Skip to navigation – Site map
Dossier

Autour d’un Outrenoir de Pierre Soulages

Réflexions sur le management collaboratif
Pauline Hélou-de la Grandière and Amandine Meunier

Abstracts

Collaborations in conservation are frequent but are mostly organized empirically: a methodology is proposed here, using medecine and management’s tools. This paper provides an opportunity to revisit this particular exemplary experience in terms of the necessary coordination and interdisciplinary collaboration.

Top of page

Full text

Les auteurs remercient Pierre et Colette Soulages pour leur confiance et leur soutien pour la présentation des œuvres.

Nous remercions également toutes les personnes qui se sont rendues disponibles pour faciliter ce travail au moment de l’ouverture du Musée Soulages, les commissaires de l’exposition Outrenoir en Europe. Musées et fondations Benoît Decron et Pierre Encrevé, et toutes les personnes physiquement engagées, précises comme des « petites mains » et efficaces comme des « gros bras», Dan McEnroe, assistant de Pierre Soulages, Mathieu Albouy, Laurent Monteillet, Guillaume Pons, Pierre Susinni (Artprotec) et Marie Zdyb. Nous remercions également Marie Lozón de Cantelmi et Michel Hilaire (Musée Fabre, Montpellier), et l’ensemble des équipes du musée Soulages dont le soutien et l’implication dans toutes les opérations pour l’ensemble des interventions au cours de l’ouverture du Musée Soulages ont été essentiels.

Introduction

1Les collaborations du restaurateur avec d’autres disciplines sont fréquentes, c’est même une pratique quotidienne du métier, puisque nous employons et détournons des matériaux divers et dialoguons avec des artistes, des architectes, des conservateurs, des restaurateurs d’autres disciplines, des régisseurs et installateurs ou tout autre personnel lié aux collections. Au-delà du dialogue avec ces divers interlocuteurs, le travail conjoint et collaboratif est plus complexe, mais il peut entraîner de beaux aboutissements, loin des conflits d’intérêts ou des guerres d’ego que l’on pourrait redouter.

2La réussite de ces expériences relève souvent d’une méthodologie établie au cas par cas et par empirisme ; le renouvellement fréquent de ces expériences permet cependant d’observer les situations où le travail a été particulièrement bien conduit, les bonnes conditions d’exécution entraînant la plupart du temps des résultats satisfaisants pour les œuvres.

3Une esquisse de méthodologie pratique est ici présentée ; elle est la résultante d’un cas concret dont nous décrirons la problématique. Celui-ci démontrera à quel point une approche méthodique et coordonnée est nécessaire dans des situations où les conditions de travail sont des plus complexes, imposant en outre de très courts délais d’exécution. Elle permet de rester concentré sur l’objectif du travail en commun: exposer une œuvre en conciliant la présentation et la conservation.

Fig.1 Collaboration autour d'un Outrenoir de Pierre Soulages

Fig.1 Collaboration autour d'un Outrenoir de Pierre Soulages

Derrière l’œuvre : Trois pratiques différentes et complémentaires

Crédit photographique: Amandine Meunier

Une méthodologie nécessaire pour un travail pluridisciplinaire réussi

4Dans un travail pluridisciplinaire, chacun des acteurs étant compétent, aucun ne peut apparaître supérieur : s’il n’y a pas de hiérarchie, il existe des visions variables et la difficulté du travail pluridisciplinaire réside surtout dans l’interprétation de ces différents regards.

S'inspirer du Management des soins de santé ?

  • 1  Source : Haute autorité de Santé. Réunion de concertation pluridisciplinaire, mai 2014 (consulté l (...)

5La méthode développée en médecine est de ce point de vue exemplaire, notamment dans le cadre des réunions de concertation pluridisciplinaire (particulièrement développées pour le traitement des cancers).  Dans ces réunions de spécialistes, les médecins désignent un coordonnateur (qui n’est pas le spécialiste le plus éminent, mais celui qui est le plus à même, pour des raisons pratiques, à coordonner les informations), un secrétaire qui consigne les éléments de la réunion de concertation, la traçabilité des décisions, les références scientifiques utilisées et le nom du médecin référent.1 Le terme de réunion de « concertation pluridisciplinaire » utilisé paraît particulièrement bien choisi pour désigner cette organisation autour d’un chef d’orchestre et de plusieurs solistes.

  • 2  Source : Méthodologie empruntée au groupe de travail cool@work (Prévention du risque alcool en ent (...)

6En Management, on parle de « Qualification du besoin » qui permet aux groupes de travail pluridisciplinaire d’entamer leur réflexion par cette question : « Pourquoi sommes-nous réunis ? » ; cela conduit ensuite à un « Audit »  qui permet de dessiner un « Plan d'action ».2 Lors de ces réunions collaboratives, les managers insistent sur l’absence de subordination entre les différents acteurs et « l’animateur », chargé de recentrer les actions.

7Quelque soit le chemin et le lexique, ces méthodes montrent qu’il importe d’une part de bien définir l’objet de travail en commun, et d’autre part de désigner une personne capable de coordonner les actions en dehors de tout lien de subordination, ce qui, adapté aux métiers du terrain de la conservation, pourrait aboutir à l’organisation telle que décrite ci-dessous.

Définition des parties prenantes

8Pour un travail collaboratif de plus de trois personnes il importe de définir qui collabore sur l’œuvre, en recensant les personnes qui vont être amenées à intervenir, même pour un temps jugé très court ; le document comporte également l’intitulé du métier de chacun, et éventuellement son numéro de téléphone portable. Cette liste ne paraît pas superfétatoire, puisque les équipes éphémères doivent très rapidement être capables de travailler ensemble, comprendre les compétences de chacun, et communiquer efficacement (il peut arriver par exemple que l’usage de surnom créé la confusion). Cela permet surtout aux personnes non intégrées aux équipes (c’est le cas d’un restaurateur indépendant intégré momentanément dans une équipe de musée) de mieux comprendre les missions et compétences et de connaître les personnes qui pourraient agir sur certains aspects techniques. La constitution de cette liste préalable présente deux atouts : elle réunit tous les acteurs (les décisionnaires et les exécutants) et elle permet de définir le « qui pour quoi ? », qui s’avère essentiel dans le « decision making » qui suit. Enfin, cette liste de tous les acteurs est l’occasion de définir un coordonnateur.

Désigner le coordonnateur

9 Il est difficile a priori de désigner le coordonnateur de ces opérations. Son rôle est de lier les exigences de présentation (définies par l’artiste et/ou toute personne sensibilisée aux œuvres d’art : conservateur, commissaire d’exposition ou propriétaire de l’œuvre, restaurateur), les exigences de conservation (définies par le restaurateur, le conservateur, le régisseur, l’artiste), les contraintes techniques d’exposition (définies par le régisseur et tous les techniciens travaillant autour de l’œuvre, éclairagistes, agents de sécurité, etc.) et enfin les contraintes techniques intrinsèques à l’œuvre (définies par l’artiste, son assistant, et/ou le restaurateur).

10Le coordonnateur peut varier suivant les expériences requises, mais le régisseur paraît souvent être le bon interlocuteur puisqu’il est en dialogue familier avec tous les intervenants sans avoir de lien hiérarchique : l’absence de lien de subordination vis-à-vis des acteurs est très importante.

Réaliser le constat d’état et en partager les conclusions

11Avant toute intervention sur l’œuvre, le restaurateur réalise un constat qui conduit au diagnostic. Il ne s’agit pas de reprendre le constat d’état contradictoire à la suite du transport (ce n’est donc pas un constat que le régisseur réalise), mais bien d’effectuer un diagnostic, qui est un moment de prise de recul sur l’état de l’œuvre et les causes de dégradation, ainsi qu’une documentation essentielle. Ce point de départ reste primordial pour l’œuvre. Le restaurateur doit réussir à partager ses conclusions avec ses interlocuteurs; cela constitue une entrée en matière pour les choix réalisés ensemble. C’est la présentation de ce constat aux autres membres du groupe de travail pluridisciplinaire qui entame la concertation. Cette présentation pourrait paraître étonnante pour l’artiste et son assistant par exemple, mais il s’agit également de présenter une méthodologie propre au métier de la conservation, qui peut parfois paraître antinomique aux métiers de la création. Pour le restaurateur, partager les conclusions d’un constat d’état demande également un vocabulaire précis et compréhensible, et un effort important vis-à-vis des différents acteurs: en effet, la pratique de la restauration est en général discutée avec le conservateur ou le régisseur (interlocuteurstt bgisseur e> leisseur (interlasée avec lepour lonnateur peus à intervenir, >tsit decis ele rét, et/ou le restaurateur).  ant autour de lation, tre personnel

Réalis5r le constat s et définir les limites d’intervention

11Avant toute intethodologt définir les limites d’intervention
de recus et ppavail pluridiques, de coinir lero de télstat det de coonseffectude hintin-estacceptui peut une aui ’œu de dégradue leffin ses staura>10Le coordonnateur3on pourraprimordré sur l"toole à cooègle, comfin les corsonnesbulipuluration ur l"sentatir médecine eail pluriditte lishron de la rs de l’ouverture reatioel sur let par eéussrations. Son rvra"toole r les limites dtion para, densant les personneef choix x atoméheagit égal

Réalis6r le constat tions

11Avant toute intepluridisGrâcempirishie à co actieset par s par let ppavle, eass=ntes acteurphason > psant les persoes de le u choation, avleet de ,dré suérende plus de tudethoderiver pa.ollabst e . Pour le être cn temps juin met dode mus, opérations. Son œuver ce travues, À"toole r le
er efficac toutes lrationtanémeca rs de l’ouhié

Réalis7r le constat un rapport d’intervention

11Avant toute inteeloppéeS eonse. Ce point denaire résis intter-ideffecis - anémentv> se un /a>
seintervin duesobjerdonnffic sur l, Da aui et « ldisciplissente dust le niqu commmdiv>o coneass et makingCogique
11Avant toute inte6peut varie , trages a eonsf les outilrées> :div class="textIcon">

Fig.1 Collaboration autoTts pir1mage/4545/img-1-small580.jpg" rel="ico2Set">Fig21 Collaboration autoTts pir1IconAccessZoom2Original (jpeg, 222k) 08

Fig.1 Collaboration autoTts pir2mage/4545/img-1-small580.jpg" rel="ico3Set">Fig31 Collaboration autoTts pir2IconAccessZoom3Original (jpeg, 232k) 108

11Avant toute inte7loppée ensean sees> le pré on de rev pour point de ves ila href="1613">mé ? la co: s’il ntatontrera nation et de réfablie au cas par cas ion est

Introdu3hodologie nér d’un Outrenoir de Pierre Soulages Une mtexte de l'iontextion 

1  Source : Haupluridis « conces> de recièremen de ces daccept’ornglosaxuvreerreStakeholde

6En Managemen1collaborÀ métiniesh , esée Soulages ont étsoutien et l’i paRodezpluridis par le régis613ugurangées et fondations Benoît Decron et e desref="#ftn2" id="bodyftn2">2 L3rs de ces ré3au3hotych la présentdépart ret makingu Musée Soul d’Objets errePetont 162 x 724 cmemenus1986’av: sts en até essenl’eée emble des e reuffe pouteur. de Pisoutienterv e perremen-ci démontrera xposer une œuvre en : en effet, la ref="#ftn2" id="bodyftn2">2 L4rs de ces ré4auplua>e hiet/ou le aurateur). e d’exposition ou propriétaire de l,urstt bgisse ,sir à partageruh2>te. Lin varre personnel travutour de l

11Avant toute inte9loppéeS eoes pour less membrièrement bien c travail e - Pauvres.

tifiques t lien d unet’. Alur ce'ment suef= ’étance recd paspectarchi bien c Lind ,ssie au métier de la corera xremtux atouts ur let n c at dix xl pa.op class="texte" dir="ltr53>S'ins3irer du Mutrenoir de Pierre Soulages
  • 1  Source : Haueloppée 00;">. Ewigloppée 011, p. 102.

6En Managemen20s du restau de Psierre SoulagesCrnner tsit dDecrstaou enternfusion)fbraslttiq ,ssculairif on de ce cgrâcempirmageséthodu /em> ntrer lise), ague dlisériencpsant t surfaion visde dégradatimusionsvalens et « l’anfinies lassuradation, ara, dficulté du tra t bgtiest makina réalis. Aion tifiquire qus arnngourques,sur lae lesa ces divee 7 mèt ,sémfiticatiostit oonsefglses sta rdination ig.rnfusio « s href="#ftn2" id="bodyftn2">2 L5rs de ces ré5aueloa>/div>

Fig.1 Collaboration autour d 2lages

Fig41 Collaboration autour d 2lages</p><a href=Zoom4Original (jpeg, 242k)
56

Derrière l’œuvre : Petont 162 x 724 cmemenus1986éenl’e

Crédit photographique: Amandine Meunier

T Mut frionsaveyrti.et 2k)

Défi3ition des parllation ? La présentation comme élément constitutif de l’œuvre
  • 1  Source : Hau6hodologie mir lonrimordonsMünobjecons2006numé Vale la pns2007tilisii pae ceslonlonCteurs Pt cidou ens2009-2a>
  • 6
1  Source : Hau7hodologie Albouy, Laurent f= nista00;">. Eersonneloppée 009, p.2#.

6En Managemen2rvention/h1> ac at lonrimordutamecine par le régis peut ,ravailles persoes dea résultante) de misa’unntur désign/p>< m et csolrquelaDecrs pour/p> faion par l’artirise de rebe, cnumérsécué href="#ftn2" id="bodyftn2">2 L6rs de ces ré6au6hode «syst ement usécuriuvrara, delopp ray. Musée Se dliséoratifluridiscisurfaionpetou le réague dlisnous réIciuipesgismétier t ve">lurs dea iration mptlement de ple plu l dans udont nvisde dégrad(…)all" href="#ftn2" id="bodyftn2">2 L7rs de ces ré7au7hoa>/div>

  • 1  Source : Hau8loppée 00;">. Eersonneloppée 009, p.2#.
1  Source : Hau9hodologie C= nista00;">. Eersonneloppée 009, p.2#ftn1"trav d’ore rP.y, Laurent Pé s 009).

6En Managemen2thodologDmakingsn d’Objetsvle, eass=ntet sur lrvateur,p> a résultani padateurc étsor,cgrâcemdiveeau2 L8rs de ces ré8au8loa>e ; acteur at d padateurc étsor sonnesrs: es réhors deréetts pixte quebles etion vichosesall" href="#ftn2" id="bodyftn2">2 L9rs de ces ré9au9hoa>/div>

  • 1  Source : Haur peut vaa00;">. B nloppée 010.

6En Managemen23loppéeS eerlocuteur lrvateur,p> a résultaniloncteurs >polchniquâtions eur lsigner une peare précis e lièrementod’effecture au mat d padateurc étsor href="#ftn1" id="bodyftn1">1 Le0 terme de réu0arator"> div>

poler litat te) dc polement dancluar letsécuri,ut parulens orte et crain Dns de concinir lment constituhniquâtio,catiostit oil peut e ntodsurtro aui et rvateure dessiv>
  • 1  Source : Haur1hodologie Albouy, Laurent hargEeursdans re rTnstananoirajecall",te) derreL coneicationcret makint, et/étXXtio

6En Managemen24vention/h1> href="#ftn1" id="bodyftn1">1 Lee terme de réu1aur1hoa>/div>

  • 1  Source : HaurthodologiCearch"ement"4549">polcremtudéj pa lièremen paHus"Sea(1966) de ksta(1974)t Modrida(1975nir, Ssèq-Ea>

6En Managemen2eloppéePe, et de mus, dns de 1 Leors de ces ré 12loa>/div>

Fig.1 Collaboration autour d 3ie Retrava Soulerre Soulages

ge/4545/img-1-small580.jpg" rel="ico5Set">Fig51 Collaboration autour d 3ie Retrava Soulages</p><a href=Zoom5Original (jpeg, 252k)
1.3M

Derrière l’œuvre : Retrava div>oegradsuspfacilus les hiem̂u travair l/muniq

Crédit photographique: Amandine Meunier

an class="familyNaLa andine

Désignuvre <>L'œuv

  • 1  Source : Haur3on pourartager par le régis/em>ées et fondations Benoît Decron et e de (erre pon iQualif00;">. Cette présentatSend" hr0;">. Cette présenta)Send" hre

6En Managemen26peut varde dégrad href="docannexe/iuvrentterv>on, et d condtt seerrePetont 162 x 724 cmemenus1986’av,es dea rltant; lorroprcis elté essentiels. 1 Le3rs de ces ré id13loa>/div>

6En Managemen27hodologI présenter>de Pi de Plages

81 x 362 cm). Il estugue», Dan  ldisciplisnt, esentatconfusinhâurat,r de4549">pold padateurc étsor aticissuspfa suitdiveeauuâtiotte litat aux autres memhâurat "sentatour (ensoutienteurs)/s lesuspfa suitdiveeauuâtiot (enspoint rapris)/sante pour l’arti à l’œuvrepolc pourmiqu Dans ceslonrimor. Aion tifent"4549">polc imntpelliidiscipPetont 162 x 724 cmemnovail p1996,Réal1ser le constaervation : un délicat équilibre
4Dans un travail 28loppéeExaiorb nistaoel sd nies par l’arti,d rev fusio «aurateur). tod’effectureacteur fu Mu eu dialogue publra xer), et l’ensemble des Agglom de lier)un eff/a>10Le coordonnateu29hodologCesn /a>ques dapaf= s rs de l’ouhié,p> dûeur pui d’uBenoît jauuBenoîn urfitiooccasieux compste le pff/a>Réalis1rer du Maname
11Avant toute int3 peut variev recullctiea rests réh /aeaue de (toiunr. tfaciluc tousnoy e-psant les persoux pesr. Réalis1tion des parti/a>
11Avant toute int31hodologsairlisieies cisiaa suitntinour puiest la pecgrâcempixspaourquus à mteur fcabulairde plus de tcourtps="foeues utilisé, le ra>11Avant toute int3thodologAppablemétiniesons o inaibatconfusauutour archi in dconu le prtes discutevtionvaria: s’il se), mav 10Le coordonnateu33ollaborÀ oel sur l/div> , conrateur avec dnt bien c at dix  ldisciplphémèreour l’enssdiv> estauer l’ oons’ ojuuBenoû, Danntrinsg ds les hieffet, la pratique x p' situatanm> cialiteurruridisciplitournonsavetsvlutrages sseur m at lcceptctionteurs ervation.

<

Fig.1 Collaboration autour d4 Ls de l’ouhié,aoser une ge/4545/img-1-small580.jpg" rel="ico6 src="docannexe/image/4545/img-1-small480.jpg" alt="Fig6ration autour d4 Ls de l’ouhié,aoser une IconAccess">Zoom6ofollow" class="iconOrig" href="docannexe/image/4545/img-1.jpg">Original (jpeg, 262k)

80

Derrière l’œuvre : n Outrenoir ds ila s la concertats: n’e">Orcice moment d́cgrâcemp̀e et coordonnéd́est néc

Crédit photographique: Amandinse Meunier

trenan class="fami yNaLa andineèrs -ie miséen, Lauren f="#. iv>
  • 1  Source : Haur4hodologie Lent"4549">polcs le/muniqnt bien c at lonrimords leannexe/itodiq imisi q padateurc re Scli fudemœriaa>
  • 4

6En Managemen3pluridisGrâcem (ce n at dix re en : eurn hy/mhablestousdiv> (ssentiell médecineiplinaire, mai 2 atouts : pastonnesrs: eseffecture>tsit dde trava),urnonsavetsvat d se), maon dans s esde dégradgrâcemdivr l/muniq estau puations où.href="#ftn1" id="bodyftn1">1 Le4rs de ces ré 4 14loa>/div>

6En Managemen3eloppée enfabri permet inir l/muniq estau pfiv> ur leffecta couripliltt Elle peent comporteneicatimrre Sire de losurids réuni d ntodré sursio «entation comx pesn de concer pour-delt lons-urétaire de loetuipes par l’artirieteur lautour de ltsoutien  pour-ent en outreparaîitod dat i pourraient eu dnaire, mai 2 atouts :e réges d’un rn (définieba>Benooratifpmpies patre les pise), maires disciplin pastonnesrs: esjauuureac, et communique>tsit dde trava

10Le coordonnateu36peut va/rreInpfive’av,eonstat aux autres melles persoes deuvres.

s dtl une nt, e stes ,ple riell Pierrupuieslu ci-deportigencersonne, et communiquéussr 

Fig.1 Collaboration autour d5 L'erre SoulagesFig71 Collaboration autour d5 L'ages</p><a ciasnstat aux autres vail e - PIconAccessZoom7Original (jpeg, 272k)

85

Derrière l’œuvre : missaires de l’ href="#

Crédit photographique: ©é essentiels.

Réal1s5r le consta1s5riond’ét 4Dans un travail 37s du restauade asle pré erre Soulages

boordrémism> eu diaur avec dnfass er>te.conteurs de . Pour lesonne, agir sur certt dcôtospectarchiat i pourraientet communiquer sm> lesonne, de trte limétier de la corésultanteaipremslisésu luotilvifruiss membttur point de concentt dvur cus etb dph ntodmoment druient risi qu’uns scienement dancluaan>rifsentatire ce sctartde rationments de air mi>tsme la concertatrteNorsio uhastos de prmoment drule est de lier estoèquestodrageges
r,p> s riplilt momans udrtde cent dancluaes, soraelle que det/ou le uvreasmism’œusarn (défintoustaurateurviain detaudvicnfusio «artirise’occasionmoye tr pourmiratioacétonnantfpart ecenttoidea résultant e stamPierrup jou

1Top ofsuge

ass="texte" dirss">< de ciblinierocannexslogue p >4Danslass">Biblinierss="texte" dir="ltraaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaass="texte" dir="lt

ENCREVE, P., ADAMSON, N., ARNHOLD, H., et al.,  Outrenoir en Europe. Musées et fondations, Rodez, Édition musée Soulages, 2014.

ARNHOLD, H., « L’Outrenoir et la lumière. L’invention artistique de Pierre Soulages », dans Outrenoir en Europe. Musées et fondations, Rodez, Édition musée Soulages, 2014, p.28-33.

BESSON, C., « À propos du mode de présentation dans l’espace des tableaux de Pierre Soulages», Communication au colloque Soulages organisé par le Centre Pompidou (Département du Développement Culturel), l'équipe de recherches InTRu (Interactions Transferts Ruptures, attachée à l'Université François-Rabelais, Tours), en collaboration avec l'INHA (Institut National d'Histoire de l'Art) le 21 et 22 janvier 2010. Consulté sur http://expositions.modernes.biz/etudes/display/exposition-et-tension/#_ftn1 le 20/10/2014. Vidéo: « Exposition et tensions » : http://www.dailymotion.com/video/xc2wzb_colloque-pierre-soulages-exposer-so_creation consultée le 20/10/2014.

ENCREVE, P., « Un parcours », dans Soulages, catalogue de l’exposition Soulages au Centre Pompidou, Paris, Editions du Centre Pompidou, 2011, nouvelle édition revue et augmentée (dépôt initial octobre 2009), p.16-35.

 EWIG, I., « L’outrenoir ou le fonctionnement de la peinture », dans Soulages, catalogue de l’expositionSoulages au Centre Pompidou, Paris, Editions du Centre Pompidou, 2011, p.94-103.

GARNIER, C., LE BON, L., MECHAIN, A., « 3545/10000 « Tentative d’épuisement » de l’histoire des expositions du polyptyque C », dans Outrenoir en Europe. Musées et fondations, Rodez, Édition musée Soulages, 2014, p.34-49.

HELOU-DE LA GRANDIERE, P., «Restaurer les peintures de Pierre Soulages de la fin des années 1950 », Communication au colloque Soulages organisé par le Centre Pompidou (Département du Développement Culturel), l'équipe de recherches InTRu (Interactions Transferts Ruptures, attachée à l'Université François-Rabelais, Tours), en collaboration avec l'INHA (Institut National d'Histoire de l'Art) le 21 et 22 janvier 2010, Paris. Consulté sur http://www.dailymotion.com/video/xc2xss_colloque-pierre-soulages-techniques_creation le 20/10/2014.

VEGA CARDENAS, A., Restauration épistémologique. Vers une méthodologie transdisciplinaire pour la conservation-restauration, CeROArt [Online], 6 | 2011, mis en ligne le 24 mars 2011, consulté le 04 septembre 2014. URL : http://ceroart.revues.org/2120.

SORANO-STEDMAN, V., LEPIGEON, S., MERLY, I., QUIROT, C., « La restauration et la documentation des œuvres contemporaines : les rapports entre l'artiste et son restaurateur », dans le ColloqueL’art contemporain, modification des pratiques et recherches de légitimité, 4 octobre 2013, Paris. Non publié.

Top of page

Notes

1  Source : Haute autorité de Santé. Réunion de concertation pluridisciplinaire, mai 2014 (consulté le 04/09/2014 sur http://www.has-sante.fr).

2  Source : Méthodologie empruntée au groupe de travail cool@work (Prévention du risque alcool en entreprise )

3  Musée Soulages, Rodez, du 31 mai au 19 octobre 2014.

4 Le terme parties prenantes est utilisé dans l’acception anglosaxonne Stakeholders.

5 Ewig, 2011, p. 102.

6  Mis au point à Münster en 2006 et à Valence en 2007, repris à nouveau au Centre Pompidou en 2009-2010. Encrevé, 2009, p.24 et Arnhold, 2014, p.28-33.

7  Pierre Soulages, cité par Encrevé, 2009, p.24.

8 Encrevé, 2009, p.24.

9  Cité par Encrevé, 2009, p.24 (conversation avec P. Soulages, Paris, 2009).

10 Besson, 2010.

11  Pierre Soulages, « Entretien avec Tatiana Autajon », dans Le cadre et le socle dans l’art du XXe siècle, Dijon, Université de Bourgogne et Paris, Musée national d’art moderne, Centre Georges Pompidou, 1987, cité par Garnier, Le Bon, Méchain, 2014, p.36.

12 Ce type d’accrochage avait déjà été utilisé à Huston (1966), Dakar (1974), Madrid (1975) et Saint-Etienne (1976). Ces premières suspensions étaient réalisées avec des fils de nylon et ont évolué vers des câblages visibles, comme les câbles en acier utilisésen 2007 à Montpellier (Musée Fabre), 2010 à Paris (MNAM-Centre Pompidou), 2011 à Berlin et enfin en 2014 au musée Soulages. Sur les accrochages : Encrevé, 2011, p.31 ; Besson, 2010 ;Arnhold, 2014, p.28-36.

13 Pour l’exposition « Outrenoir en Europe. Musées et fondations » (Op. Cit.)

14  L’accrochage par potence a été mis au point par Soulages pour ses mises à distance et, clin d’œil historique, c’est J.J. Sweeney qui l’a utilisé comme mise à distance des œuvres par rapport au mur au Guggenheim de New York en 1959 (Encrevé, 2011, p.31).

Top of page

List of illustrations

Title Fig.1 Collaboration autour d'un Outrenoir de Pierre Soulages
Caption Derrière l’œuvre : Trois pratiques différentes et complémentaires
Credits Crédit photographique: Amandine Meunier
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/4545/img-1.jpg
File image/jpeg, 252k
Title Tableau 1
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/4545/img-2.jpg
File image/jpeg, 208k
Title Tableau 2
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/4545/img-3.jpg
File image/jpeg, 108k
Title Fig. 2 Outrenoir de Pierre Soulages
Caption Peinture 162 x 724 cm, mars 1986. Musée Fabre.
Credits Crédit photographique: Tourisme en aveyron.com.jpg
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/4545/img-4.jpg
File image/jpeg, 56k
Title Fig. 3  Revers d'un Outrenoir de Pierre Soulages
Caption Revers de l'oeuvre suspendue par les câbles et une potence.
Credits Crédit photographique: Pauline Hélou-de La Grandière .
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/4545/img-5.jpg
File image/jpeg, 1.3M
Title Fig.4 Les intervenants au travail
Caption Collaborations plurisdisciplinaires:  un exercice facilité grâce à une approche méthodique.
Credits Crédits photographiques : Pauline Hélou de La Grandière -  Musée Soulages 2014.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/4545/img-6.jpg
File image/jpeg, 80k
Title Fig.5 L'Outrenoir dans sa présentation définitive
Caption Musée Soulages, mai 2014.
Credits © Musée Soulages, Rodez / Photographie www.estampes.com
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/4545/img-7.jpg
File image/jpeg, 85k
Top of page

References

Electronic reference

Pauline Hélou-de la Grandière and Amandine Meunier, « Autour d’un Outrenoir de Pierre Soulages  », CeROArt [Online], 10 | 2015, Online since 27 March 2015, connection on 14 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/ceroart/4545

Top of page

About the authors

Pauline Hélou-de la Grandière

Pauline Hélou-de La Grandière est restauratrice de peintures diplômée de l’Institut national du Patrimoine (2005) ; restauratrice indépendante, elle travaille pour différentes institutions muséales, notamment sur la conservation des peintures des années cinquante. Elle a publié de nombreuses études sur la restauration des peintures de Pierre Soulages.

Amandine Meunier

Amandine Meunier est régisseur des collections au musée Soulages à Rodez. Après avoir travaillé au musée du quai Branly, elle a rejoint l’équipe du musée Soulages en septembre 2012 afin de préparer l’ouverture du musée Soulages (mai 2014) et de gérer les collections et les expositions temporaires.

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals