Navigation – Plan du site
Articles ("Varia")

Le cabinet du juge de la jeunesse : espace d’éloignement, de rupture et de rapprochement

Clémence Françoise

Résumés

En Belgique, la justice des mineurs entend notamment se démarquer de la justice pour adultes par l’informalité des lieux dans lesquels les jeunes sont amenés à comparaître. Durant la phase provisoire du traitement de leurs dossiers, les mineurs rencontrent le juge de la jeunesse dans leur cabinet et non dans une salle d’audience « classique ». Alors que de nombreux auteurs relèvent l’effet inhibiteur des lieux de justice pour adultes, qu’en est-il des espaces de justice pour mineurs ? Dans cet article, nous nous attacherons à analyser les objets garnissant les cabinets des juges de la jeunesse afin d’en dégager les effets sur les interactions avec les mineurs. Nos résultats nous amènerons à questionner la prétendue informalité de ces lieux ainsi que la possibilité, pour les jeunes, de participer pleinement à leurs entretiens avec le juge.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  Loi du 15 mai 1912 sur la protection de l’enfance.

1En Belgique, depuis 19121, les mineurs sont soustraits du système de justice pour adultes et pris en charge par un système adapté à leur minorité. Ce modèle protectionnel, toujours dominant aujourd’hui, se veut éloigné de la justice des adultes. Il vise à protéger et rééduquer le mineur, et non pas à le punir. La figure principale de cette justice est un juge unique et spécialisé. Compétent à tous les stades de la procédure, celui-ci détermine seul la nature et la durée des mesures à prendre en fonction de l’intérêt du mineur et indépendamment de la gravité de l’acte. La justice qui en découle est une justice tutélaire et paternaliste. En outre, c’est une justice qui se veut loin du formalisme de la justice des adultes (pas de publicité des débats par exemple). C’est donc une justice a priori plus douce, plus souple qui a été mise en place pour les mineurs.

2La question que nous nous posons est celle de savoir si les lieux dans lesquels ces jeunes sont amenés à comparaître témoignent d’un tel assouplissement. Au sein de la justice des majeurs, de nombreux auteurs ont rapporté l’effet inhibiteur des salles d’audience publiques et/ou la relation de pouvoir entre le juge et le prévenu qu’elles actualisent (Carlen, 1976, 24 ; Garapon, 1997, 47 ; Vanhamme, 2009, 202). Qu’en est-il au niveau de la justice des mineurs ? Peu d’auteurs semblent s’être penchés de façon approfondie sur la question. Si quelques études relèvent les effets similaires qu’emportent les salles d’audience publiques pour mineurs (O’Connor, Sweetapple, 1988, 69 ; Benec’h Le-Roux, 2008, 61), l’espace judiciaire que constitue le cabinet du juge reste très peu exploré, si ce n’est pour souligner l’ambiance de proximité (Benec’h Le-Roux, 2008, 45) qui y règne.

  • 2  Cet article s’inscrit dans le cadre d’une recherche doctorale en criminologie (janvier 2008 - déce (...)
  • 3  Dans un arrondissement, un juge ne réalise toutefois pas, pour des raisons structurelles, ses entr (...)
  • 4  Nous tenons à remercier Dan Kaminski pour l’aide qu’il nous a apportée dans la construction de cet (...)

3Pourtant, si les mineurs engagés dans une procédure protectionnelle (qu’ils soient suspectés d’avoir commis un fait infractionnel ou considérés comme en danger) comparaissent dans des salles d’audiences publiques, nous avons toutefois pu observer2 que les cabinets des juges constituent un espace de comparution fortement mobilisé. Les mineurs y comparaissent lors de la phase provisoire du traitement de leurs dossiers3, connaissant alors parfois de nombreux entretiens de cabinet, mais aussi lors de la phase au fond. Dans un des arrondissements observés, le cabinet du juge est ainsi le seul et unique lieu où les mineurs comparaissent. Pour cette raison, parce qu’il reste un espace judiciaire inexploré, mais également parce qu’il constitue le lieu où se prennent la majorité des mesures (Vanneste, 2001, 7) et parce qu’il nous paraît caractériser le plus le modèle protectionnel de la justice des mineurs, nous avons choisi, dans le cadre de cet article4, de nous focaliser exclusivement sur cet espace spécifique.

4Nous exposerons, dans un premier temps, notre positionnement théorique ainsi que la méthodologie mobilisée pour cette étude avant de nous engager, dans un second temps, dans l’observation des cabinets des juges. Nous présenterons alors d’abord brièvement leur agencement spatial à travers les objets qui les composent. Ce premier point constituera un préliminaire à l’analyse qui s’ensuivra et qui visera à développer les effets que cet espace engendre sur les interactions avec le mineur qui comparaît. Nous discuterons enfin nos principaux résultats avant de conclure.

I - Considérations théoriques et méthodologiques

  • 5  Si des audiences publiques peuvent également avoir lieu dans les cabinets, nous nous focaliserons (...)

5Notre étude s’inscrit dans une perspective sociologique interactionniste rapportant l’influence considérable de l’espace et des objets qui s’y trouvent sur les interactions interindividuelles (voir notamment Goffman, 1968, 1973 ; Marc, Picard, 1989 ; Girin, 1990). Les objets comportent des codes indispensables à la communication, des normes et règles de conduites et font partie d’un champ social (ensemble de systèmes symboliques, de structures et de pratiques) qui constitue à la fois un référent, un système conventionnel et un ordre rendant l’échange possible et lui conférant ses significations majeures (Marc, Picard, 1989, 83). Dans ce cadre, nous chercherons à déterminer les effets qu’ils engendrent sur les interactions dont le mineur est censé être le bénéficiaire à travers l’étude de la signification que ces objets emportent ; quel(s) message(s) entendent-ils donner aux intervenants et spécifiquement au mineur ? Ce(s) message(s) est-il (sont-ils) recherché(s) par celui qui les a disposés dans l’espace ? Dans quelle mesure ces objets sont-ils librement choisis et/ou disposés par le juge ? Quelle(s) intention(s) leur attribue-il ? Constituent-ils pour le juge, à l’instar des constatations émises par Goffman (1973, 29), de véritables ressources pour l’action ? Comment ces objets influencent-ils les interactions entre les différents intervenants (et principalement entre le juge et le mineur mais aussi entre les participants et le mineur) lors des entretiens de cabinet5 ? Outre les effets engendrés par la « simple » présence des objets, les conséquences de leur manipulation seront également mises en exergue. Ce sont donc la signification des objets indépendamment de leur usage ainsi que les objets dans l’action - manipulés en d’autres termes - qui feront l’objet de notre attention. Nous nous axerons exclusivement sur le cabinet du juge, à savoir le cadre bâti et les meubles. Si d’autres objets apparaissent également dans les cabinets des juges, et principalement ceux liés à la façade personnelle (Goffman, 1973, 30-31) des acteurs, tels que leurs vêtements, ceux-ci ne seront pas abordés dans le cadre de cet article.

  • 6  Il s’agit des cabinets de 7 des 8 juges suivis de façon principale dans notre étude de terrain (no (...)
  • 7  Nous avons pu rencontrer 9 mineurs.
  • 8  Ces informations ont été récoltées auprès des 8 juges concernés, lors d’entretiens formels ou info (...)

6Les descriptions et analyses qui suivent se basent sur les observations réalisées dans huit cabinets différents6. Les effets et significations de l’espace seront dégagés à partir de plusieurs sources. Premièrement, l’observation. Au cours de notre étude de terrain, nous avons pu observer, à travers le comportement verbal et non verbal des participants, l’impact que ces objets pouvaient avoir sur les interactions. Deuxièmement, l’entretien. Des interviews menées avec les mineurs7 nous ont permis d’assembler des données concernant les représentations de leur expérience de l’entretien de cabinet. La question des effets des objets ne constituant pas l’objectif premier de ces interviews, nous retrouverons peu de traces de ceux-ci dans cet article. Les informations récoltées nous ont toutefois permis de valider les observations réalisées des effets des objets sur les interactions. Les juges de la jeunesse ont également été interrogés sur l’intentionnalité de la disposition des objets dans leur cabinet8. Troisièmement, notre propre expérience. En ayant assisté à de nombreux entretiens, nous avons pu éprouver nous-même les effets des objets. Il est certain que notre situation n’est nullement comparable à celle des mineurs. La signification des objets n’est pas incluse dans l’objet mais dépend du sujet qui le relie à ses expériences vécues (Julien, Rosselin, 2005, 66). Notre interprétation sur l’effet qu’engendre un objet ne sera dès lors très probablement pas la même que celle que lui donnerait le mineur, chaque objet étant porteur de significations différentes pour chacun. Il nous semble toutefois que le chercheur peut parvenir à ressentir la situation observée comme s’il était l’observé : le chercheur est émotionnellement impliqué dans son matériau auquel il s’identifie (Devereux, 1980, 30). Par contre-transfert (Devereux, 1980), analyse de ses propres réactions, mais également par empathie et identification, le chercheur peut en effet récolter un certain nombre de données pertinentes sur l’objet de son analyse.

II - Le cabinet du juge

7Dans cette partie préliminaire, il s’agira principalement de planter le décor, de donner un bref aperçu des différents types d’objets composant les cabinets des juges ainsi que des facteurs de variation entre ces objets. Ces éléments feront l’objet d’une description plus détaillée dans le point suivant consacré à l’analyse de leurs effets.

8Convoqué au tribunal de la jeunesse, c’est généralement devant le cabinet du juge, assis ou debout, que le mineur patiente. Il est alors le plus souvent accompagné de son avocat et/ou de ses parents, d’acteurs sociaux, de policiers. Lorsque le juge est prêt, il fait entrer les intervenants dans le cabinet. En pénétrant dans celui-ci, ils sont confrontés à un espace où différents types d’objets peuvent être distingués. Ceux-ci peuvent être répartis en deux catégories principales : le cadre bâti, soit les objets immeubles et les (objets) meubles.

1 - Le cadre bâti

9Le cadre bâti, que nous considérons comme l’ensemble des objets immobiles, l’armature initiale du cabinet, est composé de différents objets tels que le revêtement du sol, des murs et des plafonds ainsi que les portes et fenêtres.

  • 9  Les greffiers disposent en effet de leurs propres bureaux annexés au cabinet du juge pour lequel i (...)
  • 10  Il s’agit d’une pièce dans laquelle les mineurs escortés par la police attendent de comparaître. C (...)

10Les intervenants pénètrent alors dans un espace dont les dimensions varient entre vingt et trente mètres carrés environ. Généralement, le sol est revêtu de balatum gris (clair ou foncé) et les murs sont, le plus souvent, blancs. Des lattes blanches dans lesquelles une série de lampes au néon sont encastrées font office de plafond. Tous les cabinets des juges comportent en outre plusieurs fenêtres recouvrant la plupart du temps l’intégralité d’un mur. De la sorte, la luminosité y est assez importante mais varie toutefois d’un cabinet à l’autre, en fonction de l’orientation du cabinet dans le bâtiment. Certains cabinets donnent sur un large boulevard, d’autres sur une petite ruelle, et l’un d’entre eux sur la cour de récréation d’une école. La plupart des cabinets sont pourvus de deux portes : une porte d’entrée principale, située face aux fenêtres ou sur le mur adjacent à celle-ci et une porte donnant sur le greffe9, sur le mur adjacent à la porte d’entrée ou plus rarement sur le même mur. Les portes d’entrée sont claires et généralement assez modernes. Il s’agit le plus souvent de simples portes, parfois munies d’un système de fermeture automatique. Dans un cas, il s’agit toutefois d’une double porte pare-bruit en cuir. Un cabinet est muni d’une troisième porte, sur le mur adjacent à la porte d’entrée, donnant sur le corps de garde10.

Aperçu général d’un cabinet (et vue sur la porte du greffe).

Aperçu général d’un cabinet (et vue sur la porte du greffe).

Cette reproduction, tout comme celles qui suivent, est le résultat d’un travail réalisé (afin d’anonymiser davantage les lieux) à partir de photographies prises au cours de notre étude de terrain.

2 - Les meubles

  • 11  Nous utilisons ce terme pour traiter des objets disposés sur les meubles.

11Comme le sous-tend sa définition, un meuble est un objet mobile, pouvant être manipulé, déplacé. Nous retrouvons dans cette catégorie tout ce qui ne constitue pas le cadre bâti. Deux types de meubles peuvent être distingués. Premièrement, le mobilier tel que le bureau du juge (sa table de travail), les chaises ainsi que les armoires et étagères. Deuxièmement, les objets « sur-meubles »11 comme la décoration, le matériel de bureau, les dossiers…

12En entrant dans le cabinet, les intervenants ont, le plus souvent le regard porté vers le juge. Celui-ci est alors assis derrière le meuble le plus imposant de la pièce : son bureau. Mesurant entre un mètre soixante et trois mètres de long et entre quatre-vingts centimètres et un mètre de large environ, ce meuble est rectangulaire, en forme de L ou de C. Le bureau est souvent disposé au fond du cabinet, face à la porte d’entrée principale ou sur le mur droit adjacent à celle-ci. Il est en outre souvent placé à proximité des fenêtres. Généralement en contre-plaqué ou en bois, de couleur brun clair ou brun foncé, le bureau est, la plupart du temps, ouvert. Sur cette table, toute une série d’objets « sur-meubles » y sont posés, tels que des dossiers, du matériel de bureau (un téléphone, un ordinateur, une imprimante, un agenda, des stylos, des cachets…), une lampe et parfois, des objets décoratifs tels qu’une photo de famille, une plante ou un bibelot.

13Les intervenants s’avancent alors vers les chaises (entre cinq et dix) qui sont placées face au bureau du juge, à une distance d’environ quarante centimètres dans un cabinet et un mètre à un mètre cinquante dans tous les autres cabinets. La disposition de ces chaises dans l’espace est variable d’un cabinet à l’autre. Quatre dispositions principales peuvent être distinguées : la disposition en demi-cercle, en V, en ligne droite et en double ligne droite.

14Rapidement, les intervenants s’installent, soit à la demande expresse du juge, soit spontanément. S’ils peuvent parfois élire librement leur place, il arrive également que le juge désigne explicitement au mineur et/ou aux autres intervenants la chaise à choisir. Le mineur doit alors généralement s’installer face au juge et aux côtés de son avocat. D’emblée, le mineur choisira parfois de fuir la position centrale - nous y reviendrons - et s’installera fréquemment auprès de son avocat et/ou de ses parents même si, dans certains cas, la proximité d’un intervenant social peut être privilégiée. Les chaises sur lesquelles les intervenants sont assis sont en tissu rembourré ou en bois, avec ou sans accoudoir. La chaise du juge comprend quant à elle un haut dossier, des accoudoirs et la plupart du temps un appui-tête. La matière de cette chaise diffère d’un tribunal à l’autre : cuir-skaï, tissu rembourré, bois et cuir.

15Dans le cabinet, les intervenants peuvent également apercevoir une ou plusieurs armoires, bibliothèques et/ou étagères, tantôt disposées derrière le bureau du juge, tantôt à côté de celui-ci, tantôt derrière les chaises qui leur sont destinées. Les bibliothèques, construites en contre-plaqué pour les juges du premier et du troisième arrondissement, sont composées de plusieurs armoires fermées. Les intervenants ne peuvent dès lors apercevoir le contenu de celles-ci sauf pour une des armoires fermées par une vitre. Des livres, des photos de famille et certains objets décoratifs tels que des bibelots ou des photos sont alors visibles. Les étagères dont disposent les juges du second arrondissement sont en métal gris foncé, à portes coulissantes de couleur brun clair ou gris foncé. Alors que certains juges laissent ces étagères fermées, d’autres au contraire laissent apparaître très clairement leur contenu, à savoir les dossiers judiciaires et parfois quelques éléments décoratifs.

Aperçu des étagères ouvertes derrière un bureau en forme de C.

Aperçu des étagères ouvertes derrière un bureau en forme de C.

16Le bureau, les chaises et les armoires ne constituent pas les seuls meubles qui forment le cabinet du juge, même s’ils en sont les principaux. Dans la plupart des cabinets, les intervenants pourront remarquer une table disposée contre un des murs de la pièce sur laquelle divers documents et dossiers sont déposés. Lorsqu’ils comparaissent dans le second arrondissement (sauf pour un des juges), les intervenants pourront en outre noter la présence d’une ou plusieurs petites tables disposées entre leurs chaises et le bureau du juge.

Aperçu d’un bureau en forme de L précédé d’une petite table.

Aperçu d’un bureau en forme de L précédé d’une petite table.

17Dans le cabinet d’un juge, un petit salon (un fauteuil trois places et une table basse), disposé contre le mur faisant face au bureau du juge et occupant une grande partie de l’espace (environ un quart de celui-ci) sautera aux yeux des intervenants. Ces derniers pourront en outre apercevoir des cadres qui garnissent régulièrement les cabinets. Généralement accrochés aux murs, ils sont aussi parfois déposés sur une étagère. Certains verront ainsi des reproductions (de Monet ou de Raphaël), des dessins artistiques ou des photos (de paysage, de bâtiments ou de personnages), noirs et blancs ou en couleur, présentant ou non un rapport avec le monde judiciaire.

III - Les effets des objets sur les interactions

18Nous examinerons ici les effets que les objets (leurs caractéristiques, dispositions et usages) peuvent engendrer sur les interactions organisées autour du mineur. Ces effets ne doivent pas être considérés comme la conséquence d’une causalité mécanique, mais plutôt comme une épreuve tributaire d’une interprétation. Nous nous focaliserons exclusivement sur le mineur, même si les effets décrits peuvent également être éprouvés par les autres intervenants. Nous spécifierons en outre l’intentionnalité des juges quant à la disposition de ces objets et proposerons les interprétations possibles de ce comportement.

19L’entrée dans un cabinet offre, dans un premier temps, une impression globale, instantanée du lieu. Sous réserve des angoisses respectives des différents intervenants, nous pouvons émettre l’hypothèse que cet effet général est identique pour tout le monde. Certains cabinets nous ont ainsi paru générer une sensation de chaleur et d’intimité à l’inverse d’autres, plutôt froids et fonctionnels. Ce n’est que dans un second temps, alors le lieu est davantage éprouvé, qu’apparaissent les effets engendrés par chaque objet, pouvant par ailleurs confirmer ou infirmer cette impression globale. Ce sont ces derniers que nous analyserons ici en différenciant trois effets principaux : l’éloignement, la rupture et le rapprochement.

1 - L’éloignement

a) La distance physique

20Installé dans le cabinet, le mineur est tenu à une distance allant de deux mètres à deux mètres cinquante (dans sept des huit cabinets décrits) de son juge. Cette distance est intentionnellement marquée par les juges. Elle est généralement mobilisée afin de donner aux entretiens un caractère plus solennel. De nombreux juges nous ont confié vouloir rappeler de la sorte le cadre judiciaire dans lequel se trouvent les personnes qui comparaissent. Pour un juge, elle lui assure également une certaine sécurité : je ne veux pas qu’on retourne le bureau sur moi comme c’est déjà arrivé à des collègues. Pour un autre, il s’agit plutôt de garantir sa neutralité, de symboliser une plus grande objectivité. La distance physique lui permet de « prendre distance ».

21La distance physique marque très clairement deux espaces (celui du juge et celui des intervenants), délimités par le bureau du juge. La séparation entre eux est d’autant plus marquée dans trois cabinets où une (voir illustration 3) ou plusieurs tables sont disposées entre le bureau du juge et les chaises des intervenants. La distance n’est alors pas explicitement désirée par les juges qui ont placé les tables pour permettre aux avocats d’y déposer leur dossier. Ces tables, mais également le bureau du juge, peuvent néanmoins être perçus comme de véritables barrières physiques entre le juge et les intervenants, comme des boucliers derrière lesquels le juge se protègerait. Cette division de l’espace peut être interprétée comme la démarcation du juge de son propre territoire et de celui des autres. Pour Fischer, trois fonctions peuvent être attribuées à la territorialité : elle peut faciliter l’organisation et la gestion des activités d’un individu ou d’un groupe ; elle assure également une bonne utilisation des cartes cognitives associant les types de comportements attendus à un lieu donné. La territorialité sert enfin de fondement au développement de l’identité personnelle et de l’identité sociale (Fischer, 2007, 169). Si l’étude de Fischer porte essentiellement sur les implications des espaces de travail dans les relations entre le personnel d’une même entreprise, il semble que son analyse puisse être appliquée à la situation sous examen. Premièrement, nous pouvons considérer que la démarcation de son territoire permet au juge d’organiser et de gérer ses activités dans la mesure où l’exclusivité de son espace lui permet de réaliser ses fonctions. Il peut par exemple consulter le dossier du jeune, prendre des notes, etc., sans que le mineur puisse en lire le contenu. Deuxièmement, la démarcation du territoire paraît constituer une exhortation implicite faite au mineur de se comporter d’une certaine manière. Il ne s’agit pas pour le jeune de s’approcher trop près du bureau sans y avoir été préalablement convié par le juge. Tout en mettant une distance entre le jeune et lui, le juge entend dès lors également réglementer les conduites du mineur. Troisièmement, la démarcation territoriale semble également avoir pour objectif de marquer une différence sociale avec le mineur - sur laquelle nous reviendrons - et dès lors de développer son identité propre.

22La distance provoque donc la séparation physique entre le juge et le mineur. Selon Hall, par la distance physique, les acteurs expriment le type de relation qu’ils entendent lier avec leur interlocuteur. Pour l’auteur, la distance allant de deux mètres dix à trois mètres soixante (qu’il qualifie justement de « sociale ») implique des rapports professionnels et sociaux ayant une certaine formalité (Hall, 1971, 153). Expliquant justement la distance physique par la nécessité de rappel de la solennité du lieu, le juge entendrait alors signifier au jeune le type de relation qu’il entend établir avec lui, à savoir une relation asymétrique, hiérarchique, basée sur la maximalisation de la différence et au sein de laquelle un des partenaires – ici le juge -  occupe une position supérieure, haute et l’autre – le mineur- inférieure, basse (Lohisse, 2001, 142). La distance implique par ailleurs un certain type de comportement où l’on est amené à scruter la personne, à la toiser. Comme le décrit Hall, au mode lointain de la distance sociale, il n’est pas nécessaire de déplacer les yeux pour saisir l’ensemble du visage (Hall, 1971, 154). Ceci n’est toutefois valable que dans les situations où juge et mineur sont face à face mais celles-ci sont nombreuses. Bien souvent, si le jeune ne choisit pas d’emblée la position centrale, juste en face du juge, celle-ci lui sera imposée. Si les deux acteurs peuvent alors se regarder, se toiser discrètement et sans effort, cela nous semble également vrai dans d’autres cas de figure. Dans les dispositions en ligne droite et en double ligne droite, même si le jeune n’est pas face au juge, il reste en contact visuel direct avec lui. Les acteurs doivent à peine tourner la tête pour se voir. Juge et mineur ne sont toutefois pas sur un pied d’égalité. Alors que le juge peut facilement percevoir tout le corps du jeune, ce dernier ne peut observer que buste du juge ainsi que ses pieds (les bureaux n’étant que partiellement ouverts). Caché derrière son bureau, le juge détient un pouvoir dont le mineur est dépourvu. La réduction de la réciprocité du regard peut en outre apparaître lorsque le jeune est installé face aux fenêtres et que la luminosité est abondante. Le mineur ne peut discerner les traits du juge qui se trouve à contre-jour. À l’inverse, la visibilité du juge est accrue par cet important éclairage dirigé vers le jeune. Cette inégalité visuelle peut toutefois être palliée par le juge qui, devant les signes manifestes de gêne du mineur – un plissement des yeux, une main portée devant eux - fermera parfois les stores. L’inégalité visuelle est également prégnante dans les dispositifs en V et en demi-cercle où le juge a toute latitude d’observation tandis que celle du jeune est indirecte et partant, davantage réduite. À moins qu’il ne soit au centre (ou à sa proximité) du demi-cercle, le jeune est davantage amené à regarder vers les intervenants. Tout contact visuel avec le juge lui impose de tourner la tête.

  • 12  Cet extrait met en exergue un autre objet : les lunettes du juge. Faisant partie de la « façade pe (...)

23La plupart du temps, le juge peut ainsi, sans effort et sans égale réciprocité, observer le jeune. Et nous savons qu’il le fait. Certains juges, après les entretiens, nous ont fait des remarques sur la tenue du jeune. Face à un tel comportement, ou du moins sa possibilité, certains mineurs paraissent gênés. Leurs pieds sont sous la chaise, ils sont recroquevillés. Il est cependant difficile de déterminer si c’est précisément cela qui les met mal à l’aise ou s’il s’agit de l’effet d’autres éléments. Quoi qu’il en soit, le regard que porte le juge peut mettre le mineur mal à l’aise, voire l’énerver, comme en témoigne Léo : Elle[la juge de la jeunesse] est chiante. Comment elle m’énerve (…) quand elle me regarde comme ça avec ses lunettes qui vont jusque-là, avec ses yeux comme ça : [en l’imitant] « et alors, Léo… », tout des trucs comme ça. Ça m’énerve. Ça me saoule franchement12. Les mineurs tentent d’ailleurs parfois de fuir la place située juste en face du juge. En entrant dans le cabinet, certains s’installent d’emblée sur les côtés mais se font souvent rappeler à l’ordre. Outre la possibilité d’être observés, il semble que ce soit le regard du juge qui soit plus difficile à soutenir. Nous avons effectivement pu constater que même dans le cabinet où les jeunes sont installés à une courte distance du bureau du juge et dès lors également caché par ce meuble, ils tendaient, là aussi, à parfois fuir la position centrale. L’accessibilité visuelle entre les deux acteurs, si elle peut être source de gêne, tendrait cependant, malgré leur distance physique, à augmenter les chances de communication (Lecuyer, 1975, 557), de collaboration, voire de développer des relations d’affinité entre eux. Reprenant de nombreuses études sur le sujet, Michinov rapporte qu’il existe, à côté de la proximité euclidienne (ou distance géométrique linéaire) (Michinov, 2008, 4) (soit la distance réelle entre deux individus), une proximité fonctionnelle (ou distance « utilisable » par les individus) (…) [prenant] en compte (…) l’existence de canaux de communication et de zones de circulation partagée qui offrent aux personnes la possibilité de « contacts passifs ». (…) la proximité fonctionnelle prédit davantage la formation des réseaux affinitaires (…) ou le développement de collaborations au travail (…) que la simple proximité euclidienne (Michinov, 2008, 4).

24La séparation physique, la distance entre le juge et le mineur marquent également la différence de statut entre les deux acteurs. La distance physique traduit en effet une véritable distance sociale. Elle met en évidence le statut et l’autorité de ceux qui la font respecter (De Coster, 1992, 253) et peut traduire des jeux de pouvoir et de statut (Fischer, 1980, 105). La distance peut ainsi être interprétée, tant par celui qui détient le pouvoir que par ceux qui le subissent, comme la mise en évidence du pouvoir que l’on a : « la perception de la distance est une perception du pouvoir » (De Coster, 1992, 254). En mettant le jeune à distance, les juges entendraient souligner leur pouvoir, leur statut. Nous pouvons considérer que cet effet de différenciation sociale est inclus de l’objectif explicite de rappel du cadre judiciaire. Rappeler ce cadre n’est-t-il pas aussi souligner le pouvoir décisionnel de l’occupant des lieux ?

25La distance physique entre le juge et le mineur ne constitue pas la seule configuration engendrant une séparation entre les différents acteurs. Jusqu’à présent, nous avons analysé la mise à distance du mineur vis-à-vis du juge. Mais il est une autre mise à distance qu’il convient de prendre en compte : celle qui sépare le mineur des autres intervenants. Cet éloignement est relativement rare. Nous verrons infra qu’au contraire, la disposition des chaises des intervenants engendre généralement le rapprochement du mineur et de ces derniers.

26Cette deuxième mise à distance apparaît essentiellement dans la configuration en V qui engendre une division entre les intervenants installés de part et d’autre de la pointe vide du V. Généralement, et souvent sous la demande expresse du juge, le mineur, surtout lorsqu’il s’agit d’un mineur délinquant, se voit séparé de ses parents. Il s’installe d’un côté, généralement avec son avocat, et les parents de l’autre. Ce type de configuration rappelle celle des salles d’audience publique où mineur et parents sont séparés. Le mineur y est contraint de s’installer à droite du juge (côté défendeur) et les parents à sa gauche (côté demandeur). Cette disposition peut néanmoins encourager leur communication par leur accessibilité visuelle (Lecuyer, 1975, 557), mais celle-ci reste peu discrète. Le juge peut aisément, nous l’avons souligné, les observer. Pour ce dernier, cet agencement en V constitue la disposition la plus pratique, non seulement pour lui, mais également pour les intervenants. Elle permet en effet de s’installer et de se déplacer facilement dans l’espace, sans être gêné par les meubles disposés derrière les chaises des intervenants. Le passage des acteurs s’opère alors ici par la pointe vide du V.

27La configuration des chaises des intervenants en ligne droite et double ligne droite peut aussi engendrer cet effet d’éloignement. Elle implique la séparation visuelle du mineur avec les autres intervenants (parfois ses parents), ce qui tend à rendre difficile toute communication entre eux. Si l’absence de contact visuel entre les participants peut réduire leur communication, celle-ci peut toutefois être palliée par leur proximité spatiale directe. Nous y reviendrons dans la partie consacrée au rapprochement du mineur.

28La distance physique entre le jeune et les intervenants ne constitue toutefois pas toujours un effet de l’agencement spatial des chaises. Le choix « spontané » des places par les intervenants peut également l’engendrer. Au cours des entretiens, le nombre de participants varie entre trois et huit personnes. La distance physique du jeune est alors assez rare, toutes les places étant occupées. Il arrive toutefois, lorsque le nombre de participants est restreint, que certains intervenants choisissent de marquer une distance entre eux et le jeune. Prenons pour exemple le cas (observé) de Paul qui comparaît seul avec son avocat. Alors qu’il s’installe face au juge, son avocat choisit de laisser deux chaises vides entre lui et le jeune. Si la communication entre eux reste possible, celle-ci nous semble toutefois mise à mal. Non seulement, celle-ci ne peut être discrète, mais en outre, elle complexifie l’établissement d’une relation de complicité, voire de confiance entre eux. Au cours de cet entretien, aucun échange verbal entre Paul et son avocat n’a d’ailleurs été noté. Ce cas de figure reste toutefois relativement rare, les intervenants s’installant généralement toujours auprès du jeune.

b) La distance sociale

29Au-delà de la distance physique assurée par la disposition des tables et des chaises, ces objets et d’autres encore peuvent également souligner la différence de statut entre les deux principaux acteurs en mettant en évidence l’importance du juge. Ils tendent de la sorte à opérer une mise à distance sociale du jeune.

30Les dimensions du cabinet du juge peuvent ainsi venir souligner son pouvoir. Pour Fischer, ces dimensions indiquent l’importance de son propriétaire (Fischer, 1980, 99-100). Plus on a d’espace, au plus on est important. Si la dimension du cabinet du juge peut être guidée par ce souci, elle nous paraît surtout fonctionnelle, guidée par la nécessité. Comme nous l’avons évoqué, durant les entretiens, le juge peut être amené à recevoir de nombreux intervenants, parfois une petite dizaine. L’espace doit par conséquent être relativement grand pour accueillir ces derniers. De même, la dimension du bureau des juges constitue un autre élément venant rappeler leur importance. Le bureau, nous l’avons souligné, constitue le meuble le plus imposant du cabinet du juge. Sa proéminence, mais également parfois son matériau souligne le statut du juge. Construit en imitation de merisier ou d’acajou, tout comme les étagères et bibliothèques, ils laissent une sensation de richesse, la noblesse des matériaux n’étant pourtant qu’apparente.

31Les portes d’entrée peuvent engendrer une certaine image du juge et partant, de la justice. Lorsque l’on atteint le cabinet d’un juge, la vue de la porte pare-bruit produit une impression d’importance. Elle sous-entend que ce qui se passe dans le cabinet est particulièrement sérieux et ne peut être entendu de tous. Elle peut toutefois avoir un effet rassurant pour le jeune qui se saura dans un lieu clos, protégé.

  • 13  Les autres juges de cet arrondissement peuvent également pénétrer dans le corps de garde quand ils (...)

32L’utilisation de la porte donnant sur le corps de garde peut aussi provoquer la mise en exergue de la différence de statut entre les deux acteurs et du pouvoir du juge. Pour rappel, c’est dans ce lieu que le jeune escorté par la police patientera et rencontrera son avocat. Dans le cas de ce juge, la proximité de l’endroit implique une certaine facilité d’accès à ce lieu13. Il s’y rend d’ailleurs parfois afin de voir si le jeune et son avocat sont prêts. Le juge gère ainsi le planning parfois serré de ses entretiens. S’il peut de la sorte perturber la préparation de l’entretien qui s’en voit parfois raccourci, il peut également avoir accès à une image que le jeune n’entend pas donner de lui en public. Il est arrivé, alors que le juge a soudainement pénétré dans le corps de garde, qu’il voie un mineur sourire. Le juge lui a alors fait remarquer que ce comportement était, dans une situation comme la sienne, déplacé. Le mineur et son avocat, alors embarrassés, se sont empressés d’expliquer ce sourire. Utilisée, la porte tend à démontrer l’accessibilité du juge à tous les lieux, même ceux où on ne l’attend pas, et partant, son large pouvoir.

33Les caractéristiques des chaises engendrent également la mise en évidence de la différence de statut entre les deux acteurs. Comme décrit supra, il existe une divergence entre la chaise du juge et celle destinée au mineur. La chaise du juge est plus imposante, plus prestigieuse et plus confortable que celle dévolue au mineur.

34Si certaines caractéristiques du cadre bâti ou des meubles viennent souligner l’autorité du juge, il convient de mentionner que ce dernier, hormis l’utilisation qu’il peut en faire, ne les choisit pas. La plupart du temps, lorsque les juges entrent en fonction, un cabinet déjà meublé (par le tribunal ou par son prédécesseur) lui est attribué. S’il peut le modifier, le choix des meubles est considérablement limité par le catalogue du fournisseur du tribunal.

35Certains objets, pouvant engendrer le même effet, sont toutefois choisis par les juges. Des dessins, statuettes ou reproductions d’un juge ou d’un palais de justice garnissent plusieurs cabinets. Ces objets, suggestifs de la vie professionnelle du juge, viennent également mettre en évidence sa fonction ainsi que le cadre administratif et décisionnel dans lequel comparaît le mineur. Un juge nous explique que ces reproductions lui ont été offertes, et que cela n’allait pas chez lui. Mais ce juge souligne que ce bureau est quand même justice. Si l’intention première n’était pas de rappeler le cadre judiciaire, la justification de la disposition de ces objets apparaît immédiatement comme logique aux yeux du juge. Le rappel du cadre judiciaire peut aussi être exprimé à travers des images comportant des messages directs. Un juge a déposé sur son étagère, située face aux intervenants, une carte postale de l’association yakapa14. Celle-ci représente un adulte et un enfant et est titrée « l’exemple, c’est nous ». Cette carte est non seulement visible des intervenants, mais est aussi parfois mobilisée par le juge qui la pointe du doigt pour rappeler aux parents leur responsabilité. En outre, il a disposé, sur la porte donnant sur le corps de garde, un autocollant de cette même association indiquant « aboyez doucement ». Si l’objectif supposé du juge suit celui de l’association, à savoir responsabiliser les parents, un sens différent peut être donné au message. On pourrait l’interpréter comme une demande du juge, tant vis-à-vis des jeunes que de ses parents, de se défendre, de se faire entendre, mais de façon correcte, respectueuse. Si cet autocollant n’est pas très grand, son emplacement (sur une porte) et sa couleur (rouge) le mettent toutefois clairement en évidence.

36La différenciation sociale peut également être marquée par d’autres objets décoratifs non liés à la fonction judiciaire, tels que des reproductions de peintures célèbres (de Monet par exemple) ou des angelots de Raphaël. À l’instar des objets précédents, les juges expliquent leur disposition par goût ou besoin personnel, par l’impossibilité de les exposer chez eux et/ou afin de faire de leur cabinet un lieu de vie agréable.

37Tous ces objets décoratifs tendent à mettre en exergue l’appartenance du juge à une certaine classe sociale : la disposition esthétique (…) est une expression distinctive d’une position privilégiée dans l’espace social dont la valeur distinctive se détermine objectivement dans la relation à des expressions engendrées à partir de conditions différentes. Comme tout espèce de goût, elle unit et sépare (…) (Bourdieu, 1979, 59). Le « capital culturel » (Bourdieu, 1979, 128) du juge participe ainsi à une différenciation sociale avec le jeune et renforce son pouvoir. Il véhicule les goûts et partant, les normes et valeurs de la classe dominante auxquels tous les agents, qu’ils le veuillent ou non, qu’ils aient ou non les moyens de s’y conformer, se trouvent objectivement mesurés (Bourdieu, 1979, 29). 

38Un certain nombre d’objets, par leur « simple » présence ou par leur mobilisation, viennent ainsi mettre une distance entre le jeune et son juge. Un éloignement physique - apparaissant aussi entre le jeune et les intervenants -, social et dès lors interactif émerge ainsi de la disposition et/ou des caractéristiques d’objets qui ne sont pas toujours élus par le juge.

39L’éloignement peut, par ailleurs, être renforcé par d’autres objets provoquant une perception d’indisponibilité du juge. Ainsi en est-il de la visibilité des dossiers dans le cabinet du juge. Dans certains cabinets, des dossiers mais aussi des documents et livres sont présents en nombre assez élevé, tantôt sur le bureau du juge, tantôt sur une table d’appoint, tantôt sur des étagères ouvertes (voir illustration 2). Cette visibilité laisse en effet entrevoir la masse de travail auquel le juge est confronté et donne une certaine impression de désordre, de surcharge et dès lors de moindre disponibilité. Le mineur peut alors penser qu’il n’est qu’un dossier parmi d’autres, que le juge est très affairé, mais peut également interpréter cette masse de documents comme un signe d’expertise. Ce ne sont toutefois pas les effets recherchés par les juges. Pour l’un d’entre eux, la visibilité des dossiers est guidée par un goût personnel, estimant qu’il est plus esthétique de voir des dossiers et/ou documents que d’être face à la « vilaine » porte de l’étagère qui les contient. Pour d’autres, cet agencement est lié aux espaces de rangement et/ou aux types de meubles (avec ou sans porte) disponibles. Il peut en outre être lié à la personnalité du juge. Si pour un des juges, l’ordre assouvit son côté quelque peu maniaque, pour d’autres, ce n’est absolument pas une nécessité.

  • 15  Les IPPJ (Institution Publique de Protection de la Jeunesse) sont des institutions où les mineurs (...)

40L’utilisation du téléphone peut également engendrer cet effet. Au cours des entretiens de cabinet, il arrive souvent que le téléphone sonne. Si, dans un des arrondissements observés, les juges ne répondent jamais aux appels (ils laissent répondre le greffier ou l’employé), ce n’est pas le cas dans les deux autres tribunaux. Cet état de fait peut non seulement être expliqué par la nécessité, pour le juge, de recueillir directement des informations liées à l’affaire qu’il traite (informations provenant alors par exemple du procureur ou de l’IPPJ15 où il veut placer le jeune) et qui peuvent d’ailleurs influer sur la décision qu’il prendra à l’égard du jeune assis en face de lui, mais également comme un moyen de gérer sa masse de travail. Un juge nous avoue qu’il lui serait techniquement impossible de rappeler toutes les personnes qui veulent le joindre. Les ressources humaines disponibles peuvent aussi constituer un élément explicatif. Non seulement tous les juges ne disposent pas d’un employé personnel mais en outre ce dernier et/ou le greffier est parfois absent. La plupart du temps, les appels reçus ne durent jamais très longtemps (quelques minutes tout au plus), et ne sont pas répétitifs. Ils peuvent toutefois s’avérer gênants. Toute discussion est suspendue et on remarque que le juge, après l’appel, cherche à se rappeler où la discussion s’était arrêtée. Au-delà de cet effet sur la communication, les appels reçus par le juge nous semblent également donner une certaine image du juge, similaire à celle que peut véhiculer la visibilité des dossiers, à savoir celle d’une personne affairée, et partant, moins disponible à ce qu’elle fait sur le moment.

2 - La rupture

41Au-delà de l’éloignement, il est certains objets qui tendent à interrompre l’interaction entre le juge et le mineur. Ainsi en est-il des objets placés sur le bureau des juges, tels que le dossier, l’ordinateur, le téléphone ou la feuille de notes du juge. La rupture est générée par une inégalité d’accès aux informations que ces objets comportent.

42En début d’entretien, le juge place généralement le dossier du mineur juste devant lui. Quelle que soit la distance à laquelle se tient le jeune, il peut avoir un aperçu de son épaisseur dont il s’étonne parfois ouvertement pendant l’entretien : c’est mon dossier ça ? Cela montre à quel point le jeune ignore le processus de constitution de cet objet et son contenu. Certes, le mineur n’a légalement aucun droit d’accès à son dossier mais peut toutefois avoir un aperçu de son contenu par l’intermédiaire de son avocat.

  • 16  Si cette information concerne le vécu de l’audience publique, elle nous semble toutefois pouvoir ê (...)

43Au cours de l’entretien, le juge consulte régulièrement le dossier. La lecture peut parfois engendrer de longs silences durant lesquels toute communication est arrêtée. Tout le monde est en attente. Lorsque le jeune est assis à deux mètres, comme dans la plupart des configurations, il ne peut voir les documents consultés par le juge, ce qui peut être vécu comme angoissant pour le jeune qui ignore les informations dont dispose le juge. On se dit qu’est-ce qu’ils sont en train de lire ?, nous rapporte Patrice16. Le pouvoir du juge, engendré par son accès à de nombreuses informations sur le mineur, est ainsi mis en évidence par l’utilisation manuelle du dossier. Cette ignorance, ce sentiment d’exclusion et ce pouvoir peuvent être palliés ou tempérés par le juge pendant l’entretien, par exemple en communiquant les éléments à sa disposition. Nous avons constaté que tout au long des entretiens, le juge manipule le dossier afin de rapporter les informations qui y sont consignées et confrontera celles-ci avec les propos du mineur. Pour certains jeunes, cette communication semble toutefois orientée. Le juge ne dévoilerait d’emblée que les éléments qui l’accablent, reléguant parfois au second plan ceux qui confirment la version (à décharge) du jeune. Lors de leur défense, les mineurs peuvent ainsi évoquer le manque de prise en considération des éléments qui le disculperaient, ce qu’ils peuvent vivre comme une injustice. Pour Maxime, c’est surtout l’analogie recherchée par le juge entre les propos qu’il a tenus lors de son arrestation et ceux qu’il tient lors de l’entretien qui est source de contrariété : elle a demandé ma version. La version de mon père. La version de la mère. Elle a regardé ce qui était écrit par rapport aux témoins. Et apparemment ben, elle a essayé de nous casser quoi. Le moindre petit mot qui était déplacé, c’était fini. Il fallait vraiment que ce soit à la lettre comme on l’avait dit dans le PV. (…) [imitant le juge] « ha oui, mais comment ça se fait, tchic »… Alors elle commençait et alors après on s’énervait. Mais plus qu’on s’énerve… Le juge fait ainsi régulièrement « parler » le dossier, soit en en lisant certains extraits, soit en révélant aux intervenants l’existence de certains documents, soit encore en en indiquant l’épaisseur, comme pour rappeler au jeune l’épaisseur des problèmes qu’il pose et particulièrement des faits à son actif.

44En début d’entretien, les juges disposent souvent devant eux d’une feuille blanche et d’un stylo. La prise de notes durant les échanges varie fortement d’un juge à l’autre. Certains n’écrivent que quelques mots, d’autres des phrases entières. Ces prises de notes servent à l’élaboration, par le juge, du rapport d’entretien de cabinet, consigné ensuite dans le dossier. Dans deux arrondissements, ces rapports sont enregistrés par le juge (en dehors de l’entretien) sur leur dictaphone pour être ensuite retranscrits par le greffier. Mais dans un arrondissement, les juges procèdent différemment. Ils rédigent directement le rapport d’entretien pendant l’entretien. Les notes prises par le juge en cours d’entretien provoquent un effet similaire que celui engendré par le dossier. Quelle que soit la distance entre le juge et le mineur, le jeune peut voir cette feuille mais ne peut généralement pas lire ce qu’écrit le juge. Tout comme pour le dossier, le jeune peut s’interroger sur ce que le juge consigne par écrit, mais le juge ne dévoile jamais ses notes. Lorsque le mineur est installé à une moindre distance, la feuille se fait bien plus visible. Cette simple visibilité nous semble être plus apaisante pour les parties qui pourraient davantage se sentir incluses dans le processus décisionnel, les éléments de réflexion du juge ne leur étant pas cachés. Cette prise de notes régule les discussions parfois de façon assez lourde. Si elle peut passer pratiquement inaperçue, il arrive qu’elle provoque de longs silences, les intervenants attendant que le juge ait terminé d’écrire. Si certains juges continent à parler et à se montrer à l’écoute tout en écrivant, d’autres commencent à écrire lorsqu’un sujet est clos et ne relancent pas la suite de la discussion avant d’avoir terminé leur rédaction. Le bic du juge semble ainsi constituer un objet rythmant les discussions. Sans que le juge ne prononce un seul mot, l’utilisation de cet objet engendre un changement de comportement des intervenants qui se taisent alors souvent, même si certains poursuivent leur discussion. Ce bic rappelle en outre aux intervenants que leurs paroles sont actées et que leurs propos pourront leur être, par la suite, rappelés. Tout en pouvant donner l’impression que leurs paroles sont entendues et prises au sérieux, il peut limiter la discussion en provoquant non seulement la moindre disponibilité du juge qui est « pris » dans ses notes, nous venons de l’évoquer, mais également une angoisse relative aux traces que ces écrits peuvent laisser.

45L’utilisation de l’ordinateur par le juge pendant les entretiens est très rare. La rupture qu’il engendre relève cependant du même mécanisme que celui du dossier ou de la feuille de note. L’écran étant tourné vers le juge, le mineur ne peut avoir aucune idée de l’objet et de l’enjeu de la consultation opérée par le juge. S’il s’avère un instrument beaucoup moins puissant que le dossier dans la mesure où il ne contient pas d’élément pouvant l’inculper, le mineur n’en a sans doute aucune idée. Il n’en reste pas moins que le juge peut, à travers son écran, récolter des données qui pourront avoir d’importantes conséquences pour le mineur. Ainsi, lors de l’entretien d’Adrien, le juge mobilise cet instrument. Le mineur, assis en face de lui, ne pouvait apercevoir ce que le juge recherchait. Celui-ci sembla d’ailleurs jouer avec l’effet produit. Tout en consultant son écran, et alors que le silence s’était installé, il fit : ha ha…, mh… avant de signifier à Adrien que le coauteur du fait pour lequel il était interpellé, se trouvait en IPPJ. Pour le juge, cette information lui a permis de se conforter dans la décision qu’il entendait prendre. Il estimait en effet qu’Adrien était influencé par le coauteur. Le placement de ce dernier a rassuré le juge quant à la décision de laisser Adrien en liberté, les risques de récidive étant alors, d’après lui, minimes.

46Nous avons abordé supra l’utilisation du téléphone et son effet d’éloignement. Il arrive toutefois que le téléphone produise davantage la rupture interactive avec le jeune. Faisant participer un intervenant supplémentaire dans l’interaction entre le juge et les personnes présentes, celle-ci en sera alors modifiée. Lors de son entretien de cabinet, Jean affirmait être venu seul (sans ses parents) en Belgique et être régulier à l’école qui prenait d’ailleurs en charge les frais inhérents à son inscription. Le juge décrocha alors le téléphone et prit contact avec l’école en question. À son interlocuteur, il explique qu’il désire vérifier les propos du mineur. La conversation téléphonique dura quelques minutes au cours desquelles le juge ne laissa rien échapper des informations qu’on lui communiquait. Après avoir raccroché, il s’adressa au mineur : qu’est-ce que tu as raconté comme carabistouilles ? (…) Pauvre mineur non accompagné ici tout seul abandonné. Il rapporta alors les propos de son interlocuteur, contredisant les affirmations de Jean. Exclu de la conversation menée par le juge, le mineur voit alors, dans un second temps, toute sa stratégie de défense réduite à néant.

47Ces différents objets génèrent une rupture de la communication entre le juge et le mineur. Le juge s’assure des sortes de temps morts durant lesquels il est plongé dans les informations générées par l’objet. Une bulle se forme autour du juge et de l’objet qu’il manipule solitairement. Ces temps morts sont des temps durant lesquels tout se suspend et où l’objet devient prégnant ou inquiétant pour le jeune qui n’a aucune accessibilité aux données détenues par le juge. Le pouvoir de ce dernier, lié à l’inégalité du savoir, est considérable. Il détient des armes redoutables pour vérifier les propos du jeune. Il sait ou peut tout savoir et parfois très vite. Tel semble être le message implicite véhiculé par cet acteur lorsqu’il mobilise ces objets. Si la rupture ne nous paraît pas explicitement désirée par ces acteurs, ils ne semblent toutefois aucunement rechercher à l’éviter. Il pourrait en effet présenter les documents au mineur, tourner l’écran de son ordinateur ou encore enclencher le haut-parleur du téléphone. Au contraire, les juges semblent parfois jouer de cette rupture avant d’y mettre fin en signifiant aux jeunes la teneur des informations dont ils disposent.

3 - Le rapprochement

48Contrairement à l’éloignement, un certain nombre d’objets tendent à provoquer le rapprochement entre le mineur et son juge et/ou les autres intervenants.

a) La proximité physique

49Dans un cabinet, les chaises des intervenants sont disposées à une distance d’environ quarante centimètres du bureau du juge, juste en face de lui. Juge et mineur se tiennent alors à une distance d’un mètre vingt. Cette proximité entre eux est, d’après ce juge, involontaire. Elle est engendrée par le manque de place dans son cabinet et la présence non désirée de nombreux meubles. Si une séparation existe, représentée par le bureau du juge, celle-ci est toutefois largement atténuée par la faible distance entre les deux acteurs. Juge et mineur partagent un même espace, celui du bureau. Les acteurs se situent alors dans le mode proche de la distance sociale (entre un mètre vingt et deux mètres dix), celle des négociations impersonnelles et (…) [engendrant] plus de participation que le mode lointain (Hall, 1971, 153). Le juge semble ici faire partie du groupe et participer à son fonctionnement plus qu’il ne le dirige. La proximité a ainsi un effet sur la perception de l’implication du juge. À cette faible distance, souligne Hall, les personnes perçoivent bien les traits du visage de leur interlocuteur, mais ne peuvent voir son corps. Cette proximité physique engendre des contacts visuels forts entre juge et mineur. Ce dernier, souvent installé en face du juge, a en outre, moins la possibilité de fuir le regard du juge que lorsque la distance physique est plus importante. Une certaine gêne pourrait s’installer, mais les deux acteurs sont toutefois sur un pied d’égalité. Le fait pour le mineur de pouvoir discerner les traits du juge opère, selon nous, un rapprochement entre eux, une humanisation du juge, d’autant que la distance sociale engendrée par la distance physique est affaiblie.

50Une proximité spatiale existe également, la plupart du temps, entre le mineur et les autres intervenants. Celle-ci peut réduire l’éloignement du mineur, surtout lorsque le nombre d’intervenants est élevé. Le jeune n’est pas seul, mais entouré, inclus dans un groupe. L’inclusion paraît d’autant plus forte lorsque l’agencement des chaises est en demi-cercle. Elle favorise effectivement le contact visuel entre tous les participants et facilite dès lors la communication entre eux. Dans pareille disposition, les intervenants sont en effet enclins à prendre davantage la parole, se sentant apparemment beaucoup moins dirigés ou contrôlés que dans une disposition en ligne droite où l’accessibilité visuelle entre eux est quasiment inexistante. Certains juges adoptant la disposition en demi-cercle nous ont avoué vouloir cet effet de collaboration entre les parties. Effectivement, elle engendre une communication beaucoup plus souple que dans les configurations où tous les intervenants sont en ligne droite, face au juge, comme souligné précédemment. Cette disposition en demi-cercle, mêlée à la distance du juge favorise largement la communication entre les parties. La présence du juge se fait plus discrète et il est moins enclin, dans certains cas, d’après nos observations, à gérer la distribution de la parole. Il semble davantage observateur qu’acteur. Il paraît plus extérieur à la discussion. Dans ce type de configuration toutefois, l’individu assis au centre tend à moins participer que les autres (Levy-Leboyer, 1960, 170). En lui imposant souvent cette place qu’ils expliquent parfois comme un moyen d’assurer l’implication du jeune dans ce qui lui arrive, les juges réduiraient paradoxalement leur possibilité de s’exprimer. Les mêmes constatations peuvent être réalisées pour la disposition en V qui, bien qu’elle sépare physiquement le mineur des autres intervenants, garantit leur accessibilité visuelle. En outre, la présence de nombreux intervenants impose parfois l’installation d’une ou deux chaises à la pointe vide du V, effaçant toute séparation entre eux.

51Nous avons pu observer que, quelle que soit la disposition des chaises et malgré l’absence de contact visuel direct engendré par certains agencements, le mineur tend davantage à communiquer avec la personne assise à côté de lui. Leur proximité spatiale - trente centimètres environ - favorise largement leur échange qui se situe alors dans un registre intime (Hall, 1971, 148). Cette proximité peut toutefois être source de gêne lorsqu’il rassemble deux inconnus, comme l’explique Hall (1971, 148-150) mais également, d’après nos observations, deux personnes en conflit. Nous avons constaté que certains mineurs, lorsqu’ils étaient installés à côté d’un parent avec lequel ils connaissent un différend, adoptaient un comportement non verbal démontrant cette gêne. Installé à côté de son père, Guillaume s’est tenu, tout au long de l’entretien, sur le bord de sa chaise et regardait continuellement fixement devant lui comme pour éviter le regard de son père. Il nous avouera d’ailleurs par la suite avoir été particulièrement gêné par cette présence : quand mon père il est là, je ne sais pas parler. J’ai une boule de nerfs au ventre, ça me donne tout sauf envie de parler. Le fait que mon père soit là, ça m’énerve.

b) La proximité sociale

52Au-delà de la proximité physique qui tend à réduire, voire anéantir la distance sociale entre les deux acteurs, d’autres objets participent à ce même effet. Ainsi en est-il notamment des caractéristiques du cadre bâti et des meubles de certains cabinets. Les cabinets et bureaux de faibles dimensions peuvent réduire l’effet d’accentuation du pouvoir du juge. La « simplicité » de certains meubles (une étagère en métal ou un bureau en contre-plaqué par exemple), participent également, à notre sens, à la diminution de toute démarcation sociale.

53Les objets décoratifs, tels que des images ou illustrations non liées à la fonction judiciaire, certains bibelots, peuvent également engendrer un effet de rapprochement entre le juge et le mineur. Dans la vitrine d’un juge, placée derrière lui, se trouvent une série de canards, laissant supposer, à juste titre, que celui-ci les collectionne. Ces objets semblent également engendrer un sentiment de rapprochement en ce qu’ils permettent de connaître peut-être un peu plus le juge. L’objectif n’est toutefois pas recherché par le juge qui les a disposés principalement parce qu’il ne sait plus où les mettre tant il en a. Un autre juge a disposé sur le mur, derrière son bureau, une demi-douzaine de photos de phares. Lorsqu’on est installé face à ce juge, on est directement amené à regarder ces différentes photos. À notre demande, ce juge nous explique que davantage que pour lui, il a disposé ces cadres pour le jeune. Ils permettraient au mineur, lorsque les discussions sont trop pénibles, de s’évader, de penser à autre chose. Pour ces juges, la disposition de ces objets décoratifs n’est pas seulement liée à leurs goûts personnels, mais également à un autre objectif : rendre le lieu moins solennel, moins grave, plus rassurant comme le dit un de ces juges.

54La présence de photos de famille peut être considérée de façon similaire. Ces photos ne sont généralement pas clairement mises en évidence. Elles sont parfois accrochées au mur, dans un recoin du cabinet du juge, parfois déposées dans les bibliothèques derrière les chaises des intervenants, ou encore sur le bureau même du juge. Pour les juges, la disposition de ces photos est motivée par leur besoin personnel de voir leurs proches. C’est pour mon équilibre personnel nous confiera un juge. Si ces photos ne sont pas généralement pas clairement apparentes, elles n’en peuvent pas moins être remarquées par les intervenants. Un juge raconte qu’il arrive qu’à la vue de ces photos, des mères l’interrogent : vous avez des enfants ? Pour ce juge, ces objets ont un effet secondaire, inattendu mais positif, celui de rassurer les parents des mineurs qui comparaissent. Ils viennent renforcer le discours éducatif du juge et sa crédibilité. Ces photos nous paraissent rappeler aux intervenants les autres rôles du juge. Le juge n’est pas que sa fonction mais il est un père, un mari, un être humain en somme. Elles emportent en quelque sorte celui qui les regarde dans la sphère privée du juge.

55Ces objets décoratifs, et c’est également le cas de ceux qui tendent à accroître la mise à distance du jeune, atténuent l’univers parfois très sobre, fonctionnel de certains cabinets, non seulement générés par leurs revêtements modernes, aseptisés, mais également par leur dépouillement. Nous sommes quasiment chez le juge. Certains meubles, tel qu’un petit salon ou un tapis, peuvent également engendrer ce sentiment.

  • 17  Lorsque nous sommes revenue dans son cabinet, deux ans après nos observations, celui-ci avait été (...)

56Le rapprochement physique, social et donc interactif entre le juge et le mineur peut essentiellement être mis en évidence par la disposition des chaises et de certains objets décoratifs. Généralement, cet effet n’est pas désiré par le juge. La proximité physique produite dans un des cabinets ne l’est que par manque d’espace. Elle n’est d’ailleurs aujourd’hui plus d’actualité17. En ce qui concerne les objets décoratifs, comme souligné précédemment, ils n’ont pas cette intentionnalité explicite de rapprochement, mais les juges restent conscients qu’ils engendrent un adoucissement du lieu et peuvent, dans une certaine mesure, accepter que cet effet soit partagé par le mineur. Mais la plupart des juges refusent de faire de leur cabinet un lieu trop informel : On n’est pas dans le bureau d’un assistant social ! nous dit un juge qui s’obstine à ne pas vouloir décorer son cabinet. D’autres le font, mais entendent rester « sobres ». Un juge nous explique ainsi être opposé à la décoration réalisée par un de ses collègues qui a disposé, dans son cabinet, des peluches ou des guirlandes au moment des fêtes de fin d’année.

57La présence de ces objets peut toutefois générer un rapprochement entre juge et mineur en diminuant leur distance sociale et la relation de type asymétrique qu’elle engendre. Le juge paraît plus accessible, plus « humain ». Le rapprochement, peut en outre être renforcé par d’autres objets provoquant une perception de disponibilité du juge.

58Si la visibilité des dossiers dans le cabinet tend à évoquer l’indisponibilité du juge, leur absence peut engendrer l’effet inverse. Dans certains cabinets, les dossiers, documents et ouvrages du juge sont rangés dans des armoires fermées. Les bureaux sont parfois nus, le dossier du jeune mis à part. Une impression d’ordre, d’organisation, de disponibilité transparaît. Si pour certains juges, cela tient d’une nécessité personnelle, pour l’un d’entre eux, il s’agit toutefois de donner au mineur une impression de total investissement dans son dossier. Il en est de même pour la neutralisation du téléphone ou pour l’attitude du juge qui, même s’il répond, demande directement à son interlocuteur de rappeler.

IV - Discussion

59Au terme de l’examen de ces différents objets, il nous faut constater que ceux-ci engendrent sur les interactions avec le jeune des effets contrastés : entre éloignement, rupture et rapprochement. Ces effets ne se retrouvent pas de façon exclusive dans un cabinet. Dans chaque cabinet, il y a coprésence d’objets ayant des effets parfois antagonistes sans que ces effets s’annulent l’un l’autre. Durant un même entretien, un mineur peut vivre successivement ou simultanément ces trois effets.

60La présence d’un certain nombre d’objets, engendrant l’éloignement du jeune, apporte une certaine formalité au cabinet et, partant, aux échanges entre le jeune et le mineur. C’est le cas de la disposition des chaises, de la dimension du cabinet, du bureau, des caractéristiques des portes, des chaises, de la visibilité des dossiers, ainsi que de certains objets décoratifs. Tous ces objets tendent à amplifier le statut, le pouvoir du juge, à souligner sa différenciation sociale avec le jeune. Ils contribuent alors à une communication de type hiérarchique, de rapports formels entre le juge et le mineur. L’utilisation de certains objets, tels que le dossier judiciaire, la feuille de note, le téléphone ou l’ordinateur tend, elle aussi, à mettre en évidence la différence de pouvoir (lié au savoir) entre les deux acteurs. Ces objets ou leur utilisation mettent ainsi à mal la communication entre eux qui se voit parfois totalement rompue. L’accessibilité visuelle entre ces deux acteurs, si elle peut être source de gêne pour le mineur, tendrait toutefois à accroître leur possibilité de communiquer, voire même d’établir entre eux des relations de collaboration ou d’affinité. Le rapprochement entre ces deux principaux acteurs peut en outre s’établir par une série d’objets. La disposition des chaises, la dimension du cabinet et du bureau, l’invisibilité des dossiers ainsi que certains objets décoratifs tendent à réduire toute distance (sociale et physique) entre eux, à humaniser le juge et dès lors à rendre les échanges moins formels.

61La communication entre le jeune et les intervenants est, quant à elle, principalement dépendante de la disposition des chaises. L’accessibilité visuelle qu’engendre l’agencement en demi-cercle et en V peut encourager les échanges entre les participants, d’autant que le juge en est quelque peu éloigné. La direction de leurs échanges paraît alors plus réduite. Le juge semble laisser au groupe le soin de communiquer, de se dévoiler de lui-même, de rechercher une solution au problème posé par le mineur. Dans la disposition en demi-cercle, le sujet occupant la place centrale - souvent le mineur - participerait toutefois moins que les autres. Lorsque les chaises sont disposées en ligne droite ou en double ligne droite, la communication entre eux est largement réduite, sauf entre les voisins directs. Le mineur, nous l’avons observé, est dans ce cadre davantage enclin à discuter avec la personne qui est à ses côtés qu’avec les autres. Dans ces deux dernières dispositions, contrairement aux autres, tout échange est davantage dirigé par et vers le juge.

62Ces différents effets ne sont pas toujours recherchés par le juge. Si la disposition des chaises est effectivement choisie, dans la majorité des cas, afin de rappeler le cadre judiciaire, la solennité du lieu et donc de donner une certaine formalité à leur échange ou d’encourager la communication entre les participants, il ne choisit cependant pas son cabinet, ni la plupart des meubles qui le garnissent, pas plus que leur disposition parfois contrainte par l’espace disponible. Les effets qu’ils engendrent, quels qu’ils soient, sont alors indépendants de leur volonté. Cela peut également être le cas de certains objets qui, bien choisis, ne le sont pas dans cet objectif. La présence d’objets décoratifs est principalement expliquée par un besoin personnel - dans de rares cas comme la mise en place d’un lieu rassurant pour le jeune -, celle des dossiers comme une nécessité spatiale, esthétique ou fonctionnelle, l’utilisation du téléphone, de la feuille de note ou de l’ordinateur comme une technique de travail ou un mode de gestion des informations. Les effets que ces objets entraînent peuvent toutefois être acceptés par certains juges qui en « jouent » parfois.

63Force est de constater que la correspondance entre les effets que les objets peuvent engendrer sur le mineur et l’intention des juges reste relativement faible. Elle apparaît essentiellement dans la disposition des chaises qui peut encourager les interactions entre les parties, mais qui tend aussi à rappeler le cadre judiciaire. Pour de nombreux juges, ce dernier élément semble important. Comme l’a souligné l’un d’entre eux, sans cet éloignement, rien dans le cabinet ne peut rappeler au jeune où il se trouve. Les jeunes doivent prendre conscience qu’ils sont au tribunal. Une question s’impose dès lors. Le mineur peut-il l’oublier lorsqu’il est amené devant le juge, menotté, entre deux policiers ? Bien sûr, ce cas de figure est loin d’être le seul. Quoi qu’il en soit, à travers la disposition des chaises, le juge exprime indirectement au mineur ce qui est attendu de lui ainsi que le type de relation qu’il entend établir avec lui. La disposition de l’espace, quand il est désiré, devient une stratégie d’imposition d’un certain type de comportement. Le mineur, en terrain étranger, ne peut alors que subir cet espace, à moins de développer des actes de résistance, visant à échapper à ce qu’on attend de lui (De Certeau, 1980, 85 sq.). C’est ainsi que l’on aperçoit certains mineurs tentant d’éviter l’assignation à la place faisant face au juge, mais ils se font généralement rapidement rappeler à l’ordre. Leur marge de résistance est ici extrêmement faible. Et si l’effet quelque peu intimidant ou stigmatisant que peut engendrer l’éloignement du jeune peut être tempéré par certains objets, ceux-ci semblent être relativement réduits et contrôlés par les juges. Certains juges s’opposent catégoriquement à disposer dans leur cabinet des objets, tels que des photos personnelles ou des objets décoratifs, pouvant provoquer cet effet. Ils estiment que cet espace ne peut laisser transparaître, ni la personnalité, ni la vie privée du juge. D’autres recherchent ou tolèrent une certaine informalité, mais celle-ci doit rester minime. Pour les juges, leur cabinet ne peut être confondu ; Ce n’est pas espace de détente. Ce n’est pas une garderie souligne un juge. Malgré tout, certains mineurs, dont Guillaume, ne semblent toutefois pas du tout impressionnés par les cabinets qu’ils ne considèrent pas autrement que comme de « simples » bureaux : c’est un bureau quoi (…) la première fois, je m’attendais au tribunal, le gars avec sa grande robe, le petit truc blanc, son petit marteau pour taper, que moi, je vienne à la barre, que je sois menotté ainsi. Comme dans « Les experts » quoi. (…). Je me suis dit « ha ben ça va, j’ai évité le pire ». Le cabinet du juge s’avère alors un lieu particulièrement rassurant pour certains jeunes qui redoutaient parfois, suite aux images véhiculées par la télévision, des lieux beaucoup plus inquiétants.

Conclusion

64Notre analyse met en avant l’importance de prendre les objets en compte dans toute étude des faits sociaux. Les « faits sociaux » s’incarnent dans les objets auxquels ils donnent forme (Blandin, 2002, 10), ils caractérisent en quelque sorte la pratique de comparution des mineurs devant le juge, ils créent la situation d’audition. Ce sont ces pratiques sociales, jusqu’ici peu explorées, que nous avons voulu mettre en exergue à travers l’analyse des significations qu’emportent les objets et des effets qu’ils engendrent sur les interactions avec le mineur.

65À travers ses objets, le cabinet du juge présente des messages et des effets contrastés, oscillant entre éloignement, rupture et rapprochement, entre formalité et informalité. Cet espace, fermé au public, constitue certainement un lieu clos, protégé. Un certain nombre d’objets confèrent en outre au juge et partant, à la justice, une dimension plus humaine, rendent leurs échanges moins formels. Néanmoins, les juges tendent à vouloir réduire, voire éviter cette informalité. « Le cabinet doit rester justice » et ils l’aménagent en ce sens. À l’image des salles d’audience publiques caractérisées par leur solennité, ils établissent un éloignement physique du jeune. Additionnée aux objets ou à leur utilisation tendant à souligner le pouvoir du juge, cet éloignement peut alors produire des effets quelque peu intimidants. Le cabinet constituerait ainsi l’antichambre de la salle d’audience publique dont les effets, relevés par de nombreux auteurs étudiant la comparution des justiciables majeurs et mineurs, sont cependant bien plus marqués. Inhibition, humiliation et/ou réification (Carlen, 1976, 24 ; O’Connor, Sweetapple, 1988, 69 ; Garapon, 1997, 47 ; Benec’h-Le Roux, 2008, 61) y sont alors, semble-il, davantage de rigueur.

66Il est évident qu’au-delà de la structure du lieu, la communication verbale, l’attitude du juge, des autres intervenants et/ou l’enjeu de l’entretien jouent également un rôle primordial dans les effets qu’occasionne une comparution devant le juge. Ces éléments peuvent tempérer ou au contraire accentuer l’impact généré par l’espace judiciaire. Il est dès lors assez difficile de déterminer l’influence exacte des objets sur la participation du mineur.

  • 18  Cette réforme de la protection de la jeunesse a eu lieu en 2006. Voir à ce sujet Moreau, 2006.

67Nous nous questionnions sur la concordance qui pouvait exister entre un modèle de justice - le modèle protectionnel - et les équipements judiciaires. Si les objets ne peuvent pas, à eux seuls, déterminer la consistance d’un modèle, ils peuvent cependant y contribuer à travers l’analyse des interactions qu’ils génèrent. Force est alors de constater qu’ils participent à la remise en question de l’informalité prônée par le modèle protectionnel. À notre sens, ils tendraient davantage, à l’instar de la récente réforme18, à osciller, entre des tendances protectionnelle et pénale, la première allant dans le sens d’un lieu informel où le mineur peut se confier librement, la seconde, marquée par la formalité, veillant à rappeler, à travers l’espace judiciaire, l’autorité et le pouvoir du juge, et à conférer au justiciable un sentiment d’asymétrie hiérarchique mettant à mal sa participation.

Haut de page

Bibliographie

Benec’h Le Roux P., 2008, Au tribunal pour enfants. L'avocat, le juge, le procureur et l'éducateur, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Blandin B., 2002, La construction du social par les objets, Paris, Presses universitaires de France.

Bourdieu P., 1979, La distinction : critique sociale du jugement, Paris, éd. de Minuit.

Carlen P., 1976, Magistrates' Justice, Londres, Martin Robertson.

Certeau M. de, 1980, L’invention du quotidien. Tome 1. Arts de faire, Paris, Union générale d’éditions.

Coster M. de, 1992, Introduction à la sociologie, Bruxelles, De Boeck, 3ème édition.

Devereux G., 1980, De l’angoisse à la méthode dans les sciences du comportement, Paris, Flammarion.

Fischer G. N., 1980, Espace industriel et liberté. L’autogestion clandestine, Paris, Presses Universitaires de France.

Fischer G. N., 2007, Espace, identité et organisation, in Chanlat, J.F. (dir.), L’individu dans l’organisation. Les dimensions oubliées, Québec, Les Presses de l’Université Laval, Éditions Eska, p. 165-183.

Garapon A., 1997, Bien juger. Essai sur le rituel judiciaire, Paris, Odile Jacob.

Girin J., 1990, Problèmes du langage dans les organisations, in Chanlat, J.-F. (dir.), L’individu dans l’organisation, Québec, Presses de l'Université Laval, 37-77.

Goffman E., 1968, Asiles : études sur la condition sociale des malades mentaux et autres reclus, Paris, éd. de Minuit.

Goffman E., 1973, La mise en scène de la vie quotidienne, Paris, éd. de minuit.

Hall E.T., 1971, La dimension cachée, Paris, Seuil.

Julien M.-P., Rosselin C., 2005, La culture matérielle, Paris, La Découverte.

Lecuyer R., 1975, Psychosociologie de l'espace. I. Disposition spatiale et communication en groupe, L'année psychologique, 75, 2, 549-573.

Lévy-Leboyer, C., 1960, Étude méthodologique des tests de groupe. I. Place des participants et comportement observé, Le travail humain, 23, 163-171.

Lohisse J., 2001, La communication. De la transmission à la relation, Bruxelles, De Boeck.

Marc E., Picard D., 1989, L’interaction sociale, Paris, Presses Universitaires de France.

Michinov E., 2008, La distance physique et ses effets dans les équipes de travail distribuées : une analyse psychosociale, Le travail humain, 71, 1, 1-21.

Moreau T., 2006, La réforme de la protection de la jeunesse. Analyse des dispositions entrées en vigueur le 16 octobre 2006, Journal du droit des jeunes, 260, 4-42.

O’Connor I., Sweetapple P., 1988, Children in justice, Melbourne, Longman Cheshire.

Vanhamme F., 2009, La rationalité de la peine. Enquête au tribunal correctionnel, Bruxelles, Bruylant.

Vanneste C., 2001, Une recherche sur les décisions prises par les magistrats du parquet et les juges de la jeunesse, Journal du droit des jeunes, 207, 5-12.

Haut de page

Notes

1  Loi du 15 mai 1912 sur la protection de l’enfance.

2  Cet article s’inscrit dans le cadre d’une recherche doctorale en criminologie (janvier 2008 - décembre 2011) intitulée Comparaître devant le juge de la jeunesse. Étude des interactions dans les audiences protectionnelles et financée par le Fonds Wetenschappelijk Onderzoek. Afin d’étudier les pratiques de comparution des mineurs, nous avons réalisé des observations auprès de 8 juges de la jeunesse en fonction dans 3 tribunaux de la jeunesse belges (2 juges dans le premier arrondissement, 3 dans le second et 3 dans le troisième). De façon plus occasionnelle, nous avons mené des observations auprès de 3 autres juges attachés à ces tribunaux. Entre 2008 et 2010, nous avons ainsi assisté, 8 mois durant, à 365 audiences publiques et entretiens de cabinet de mineurs soupçonnés d’avoir commis un fait qualifié infraction et de mineurs en danger.

3  Dans un arrondissement, un juge ne réalise toutefois pas, pour des raisons structurelles, ses entretiens de cabinet dans son bureau. Il doit en effet le partager avec son greffier et son employé.

4  Nous tenons à remercier Dan Kaminski pour l’aide qu’il nous a apportée dans la construction de cet article ainsi que Jenneke Christiaens et Benjamin Mine pour leur relecture de l’article.

5  Si des audiences publiques peuvent également avoir lieu dans les cabinets, nous nous focaliserons ici sur les entretiens de cabinet. Une analyse plus élargie (aux audiences publiques mais également aux autres espaces judiciaires) sera toutefois réalisée dans le cadre de notre thèse doctorale.

6  Il s’agit des cabinets de 7 des 8 juges suivis de façon principale dans notre étude de terrain (nous n’étudierons pas le cabinet de l’un d’eux qui, comme nous l’avons mentionné, n’y accueille jamais les mineurs) ainsi que celui d’un juge auprès duquel des observations occasionnelles ont été réalisées. Les pratiques spatiales dévoilées par celui-ci sont en effet particulièrement riches.

7  Nous avons pu rencontrer 9 mineurs.

8  Ces informations ont été récoltées auprès des 8 juges concernés, lors d’entretiens formels ou informels.

9  Les greffiers disposent en effet de leurs propres bureaux annexés au cabinet du juge pour lequel ils travaillent.

10  Il s’agit d’une pièce dans laquelle les mineurs escortés par la police attendent de comparaître. Ce sera par cette porte que les mineurs mis à disposition ou présentés devant ce juge suite à un placement en centre fermé pénètreront dans le cabinet.

11  Nous utilisons ce terme pour traiter des objets disposés sur les meubles.

12  Cet extrait met en exergue un autre objet : les lunettes du juge. Faisant partie de la « façade personnelle » du juge, cet objet ne sera pas analysé dans le cadre de cet article.

13  Les autres juges de cet arrondissement peuvent également pénétrer dans le corps de garde quand ils le désirent, mais leur facilité d’accès est moindre. Ils doivent sortir de leurs cabinets et longer la salle d’attente pour y parvenir.

14  Il s’agit d’un programme destiné à prévenir la maltraitance.

15  Les IPPJ (Institution Publique de Protection de la Jeunesse) sont des institutions où les mineurs peuvent être placés (en régime ouvert ou fermé).

16  Si cette information concerne le vécu de l’audience publique, elle nous semble toutefois pouvoir être rapportée à l’entretien de cabinet, le comportement du juge étant similaire sur ce point.

17  Lorsque nous sommes revenue dans son cabinet, deux ans après nos observations, celui-ci avait été réaménagé. La distance entre son bureau et les chaises avait effectivement été augmentée pour atteindre environ un mètre.

18  Cette réforme de la protection de la jeunesse a eu lieu en 2006. Voir à ce sujet Moreau, 2006.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Aperçu général d’un cabinet (et vue sur la porte du greffe).
Légende Cette reproduction, tout comme celles qui suivent, est le résultat d’un travail réalisé (afin d’anonymiser davantage les lieux) à partir de photographies prises au cours de notre étude de terrain.
URL http://journals.openedition.org/champpenal/docannexe/image/8180/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
URL http://journals.openedition.org/champpenal/docannexe/image/8180/img-2.png
Fichier image/png, 18k
Titre Aperçu des étagères ouvertes derrière un bureau en forme de C.
URL http://journals.openedition.org/champpenal/docannexe/image/8180/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Aperçu d’un bureau en forme de L précédé d’une petite table.
URL http://journals.openedition.org/champpenal/docannexe/image/8180/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clémence Françoise, « Le cabinet du juge de la jeunesse : espace d’éloignement, de rupture et de rapprochement », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. VIII | 2011, mis en ligne le 24 octobre 2011, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/champpenal/8180 ; DOI : 10.4000/champpenal.8180

Haut de page

Auteur

Clémence Françoise

Doctorante à la Faculté de droit et de criminologie de la Vrije Universiteit Brussel.
Contact : clemence.francoise@vub.ac.be

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals