Skip to navigation – Site map
2017

2 février 2017, Paris

Autour de Nicolas Schöffer: Conserver/restaurer des œuvres à caractère technologique. Seconde journée d'étude

Date et lieu

C2RMF, Site du Carrousel, amphithéâtre Palissy, Palais du Louvre – Porte des Lions, Quai François Mitterrand, 14, 75001 Paris.

Journées d'étude organisées par l'Université de Liège (UR AAT) et l'ESA Saint-Luc de Liège; En collaboration avec l'Association Internationale des Amis de Nicolas Schöffer (A.N.S.I. XXI) présidée par Mme Eléonore de Lavandeyra Schöffer

Avec le soutien du C2RMF,  d'INCCA-f et de CeROArt.

Présentation

Nicolas Schöffer, français (1912, Kalocsa – Hongrie – 1992, Paris) illustre l’art dit « lumino-cinétique », programmé et « cybernétique ». A ce titre, il fait figure de pionnier en ce qui concerne l'inscription des  nouvelles technologies  dans les œuvres. L’atelier situé à Paris dans le 18ème arrondissement abrite une part importante de la collection de l’artiste (œuvres et archives) –gérée par Eléonore Schöffer, sa veuve. Plusieurs œuvres ont nécessité des interventions, réparation ou restauration. L'œuvre de Nicolas Schöffer est l'occasion de s'interroger sur les composantes technologiques des œuvres contemporaines, et d'étendre les interrogations aux problématiques les plus pointues, celles que posent l'art immédiat et l'intégration, entre autre, du numérique.

Programme

09h Accueil

09h30           Présentation et synthèse en image de la première journée

Cécile Dazord (C2RMF) et Manon D’haenens (Université de Liège)

La collection    Schöffer, cas d'étude et banc d'essai. Rapport des échanges entre professionnels, lors de la rencontre au sein de l'Atelier de l'artiste.

10h La restauration des œuvres de Nicolas Schöffer: entre intentionnalité de l'artiste et attentionnalité du spectateur.

Muriel Verbeeck, École Supérieure des Arts Saint-Luc de Liège - Université de Liège (BE)

Cette communication propose une réflexion sur la fonctionnalité esthétique des œuvres de Nicolas Schöffer. L'artiste ayant manifesté de son vivant son ouverture aux transformations technologiques, les notions d'authenticité et d'identité sont à réinterroger dans le cadre des interventions de restauration ou réinstallation. Nous démontrerons que pour sortir des contradictions, le concept d'attentionnalité, emprunté à Gérard Genette peut fournir un angle d'approche intéressant, en même temps qu'une "clé conceptuelle" particulièrement adaptée à la conservation et restauration d'œuvres d'art contemporain.

10h30 La conservation des œuvres d'art numérique: l'expérience de la collection de l'Espace multimédia Gantner

Valérie Perrin, directrice de l’Espace multimédia Gantner

Créée en 2004, la collection de l’Espace multimédia Gantner a évolué  avec les pratiques artistiques et technologiques, que ce soit dans ses modalités d’acquisition, de présentation, de gestion. Elle est riche d'une soixantaine d'œuvres allant du CD-ROM aux installations. Le point de départ de cette collection est de donner la possibilité à tous, de découvrir l'art numérique. Les œuvres de la collection sont disponibles au prêt  pour des associations ou des institutions.  L'accessibilité des œuvres et leur conservation y sont primordiales, mais elles se heurtent à la grande instabilité et reproductibilité de ces œuvres. Comment imaginer alors la pérennité d’une telle collection, sa disponibilité permanente au public ?

11 h Café

11h30   Documenter pour conserver les œuvres à caractère technologique

Ingrid Jurzak, Attachée de conservation du patrimoine, chargée de l’étude et de la gestion de la collection du MAC VAL – musée d’art contemporain du Val-de-Marne

Bien que récentes, certaines œuvres d’art contemporain relèvent d’une technologie ancienne ou précocement obsolescente. D’autres intègrent des technologies jeunes, voire expérimentales, quand d’autres encore sont indissociables d’une technologie singulière mise au point par l’artiste même. Dans ce contexte, il apparaît nécessaire de pérenniser l’activation des œuvres en développant une documentation conservatoire spécifique qui associe l’artiste au processus de conservation.

12h La préservation des œuvres à composantes technologiques: entre résurrection, réincarnation et documentation

Emanuel Lorrain, chercheur en préservation du patrimoine audiovisuel et numérique, PACKED – Centre d’Expertise pour le Patrimoine numérique

L’indisponibilité des pièces de rechange et des services de réparation pour des technologies obsolètes représente un défi de taille pour les collections d’art contemporain. La dégradation rapide des supports analogiques et numériques sur lesquels les œuvres à composantes technologiques sont stockées est rendue plus problématique encore par la disparition du matériel et des logiciels permettant d’y accéder et de les montrer. Ces œuvres ont tendance à suivre un cycle de vie dynamique, changeant de technologies et de formes en fonction du contexte. Elles requièrent pour ces raisons une documentation spécifique de leurs conditions de production et de monstration, faisant l’inventaire des différentes formes et modifications qu’elles ont connues au cours de leur histoire. Ces questions seront illustrées par des études de cas et la présentation du projet Resurrection Lab.

12h 30 -14h Déjeuner (Lunch au C2RMF)

14h00 Conservation et matérialité des œuvres numériques

Alexandre Michaan, restaurateur indépendant, œuvres audiovisuelles et numériques

L'idée d’une absence de matérialité de l’œuvre numérique peut constituer un écueil pour la conservation. Elle occulte une forme de matérialité spécifique et sur laquelle il est possible d’agir pour les restaurateurs et les acteurs de la conservation. À travers l’étude de plusieurs cas d’œuvres audiovisuelles numériques, aujourd’hui technologiquement obsolètes, nous tenterons de montrer de quelle manière les mécanismes d’altération de ces œuvres, sont intimement liés à une forme de matérialité tout autant assujettie au passage du temps que celle des œuvres issues d'autres domaines de création.

14h30 Restauration des œuvres cinétiques : réflexions à partir d'exemples sur l'instabilité des œuvres

Nicolas Imbert, conservateur-restaurateur de sculptures

Les œuvres lumino-cinétiques présentent des problèmes de restauration particuliers liés au fait qu'elles comprennent des parties non visibles qui sont le plus souvent des produits manufacturés subissant l'usure. Or ces éléments sont essentiels, car l'animation est la raison d'être de ce type d'installation. Nous aborderons ces problèmes au travers de la restauration d'œuvres appartenant aux collections du Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris et du Musée National d'Art Moderne. Différentes mesures de conservation préventive visant afin retarder la dégradation inévitable ces pièces sont proposées. Des exemples d'interventions curatives qui ont été mis en œuvre sur différentes sculptures sont décrits.

15h00 Café

15h30 La conservation-restauration d'une oeuvre lumineuse de Jenny Holzer

Olivier Steib, conservateur-restaurateur des oeuvres d'art

L'oeuvre "Erlauf" de Jenny Holzer est un panneau lumineux faisant partie d'une série, réalisée en 1998. Une étude préalable a été menée en vue de sa restauration, et a soulevé les difficultés relatives à la défaillance de ce type d'oeuvre. Ce cas a été l'objet d'une collaboration internationale entre l'atelier de l'artiste, des techniciens, des musées, dont le Conservateur-Restaurateur a la charge de la coordination et la gestion des points de vue différents de chacun.

16h00 Droit d’auteur et restauration des œuvres à caractère technologique

Anne-Laure Moya-Plana, Avocat au Barreau de Paris

Comment concilier les règles du droit d’auteur avec les principes de la restauration et, plus précisément, comment articuler les droits de l’artiste et de ses ayants droit avec ceux du musée, le tout dans le contexte de la conservation et de la restauration de l’œuvre ? Quelques pistes de réflexion à partir d’exemples concrets d’œuvres à caractère technologique.

16h30 Echanges et conclusions

17h30 Fin de la journée d'étude

Inscription

Le nombre de places étant limité et l'accès au site du C2RMF contrôlé par badge, l'inscription préalable est obligatoire via l'adresse mail : ceroart@mac.com (nom, prénom, le cas échéant affiliation). Date limite d'inscription: 25 janvier 2017.

Entrée: 25€ (incluant le lunch).

Formule alternative (réservée aux étudiants qui en feraient la demande): 10€ (SANS le lunch – vu le délai très court pour la pause, prévoyez votre casse-croûte).

L'inscription n'est effective qu'après réception du paiement sur le compte de CeROArt asbl IBAN: BE34651157400690 BIC: KEYTBEBB (nom, prénom en communication).

  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals