Navigation – Plan du site

Éditorial Juillet 2009

Nicolas Carrier et Gilles Chantraine

Texte intégral

Histoires de jeunesse

1Jeune, la revue l’est toujours : indépendante, gratuite et en libre accès, numérique, bilingue (français/anglais), internationale, et allergique à toute tentation autoritaire d’enfermement disciplinaire.

2Jeune, la revue l’est peut-être même davantage aujourd’hui qu’hier. Soulignons notamment l’admission récente de huit jeunes intellectuelles et intellectuels (Emmanuel Blanchard, Coline Cardi, Mathilde Darley, Sophie Dreyfus, Nicolas Fischer, Virginie Gautron, Marwan Mohammed, Cédric Moreau de Bellaing) au sein d’un conseil scientifique et d’orientation dont le caractère pluridisciplinaire s’affirme sans gêne et se renforce : l’histoire, la sociologie, les sciences juridiques, la science politique, la philosophie, la psychiatrie, la psychologie, l’économie et la criminologie y sont représentées. Nous serons attentifs à renforcer ce caractère pluridisciplinaire ; songeons par exemple à l’apport potentiel des géographes, dans leur capacité à renouveler, entre autres choses, le regard analytique sur l’espace architectural pénitentiaire et sur les logiques de contrôle et d’exclusion qui animent certaines transformations de l’organisation spatiale urbaine.

3Jeune, la revue n’en est pourtant pas à ses premiers balbutiements : près de cinquante articles ont été publiés en français. Plus de la moitié de ceux-ci sont également disponibles en anglais, et en cela Champ pénal / Penal Field a maintenu et maintiendra son ambition de se constituer « passeuse » de frontières linguistiques, nationales et disciplinaires, particulièrement en favorisant la diffusion des travaux de chercheuses et chercheurs francophones dans et hors la Francophonie.

4Jeune, la revue n’est pas pour autant méconnue : hébergée au sein d’un espace respecté, visible et dynamique n’accueillant que des revues scientifiques à comité de lecture, Revues.org, elle reçoit en moyenne 10 000 visiteurs par mois, dont la plupart proviennent de France, du Canada, des États-Unis et de la Belgique.

5Jeune, la revue n’en est pas moins reconnue : les activités de Champ pénal / Penal Field, particulièrement les traductions d’articles, sont notamment rendues possibles par des subventions provenant, en France, du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et de la Mission de recherche Droit et Justice (GIP Justice), lesquelles en retour sont un des témoins de l’appréciation très favorable que ces institutions portent sur la revue.

« Pour » et « contre » la criminologie

6Là où, de par le monde, la criminologie s’est durablement institutionnalisée ou cherche à renforcer son institutionnalisation, et là où des acteurs variés veulent se constituer représentants d’un espace strictement criminologique, s’observent de nombreuses réactions passionnées – et/ou des résistances passives –d’analystes – souvent rigoureux – du champ pénal cherchant à se distinguer fermement de toute qualification criminologique. Si la revue Champ pénal / Penal Field ne rejette pas nécessairement cette qualification, c’est d’abord qu’elle n’appréhende pas la criminologie comme une discipline mais bien comme un domaine d’études ; en l’occurrence un domaine d’études dont les frontières sont incertaines, et font l’objet de débats constamment renouvelés. Par ailleurs, Champ pénal / Penal Field refuse et refusera l’idée selon laquelle une harmonie et un consensus interne (théorique, conceptuel, etc.) sont possibles au sein de ce domaine d’études. Que la terminologie commune (« la » criminologie) jamais n’invisibilise les dissensus irréductibles qui le traversent et le structurent, cela n’est possible que par le maintien et le dynamisme d’un espace fertile pour la pensée critique.

7À l’encontre d’une « criminologie conventionnelle », prise ici comme ensemble de discours et pratiques à prétention savante sur des objets ontologisés et non-problématisés (le crime, le criminel), à l’encontre également d’une « criminologie administrative », qui s’emprisonne implicitement voire explicitement dans les catégories des appareils d’État, le projet de La nouvelle revue internationale de criminologie est plutôt d’ouvrir ses pages à des analyses variées du « champ pénal », domaine qui convoque et mobilise l’ensemble des sciences sociales. Si Champ pénal / Penal Field n’entend nullement favoriser la dissémination de l’empiricisme usuel de la criminologie conventionnelle (notamment caractérisé par son incapacité à penser sa généalogie, ainsi que par des prétentions à l’universel et l’intemporel aveugles à la médiation théorique, et donc culturelle, de toute saisie du réel), elle entend évidemment publier des contributions empiriques et/ou théoriques rigoureuses et originales. En ce sens, ce n’est pas par mimétisme avec les pratiques de recherche des criminologies conventionnelle et/ou administrative que la recherche criminologique en sciences humaines construit ses bases. Celles-ci s’élaborent plutôt dans une tension entre, d’un côté, l’enracinement dans des disciplines qui ont maintenant acquis leurs lettres de noblesse (nous ne revenons pas ici sur les cadres épistémologiques et les exigences méthodologiques de chacune d’elles, ni sur la nécessaire remise en cause systématique par soi et ses pairs, au sein d’arènes proprement scientifiques, des résultats et interprétations dont on connaît la nature nécessairement partielle et provisoire), et, d’un autre côté, par une volonté de dialogue et d’échanges pluri-, trans- et interdisciplinaires – volonté qui, notons-le au passage, n’est en rien spécifique au débat criminologique et qui touche aujourd’hui des domaines d’études variés en sciences sociales.

8Dès lors, la vocation de la revue ne réside certainement pas dans la reconduction et la promotion de pratiques culturelles qui, en s’inscrivant dans l’espace scientifique, participent à la naturalisation et à l’universalisation des concepts et catégories, éminemment politiques, rendant possibles, voire présentant comme « nécessaires » et « inévitables », tels ou tels usages sociaux du droit criminel. Champ pénal / Penal Field favorise à l’inverse la diffusion de contributions rigoureuses dont les postures épistémologiques, les cadres théoriques, les choix des objets, les « terrains » et les décisions méthodologiques mettent à distance les fondations socio-culturelles, juridiques, politiques, géopolitiques, historiques, idéologiques, économiques et scientifiques des discours et pratiques, diverses et contradictoires, du champ pénal. Le dialogue criminologique critique est nourri par une inquiétude politique toujours renouvelée quant aux usages sociaux du droit criminel et de son articulation aux autres modalités coercitives de régulation sociale.

9Par ailleurs, de l’analyse des « situations-problèmes » (toujours potentiellement « criminalisables ») aux déviances criminalisées, de l’analyse des régulations étatiques au contrôle social et à la répression, de l’analyse des modes alternatifs de résolution des conflits à celles des régressions pénales contemporaines, de l’analyse des représentations populaires du crime à la déconstruction des savoirs sérieux et des discours de vérité portant sur la question criminelle (histoire de la criminologie), de l’analyse des rapports intimes au crime à celles du traitement médiatique du système pénal, de l’analyse des conséquences pénales des politiques sociales à celle des conséquences pénitentiaires des politiques pénales, les objets d’une criminologie critique sont d’abord ceux dont les chercheuses et les chercheurs se saisissent, parfois et souvent à l’encontre même des frontières instituées. Le spectre des investigations possibles est d’autant plus large que le « champ pénal » n’est pas constitué de pratiques et discours homogènes, qui en dessineraient clairement, autoritairement et définitivement la frontière par l’officielle et formelle criminalisation de personnes pour des actes, omissions et conditions variés ; les usages sociaux du droit criminel ne le saturent jamais. En d’autres termes, l’effort de constitution et de maintien d’un espace de dialogue scientifique, criminologique et critique est nécessairement aussi une activité réflexive sur ce qui constitue cet espace (articulations des thèmes, articulations des disciplines mobilisées), et donc en constante évolution. Conséquemment, la revue ne ferme nullement (bien au contraire !) ses pages aux chercheuses et chercheurs qui ne se reconnaissent pas comme criminologues : c’est l’une des conditions de son ouverture, de sa porosité, et donc de sa qualité. Si l’on peut reconnaître l’expertise qu’a pu générer dans certains pays l’institutionnalisation universitaire de la criminologie, reconnaissons également les limites de toute spécialisation.

10En bref, la criminologie critique œuvre toujours en même temps « pour » la criminologie, en ce sens qu’elle croit à la fécondité d’une approche pluridisciplinaire, et, pour reprendre le mot de Stanley Cohen, « contre » la criminologie (against criminology) parce que sa terminologie même et son éventuelle institutionnalisation universitaire risquent toujours de produire la représentation selon laquelle le « crime » constituerait un phénomène social si spécifique que seuls des experts patentés pourraient en comprendre la nature véritable et la substantifique moelle. Au creux de cette contradiction originelle résident au moins autant une difficulté, une exigence de rigueur et d’imagination, qu’une source de joie et de démocratie scientifique relative : ce sont aussi les auteur-e-s et pas uniquement le comité scientifique de la revue, qui en soumettant leurs articles, transformeront l’espace éditorial qui les accueilleront, et l’objet même du dialogue criminologique critique.

Des potentialités aux stratégies

11Champ pénal / Penal Field n’a sans doute pas encore su tirer le plein profit des forces, internes et externes, sur lesquelles la revue peut s’appuyer pour prendre un envol encore plus assuré et pour mieux communiquer, sur la scène internationale, la richesse de ses idiosyncrasies particulières. À cet égard, diverses initiatives sont envisagées, et certaines sont déjà entamées :

12- Depuis 2009, Champ pénal/Penal Field a pour sous-titre non plus « nouvelle revue française de criminologie » mais « nouvelle revue internationale de criminologie ». La modification est lourde de sens. Elle vient témoigner des contributions essentielles à la revue de chercheurs et chercheuses basé(e)s hors de France : Allemagne, Belgique, Canada, États-Unis. On peut souhaiter que l’officialisation de cette internationalisation signe le début d’une consolidation déterminante. C’est dans la poursuite de cet objectif que Champ pénal / Penal Field ouvre, pour la première fois et dans le cadre d’une année expérimentale, ses pages à des articles en anglais, tout en poursuivant sa politique de traduction systématique des articles publiés en français – dans les limites temporelles imposées par ses capacités financières. Gageons que l’ouverture à des publications unilingues anglaises, soumises, comme les articles francophones, aux critères des publications scientifiques de haut niveau, ouvre à davantage de possibilités de dialogues. Vouloir, par la traduction des articles francophones en anglais, nourrir échanges et débats, et participer aux controverses dans des espaces intellectuels, académiques et politiques anglo-saxons, appellent en retour cette ouverture. Cette volonté et ce parti-pris impliquent que l’expérience ne sera reconduite, à l’issue de cette période « test », que dans la mesure où elle favorise effectivement un dialogue, et qu’elle ne se contente pas de « supporter » (avec ou sans anglicisme) une parole anglo-saxonne – elle aussi plurielle et conflictuelle – qui trouve déjà un nombre impressionnant d’arènes scientifiques légitimes où s’exprimer.

13- Afin de dynamiser la lisibilité et la visibilité de la revue, Champ pénal / Penal Field entreprendra de maximiser son référencement dans les bases de données académiques. Cela fera suite à une intense opération chirurgicale qui, dès l’automne, donnera à la revue et à son site Internet un nouveau visage. Ce ravalement facial opéré par Revues.org (que leurs responsables soient remerciés ici) permettra de rendre accessibles les articles dans le format de document portable (pdf) usuel de la scène académique et condition sine qua non de l’intensification de leur circulation.

14- À l’avenir, nous tenterons également de mieux exploiter les possibilités que présente le support électronique. À titre d’exemple, les analyses du champ pénal continuent, de façon générale mais avec des exceptions importantes, notamment en anthropologie et chez certains représentant(e)s de la Cultural Criminology, à négliger l’usage de l’image et du son. Champ pénal / Penal Field invite donc les analystes y soumettant des contributions originales à innover et à exploiter les possibilités que présentent les publications électroniques.

15- Enfin, dernière mais importante nouveauté, la revue ajoute à ses pratiques actuelles celle de la constitution de « dossiers ». Ceux-ci viendront s’ajouter, et non se substituer, aux articles individuels proposés librement par les auteurs, et publiés dans le volume de l’année en cours, avec toute la souplesse que permet le numérique (individualisation des soumissions, évaluation et publication des articles). Sous la coordination d’une ou de plusieurs personnes membres du Conseil scientifique et d’orientation, ou en collaboration avec un « coordinateur invité », les dossiers de Champ pénal / Penal Field regrouperont un minimum de quatre articles scientifiques sur une thématique particulière. Un premier appel à contribution, coordonné par Nicolas Fischer et Mathilde Darley, consacré aux phénomènes de pénalisation du contrôle de l’immigration, circule déjà sur Internet et au sein des réseaux académiques. Ce premier dossier revêt pour nous une importance symbolique particulière, en ce sens qu’il témoigne parfaitement de l’orientation pluridisciplinaire de la revue, de sa vocation critique, et de la réflexion sur les « frontières » (ici, dans tous les sens du terme) de la criminologie que Champ pénal / Penal Field poursuivra par la suite. D’autres appels à contribution sont envisagés ou en cours d’élaboration (sur les « déviances » sexuelles, sur les rapports entre genre et violence, sur la gestion étatique et située des désordres sociaux, sur les usages du droit dans les institutions d’enfermement, sur l’abolitionnisme, sur les politiques de contrôle des drogues, sur les questions épistémologiques traversant les analyses critiques et pluridisciplinaires du champ pénal).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Carrier et Gilles Chantraine, « Éditorial Juillet 2009 », Champ pénal/Penal field [En ligne], Editoriaux, mis en ligne le 16 octobre 2009, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/champpenal/7414

Haut de page

Auteurs

Nicolas Carrier

Articles du même auteur

Gilles Chantraine

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals