Skip to navigation – Site map
Coup de projecteur

Un nouveau cursus en conservation-restauration à l’Académie des Beaux-Arts de Kinshasa

Pour qui ? Pourquoi ? Comment ?
Nicole Gesché-Koning

Abstracts

Thanks to a partnership between the Art Academy in Kinshasa and the Ecole nationale supérieure des arts visuels of la Cambre, 2013 coïncides with the launching in Kinshasa of a new training in conservation-restoration of works of art - Wood and ceramics. An opportunity to question the role and place of the conserver-restorer in Africa.

Top of page

Full text

Introduction

  • 1  Fondée en tant qu’École Saint-Luc à Gombe Matadi (Bas-Congo), en 1943, par le missionnaire belge M (...)
  • 2  Un projet d’élaboration de centre de conservation avait déjà fait lobjet dun mémoire de maîtrise (...)

1Un partenariat entre l’Académie des Beaux-Arts de Kinshasa1 et l’École nationale supérieure des Arts visuels (ENSAV) de la Cambre, soutenu par Wallonie-Bruxelles international (WBI) et la République démocratique du Congo (RDC) est à lorigine du lancement en 2013, à Kinshasa, dune Licence en Conservation-restauration d’œuvres dart Bois et céramique, équivalent dans le système LMD, à un Master 120 crédits. Une première en Afrique francophone qui, à ma connaissance, ne compte à ce jour aucun institut de conservation indépendant ni formation similaire, si ce nest la Licence professionnelle de lUniversité dAbomey-Calavi organisée à l’École du Patrimoine africain (EPA) à Porto Novo (Bénin) en partenariat avec lUniversité Paris I Panthéon-Sorbonne (Licence en Préservation des biens culturels).2

2Après un examen dentrée (fig. 1) sous la direction de Georges Dewispelaere, responsable de loption Conservation, restauration des œuvres dart de la Cambre, assisté dAdeline Beuken, diplômée de la Cambre (2008) et de lUniversité francophone Senghor à Alexandrie - Département Culture - option Gestion du Patrimoine culturel (2011), responsable scientifique de la formation, les dix premiers étudiants terminent leur année préparatoire de mise à niveau avant de pouvoir entamer, dès septembre 2014, la licence proprement dite.

Fig.1 Institut des musées du Congo

Fig.1 Institut des musées du Congo

Examen dentrée (décembre 2013) à lInstitut des musées nationaux du Congo (IMNC).

© IMNC, Kinshasa

Choix des partenaires

3La restructuration de lAcadémie des Beaux-Arts de Kinshasa, le désir de son nouveau directeur Patrick Missassi de voir restaurer ses locaux, la présence à Kinshasa dAdeline Beuken, et limpérative nécessité de voir le patrimoine congolais sauvegardé sont à lorigine de la mise sur pied de cette nouvelle formation. Comment se lancer dans une restauration de bâtiments qui remontent à l’époque coloniale sans conservateurs-restaurateurs nationaux diplômés ni institutspécialisé et comment assurer la sauvegarde dun si riche patrimoine ?

  • 3  Mava, F., Conservation préventive des œuvres exposées dans le parc de l’Académie des Beaux-Arts de (...)

4Des contacts sont pris avec la Cambre, lUniversité de Kinshasa et lInstitut national des musées du Congo (IMNC) pour étudier la faisabilité dun tel programme. Lassistant du directeur de lAcadémie et chargé des questions pédagogiques, Paul Boyamba Simba participe ainsi en juin 2012 aux différents jurys des étudiants de loption conservation, restauration des œuvres dart de la Cambre. Parallèlement, Adeline Beuken, installée désormais à Kinshasa, sattelle à lorganisation de la formation sur place.Son rôle de médiatrice sera crucial tout au long des pourparlers entre les différentes institutions : nature de la formation, inventaire des cours, choix des intervenants congolais et belges, synergies entre les différents partenaires. Près de deux ans seront nécessaires pour régler les modalités pratiques après les accords de subvention obtenus auprès de Wallonie-Bruxelles international et du gouvernement congolais. Lannée préparatoire se termine gérée, avec laide de Francine Mava, diplômée en arts plastiques, enseignante au département céramique et modelage de lAcadémie des Beaux-Arts de Kinshasa et détentrice dun certificat de lEPA.3

La conservation-restauration en Afrique

  • 4  Toucet, P., « Le Musée de Niamey et son environnement », dans Museum International, XXIV, 4, 1972, (...)
  • 5  Sawe, J.A.., Rapport présenté à la 98e session du Bureau exécutif de lUNESCO le 11 août 1975 : ht (...)
  • 6  Voir également: Muller, J.C., « Centre de formation des techniciens de musées en Afrique, Jos (Nig (...)

5Deux centres de formation furent financés par lUNESCO avec laide du Programme des Nations-Unies pour le Développement (PNUD) : en 1963, le centre de formation bilingue de Jos (Nigéria) conçu comme un projet pilote régional (Regional Pilot Project) destiné aux techniciens des musées africains, suivi sept ans plus tard par un centre francophone établi à Niamey (Niger).4 En 1972, le centre de Jos devenu unilingue anglophone devint le Centre de formation régional pour la sauvegarde du patrimoine naturel et culturel (Regional Training Centre for the Preservation of Natural and Cultural Heritage) élargissant ainsi sa sphère de compétences en matière de patrimoine. Le rapport de lUNESCO5 mentionne le souhait de voir la formation sanctionnée par un « certificat officiel plus proche de la réalité africaine que les certificats similaires obtenus ailleurs »6, idée qui nest pas sans rejoindre celle formulée également par Gaël de Guichen (voir infra).

  • 7  Voir son interview dans cette revue: Verbeeck-Boutin, M.,  « Gaël de Guichen: Politiques de conser (...)

6Le soutien de lUNESCO arrivant à échéance après dix ans, les deux centres survécurent tant bien que mal au niveau national, ce qui obligea alors les collègues africains, comme le souligne Gaël de Guichen7 à se « déformer » lors de formations suivies grâce à dhypothétiques bourses dans des pays européens « centrés sur des solutions à apporter à des situations nationales et européennes tellement éloignées de celles rencontrées en Afrique » !

  • 8  Arinze, E.N.., « La formation du personnel des musées africains : le Centre d‘études muséales de J (...)
  • 9  Arinze, E.N.., « Les problèmes de la formation professionnelle muséale en Afrique sub-saharienne »(...)
  • 10  Berducou, M., « Brandi, l’œuvre dart et tout le reste’ », dans Gesche-Koning, N. & Perier-DIete (...)
  • 11  Forero, G.S, « Africa 2009 L’histoire d’une prise de pouvoir »,  dans Museum international, LVIII (...)
  • 12  Voir Agbaka, B. O., « Patrimonialisation participative et développement : le cas de la communauté (...)
  • 13  Agbaka B. O., « Du projet d’antiquaire à celui de musée : le musée d’Adjarra au Bénin fait ses pre (...)

7Le gouvernement nigérian sefforça de maintenir le centre de Jos devenu Centre d’études muséales, convaincu comme le souligne Emmanuel Arinze, du rôle des musées dans une Afrique en devenir.8 Ce dernier, devenu en 2002 président du Conseil international des musées africains (AFRICOM - International Council of African Museums, association affiliée au Conseil international des musées, ICOM) et de lAssociation des musées du Commonwealth (CAM), de développer sa pensée dans le Cahier d’études de lICOM (Conseil international des musées) consacré au comité pour la formation du personnel (ICTOP) en insistant sur la place amenée à jouer par les musées africains face aux préoccupations vitales du continent, la nécessité de répondre aux besoins spécifiques africains et qui devrait constituer le socle des contenus de tous les enseignements, la possibilité dune évolution professionnelle, mais également la rencontre avec des professionnels non africains confrontés aux réalités de terrain de ce continent, idées essentielles à mes yeux et peu intégrées dans les cursus offerts par des spécialistes non africains9 : même au niveau dun cours de théorie et éthique de la conservation-restauration, si les références historiques européennes sont incontournables, leur confrontation à la réalité africaine ou à des régions du monde connaissant des situations similaires est indispensable.10 Le patrimoine africain ne pourra être sauvegardé sans limplication des communautés locales convaincues de la nécessité de le conserver pour les générations futures, comme le souligne G. Forero : « le développement de pratiques intégrées et globales de gestion du patrimoine conçues par les seuls experts en conservation serait inapproprié … limportance du patrimoine culturel dans l’élaboration dune identité et dun sentiment dappartenance devant être le moteur propre à mobiliser les énergies et à déclencher des actions compatibles avec les perceptions culturelles des Africains ».11 Cest en ce sens que Blandine Agbaka Opeoluwa, ancienne étudiante de lUniversité Senghor et formatrice à lEPA a entamé son doctorat à lULB (direction : N. Nyst) sur La Patrimonialisation participative comme outil de développement pour les communautés locales béninoises : cas des Idaatcha de Dassa-Zoumè12 et a œuvré avec lEPA à la création, dans lancien bâtiment du premiercollège denseignement de lendroit, du Musée dAdjarra (fig. 2). Ce musée est véritablement né de lambition de son fondateur, Noel Agossou de valoriser pour les populations locales plutôt que de les livrer sur le marché de lart ses nombreuses collections de masques dAfrique Noire (Angola, Bénin, Cameroun, Congo Brazzaville, Mali, Nigeria, RDC, Rwanda) rassemblées lors de son séjour en Afrique centrale.13

Fig. 2 Musée dAdjarra (Bénin)

Fig. 2 Musée d’Adjarra (Bénin)

Vue de la cour et du bâtiment principal.

Crédit F. MAeva

  • 14  Haas, R. L., Centre de formation de spécialistes de muséologie en Afrique francophone, Paris UNESC (...)

8Cest au cours de la 20e session de la Conférence générale de lUNESCO (1978) que les autorités du Niger ont proposé daccueillir à Niamey un Centre de Formation en Muséologie et Muséographie doté dun laboratoire de conservation pour les pays africains dexpression française, suivant le centre de formation de techniciens de musées des années 70, dans le but dassurer une meilleure conservation des collections du Musée national attenant et daccroître le nombre de responsables de la sauvegarde du patrimoine culturel et naturel de cette région, grâce à la « formation dinstructeurs africains appelés à prendre le moment venu la relève des consultants internationaux ».14 Ce centre régional fut opérationnel de 1980 à 1986. Les efforts en matière de formation ne se sont pas interrompus pour autant.

  • 15  Diamitami, B., (éd.), Manuel de conservation préventive des archives photographiques, WAMP, 2009. (...)
  • 16 « Déclaration de Santiago du Chili. Rôle du musée dans lAmérique latine daujourdhui », dans Muse (...)
  • 17  Ouagadougou 23-26 juillet 2013 - Recommandations pour la préservation des biens culturels en Afriq (...)

9Le Programme des Musées de lAfrique de lOuest / West African Museums Program (WAMP) créé en 1982 avait pour mission le « renforcement des capacités des musées et institutions similaires en Afrique de lOuest au-delà des barrières géographiques et linguistiques ». En trente ans dexistence, le WAMP qui a depuis juin 2012, son siège à Ouagadougou (Burkina Faso), a dispensé sur le continent de nombreuses formations, mais aucune en matière de restauration proprement dite, à lexception de celles consacrées à la conservation des collections et à la conservation préventive au cours desquelles le sujet a pu être évoqué.15 On relèvera toutefois les efforts de lorganisation à soutenir les communautés locales et à les impliquer dans la gestion, la revalorisation et la préservation de leur patrimoine culturel, dans la lignée du musée intégral tel que défini déjà en 1972 dans la Déclaration de Santiago.16 On ninsistera pas assez sur limpérative nécessité de voir les musées africains en adéquation avec les besoins locaux des populations, seule solution au développement vital de ces communautés. En un mot, il sagit bien plus de développer une muséologie africaine au départ du public africain et gérée avec ses ressources propres. La réunion à Ouagadougou (23 au 26 juin 2013) des directeurs du patrimoine culturel et des musées des quinze pays de la CEDEAO (Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest) a conduit à un plan daction quadriennal (2013-2016) pour la préservation et la valorisation du patrimoine national dans lespace CEDEAO, prônant une « plus grande synergie entre institutions nationales et organisations régionales chargées du patrimoine culturel ».17

  • 18  ICOM (éd.), Quels musées pour lAfrique, Actes des Rencontres au Bénin, Ghana, Togo, novembre 1991 (...)
  • 19 www.icom.org/africom (consulté le 7/7/2014).

10Le problème de la formation est également abordé lors de la rencontre organisée en 1991 par lICOM sous la présidence dAlpha Oumar Konaré au Bénin, au Ghana et au Togo Quels musées pour lAfrique ?18 au cours de laquelle il est recommandé de développer les centres de Jos et de Niamey. De cette rencontre naîtra, entre autres, le programme de lICOM pour lAfrique, AFRICOM basé à Nairobi (Kenya), dont  une des quatre priorités était la création dune formation spécialisée pour les conservateurs et les techniciens des musées (les autres priorités étant lautonomie des musées africains, une collaboration régionale entre musées et la protection du patrimoine et la lutte contre le trafic illicite).19

11Afin toujours de parer au manque de formation du personnel des musées africains, des actions de sensibilisation à la valeur et à la sauvegarde du patrimoine furent organisées : les programmes PREMA (PREvention dans les Musées Africains, 1985-2000)20, et Africa 200921 développés par lUNESCO en collaboration avec lICCROM (Centre d’études pour la conservation et la restauration des biens culturels, Rome) ont permis grâce à de nombreux séminaires et sessions ponctuelles offertes sur lensemble du territoire africain, à plus dun millier de professionnels africains daborder les multiples disciplines à maîtriser en matière de conservation-restauration du patrimoine culturel. Ces programmes qui nauraient pu voir le jour sans la ténacité et la conviction de Gaël de Guichen22 et qui avaient, entre autres, pour objectif la création de lieux de formation africains gérés par des Africains, ont porté leurs fruits : l’École du Patrimoine africain (EPA), établissement universitaire de 2e cycle à vocation internationale, spécialisé dans la conservation et la médiation du patrimoine matériel et immatériel, a vu le jour en 1998 à Porto Novo (Bénin)23 ; et en 2000, à Mombasa (Kenya), le CHDA (Center for Heritage Development in Africa), anciennement PMDA (Program for Museum Development in Africa), tous deux fondés respectivement par lICCROM et lUniversité dAbomey-Calavi ainsi que les Musées nationaux du Kenya (NMK). 24

12Le Fonds pour le patrimoine mondial africain (AWHF), lancé en 2006 pour venir en aide aux états africains au niveau de la conservation de leur patrimoine culturel et naturel, conformément aux dispositions de la Convention du patrimoine mondial, a organisé avec l’École du Patrimoine Africain (EPA) et le Centre pour le Développement du Patrimoine en Afrique (CHDA) différents stages (1 mars au 31 mai 2014) à Midrand (Afrique du Sud), au CHDA à Mombasa et à lEPA à Porto-Novo. Force est de constater que les formations universitaires sur le sol africain ne sont pas légion.

13On ne manquera donc de louer les modules de formation organisés au South African Institute for Objects25 à Twee Riviere dans la province du Cap oriental, seul institut africain de restauration répertorié sur le site de lICCROM. Dune durée dune à deux semaines, ces modules offrent des cours généraux dintroduction à la pratique de la conservation-restauration ainsi quune formation plus spécialisée en matière de restauration de la céramique, du papier et du métal (des cours en conservation du tissu sont à l’étude). Linstitut propose également une formation personnalisée de trois ans aux institutions qui en font la demande afin de les doter de spécialistes en conservation-restauration (Capacity Development Program). De plus, il est le siège de la Guilde sud-africaine des restaurateurs et conservateurs dobjets (South African Guild of Objects Restorers & Conservators), auteur du code d’éthique Professional Code of Ethics of the South African Guild of Objects Restorers & Conservators inspirée du code d’éthique VeRes de lAssociation néerlandaise de restaurateurs professionnels et du code de la Confédération Européenne des Organisations de Conservateurs-Restaurateurs, E.C.C.O.26  Enfin, le Professional Master Degree on Management of African World Heritage (du 01 octobre 2014 au 31 mai 2016), organisé par lInstitute of African Research & Studies à lUniversité du Caire, devrait permettre la formation de spécialistes en matière de sauvegarde du patrimoine africain inscrit sur la Liste du patrimoine mondial (patrimoine malheureusement trop souvent inscrit sur la Liste du patrimoine en péril, faute de maintien et de gouvernance adéquats).

14Au niveau francophone, la Licence professionnelle en valorisation et sauvegarde du patrimoine culturel offerte par lEPA, fruit dune convention signée au printemps2011 entre lUniversité Paris 1-Sorbonne, lICCROM, lUniversité dAbomey-Calavi et lEPA, s’étend sur deux années académiques et le diplôme obtenu est validé conjointement par lUniversité de Paris I et lUniversité dAbomey-Calavi. Il donne accès, à Paris, au Master en conservation-restauration des biens culturels et sur le continent africain, à lUniversité francophone Senghor à Alexandrie, au master en « Gestion du Patrimoine culturel »27 et enfin, au nouveau Master organisé à lAcadémie des Beaux-Arts de Kinshasa.

15Les différentes enquêtes lancées en septembre 2013 sur internet par lICCROM en préparation au 50e Forum du Centre de recherche sur la conservation des collections (CRCC)28 à Paris (23-25 octobre 2013), ne comptaient aucune institution clé de conservation-restauration en Afrique29 ; qui plus est, aucune formation ne figurait dans lenquête au sujet des centres de formation. Créer donc une licence complémentaire à celle organisée par lEPA semble bien répondre à un réel besoin en matière de formation.30

La Licence en Conservation-restauration d’œuvres dart Bois et céramique de lAcadémie des Beaux-Arts de Kinshasa et de lENSAV-la Cambre

16La tenue à Kinshasa, en octobre 2013, dune table ronde sur la place et la valorisation du patrimoine culturel en RDC, organisée par les deux commissions belges francophone et germanophone et congolaise pour lUNESCO, fut loccasion de présenter la formation aux participants et de la mentionner dans lAppel de Kinshasa rédigé à cette occasion (voir annexe), mettant ainsi laccent sur limportance de la reconnaissance dune formation en conservation-restauration en Afrique (fig. 3)

Fig. 3 Valorisation du patrimoine culturel en RDC

Fig. 3 Valorisation du patrimoine culturel en RDC

Clôture de la Table ronde sur la place et la valorisation du patrimoine culturel en RDC.

Crédit : N. Gesché

  • 31  « Responsable du Département de Conservation-restauration d’œuvres dart Adeline Beuken:Le Patrimo (...)
  • 32  Mons, galerie «Derrière la porte, latelier», 52, rue des Capucins (20 juin - 1er juillet 2011).

17Cette nouvelle formation et la constitution dun centre de restauration au sein même de lAcadémie sont prometteuses.31 Lannée préparatoire touche à sa fin. A ce jour, dix étudiants la terminent et sapprêtent à entamer la licence proprement dite. La majorité est issue de lAcadémie et la plupart y enseignent. Certains sont des artistes reconnus internationalement, tel le sculpteur sur bois Hassan Tshamala qui a déjà exposé en Belgique et espèrait y revenir pour exposer en octobre 2014.32 Nombre dentre eux ont charge de famille et la moyenne d’âge tourne plutôt autour de la quarantaine. Cette constatation mérite quon sy attarde : en effet, seuls les étudiants diplômés, détenteurs dune licence en arts plastiques et possédant un emploi, sont à même de payer le minerval dune nouvelle formation exigeant deux une mise à niveau. Ils sont tous fort motivés et leur assiduité et intérêt pour le cours de théorie et éthique de la conservation-restauration que jai pu leur dispenser du 26 au 30 mai 2014 augurent de leur réussite pour les autres cours. Il fallut néanmoins beaucoup de persévérance pour leur faire admettre que leur sensibilité artistique constituerait certes un atout pour leurs interventions - si nécessaires - sur les œuvres, mais quil n’était nullement question en restauration de « refaire » une œuvre !

  • 33  Gossiaux, P.P., « Conserver, restaurer: écrire le temps en Afrique », dans CeROArt [En ligne], 1|2 (...)
  • 34  Speranza, G. (sous la dir. de), Objets bléssés. La réparation en Afrique, catalogue dexposition, (...)

18Il serait toutefois souhaitable qu’à lavenir, des étudiants plus jeunes puissent accéder au métier de conservateur-restaurateur dans une optique de formation Bac + 5 qui permettrait ainsi de disposer dans le pays de spécialistes en la matière prêts à entamer linventaire, lanalyse et les diagnostics des nombreux sites et objets conservés dans le pays. Parmi les sujets abordés dans mon cours, celui des valeurs du patrimoine et des notions de réparation vs. restauration les ont particulièrement interpellés. Les articles de P. Gossiaux33 et les réflexions suscitées par lexposition organisée au Musée du Quai Branly, Objets blessés. La réparation en Afrique34, constituent une base de réflexion à privilégier. Partir de lart et du vécu de chaque étudiant, dans ce cas, de lanalyse dune de leurs œuvres afin de voir avec eux sils en avaient envisagé leur pérennité fut des plus révélateur. Il en va ainsi du relief en céramique L'Unité familiale (1987) de Bienvenu N'Landu pour lequel lexamen par les étudiants leur a révélé que l’état de dégradation était plus le résultat derreurs humaines quune altération propre au matériau ou à la nature du mur dans lequel il était inséré (Fig. 4 et 5).

Fig. 4 LUnité familiale (1987) de Bienvenu NLandu

Fig. 4 L’Unité familiale (1987) de Bienvenu N’Landu

Exercice dobservation.

Crédit : N.Gesché

Fig. 5 Exercice dobservation de LUnité familiale (1987) de Bienvenu NLandu

Fig. 5 Exercice d’observation de L’Unité familiale (1987) de Bienvenu N’Landu

Traces de peinture verte suite à la rénovation de la façade, soulèvements de la couche émaillée non stabilisée et trace dhumidité dans le mur.

Crédit : N.Gesché

19La conservation préventive reste un domaine à privilégier, comme le montrent les actes de vandalisme au sein même de lAcadémie sur l’œuvre en cours de réalisation (au départ des troncs récupérés des arbres de l’époque coloniale qui ornaient le boulevard du 30 juin avant d’être abattus) de Hassan Tshamala, Le dernier bois des Belges (fig. 6).

Fig. 6 Académie des Beaux-Arts

Fig. 6 Académie des Beaux-Arts

Graffiti sur l’œuvre en cours de réalisation de H. Tshamala dans lenceinte de lAcadémie des Beaux-Arts.

Crédit : N. Gesché

20De même, si le panneau dinterdiction installé par F. Mava à proximité des sculptures du parc à son retour dune formation à lEPA et plus que visible nest pas accompagné dun mot dexplication, le résultat escompté sera nul (fig. 7).

Fig. 7 Conservation préventive

Fig. 7 Conservation préventive

Ne pas sasseoir sur les œuvres dart !

Crédit : N. Gesché

21Il reste à installer le laboratoire de restauration dans le local qui lui a été réservé (fig. 9) et qui attend dès la rentrée académique prochaine larrivée des restaurateurs de la Cambre accompagnés de la directrice C. Mierop et de G. Dewispelaere (le centre est désormais opérationnel). Le souhait des organisateurs est de voir la formation s’étendre à dautres étudiants que ceux de lAcadémie et de la seule RDC. La présence sur les lieux de ce nouveau cursus et dun laboratoire danalyse et de restauration en constitue certainement un atout.

Fig. 8 Le laboratoire

Fig. 8 Le laboratoire

Salle destinée à abriter le laboratoire de conservation-restauration à lAcadémie des Beaux-Arts de Kinshasa.

Crédit : N. Gesché

  • 35  Verbeeck-Boutin, M.,« Gaël de Guichen: Politiques de conservation: les mots et les choses », dans (...)

22Un bel effort de collaboration pour autant que la conservation-restauration des œuvres dart reste lobjectif commun tel que défini par G. de Guicheninterviewé par M. Verbeeck-Boutin :trouver des solutions aux trois problèmes qui se posent au futur conservateur : « arrêter les détériorations en cours (conservation curative), redonner une lisibilité (restauration), assurer le futur (conservation préventive) ». 35

23Enfin, pour clore cette présentation de formation et de laboratoire qui ne peuvent que promettre un bel avenir au patrimoine africain, de citer une fois encore, E. Arinze, autre ami de longue date et fervent défenseur de la sauvegarde du patrimoine africain, trop tôt disparu :

  • 36  Arinze , E. N., « Le centre d’études muséales de Jos et la formation du personnel des musées au Ni (...)

24« Il nous faut faire naître en Afrique le respect et la reconnaissance de la profession »!36 

Top of page

Notes

1  Fondée en tant qu’École Saint-Luc à Gombe Matadi (Bas-Congo), en 1943, par le missionnaire belge Marc Wallenda, dont le buste orne le jardin de sculptures de lAcadémie des Beaux-Arts -nom donné à l’école en 1957, après son transfert, en 1949, à Léopoldville (Kinshasa).

2  Un projet d’élaboration de centre de conservation avait déjà fait lobjet dun mémoire de maîtrise en conservation, restauration des biens culturels à lUniversité Paris I, présenté à la rencontre organisée par lICOM en Afrique en 1991: Keita, F. B., « Elaboration dun Centre dappui à la conservation », dans ICOM (éd.), Quels musées pour lAfrique, Actes des Rencontres au Bénin, Ghana, Togo, novembre 1991, Paris, ICOM, 1992, pp. 197-201.

3  Mava, F., Conservation préventive des œuvres exposées dans le parc de l’Académie des Beaux-Arts de Kinshasa, mémoire présenté à l’Ecole du Patrimoine africain (EPA), Porto Novo, 2011.

4  Toucet, P., « Le Musée de Niamey et son environnement », dans Museum International, XXIV, 4, 1972, pp. 204-207.

5  Sawe, J.A.., Rapport présenté à la 98e session du Bureau exécutif de lUNESCO le 11 août 1975 : http://unesdoc.unesco.org/images/0001/000145/014535fb.pdf (consulté le 12/7/2014).  

6  Voir également: Muller, J.C., « Centre de formation des techniciens de musées en Afrique, Jos (Nigeria) », dans Museum International, XVIII, n°3, janvier-décembre 1965, p. 121-125, et de Guichen, G. & Rockwell C., « Formation dans les domaines de la restauration du patrimoine », dans Museum International, XXXIX, 4, 1987, pp. 234-239.

7  Voir son interview dans cette revue: Verbeeck-Boutin, M.,  « Gaël de Guichen: Politiques de conservation: les mots et les choses », dans CeROArt [Online], 8|2012 (consulté le 12 juillet 2014): http://ceroart.revues.org/2792.

8  Arinze, E.N.., « La formation du personnel des musées africains : le Centre d‘études muséales de Jos », dans Museum International, XXXIX, 4, 1987, pp. 278-280, p. 280.

9  Arinze, E.N.., « Les problèmes de la formation professionnelle muséale en Afrique sub-saharienne », dans Cahiers d’étude de lICOM, 10, ICTOP, 2002, p. 9-11. Voir également : Arinze, E.N, « Le centre d’études muséales de Jos et la formation du personnel des musées au Nigéria » et Bouchenaki, M,  « Le centre de formation de Niamey », dans ICOM (éd.), Quels musées pour lAfrique, Actes des Rencontres au Bénin, Ghana, Togo, novembre 1991, Paris, ICOM, 1991, pp. 99-104 et pp. 105-106 respectivement.

10  Berducou, M., « Brandi, l’œuvre dart et tout le reste’ », dans Gesche-Koning, N. & Perier-DIeteren , C. (éds.),Cesare Brandi (1906-1988). Sa pensée et l’évolution des pratiques de restauration, Bruxelles, ULB, Série spéciale des Annales dHistoire de lArt et Archéologie, Cahier d’études IX, 2007, pp. 35-52. Voir également la charte dICOMOS Australie, dite Charte de Burra pour la conservation de lieux et de biens patrimoniaux de valeur culturelle (http://www.international.icomos.org/charters/burra1999_fre.pdf - consulté le 14/7/2014) et les études y afférant telles celle Galla, A., « The First Voice in Heritage Conservation », dans International Journal of Intangible Heritage, 3, 2008, p. 10-25.

11  Forero, G.S, « Africa 2009 L’histoire d’une prise de pouvoir »,  dans Museum international, LVIII (1-2),  2006, pp. 77-87.

12  Voir Agbaka, B. O., « Patrimonialisation participative et développement : le cas de la communauté Idaatcha de Dassa-Zoumé (Bénin) », dans ICOM Education 24 (Museum Education and the Cultural Heritage in Threatened Countries: Risks, Prevention and Support of Population), 2013, pp. 21-30.

13  Agbaka B. O., « Du projet d’antiquaire à celui de musée : le musée d’Adjarra au Bénin fait ses premiers pas dans la muséologie communautaire », à paraître dans les Actes de la conférence ICOFOM (comité de l’ICOM pour la muséologie), Paris, 3-6 juin 2014.

14  Haas, R. L., Centre de formation de spécialistes de muséologie en Afrique francophone, Paris UNESCO, 1980, p. 13 http://unesdoc.unesco.org/images/0004/000424/042418fo.pdf (consulté le 13/7/2014).

15  Diamitami, B., (éd.), Manuel de conservation préventive des archives photographiques, WAMP, 2009. Signalons également au niveau de la conservation préventive l’ouvrage de GARBA, M., La Conservation préventive comme outil de gestion durable du Patrimoine culturel dans les Musées, Editions Universitaires Européennes, 2011.

16 « Déclaration de Santiago du Chili. Rôle du musée dans lAmérique latine daujourdhui », dans Museum International, XXV, 3, 1973, pp. 198-200. Voir également pour lAfrique : Ardouin D. C. & Arinze E., Museums and the Community in West Africa, James Currey, 1995.

17  Ouagadougou 23-26 juillet 2013 - Recommandations pour la préservation des biens culturels en Afrique de louest http://news.ecowas.int/presseshow.php?nb=225&lang=fr&annee=2013 (consulté le 14/7/2014).

18  ICOM (éd.), Quels musées pour lAfrique, Actes des Rencontres au Bénin, Ghana, Togo, novembre 1991, Paris, ICOM, 1991, p. 379.

19 www.icom.org/africom (consulté le 7/7/2014).

20  www.iccrom.org/prema (consulté le 7/7/201) : « Programme créée pour parer  aumanque de formation du personnel des musées africains, victimes de nombreuses détériorations et pertes causées par les infestations dinsectes, les incendies, les vols, les inondations et la négligence ».

21  www.iccrom.org/fr/priority-areas/past-programmes (consulté le 7/7/2014) : programme conjoint de lICCROM, du Centre du Patrimoine mondial de l’UNESCO (www.whc.unesco.org) et de lassociation  CRAterre (www.craterre.org).

22  Voir son interview dans cette revue : Verbeeck-Boutin, Mm., « Gaël de Guichen : Politiques de conservation : les mots et les choses », dans CeROArt [Online], 8 | 2012 (consulté le 12 juillet 2014) : http://ceroart.revues.org/2792

23 www.epa.org (consulté le 19/7/2014).

24  http://www.heritageinafrica.org (consulté le 16/7/2014).

25  www.sainst.org (consulté le 8/7/2014)

26  www.ecco-eu.org (consulté le 12/7/2014)

27 http://www.usenghor-francophonie.org (consulté le 8/6/2014).

28  www.crcc.cnrs.fr  (consulté le 8/7/2014).

29  http://forum2013.iccrom.org/wp-content/uploads/2013/10/Survey-of-Organizations-Involved-in-Conservation-Science_1.pdf  (consulté le 8/7/2014).

30  http://forum2013.iccrom.org/wp-content/uploads/2013/10/Flash-Survey-Education-programmes.pdf(consulté le 8/7/2014).

31  « Responsable du Département de Conservation-restauration d’œuvres dart Adeline Beuken:Le Patrimoine culturel matériel RD-congolais navigue entre richesse et oubli », dans Africa News, Kinshasa, République démocratique du Congo, Série II, n°887 du mercredi 04 ou jeudi 05 décembre 2013, p. 9.

32  Mons, galerie «Derrière la porte, latelier», 52, rue des Capucins (20 juin - 1er juillet 2011).

33  Gossiaux, P.P., « Conserver, restaurer: écrire le temps en Afrique », dans CeROArt [En ligne], 1|2007, mis en ligne le 01 octobre 2007, consulté le 15 juillet 2014. URL: http://ceroart.revues.org/253

34  Speranza, G. (sous la dir. de), Objets bléssés. La réparation en Afrique, catalogue dexposition, Paris, Musée du Quai Branly & 5 Continents, 2007 et le compte-rendu dans cette revue: Verbeeck-Boutin, M., « Gaetano Speranza, Objets blessés: la réparation en Afrique », dans CeROArt [En ligne], 1|2007, mis en ligne le 01 octobre 2007, consulté le 15/7/2014. URL: http://ceroart.revues.org/132

35  Verbeeck-Boutin, M.,« Gaël de Guichen: Politiques de conservation: les mots et les choses », dans CeROArt [Online], 8|2012 (consulté le 12 juillet 2014): http://ceroart.revues.org/2792Interview par Muriel Verbeeck-Boutin, op. cit.

36  Arinze , E. N., « Le centre d’études muséales de Jos et la formation du personnel des musées au Nigéria », dans ICOM (éd.), Quels musées pour lAfrique, Actes des Rencontres au Bénin, Ghana, Togo, novembre 1991, Paris, ICOM, 1991p. 101

Top of page

List of illustrations

Title Fig.1 Institut des musées du Congo
Caption Examen d’entrée (décembre 2013) à l’Institut des musées nationaux du Congo (IMNC).
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/4514/img-1.jpg
File image/jpeg, 284k
Title Fig. 2 Musée d’Adjarra (Bénin)
Caption Vue de la cour et du bâtiment principal.
Credits Crédit F. MAeva
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/4514/img-2.jpg
File image/jpeg, 304k
Title Fig. 3 Valorisation du patrimoine culturel en RDC
Caption Clôture de la Table ronde sur la place et la valorisation du patrimoine culturel en RDC.
Credits Crédit : N. Gesché
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/4514/img-3.jpg
File image/jpeg, 116k
Title Fig. 4 LUnité familiale (1987) de Bienvenu N’Landu
Caption Exercice d’observation.
Credits Crédit : N.Gesché
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/4514/img-4.jpg
File image/jpeg, 72k
Title Fig. 5 Exercice d’observation de LUnité familiale (1987) de Bienvenu N’Landu
Caption Traces de peinture verte suite à la rénovation de la façade, soulèvements de la couche émaillée non stabilisée et trace d’humidité dans le mur.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/4514/img-5.jpg
File image/jpeg, 84k
Title Fig. 6 Académie des Beaux-Arts
Caption Graffiti sur l’œuvre en cours de réalisation de H. Tshamala dans l’enceinte de l’Académie des Beaux-Arts.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/4514/img-6.jpg
File image/jpeg, 112k
Title Fig. 7 Conservation préventive
Caption Ne pas s’asseoir sur les œuvres d’art !
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/4514/img-7.jpg
File image/jpeg, 2.0M
Title Fig. 8 Le laboratoire
Caption Salle destinée à abriter le laboratoire de conservation-restauration à l’Académie des Beaux-Arts de Kinshasa.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/4514/img-8.jpg
File image/jpeg, 240k
Top of page

References

Electronic reference

Nicole Gesché-Koning, « Un nouveau cursus en conservation-restauration à l’Académie des Beaux-Arts de Kinshasa », CeROArt [Online], 10 | 2015, Online since 26 March 2015, connection on 14 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/ceroart/4514

Top of page

About the author

Nicole Gesché-Koning

Titulaire dun master en histoire de lart et archéologie (option arts non européens), en sciences sociales (anthropologie) et agrégée de lenseignement secondaire supérieur de lUniversité libre de Bruxelles (ULB). Candidate bibliothécaire et détentrice dun certificat en Management muséal. Professeur à lAcadémie royale des Beaux-Arts de Bruxelles/École supérieure des Arts et assistante chargée dexercices au Centre de recherches en archéologie et patrimoine (CReA-Patrimoine) de lULB. Professeur associé à lUniversité francophone Senghor à Alexandrie.

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals