Navigation – Plan du site
Articles

L’implication des femmes au sein des groupes armés contestataires : la déviance au service d’une entreprise citoyenne

Maritza Felices-Luna
Traduction(s) :
The involvement of women in anti-establishment armed groups: deviance in the service of a citizenship enterprise

Résumés

La participation des femmes aux conflits armés fait l’objet de peu d’études et celles-ci placent le statut de femme au centre de leur questionnement. Toutefois, les résultats d’une recherche empirique démontrent que le regard porté par les femmes elles-mêmes sur leurs motivations et expériences se caractérise par un positionnement en tant qu’acteurs sociaux et politiques où le genre ne rentre pas en ligne de compte. À travers leur discours, les femmes contestent l’étiquette de déviante imposée par au moins une partie de la société ouvrant ainsi la voie à une réflexion sur l’implication dans la lutte armée en tant que pratique citoyenne puisque la participation aux entreprises guerrières et politiques fait partie des éléments constitutifs de la citoyenneté.

Haut de page

Texte intégral

1. La construction théorique des combattantes : déviantes ou politiques

  • 1 Le système utiliserait la « loi de la nature» pour exclure les femmes de la politique en les assign (...)
  • 2 Que ce soit au sein de mouvements indépendantistes, d’armées révolutionnaires, d’organisations de r (...)

1Traditionnellement, les femmes ont été exclues des entreprises politiques1 et guerrières car ces activités sont considérées comme contraires à leur nature et aux rôles sociaux qui leur sont assignés. Ces rôles les confinent à la sphère privée de la vie sociale et limitent leurs possibilités de s’impliquer dans la vie économique, politique et sociale du pays, notamment aux niveaux directifs et décisionnels (Moller Okin, 2000; Phillips, 2000). Toutefois, lorsque certaines sociétés connaissent une situation de conflit armé interne, des femmes s’impliquent directement dans la violence politique2. Ce faisant, les femmes se placent dans une triple déviance puisque l’utilisation de la violence à des fins politiques est généralement considérée comme une stratégie politique indésirable et parce que la participation en politique ainsi que l’utilisation de la violence de manière instrumentale et utilitaire par des femmes représentent des transgressions importantes aux codes normatifs et culturels dans la plupart des sociétés.

  • 3 L’intérêt scientifique pour l’étude des femmes dans les conflits armés s’est développé principaleme (...)
  • 4 Bien que plusieurs pays aient incorporé des femmes dans leurs organisations militaires, aucun ne le (...)
  • 5 Héritier (1996) explique comment les différences biologiques symbolisées par exemple par la perte d (...)

2Malgré l’intérêt que ce type de déviance pourrait susciter dans le milieu académique, très peu de recherches scientifiques ont porté sur leur participation des femmes aux conflits armés en tant qu’acteurs militaires3. Les études qui s’attardent sur le sujet traitent du phénomène selon deux approches nettement distinguables. Dans le premier cas, les auteurs considèrent indésirable l’implication des femmes aux entreprises guerrières puisque l’utilisation de la violence instrumentale par celles-ci serait une dégénérescence4. L’historien militaire Van Creveld (2002) affirme que les femmes manqueraient non seulement d’agressivité, trait essentiel pour la guerre, mais présenteraient une morphologie et biologie qui détermineraient leur inaptitude naturelle à la guerre: leurs moindres taille et poids ainsi que la proportion plus élevée de gras par rapport aux muscles, ne leur permettrait pas de participer aux mêmes activités physiques que les hommes; leur fragilité corporelle les rendrait moins efficaces dans les combats corps à corps; leurs seins gêneraient leurs mouvements et requerraient une protection particulière; leur ossature les empêcherait de viser aussi bien que les hommes et leurs bras plus courts entraveraient leur capacité de dégainer leur arme. Finalement, la perte des menstruations lorsque les femmes participent à des entraînements militaires serait, pour cet auteur, l’indicatif principal de «l’interdiction» que la «nature» impose à l’implication des femmes dans les entreprises guerrières. Selon lui, les dérèglements menstruels indiqueraient une altération de la nature et de l’essence même de femme de celles qui participent aux activités guerrières5. Cette interdiction naturelle conduit les tenants de cette position à proposer une interdiction sociale dont la transgression résulterait dans un questionnement de l’essence et de la nature des femmes déviantes. Ainsi, ce type d’analyse postule que l’image de la femme est assimilée à des attributs considérés intrinsèques (féminité et maternité), attributs qui lui seront contestés voir retirés si elle devient soldat (Guenivet, 2001).

  • 6 Tabet (1979) conteste les fondements « naturels » des divisions sexuelles du travail qui attribuent (...)
  • 7 Des limites internes ont toujours séparé le citoyen à part entière du citoyen de deuxième classe qu (...)

3Cette position est fortement critiquée par la deuxième approche rencontrée dans la documentation scientifique; celle-ci ne conçoit pas comme déviante l’utilisation de la violence par les femmes et elle considère acceptable leur incorporation dans les entreprises militaires. Les arguments évoqués sont de deux ordres: les différences de «nature» entre hommes et femmes sont principalement le résultat d’une socialisation basée sur une construction «genrée» de la société (Reynaud, 1988; Dombrowski, 1999; Guenivet, 2001)6; les différences biologiques et morphologiques entre les hommes et les femmes sont «réelles et naturelles» mais n’impliquent pas pour autant que les femmes ne puissent pas participer à la guerre (Izraeli, 2000; Peniston Bird, 2000). En fait, le point faible de la mise en opposition réalisée par certains auteurs entre guerre et maternité se base, selon Reynaud (1988), sur une logique erronée qui met en parallèle une réalité biologique incontestable (la différence entre les sexes dans la procréation) et une aptitude (être apte ou non à se battre) qui varie selon les individus, les sociétés et les époques. S’il n’y a pas d’interdit naturel à l’utilisation de la violence par les femmes, leur exclusion des entreprises guerrières dévoilerait l’existence d’intérêts pour les hommes, en termes de citoyenneté à maintenir l’exclusivité masculine du devoir de protection de la communauté (Reynaud, 1988; Izraeli, 2000). Autrement dit, puisque les conceptions traditionnelles de la citoyenneté exigent que les responsabilités des citoyens soient respectées pour avoir accès aux droits qui y sont associés et qu’une des responsabilités essentielles est la protection de la communauté, l’exclusion « naturelle » des femmes de cette tâche les place « naturellement » en situation de citoyennes de deuxième classe. Les hommes ont ainsi un intérêt en termes de droits et de pouvoir à maintenir cet interdit puisqu’en reléguant les femmes à une citoyenneté partielle, leur oppression et leur domination sont plus facilement maintenues7.

  • 8 Marshall et al. (1986) signalent l’existence de théories qui expliquent le « terrorisme» féminin co (...)

4Le discours sur l’anormalité bio-psycho-sociale de l’implication des femmes dans des activités guerrières se traduit dans les études sur l’utilisation de la violence à des fins politiques par des femmes par des analyses causales centrées sur un manque ou un excès des caractéristiques considérées comme étant ontologiques aux femmes. Si la prise d’armes est «anormale» chez les femmes, celles qui participent à des activités «terroristes» doivent, donc, présenter des défaillances en tant que «femmes». Elles sont ainsi présentées comme ayant des caractéristiques masculines, étant asexuelles ou ne correspondant pas biologiquement ou psychologiquement à leur «nature» (Fare, Spirito, 1982; Talbot, 2001)8. Néanmoins, lorsque les femmes étudiées présentent des traits «féminins», leur «terrorisme» est analysé comme la résultante d’un «excès» de féminité. Les femmes sont présentées comme les victimes d’hommes qui les séduisent, manipulent ou contraignent, par leur supériorité physique, à s’impliquer au sein d’un groupe «terroriste» (Victor, 2003). Dans d’autres cas, l’implication des femmes, particulièrement dans des attentats suicides, est présentée comme un sacrifice pour rétablir l’honneur familial qu’elles auraient bafoué ou pour épargner à leur famille le poids économique et social qu’elles représentent en étant célibataires, veuves ou divorcées (Cunningham, 2003; Victor, 2003). Ainsi, la déviance des femmes est analysée dans cette perspective comme le résultat d’un manque ou d’un excès de féminité.

5Pour leur part, les auteurs critiques construisent les femmes en tant qu’acteurs politiques et dénoncent le sexisme des théories explicatives qui appliquent aux femmes des approches considérées inacceptables pour des hommes (Talbot, 2000; Taylor, 2001). Ces théories se voient reprocher l’attention portée aux explications déterministes au détriment d’analyses s’intéressant aux motivations et à l’engagement des femmes dans la lutte armée en tant qu’acteurs sociaux et politiques. Pourtant, les recherches menées selon une perspective critique tendent à tomber dans le même travers et voir principalement la condition de femmes de leurs sujets de recherche. Un grand nombre de publications s’attardent ainsi sur deux débats. Le premier débat concerne la conscience des inégalités entre les sexes: les femmes ont-elles conscience de ces inégalités? Cette conscience des inégalités pousse-t-elle les femmes à l’action armée ou est-ce leur implication dans un groupe armé qui politise les femmes et leur permet ainsi de prendre conscience des inégalités? Le deuxième débat porte sur l’expérience libératrice ou oppressive de leur implication au sein des groupes «terroristes»: cette implication leur permet-elle de rompre avec l’exploitation ou la domination masculine ou n’est-elle, au contraire, qu’une reproduction ou une nouvelle forme d’exploitation et de domination?

  • 9 Ces récits de vie ont été recueillis au cours de plusieurs rencontres pour un total de 4 à 10h avec (...)

6Un survol de la littérature nous permet donc de constater que soit les femmes sont exclues des études portant sur les conflits armés internes, soit leur identité de femme devient l’objet ou la préoccupation centrale de la recherche. Dans le cas de la perspective déterministe, c’est l’excès ou la défaillance des caractéristiques féminines qui attire l’attention des chercheurs tandis que la perspective critique met l’accent sur les rapports de sexe. Suite à cette observation, il nous est apparu pertinent de réaliser une étude sur l’implication des femmes dans la lutte armée qui tienne compte de leur sexe sans pourtant le placer au centre de l’étude. L’objectif de la recherche était d’analyser leur implication (motivations, expériences et parcours) en tenant compte que ces acteurs sont des femmes sans pourtant réaliser une analyse de leur implication sur la base de leur sexe. Pour ce faire, nous avons réalisé une étude empirique qualitative de l’implication des femmes en portant une attention particulière à la subjectivité des acteurs comme moyen privilégié de compréhension et d’interprétation de leurs réalités. La recherche menée visait à dépasser une vision statique de l’implication des femmes à travers l’utilisation des récits de vie comme technique de collecte de données9. Cette technique permet de situer le parcours des interviewées au sein de leur histoire personnelle en tenant compte des processus, des expériences ainsi que du sens donné à leur implication.

  • 10  En raison du contexte légal condamnant à des peines d’emprisonnement les individus reconnaissant l (...)
  • 11  Selon Pires (1997), ce type d’échantillonnage permet au chercheur de travailler comme s’il s’agiss (...)
  • 12 Les femmes rencontrées ont été liées à des organisations différentes. Leur implication variait d’un (...)

7Pour réaliser cette étude, nous avons recueilli, en 2002 et 2003, les récits de vie de six Péruviennes et cinq Irlandaises ayant participé à la lutte armée10. Les femmes interviewées ont été identifiées à travers un système de référence de type boule de neige à plusieurs filières. Cette technique nous a permis d’obtenir un échantillonnage par contraste-approfondissement11 qui présente une grande diversité en termes de caractéristiques personnelles, de parcours et de réactions sociales suscitées12. En réalisant une étude subjective de l’implication des femmes dans la lutte armée en termes de processus de carrière, les interviewées ont pu partager leurs motivations et expériences selon ce qu’elles considéraient important, nous permettant ainsi de dégager l’impact que leur sexe aurait eu dans leur parcours.

2. Le discours des combattantes: des acteurs sociaux et politiques, ni victimes ni dépravées

  • 13 La première action du Sentier Lumineux fut menée par une femme et les escadrons de la mort, surtout (...)
  • 14 Pour plus d’information sur les représentations sociales des femmes membres du Sentier Lumineux voi (...)

8La lutte armée suscite des réactions diverses de la part de la population. D’une part nous retrouvons un certain degré de compréhension et de support de l’organisation qui est perçue comme veillant aux intérêts de la communauté. D’autre part, il existe une condamnation de ces mêmes organisations qui sont perçues comme une menace pour la société et la nation. L’implication des femmes dans la lutte armée est ainsi une source importante de controverse en raison du caractère doublement déviant de leurs actes. Bien que des membres d’une communauté puissent accepter que la violence soit nécessaire à des fins politiques, il leur est plus difficile de concéder la transgression des divisions sexuelles de l’espace et des activités sociales. Conscientes de cet état de fait, les organisations militaires et politiques ont développé certaines stratégies de «relations publiques». Dans le conflit irlandais, le mouvement Républicain et les organisations militaires mettent en avant le rôle de support joué par les femmes dans la lutte et ne mentionnent peu ou pas leur participation aux actions militaires. Ainsi, leur implication est présentée comme étant en continuité avec le rôle traditionnel prôné par la communauté nationaliste, diminuant par ce fait le caractère déviant de leurs actions. Cette stratégie aurait facilité l’acceptation, le support et l’admiration de la population républicaine qui aurait transformé le caractère déviant en personnage romantique. Les interviewées irlandaises mentionnent que cette vision romantique les place sur un piédestal et leur octroie un statut de célébrité difficile à vivre lors de leur sortie de prison puisqu’au quotidien elles sont reconnues, saluées et approchées suscitant ainsi des sentiments de gêne et d’étouffement. Par contre, au Pérou, le Sentier Lumineux et, moindrement, le MRTA ont insisté sur le caractère déviant de l’implication des femmes en publicisant leur participation à des actions militaires violentes et leur rôle prééminent dans la direction politique de l’organisation13. Ainsi, elles ont été présentées comme étant en rupture avec les rôles sociaux traditionnels suscitant leur condamnation par une partie importante de la population qui les aurait alors perçues comme des êtres anormaux et dangereux14. Les interviewées sont extrêmement attentives à ce que leur statut d’ex-prisonnières ne soit pas connu publiquement en raison des conséquences négatives qu’elles anticipent tant au niveau de l’emploi, du logement et particulièrement des nouveaux réseaux sociaux construits à leur sortie de prison.

9Les représentations sociales que la population développe à l’égard des femmes sont connues des interviewées qui les dénoncent et essayent de les déconstruire à travers leur discours. Du côté irlandais, c’est l’aspect romantique qui est ciblé:

  • 15 Les entrevues ayant été conduites en anglais ou en espagnol, les citations ont été traduites par l’ (...)

« La femme révolutionnaire a été construite comme un personnage romantique. C’est l’image d’une jeune femme extrêmement belle et angélique. Mais en réalité tu ne peux pas passer à travers de telles expériences et en sortir belle et naïve. T’as dû prendre soin de toi-même, t’as vécu un tas de trucs horribles et donc je ne pouvais pas ressortir angélique, naïve et innocente. Mes expériences de vie ne m’ont pas permis cela. Elles m’ont appris des stratégies de survie, comment prendre ma place même si je dois m’imposer. Et je crois que les hommes ont encore beaucoup de problèmes à reconnaître cela. Il faut qu’ils changent leur perception des femmes dans le mouvement » (Carey)15.

10Tandis que du côté péruvien, c’est l’anormalité et la dépravation qui sont contestées:

« Ce n'est pas du tout comme «bon, cette personne, comme ses parents se sont séparés, pauvre petite, elle a eu des problèmes psychiatriques et bon, elle a perdu un peu la boule, et bon, elle s'est prise dans un rôle»... et des choses du genre. Non, absolument pas. Ce n’est pas à cause d'une anormalité ou d'une maladie. Ce n’est pas non plus à cause d'une mode que je me suis engagée dans une situation pareille. Pour moi, c'était quelque chose que j'ai ressenti, que j'ai fait consciemment, sûre de moi. J'étais certaine du bien-fondé de mon geste et donc je l’ai fait » (Zenaida).

11Les interviewées réfutent ainsi l’étiquette de déviante mais également celle de victime ou d’héroïne de compte de fées et déclarent que leurs actions découlent d’une décision prise en tant qu’acteur social et politique légitime. En fait, tout en reconnaissant que leur capacité d’action se voit limitée par des circonstances ou des gestes posés par d’autres acteurs sociaux, les interviewées se présentent en acteurs qui développent des stratégies pour assurer leur marge de manœuvre et leurs possibilités d’actions. Par exemple, au Pérou, Verónica raconte que lorsqu’elle se retrouve enceinte et contrainte à rester dans un campement militaire du Sentier Lumineux, elle tache ses sous-vêtements avec du sang pour démontrer qu’il s’agit d’une grossesse à risques et qu’elle représente un danger pour l’organisation en raison de la rapidité d’action et mobilité requise des combattants. L’utilisation d’une combinaison de diverses stratégies résulte dans l’octroi de l’autorisation de quitter le campement militaire; opportunité dont elle profite pour abandonner définitivement l’organisation.

  • 16 Le terme « groupe armé contestataire » désigne des groupes organisés qui utilisent la lutte armée p (...)

12Cet exemple permet de voir comment les interviewées se servent de l’opportunité qui leur est offerte par la démarche de recherche pour transmettre un message, se présenter sous un certain angle et transmettre une certaine vision d’elles-mêmes et de leurs expériences. Au Pérou, l’Accord de paix et le processus de pacification surviennent suite au démantèlement quasi total des groupes armés contestataires16 et dans un contexte qui délégitimise le recours à la violence à des fins politiques. Il est ainsi compréhensible que les interviewées, incarcérées au moment de l’entrevue ou ayant fait l’objet d’un pardon, se présentent comme ayant eu une faible motivation à se joindre à la lutte armée et peu de contrôle sur diverses situations reliées à leur implication dans celle-ci. Elles ont un intérêt pragmatique à se présenter en tant qu’acteurs sociaux ayant d’une part déployés des efforts pour s’éloigner de la lutte armée et d’autre part ayant disposé d’une moindre liberté d’action au regard de leur implication dans celle-ci: leur liberté en dépend. Par contre, dans le cas d’Irlande, l’Accord de paix signé entre des parties militairement fortes, a pu être perçu comme une légitimation de l’utilisation de la violence à des fins politiques. Ainsi, il est également compréhensible que les interviewées irlandaises revendiquent avec fierté leur implication dans la lutte armée, soulignent leur forte motivation politique et utilisent leur discours pour montrer qu’elles ont toujours été des acteurs sociaux et politiques en contrôle.

3. L’implication dans la lutte armée: l’option du changement politique par les armes

  • 17 L’implication des femmes dans la lutte armée est un parcours accidenté souvent initié par une forte (...)

13La logique discursive des interviewées se place au niveau de la légitimité de la lutte armée et de la remise en question de la légitimité de l’État qui est considéré et présenté comme étant le déviant. Les conditions de vie de leur communauté, leur condition de citoyens de deuxième classe ainsi que sur le contexte politique et socio-historique critique est à la base de l’apparition d’une vocation à s’incorporer à la lutte armée17. En fait cette vocation se développe dans une conjoncture particulière où les interviewées remarquent l’existence d’inégalités sociales, économiques et politiques qui doivent être, à leurs yeux, redressées. En parallèle, elles constatent l’échec de la politique traditionnelle perçue comme incapable de protéger les intérêts de leur communauté et de forger une société qui corresponde à leur idéal. En fait, les interviewées dénoncent le gouvernement en place qui, à défaut de représenter leur communauté et ses intérêts, utilise la violence pour maintenir son pouvoir. Tant au Pérou qu’en Irlande, les interviewées présentent leur utilisation de la violence comme étant la «force» nécessaire pour contrecarrer la «violence» de l’autre entité, responsable de la violence première donnant lieu au conflit.

« Je me souviens d’être complètement enragée par les injustices qui faisaient partie de notre vie quotidienne. C’était constamment renforcé que nous étions des citoyens de deuxième classe. La brutalité que nous avons vécue de la part de l’État était immense. Donc j’ai toujours été consciente des injustices qui avaient lieu dans ma communauté et dans ma culture. Je croyais qu’il fallait que quelqu’un défie et conteste cela. Ce qui arrivait n’était pas correct. Et j’ai toujours cru véritablement que la seule manière dont cela pouvait avoir lieu c’était à travers la lutte armée contre les Britanniques. Et je veux dire vraiment les Britanniques car ce n’était jamais contre les travailleurs protestants, même contre les unionistes ou les loyalistes. Car je crois qu’on était pas mal tous dans le même bateau avec des conditions de vie inadéquates et des difficultés économiques persistantes. (…) J’avais environ 14 ans quand je suis arrivée en politique et je crois qu’à la fin, on gagnera par la politique mais uniquement car ce sera le bon moment pour une solution politique. Je ne crois pas que Sinn Fein aurait pu défier les Britanniques dans les années 1980 car à ce moment-là ils avaient un gouvernement conservateur qui refusait de négocier avec républicains ou nationalistes » (Carey).

14Les interviewées se sont incorporées à la lutte armée pour défendre et protéger leur communauté d’appartenance, tout comme des individus s’engagent dans l’armée pour défendre leur pays. Pour ces femmes, donner leur vie est le sacrifice ultime qu’elles sont prêtes à faire pour préserver leur communauté. Ainsi, la décision de se joindre à la lutte armée est prise de manière stoïque et avec fierté. Elles sont tout à fait conscientes des dangers et des risques encourus mais également des conditions de vie difficiles et des sacrifices qu’elles devront faire.

« C’est une décision importante, c’est une décision monumentale car tu sais que soit tu vas aller en prison, soit tu vas mourir, soit tu vas être en cavale. Mais probablement tu vas vivre au moins une des trois situations. C’est ça que tu obtiens en retour. C’est tout » (Alison).

15L’utilisation de la violence à des fins politiques apparaît dans le discours comme inévitable en raison des circonstances spécifiques qui délégitiment le pouvoir en place et légitime leur propre utilisation de la violence. La violence n’est donc pas construite comme un comportement déviant mais comme un outil politique légitime de production de changement. Ainsi, les interviewées s’opposent à une définition déviante de leur implication en se positionnant en tant que citoyennes à part entière et en s’attribuant et exerçant, par ce fait, des droits et des responsabilités d’ordre politique et militaire. Autrement dit, elles participent directement dans la gouverne en faisant valoir leur droit citoyen de contrôler l’État pour exiger des changements sociaux, économiques et politiques et en revendiquant leur légitimité à renverser le pouvoir en place par la lutte armée lorsque d’autres options semblent faire défaut.

16Cependant, dans le cas du Pérou, certaines interviewées qui ont démissionné de la lutte armée ont questionné le bien-fondé de leur décision et sont arrivées à considérer que la lutte armée n’était peut-être pas la seule ou la meilleure option pour obtenir les changements nécessaires et construire la société souhaitée. Dans ce cas, il s’agit d’une remise en question de leur jugement mais non pas de l’authenticité de leurs motivations. Autrement dit, elles considèrent que leurs intentions étaient justes et nobles mais que, peut-être les moyens étaient inadéquats.

« Si bien qu’à un moment de mon incarcération j’en suis arrivée à penser que c’était mauvais ce que j’avais fait… après un certain moment j’ai changé cette posture critique, dure vis-à-vis de moi-même. Maintenant je crois que j’ai eu à vivre un moment difficile et que je ne suis pas restée indifférente. Je ne me le suis pas inventé, je n’ai pas forcé quoi que ce soit. Ce fut une situation historique et concrète. Et j’ai assumé ma responsabilité. Surtout avec l’histoire de ma famille qui avait travaillé pendant si longtemps pour un changement social qui n’était pas arrivé. J’étais convaincue qu’il fallait que ce soit à ce moment-là. Donc maintenant j’ai une opinion un peu plus positive de moi-même et je me respecte, je respecte ma vie avec tout ce que j’ai pu vivre et fait car j’étais cohérente » (Ximena).

17Continuité ou rupture dans les rapports de sexe: la malléabilité du contrôle social informel

  • 18 Il importe de souligner que Carey en Irlande et Ximena au Pérou s’identifient comme féministes et i (...)

18En dépit d’un contexte où l’implication des femmes dans la politique et dans l’action violente est condamnée et considérée comme déviante, le fait d’être femmes n’apparaît aucunement dans leurs discours sur leur processus d’incorporation dans la lutte armée18. Toutefois, elles n’ignorent pas leur non-conformisme car leur entourage immédiat les considère déviantes et condamne leur implication en raison de leur condition de femmes. Dans ce cas, lorsque les proches apprennent l’implication des femmes, elles ne sont pas dénoncées à la police ni exclues de la famille mais font l’objet d’une surveillance intensive accompagnée de réprimandes et critiques qui soulignent leurs défaillances en tant que mères, filles et/ou épouses. Par la suite, lorsqu’elles sont incarcérées, elles reçoivent le support de leur entourage, même s’il s’accompagne de commentaires sur une sanction méritée et de reproches pour le chagrin causé et la lourdeur des responsabilités déléguées (particulièrement lorsque des proches âgés et pauvres doivent s’occuper de leurs petits-enfants). Une fois libérées, elles sont confrontées à une surveillance accrue, un contrôle constant de leurs activités et leurs relations ainsi que des reproches fréquents.

19Dans d’autres cas, les membres de leur entourage direct ne semblent pas considérer l’engagement politique et militaire des femmes comme étant déviant. Des parents, amis et conjoints soutiennent les interviewées dans leurs décisions, sans considérer que leur sexe devrait jouer un rôle dans la décision de se joindre ou non à la lutte armée. Ces interviewées soulignent avoir eu une liberté d’action étonnante culturellement, outre la collaboration de leurs conjoints non-impliqués qui auraient pris en charge les tâches domestiques normalement assignées aux femmes. Ceci est particulièrement surprenant dans le cadre de deux cultures fortement ancrées dans le patriarcat qui associent la « nature » masculine ou féminine au respect des rôles attribués à chacun des sexes. Ainsi, dans deux sociétés où la non-conformité aux rôles sociaux assignés selon le sexe des individus est interprétée comme une défaillance intrinsèque aux individus, l’implication des femmes dans des entreprises masculines avec le support de l’entourage direct et la prise en charge des tâches domestiques par des hommes signifie un bouleversement important du statu quo. En fait, certaines interviewées témoignent d’une certaine fierté d’être des femmes dans un milieu masculin: elles sont orgueilleuses d’avoir eu assez de conviction politique pour être cohérentes dans leur discours et leurs actions alors que certains hommes de leur entourage ne sont pas capables d’un tel engagement. Leurs discours démontre la prise de conscience de leur non-conformisme et ainsi d’une certaine adhésion aux codes culturels puisque la fierté est associée au fait de rompre avec les normes sociales et la non-implication des hommes est présentée à certains égards comme une remise en question de la masculinité de ces hommes. Autrement dit, l’implication des femmes n’est pas considérée comme déviante mais la non-implication des hommes est perçue comme déviante.

« Ça me dérangeait qu'il ne se soit pas engagé pareil comme moi. Et parfois, je lui disais: «Regarde ça, toi aussi, ce serait beau que nous y allions ensemble». Je lui expliquais l'importance de ceci, que je m'étais engagée et que j’étais heureuse car on m'avait élue. C'était toute une opportunité, c'était comme gagner un prix ! Car ce n’est pas tout le monde qui est élu. Lors d’une discussion j'ai fini par lui dire: «T'es rien qu'une tapette, sinon toi aussi tu t'engagerais». Peut-être que j'étais un peu machiste. Je me disais: «mais comment se fait-il que lui, étant un homme ne s'engage pas plus à fond que moi?». Et en même temps je me disais: «wow, moi, une femme, je suis plus engagée que lui et je fais des affaires d'homme». Et lui, il faisait des affaires de femme. Parce qu'il cuisinait, il prenait soin du bébé, lavait le linge et en même temps il travaillait » (Ximena).

  • 19 Nous utilisons ici la théorie de l’appropriation individuelle et collective de Guillaumin (1978a, 1 (...)
  • 20 En principe, les groupes armés contestataires impliqués dans le conflit irlandais et péruvien, ont (...)

20Cette ambiguïté ressurgit lorsque les femmes se retirent de la lutte armée puisque l’entourage va alors exercer à nouveau un contrôle social informel plus important sur leurs déplacements, activités et relations. Ce type de réaction donne lieu à des confrontations car les comportements auparavant acceptés deviennent désormais objets de critiques, surveillance et jalousie. À cet égard, Yolanda exprime son incompréhension des scènes de jalousie de son conjoint lorsqu’elle discute avec un client dans leur restaurant, alors qu’il acceptait qu’elle passe plusieurs nuits à l’extérieur en compagnie d’autres hommes. Ce constat démontre qu’il ne s’agit pas d’individus provenant de milieux particulièrement ouverts ou flexibles dans leurs traditions culturelles et indique ainsi le caractère extraordinaire de la situation. Ainsi, l’attitude de l’entourage peut être comprise non pas par un changement de fond des traditions culturelles mais par une abdication temporelle par les membres de la famille de leur appropriation individuelle19 des femmes pour permettre, lorsque celles-ci se joignent à la lutte armée, une appropriation collective par le groupe armé contestataire au nom du bien-être de la communauté. Autrement dit, le conjoint et la famille abandonnent leur contrôle ou leur droit sur les femmes pour que celui-ci puisse être repris et utilisé par le groupe armé contestataire qui devient ainsi responsable d’exercer un certain contrôle social sur celles-ci. Ainsi, le groupe doit en quelque sorte garantir que les activités des femmes qui peuvent être considérées comme « immorales » ou déviantes auront lieu exclusivement au service de la cause20. Une fois que l’implication des femmes est terminée, la famille et l’entourage immédiat se réapproprient la femme en question et reprennent la responsabilité de l’exercice du contrôle social informel sur elle. Ainsi, ce serait précisément la flexibilité ou malléabilité du contrôle social informel qui permettrait le maintien des rapports de sexe au terme de la lutte armée car l’accommodation admet l’adaptation à un contexte particulier et ponctuel tout en refusant une rupture ou un changement plus en profondeur. Un véritable changement de fond aurait pour conséquence de ne plus considérer déviante la participation des femmes à certains domaines (notamment politique et militaire) sur lesquels les hommes auraient intérêt à maintenir l’exclusivité une fois la prise du pouvoir étatique atteinte.

4. L’abnégation des combattantes et le sacrifice identitaire: la complexité du vécu de la lutte armée

21Le discours des femmes concernant leur vécu de la lutte armée s’articule principalement autour de l’impact de leurs expériences, sur leur attachement et leur engagement à la lutte armée; autrement dit sur leur continuité dans une carrière considérée comme déviante par une certaine partie de la société. Les conditions de vie et les expériences de ces femmes sont donc essentielles à la poursuite ou la démission de cette forme de déviance. Puisque c’est leur statut de femme qui rend leur implication doublement déviante, il importe de s’attarder sur le discours des femmes concernant leur vécu, en tant que femmes, au sein de l’organisation et auprès des camarades.

22En ce qui concerne le groupe armé contestataire, il importe de souligner que le recrutement actif des femmes dans la lutte armée requiert de surmonter tant au niveau idéologique que pragmatique, les réticences individuelles et collectives que suscite la participation des femmes aux tâches et aux secteurs de tradition exclusivement masculins (la politique et le militaire). Autrement dit, il est nécessaire d’influencer les points de vue des hommes pour qu’ils ne voient pas les femmes en tant que déviantes mais en tant que camarades. À cet égard, les interviewées affirment qu’idéologiquement les groupes armés contestataires prônent une égalité de principe entre les hommes et les femmes et se structurent en fonction de ce principe. Cette égalité de principe ôte la possibilité de les déclarer déviantes et elle « force » une « intégration » totale à toutes les activités politiques et militaires. Ainsi, les directives de formation et de travail politique et/ou militaire imposent que les hommes et les femmes suivent la même formation et soient assignés aux mêmes tâches. De plus, le code normatif de l’organisation stipule que tout comportement sexiste est interdit et doit faire objet de réprimande ou punition. Des attitudes sexistes pourraient, en effet, conduire à une identification des femmes comme déviantes au lieu de camarades et affecter ainsi l’effectivité de l’organisation.

  • 21 En analysant l’assignation des tâches, il importe de soulever que celle-ci dépend non seulement du (...)
  • 22 Les interviewées accordent peu d’importance aux réticences exprimées par certains hommes soit parce (...)

23Les interviewées s’accordent sur le fait de ne pas avoir vécu de discrimination au niveau de leur formation et de l’assignation des tâches21 malgré les réticences individuelles de certains camarades masculins22. L’idéologie du groupe et les normes stipulées par celui-ci servent de protection aux femmes car elles peuvent ainsi voir ces hommes comme les déviants au lieu de se questionner sur la véracité de leurs propos. En ce qui concerne les comportements sexistes de leurs camarades, les interviewées n’abordent pas l’application du code normatif ni des démarches entreprises par l’organisation pour assurer son assimilation idéologique et sa pratique dans la vie quotidienne. Ainsi, à partir de la description des interviewées, l’idéologie et la pratique des groupes armés contestataires investies par elles semblent rejeter l’idéologie naturalisante prônant que les femmes sont déterminées à être des entités passives et pacifiques ayant besoin des hommes pour leur protection. Autrement dit, bien que ces groupes se situent dans le cadre de sociétés structurées à partir d’une division sexuelle séparant la sphère privée de la sphère publique et construisant les rapports entre hommes et femmes sur la base du sexe, ces organisations sembleraient avoir réussi à se distancier de cette idéologie naturalisante qui construit comme déviantes les femmes impliquées dans des entreprises politiques et militaires.

  • 23 Dans le cas particulier du Pérou, les groupes armés contestataires auraient exigé que les relations (...)

24Le discours des femmes sur leurs expériences de la vie quotidienne dans le cadre de leur implication à la lutte armée est plus nuancé que cette apparente égalité dans la formation et l’assignation des tâches. En fait, les interviewées, particulièrement au Pérou, déclarent vivre des moments difficiles en raison des exigences continues, de l’épuisement mental et physique ainsi que des problèmes de santé qui en découlent. Les interviewées abordent en détails les contraintes de leur emploi du temps; la précarité économique vécue en raison de la primauté de la lutte armée sur toute autre activité (y compris les activités de subsistance économique); les restrictions au niveau de leur vie sociale et de leur confort; les contraintes sécuritaires; les risques encourus (qu’ils soient militaires, sanitaires, médicaux ou reliés à la criminalité ordinaire); la perte (fuite et démission, arrestation, disparition et décès) des camarades qui rappelle, de plus, la réalité des dangers auxquels elles sont confrontées. Elles soulignent également les moments de détente et de partage de camaraderie qui les valorisent et leur procure une vie sociale enrichissante. Sur le plan professionnel, les interviewées affirment avoir sacrifié leur formation scolaire ou universitaire ainsi que le développement d’une carrière au profit du groupe armé contestataire. Une fois retirées de la lutte armée, elles sont alors confrontées aux conséquences pragmatiques d’un tel sacrifice: les difficultés à trouver un emploi et la précarité économique qui en découle. Les difficultés associées à l’implication dans la lutte armée, combinées aux sacrifices professionnels? rendent les conditions de vie des femmes difficiles et précaires. Il est alors pertinent de se demander si ces situations ne traduisent pas finalement une appropriation collective du travail et du corps des femmes qui irait à l’encontre des principes égalitaires prônés par l’organisation. En fait, bien qu’elles parviennent à construire une famille en ayant des relations de couple durables avec des enfants, les interviewées témoignent ne pas avoir pas le temps, l’énergie ni la disponibilité mentale pour réussir une vie de famille équilibrée23.

« Quand il y avait des blessés, je pouvais passer parfois un jour ou deux sans dormir. J'étais de plus en plus impliquée et j'avais disparu en tant qu’individu, peu m'importait mon apparence, rien, tout n'était que les soins aux patients. (…) Je n'existais qu’en tant que membre de l'ensemble. Ils avaient tout pris. Je n'avais plus d'espace pour moi. J'arrivais, je cuisinais, je faisais le ménage, les lavais, les guérissais et après, j'allais dans un autre endroit et c'était pareil. Ils étaient nombreux, et nous, pas beaucoup. J'étais comme un instrument, un chaînon qui devait se trouver là. Et je ne pouvais pas dire «non, aujourd'hui je vais me promener avec mon époux, je vais cuisiner pour mon époux...»; Je n'avais pas de famille. Je veux dire, j'avais une famille en théorie. J'avais un époux, j'avais un enfant. Mais je n'étais pas... pour ainsi dire, une épouse ordinaire, qui comme tout le monde bon, fait de la cuisine pour son époux ou qui cuisine avec lui » (Yolanda).

  • 24 Nous faisons ici appel au concept développé par Goffman (1961).

25Une analyse des groupes armés contestataires en tant qu’institution totale24 permet d’envisager l’expérience des femmes comme la réussite de celle-ci dans son objectif principal de détruire et reconstruire l’identité des membres de l’organisation (hommes et femmes) selon le modèle du combattant. Malgré les limites du matériel recueilli dans cette recherche centrée sur les femmes, il convient de se demander si l’expérience d’appropriation vécue par les femmes découle d’une appropriation collective exclusive aux femmes et basée sur leur sexe ou d’une appropriation plus générale des individus, hommes et femmes, par l’institution? Autrement dit, l’appropriation vécue par les femmes existe-t-elle en raison de leur sexe? Est-elle également vécue par les hommes car découlant de la nature totale et non pas patriarcale de l’institution? Ou encore, est-elle le résultat d’une institution qui est à la fois totale et patriarcale?

26S’agissant des expériences des femmes auprès de leurs camarades masculins, les interviewées témoignent, de manière générale, de relations égalitaires et positives qui ne traduisent pas une vision déviante des femmes. Il y aurait, en principe, une répartition égalitaire des tâches domestiques et militaires et, lorsque des relations de couple se développent, elles seraient basées sur le respect et l’égalité malgré quelques exceptions. Cependant, à travers le discours des interviewées, il semblerait que les exceptions soient plus importantes ou, tout au moins, plus marquantes qu’on pourrait le percevoir de prime abord. Certaines interviewées rapportent l’existence d’attitudes machistes au niveau des activités et relations quotidiennes extérieures à la lutte armée ainsi qu’une vision caricaturale des femmes, similaire à celle du reste de la société. D’autres interviewées mentionnent des situations beaucoup plus difficiles tels des comportements violents ainsi que des cas d’agressions sexuelles répétées de la part du dirigeant d’une organisation. Même si le groupe armé contestataire donne des directives de comportement pour tenter de changer les rapports de domination des hommes vis-à-vis des femmes, les membres de l’organisation peuvent ne pas vouloir céder leurs prérogatives masculines. Les décisions d’une organisation basée sur des questions pragmatiques, de besoins ou de volonté expresse de changement de la structure sociale n’impliquent pas un changement automatique chez des individus ayant été socialisés au sein d’une société véhiculant des idéologies et valeurs traditionnelles.

27Cette contradiction dans l’expérience des femmes, entre des camarades masculins qui adhèrent aux principes égalitaires et ceux qui visent à maintenir leurs prérogatives, peut s’analyser selon les propos de Bourdieu (1998) qui affirme que le changement dans la relation de domination ne se produit pas uniquement par sa prise de conscience, mais à travers un changement dans la structure sociale. Les organisations auxquelles les femmes appartiennent présentent une volonté de créer des changements de niveau structurel. Ces changements sont progressifs et ne dépendent pas uniquement d’une décision prise par la direction mais également de la prise de conscience et de la volonté de ses membres. De plus, la création d’une nouvelle structure et de nouveaux rapports sociaux au sein d’un groupe coexistant avec la société traditionnelle rend plus difficile la présence d’un changement uniforme, particulièrement lorsque l’on considère que l’appropriation individuelle et collective des femmes sert l’intérêt des hommes. Implanter la nouvelle structure sociale signifierait renoncer aux avantages que l’ancienne structure représente pour eux, ce qui n’est pas un choix évident à faire. Ainsi, les membres d’une organisation peuvent à la fois partager l’idéologie et la perspective de l’organisation concernant la situation sociale suscitant le conflit et vouloir maintenir les rapports sexuels traditionnels d’oppression et de domination des femmes par les hommes.

5. Guerrières et politiques: citoyennes à part entière

28Le discours des interviewées démontre que leur implication dans la lutte armée n’est pas liée à l’amélioration des conditions de vie des femmes ou des changements dans les rapports entre les sexes malgré le positionnement féministe de certaines d’entre elles. Cependant, leur implication dans la violence politique a des conséquences réelles et concrètes sur cette question. En fait, malgré l’absence d’un agenda particulièrement féminin ou féministe, leur participation en politique par la voie des armes questionne les représentations sociales sur la nature féminine et la différence naturelle hommes-femmes. Autrement dit, elle vient affaiblir l’idéologie naturalisante qui est à la base de l’attribution de l’étiquette de déviante à l’implication des femmes dans la politique et le militaire. La participation des femmes à des activités militaires dans le cadre des conflits armés internes mènerait à un bouleversement des rapports sociaux traditionnels et de la conception du rôle des femmes dans la société. Selon la vision traditionnelle, les femmes présenteraient une incapacité naturelle à participer aux entreprises guerrières. L’expérience des femmes rencontrées infirme cette croyance puisqu’elles ont été capables de suivre un entraînement militaire et de participer à des activités guerrières avec succès sans que leur morphologie ou psychologie soient un obstacle. De plus, l’attribution d’une incapacité naturelle de tuer en raison de leur capacité d’enfanter est également remise en question puisque les interviewées ont été capables de faire les deux en parallèle. Finalement, le postulat déterministe prônant que les femmes s’impliquent dans la lutte armée en raison de causes intrinsèques à leur nature est réfuté par les femmes rencontrées, qui se positionnent en tant qu’acteurs sociaux qui adoptent un projet politique et optent pour la lutte armée comme le seul moyen de le mettre en œuvre. Ainsi, à travers cette simple décision, et souvent à leur insu, elles bouleversent la vision que la société a des femmes comme étant «naturellement» pacifistes et elles transgressent les normes sociales en s’incorporant dans un domaine traditionnellement circonscrit aux hommes.

29La participation des femmes à la lutte armée n’est qu’une des stratégies utilisées par celles-ci pour mettre en place leur projet politique puisqu’elles participent également à la politique non-armée avant, pendant et/ou après leur implication dans des activités guerrières. Cette participation dans la politique non-armée est plus évidente chez les interviewées irlandaises qui, à leur sortie de prison, se sont recyclées dans le travail politique traditionnel ainsi que dans le travail communautaire. Dans le cas du Pérou, cette réorientation a été plus difficile en raison du contexte mais également de la situation spécifique des interviewées qui étaient incarcérées au moment de l’entrevue. Par contre, celles qui se trouvaient en liberté conçoivent l’exercice de leur profession actuelle comme une continuation de leur travail politique. La présentation d’un discours politique élaboré et cohérent combiné à des pratiques au sein d’organismes communautaires, mouvements sociaux ou partis politiques dénonce et conteste l’exclusion des femmes de ce domaine réservé traditionnellement aux hommes. Ainsi, même si, subjectivement les femmes ne se perçoivent pas comme des acteurs bouleversant la division privé/public, elles opèrent objectivement ce bouleversement.

30Traiter de l’implication des femmes au sein des groupes armés contestataires signifie aborder deux terrains vastes et épineux qui sont à la base du concept et de la pratique de la citoyenneté: l’incorporation des femmes dans les entreprises guerrières et leur participation dans la politique. Malgré le manque de motivation explicite du questionnement de la division genrée de la société, les femmes impliquées dans la lutte armée ont, objectivement, un impact sur celle-ci car elles ont pris leur place en tant qu’acteurs militaires et politiques ce qui devrait leur ouvrir la porte pour obtenir une citoyenneté à part entière. Cependant, bien que les communautés aient requis une telle abnégation de la part des femmes et que celles-ci aient accepté de réaliser «le sacrifice ultime» pour leur communauté et mourir pour la cause, la fin du conflit n’a pas conduit à la reconnaissance d’une pleine citoyenneté pour ces femmes. Il semblerait que les groupes armés contestataires, une fois au pouvoir, oublieraient progressivement la participation des femmes qui serait reléguée à un rôle secondaire et traditionnel et, par conséquent, négligeable. Ainsi l’inclusion des femmes dans la politique, à des postes visibles mais sans pouvoir, est présentée comme une récompense de leur coopération et non pas un droit et un dû. Les interviewées irlandaises dénoncent à cet effet la facilité avec laquelle le mouvement républicain «oublie» la participation militaire et politique des femmes dans les discours, les fresques et autres commémorations. De plus, elles affirment qu’il leur est difficile de se faire une place dans les postes de haut niveau de la politique traditionnelle au sein même du mouvement républicain. En fait, la documentation consultée fait bien état de cet oubli et de ces difficultés dans le cadre d’autres conflits et les analyse comme des stratégies utilisées par les sociétés pour rétablir les relations traditionnelles bouleversées lors du conflit. Ainsi, particulièrement en Irlande, la fin du conflit risque finalement d’entraîner un recul des avancées réalisées par les femmes impliquées dans la lutte armée en ce qui concerne l’accès à une citoyenneté à part entière pour toutes les femmes. Au Pérou, l’échec militaire des groupes armés contestataires, le moindre investissement en politique par les femmes impliquées dans la lutte armée ainsi que le faible appui de la population, ont fait en sorte que l’implication dans la lutte armée ait un moindre impact sur l’accès à une citoyenneté complète pour les femmes. On pourrait même argumenter que cette implication ait pu avoir l’effet inverse en renforçant les rôles et les rapports traditionnels entre les sexes en raison des représentations sociales négatives des femmes investies dans la politique et dans les armes comme étant violentes, sanguinaires et dangereuses. Ainsi, au Pérou, la fin du conflit et l’oubli de l’implication des femmes constituent, finalement, des conditions plus favorables pour permettre éventuellement à celles-ci d’investir les espaces militaires et politiques et ainsi obtenir une citoyenneté à part entière.

31L’implication des femmes dans la lutte armée soulève le débat: déviantes ou politiques? Ce questionnement sous-tend des répercussions importantes sur la protection ou le renversement des rapports sociaux traditionnels. D’une part, nous retrouvons ceux qui veulent protéger le statu quo et la domination des femmes facilitée par leur assignation à une citoyenneté de deuxième classe en raison de leur exclusion de ses domaines centraux  (les entreprises guerrières et politiques) à travers d’un discours naturalisant qui biologise l’exclusion et par conséquent la domination des femmes. L’attribution de l’étiquette de déviant devient ainsi l’outil principal de la protection du statu quo. D’autre part, nous retrouvons des femmes qui - consciemment ou à leur insu - renversent les rapports sociaux traditionnels en investissant des domaines dont elles sont habituellement bannies et en exigeant ainsi une reconnaissance en tant que citoyennes à part entière à travers un positionnement en tant qu’acteurs sociaux, politiques et militaires légitimes et non pas déviants. Finalement, une troisième position plutôt utilitariste semble incarnée par les groupes armés contestataires qui, ayant besoin de l’implication des femmes dans la lutte armée pour obtenir le pouvoir, se doivent de proposer une idéologie interne qui permette à celles-ci d’être des combattantes effectives tout en s’assurant de ne pas transformer véritablement les rapports sociaux qui devront redevenir traditionnels une fois la prise du pouvoir obtenue. Ainsi, pour ces organisations, il s’agit de trouver l’équilibre qui situe comme citoyenne l’implication des femmes dans la politique et le militaire sous la direction du groupe et qui maintient comme déviante toute implication dans ces domaines qui ne soit pas avalisée par le groupe.

Haut de page

Bibliographie

Bourdieu, P., 1998, La domination masculine, Seuil, Paris.

Cooper, H. H. A., 1979, Women as a Terrorist, in : Adler, F., Simon R. (Eds), Criminology of Deviant Women, Houghton Mifflin, Boston, 150-157.

Cunningham, K. J., 2003, Cross Regional Trends in Female Terrorism, Studies in Conflict and Terrorism, 26, 171-195.

Dayan-Herzbrun, S., 2000, La mixité dans le politique, in : Ballmer-Cao, T.-H., Mottier, V., Sgier, L. (dir.), Genre et politique: débats et perspectives, Gallimard, Paris, 281-299.

Dombrowski, N. A., 1999, Soldiers, Saints, or Sacrificial lambs? Women's Relationship to Combat and the Fortification of the Home Front in the Twentieth Century, in : Dombrowski, N. (Ed.), Women and War in the Twentieth Century: Enlisted with or without Consent, Garland Publishing Inc., New York, 2-37.

Fare, I., Spirito, F.,1982, Mara et les autres, Feltrinelli, Milan.

Felices-Luna, M., 1999, Les femmes «terroristes»: le cas du Sentier Lumineux du Pérou, Université de Montréal, Montréal.

Goffman, E., 1961, Asylums, Penguin Books, London.

Guenivet, K., 2001, Violences sexuelles: la nouvelle arme de guerre, Michalon.

Guillaumin, C., 1978a, Pratique du pouvoir et idée de Nature (1), L'appropriation des femmes, Questions Féministes, 2, 5-30.

Guillaumin, C., 1978b, Pratique du pouvoir et idée de Nature (2), Le discours de la Nature. Questions Féministes, 2-3, 3-28.

Héritier, F., 1996, Masculin, féminin. La pensée de la différence, O. Jacob, Paris.

Izraeli, D. N., 2000, Gendering Military Service in the Israel Defence Forces, in : DeGroot, G., Peniston-Bird, C. (Eds), A Soldier and a Woman: Sexual Integration in the Military, Longman, Toronto, 256-274.

Jenson, J., Phillips, S.D., 1996, Regime Shift: New Citizenship Practices in Canada, International Journal of Canadian Studies, 4, 1-25.

Marshall, I. H., Webb, V., Hoffman, D., 1986, Review of Explicit and Implicit Propositions about Women's Participation in Violent Political Conflict, Resources for Feminist Research, 14, 20-22.

Moller Okin, S., 2000, Le genre, le public et le privé, in : Ballmer-Cao, T.-H., Mottier, V., Sgier, L. (dir.), Genre et politique: débats et perspectives, Gallimard, Paris, 345-396.

Moser, C., Clark, F., 2001, Victims, Perpetrators or Actors? Gender, Amred Conflict and Political Violence, Zed Books, London.

O'Connor, J. S., 1996, Citizenship, Welfare State Regimes and Gender Stratification, Current Sociology, 44, 2, 48-77.

Peniston-Bird, C., 2000, Ambiguity, Contradiction and Possibility, in: De Groot, G., Peniston-Bird, C., (Eds), A Soldier and a Woman: Sexual Integration in the Military, Longman, Toronto, 175-184.

Phillips, A., 2000, Espaces publics, vies privées, in : Ballmer-Cao, T.H., Mottier, V., Sgier, L. (dir.), Genre et politique: débats et perspectives, Gallimard, Paris, 397-454.

Pires, A. P., 1997, Échantillonnage et recherche qualitative: essai théorique et méthodologique, in : Poupart, J. et al. (Eds), La recherche qualitative: enjeux épistémologiques et méthodologiques, Gaëtan Morin, Montréal, 113-169.

Reynaud, E., 1988, Les femmes, la violence et l'armée: essai sur la féminisation des armées, FEDN, Paris.

Rioux, J. S., Gagné, J., 2005, Femmes et conflits armés: réalités, leçons et avancements politiques, Les presses de l’Université de Laval, Saint-Foy.

Stasiulis, D., et Bakan, A., 1997, Negotiating Citizenship, Feminist Review, 57, 112-139.

Tabet, P., 1979, Les mains, les outils, les armes, L’Homme, 19, 5-61.

Talbot, R., 2001, Myths in the Representation of Women Terrorists, Éire-Ireland: a Journal of Irish Studies, 35, 165-186.

Taylor, C., 2000, 'And Don't Forget to Clean the Fridge': Women in the Secret Sphere of Terrorism, in : DeGroot G., Peniston-Bird, C. (Eds), A Soldier and a Woman: Sexual Integration in the Military, Longman, Toronto, 294-304.

Van Creveld, M., 2002, Les femmes et la guerre, Éditions du Rocher, Monaco.

Victor, B., 2003, Shahidas, les femmes kamikazes de Palestine, Flammarion, Québec.

Yuval-Davis, N., 1997, Women Citizenship and Difference, Feminist Review, 57, 4-27.

Haut de page

Notes

1 Le système utiliserait la « loi de la nature» pour exclure les femmes de la politique en les assignant à un rôle sexuel et maternel présenté comme impliquant des faiblesses liées à leur nature (Dayan-Herzbrun, 2000). Yuval Davis (1997) considère que l’exclusion des femmes de la sphère publique permettait l’attribution des droits aux hommes en tant qu’individus mais également en tant que représentants des membres de la famille n’ayant pas une pleine citoyenneté.

2 Que ce soit au sein de mouvements indépendantistes, d’armées révolutionnaires, d’organisations de résistance ou de groupes insurrectionnels, les femmes des quatre coins du monde ont utilisé la violence à des fins politiques dans des régions aux cultures, religions, histoires et organisations politiques variées (Cunningham, 2003).

3 L’intérêt scientifique pour l’étude des femmes dans les conflits armés s’est développé principalement à partir des années 1990 mais les recherches ont principalement porté sur la victimisation des femmes et moindrement sur leur rôle réel ou potentiel en tant qu’agents pacificateurs (Moser, Clark, 2001 ; Rioux, Gagné, 2005).

4 Bien que plusieurs pays aient incorporé des femmes dans leurs organisations militaires, aucun ne les admet encore dans les unités de combat (Guenivet, 2001).

5 Héritier (1996) explique comment les différences biologiques symbolisées par exemple par la perte du sang par les menstruations servent à construire les différences entre hommes et femmes ainsi que la création d’une classification hiérarchique qui oriente comment on pense le monde et qui permet la création et le renouvellement de domaines masculins réservés qui reproduisent ces différences hiérarchiques.

6 Tabet (1979) conteste les fondements « naturels » des divisions sexuelles du travail qui attribuent aux hommes certaines tâches en raison de leur force physique en démontrant comment le travail des femmes requiert également une force physique importante. La division du travail se baserait en fait non pas sur la différence de force physique mais plutôt des outils associés aux diverses tâches. Les tâches des femmes auraient des outils simples tandis que celles des hommes auraient des outils plus complexes qui augmentent sa force et qui lui permettent de produire des nouveaux outils. Ainsi la division sexuelle du travail serait une question de rapports de pouvoir et de domination et non pas de concordance avec les capacités physiques.

7 Des limites internes ont toujours séparé le citoyen à part entière du citoyen de deuxième classe qui a des droits limités (Jenson, Phillips, 1996). Lorsque les membres de la communauté ne satisfont pas les obligations associées à la citoyenneté, ils se voient conférés le statut de citoyens de deuxième classe ou, du moins en pratique, sont relégués à une citoyenneté partielle dans leurs rapports à l’État et à la société (Yuval-Davis, 1997). Cependant, le statut formel de citoyen n’implique pas toujours une appartenance sociale complète dans le sens d’une capacité égale d’exercice des droits de citoyens. Ainsi plusieurs groupes, y compris les femmes, se trouvent encore sous-représentés dans le système politique formel et au niveau décisionnel, limitant ainsi l’exercice de leurs droits civils (O’Connor, 1996).

8 Marshall et al. (1986) signalent l’existence de théories qui expliquent le « terrorisme» féminin comme une stratégie de résolution de problèmes personnels ou d’ordre sexuel. Les femmes sont présentées comme étant plus froides, fanatiques, cruelles et brutales que les hommes en raison d’un court-circuit dans leur sexualité. Cooper (1979) décrit les femmes « terroristes» comme étant obsessives et pathologiques ce qui les empêcheraient de penser stratégiquement, les pousseraient à adopter des rôles masculins en participant, maladroitement, à un jeu d’hommes.

9 Ces récits de vie ont été recueillis au cours de plusieurs rencontres pour un total de 4 à 10h avec chaque interviewée.

10  En raison du contexte légal condamnant à des peines d’emprisonnement les individus reconnaissant leur appartenance à un groupe armé contestataire, certaines interviewées irlandaises ont reconnu leur participation à des activités militaires sans établir un lien d’appartenance avec une organisation armée.

11  Selon Pires (1997), ce type d’échantillonnage permet au chercheur de travailler comme s’il s’agissait d’études de cas uniques tout en utilisant les données recueillies de manière complémentaire ou pour établir des contrastes. Le nombre de cas étudiés est limité en raison de l’approfondissement de ceux-ci.

12 Les femmes rencontrées ont été liées à des organisations différentes. Leur implication variait d’une durée de trois ans à plus de 30 ans, ayant atteint des niveaux hiérarchiques divers au sein de leur organisation (combattant, responsable, cadre et direction) et dont l’expérience combinée concerne une multiplicité de domaines (combat, manœuvres militaires, logistique, transport, surveillance, presse et propagande, sécurité, santé…). Certaines de ces femmes ont été ou sont encore incarcérées pour des peines allant de 3 ans à la perpétuité tandis que d’autres n’ont jamais eu affaire au système de justice. De plus, si le terrain péruvien a donné accès à des femmes qui se sont retirées de la lutte armée et de la politique et, en quelque sorte, regrettent leur implication, le terrain irlandais nous a permis de rencontrer des femmes qui ne regrettent pas leur implication et continuent celle-ci par la voie des armes, par la politique traditionnelle ou par le travail communautaire.

13 La première action du Sentier Lumineux fut menée par une femme et les escadrons de la mort, surtout en milieu urbain, étaient dirigés par des femmes qui étaient chargées du « tir de grâce».

14 Pour plus d’information sur les représentations sociales des femmes membres du Sentier Lumineux voir Felices-Luna (1999).

15 Les entrevues ayant été conduites en anglais ou en espagnol, les citations ont été traduites par l’auteure.

16 Le terme « groupe armé contestataire » désigne des groupes organisés qui utilisent la lutte armée pour des raisons politiques. Ce terme, d’apparence plus neutre tant au niveau moral que politique, permet d’éviter l’utilisation controversée d’autres qualificatifs tels que « terroriste», « insurrectionnel» ou « guérilla ».

17 L’implication des femmes dans la lutte armée est un parcours accidenté souvent initié par une forte vocation même s’il s’accompagne de moments de doute caractérisés par une continuation de leur implication qui peut être circonstancielle ou sous contrainte. Dans d’autres cas, l’incorporation dans un groupe armé contestataire se fait en raison des circonstances ou sous contrainte mais la continuation de l’implication se poursuit suite à un développement vocationnel.

18 Il importe de souligner que Carey en Irlande et Ximena au Pérou s’identifient comme féministes et incluent dans leur description du contexte social, historique et politique les rapports de genre en élaborant une analyse de ceux-ci à travers le concept du patriarcat. Elles expriment le besoin et la volonté de participer au démantèlement de la société patriarcale mais ne lient pas ce projet politique à leur implication dans la lutte armée.

19 Nous utilisons ici la théorie de l’appropriation individuelle et collective de Guillaumin (1978a, 1978b)

20 En principe, les groupes armés contestataires impliqués dans le conflit irlandais et péruvien, ont un code moral détaillé qui explicite les comportements interdits et les conséquences punitives de ceux-ci. Par exemple, le vol est interdit sauf s’il s’agit d’obtenir des ressources pour la lutte armée sous l’ordre direct d’un(e) supérieur(e).

21 En analysant l’assignation des tâches, il importe de soulever que celle-ci dépend non seulement du projet politique ou idéologique de l’organisation mais également des capacités et habilités concrètes de chaque individu. À cet égard, il paraîtrait évident que si les femmes, tout comme les hommes, ont été socialisées dans le cadre d’une idéologie naturalisante et d’une société divisée en espaces public et privé, leurs capacités et habilités correspondront, généralement, à celles associées à leur genre risquant par ce fait une reproduction des rôles traditionnels. Néanmoins, les interviewées sembleraient avoir rarement été assignées à des tâches traditionnellement associées aux femmes ce qui pourrait signifier que le « déterminant » culturel aurait été contourné par la formation octroyée par ces organisations, démontrant ainsi leur engagement à la transformation des rôles sociaux.

22 Les interviewées accordent peu d’importance aux réticences exprimées par certains hommes soit parce qu’ils changeraient d’opinion après avoir travaillé avec elles, soit parce qu’elles considèrent que les doutes exprimés par les hommes traduisent leurs propres limitations et non celles des femmes.

23 Dans le cas particulier du Pérou, les groupes armés contestataires auraient exigé que les relations conjugales soient mises au service de la cause et que leurs enfants, conçus comme propriété de l’organisation, soient remis au soin de celle-ci. C’est au niveau de la famille que les femmes construisent qu’on ressent dans leur discours un certain souci de ne pas être « déviantes » dans leur rôle de mère et épouse, sans que ce souci entraîne automatiquement leur abandon de la lutte armée.

24 Nous faisons ici appel au concept développé par Goffman (1961).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maritza Felices-Luna, « L’implication des femmes au sein des groupes armés contestataires : la déviance au service d’une entreprise citoyenne », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. IV | 2007, mis en ligne le 04 décembre 2007, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/champpenal/3173 ; DOI : 10.4000/champpenal.3173

Haut de page

Auteur

Maritza Felices-Luna

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals