Skip to navigation – Site map
Dossier

L’exemple de la restauration des luminaires de la synagogue de la Victoire

Enjeux singuliers et objectifs communs au cœur du projet de restauration
Nicolas Imbert and Marc Verdure

Abstracts

The restorers in charge of the lusters of the Grande Synagogue in Paris are facing many difficulties : not only do these large metal objects present surface disorders, but also they must be kept in working order and they require high scaffoldings. The debate over the aim of any restoration work is most relevant and widespread, but dealing with how to re-use historical items means calling for specific workers. Issues of deontology, safety, liturgy, accessibility, are thus permanent topics between restorers and people responsible for the works.

Top of page

Full text

Introduction

  • 1  La synagogue fait l’objet d’un classement au titre des Monuments historiques par arrêté du 11 déce (...)
  • 2  Imbert, D., « Torchères monumentales de synagogues », dans Icônes et Idoles, regards sur l’objet M (...)

1Le présent chantier de restauration des luminaires de la Grande Synagogue de Paris, dite « Synagogue de la Victoire » (Paris, 9e arrondissement) classée au titre des Monuments historiques1, concerne les dix lustres des bas-côtés de la nef (cinq de chaque côté), les dix lustres des deux galeries des dames (cinq de chaque côté) et les deux torchères de la tribune sous les orgues. Comme la première campagne de travaux en 2007 sur les quatre torchères du sanctuaire2, cette intervention comprend la restauration des luminaires : nettoyage des surfaces, interventions structurelles, ainsi que leur remise aux normes électriques (fig. 1).

Fig. 1. Ensemble des luminaires de la synagogue de la Victoire (Paris, 9e arrondissement)

Fig. 1. Ensemble des luminaires de la synagogue de la Victoire (Paris, 9e arrondissement)

 Au premier plan, les torchères de la tribune.

© Nicolas Imbert, 2014.

  • 3  Le groupement Nicolas Imbert est composé des personnes suivantes : Laura Caru, Anne-Marie Geffroy, (...)
  • 4  Le rapport d’intervention est consultable sur rendez-vous à la documentation de la Conservation de (...)

2Elle fait suite à la mise en conformité électrique de cette partie de la synagogue effectuée par les services de la Ville en 2012-2013 depuis l’armoire électrique générale jusqu’aux boîtiers de dérivation et connexions situés en amont des luminaires et à leur proximité. Le groupement de restaurateurs constitué pour l’occasion3 a pu dialoguer avec un grand nombre d’intervenants dans le domaine technique, scientifique ou religieux, sous l’égide d’un comité de suivi composé de la maîtrise d’œuvre (la Conservation des Œuvres d’Art Religieuses et Civiles de la Ville de Paris, COARC) et de l’État (Direction Régionale des Affaires Cultuelles, DRAC). Chaque étape du chantier, qui dure depuis neuf mois, est marquée par un dialogue avec un interlocuteur détenteur d’enjeux spécifiques, et ces rencontres sont autant de seuils au-devant desquels des choix doivent être formulés. La réussite de tels échanges nous semble ainsi résulter d’une bonne articulation entre maîtrise d’œuvre et restaurateurs, entre expression du besoin et expertise (technique et scientifique), qui favorisera l’arbitrage dans un sens constructif. Cet exposé fera partager l’expérience de ces rencontres, réparties en deux temps : les moyens pratiques d’accès à l’objet d’une part, les méthodes de restauration de l’objet d’autre part4.

Intérêt patrimonial des luminaires de la synagogue de la Victoire

3La synagogue, dont la construction (1865-1875) est confiée à l’architecte Alfred-Philibert Aldrophe (1834-1895), membre du service d’architecture de la Ville de Paris et un des principaux bâtisseurs de la communauté juive de la fin du XIXe siècle, est financée par le Consistoire et la Ville de Paris.

  • 5  Archives de Paris, V2M34 (1).
  • 6  On a pu retrouver un état des travaux effectués par la Société Openstein frères en 1947-1948 conce (...)

4L’éclairage de la synagogue de la Victoire est dès l’origine conçu au gaz alors que les lieux de culte préfèrent longtemps l’usage de l’huile. La fourniture des mobiliers se déroule en plusieurs phases5. L’entreprise Bizot, Akar &Cie fournit dix « lustres judaïques en cuivre fondu » en 1874 (ceux du rez-de-chaussée), la société Lacarrière Delatour & Cie se charge des dix « lustres à six branches portant un bouquet de sept lumières » des tribunes des dames (encore en place) et l’entreprise Maldant & Cie conçoit « deux candélabres en cuivre fondu et poli » dont le prix semble indiquer qu’ils sont de petit format. Les luminaires que l’on voit aujourd’hui dans le sanctuaire datent d’une seconde phase : les quatre torchères portent le millésime 1894 et sont signées par la maison Lacarrière. La même entreprise produit aussi, à une date indéterminée faute de documents d’archives, les deux torchères actuelles de la tribune sous les orgues. L’ensemble des luminaires est probablement électrifié au début du XXe siècle, puis en 1948 et enfin après 19736.

Autour du chantier : préparation matérielle et aspects pratiques

Liturgie et usages dans une synagogue

5Dès l’amont du projet de restauration, lors de l’écriture des pièces du marché, la maîtrise d’œuvre entend les exigences de la synagogue et les traduit dans le Dossier de Consultation de Entreprises. Les contraintes étant ainsi, pour la plupart, clairement exprimées lors de la consultation, les restaurateurs doivent donc faire la preuve, durant l’exécution du marché, de leur adaptabilité, mais aussi comprendre les besoins matériels de l’affectataire ; en retour, celle-ci peut aussi accepter un certain nombre de compromis, par exemple au niveau du calendrier des événements.

6Intervenir dans un espace dévolu au culte suppose en effet de respecter un certain nombre de règles largement liées à un savoir-être assez évident (tenue vestimentaire, bruit), ainsi que d’accepter des contraintes inhérentes à l’occupation rituelle des espaces. Toutefois, autant les églises catholiques peuvent accueillir des obsèques impromptues et des offices réguliers pendant la semaine (messe, adoration du Saint Sacrement), autant l’emploi du temps des synagogues est réglé de façon extrêmement rigoureuse : les funérailles n’y sont pas célébrées et les mariages sont (en théorie) prévus longtemps à l’avance ; par ailleurs, aucun office ne peut être organisé en dehors du week-end. Ainsi, en dehors de fêtes religieuses parfaitement annoncées dans le calendrier, nul événement ne peut contrarier l’activité des restaurateurs dans l’édifice. Ce point, confirmé lors de la réunion de préparation de chantier, permet donc aux restaurateurs de planifier au mieux leur intervention et leurs efforts. De longues interruptions de chantier sont donc prévues en avril (Pessah) et en septembre (Yom Kippour) pour laisser place aux célébrations, et les restaurateurs décident de s’organiser pour transporter en atelier les luminaires démontés et poursuivre ainsi leur intervention.

7En outre, l’accueil des mariages est un apport financier conséquent pour l’affectataire ; location des espaces, location de la chorale, décoration florale, etc. La présence des échafaudages est vécue comme une nuisance par les mariés et la maîtrise d’œuvre doit cacher, au moyen d’une bâche, l’échafaudage de pied prévu sous la tribune d’orgue, à l’entrée de la synagogue. L’absence de mariages pendant la période estivale permet, en revanche, d’installer des structures d’échafaudages pour travailler sur les lustres situés dans la nef, au rez-de-chaussée.

8La principale question, dans toute synagogue, demeure toutefois celle de la sécurité liée au plan Vigipirate, assurée par une Compagnie Républicaine de Sécurité (CRS) : tous les accès sont contrôlés, toutes les entreprises doivent être annoncées à l’avance, tous les transports doivent être planifiés et coordonnés par la maîtrise d’œuvre. La rotation permanente des gardes n’autorise guère de souplesse et de laisser-aller, et il faut une relation quasi permanente entre les restaurateurs et la maîtrise d’œuvre pour planifier les arrivées de matériel, les montages et démontages d’échafaudages, ou les interventions d’autres entreprises.

Trouver les meilleurs échafaudages : un travail conjoint

9L’intervention sur les luminaires suppose de travailler en hauteur et de veiller à la conformité électrique des installations, autrement dit de déployer des moyens d’accès adaptés (échafaudages) et de faire intervenir des bureaux de contrôles spécialisés : un Bureau de Contrôle Technique (BCT) Électricité et un Coordinateur Sécurité et Protection de la Santé (CSPS).

10La maîtrise d’œuvre se charge des moyens d’accès pour les premières phases du chantier (lustres de la tribune des dames, torchères de la tribune sous les orgues) et un échafaudeur est sélectionné sur appel d’offres. Dès la préparation du chantier, ce qui a été écrit dans le cahier des charges subit plusieurs modifications : alors que le montage des échafaudages était prévu pour suivre l’avancement du chantier : accès à trois lustres sur un côté, puis aux deux lustres suivants après démontage, les restaurateurs soulignent leur capacité à traiter simultanément les cinq lustres lors des mêmes étapes du protocole. L’échafaudeur économisant ainsi un démontage/remontage, i. e. l’intervention d’une équipe, la proposition des restaurateurs est acceptée. Durant l’ensemble du chantier, c’est donc le groupement des restaurateurs qui donne le tempo, sur la base évidemment du cahier des charges définissant huit semaines d’intervention pour chaque phase : lustres de la tribune des dames ouest, lustres de la tribune des dames est, torchères sous la tribune des orgues, lustres du rez-de-chaussée. L’avancement du travail des restaurateurs dicte les dates de montage et démontage des structures et, les interventions des échafaudeurs devant être planifiées auprès de la sécurité de la synagogue, les échanges avec la maîtrise d’œuvre sont capitaux.

11Plus avant dans le chantier, fort de l’expérience accumulée lors du traitement de la première série de lustres, il apparaît qu’il sera plus simple de démonter les torchères sur place (fig. 2).

Fig. 2. Intervention in situ

Fig. 2. Intervention in situ

Démontage in situ des torchères de la tribune.

© Nicolas Imbert, 2014.

12Les tours sapines prévues à l’origine pour la dépose de ces luminaires monumentaux (plus de 3m de hauteur) s’avèrent inutiles. En revanche, le traitement envisagé nécessite de disposer d’un vaste plateau de travail pour procéder à l’opération. La modification du cahier des charges est discutée avec le maître d’œuvre. L’échafaudeur, consulté sur la faisabilité du projet, propose de construire une plate-forme s’appuyant sur le garde-corps et dont la profondeur permettrait d’assurer l’équilibre de la structure : celle-ci n’ayant aucune emprise dans la nef, cela économise la coûteuse bâche de « camouflage » prévue et cela offre une surface de travail ad hoc (fig. 3).

Fig. 3. La structure d’échafaudage préparée pour les torchères de la tribune

Fig. 3. La structure d’échafaudage préparée pour les torchères de la tribune

Vue depuis la nef.

© Nicolas Imbert, 2014.

13Au chapitre des moyens d’accès, il est intéressant de s’attarder sur la relation entre les restaurateurs, l’échafaudeur, le CSPS et la maîtrise d’œuvre. Pour intervenir sur les lustres du rez-de-chaussée, le marché prévoyait que les restaurateurs s’occupent des échafaudages et un façadier en aluminium était envisagé : d’un montage simple, cette structure convenait aussi à l’affectataire qui ne souhaitait pas d’installation de chantier trop durable dans la nef, du fait des célébrations évoquées précédemment. Or, le CSPS chargé du contrôle des travaux, sollicité plusieurs semaines avant cette phase pour recueillir son avis sur cette méthodologie, préconise une structure d’échafaudage carrée beaucoup plus volumineuse, mettant en avant les questions d’ergonomie, de sécurité et une certaine logique d’intervention. Si le budget prévu par les restaurateurs permet d’envisager la location d’une telle structure, en revanche ceux-ci n’ont pas encore reçu toutes les habilitations au montage d’échafaudages et le délai est trop court pour les obtenir : la maîtrise d’œuvre obtient alors, en négociant avec l’échafaudeur, que le reliquat existant sur le marché soit utilisé au montage de petites structures répondant aux contraintes imposées par le CSPS. Par chance, la phase d’intervention sur les lustres du rez-de-chaussée est prévue pendant la période estivale, et aucun mariage n’est programmé à la synagogue. À l’usage, l’échafaudage proposé par le CSPS se révèle extrêmement utile et pertinent, permettant à la fois de travailler sans trop de fatigue et de stocker les nombreux éléments de luminaires démontés dans des conditions de clarté et de rigueur optimales.

14Si la communication entre la maîtrise d’œuvre et les restaurateurs, dans cet exemple, s’était contentée de l’énoncé sommaire du cahier des charges : « Sont à la charge de l’attributaire : la fourniture, le montage et la location de tous les moyens d’accès nécessaires aux travaux sur les lustres du rez-de-chaussée », il est très probable que la situation ne se serait pas débloquée aussi rapidement et qu’un retard de chantier eût été constaté, outre une relative dégradation de la relation liée à une interprétation par trop littérale (voire juridique) des pièces du marché. Il est clair qu’ici, la notion d’objectif commun a primé sur le reste.

Respect des normes de sécurité

15Parmi les nombreuses cordes de l’arc du restaurateur figure celle du gardien de la réglementation en matière de sécurité et de protection de la santé, notamment auprès de ses collègues membres du groupement. En effet, si son intervention ne s’inscrit pas dans le cadre des règles fixées par le Code du travail, en revanche il est indispensable qu’il respecte un certain nombre de mesures, par exemple en portant les Équipements de Protection Individuelle (EPI), ou en ne modifiant pas les échafaudages réceptionnés. La maîtrise d’œuvre a d’ailleurs, dans le cas du chantier de la synagogue de la Victoire, sollicité l’expertise d’un CSPS pour veiller au bon respect par les restaurateurs des questions de sécurité et pour conseiller aux acteurs du projet les meilleures modalités d’intervention. Si l’intervention d’un CSPS est vécue au départ par les restaurateurs comme une contrainte imposée par une administration tatillonne, en revanche on a vu plus haut que ses avis ont aussi leur intérêt et que la qualité de la relation se construit dans la durée.

16Dans le cas du présent chantier, un volet important concerne l’électrification des luminaires. Considérant le danger inhérent aux installations électriques et les normes en vigueur, la maîtrise d’œuvre s’est entourée d’un BCT qui a pour tâche de conseiller puis de valider le travail des restaurateurs. Dans un premier, temps, ces derniers exposent leur protocole d’électrification : raccordement, passage des fils, boîtes de dérivation, diamètre des fils, mise à la terre. Lorsque le BCT évoque certaines normes électriques qui imposent le recours à une certaine taille de fils, plus importante que celle prévue, les restaurateurs peuvent souligner que les luminaires ne peuvent être modifiés en raison de leur protection au titre des Monuments historiques. Ainsi préparée en amont, et ajustée par le dialogue entre les parties, la validation de l’électrification ne pose guère de difficultés (fig. 4).

Fig. 4. Câblage électrique d’un lustre 

Fig. 4. Câblage électrique d’un lustre 

Raccordements dissimulés dans les tourelles.

© Nicolas Imbert, 2014.

Autour de l’objet : le débat d’idées

Un luminaire n’apporte pas n’importe quelle lumière

  • 7  Sur la notion d’authenticité rapportée à la question des luminaires, voir MAITRE, C., « Procédure (...)

17D’emblée, il faut souligner que la restauration ne peut retrouver la qualité d’éclairage d’origine, lorsque le mobilier avait été conçu au gaz. En effet, l’électrification ayant été pratiquée très tôt au XXe siècle, le débat sur l’intensité lumineuse, la température de lumière ou la forme des ampoules ne peut rendre possible un retour à une authenticité qui serait factice et il aura une dimension appréciative que les participants au chantier se doivent d’argumenter du mieux possible, en fonction de leurs intérêts respectifs7.

18Ainsi, même si le chantier n’est pas un projet d’éclairage global de l’édifice, le choix de la lumière souligne les différences d’approche entre l’affectataire d’une part et la maîtrise d’œuvre et la DRAC d’autre part. Si tous les acteurs étaient favorables au remplacement des lampes à incandescence par des LED, en revanche l’affectataire réclame de disposer d’une lumière abondante durant les offices afin d’améliorer le confort de lecture des pratiquants, alors que les seconds préconisent un éclairage modeste fondé sur le constat que de larges baies apportent déjà un éclairage suffisant à l’édifice, et une forme d’ampoule convenant à l’esthétique du luminaire. Les restaurateurs sollicitent donc des entreprises capables de fournir des ampoules dont la forme, la puissance lumineuse et la température de lumière sont validées par le comité de suivi et l’affectataire.

  • 8  Le fournisseur est l’entreprise Sky-Led.

19Sur la base de nombreux tests in situ, les restaurateurs sont finalement en mesure de présenter des ampoules en forme de flamme stylisée et dont la couleur blanche est conforme aux souhaits de l’administration des Monuments historiques ; la forme du globe, par ailleurs, permet d’éclairer aussi vers le bas, ce qui convient aux usagers de l’édifice. Le produit n’existant pas sur le marché actuel, une commande spécifique est passée à un fournisseur en quête de nouveaux marchés et désireux de s’adapter aux préconisations du chantier8 (fig. 5).

Fig. 5. Chandelier en menorah sur un lustre de la galerie des dames 

Fig. 5. Chandelier en menorah sur un lustre de la galerie des dames 

Les ampoules neuves, les chandelles en verre, le dispositif d’électrification.

© Nicolas Imbert, 2014.

Importance des analyses de laboratoire

20Lors du démontage, le restaurateur met en évidence, dans les parties abritées des torchères, des matériaux métalliques inattendus à l’état de surface remarquablement préservé. Un doute subsiste cependant sur la nature précise de ceux-ci. Il a l’idée d’inviter le Laboratoire de Recherche des Monuments Historiques (LRMH) pour les identifier. L’intervention met en évidence une couche de nickel pur sur ces surfaces. Ce type de dépôt, aujourd’hui banal, constitue un procédé révolutionnaire à la fin du XIXe siècle. Avec le développement de l’électricité, la métallisation par voie électrolytique se développe et donne lieu à de multiples expériences. Ces torchères peuvent être interprétées comme des objets high-tech, où l’entreprise de lustrerie montre son savoir-faire. Malheureusement, le procédé mal maîtrisé a conduit à une dégradation rapide et une disparition presque totale de cette couche décorative sur des surfaces visibles (fig. 6). Cette découverte importante donne lieu à une inflexion fondamentale de la méthodologie de restauration prévue dans le marché : d’un nettoyage suivi par la pose d’une cire teintée, adapté aux parties les mieux conservées, il est proposé de passer à une phase d’électrolyse beaucoup plus radicale – et onéreuse – qui permettra de restituer l’esprit et le sens de ces objets.

Fig. 6. Torchère de la tribune

Fig. 6. Torchère de la tribune

Avant le démontage et nettoyage.

© Nicolas Imbert, 2014.

Le débat sur le parti de restauration

  • 9  Identification non destructive des éléments par micro-fluorescence X

21Suite à l’analyse9 réalisée au tout début de la restauration par Mme Annick Texier, responsable du pôle métal au LRMH, il est envisagé de restaurer les torchères en adoptant un parti non réversible et assez interventionniste qui consiste à leur redonner leur polychromie d’origine (vernis simili-or sur laiton poli, nickel, fonte) en déposant par électrolyse une nouvelle couche de nickel sur les surfaces qui avaient reçu ce traitement. Deux débats fondamentaux s’instaurent alors avec la maîtrise d’œuvre et la DRAC et montrent combien la restauration suppose une capacité de compromis et d’adaptation selon les circonstances.

22Tout d’abord, le nouveau traitement par électrolyse crée un hiatus entre l’appréhension des diverses parties des torchères : alors que les surfaces en laiton vernissé sont traitées avec un simple nettoyage suivi de la pose d’une couche de cire teintée, dans une logique minimaliste, comment serait-il possible d’opter pour la reconstitution d’un état de surface artificiellement vieilli après dépose d’une nouvelle couche de nickel ?

23Dans un second temps, après examen d’un échantillon présentant diverses nuances de traitement (fig. 7), une partie du comité scientifique est réticente devant l’éclat des couleurs ainsi reconstituées alors qu’une couche de patine sombre harmonisait jusque-là l’ensemble. La question posée alors est celle de la période à laquelle se référer pour les traitements de surface : s’appuiera-t-on sur les examens scientifiques et les sources historiques qui témoignent de l’état d’origine ? Optera-ton pour un état intermédiaire esthétiquement plus neutre ?

Fig. 7. Élément de torchère de la tribune

Fig. 7. Élément de torchère de la tribune

 Après nettoyage du laiton (parties dorées) et traitements différenciés des tubes nickelés.

© Marc Verdure, 2014.

  • 10  Un dépouillement rapide des comptes-rendus de la recherche scientifique dans la presse contemporai (...)

24La première question est tranchée lors de débats en réunion de chantier : les restaurateurs démontrent que, si l’état de surface du laiton vernissé, même usé, reste tout à fait convenable et lisible, en revanche celui des parties nickelées exposées à l’air est cratérisé et illisible : le placage métallique complètement oxydé s’est transformé en produits de corrosion verdâtres et grumeleux ; ils soulignent aussi l’importance des témoignages matériels offrant des éléments de réponse assez probants. Pour eux, aucun autre procédé que celui, électrochimique, de nickelage ne permet de retour à un état de présentation satisfaisant, en respectant au mieux le calendrier, mais en dépassant quelque peu l’enveloppe budgétaire du marché. De son côté, la maîtrise d’œuvre a identifié un certain nombre de documents historiques accréditant la thèse que ce type de torchères répondait à un goût attesté à la fin du XIXe siècle pour les assemblages polychromes de métaux et pour les expérimentations de dépôt électrochimique10 ; un autre appui méthodologique avait aussi été trouvé chez Cesare Brandi : le sacrifice de la consistance matérielle d’un objet est possible si son état l’exige, et l’intervention sera dictée par l’instance esthétique plutôt que par l’instance historique, celle-ci étant de toute manière bien documentée par les analyses de laboratoire.

25La somme de ces avis aboutit à reconstituer un état qui serait celui d’aujourd’hui si toutes les surfaces avaient vieilli de façon homogène : les parties en laiton verni-or, qui présentaient un aspect « patiné », sont peu retouchées ; les restaurateurs se sont alignés sur cet état pour déterminer la reconstitution de celui des éléments nickelés (aspect « nickel vieilli »). Seule la fonte, à l’état de surface illisible, a été décapée et doit avoir plus ou moins retrouvé son aspect d’origine… Dans l’ensemble de ce débat, il faut souligner que les restaurateurs présentent la polychromie de cet objet comme rare et inattendue, créant ainsi une certaine excitation au sein du comité de suivi (Fig. 8).

Fig. 8. Torchères de la tribune

Fig. 8. Torchères de la tribune

Après restauration.

© Marc Verdure, 2014.

Objet d’art ou simple luminaire : le débat esthétique

26Les luminaires sont bien souvent considérés comme des objets exclusivement fonctionnels, un peu comme les cadres des tableaux dont la valeur patrimoniale et esthétique serait moindre. Or, il est évident que cette restauration inclut également ces dimensions et qu’un compromis entre elles doit être recherché. Les participants du projet se divisent ici plus ou en moins en deux catégories selon les valeurs patrimoniales qu’ils prêtent aux luminaires et les restaurateurs doivent s’adapter à cette interaction. Ainsi, l’affectataire voit surtout dans les luminaires des objets utiles qui devraient posséder les mêmes qualités que les éclairages neufs ; il est aussi surtout préoccupé, fort naturellement, par l’enjeu liturgique au sein duquel la lumière possède une symbolique particulière. De leur côté, la COARC et la DRAC sont attachées aux valeurs esthétiques et historiques des objets, ainsi qu’à leur relative rareté et leur ancienneté. Par corollaire, alors que la maîtrise d’œuvre et la DRAC sont favorables à une retouche colorée minimaliste sur les lustres usés, l’affectataire est plus enclin à une retouche importante, pour atteindre un état de surface quasi neuf, très brillant. Les restaurateurs offrent alors un aperçu, sur plusieurs lustres, de niveaux de retouche variés, depuis celle, quasi archéologique et minimaliste jusqu’à celle qui fait ressembler le lustre à un objet en plastique. Grâce à ces exemples, le débat entre les deux parties aboutit à un compromis qui satisfait l’ensemble des intervenants : les lustres situés dans la tribune des dames disposant d’un éclairage naturel (à l’est) sont peu retouchés car ils réfléchissent la lumière, alors que ceux situés dans les tribunes aveugles (ouest) le seront davantage. Il faut tout de même signaler que cet écart de retouche entre les deux ensembles reste quasi invisible à distance. Toutefois, ce débat rejaillit au sein du groupement de restaurateurs dans lequel certains membres estiment que la seconde proposition entraîne une retouche trop exagérée. Le mandataire, partisan des décisions collégiales prises à l’issue de débats constructifs, se doit néanmoins de trancher dans le cas où un accord n’est pas trouvé afin de proposer au collège de suivi une solution ou une orientation univoque.

27D’une manière générale, le débat sur la retouche colorée des lustres et des torchères peut être ramené à une alternative entre la restauration d’un objet d’art et celle d’un objet utilitaire situé dans un Monument historique. Le premier cas est illustré par le parti de restauration des torchères : devant un objet unique, rarement attesté, on a privilégié l’intervention esthétique et la reconstitution, comme on l’aurait fait sur un objet d’art précieux. Dans le second cas, sur les lustres de la tribune des dames et ceux du rez-de-chaussée, on a davantage insisté sur la remise aux normes électriques et sur le nettoyage, certes un peu plus poussé, d’un objet assurant une fonction d’éclairage. Dans les deux cas toutefois, le rôle des restaurateurs aura été de confier les éléments de choix aux décideurs (maîtrise d’œuvre, DRAC, affectataire) et de laisser juger sur pièces, en soulignant objectivement les enjeux financiers, techniques et matériels des choix effectués.

Conclusion

28S’intéresser aux luminaires de la synagogue de la Victoire présentait ainsi une double perspective stimulante, au point de vue scientifique et technique.

29Tout d’abord, la remise en état de luminaires, i. e. leur réélectrification, pose un certain nombre de questions techniques d’accessibilité, de sécurité, de qualité d’éclairage, qui requièrent l’intervention de spécialistes. Les restaurateurs, même disposant des compétences requises pour la mission, ont rencontré avec profit les professionnels chargés des moyens d’accès, du contrôle électrique et de la santé au travail. La réussite de la restauration est conditionnée à la bonne qualité de l’échange, dans lequel la maîtrise d’œuvre joue le rôle capital de facilitatrice en donnant le cadre d’intervention et les impulsions nécessaires.

  • 11  FEDERSPIEL, E., « Les luminaires de l'église Notre-Dame-de-la-Croix », dans http://www.paris.fr/lo (...)
  • 12   Cf. par exemple un lustre d’église par Paul Abadie pour la coupole centrale de la cathédrale Sain (...)

30Ce chantier était aussi l’occasion de remettre en valeur le travail de l’entreprise Lacarrière Delatour & Cie, que l’on avait pu déjà apprécier lors de la restauration des lustres de l’église Notre-Dame de la Croix (Paris, 20e arrondissement)11. À ce titre, ce chantier a souligné la capacité de cette entreprise à adapter un même modèle de lustre au type de commanditaire. Ainsi, pour la synagogue de la Victoire, la couronne de lumière néo-gothique, fréquemment utilisée dans la lustrerie d’église12, est dotée d’attributs spécifiques : étoiles de David et chandeliers en menorah. On a montré aussi l’originalité de la composition polychrome des torchères, véritables objets d’art en phase avec les recherches scientifiques du temps sur les meilleurs procédés électrolytiques. D’une manière générale, ce chantier rappelle encore l’intérêt des travaux sur les moyens d’éclairage des édifices parisiens à la fin du XIXe siècle.

Top of page

Notes

1  La synagogue fait l’objet d’un classement au titre des Monuments historiques par arrêté du 11 décembre 1987 (référence Mérimée PA00089001). Les lustres sont des immeubles par destination.

2  Imbert, D., « Torchères monumentales de synagogues », dans Icônes et Idoles, regards sur l’objet Monument historique, Arles, Actes Sud, 2008, p. 370-371.

3  Le groupement Nicolas Imbert est composé des personnes suivantes : Laura Caru, Anne-Marie Geffroy, Ryma Hatahet, Amélie Méthivier, Bruno Perdu. Tous sont restaurateurs indépendants diplômés des écoles reconnues au titre de la loi musée de 2002.

4  Le rapport d’intervention est consultable sur rendez-vous à la documentation de la Conservation des Œuvres d’Art Religieuses et Civiles de la Ville de Paris (COARC), 55 rue des Francs-Bourgeois, 75004 Paris, tél. : 01 42 76 82 12 ou 13.

5  Archives de Paris, V2M34 (1).

6  On a pu retrouver un état des travaux effectués par la Société Openstein frères en 1947-1948 concernant le « rééquipement de lustres, candélabres et appareils divers » ainsi qu’une correspondance de 1973 appelant à la remise aux normes de l’installation électrique « vétuste qui devient de plus en plus défectueuse » (archives de la COARC, carton « Synagogue de la Victoire »).

7  Sur la notion d’authenticité rapportée à la question des luminaires, voir MAITRE, C., « Procédure méthodologique pour la remise en fonction de luminaires », dans CeROArt[en ligne], 2014, mise en ligne le 19 février 2014, consulté le 14 avril 2014. URL : http://ceroart.revues.org/3908.

8  Le fournisseur est l’entreprise Sky-Led.

9  Identification non destructive des éléments par micro-fluorescence X

10  Un dépouillement rapide des comptes-rendus de la recherche scientifique dans la presse contemporaine spécialisée donne déjà des indications évocatrices sur le seul processus de nickelage: Figuier, L., Les grandes inventions, p. 151-155 ; id., L’année scientifique et industrielle, Paris : Hachette, 1879, p. 411-412 ; ibid., 1892, p. 151-153 et 424-425.

11  FEDERSPIEL, E., « Les luminaires de l'église Notre-Dame-de-la-Croix », dans http://www.paris.fr/loisirs/culture/realisations/les-luminaires-de-leglise-notre-dame-de-lacroix/rub_10123_stand_109969_port_25402.

12   Cf. par exemple un lustre d’église par Paul Abadie pour la coupole centrale de la cathédrale Saint-Front de Périgueux, cité par LAROCHE C., « Les enjeux multiples de l’architecture religieuse du second XIXe siècle en France : un essai de litanies », dans In Situ [En ligne], 11 | 2009, mis en ligne le 22 juillet 2009, consulté le 30 août 2014. URL : http://insitu.revues.org/4422 ; DOI : 10.4000/insitu.4422.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1. Ensemble des luminaires de la synagogue de la Victoire (Paris, 9e arrondissement)
Caption  Au premier plan, les torchères de la tribune.
Credits © Nicolas Imbert, 2014.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/4520/img-1.jpg
File image/jpeg, 7.5M
Title Fig. 2. Intervention in situ
Caption Démontage in situ des torchères de la tribune.
Credits © Nicolas Imbert, 2014.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/4520/img-2.jpg
File image/jpeg, 116k
Title Fig. 3. La structure d’échafaudage préparée pour les torchères de la tribune
Caption Vue depuis la nef.
Credits © Nicolas Imbert, 2014.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/4520/img-3.jpg
File image/jpeg, 420k
Title Fig. 4. Câblage électrique d’un lustre 
Caption Raccordements dissimulés dans les tourelles.
Credits © Nicolas Imbert, 2014.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/4520/img-4.jpg
File image/jpeg, 156k
Title Fig. 5. Chandelier en menorah sur un lustre de la galerie des dames 
Caption Les ampoules neuves, les chandelles en verre, le dispositif d’électrification.
Credits © Nicolas Imbert, 2014.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/4520/img-5.jpg
File image/jpeg, 152k
Title Fig. 6. Torchère de la tribune
Caption Avant le démontage et nettoyage.
Credits © Nicolas Imbert, 2014.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/4520/img-6.jpg
File image/jpeg, 200k
Title Fig. 7. Élément de torchère de la tribune
Caption  Après nettoyage du laiton (parties dorées) et traitements différenciés des tubes nickelés.
Credits © Marc Verdure, 2014.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/4520/img-7.jpg
File image/jpeg, 84k
Title Fig. 8. Torchères de la tribune
Caption Après restauration.
Credits © Marc Verdure, 2014.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/4520/img-8.jpg
File image/jpeg, 142k
Top of page

References

Electronic reference

Nicolas Imbert and Marc Verdure, « L’exemple de la restauration des luminaires de la synagogue de la Victoire », CeROArt [Online], 10 | 2015, Online since 25 March 2015, connection on 12 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/ceroart/4520

Top of page

About the authors

Nicolas Imbert

Nicolas Imbert est titulaire d’une maîtrise de science et techniques en conservation-restauration des biens culturels, section sculpture (Université Paris I, 1995). Il traite couramment les sculptures de tout type (statuaire en pierre, plâtre, terre cuite, statuaire en métal, objets d’orfèvrerie). Il propose également de nombreuses activités annexes à la restauration : coordination des opérations de manutention et de bardage sur des œuvres de toutes natures, moulages, intervention sur les systèmes électriques, lumineux ou cinétiques (mise en conformité, remplacement d'éléments défectueux…). Il effectue chaque année plusieurs enseignements autour de la conservation-restauration du métal (travaux pratiques et cours théoriques) au sein du Master de Conservation– Restauration des Biens Culturels (Université Paris I), de l’Institut National du Patrimoine et de l’École du Louvre.

Marc Verdure

Marc Verdure est archiviste-paléographe (2002) et diplômé de l’Institut National du Patrimoine dans la spécialité Inventaire (2006). Chef du Service Patrimoine Musées Mémoire au Conseil Général du Pas-de-Calais (2006-2011), il a travaillé à la Conservation des Œuvres d’Art Religieuses et Civiles de la Ville de Paris (2011-2014). Autant à Paris que dans le Pas-de-Calais (où il a aussi exercé la mission de Conservateur des Antiquités et Objets d’Art), il a été responsable de nombreux chantiers de restauration d’objets mobiliers ou de décors protégés au titre des Monuments historiques et a organisé des expositions de présentation de ce patrimoine. Il a également publié plusieurs recherches relatives au patrimoine monumental et décoratif de l’entre-deux-guerres.

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals