Navigation – Plan du site
Articles

L’œuvre des dames du calvaire :

Charité, dévotion et élitisme à Lyon au XIXe siècle
Sonia Reymond

Résumés

L’œuvre des dames du calvaire naît à Lyon au milieu du XIXe siècle. Créée par des veuves de la bourgeoisie lyonnaise, cette œuvre est destinée au soin des femmes incurables et des veuves âgées et infirmes habituellement rejetées des hôpitaux. Les femmes qui la dirigent obtiennent des droits et d’importants pouvoirs, ce qui contraste avec le rôle qui leur est généralement accordé dans la société du XIXe siècle. Cependant ces prérogatives vont de pair avec un retrait du monde, une abnégation de leur identité propre. Les dames du calvaire doivent en effet vivre en communauté, limiter le plus possible les contacts avec l’extérieur, respecter strictement les lois chrétiennes, selon les termes de leur devise : « Charité, Humilité, Prière, Sacrifice ». Outre le pansement des plaies, les dames se dotent d’une mission spirituelle envers leurs protégées, qu’elles abreuvent de lectures pieuses et autres catéchismes. Le soin des corps n’est ici que prétexte à celui des âmes, et le retour des malades aux valeurs du catholicisme — résignation, acceptation de la volonté divine — mêlé à la reconnaissance à l’égard de leurs bienfaitrices, participe à la pacification sociale, grand souci de la bourgeoisie du temps.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sonia Reymond, « L’œuvre des dames du calvaire : », Cahiers d'histoire [En ligne], 47-1 | 2002, mis en ligne le 13 mai 2009, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ch/443

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals