Navigation – Plan du site
Dossier

Un moment d’histoire des sciences humaines et sociales

Introduction à la traduction de “The Problem of White Collar Crime” d’Edwin Sutherland
A moment in the history of social sciences. An introduction to the French translation of Sutherland's “The Problem of White Collar Crime”
Gilles Chantraine et Grégory Salle

Notes de l’auteur

La traduction du texte est accessible via ce lien.

Texte intégral

1Pourquoi traduire aujourd’hui Edwin Hardin Sutherland (1883-1950), en l’espèce l’introduction de son maître-livre White Collar Crime dans sa version non censurée (uncut, selon l’expression consacrée) éditée en 1983, mais dont la première publication, considérablement expurgée, date de 1949 ? Pour des raisons qui tiennent peut-être moins à la teneur littérale du propos qu’à l’idée maîtresse qu’il introduit, et, par là même, à l’envie de faire mieux connaître un moment charnière, une rupture dans la pensée sociologique du phénomène criminel. Expliquons-nous.

2Le contenu lui-même du texte importe, bien entendu. On peut y lire, formulé avec netteté, l’argument général de l’ouvrage et le renversement de perspective dont il procède. Et on devine rétrospectivement tout ce qu’il put avoir de dérangeant, voire de subversif au regard du mainstream académique de l’Amérique des années 1940. Ce n’est pas un hasard si l’ouvrage fut à l’époque censuré par l’éditeur Dryden Press, obligeant notamment à remplacer le nom réel des sociétés incriminées par de simples lettres pour les rendre anonymes. Il faut dire que si Sutherland met à distance les représentations communes, il s’en prend d’abord et surtout au « sens commun savant ». De ce fait, même dans sa mouture édulcorée, il suscita de vives réactions de la part de l’ "establishment", tant sociologique que criminologique (Lascoumes, 1999, 189), l’accusation de subversion politique figurant en bonne place. Les arguments conservateurs opposés à Sutherland ont été régulièrement réitérés par la suite. Et le livre sacrilège d’Edwin Sutherland demeure à l’occasion désigné comme cible par les forces réactionnaires du jeu politique états-unien. Rien sans doute n’est plus emblématique à cet égard qu’une brochure publiée en 2004 sous l’égide de la Heritage Foundation, l’un des plus importants think tanks néoconservateurs du pays, sous le titre The Sociological Origins of “White-Collar Crime” (Baker, Jr., 2004). Un titre trompeur, car à lire le texte, on s’aperçoit que ce n’est pas tant l’origine sociologique que l’origine prétendument « socialiste » de la notion – notion que Sutherland présente d’ailleurs comme provisoire, appelée à être approfondie et discutée – qu’entend débusquer l’auteur. Dans ce texte, presque drôle car involontairement parodique tant le propos est outrancier et chargé idéologiquement (sous couvert bien sûr de dévoiler les biais idéologiques de Sutherland), Sutherland est tour à tour accusé d’avoir bafoué des principes fondamentaux du droit pénal, de s’être focalisé sur l’appartenance de classe des individus (classes sociales dont l’existence est de toute façon déniée) sans égard réel pour les faits considérés, d’avoir détourné l’attention des « vrais crimes », tout en jetant le trouble sur les comportements de milieux d’affaires qui sont les vraies et admirables forces vives de la nation. Emporté par son élan diabolisateur, l’auteur dénonce, au-delà de toute mesure, l’influence perverse que Sutherland aurait eue sur le système judiciaire américain – influence fortement surestimée en vérité.

  • 1  Voir le portrait brossé par François Denord (2012, VII-XXVII) dans sa préface à L’élite au pouvoir(...)
  • 2  Sur ce sujet, nous renvoyons à une interview de Howard Becker au sujet de la « criminologie » à pa (...)
  • 3  Voir Lascoumes, 1999, 187-190 pour un portrait introductif et Gaylord, Galliher, 1988 ainsi que Me (...)

3Ce genre de portrait à charge paraît d’autant plus déplacé qu’on ne saurait faire d’Edwin Sutherland un personnage aussi haut en couleur et un critique social aussi acerbe qu’un Charles Wright Mills1 quelques années plus tard, ou une figure universitaire aussi atypique qu’un Howard S. Becker par la suite2. Si le caractère hétérodoxe de sa trajectoire et d’une partie de ses travaux ne fait guère de doute, celui qui fut en 1939 élu président de l’American Sociological Association n’était cependant ni un franc-tireur, ni un radical au sens américain du terme3. Ce sont avant tout des principes moraux, d’inspiration religieuse, qui guident Sutherland, lequel demeure un fervent partisan de la libre entreprise et du système concurrentiel (Lascoumes, 1999, 190 ; lire également « Une tache sur le col blanc d’Edwin » dans ce dossier) pourvu que des régulations adéquates empêchent les dérives. Néanmoins, dès les années 1930, plusieurs cibles théoriques, assez clairement désignées, anticipent celles auxquelles Becker par exemple s’opposera plus systématiquement dans Outsiders (Becker cite d’ailleurs Sutherland dès le premier chapitre de l’ouvrage). D’une part, les explications pathologisantes, d’origine biomédicale, qui naturalisent et ontologisent une frontière entre la norme et la déviance, entre le normal et l’anormal. D’autre part, le comportementalisme/behaviorisme, d’origine psychologique, qui exclut toute réflexion sur la fabrication et la légitimation des normes sociales, sans parler de leur application inégalitaire.

  • 4  Richard A. Wright termine ainsi le portrait qu’il consacre à Sutherland dans la Encyclopedia of Cr (...)
  • 5  Même aux États-Unis, on peut dire que si Sutherland est reconnu comme une figure de proue, c’est b (...)
  • 6  On lui doit, outre un hommage dans Élites irrégulières, la seule traduction en français disponible (...)
  • 7  Sutherland est néanmoins cité – c’est même le premier auteur cité – dans la notice « délinquance » (...)

4Ainsi le texte en lui-même possède un intérêt propre : l’essentiel y est. Et si le piquant de l’argument s’est depuis émoussé, il n’en reste pas moins vif. Certes, le texte de Sutherland ne brille pas par sa forme – il faut prendre en compte ici la pression de l’éditeur pour que l’auteur adopte formellement un ton réputé conforme à l’objectivité scientifique. Le style n’est guère incisif : à force de didactisme et de pondération forcée il est même lourd et répétitif, et l’argumentation, si elle est claire et plutôt percutante, n’est en rien sophistiquée. Cette argumentation, d’ailleurs, n’échappe pas par endroits à une certaine confusion entre le crime tel qu’il est défini par le droit pénal, l’ensemble plus large des transgressions au regard d’autres sources législatives et réglementaires, et les représentations populaires du crime, dont celles des élites. Il n’empêche que sa publication aura constitué, a posteriori, une rupture, un moment décisif dans l’histoire des sciences humaines et sociales. Et que, sans tomber dans des analogies excessives4, ce moment n’est pas encore reconnu à sa juste valeur, au moins en France5. En dépit des efforts déployés par Pierre Lascoumes6 pour mieux faire connaître les travaux de Sutherland en la matière, ainsi que quelques travaux récents (notamment ceux de Thierry Godefroy, Gilles Favarel-Garrigues, Alexis Spire ou Marc Leroy), Edwin Sutherland n’est pas (ou pas encore), de ce côté-ci de l’Atlantique, un « nom ». On ne trouve ainsi pas d’entrée à son nom dans l’un des plus volumineux et complets dictionnaires des sciences humaines (Mesure, Savidan, 2006)7. Cette traduction voudrait ainsi contribuer, à sa modeste mesure, à corriger une injustice.

Haut de page

Bibliographie

Baker Jr., J. S., 2004, The Sociological Origins of “White-Collar Crime”, Legal Memorandum, Heritage Foundation, n° 14, octobre, 6 p.

Denord F., 2012, « Préface », in Wright Mills, C., L’élite au pouvoir, Marseille, Agone, VII-XXVII.

Gaylord M. S., Galliher J. F., 1988, The Criminology of Edwin Sutherland, New Brunswick, Transaction Publishers.

Lascoumes P., 1999, Le traitement social de la délinquance économique et financière : cataplasme ou antibiotique ?, Les Cahiers de la sécurité intérieure, 36, 187-190.

Meier R. F., 2013, Geis, Sutherland and white-collar crime, Fraud Magazine [en ligne], mars/avril.

Mesure S., Savidan P. (dir.), 2006, Dictionnaire des sciences humaines, Paris, PUF.

Mucchielli L., 2006, Délinquance, in Mesure S., Savidan P. (dir.), 2006, Dictionnaire des sciences humaines, Paris, PUF, 244-245.

Sutherland E., 1999 [1945], La délinquance en col blanc est-elle criminelle ?, Les Cahiers de la sécurité intérieure, 36, 191-209.

Haut de page

Notes

1  Voir le portrait brossé par François Denord (2012, VII-XXVII) dans sa préface à L’élite au pouvoir de C. Wright Mills. Les livres de ce dernier intitulés White Collar: The American Middle Classes et The Power Elite datent respectivement de 1951 et 1956.

2  Sur ce sujet, nous renvoyons à une interview de Howard Becker au sujet de la « criminologie » à paraître dans un numéro spécial de Cultures & Conflits, 93, 2014 (dossier « Foucault et la criminologie », dirigé par Fabienne Brion et Didier Bigo).

3  Voir Lascoumes, 1999, 187-190 pour un portrait introductif et Gaylord, Galliher, 1988 ainsi que Meier, 2013 pour une biographie intellectuelle, outre la préface de Gilbert Geis et Colin Goff à l’ouvrage.

4  Richard A. Wright termine ainsi le portrait qu’il consacre à Sutherland dans la Encyclopedia of Criminology publiée chez Routledge (portrait qui cite au passage Hermann Mannheim jugeant que Sutherland mériterait un Prix Nobel de criminologie s’il en existait un) par un parallèle pour le moins osé entre Edwin Sutherland et Albert Einstein, les deux hommes ayant en commun d’avoir pris à contrepied les conceptions communes de leur temps...

5  Même aux États-Unis, on peut dire que si Sutherland est reconnu comme une figure de proue, c’est bien davantage grâce à sa théorie de l’ « association différentielle » qu’en raison de ses travaux sur le white collar crime.

6  On lui doit, outre un hommage dans Élites irrégulières, la seule traduction en français disponible jusqu’ici (Sutherland, 1999), celle du chapitre IV de l’ouvrage, reprise d’un article publié en 1945 dans la American Sociological Review.

7  Sutherland est néanmoins cité – c’est même le premier auteur cité – dans la notice « délinquance », rédigée par Laurent Mucchielli (2006, 244), mais il s’agit du Sutherland des Principles of Criminology.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Chantraine et Grégory Salle, « Un moment d’histoire des sciences humaines et sociales », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. X | 2013, mis en ligne le 09 juin 2013, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/champpenal/8526 ; DOI : 10.4000/champpenal.8526

Haut de page

Auteurs

Gilles Chantraine

Chargé de recherche au CNRS, rattaché au CLERSÉ (UMR 8019).

Articles du même auteur

Grégory Salle

Chargé de recherche au CNRS, rattaché au CLERSÉ (UMR 8019).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals