Navigation – Plan du site
Dossier : Violences conjugales et justice pénale

L’alcool favorise-t-il les conduites d’agression physique et verbale entre partenaires intimes ?

Perspectives psychologiques
Does alcohol promotes physical and verbal aggression between intimate partners? Psychological perspectives
Laurent Bègue

Résumés

Cette revue de questions analyse les relations entre la consommation d’alcool et les conduites d’agression, qui sont notamment perpétrées envers un partenaire intime. Après avoir établi le lien statistique récurrent associant l’agression et l’alcool et donné un aperçu des principales méthodologies de recherche employées dans la recherche internationale à ce sujet, nous interrogeons le statut de l’alcool dans les conduites agressives entre partenaires intimes. Un examen détaillé des modèles théoriques d’orientation pharmacologique et socio-cognitive qui rendent compte de ces liens est ensuite proposé.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La violence entre partenaires intimes est définie par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) comme « tout comportement au sein d’une relation intime qui cause un préjudice ou des souffrances physiques, psychologiques ou sexuelles, aux personnes qui sont parties à cette relation, y compris des actes d’agression physique, de la coercition sexuelle, de la violence psychologique et des comportements autoritaires ou tyranniques ». Parmi les facteurs impliqués dans ces violences, la consommation abusive d’alcool est considérée par l’OMS comme une donnée majeure. Cette position est conforme aux résultats d’une synthèse quantitative de 96 études indépendantes et comprenant près de 80 000 participants, qui démontre que le risque d’agression envers un partenaire intime est multiplié par trois en cas d’abus ou de dépendance à l’alcool ou à une autre drogue (Moore et al., 2008). Cependant, le statut explicatif de cette donnée de contexte ne va pas entièrement de soi. L’un des experts reconnus dans le domaine des VPI, Richard Gelles, publiait ainsi il y a plusieurs années un article intitulé « L’alcool et les autres drogues sont associés à la violence –ils n’en sont pas sa cause » (Gelles, 1993). Selon cet auteur, l’on pourrait donc raisonnablement objecter que chez les auteurs de violence, l’usage de substances ne constituerait qu’un simple marqueur de déviance parmi d’autres et non une donnée étiologique déterminante. Si cette analyse était fondée, celle-ci pourrait avoir des conséquences pratiques importantes, puisque les politiques de réduction des consommations n’auraient alors aucun effet à espérer, in fine, sur les agressions entre partenaires intimes. Par ailleurs, même en considérant que l’alcool puisse constituer une cause critique, sa consommation pourrait ne représenter qu’une sorte d’invocation à caractère disculpatoire mobilisée par les personnes en prise avec leurs proches (ou la justice) pour espérer échapper à une sanction sociale ou pénale.

2L’objectif de cet article sera donc de décrypter le lien statistique entre la commission de conduites agressives et l’ébriété. Dans ce but, les recherches menées en épidémiologie et en psychologie expérimentale seront les sources d’information privilégiées. Nous n’aborderons pas de manière détaillée la place complexe de l’alcool dans les systèmes relationnels en vigueur entre partenaires intimes dans une perspective qualitative et temporelle, mais chercherons à déterminer s’il est légitime de considérer que l’alcool favorise les conduites agressives entre deux personnes, voire au sein d’un couple, toutes choses étant égales par ailleurs. On considérera à cette fin qu’une agression constitue une conduite sociale visant intentionnellement à blesser physiquement ou verbalement une victime (Baron, Richardson, 1994).

3Après un rappel des liens généralement constatés entre l’usage d’alcool et les conduites d’agression ainsi que des principales méthodes mobilisées dans la recherche scientifique consacrée à cette question, les théories explicatives de l’effet de l’alcool seront ensuite exposées et discutées.

I - Établissement du lien alcool-violence

  • 1 Dans une étude agrégeant plus de 9 300 cas issus de 11 pays différents, Murdoch et al. (1990) obser (...)
  • 2 C’est également le cas pour d’autres formes de violence (Scribner et al., 1999 ; Lipton, Gruenewald (...)

4L’alcool est consommé dans toutes les parties du monde, et ce par près de 40% des personnes âgées de plus de 15 ans chaque année (Heath, 2000). Considéré comme le produit psychotrope le plus constamment lié au comportement agressif (Gmel, Rehm, 2003 ; Parker, Auerhahn, 1998)1, l’alcool est également celui dont les effets en termes de santé et de coûts sociaux sont les plus élevés. En contexte hospitalier, les études menées dans les services d’urgences indiquent une alcoolisation dans 22% à 84% des cas de traumatismes liés à des violences et de 3% à 52% pour des traumatismes non liés à des violences (Zerhouni et al., 2013). La mise en relation territoriale de la densité en débits de boisson avec les conduites d’agression grave indique qu’une élévation du nombre de lieux de vente de boissons à emporter explique à elle seule une proportion significative de violences commises envers un partenaire intime (Lippy, DeGue, 2016)2.

  • 3 Dans le domaine des violences sexuelles, il apparaît que des hommes ayant consommé de l’alcool dist (...)
  • 1

5Pour clarifier l’effet de l’ingestion d’alcool sur la violence, toutes choses étant égales par ailleurs, la méthode la plus convaincante du point de vue de l’élucidation causale (mais également la plus artificielle dans sa forme, par rapport au fait social total que représente une agression entre partenaires intimes) réside dans l’approche expérimentale menée au laboratoire, laquelle consiste à administrer des quantités d’alcool variables à des volontaires sains puis à étudier leurs pensées et leurs conduites après les avoir provoqués. Les synthèses statistiques appuyées sur les données issues de plus de 70 études menées en laboratoire confirment ce fait et font un pas supplémentaire en concluant à un effet causal et linéaire de l’alcool sur les conduites agressives des hommes et des femmes (Bushman, Cooper, 1990 ; Exum, 2006 ; Ito et al., 1996 ; Lipsey et al., 1997)3. Ces effets ont une contribution statistique moyenne : par rapport à des groupes contrôles, l’augmentation du niveau d’agression des groupes alcoolisés se situe à un demi écart-type4. Plusieurs études épidémiologiques complètent ces données en indiquant que ce sont principalement les alcoolisations aiguës (boire beaucoup d’alcool dans une même occasion) qui sont associées aux conduites d’agression physique ou verbale et plus faiblement l’alcoolisation à long terme, dont l’impact résulterait notamment des déficits nutritionnels, de l’altération du sommeil et de la dégradation de certaines fonctions cérébrales (notamment préfrontales) produits par la neurotoxicité de la molécule d’éthanol.

II - Un focus sur les conduites d’agression entre partenaires intimes

6Deux tiers des victimes de violence perpétrée par un partenaire intime indiquent que ce dernier était sous l’influence de l’alcool lors de la commission des faits. La fréquence des ébriétés est liée à une élévation des violences envers un partenaire intime, et ce lien ne serait pas réductible à des co-facteurs comme les caractéristiques démographiques ou la personnalité de l’auteur de violence (Eckhardt et al., 2015). En moyenne, les hommes qui présentent une dépendance à l’alcool ont effectivement des taux de violence envers leur partenaire plus élevés (Chermack et al., 2000), et un usage d’alcool élevé dans les premières périodes d’un mariage s’avère prédictif de violences ultérieures (Leonard, Senchak, 1996).

7Des travaux de suivi longitudinal attestent de l’antériorité de l’alcoolisation par rapport aux violences subies. Ainsi, une analyse de journaux intimes tenus pendant 15 mois par des participantes ayant déjà été impliquées dans des violences perpétrées par leur conjoint a indiqué que la probabilité d’une agression physique perpétrée par un homme sur sa partenaire était multipliée par 8 les jours où l’homme buvait de l’alcool, par rapport à des jours exempts de toute consommation. La probabilité d’apparition d’agressions graves était multipliée par 11 les jours de consommation. Enfin, plus de 60% des épisodes agressifs se produisaient dans les deux heures qui suivaient les consommations masculines (Fals-Stewart , 2003). L’attention portée aux contextes de consommation permet de préciser les situations à risques : en moyenne, les consommations masculines dans les bars et les événements festifs, et les consommations féminines dans les parcs et les lieux publics sont associées à une élévation des violences de l’homme envers sa partenaire. Les consommations masculines durant des soirées calmes chez soi constituent davantage quant à elles le contexte dans lequel les conduites violentes d’une conjointe vers son partenaire sont plus fréquentes (Mair et al., 2013).

8Dans une perspective interactionniste, il semble pertinent de souligner que l’effet de l’alcool n’est pas circonscrit aux seules actions de l’auteur de violence. Dans une synthèse statistique de la littérature incluant 55 études indépendantes, dont 12 études de suivi de cohorte, Devries et ses collègues (2014) ont démontré que les violences subies par les femmes étaient d’autant plus importantes qu’elles avaient également une consommation d’alcool problématique. Un résultat similaire a été observé en France auprès d’un échantillon représentatif de femmes victimes de coups et blessures : une consommation de quantités élevées d’alcool en une occasion constituait l’un des facteurs de risques les plus déterminants (Bègue et al., 2012).

III - Modèles explicatifs

1) Les effets contradictoires de l’alcool

  • 5 L’alcool conduit ainsi à se confier davantage à autrui durant une conversation (Caudill et al., 198 (...)

9Dans la pensée de sens commun et la littérature scientifique (Jellinek, 1960), l’hypothèse d’un effet désinhibiteur de l’alcool du fait de ses propriétés pharmacologiques est très répandue. De nombreux phénomènes sont cohérents avec le fait qu’après une consommation d’alcool, l’individu laisserait se produire des conduites qu’ordinairement il semble conserver sous son contrôle5. Pourtant, le modèle de la désinhibition a fait l’objet d’importantes critiques (Giancola, 2000 ; Pernanen, 1993). Il ne permet pas d’expliquer de manière satisfaisante certains effets contradictoires des consommations. Par exemple, l’alcool augmente l’auto-adulation (Banaji, Steele, 1989 ; Bègue et al., 2013), mais favorise également l’expérience de symptômes dépressifs (Steele, Josephs, 1988). Il facilite le lien social (Kirchner et al., 2006), mais renforce aussi l’isolement et les tendances suicidaires (Kendall, 1983). Sa consommation conduit à une minimisation des conséquences d’une prise de risque (Fromme et al., 1997) et favorise plus de comportements risqués de la part de l’individu (Burian et al., 2002) comme des groupes (Sayette et al., 2004), mais augmente aussi dans certaines circonstances spécifiques des conduites sexuelles plus prudentes si l’injonction à la prudence est très insistante (Testa, Collins, 1997 ; McDonald et al., 2000). Ces effets contradictoires, dont rend mal compte le modèle de la désinhibition simple, peuvent être expliqués par les perturbations cognitives et attentionnelles induites par l’alcool que l’on va à présent développer.

2) Consommation d’alcool et perturbations cognitives

10Du simple fait qu’il restreint les capacités cognitives de l’individu et produit un état dit de myopie alcoolique, l’alcool est à l’origine de conduites sociales plus polarisées (Steele, Josephs, 1990). La myopie alcoolique est définie comme un état d’irréflexion dans lequel certains aspects immédiats et superficiellement compris de l’expérience perceptive revêtent une influence disproportionnée sur les conduites et les émotions (Steele, Josephs, 1990 ; voir aussi Giancola, 2000 ; Giancola, Corman, 2007). Tandis qu’une personne non alcoolisée s’avère capable de considérer et de hiérarchiser une grande étendue d’informations avant de répondre à une situation sociale, une personne ivre est moins préoccupée par la prise en considération de conséquences distales de ses actes dans le temps ou l’espace et semble comme prisonnière d’une version simplifiée de la réalité qui l’entoure, et dans laquelle l’amplitude, la profondeur et la perspective temporelle de sa compréhension sont affectées. Diverses études montrent que des personnes en état d’ivresse ne démontrent plus les capacités requises pour traiter simultanément plusieurs informations critiques impliquées dans les conduites sociales (Streufert et al., 1993) et sont victimes de divers raccourcis cognitifs (Lange, 2002).

11Selon la théorie de la myopie alcoolique (TMA), une conduite d’agression ne représenterait pas une issue inéluctable après une consommation d’alcool : tout serait fonction des informations rendues saillantes dans la situation rencontrée par l’individu. Par exemple, des personnes alcoolisées que l’on confronte à des normes anti-agressives dans un contexte d’administration de chocs électriques à un provocateur ne se montrent pas plus enclines à l’agression que des personnes n’ayant pas consommé d’alcool (Jeavons, Taylor, 1985), tandis qu’elles le sont davantage en l’absence de cette norme. Dans le même ordre d’idée, lorsqu’une personne alcoolisée qui est provoquée est confrontée à des signaux distracteurs saillants, celle-ci se montre significativement moins agressive qu’une personne non alcoolisée (Giancola, Corman, 2007 ; voir aussi Giancola et al., 2010).

12La TMA formule des explications générales quant aux raisons pour lesquelles l’alcool affecte les comportements sociaux. Steele et Josephs (1990) soulignent que le comportement social d’un individu est affecté par deux types de signaux : ceux qui revêtent une fonction instigatrice d’un comportement donné (signaux provocateurs) et ceux qui revêtent une fonction inhibitrice. Les situations dans lesquelles les deux signaux coexistent (par exemple, provocation à une bagarre et peur des conséquences d’une bagarre) renvoient à un conflit de réponses : le signal inhibiteur incite à une réponse inverse à celle du signal instigateur. Selon la TMA, la consommation d’alcool supprime les signaux inhibiteurs, ce qui confère par conséquent un potentiel d’influence supérieur aux signaux instigateurs. Une méta-analyse de Steele et Southwick (1985) atteste que l’effet d’extrémisation produit par l’alcool apparaît lorsqu’il existe un conflit entre les deux signaux (voir Curtin, Fairchild, 2003 ; Fillmore, Vogel-Sprott, 1999 ; Mulvihill et al., 1997).

13La myopie alcoolique affecte les réponses individuelles dans toute situation où l’attention à des signaux multiples est nécessaire pour élaborer un jugement précis. Lorsque l’on demande à des personnes ivres de se focaliser sur les dispositions des autres, celles-ci présentent une tendance à exagérer l’effet de ces dispositions sur leur comportement (Herzog, 1999). Dans certains contextes, cette inclination magnifiée par l’alcool peut contribuer à un mode de traitement de l’information sociale plus hostile (Ogle, Miller, 2004 ; Sayette et al., 1993), qui favorise les conduites d’agression (Crick, Dodge, 1994 ; Zelli et al., 1999). Une personne ivre peut ne pas percevoir correctement les raisons qui motivent le comportement d’une autre personne, conduisant à ce que cette conduite soit parfois jugée plus hostile qu’elle ne le serait par une personne n’étant pas en état d’ébriété. Ainsi, l’effet de l’alcool sur les capacités cognitives permet d’expliquer pourquoi l’alcool favorise un biais perceptif d’intentionnalité, qui est une tendance générale à considérer qu’un acte donné, notamment lorsque sa causalité est ambiguë, est intentionnel plutôt qu’accidentel (Bègue et al., 2010). Une simple bousculade sera ainsi jugée de manière plus empreinte d’hostilité lorsque l’individu se trouve en état d’ébriété. Par ailleurs, la diminution de la sensibilité aux expressions faciales et la diminution des capacités de détection des émotions faciales qu’induit l’alcoolisation (Tcherkassof et al., 2011) peut favoriser une agression (Borrill et al., 1987).

14Les recherches neuropsychologiques récentes sur la place du fonctionnement cognitif exécutif dans les relations sociales sont compatibles avec la théorie de la myopie alcoolique. Ces fonctions constituent un ensemble de capacités cognitives associées au cortex préfrontal. Elles recouvrent des domaines comme l’attention, le raisonnement abstrait, l’organisation, la flexibilité mentale, la planification, l’autorégulation et la capacité à prendre en compte un feedback externe pour moduler son comportement (Roberts et al., 1998). De nombreux travaux indiquent que les fonctions cognitives exécutives sont déficientes chez les auteurs d’agression (Paschall, Fishbein, 2002 ; Raine et al., 2000 ; Stevens et al., 2003) et sont perturbées par une consommation d’alcool aiguë ou chronique (Curtin, Fairchild, 2003 ; Hoaken et al., 1998 ; Lau et al., 1995). Plusieurs études ont aujourd’hui démontré que le lien entre l’absorption d’alcool et les conduites agressives résultait, au moins en partie, de l’effet de l’alcool sur le fonctionnement cognitif exécutif (Giancola, 2000 ; Hoaken et al., 1998). Par ailleurs, le niveau habituel de fonctionnement cognitif exécutif d’un individu module également ce lien : les personnes ayant de faibles capacités de fonctionnement exécutif sont encore plus sujettes à l’agression lorsqu’elles sont ivres (Giancola, 2000, 2004 ; Giancola et al., 2006 ; Lau et al., 1995 ; Pihl et al., 2003).

15La TMA s’appuie sur un modèle neuro-cognitif qui précise comment les propriétés psychopharmacologiques de l’alcool influencent les processus cognitifs. Cependant, dans certains cas, l’alcool peut influencer les processus cognitifs et les conduites pour des raisons qui ne relèvent pas de ses effets psychopharmacologiques sur le cerveau. Par exemple, des hommes exposés à des stimuli de nature sexuelle ont une augmentation de leur excitation auto-reportée et de la circonférence de leur pénis simplement s’ils pensent être alcoolisés alors qu’en réalité, ils ont consommé un placebo (Abrams, Wilson, 1983). Il existe donc des causes non pharmacologiques qui influencent les conduites des consommateurs d’alcool (voir Bègue, Subra, 2008).

3) Alcool et modèle des attentes

16Les croyances concernant l’alcool et sa valeur d’excuse comportementale dont l’individu est dépositaire peuvent favoriser le lien alcool-violence dans le domaine des violences entre partenaires intimes. La consommation peut ainsi être suivie de conséquences qui ne tiennent pas aux effets intrinsèques de l’alcool mais à l’autoréalisation des attentes quant aux effets de l’alcool ou à l’usage d’alcool pour excuser un comportement répréhensible (Critchlow, 1986 ; Marlatt, Rohsenow, 1980 ; Mc Caghy, 1968 ; Lang, 1993).

17Ainsi, il est établi que des personnes qui croient que l’alcool représente une cause d’agression affirment avoir davantage perpétré des violences envers un ou des partenaires intimes dans le passé (Field et al., 2004).

  • 6 Les attentes découlent également de la nature des produits concernés. Des recherches en laboratoire (...)

18Les anthropologues Mac Andrew et Edgerton (1969) ont notamment contribué à montrer qu’à l’inverse des prédictions comportementales d’un modèle pharmacologique strict, il existait des sociétés où l’alcoolisation massive ne donnait aucunement lieu à des violences ou des comportements désinhibés. Ces auteurs ont également insisté sur la valeur d’excuse conférée à cette substance. Selon leur perspective, une personne ordinaire s’attend à ce que l’alcool ait des effets sur elle et les autres (voir Graham et al., 1998 ; Quigley, Leonard, 2006), par son expérience personnelle et l’observation d’autrui dans divers cadres sociaux et familiaux (Goldman et al., 1987 ; Johnson et al., 1990). Ces attentes sont conservées en mémoire à long terme sous la forme de connaissances acquises et favorisent les consommations (Goldman et al., 1999 ; Jones et al., 2001). Les attentes concernant les effets agressogènes de l’alcool sont particulièrement répandues (Critchlow, 1986 ; Murdoch et al., 1990 ; Room, Bullock, 2002 ; Paglia, Room, 1999 ; Southwick et al., 1981), et se développent durant l’enfance (Kraus et al., 1994 ; Miller et al., 1990 ; Query et al., 1998). Par exemple, des chercheurs ont demandé à des enfants américains âgés de 8 ans quelles seraient les conséquences s’ils consommaient de l’alcool (par rapport à une boisson contrôle, le thé glacé). Ceux-ci ont répondu que l’alcool les conduirait davantage à blesser verbalement les autres et à se bagarrer (Query et al., 1998)6.

19Selon cette perspective dite « attributionnelle », dans la mesure où l’alcool est ordinairement considéré comme un facteur d’agression, tout individu qui se montre agressif possède à sa disposition une rhétorique d’auto-disculpation prête à l’emploi. De nombreux travaux ont fait état de cette catégorie de techniques de neutralisation du blâme chez les délinquants. L’analyse du discours des auteurs de violence indique que l’ébriété est susceptible d’être employée comme une excuse (Scully, Marolla, 1984 ; Tryggvesson, 2004). Toutefois, les enquêtes quantitatives ne donnent pas des résultats aussi cohérents. Dans une recherche menée auprès de 197 hommes incarcérés, Loza et Clements (1991) ont montré que les personnes ayant un usage abusif d’alcool attribuaient davantage de blâme à l’alcool que les autres. Dans une autre étude auprès de détenus canadiens, une majorité de prisonniers imputaient aux substances une part de responsabilité pour leurs actions répréhensibles : 92% d’entre eux estimaient que l’alcool avait modifié leur jugement, et 83% pensaient que cela avait été le cas des substances illicites. Entre 30% et 50% des détenus ayant participé à plusieurs enquêtes au Canada considéraient que l’alcool ou les drogues illicites avaient contribué à leur conduite d’agression.

  • 7 Dans ces études auprès de personnes déjà condamnées, l’invocation de l’alcool ne leur est certes d’ (...)

20Cependant, dans une autre étude de 307 prisonniers condamnés pour des faits de violence grave, seulement 13% d’entre eux considéraient l’alcool comme un agent causal et pour 28%, il avait contribué à leur acte (Mayfield, 1976). Une dernière étude menée auprès de personnes incarcérées indique que parmi les prisonniers qui avaient bu avant leurs actes violents, 44% estimaient que leur ébriété avait eu une influence (Mc Murran, Hollin, 1989). Ces recherches suggèrent donc que l’invocation de l’alcool comme une circonstance atténuante, bien qu’appartenant incontestablement à la rhétorique d’auto-disculpation des prisonniers, n’est pas massivement mobilisée7.

4) Les sanctions légales et sociales après une agression ébrieuse

21Les synthèses de la littérature anthropologique et historique indiquent que dans de nombreuses sociétés primitives, les transgressions impliquant le sexe ou la violence consécutives à une alcoolisation sont moins sévèrement punies (Horton, 1943 ; Mc Andrew, Edgerton, 1969). L’invocation de l’ébriété constitue un argument ayant une valeur pénale durant un procès dans de nombreuses juridictions (Coates, Wade, 2004 ; Room, 1996 ; Wilson, 1997). Cependant, l’étude des jugements pénaux apporte des résultats assez incohérents. Ainsi, des conjoints accusés de violence intime sont davantage susceptibles d’être arrêtés et poursuivis quand ils se trouvent sous l’influence de l’alcool (Buzawa, Buzawa, 1990). À l’inverse, une étude californienne portant sur 238 sentences dans des cas d’homicide volontaire entre 1958 et 1966 a montré que 50% de ceux qui avaient n’avaient pas consommé d’alcool ou en quantité faible obtenaient un verdict de peine capitale, contre seulement 30% des auteurs qui en avaient consommé une quantité modérée ou élevée (Note, 1969). De même, dans une étude menée auprès de 629 auteurs de violence, il est apparu que ceux qui étaient condamnés pour des délits mineurs obtenaient un jugement plus clément s’ils avaient usé d’alcool durant leur délit que s’ils n’en avaient pas bu. L’inverse s’observait parmi ceux qui avaient commis des délits graves (Harrell, 1981).

  • 8 Une autre méthode utilisée pour évaluer l’attribution de responsabilité des agressions ébrieuses co (...)

22Dans la population générale, les données disponibles ne vont pas fortement dans le sens d’une fonction d’excuse de l’alcool. Une enquête a ainsi indiqué que 60% des répondants pensaient qu’une personne ivre restait responsable de son comportement (Sobell, Sobell, 1975), une autre étude menée au Canada montrait que 92% des répondants pensaient qu’une personne ivre restait entièrement responsable de ses actes (Paglia, Room, 1998)8.

5) Le rôle modulateur des attentes en matière de violences ébrieuses

23Le lien entre les consommations d’alcool et les conduites agressives découle en partie des attentes en matière de violence ébrieuse. Dans une étude menée auprès d’un échantillon probabiliste de 1 468 personnes, il a été observé que celles qui pensaient que l’alcool était une cause d’agression avaient davantage perpétré des violences envers un ou des partenaires intimes dans le passé (Field et al., 2004). Une autre étude a indiqué que la relation entre les habitudes de consommation d’alcool et les comportements agressifs était plus forte chez ceux qui pensaient que l’alcool avait une incidence sur l’agression (Dermen, George, 1989 ; voir aussi Barnwell et al., 2006 ; Chermack, Taylor, 1995 ; Davis, 2010 ; Leonard et al., 2003). Dans la même veine, des auteurs ont constaté que la consommation fréquente d’alcool n’était liée aux violences conjugales que chez les consommateurs ayant des attentes d’agressivité ébrieuse (Leonard, Senchak, 1993).

24Prises dans leur ensemble, ces études indiquent donc une incidence des attentes sur les comportements violents (Quigley, Leonard, 1999 ; Quigley et al., 2002) pour des résultats plus complexes ou contradictoires). Toutefois, il est légitime de s’interroger sur la signification des échelles psychométriques mesurant les attentes agressives vis-à-vis de l’alcool. Il se pourrait en effet que la croyance d’agressivité ébrieuse ne soit qu’une expression spécifique des tendances agressives générales des individus. Le statut des attentes d’agressivité ébrieuse dans la relation alcool-violence a été mis en cause par Giancola et al. (2005). Ils ont observé que ces attentes modulaient effectivement le lien entre la consommation d’alcool et les comportements violents. Toutefois, lorsqu’ils contrôlaient statistiquement les prédispositions agressives des participants, l’effet modulateur disparaissait entièrement, ce qui mettait donc directement en cause la validité divergente des prédispositions agressives et des attentes d’agressivité ébrieuse (Giancola et al., 2005). Ce résultat est toutefois mis en cause par les observations issues d’une étude menée en France auprès de près de 700 personnes, qui montrait que les attentes selon lesquelles l’alcool rend agressif modulaient la relation entre les consommations et les violences auto-reportées. Dans cette étude, la consommation d’alcool était positivement corrélée aux comportements violents auto-reportés, mais uniquement parmi les participants qui pensaient que l’alcool les rendait agressifs. Plus encore, l’effet des attentes persistait après avoir contrôlé statistiquement l’âge et les tendances agressives chroniques des répondants (Subra, Bègue, 2009).

6) L’alcool produit-il un effet placebo ?

25Une intéressante méthodologie a été développée pour étudier de manière plus directe et selon une méthodologie expérimentale les effets des attentes : il s’agit du modèle du placebo équilibré (Carpenter, 1962 ; Hull, Bond, 1986 ; Marlatt, Rohsenhow, 1980 ; Rohsenow, Marlatt, 1981, figure 1).

Alcool

attendu

Oui

Non

Alcool

Oui

Alcool

Anti-placebo

Reçu

Non

Placebo

Contrôle

Figure 1 : Le modèle du placebo équilibré

26Dans les études qui s’appuient sur ce modèle, la moitié des participants reçoivent de l’alcool, tandis que l’on sert à l’autre moitié une boisson non alcoolisée. Dans chacun de ces deux groupes, l’on informe aléatoirement la moitié des participants qu’ils vont recevoir une boisson alcoolisée, et l’autre moitié qu’ils vont recevoir une boisson sans alcool. Bushman et Cooper ont réalisé une synthèse statistique (1990) permettant de distinguer les effets pharmacologiques des effets d’attente et ont constaté que ni les effets pharmacologiques (la différence entre le groupe anti-placebo et le groupe contrôle), ni les effets d’attente (la différence entre le groupe placebo et le groupe contrôle) n’étaient significatifs. En revanche, une différence apparaissait significativement entre le groupe alcool et le groupe placebo (dans ces deux groupes les participants pensaient avoir bu de l’alcool, mais ce n’était pas le cas dans le groupe placebo). Ceci suggère que les effets pharmacologiques de l’alcool ne produisent une augmentation des conduites d’agression que s’ils sont combinés aux effets d’attente. Une étude menée en France a cependant indiqué que des personnes ayant reçu un placébo d’alcool se montraient plus agressives, quelle que soit la dose d’alcool véritablement ingérée (Bègue et al., 2009 ; voir aussi Bushman 1993, 1997 ; Hull, Bond, 1986).

27Utilisant partiellement ce paradigme, une étude a été menée par Leonard et Roberts (1998) auprès de couples dans lesquels le conjoint avait été auteur de violences ou non. Affectés aléatoirement dans un groupe alcool, placebo ou contrôle, les couples devaient échanger au sujet d’un des aspects les plus conflictuels de leurs relations qu’ils avaient déjà identifiés dans le passé. Les réactions négatives exprimées durant la conversation envers le conjoint étaient comptabilisées. Seul l’homme consommait de l’alcool (ou une boisson contrôle, ou un placebo), tandis que sa femme avait la même information que lui concernant la nature de sa boisson. Avant la consommation de l’alcool, les couples discutaient du deuxième point le plus conflictuel de leur relation afin d’établir un niveau de base de réactions négatives. Puis on leur donnait la boisson à consommer. Les résultats ont indiqué que chez ces derniers, une augmentation des propos négatifs envers leur conjointe par rapport au niveau de base augmentait, mais seulement en condition alcool, et non en condition contrôle ou placebo. Ceci était suivi de conséquences parallèles chez leur conjointe, dont la proportion de phrases négatives augmentait (Leonard, Roberts, 1998). Ces résultats indiquent non seulement que l’alcool consommé par l’un des protagonistes contribue à augmenter les comportements verbaux négatifs durant un échange dans un couple chez celui qui a bu, mais que cela se répercute ensuite dans les réactions verbales de celui qui n’a pas consommé d’alcool. Les effets observés étaient de même nature au sein des couples ayant ou non un historique d’agression interpersonnelle.

Conclusion

28L’alcool est fréquemment invoqué parmi les déterminants contextuels des violences entre partenaires intimes. Comme on a essayé de le montrer dans cet article, pour établir le statut causal de l’alcool, il demeure insuffisant d’établir une simple corrélation entre l’alcoolisation et les violences, car de nombreux co-facteurs étant également présents, cette association pourrait n’avoir aucune signification étiologique. Cependant, la triangulation des méthodologies de recherche, impliquant notamment les statistiques policières et judiciaires, les enquêtes de délinquance auto-reportée et de victimisation, les études économétriques et les protocoles expérimentaux, conduit à des conclusions qui sont convergentes.

29Comme on l’a rappelé au début de cet article, les violences entre partenaires intimes présentent des spécificités qui sont peu prises en compte dans certaines recherches du fait des contraintes imposées par leurs méthodologies. Par exemple, à de rares exceptions, les travaux expérimentaux impliquent presque toujours des personnes qui ne se connaissent pas et qui n’auront plus aucun échange après l’expérience. Les recherches que l’on a présentées s’étant délibérément situées à un niveau de généralité ne pouvant restituer les dynamiques relationnelles à long terme, il importe de conjuguer leurs enseignements avec ceux issus d’autres traditions de recherche ayant une orientation plus qualitative et anamnestique. L’une des conclusions qu’il est possible de formuler à l’issue de la présente synthèse de la littérature est que l’alcool a très probablement un effet causal sur une grande diversité de violences, incluant les violences entre partenaires intimes. Ceci constitue une indication à favoriser une prise en charge addictologique des auteurs de violence envers un partenaire intime lorsqu’un abus ou une dépendance sont établis.

Haut de page

Bibliographie

Abbey A., Zawacki T., Buck P. O., 2001, Alcohol and sexual assault, Alcohol Research & Health, 25, 43-51.

Abbey A., Zawacki T., McAuslan P., 2000, Alcohol's effects on sexual perception, Journal of Studies on Alcohol, 61, 688-702.

Abrams D. B., Wilson G. T., 1983, Alcohol, sexual arousal, and self-control, Journal of Personality and Social Psychology, 45, 188-198.

Banaji M. R., Steele C. M., 1989, Alcohol and self-evaluation: Is a social cognition approach beneficial?, Social Cognition, Special issue: Stress, coping, and social cognition, 7, 137-151.

Barbaree, H. E., Marshall, W. L., Yates, E., & Lightfoot, L. O., 1983 Alcohol intoxication and deviant sexual arousal in male social drinkers, Behavior Research and Therapy, 21, 365-373.

Barnwell S. S., Borders A., Earlywine M., 2006, Alcohol-aggression expectancies and dispositional aggression moderate the relationship between alcohol consumption and alcohol-related violence, Aggressive Behavior, 32 517-527.

Baron R. A., Richardson D.R., 1994, Human aggression (2nd ed.), New York, Plenum Press.

Bechara A., Dolan S., Denburg N., 2001, Decision-making deficits, linked to a dysfunctional ventromedial prefrontal cortex, revealed in alcohol and stimulant abusers., Neuropsychologia, 39, 376-389.

Bègue L., 2011, Conduites agressives et alcoolisation : l’enquête VAMM (violence alcool multi-méthode), Économie et Statistique, 448-449, 177-190.

Bègue L., Subra B., 2008, Alcohol and Aggression: Perspectives on Controlled and Uncontrolled Social Information Processing, Social and Personality Psychology Compass, 2, 511-538.

Bègue L., Bushman B., Giancola P., Subra B., Rosset E., 2010, There is No Such Thing as an Accident, Especially When People are Drunk, Personality and Social Psychology Bulletin, 36, 1301–1304.

Bègue L., Bushman B., Zerhouni O., Subra B., Ourabah M., 2013, 'Beauty is in the Eye of the Beer Holder': People Who Think They are Drunk also Think They are Attractive, British Journal of Psychology, 104, 225–234.

Bègue L., Pérez-Diaz C., Subra B., Bricout V., Roché S., Swendsen J., Zorman M., 2012, The role of alcohol in female victimization: findings from a French representative sample, Substance Use and Misuse, 47, 1-11.

Bègue L., Subra B., Arvers P., Muller D., Bricout V., Zorman M., 2009, A Message in a Bottle: Extrapharmacological Effects of Alcohol on Aggression, Journal of Experimental Social Psychology, 45, 137-142.

Berkowitz L., 2008, On the consideration of automatic as well as controlled psychological processes in aggression, Aggressive Behavior, 34, 117-129.

Borrill J. A., Rosen B. K., Summerfield A. B., 1987, The influence of alcohol on judgement of facial expressions of emotions, British Journal of Medical Psychology, 60, 71–77.

Burian S. E., Liguori A., Robinson J. H., 2002, Effects of alcohol on risk-taking during simulated driving, Human Psychopharmacology: Clinical and Experimental, 17, 141-150.

Bushman B., 1993, Human aggression while under the influence of alcohol and other drugs: an integrative research review, Current Directions in Psychological Science, 2, 148–152.

Bushman B., 1997, Effect of alcohol on human aggression: Validity of proposed explanations, in Galanter M. (ed.), Recent Developments in Alcoholism, volume 13: Alcoholism and Violence, New York, Plenum Press, 227-243.

Bushman B., Cooper H. M., 1990, Effects of alcohol on human aggression: An integrative research review, Psychological Bulletin, 107, 3, 341-354.

Buzawa E. S ., Buzawa C. G., 1990 Domestic violence: the criminal response, Newsbury Parks, CA, Sage.

Carducci B. J., Mc Neely J. A., 1981, Attribution of blame for wife abuse by alcoholics and nonalcoholics. Paper presented at the 89th Annual Convention of the American Psychological Association, Los Angeles.

Carpenter J. A., 1962, Effects of alcohol on some psychological processes: A critical review, Quarterly Journal of Studies on Alcohol, 23, 274-314.

Caudill B. D., Wilson G. T., Abrams D. B., 1987, Alcohol and self-disclosure: Analyses of interpersonal behavior in male and female social drinkers, Journal of Studies on Alcohol, 48, 401-409.

Cheong J., Nagoshi C. T., 1999, Effects of sensation seeking, instruction set, and alcohol/placebo administration on aggressive behavior, Alcohol, 17, 81-86.

Chermack S. T., Fuller B. E., Blow F. C., 2000, Predictors of expressed partner and non-partner violence among patients in substance abuse treatment, Drug and Alcohol Dependence, 58, 43–54.

Chermack S. T., Taylor S., 1995, Alcohol and human physical aggression: Pharmacological versus expectancy effects, Journal of Studies on Alcohol, 56, 449-456.

Coates L., Wade A., 2004, Telling it like it isn't: Obscuring perpetrator responsibility for violent crime, Discourse & Society, 15, 499-526.

Crick N. R., Dodge K. A., 1994, A review and reformulation of social information-processing mechanisms in children's social adjustment, Psychological Bulletin, 115, 74-101.

Critchlow B., 1983, Blaming the booze: The attribution of responsibility for drunken behavior, Personality and Social Psychology Bulletin, 9, 451-473.

Critchlow B., 1985, The blame in the bottle: Attributions about drunken behavior, Personality and Social Psychology Bulletin, 11, 258-274.

Critchlow B., 1986, The powers of John Barleycorn: Beliefs about the effects of alcohol on social behavior, American Psychologist, 41, 751–764.

Curtin J. J., Fairchild B. A., 2003, Alcohol and cognitive control: Implications for regulation of behavior during response conflict, Journal of Abnormal Psychology, 112, 424-436.

Davis K. C., 2010, The influence of alcohol expectancies and intoxication on men’s aggressive unprotected sexual intentions, Experimental and Clinical Psychopharmacology, 18, 418-428.

Dennis M. E., 1993, Chronic alcohol abuse effects on driving task abilities, Journal of Alcohol and Drug Education, 39, 107–110.

Dermen K. H., George W. H., 1989, Alcohol expectancy and the relationship between drinking and physical aggression, Journal of Psychology, 123, 153–161.

Devries K., Child J.C., Bacchus, L. J., Mak, J., Heise, L., 2014, Intimate partner violence victimization and alcohol consumption in women: A systematic review and meta-analysis, Addiction, 109, 379-391.

Duke A., Bègue L., 2015, The Drunk Utilitarian: Blood Alcohol Concentration Predicts Utilitarian Responses in Moral Dilemmas, Cognition, 134, 121-127

Eckhardt C., Parrott D., Sprunger J. G., 2015, Mechanisms of alcohol-facilitated intimate partner violence, Violence Against Women, 21, 8, 939-957.

Exum M. L., 2006, Alcohol and aggression: An integration of findings from experimental studies, Journal of Criminal Justice, 34, 2, 131-145.

Fals-Stewart W., 2003, The occurrence of partner physical aggression on days of alcohol consumption: A longitudinal diary study, Journal of Consulting and Clinical Psychology, 71, 1, 41–52.

Field C. A., Caetano R., Nelson S., 2004, Alcohol and Violence Related Cognitive Risk Factors Associated With the Perpetration of Intimate Partner Violence, Journal of Family Violence, 19, 249-253.

Fillmore M. T., Vogel-Sprott M., Gavrilescu D., 1999, Alcohol effects on intentional behavior: Dissociating controlled and automatic influences, Experimental and Clinical Psychopharmacology, 7, 372-378.

Freisthler B., Needell B., Gruenewald P. J., 2005, Is the physical availability of alcohol and illicit drugs related to neighborhood rates of child maltreatment?, Child Abuse & Neglect, 29, 1049-1060.

Fromme K., Katz E., D'Amico E., 1997, Effects of alcohol intoxication on the perceived consequences of risk taking, Experimental and Clinical Psychopharmacology, 5, 14-23.

Gelles R., 1993, Alcohol and other drugs are associated with violence – they are not its cause, in Gelles R. J., Loseke D. R. (Eds), Current controversies on family violence, Thousand Oaks, Sage, 171-181.

George W. H., Marlatt G., 1986, The effect of alcohol and anger on interest in violence, erotica, and deviance, Journal of Abnormal Psychology, 95, 150-158.

Giancola P. R., 2000, Executive functioning: A conceptual framework for alcohol-related aggression, Experimental and Clinical Psychopharmacology, 8, 576–597.

Giancola P. R., 2002a, Irritability, acute alcohol consumption and aggressive behavior in men and women, Drug and Alcohol Dependence, 68, 3, 263-274.

Giancola P. R., 2002b, The influence of trait anger on the alcohol-aggression relation in men and women, Alcoholism: Clinical and Experimental Research, 26, 1350-1358.

Giancola P. R., 2002c, Alcohol-related aggression in men and women: The influence of dispositional aggressivity, Journal of Studies on Alcohol, 63, 696-708.

Giancola P. R., 2003, The moderating effects of dispositional empathy on alcohol-related aggression in men and women, Journal of Abnormal Psychology, 112, 275–281.Giancola P.R., 2004, Executive functioning and alcohol-related aggression, Journal of Abnormal Psychology, 113, 541–555.

Giancola P. R., Godlaski A. J., Parrott D. J., 2005, 'So I can't blame the booze?': Dispositional aggressivity negates the moderating effects of expectancies on alcohol-related aggression, Journal of Studies on Alcohol, 66, 6, 815-824.

Giancola P. R., Parrott D., Silvia P., DeWall C., Bègue L., Subra B. Duke A., 2012, The Disguise of Sobriety: Unveiled by Alcohol in Persons with an Aggressive Personality, Journal of Personality, 80, 163-185.

Giancola P. R., Corman M. D., 2007, Alcohol and aggression: A test of the attention-allocation model, Psychological Science, 18, 649-655.

Giancola P. R., Josephs R.A., Parrott D. J., Duke A. A., 2010, Alcohol myopia revisited: Clarifying aggression and other acts of disinhibition through a distorted lens, Perspectives on Psychological Science, 5, 265-278.

Giancola P. R., Parrott D. J., Roth R. M., 2006, The influence of difficult temperament on alcohol-related aggression: Better accounted for by executive functioning?, Addictive Behaviors, 31, 2169-2187.

Gmel G., Rehm J., 2003, Harmful alcohol use, Alcohol Research & Health, 27, 52–62.

Goldman M.S., Brown S.A., Christiansen B.A., 1987, Expectancy theory: thinking about drinking, in Blane H. T., Leonard K.E. (Eds), Psychological theories of drinking and alcoholism, New York, Guilford Press, 181-226.

Goldman M. S., Brown S. A., Christiansen B. A., Smith G. T., 1991, Alcoholism and memory: Broadening the scope of alcohol expectancy research, Psychological Bulletin, 110, 137–146.

Goldman M. S., Del Boca F. K., Darkes J., 1999, Alcohol expectancy theory: The application of cognitive neuroscience, in Leonard K.E., Blane H.T. (Eds), Psychological theories of drinking and alcoholism, New York, Guilford Press, 203-246.

Graham K., Leonard K. E., Room R., 1998, Current directions in research on understanding and preventing intoxicated aggression, Addiction, 93, 659-676.

Harrel W. A., 1981, The effects of alcohol use and offender remorsefulness on sentencing decisions, Journal of Applied Social Psychology, 11, 83-91.

Heath D. B., 2000, Drinking occasions: Comparative perspectives on alcohol and culture, Brunner/Mazel, Taylor & Francis.

Herzog T. A., 1999, Effects of alcohol intoxication on social inferences, Experimental and Clinical Psychopharmacology, 7, 448-453.

Hoaken P. N., Assaad J. M., Pihl R. O., 1998, Cognitive functioning and the inhibition of alcohol-induced aggression, Journal of Studies on Alcohol, 59, 599-607.

Hoaken P. N., Stewart S.H., 2003, Drugs of abuse and the elicitation of human aggressive behavior, Addictive Behaviors, 28, 1533-1554.

Horton D., 1943, Alcohol in primitive societies, Quarterly Journal of Studies on Alcohol, 4, 199-320.

Hull J. G., Bond C. F., 1986, Social and behavioral consequences of alcohol consumption and expectancy: A meta-analysis, Psychological Bulletin, 99, 3, 347-360.

Ito T., Miller N., Pollock V., 1996, Alcohol and aggression: a meta-analysis of the moderating effects of inhibitory cues, triggering events, and self-focused attention, Psychological Bulletin, 120, 60–82.

Jeavons C. M., Taylor S. P., 1985, The control of alcohol-related aggression: Redirecting the inebriate’s attention to socially appropriate conduct, Aggressive Behavior, 11, 93–101.

Jellinek E. M., 1960, The disease concept of alcoholism, Oxford, England, Hillhouse.

Jessor R., Jessor S. L., 1977, Problem behavior and psychosocial development: A longitudinal study of youth, New York, Academic Press.

Johnson R., Nagoshi C., Danko G., Honbo K., Chou L., 1990, Familial transmission of alcohol use norms and expectancies and reported alcohol use, Alcoholism: Clinical and Experimental Research, 14, 216-220.

Jones B. T., Corbin W., Fromme K., 2001, A review of expectancy theory and alcohol consumption, Addiction, 96, 57-72.

Katz J., Arias I. Beach S. R., 1995, Excuses, excuses: Accounting for the effects of partner violence on marital satisfaction and stability, Violence and Victims, 10, 315-326.

Kendall R. E., 1983, Alcohol and suicide, Substance & Alcohol Actions/Misuse, 4, 121–127.

Kingree J. B., Braithwaite R., Woodring T., 2000, Unprotected sex as a function of alcohol and marijuana use among adolescent detainees, Journal of Adolescent Health, 27, 179-185.

Kirchner T. R., Sayette M. A., Cohn J. F., 2006, Effects of Alcohol on Group Formation Among Male Social Drinkers, Journal of Studies on Alcohol, 67, 785-793.

Kraus D., Smith G. T., Ratner H. H., 1994, Modifying alcohol-related expectancies in grade-school children, Journal of Studies on Alcohol, 55, 535-542.

Lane B., Knowles A., 2000, Community attitudes to domestic violence: Attributions of responsibility, and suggested punishments related to alcohol consumption and level of violence, Psychiatry, Psychology and Law, 7, 51-58.

Lang A. R., 1993, Alcohol-related violence: psychological perspectives, in Martin S. (ed.), Alcohol and Interpersonal Violence: fostering multidisciplinary perspective, Rockville, National Institutes of Health, 121-148.

Lange J. E., 2002, Alcohol's effect on aggression identification: A two-channel theory, Psychology of Addictive Behaviours, 16, 47-55.

Långström N., Seto M. C., 2006, Exhibitionistic and voyeuristic behavior in a Swedish National Population Survey, Archives of Sexual Behavior, 35, 427–435.

Lau M. A., Pihl R. O., Peterson J. B., 1995, Provocation, acute alcohol intoxication, cognitive performance, and aggression, Journal of Abnormal Psychology, 104, 150-155.

Leigh B. C., Aramburu B., 1994, Responsibility attributions for drunken behavior: The role of expectancy violation, Journal of Applied Social Psychology, 24, 115-135.

Leonard K. E., Senchak M., 1993, Alcohol and premarital aggression among newlywed couples, Journal of Studies on Alcohol, 11, 96-108.

Leonard K. E., Roberts L., 1998, The effects of alcohol on the marital interactions of aggressive and non-aggressive husbands and their wives, Journal of Abnormal Psychology, 107, 4, 602-615.

Leonard K. E., Senchak M., 1996, Prospective prediction of husband marital aggression within newlywed couples, Journal of Abnormal Psychology, 105, 369-380.

Leonard K. E., Collins R. L., Quigley B. M., 2003, Alcohol consumption and the occurrence and severity of aggression: An event-based analysis of male-to-male barroom violence, Aggressive Behaviour, 2, 346-365.

Lippy C., DeGue S., 2016, Exploring alcohol policy approaches to prevent sexual violence perpetration, Trauma, Violence, & Abuse, 17, 26-42.

Lipsey M. W., Wilson D. B., Cohen A., Derzon J. H., 1997, Is there a causal relationship between alcohol use and violence?, in Galanter M. (ed.), Recent Developments in Alcoholism, volume 13: Alcoholism and Violence, New York, Plenum Press, 245-281.

Lipton R., Gruenewald P., 2002, The spatial dynamics of violence and alcohol outlets, Journal of Studies on Alcohol, 63, 187-195.

Livingston M., 2008, Alcohol outlet density and assault: A spatial analysis, Addiction, 103, 619-628.

Loza W., Clements P., 1991, Incarcerated alcoholics' and rapists' attributions of blame for criminal acts, Canadian Journal of Behavioural Science - Revue canadienne des Sciences du comportement, 23, 76-83.

MacAndrew C., Edgerton R., 1969, Drunken Comportment: A Social Explanation, Chicago, Aldine.

MacDonald T. K., MacDonald G., Zanna M. P., 2000, Alcohol, sexual arousal, and intentions to use condoms in young men: Applying alcohol myopia theory to risky sexual behavior, Health Psychology, 19, 290-298.

MacDonald T. K., Fong G. T., Zanna M. P., 2000, Alcohol myopia and condom use: Can alcohol intoxication be associated with more prudent behavior?, Journal of Personality and Social Psychology, 78, 605-619.

Mair C., Cunradi C. B., Gruenwald P. J., Todd M., Remer L., 2013, Drinking context-specific associations between intimate partner violence and frequency and volume of alcohol consumption, Addiction, 108, 2102-2111.

Makepeace J. M., 1987, Social factor and victim-offender differences in courtship violence, Family Relations, 36, 87–91.

Marlatt G. A., Rohsenow D. J., 1980, Cognitive processes in alcohol use: Expectancy and the balanced placebo design, in Mello N. (ed.), Advances in Substance Abuse, Greenwich, CT, JAI Press, 1, 159-199.

Marx B. P., Gross A. M., Adams H. E., 1999, The effect of alcohol on the responses of sexually coercive and non coercive men to an experimental rape analogue, Sexual Abuse: A Journal of Research and Treatment, 11, 131-145.

Mayfield D., 1976, Alcoholism, alcohol, intoxication and assaultive behavior, Diseases of the Nervous System, 37, 288-291.

Mc Murran M., Hollin C. R, 1989, Drinking and delinquency: another look at young offenders and alcohol, British Journal of Criminology, 29, 386-398.

McCaghy C., 1968, Drinking and deviance disavowal: The case of child molesters, Social Problems, 16, 43–49.

Miller P. M., Smith G. T., Goldman M. S., 1990, Emergence of alcohol expectancies in childhood: A possible critical period, Journal of Studies on Alcohol, 51, 343–349.

Moore T. M., Stuart G. L., Meehan J. C., Rhatigan D. L., Hellmuth J., Keen S., 2008, Drug use and aggression between intimate partners: A meta-analytic review, Clinical Psychology Review, 28, 247-274.

Mulvihill L. E., Skilling T. A., Vogel-Sprott M., 1997, Alcohol and the ability to inhibit behavior in men and women, Journal of Studies on Alcohol, 58, 600-605.

Murdoch D., Pihl R., Ross D., 1990, Alcohol and crimes of violence: present issue, International Journal of the Addictions, 25, 1065-1081.

Note, 1969, A study of the California penalty jury in first-degree murder cases, Stanford Law Review, 21, 1297.

Ogle R. L., Miller W. R., 2004, The effects of alcohol intoxication and gender on the social information processing of hostile provocations involving male and female provocateurs, Journal of Studies on Alcohol, 65, 54-62.

Paglia A., Room R., (1998). General population views about causation and responsibility, Journal of Substance Abuse, 10, 199-216.

Paglia A., Room R., 1999, Expectancies about the effects of alcohol on the self and on others as determinants of alcohol policy attitudes, Journal of Applied Social Psychology, 29, 2632-2651.

Parker R. N. Auerhahn K., 1998, Alcohol, drugs, and violence, Annual Review of Sociology, 24, 291-311.

Parrott D. J., Giancola P. R., 2004, A further examination of the relation between trait anger and alcohol-related aggression: the role of anger control, Alcoholism: Clinical and Experimental Research, 28, 855–864.

Parrott D. J., Giancola P. R., 2006, The effect of past-year heavy drinking on alcohol-related aggression, Journal of Studies on Alcohol, 67, 122–130.

Parrott D., Zeichner A., 2002, Effects of alcohol and trait anger on physical aggression, Journal of Studies on Alcohol, 63, 196–204.

Paschall M., Fishbein D., 2002, Executive cognitive functioning and aggression: A public health perspective, Aggression and Violent Behavior, 7, 215–235.

Pernanen K., 1991, Alcohol in Human Violence, New York, Guilford Press.

Pernanen K., 1993, Research approaches in the study of alcohol-related violence, Alcohol Health & Research World, Special issue: Alcohol, aggression, and injury, 17, 101-107.

Pihl R. O., Peterson J. B., Lau M. A., 1993, A biosocial model of the alcohol-aggression relationship, Journal of Studies on Alcohol, 11, 128-139.

Pihl R. O., Assaad J. M., Hoaken P. N. S., 2003, The alcohol-aggression relationship and differential sensitivity to alcohol, Aggressive Behavior, 29, 302-315.

Pihl R. O., Smith M., Farrell B., 1984, Alcohol & aggression in men: A comparison of brewed & distilled beverages, Journal of Studies on Alcohol, 45, 278-282.

Pittman, D. J., & White, H. R. (1991). The new temperance movement, In D. J. Pittman, & H. R. White (Eds.). Society, culture, and drinking patterns re-examined, New Brunswick, Rutgers University Press, 775-790.

Query L. R., Rosenberg H., Tisak M. S., 1998, The assessment of young children’s expectancies of alcohol versus a control substance, Addiction, 93, 1521–1529.

Quigley B. M., Leonard K. E., 1999, Husband alcohol expectancies, drinking, and marital-conflict styles as predictors of severe marital violence among newlywed couples, Psychology of Addictive Behaviors, 13, 49-59.

Quigley, B. M., Corbett, A. B., Tedeschi, J. T., 2002, Desired image of power, alcohol

expectancies and alcohol-related aggression, Psychology of Addictive Behaviors, 16, 318–324.

Quigley B. M., Leonard K. E., 2006, Alcohol expectancies and intoxicated aggression, Aggression and Violent Behavior, 11, 5, 484-496.

Raine A., Lencz T., Bihrle S., 2000, Reduced prefrontal gray matter volume and reduced autonomic activity in antisocial personality disorder, Archives of General Psychiatry, 57, 119-127.

Richardson D. C., Campbell J. L., 1982, Alcohol and rape: The effect of alcohol on attributions of blame for rape, Personality and Social Psychology Bulletin, 8, 468-476.

Richardson D. C., Campbell J. L., 1980, Alcohol and wife abuse: The effect of alcohol on attributions of blame for wife abuse, Personality and Social Psychology Bulletin, 6, 51-56.

Reineman, C, 1998, The social construction of an alcohol problem: The case of mothers against drunk drivers and social control in the 1980s, Theory and Society, 17, 91-120.

Roberts A. C., Robbins T. W., Weiskrantz L., 1998, The prefrontal cortex: Executive and cognitive functions, New York, Oxford University Press.

Rohsenow D. J., Marlatt G. A., 1981, The balanced placebo design: Methodological considerations, Addictive Behaviors, 6, 107–122.

Roizen J., 1997, Epidemiological issues in alcohol-related violence, in Galanter M. (ed.), Recent Developments in Alcoholism, volume 13: Alcoholism and Violence, New York, Plenum Press, 7-39.

Room, R., 1996, Drinking, violence, gender and causal attribution: A Canadian case study in science, law, and policy. Contemporary Drug Problems, 23, 649–686.

Room R., Bullock S., 2002, Can alcohol expectancies and attributions explain Western Europe's north-south gradient in alcohol's role in violence?, Contemporary Drug Problems, 29, 619-648.

Sayette M. A., 1993, An appraisal-disruption model of alcohol's effects on stress responses in social drinkers, Psychological Bulletin, 114, 459–476.

Sayette M. A., Kirchner T. R., Moreland R. L., 2004, Effects of Alcohol on Risk-Seeking Behavior: A Group-Level Analysis, Psychology of Addictive Behaviors, 18, 190-193.

Sayette M. A., Wilson G. T., Elias M. J., 1993 Alcohol and aggression: A social information processing analysis, Journal of Studies on Alcohol, 54, 399-407.

Scribner R. A., Cohen, D., Kaplan, S., Allen, S. 1999, Alcohol availability and homicide in New Orleans: conceptual considerations for small area analysis of the effects of alcohol outlet density, Journal of Studies on Alcohol, 60, 310-316.

Scully D., Marolla J., 1984, Convicted rapists' vocabulary of motive: Excuses and justifications, Social Problems, 31, 530-544.

Sobell L. C., Sobell M. B., 1975 Drunkenness, a “special circumstance” in crimes of violence: Sometimes, International Journal for the Addictions, 10, 869-882.

Southwick L. L., Steele C. M., Marlatt G. A., 1981, Alcohol-related expectancies: Defined by phase of intoxication and drinking experience, Journal of Consulting and Clinical Psychology, 49, 713-721.

Steele C. M., Josephs R. A., 1990, Alcohol myopia: Its prized and dangerous effects, American Psychologist, 45, 8, 921-933.

Steele C. M., Southwick L., 1985, Alcohol and social behavior: I. The psychology of drunken excess, Journal of Personality and Social Psychology, 48, 18–34.

Steele C. M., Josephs R. A., 1988, Drinking your troubles away: II. An attention-allocation model of alcohol's effect on psychological stress, Journal of Abnormal Psychology, special issue: Models of addiction, 97, 196-205.

Stevens M., Kaplan R., Hesselbrock V., 2003, Executive-cognitive functioning in the development of antisocial personality disorder, Addictive Behaviors, 28, 285–300.

Streufert S., Pogash R. M., Gingrich D., 1993, Alcohol and complex functioning, Journal of Applied Social Psychology, 23, 847-866.

Subra B., Bègue L., 2009, Le rôle des attentes dans la relation alcool-agression, Alcoologie et Addictologie, 31, 5-11.

Subra B., Bègue L., 2014, L’alcool, une excuse ? Rôle de l’alcoolisation des agresseurs dans l’attribution de responsabilité et de blâme, Revue Internationale de Psychologie Sociale, 27, 5-34.

Tcherkassof A., Mandran N., Dubois M., Bègue L., 2011, Les effets de l'ingestion aiguë d'alcool sur le jugement d'expressions faciales émotionnelles spontanées et dynamiques, Psychologie Française, 56, 3, 189-202.

Testa M., Collins R. L., 1997, Alcohol and risky sexual behavior: Event-based analyses among a sample of high-risk women, Psychology of Addictive Behaviors, 11, 190-201.

Tryggvesson K., 2004, The ambiguous excuse: Attributing violence to intoxication--Young Swedes about the excuse value of alcohol, Contemporary Drug Problems, 31, 231-261.

Wild T.C., Graham K., Rehm J., 1998, Blame and punishment for intoxicated aggression: When is the perpetrator culpable?, Addiction, 93, 677-687.

Wilson, J. Q., 1997, Moral Judgment, New York, Basic Books.

Zelli A., Dodge K.A., Lochman J. E., 1999, The distinction between beliefs legitimizing aggression and deviant processing of social cues: Testing measurement validity and the hypothesis that biased processing mediates the effects of beliefs on aggression, Journal of Personality and Social Psychology, 77, 150-166.

Zerhouni O., Bègue L., Brousse G., Carpentier F., Dematteis M., Pennel L., Swendsen J., Cherpitel C.J., 2013, Alcohol and Violence in the Emergency Room: A Review and Perspectives from Psychological and Social Sciences, International Journal of Environmental Research and Public Health, 10, 4584-4606.

Haut de page

Notes

1 Dans une étude agrégeant plus de 9 300 cas issus de 11 pays différents, Murdoch et al. (1990) observaient que 63% des auteurs de violence grave avaient bu au moment de la commission de leurs actes ou peu de temps avant (voir aussi Roizen, 1997). Les estimations indiquent que de l’alcool a été consommé avant leurs actes par 85 % des auteurs d’homicides, 60 % des agresseurs sexuels, 72% des auteurs de vols et 57 % des autres formes d’agressions.

2 C’est également le cas pour d’autres formes de violence (Scribner et al., 1999 ; Lipton, Gruenewald, 2002 ; Livingston, 2008).

3 Dans le domaine des violences sexuelles, il apparaît que des hommes ayant consommé de l’alcool distinguent moins clairement la différence entre des scènes présentant des relations sexuelles consentantes et des scènes de viol (Barbaree et al., 1983) et ont besoin de plus de temps pour déterminer si, dans une scène qui leur est présentée, une femme souhaite que son partenaire arrête l’activité sexuelle qui a été amorcée (Marx et al., 1999). Enfin, des hommes en état d’ébriété manifestent plus d’intérêt pour des scènes de relations sexuelles violentes que les autres (George, Marlatt, 1986).

4

Des variables individuelles contribuent à moduler les effets pharmacologiques de l’alcool : la tendance à la colère (Parrott, Zeichner, 2002), la faible capacité de contrôle de la colère (Parrott, Giancola, 2004), les prédispositions agressives (Giancola, 2002b ; Giancola et al., 2005 ; Giancola et al., 2012), l’irritabilité (Giancola, 2002c), les croyances permissives à l’égard de la violence (Leonard, Senchak, 1993), le fonctionnement cognitif exécutif (Giancola, 2002a, 2004), le déficit d’empathie dispositionnelle (Giancola, 2003), la recherche de sensation (Cheong, Nagoshi, 1999).

5 L’alcool conduit ainsi à se confier davantage à autrui durant une conversation (Caudill et al., 1987), libère les comportements d’approche et de séduction (Abbey et al., 2000), favorise les prises de risques dans le domaine sexuel (Kingree et al., 2000) et sur la route (Dennis, 1993). Les personnes alcoolisées sont plus exhibitionnistes (Långström, Seto, 2006), prennent plus de risques au jeu (Bechara et al., 2001) et se sentent davantage disposées à faire des choses qu’elles ne feraient pas en temps normal (Duke, Bègue, 2015). Enfin, de nombreuses conduites de violence sont liées à l’alcoolisation, qu’il s’agisse de violence envers des enfants (Freisthler et al., 2005), d’agressions sexuelle (Makepeace, 1987 ; Abbey et al., 2001) ou d’autres formes de violences, comme on l’a mentionné antérieurement.

6 Les attentes découlent également de la nature des produits concernés. Des recherches en laboratoire indiquent ainsi qu’à niveau d’ébriété constant, la vodka ou le whisky s’avèrent plus fortement liés à la commission de conduites agressives que la bière et le vin, ce qui suggère que les significations dont les boissons alcoolisées sont porteuses jouent également un rôle (Murdoch et al., 1990 ; Pihl et al., 1984).

7 Dans ces études auprès de personnes déjà condamnées, l’invocation de l’alcool ne leur est certes d’aucune utilité juridique (Critchlow, 1983) ; elle peut même s’avérer nuisible, car l’acceptation de la responsabilité de ses actes est une attitude désirable visée par de nombreux programmes proposés aux détenus.

8 Une autre méthode utilisée pour évaluer l’attribution de responsabilité des agressions ébrieuses consiste à présenter des scénarios fictifs mettant en scène une agression. Au moyen de ces vignettes, l’on manipule l’alcoolisation du protagoniste et l’on demande au participant après lecture de juger la responsabilité des acteurs et le blâme que l’on peut leur attribuer. Il est ainsi possible de comparer l’attribution de responsabilité pour deux actes identiques, et ce, en fonction de l’état d’alcoolisation de l’agresseur sans que les personnes interrogées ne soient pleinement conscientes des variables qui sont étudiées, ce qui peut limiter certains biais. Cependant, les résultats de ces travaux laissent apparaître des résultats contradictoires. Un certain nombre d’études ont démontré que les agresseurs ivres étaient moins sévèrement jugés et blâmés que les agresseurs sobres (Carducci, McNeely, 1981 ; Critchlow, 1985 ; Katz et al., 1995 ; Richardson, Campbell, 1980, 1982). Ainsi, une étude menée en France après d’un échantillon de 2 705 participants a montré également qu’une agression se produisant après consommation d’alcool était jugée plus prévisible (Subra, Bègue, 2014). Cependant, un nombre conséquent de recherches obtiennent des résultats qui vont plutôt dans le sens inverse sur d’autres mesures comme l’attribution de responsabilité et/ou de blâme (Subra, Bègue, 2014 ; Lane, Knowles, 2000 ; Leigh, Aramburu, 1994). Il est difficile d’appréhender ces résultats dans leur ensemble étant donné les multiples variables manipulées dans ces études, ainsi que les différentes opérationnalisations du concept de blâme et de responsabilité choisies par les auteurs. De plus, l’hypothèse d’une valeur d’excuse de l’alcool repose sur un champ théorique qui implique que cette valeur d’excuse de l’alcool devrait varier en fonction du contexte culturel dans lequel ces études se déroulent. Or, la plupart des études sont constituées d’échantillons d’étudiants nord-américains, ce qui apporte donc peu d’informations quant aux variations culturelles. On peut également noter que l’attribution de responsabilité et de blâme restent fortement dépendantes du contexte normatif dans une société donnée. Par exemple, aux États-Unis, les études récentes montrent un accroissement de l’attribution de responsabilité et de blâme à l’endroit d’une personne ivre par rapport à une personne sobre (Leigh, Aramburu, 1994 ; Wild et al., 1998), alors que les études plus anciennes établissaient un effet inverse (Critchlow, 1985 ; Richardson, Campbell, 1982). Partant de ce constat, certains chercheurs ont expliqué cette opposition par l’apparition dans la société américaine d’un mouvement antialcoolique, prônant une baisse de la consommation d’alcool, des lois plus strictes concernant l’alcool au volant, et un abaissement de la tolérance envers les comportements déviants en état d’ébriété (Pittman, White, 1991 ; Reineman, 1998). Ainsi, la vision sociétale des problèmes reliés à l’alcoolisation peut varier selon les circonstances historiques et ainsi modifier la valeur d’excuse attribuée à l’alcool.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Bègue, « L’alcool favorise-t-il les conduites d’agression physique et verbale entre partenaires intimes ? », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. XIV | 2017, mis en ligne le 18 juillet 2017, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/champpenal/9525 ; DOI : 10.4000/champpenal.9525

Haut de page

Auteur

Laurent Bègue

Laboratoire Interuniversitaire de Psychologie / Personnalité, cognition, changement social / Université Grenoble Alpes. Contact : laurent.begue@univ-grenoble-alpes.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals