètres. Ils sont accrochés à 4 ou 5 mètres de hauteur. Des graines de chardon sont collées sur chacun des fils des trois premiers cubes donnant l’illusion que la chouette naturalisée qui se trouve au centre du troisième cube les a traversés. Quant au dernier cube, il est entièrement composé de mouches bleues. Il y a environ 6 400 fils par cube, chaque fil est espacé d'à peine un centimètre.

Fig. 4 Claire Morgan, Here is the End of all Things, 2011. Vue de détail de l'installation (I)

Fig. 4 Claire Morgan, Here is the End of all Things, 2011. Vue de détail de l'installation (I)

Détail: la chouette naturalisée.

Photo: © Claire Morgan.

Fig 5 Here is the End of all Things, 2011. Vue de détail de l'installation (II)

Fig 5 Here is the End of all Things, 2011. Vue de détail de l'installation (II)

Détail: fixation des mouches sur les fils.

 Photo: © Claire Morgan.

10Claire Morgan a vraiment pensé son œuvre de A à Z ; je suis au château depuis 1997 et je crois que c'est la première fois que je rencontre une artiste – une jeune artiste, elle a 32 ans –, qui a vraiment tout pensé : du conditionnement à l'accrochage et au démontage, tout était programmé et très bien réfléchi. Une telle œuvre nécessite trois mois de travail en atelier pour l’artiste et son assistante. Trois mois de production d'œuvre uniquement, c'est-à-dire sans prendre en compte le temps passé à ramasser les fleurs dans la nature, le temps passé à naturaliser les animaux puisque c'est elle qui s'en occupe ; bref, énormément de temps pour une telle installation. Au cours de ces trois mois dans son petit atelier londonien, elle n'a évidemment pas pu monter l'œuvre intégralement ; elle l'a donc découverte pour la première fois lors du montage à Oiron. Dans son atelier, elle travaille par profondeur de trois ou quatre fils à la fois, elle n'a donc jamais la vision, ne serait-ce que d'un cube entier ; elle travaille avec un système de calques et fait des simulations en amont par ordinateur.

11Quand on découvre des photos de ses œuvres, on peut se demander comment ça tient, comment ça fonctionne, et surtout comment on va l'installer ! Honnêtement, c'est ce qui me faisait très peur, sachant surtout que des chauves-souris se baladent dans les combles où nous avions prévu de présenter Here is the End of all Things. L'œuvre est arrivée dans des caisses, tous les éléments eux-mêmes suspendus dans ces caisses. Claire a pensé au système d'accroche : au plafond sont suspendus comme des sortes de rails en Plexiglas®, sur lesquels viennent s'insérer des tubes eux aussi en Plexiglas®, et chaque tube comporte cinq ou six fils, cinq ou six suspensions. Pour le transport, chaque tube est placé dans une caisse verticale, comme des rideaux suspendus à l'intérieur des caisses, chaque rideau étant lui-même séparé par une feuille de Polyane® pour éviter que les fleurs ou les mouches ne s'emmêlent les unes aux autres. Pour cette raison les caisses doivent toujours voyager debout et doivent bien entendu arriver dans la salle d'exposition debout. Or, pour accéder aux combles de l'aile Renaissance du château d'Oiron, il faut emprunter un escalier à vis, et dans ce genre d'escalier, monter des caisses de 2,50 mètres de haut sur environ 90 centimètres de large sans les pencher ne serait-ce qu'un peu n'est pas évident. Mais elles devaient entrer dans la salle, coûte que coûte, et elles sont entrées !

12Ensuite, nous avons travaillé une semaine avec l'artiste afin de suspendre tous les fils. Auparavant, avant la venue de Claire, en suivant ses consignes j'avais préparé tous les systèmes d'accroche au plafond. Nous avons commencé à travailler une journée sur le premier cube, c'est-à-dire par le cube composé de mouches bleues. L'artiste tenait absolument à commencer par celui-là car il lui semblait le plus difficile, elle pensait que c'était sans doute celui qui allait nous révéler les problèmes dus à la faune qui habite les combles. Car les chauves-souris mangent les insectes ! Une journée a été nécessaire pour installer une moitié de cube. Le lendemain, en arrivant, nous étions assez satisfaits en voyant de loin le travail accompli la veille : les suspensions étaient toujours en place, elles n'avaient pas bougé. Puis, près de ce demi-cube, nous avons vu que tous les fils étaient emmêlés. Réel problème car ensuite, nous, nous devons assumer pendant trois mois la présentation de cette œuvre… Nous avons donc passé la journée à démêler la moitié de ce premier cube… Pourtant, pour éloigner les chauves-souris j'avais placé des ultra-sons dans tout l'espace (60 mètres de long), soit une dizaine d'appareils. Je crois pouvoir dire que ce système ne fonctionne pas ! Nous avons donc repris cette moitié de cube, et pendant les pauses, sur mon ordinateur je recherchais des informations sur les chauves-souris et je traduisais à Claire ce qui me semblait intéressant. Par exemple que la naphtaline pouvait aider à agir comme une sorte de répulsif. Claire m'a donc demandé d'acheter de la naphtaline, et nous avons posé de la naphtaline sur toutes les poutres (60 mètres de long) avant de continuer l'installation de l'œuvre. Le soir du deuxième jour, Claire, qui faisait elle aussi des recherches, avait trouvé une nouvelle information utile pour le cube de mouches : pulvériser de l'alcool à brûler sur les mouches. Nous avons donc pulvérisé de l'alcool à brûler sur les mouches ! Le lendemain nous avons continué à travailler sur le cube de mouches et il y avait déjà moins de fils emmêlés. Nous avons supposé que grâce à leur système de radar-sonar, les chauves-souris arrivaient à visualiser le cube comme volume dans le noir ; mais que malheureusement toutes les suspentes nylon au dessus de ce cube de mouche, étant transparentes, ne semblaient pas être détectables. J’ai suggéré à Claire d'installer des stroboscopes de part et d’autre de chaque cube, bien sûr en les cachant pour qu'ils ne soient pas visibles dans l'installation. En les allumant chaque soir – et en proposant ainsi une sorte de rave-party pour les chauves-souris la nuit à Oiron –, peut-être que cela pourrait avoir un effet positif. J’avais trouvé cette information sur le moyen d’éloigner les chauves-souris sur différents forums en ligne. Le troisième jour, je suis donc allé acheter des stroboscopes et nous les avons installés dans la soirée. Le lendemain nous avons enfin pu attaquer le deuxième cube puisque grâce aux stroboscopes le premier cube n'avait pas du tout souffert, il n'y avait eu aucune dégradation, aucun mouvement des fils de nylon suspendus, nous étions donc satisfaits et avons pu poursuivre l'installation de l'œuvre jusqu'à la fin de la semaine, sans aucun fils emmêlés. Nous avons fini de la monter une semaine avant le vernissage de l'exposition ; il faut savoir que Claire n'était qu'une des dix artistes invitées dans cette exposition, il y avait donc un planning à tenir et, comme je vous l'ai dit, je suis seul au château en tant que régisseur. Tous les soirs j'allais allumer les stroboscopes, le matin je les éteignais, je m'assurais qu'il n'y avait pas de problème de fils emmêlés, etc.

13Nous voulions que cette œuvre soit montée en amont de l'exposition afin de pouvoir réagir en cas de problème. Tout s'est bien passé… jusqu'à la veille du vernissage. Les stroboscopes n’ont pas été allumés et le lendemain matin, lorsque Paul-Hervé Parsy, l'administrateur du château, et moi-même sommes arrivés sur les lieux : catastrophe ! Quand vous vous retrouvez avec des nœuds qui font entre 30 et 40 centimètres de diamètre, qu’il est impossible de repéré le moindre fil pour le démêler de cette pelote  et que vous devez préserver les fleurs de chardon et les mouches, ce n'est pas une mince affaire ! Les mouches sont percées avec une aiguille pour être enfilées sur chaque fil, et au bout de chaque fil il y a un tout petit poids de plomb qui leur permet de rester droits, comme un fil à plomb mais extrêmement petit puisque chaque plomb fait 2 millimètres sur 2 millimètres. Le jour du vernissage, l'administrateur, une personne que j'ai appelée en renfort et moi-même, nous sommes donc retrouvés à démêler les fils, un coup avec les jambes, un coup avec les pieds, les bras, les mains ! On s'est un peu tous retrouvés emmêlés entre nous car chacun avait des fils dans la bouche, dans les mains, on s'aidait des coudes des autres pour essayer de démêler l'ensemble. Nous avons passé trois heures à trois et nous avons réussi

Fig. 6 Claire Morgan, Here is the End of all Things, 2011. Vue de détail de l'installation (III)

Fig. 6 Claire Morgan, Here is the End of all Things, 2011. Vue de détail de l'installation (III)

Détail: alignement des fils.

 Photo: © Claire Morgan.

14La maintenance sur ce genre d'œuvre a consisté à démêler quotidiennement les fils, plus ou moins selon les jours, car les chauves-souris passaient sous les cubes et les battements d’ailes provoquaient suffisamment d’air pour soulever et faire bouger tout un ensemble de fils qui, de fait, s’emmêlaient les uns aux autres. De plus, il fallait être un peu équilibriste car il y avait à peine un mètre entre le sol et le bas des petits plombs qui tiennent le fil droit. Lorsque vous avez un nœud au beau milieu d'une installation d'un cube de 2,50 m x 2,50 m, il ne faut pas avoir peur des torticolis et il faut une bonne dose de patience. Ce qui n'a pas été mon cas certains jours, car défaire des nœuds n'a rien de follement réjouissant.

  • 2  Bêtes Off, La Conciergerie, Paris, 17 nov. 2011 - 11 mars 2012.

15Montrer une telle œuvre pendant trois mois nous semblait donc possible à Oiron. C'est un risque que nous avons accepté de prendre, et même si je suis à la régie des collections, Paul-Hervé Parsy, l'administrateur du château, est toujours présent sur le montage des expositions et dans le suivi des projets. Mais nous n'aurions pas pu acquérir une telle œuvre à Oiron pour la montrer de façon pérenne car elle demande une maintenance quotidienne. Je passais deux à trois heures par jour à intervenir dessus. Cette œuvre a ensuite été montrée à la Conciergerie pour l’exposition Bêtes off2. Je l'ai donc démontée, cette fois avec l'assistante de Claire Morgan, pour la remontrer à la Conciergerie où a priori il n'y a eu aucun souci. Le montage nous a de nouveau, à Claire et à moi, demandé une semaine. À la Conciergerie je ne me suis pas occupé de l'installation en amont, c’est-à-dire de toute la structure au plafond permettant d'accrocher les cubes. Il s’agissait de trouver une solution technique sans percer les voûtes et la société s’occupant du montage a utilisé un système particulièrement ingénieux avec des sortes de griffes.

16Here is the End of all Things peut poser un problème de conservation à court terme : outre le démêlage et les moments où il fallait recoller des fleurs de chardon, il a fallu changer des mouches parce que certaines sont tombées en poussière ou se détruisaient lorsqu'elles étaient prises dans un nœud. Une mouche morte, c'est très sec, donc quand vous défaites un nœud il ne reste plus qu'à la remplacer. Comme je l’ai indiqué auparavant, Claire fait tout de A à Z, y compris l'élevage de mouches – bleues et noires – dans son atelier ! Je disposais donc d'un stock de mouches mortes et d'un stock de fleurs de chardon. Il s'agissait de recoller les fleurs de chardon à la colle à bois appliquée avec une aiguille sur chaque fil ; quant aux mouches, il fallait les couper en deux avec une lame de cutter très fine, les coincer dans le fil et ajouter un petit point de colle. Claire est une artiste très professionnelle qui pour la maintenance accompagne ses œuvres de vidéos très rigoureuses expliquant les procédures.

Comment maintenir une œuvre dont la dégradation est l’élément central ?

17Autre exemple : en 2003, Michel Blazy a fait une proposition au château qui s'appelait Le Jardin volant. L'idée était d'investir par un jardin volant un ancien hangar de la ferme du château. Aidé de deux personnes, j'ai dû créer le plancher car ce hangar n'en comportait pas. Son idée était d'entourer ce hangar d'une barrière de pains, de placer au milieu du sol une fontaine à pop-corn pour les oiseaux, et d’installer au centre une sorte d’énorme vers de terre en coton dans lequel on a inséré des graines et à l’intérieur duquel passe un tuyau microporeux avec un système de goutte-à-goutte pour favoriser la germination. Le propos de Michel Blazy est que durant les trois mois d’exposition son œuvre va forcément se transformer: les végétaux vont pousser, les éléments se dégrader et être grignotés par des animaux.

18Installer une œuvre comme celle-ci représente un mois de travail : il faut par exemple creuser une tranchée de 10 mètres, faire passer des tuyaux, trouver un système d'air pulsé assez conséquent, et… débusquer un fournisseur de pop-corn, même si ça peut paraître anodin ! Il faut également trouver le moyen technique pour faire tenir les baguettes de pain. Michel Blazy réalise beaucoup de sculptures de pains collés à la farine et à l'eau et avait pensé que la barrière pourrait peut-être tenir de cette façon, ce qui n’a pas été le cas. Je lui ai proposé un système très simple : insérer des tiges filetées en forme de T dans les baguettes. Oiron se trouve en zone rurale ; notre petite boulangerie de village étant habituée à faire du pain pour 800 personnes, le boulanger était donc très content le temps de l'exposition car l'installation demande environ 400 baguettes.

Fig. 7 Michel Blazy, Le Jardin volant, 2003

Fig. 7 Michel Blazy, Le Jardin volant, 2003

Le Jardin volant en cours d’exposition, château d’Oiron, 2003.

© Michel Blazy, droits réservés.

19Michel Blazy savait qu'avec le poids de l'eau le vers de terre allait dégouliner et s’affaisser sur le plancher… Ce qu'il n'avait pas prévu, c'est qu'il allait tomber à l'endroit où il m’avait demandé  d’installer la fontaine à pop-corn pour les oiseaux ! Donc en cours d'exposition il a fallu que je revoie ce système en passant sous le plancher, en décalant telle ent tellechose>

20Dans la collection, l’œuvre d'Hubert Duprat, Les Trichoptères, a demandé également, pendant plusieurs années, une maintenance quotidienne. Les trichoptères sont des insectes qui dans la nature se construisent un fourreau en forme d’étui avec leur environnement proche, des cailloux ou des petits coquillages par exemple. À l'état larvaire, l'insecte produit de la soie et colle tous les éléments autour de lui grâce à la soie qu'il sécrète jusqu'à s'enfermer complètement dans cet étui avant de se transformer en un adulte avec des ailes.

Fig. 8 Trichoptère (I)

Fig. 8 Trichoptère (I)

Exemple d'un trichoptère sans fourreau.

© Droits réservés.

Fig. 9 Trichoptère (II)

Fig. 9 Trichoptère (II)

Exemple de trichoptère avec fourreau.

© Droits réservés.

21La proposition de l’artiste était d’élever ces insectes en ne leur donnant que des matériaux précieux : or, rubis, nacre, émaux divers… pour la fabrication de leur fourreau. C'est un processus assez long, qui dure environ six mois. Pendant une dizaine d'années et durant environ un mois et demi ou deux mois, nous avions des trichoptères au travail dans des aquariums. À mi-construction du fourreau, Hubert Duprat nous en apportait tous les ans une dizaine, ainsi que les récipients contenant tous les matériaux précieux.

Fig. 10 Hubert Duprat, Trichoptères

Fig. 10 Hubert Duprat, Trichoptères

Détails.

Droits réservés ©Hubert Duprat.

22Cela demandait donc des manipulations, et des soins dispensés aux animaux.

23Pendant la journée, les insectes étaient placés dans un aquarium fixé au mur de l’une des salles du château. Cet aquarium était légèrement incliné, le côté le plus bas orienté vers une fenêtre. Les trichoptères, qui pouvaient être fragilisés par le poids des étuis qu’ils se construisaient, étaient chaque matin placés dans l’aquarium sur le côté le plus bas et le plus lumineux, afin de les obliger à ramper à l’opposé de celui-ci plus haut et plus sombre. Le trichoptère privilégiant les endroits « cachés » en journée. Pendant ces deux mois de présentation/production, mon travail consistait tous les matins à les sortir des bacs à eau réfrigérée à 5 °C, à les placer dans cet aquarium un peu incliné, et tous les soirs à les replacer chacun dans des bacs différents (contenant les matériaux précieux), et évidemment à les nourrir. J'allais acheter du poisson à la poissonnerie, et, je ne rentrerai pas dans les détails administratifs, mais c'est très compliqué quand vous travaillez pour une administration de vous faire rembourser des reçus de poissonnerie ou ce genre dlechose… Pendant deux mois cette manipulation était donc à faire tous les jours, sans oublier de les nourrir, car les trichoptères, qui peuvent se montrer cannibales, en arrivent à se manger entre eux. C'est évidemment problématique parce qu'ils détruisent d'eux-mêmes leur fourreau, ils arrivent à en sortir. Il est arrivé d’en retrouver coincés dans le système de tuyauterie.

24Nous avons contracté une assurance, chaque étui était assuré ; mais comment justifier auprès de l'assurance que le trichoptère, qui produit lui-même son étui, l'a également détruit de lui-même ? L'œuvre de Claire Morgan était assurée, mais je n'ai jamais appelé l'assurance pour leur demander de l'aide car des fils étaient emmêlés, ni pour les fleurs de chardon qui tombaient ! Nous acceptons d'assumer ces frais quand il y en a, car nos nombreux débats avec les compagnies d’assurance à propos d'autres œuvres nous ont permis de nous rendre compte que les clauses deviennent de plus en plus restrictives et que lorsqu'un problème survient, l'assureur nous dit que ça ne le concerne pas… D'ailleurs dès qu'il est question d'éléments organiques les compagnies refusent le dossier, et l'écrivent maintenant assez fréquemment et de manière claire.

25Le fourreau est extrêmement fragile, il est juste tenu par cette soie sécrétée par l'insecte. Après deux mois, je devais renvoyer les étuis vides à Hubert Duprat, qui les confiait à un restaurateur chargé de les consolider avec du Paraloid®. Je passais donc une journée entière dans mon bureau avec tous ces petits insectes encore dans leurs fourreaux, et à l'aide de petites pinces et d'une loupe j'essayais de trouver le crochet, situé sur l’arrière de l’insecte et grâce auquel il construit et maintient son étui, afin de le stimuler pour qu’il se décroche de l’étui. Je tentais ensuite de faire repasser ce crochet à l'intérieur du fourreau sans qu'il ne casse celui-ci, puis je devais convaincre l'insecte à sortir doucement de l'étui sans le détruire. Encore un travail de patience !

Remplacement d’éléments

  • 3  Chassez le naturel, château de Chambord, 24 juin - 3 nov. 2005.

26Une autre œuvre qui appartient à la collection permanente et se trouve au château depuis 1995, Muta de Giuseppe Penone, est constituée de trois cônes de verre recouverts chacun d’une mue de serpent et posés sur une sérigraphie représentant le coude de l'artiste. En 2005 nous avions donné un accord de principe sur le mouvement de cette œuvre, pour qu'tellesoit montrée lors de l’exposition Chassez le naturel3 à Chambord. La question du transport et de l'emballage s'est donc posée. L'œuvre est arrivée à Chambord sans aucun souci, sans aucune dégradation, ce qui n'a pas été le cas au retour. Nous avons réceptionné l'œuvre en très mauvais état : les mues de serpent avaient été serrées et étaient totalement dégradées, l'œuvre n'était plus présentable.

Fig. 11 Giuseppe Penone, Muta, 1992

Fig. 11 Giuseppe Penone, Muta, 1992

Vue de l’installation, château d’Oiron.

Photo: © Giuseppe Penone, droits réservés.

Fig. 12. Giuseppe Penone, Muta, 1992

Fig. 12. Giuseppe Penone, Muta, 1992

Détail d’une des mues altérée en 2005.

Photo: © Giuseppe Penone, droits réservés.

27La collection d’art contemporain du château d’Oiron appartient au Fnac, mais le château est géré par le Centre des monuments nationaux, qui n'est que dépositaire de la collection. Avant chaque intervention sur les collections, nous devons saisir le Fnac, le propriétaire, mais il arrive que nous n’obtenions pas de réponse à nos questions, ou pas de retour. Concernant les dégradations sur cette œuvre, le Fnac a été prévenu mais nous n'avons jamais eu dparetour… Que faire, comment faire ? Le dossier de l'artiste ne comportait, hélas, aucune information sur la variété, l'espèce des mues de serpent. Nous avons contacté l'artiste environ un mois et demi après lparetour de l’œuvre (auparavant nous étions assez fréquemment en contact téléphonique avec le Fnac pour essayer d'en savoir un peu plus). Nous avons proposé à l'artiste que je me rende dans un parc nommé L'Île aux serpents, à 2 heures environ du château ; en effet, des spécialistes sauraient nous renseigner. Je m’y suis donc rendu avec le reste de chaque mue. La première journée ils ont identifié la variété de chaque mue de serpent ; le lendemain, nous avons cherché des mues correspondant à la hauteur des tubes de verre (les trois cônes de verre sont de tailles différentes) car ils conservent toutes les mues de leurs serpents.

28Dans ce cas là le remplacement des mues s’est avéré être la seule solution possible pour pouvoir à nouveau présenter l’œuvre.

Top of page

Notes

1  Bestes, bestiaux et bestioles, château d’Oiron, 3 juil. - 2 oct. 2011.

2  Bêtes Off, La Conciergerie, Paris, 17 nov. 2011 - 11 mars 2012.

3  Chassez le naturel, château de Chambord, 24 juin - 3 nov. 2005.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 Claire Morgan, Fluid, 2009
Caption Installation pour l’exposition Building With Colour, Gallery North, Newcastle, 2009.
Credits Photo © Kris Heath.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/3450/img-1.jpg
File image/jpeg, 112k
Title Fig. 2 Claire Morgan, Here is the End of all Things, 2011 (I)
Caption Installation au château d’Oiron, 2011. Vue d'ensemble.
Credits Photo: © Claire Morgan.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/3450/img-2.jpg
File image/jpeg, 700k
Title Fig. 3 Claire Morgan, Here is the End of all Things, 2011 (II)
Caption Installation au château d’Oiron, 2011. Autre vue.
Credits Photo: © Claire Morgan.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/3450/img-3.jpg
File image/jpeg, 700k
Title Fig. 4 Claire Morgan, Here is the End of all Things, 2011. Vue de détail de l'installation (I)
Caption Détail: la chouette naturalisée.
Credits Photo: © Claire Morgan.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/3450/img-4.jpg
File image/jpeg, 92k
Title Fig 5 Here is the End of all Things, 2011. Vue de détail de l'installation (II)
Caption Détail: fixation des mouches sur les fils.
Credits  Photo: © Claire Morgan.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/3450/img-5.jpg
File image/jpeg, 32k
Title Fig. 6 Claire Morgan, Here is the End of all Things, 2011. Vue de détail de l'installation (III)
Caption Détail: alignement des fils.
Credits  Photo: © Claire Morgan.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/3450/img-6.jpg
File image/jpeg, 64k
Title Fig. 7 Michel Blazy, Le Jardin volant, 2003
Caption Le Jardin volant en cours d’exposition, château d’Oiron, 2003.
Credits © Michel Blazy, droits réservés.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/3450/img-7.jpg
File image/jpeg, 1.2M
Title Fig. 8 Trichoptère (I)
Caption Exemple d'un trichoptère sans fourreau.
Credits © Droits réservés.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/3450/img-8.jpg
File image/jpeg, 1016k
Title Fig. 9 Trichoptère (II)
Caption Exemple de trichoptère avec fourreau.
Credits © Droits réservés.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/3450/img-9.jpg
File image/jpeg, 580k
Title Fig. 10 Hubert Duprat, Trichoptères
Caption Détails.
Credits Droits réservés ©Hubert Duprat.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/3450/img-10.jpg
File image/jpeg, 632k
Title Fig. 11 Giuseppe Penone, Muta, 1992
Caption Vue de l’installation, château d’Oiron.
Credits Photo: © Giuseppe Penone, droits réservés.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/3450/img-11.jpg
File image/jpeg, 832k
Title Fig. 12. Giuseppe Penone, Muta, 1992
Caption Détail d’une des mues altérée en 2005.
Credits Photo: © Giuseppe Penone, droits réservés.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/3450/img-12.jpg
File image/jpeg, 416k
Top of page

References

Electronic reference

Samuel Quenault, « Œuvres composites / œuvres vivantes ? », CeROArt [Online], HS | 2013, Online since 18 August 2013, connection on 13 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/ceroart/3450

Top of page

About the author

Samuel Quenault

Samuel Quenault est régisseur au château d’Oiron depuis 1997. Il est chargé de la gestion de la collection permanente et du montage des expositions temporaires pour lesquelles il a également une mission d’assistance à la production d’œuvre.

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals