Navigation – Plan du site

Compte rendu du livre de Nicolas Bourgoin. Les chiffres du crime : statistiques criminelles et contrôle social (France, 1825-2006), Paris, L'Harmattan, 2008, 174 pages.

Emmanuel Didier

Texte intégral

1Suivant une méthode inspirée par les travaux fondateurs d’Alain Desrosières et dont la productivité n’est plus à prouver aujourd'hui, Nicolas Bourgoin propose d’envisager un problème social : ici celui de la criminalité, par le biais de la façon dont il est connu et, plus précisément, mis sous forme statistique, par l’État.

2Sous ce rapport, Nicolas Bourgoin fournit un travail documenté et en même temps assez leste pour parcourir une longue période de temps. Il commence (chap. 1) par exposer les différences entre statistiques policières, statistiques judiciaires et statistiques pénitentiaires. Puis (chap. 2) il les utilise pour mettre en place une périodisation depuis 1825 de l’évolution de la « criminalité légale », qui lui permet de montrer comment le passage d'une criminalité d'atteinte aux biens à une criminalité d'atteinte à la personne (viols d'enfants, lutte contre l’avortement) est explicable par des variations de la loi davantage que par celle du crime lui-même. Il caractérise ensuite (chap. 3), autant que faire se peut avec ces sources, les propriétés sociales des criminels et montre qu'il s’agit surtout de jeunes, souvent relégués, et souvent étrangers. Il insiste alors (chap. 4) sur ce qu'il appelle « une remarquable continuité » traversant les deux siècles étudiés : le caractère prolétarien du "criminel" et la stabilité des populations cibles de la répression (jeunes et étranges, notamment) (115). Nicolas Bourgoin n’a pas réuni de données statistiques inédites, par conséquent ses conclusions sur les statistiques criminelles ne sont pas très surprenantes, mais il les présente d’une plume claire et agréable et, à ma connaissance, cite la littérature la plus importante et ne commet pas d’erreur factuelle.

3Ce qui est beaucoup plus surprenant dans ce livre est qu’il soit, clairement et de façon parfaitement assumée, marxiste. Le processus de criminalisation relève de la lutte des classes écrit l’auteur dès la page 11 de son ouvrage. Puis il développe : [la statistique criminelle] constitue une production sociale dont l’État a le monopole (29). Cet étiquetage est en dernier lieu le fait de l’État en tant qu'instrument d'oppression d'une classe par une autre (137) conclut-il. On retrouve ainsi dans les ressources conceptuelles de Nicolas Bourgoin les principaux concepts du marxisme : classes sociales, luttes des classes, idéologie dominante, monopole d’État, etc. Si le marxisme a joué un rôle capital dans l’histoire et la sociologie des sciences pendant les années 1970, il faut remarquer que ce paradigme est resté presque complètement absent de la sociologie et de l’histoire de la statistique en France. Cette greffe constitue donc une nouveauté.

4Il me semble qu’elle est parfaitement recevable aujourd’hui, en particulier parce que la question du rôle critique de la sociologie est très souvent débattue. En sociologie des statistiques par exemple, on se demande volontiers quels sont les effets du déconstructionnisme (par exemple : Ian Hacking, Entre science et Réalité, la construction sociale de quoi ?, Paris, La Découverte, 2001). L’idée de l’adosser à une visée révolutionnaire marxiste de critique radicale de l’État me semble être une piste qui mérite tout à fait d’être explorée, surtout en ces temps où une institution comme l’Observatoire National de la Délinquance (OND) peut par certains aspects être envisagée comme une création de l’État visant à imposer sa vision du crime.

5Pourtant, bien que Nicolas Bourgoin s’efforce de rafraîchir son cadre conceptuel – il mobilise par exemple les travaux de chercheurs comme Howard Becker, Pierre Lascoumes (et en perspective Michel Foucault) ou Loïc Wacquant (et en perspective Pierre Bourdieu) – son marxisme reste orthodoxe. De ce fait, il semble parfois manquer certaines évolutions contemporaines qui n’entrent apparemment que difficilement dans ce cadre.

6Prenons trois exemples. Nicolas Bourgoin n’utilise pas les enquêtes de victimation, qui consistent non à demander aux administrations de quantifier leur activité, mais à mener un sondage en population générale pour demander aux citoyens individuels s’ils ont été victimes d'atteintes à leurs biens ou leur personne. Le rapport de ces enquêtes à l’État est donc plus complexe que les statistiques administratives, d’autant qu’elles ne sont pas toujours produites par l’administration judiciaire mais par un laboratoire de recherche du CNRS ou plus récemment par l’INSEE. Certes, en France, CNRS et INSEE restent des appareils d’État, mais ils ne sont pas équivalents à l’administration des ministères de la Justice ou de l’Intérieur. À tout le moins, cette question pourrait être discutée, de façon à faire une place à ces enquêtes dans le dispositif conceptuel de l'auteur.

7Autre grand mouvement, identifié par de nombreux auteurs, affectant la sécurité : le dessaisissement par l’État de son rôle de sécurisation de la population et son remplacement par, d’un côté, le développement d’entreprises privées vendant des technologies de surveillance (cartographie criminelle, vidéo-surveillance) ; et de l’autre le développement d'un grand nombre de polices municipales. Ces « entités » produisent un très grand nombre de données, y compris statistiques, qui concourent bien entendu à leur donner du pouvoir. La cartographie statistique et les logiciels visant à recueillir des paramètres statistiques de l’activité des polices locales connaissent tous deux un développement fulgurant, comme produits vendus par des entreprises privées souvent à d'autres entreprises privées. Comment ce nouveau couple savoir/pouvoir entre-t-il dans le schéma marxiste, et inversement, comment le schéma marxiste permet-il de l'analyser, ce sont des questions que l’on aimerait voir traitées par l’auteur.

8Dernier exemple : est-on si sûr que les jeunes, souvent étrangers, vivant en banlieue, constituent une « classe » au sens marxiste du terme ? Et surtout, quel serait l’appareil statistique qui permettrait à une telle classe de construire la fameuse « conscience » qui devrait la caractériser ? Faut-il militer pour la production de statistiques dites « ethniques » au motif qu'elles permettraient peut-être à ces populations de se reconnaître comme classe ayant des points communs ? Au contraire faut-il s’y opposer à toute force car la seule nationalité de naissance ou la nationalité des parents serait le déterminant le plus important de la construction de cette conscience de classe ? Encore une question qui nous semble assez cruciale depuis une perspective marxiste mais à laquelle le livre de Nicolas Bourgoin ne nous répond pas.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuel Didier, « Compte rendu du livre de Nicolas Bourgoin. Les chiffres du crime : statistiques criminelles et contrôle social (France, 1825-2006), Paris, L'Harmattan, 2008, 174 pages. », Champ pénal/Penal field [En ligne], Lectures, mis en ligne le 16 décembre 2009, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/champpenal/7444

Haut de page

Auteur

Emmanuel Didier

GSPM/EHESS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals