Skip to navigation – Site map

In memoriam – Paul Philippot

Muriel Verbeeck-Boutin

Full text

Version française

1C'est avec beaucoup de tristesse que nous avons appris le décès de Paul Philippot. Son départ discret, à l'âge de 90 ans, laisse son épouse, Annie Reniers, dépositaire de sa mémoire et de ses œuvres. CeROArt et moi-même les remercions de leur accueil bienveillant et de leur collaboration occasionnelle.

  • 1  Paul PHILIPPOT, Pénétrer l'art, restaurer l'œuvre, une vision humaniste, hommage en forme de flori (...)

2Jukka Jokilehto retrace longuement, dans la rubrique obituaire de l'ICCROM, le parcours brillant d'une figure marquante de l'histoire de la restauration. Fils et petit-fils de restaurateurs, docteur en droit et en histoire de l'art (et à ce titre remarqué par Paul Coremans), Paul Philippot fut le disciple et ami de Cesare Brandi dont il contribua à diffuser la pensée. Il seconda H.J.Plenderleith à l'ICCROM avant d'en devenir à son tour le directeur. Dans le cadre de ses fonctions, il participa à de nombreuses missions internationales, et contribua à la création des formations en conservation-restauration. Professeur à l'Université libre de Bruxelles, il est par ailleurs l'auteur d'ouvrages d'histoire de l'art et d'esthétique et d'articles séminaux rassemblés par Catherine Perier-d'Ieteren.1

  • 2  Paul PHILIPPOT, « Finalement, c’est une question de conscience… », CeROArt [En ligne],  | 2010, mi (...)

3J'ai eu l'occasion de rencontrer Paul Philippot à quelques reprises ces dernières années. En 2010, il accepta avec beaucoup de gentillesse de me recevoir pour discuter de l'avenir de CeROArt. Le projet de publier des articles de primo-auteurs, jeunes diplômés en conservation-restauration, lui paraissait intéressant et il accepta sans hésitation de parrainer le premier numéro d'EGG (European Graduated Generation). Il autorisa et supervisa la publication d'un entretien à bâtons rompus qui portait sur l'éthique.2

4Je sortis éblouie de cette entrevue –de celle-là, et de toutes les autres. Rencontrer Paul Philippot, même octogénaire, c'était connaître une cure de jouvence intellectuelle; un esprit vif dans un corps qui paraissait frêle; une précision dans l'analyse et l'expression, une logique argumentaire, une clarté du propos et enfin des convictions sans faille aucune. Retiré depuis longtemps des charges et des cercles académiques, Paul Philippot conservait une rigueur intellectuelle hors pair, conjuguée à une grande élégance dans la formulation de sa pensée. Ce fin diplomate qui sut concilier bien des extrêmes –côtoyer Brandi et Plenderleith- le fit sans concession à sa pensée et à ses opinions. La nuance chez lui n'était pas un enjeu politique, mais un désir de cerner au plus près la vérité.

5J'ai eu le privilège de le rencontrer une dernière fois, voici quelques mois. Je préparais une communication le cadre d'une journée d'étude consacrée à Brandi par l'Université de Paris I. J'avais choisi de mettre en évidence le rôle de Paul Philippot dans la diffusion de la pensée du fondateur de l'ICR. Pour cela, il m'a fallu éclaircir avec lui certains points biographiques, et nous nous rendîmes compte que le foisonnement de sa vie et des événements majeurs auxquels il avait participé rendait parfois difficile un ordonnancement chronologique. Comment dater précisément un stage à l'ICR, un mémoire de licence voire même une thèse de doctorat quand la vie est ponctuée d'une foule d'événements historiquement marquants, comme la rédaction de la Charte de Venise, l'émergence d'ICOM, d'IIC, les missions internationales? Nous nous y sommes appliqués avec l'aide d'Annie Reniers, son épouse, jusqu'à renouer des fils que les décennies avaient fini par emmêler. Entre ces visites, Paul répondait avec application, par écrit, à mes questions, d'une écriture raffinée dans la forme et le fond. Il a relu le texte de la communication qui lui était consacrée.

6Loin d'une tristesse convenue, j'éprouve à la nouvelle de sa disparition, une émotion particulière, liée à notre dernière rencontre. Il avait préparé ses archives, des lettres de Cesare Brandi, des notes sur ses ouvrages et traductions. De fil en aiguille nous avons évoqué son passé autour d'un verre de Monbazillac, une boisson qu'il partageait voici longtemps déjà avec celui qui fut son maître de thèse, Germain Bazin. L'évocation chaleureuse de ses années romaines, des rencontres et des collaborations foisonnantes –notamment avec les Mora, (Laura devait décéder quelques jours plus tard) jeta pour moi un jour nouveau sur cette époque extraordinaire, dont l'histoire de la restauration ne mesure peut-être pas encore toute l'importance. Les documents d'archives –en particulier l'

  • 3  Oral History Project, (On Line 09/02/2016) http://www.conservation-us.org/foundation/initiatives/o (...)
  • 4  Joyce Stoner se rappelle de l'interview menée en 1997 comme l'une des plus frappantes de la soixan (...)

7Oral History Project3mené par Joyce Hill Stoner4 conservent heureusement la mémoire et les voix de ces grandes figures.

8CeROArt et moi même nous considérons comme privilégiés d'avoir eu la chance de connaître Paul Philippot. Il demeure à mes yeux un esprit brillant –non de la brillance clinquante dont notre époque est désormais friande, mais de celle des phares. Ses articles, ses ouvrages demeurent comme autant de références. Ils devraient figurer dans toutes les bibliothèques, et sur la table de chevet de chaque restaurateur.

  • 5  Une bibliographie de Paul Philippot est disponible sur le site de l'Institut Royal du Patrimoine ( (...)

95

Fig. 1. Paul Philippot et son épouse, Annie Reniers (mai 2015)

Fig. 1. Paul Philippot et son épouse, Annie Reniers (mai 2015)

Autour de Brandi et d'une bouteille de Monbazillac.

Crédit: M.Verbeeck – avec l'aimable autorisation de Madame Annie Reniers-Philippot.

English version

10It was with great sadness that we learned of the death of Paul Philippot. His peaceful death at the age of 90 leaves his wife, Annie Reniers, as the custodian of his memory and his work. CeROArt and I thank them for their warm welcome and their occasional collaborations.

  • 6  Paul PHILIPPOT, Pénétrer l'art, restaurer l'œuvre, une vision humaniste, hommage en forme de flori (...)

11In the ICCROM obituary, Jukka Jokilehto takes a long look back at the brilliant career of this prominent figure in the history of restoration. The son and grandson of a restorer, a Doctor of law and art history (and as such, noted by Paul Coremans), Paul Philippot was the disciple and friend of Cesare Brandi whose theories he helped to spread. He was Deputy Director to H. J. Plenderleith before becoming the ICCROM Director himself. His duties involved participating in many international missions, and he also contributed to the creation of courses in conservation-restoration. A Professor at the Université Libre de Bruxelles, he was also the author of publications on art history and aesthetics and seminal articles collected by Catherine Perier-d'Ieteren.6

  • 7  Paul PHILIPPOT, « Finalement, c’est une question de conscience… », CeROArt [En ligne],  | 2010, mi (...)

12I was fortunate to meet Paul Philippot several times in recent years. In 2010, he kindly agreed to see me and discuss the future of CeROArt. He seemed interested in the project to publish the articles of first-time authors and young graduates and immediately agreed to be the patron of the first issue of EGG (European Graduated Generation). He authorised and oversaw the publication of a lively  interview which focused on ethics.7

13I left that interview inspired, not only by that occasion, but by remembering many previous interviews. Meeting Paul Philippot, even when he was in his eighties, was to experience an intellectual rejuvenation; a sharp mind in a body that appeared frail; a precision in his analysis and expression, logical arguments, clarity of purpose and finally, absolute and unfailing beliefs. Long retired from the academic workloads and circles, Paul Philippot retained an outstanding intellectual rigour, combined with great elegance in expressing his thought. This fine diplomat who could reconcile profound differences - standing alongside Brandi and Plenderleith - did so without compromising his own thoughts and opinions. For him, nuance was not a political issue, but a desire to get as close to the truth as possible.

14I had the privilege of meeting him one last time, a few months ago. I was preparing a statement as part of a study day dedicated to Brandi at the University of Paris I. I had chosen to highlight Paul Philippot's role in disseminating the theories of the founder of the ICR ; to do so, I had to clarify certain biographical points with him. We came to realise that the far-reaching complexity of his life and the major events in which he had been involved, sometimes made it difficult to come up with a chronological order. How can you accurately date a particular stage in the ICR, a final year project or even a PhD thesis when life is interspersed with a myriad of historically significant events, such as the drafting of the Venice Charter, the emergence of ICOM, IIC, and other international missions? With the help of his wife, Annie Reniers, we did our utmost to re-establish the threads that the decades had completely entangled. Between these visits, Paul diligently answered my questions in writing, written elegantly in both form and substance. He also proofread the text of the statement dedicated to him.

  • 8  Oral History Project, (On Line 09/02/2016) http://www.conservation-us.org/foundation/initiatives/o (...)
  • 9  Joyce Stoner remembers her 1997 interview with Paul as a true highlight of the 60+ interviews she (...)

15Far from conventional sorrow on hearing the news of his death, I am feeling a particular emotion related to our last meeting. He had prepared his archives, letters from Cesare Brandi, notes on his publications and translations. One thing led to another, and we talked about his past over a glass of Monbazillac, a drink that he had long enjoyed sharing with his thesis professor, Germain Bazin. For me, the fond memories of his Roman years, the copious meetings and collaborations, especially with the Moras, (Laura would die a few days later) shed a new light on this extraordinary time, the importance of which is perhaps not yet fully appreciated by the history of restoration. Fortunately, the archive documents and particularly the Oral History Project8 led by Joyce Hill Stoner9 preserve the memory and voices of these great figures.

  • 10  Paul Philippot's bibliography on the website of IRPA (BALAT database): (On Line 09/02/2016) http:/ (...)

16CeROArt and I consider ourselves privileged to have had the opportunity to know Paul Philippot. In my eyes, he remains a brilliant mind; not the flashy brilliance of which our time is now so fond, but that of a pioneer. His articles and publications remain as so many references and he should appear in all the libraries and on the bedside table of every restorer.10

Top of page

Notes

1  Paul PHILIPPOT, Pénétrer l'art, restaurer l'œuvre, une vision humaniste, hommage en forme de florilège, édité par C.Perier-d'Ieteren, Groeninghe, 1990, 507 p.

2  Paul PHILIPPOT, « Finalement, c’est une question de conscience… », CeROArt [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 15 décembre 2010, consulté le 09 février 2016. URL : http://ceroart.revues.org/2051

3  Oral History Project, (On Line 09/02/2016) http://www.conservation-us.org/foundation/initiatives/oral-history-project#.Vrosykv_Ry4

4  Joyce Stoner se rappelle de l'interview menée en 1997 comme l'une des plus frappantes de la soixantaine qu'elle a menée par ailleurs.

5  Une bibliographie de Paul Philippot est disponible sur le site de l'Institut Royal du Patrimoine (base de données BALAT): (On Line 09/02/2016) http://balat.kikirpa.be/results_bib.php?linkthrough=au&linkval=Philippot%2C+Paul ainsi que sur celui de l'Association du Patrimoine Artistique à Bruxelles (On Line 09/02/2016)  http://www.associationdupatrimoineartistique.be/bibliograpie-collaborateur-Philippot-Paul

6  Paul PHILIPPOT, Pénétrer l'art, restaurer l'œuvre, une vision humaniste, hommage en forme de florilège, édité par C.Perier-d'Ieteren, Groeninghe, 1990, 507 p.

7  Paul PHILIPPOT, « Finalement, c’est une question de conscience… », CeROArt [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 15 décembre 2010, consulté le 09 février 2016. URL : http://ceroart.revues.org/2051

8  Oral History Project, (On Line 09/02/2016) http://www.conservation-us.org/foundation/initiatives/oral-history-project#.Vrosykv_Ry4

9  Joyce Stoner remembers her 1997 interview with Paul as a true highlight of the 60+ interviews she has personally conducted.  

10  Paul Philippot's bibliography on the website of IRPA (BALAT database): (On Line 09/02/2016) http://balat.kikirpa.be/results_bib.php?linkthrough=au&linkval=Philippot%2C+Paul; see also the website of APA (Association du Patrimoine Artistique à Bruxelles) (On Line 09/02/2016)  http://www.associationdupatrimoineartistique.be/bibliograpie-collaborateur-Philippot-Paul

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1. Paul Philippot et son épouse, Annie Reniers (mai 2015)
Caption Autour de Brandi et d'une bouteille de Monbazillac.
Credits Crédit: M.Verbeeck – avec l'aimable autorisation de Madame Annie Reniers-Philippot.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/4989/img-1.jpg
File image/jpeg, 632k
Top of page

References

Electronic reference

Muriel Verbeeck-Boutin, « In memoriam – Paul Philippot », CeROArt [Online], EGG 5 | 2016, Online since 20 March 2016, connection on 14 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/ceroart/4989

Top of page

About the author

Muriel Verbeeck-Boutin

Historienne de formation, Docteur en Philosophie et Lettres et titulaire d'une licence spéciale en Sciences de l'information et de la communication, Muriel Verbeeck-Boutin est professeur à l'École Supérieure des Arts Saint-Luc de Liège, section Conservation, restauration des oeuvres d’Art. Elle y dispense entre autres les cours de Déontologie, Histoire et théories de la restauration et Iconographie. Membre du bureau d'INCCA-F (International Network for Conservation of Contemporary Art, section francophone).

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals