Navigation – Plan du site
Articles

Cité Nouvelle 1941-1944. Les jésuites entre incarnation et eschatologie

Philippe Rocher

Résumés

Après la défaite de 1940, les jésuites de l’Action populaire, mouvement destiné à faire connaître la doctrine sociale de l’Église, lancent en janvier 1941 une nouvelle revue, Cité nouvelle, sous la direction du P. Desbuquois ; c’est bientôt la principale revue de la Compagnie. Elle soutient d’abord l’armistice et la politique de Révolution nationale. Mais des doutes apparaissent à l’hiver 1941, puis une méfiance à l’encontre de Laval. La revue s’oriente vers davantage d’études philosophiques et religieuses, délaissant les questions économiques et sociales. Fin 1942, elle se lance dans la résistance spirituelle au nazisme et au communisme ; elle prône un apostolat spirituel et propose une religion d’espérance. Convertir les hommes apparaît plus important que s’engager temporellement.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

2e Guerre Mondiale
Haut de page

Dédicace

A la mémoire
de Joseph Favoriti tué le 30 mai 1940 à Lambersart (Nord),
de Pierre Favoriti tué le 29 janvier 1944 à Malleval (Vercors),
et de Henri Favoriti déporté à Neuengamme.

Texte intégral

« L’ennemi tient en servitude le corps et l’âme de la Patrie » Ch. de Gaulle, 16 décembre 1940

  • 1 Exemples parmi tant d’autres : la reconnaissance de la responsabilité du gouvernement français dans (...)
  • 2 H. Rousso, Le syndrome de Vichy de 1944 à nos jours, Seuil, 1987, réédition en poche « Points Seuil (...)
  • 3 É. Fouilloux, « Les paradoxes du catholicisme français (1940‑1945) », Les protestants français pend (...)

1Cinquante années passées depuis la Libération n’ont pas fait cesser les débats autour de la période 1940‑1944. Quelles attitudes nos aînés ont‑ils adoptées durant ces « années noires » ? Quel a été l’accueil réservé au maréchal Pétain et aux gouvernements successivement installés à Vichy ? Quelles relations l’État français a-t‑il entretenues avec l’occupant allemand ? Comment l’État français, et au‑delà, les Français ont‑ils réagi au plan d’extermination des juifs organisé par les nazis ? Même si les historiens estiment avoir établi les faits avec suffisamment de rigueur, ces questions continuent à susciter de profonds débats de conscience et des polémiques souvent vives1. A tel point d’ailleurs, que cette « mémoire empoisonnée  a, du fait de sa persistance, ouvert la voie à des recherches consacrées à l’évolution du souvenir des « années noires » depuis un demi‑siècle2. Repérées, parmi les vecteurs de ce « syndrome de Vichy » étudié par Henry Rousso, les études historiques ont déjà beaucoup porté sur l’attitude des chrétiens et plus particulièrement des Catholiques durant la Seconde Guerre mondiale. à tel point qu’Étienne Fouilloux a pu faire remarquer le « surinvestissement historiographique quant aux comportements de guerre des catholiques » inauguré par le livre pionnier de Jacques Duquesne Les catholiques français sous l’occupation paru en 1966. Et, de fait, qu’il s’agisse de diocèses, de mouvements, d’individus ou de journaux, tout est à peu près aujourd’hui connu ou esquissé3. Toute nouvelle recherche n’est donc, au mieux, qu’une retouche de détail dans un tableau proche de l’achèvement.

  • 4 Stanislas Fumet, Histoire de Dieu dans ma vie, Fayard, 1978, p. 433.
  • 5 J. Lacouture, Jésuites, tome 2, « Les revenants », Fayard, 1991, p. 360‑361.

2Sur l’attitude de la Compagnie de Jésus, les travaux de Renée Bédarida sur Témoignage chrétien et Pierre Chaillet ont permis de présenter les plus belles pages de la « résistance spirituelle » jésuite. Mais faut‑il pour autant en rester là et déduire, comme Stanislas Fumet, qu’entre 1940 et 1944 les jésuites « ont été plus directement et plus immédiatement "résistants" que les autres ordres religieux »4 ? Ou bien, en rééquilibrant cette affirmation, faut‑il reconnaître, avec Jean Lacouture, que le troisième Cahier du Témoignage chrétien a été « l’honneur de la Compagnie de Jésus » et que Paul Doncœur, fervent maréchaliste, a été « la figure emblématique des égarements de la Compagnie durant la guerre »5 ?

3Pour espérer entr’apercevoir la « vérité » des opinions et, partant, la réalité de l’attitude des membres de la Compagnie de Jésus en France entre 1940 et 1944 nous sommes allé dans les pages de l’une de leurs revues parue durant la guerre, Cité Nouvelle.

  • 6 Même si sa mémoire est imprécise, Jacques Guillet, par exemple, se souvient encore aujourd’hui d’av (...)
  • 7 René Rémond dans Aimé Savard interroge René Rémond, Centurion, 1976, p. 48.
  • 8 Cette recherche n’aurait pu aboutir sans le concours de tous ceux que nous avons sollicités. Nos re (...)
  • 9 Née à Reims dans la province jésuite de Champagne (la France étant divisée en quatre provinces : Pa (...)

4Évidemment, puisqu’il s’agissait d’une relecture, un demi‑siècle plus tard, la modestie des ambitions devait rester la règle. Comment, en effet, retrouver la pensée véritable des auteurs, exercice déjà périlleux pour tout historien, quand les textes publiés avaient été de surcroît, plus ou moins déformés par la censure et l’autocensure ? Le péril de l’exercice devait‑il rendre finalement l’entreprise vaine ? Il nous a malgré tout semblé que l’argument de René Rémond selon lequel les « articles seraient pour un lecteur d’aujourd’hui une langue morte » où « la plupart des allusions lui échapperaient »6 ne justifiait pas la capitulation devant ce qui n’est au fond que l’une des nombreuses difficultés inhérentes à toute recherche historique. Aussi, avons nous tenté, comme les contemporains qui « [entraient] assez bien dans le jeu », de lire « entre les lignes »7 et de comprendre la « petite guerre d’allusions et d’épigrammes »8 à laquelle se livraient les rédacteurs pour être compris de leurs lecteurs. Pour éclairer les textes de Cité Nouvelle, nous avons bien sûr cherché à tirer parti de ce que les études antérieures avaient déjà relevé ; nous avons écouté et lu les témoignages de contemporains vivants ou morts et nous nous sommes plongé dans les archives actuellement disponibles9. Le lecteur dira si le résultat, servi par cette méthode, correspond finalement à la hauteur des ambitions. Il le fera après avoir vu les origines et les étapes difficiles de la naissance d’une revue née quelques mois seulement après la défaite de l’été 1940. Relisant avec nous les pages de Cité Nouvelle, il mesurera les étapes du cheminement d’un catholicisme heurté aux terribles événements de la Seconde Guerre mondiale. Alors seulement, Cité Nouvelle aura montré l’effort des jésuites pour défendre le christianisme des périls mortels dont ils le voyaient menacé. Au final, le lecteur aura ainsi pu voir avec nous comment les jésuites, toujours désireux de mieux diffuser l’Évangile, ont puisé dans l’épreuve la force d’un renouvellement et cherché un meilleur équilibre entre les exigences de 1’« incarnation » et les visées de 1’« eschatologie ».

Aux origines de Cité Nouvelle

Les Études et l’Action populaire en 1940

5Au seuil des années 40, les prestigieuses Études faisaient, après trois quarts de siècle d’existence, figure de titre de référence pour la Compagnie de Jésus en France. Elles étaient en effet désormais loin de la revue spécialisée dans les questions théologiques et religieuses de leurs débuts en 1856. Installées rue Monsieur à Paris depuis 1929, les Études étaient devenues, au lendemain de la Grande guerre, une revue de réflexion débordant largement du seul cadre de la recherche théologique. Depuis 1910 en effet, date de leur naissance par la volonté du directeur des Études, le père Léonce de Grandmaison, les Recherches de sciences religieuses traitaient spécifiquement des questions théologiques. Revue de réflexion donc, toujours soucieuses de maintenir un subtil équilibre entre leur liberté et leur fidélité à la doctrine romaine, les Études devaient rendre compte sans regret de la condamnation de l’Action française et se montrer plutôt réservées au sujet de la levée de l’interdit frappant le mouvement de Charles Maurras en 1939. Plus généralement, les Études s’étaient faites l’écho du renouveau intellectuel catholique de l’entre‑deux guerres et avaient par exemple diffusé les travaux du père Joseph Bonsirven sur le judaïsme et les recherches du père Jules Lebreton sur les origines du christianisme. Maîtres d’œuvre de ce renouveau, les directeurs successifs des Études figuraient parmi les grands noms de la Compagnie en France. Ainsi, Léonce de Grandmaison directeur de 1908 jusqu’à sa mort en 1927, Henri du Passage et René d’Ouince depuis 1935, surent faire de la revue un titre au lectorat important. Alors qu’en 1921, les abonnés de la revue n’étaient pas plus de 4000, 13000 lecteurs bénéficiaient dix ans plus tard des articles de jésuites éminents comme Yves de la Brière, Paul Doncœur, Pierre Lhande ou Pierre Teilhard de Chardin. En février 1940, alors que le père Louis Jalabert, administrateur du titre depuis 1916, avait dû remplacer le père d’Ouince mobilisé, les Études qui comptaient 15 000 abonnés s’étaient montrées inflexibles dans la dénonciation du nazisme.

  • 10 Idem.
  • 11 Courriers, France‑Levant n°57, avril 1939.
  • 12 P. Droulers, Politique sociale et christianisme, Le père Desbuquois et l’Action populaire, tome 2, (...)

6Moins ancienne tout en étant aussi une « institution », l’Action populaire était née en 1903, dans la mouvance du « catholicisme social » conforté par Léon XIII dans son encyclique Rerum novarum, de l’initiative d’un jésuite, le père Henri Leroy. Dirigée depuis 1905 par le père Desbuquois, l’œuvre s’était donnée pour but de faire connaître la doctrine sociale de l’Église à travers des conférences, des enseignements spécialisés mais surtout la presse et l’édition. Installée successivement à Reims, Paris puis finalement Vanves au lendemain de la Grande guerre10, l’Action populaire définissait elle‑même son action dans un tract de 1936. « Témoigner que l’Église catholique et ses enfants ne sont étrangers à rien de ce qui intéresse dans l’humaine civilisation l’accession au légitime bien‑être terrestre et celle des âmes à la vertu du ciel ». Depuis 1927, date de sa création à l’Institut catholique de Paris, les pères avaient donné des cours à « l’Institut d’Études Sociales », participé aussi aux « Semaines sociales de France » et assuré, lors de sessions diocésaines consacrées aux questions sociales, la formation des prêtres séculiers. Très vite, les militants de l’Action catholique, les scouts et les syndicalistes chrétiens étaient aussi venus chercher auprès des pères de l’Action populaire, autant que des conseils pratiques, des encouragements. L’œuvre du père Desbuquois éditait depuis 1918 les Dossiers de l’Action populaire, revue bimensuelle d’études et d’informations sociales comptant 5500 abonnés au milieu des années 30, qui « cherche à projeter sur les faits contemporains la lumière de la doctrine sociale de l’Église ». L’œuvre de Vanves publiait aussi un instrument de travail mensuel à l’usage des militants de l’Action catholique, les Cahiers d’Action Religieuse et Sociale comptant 14 000 abonnés à la veille de la Seconde guerre mondiale. En plus de ces deux titres, les jésuites de l’Action populaire éditaient encore le mensuel Peuple de France, tiré à un million d’exemplaires, à l’intention, comme fonds commun d’informations, des rédacteurs des bulletins paroissiaux. Côté édition, 900 000 exemplaires des Brochures jaunes consacrées aux questions sociales avaient été vendus de 1908 à 1939, et les éditions SPES, que l’Action populaire avait contribué à faire naître, avaient commercialisé des éditions commentées des encycliques des papes et des études sur le mariage, le communisme, la question sociale ou le sacerdoce catholique11. Depuis ses origines, pas un sujet ou presque n’avait échappé à l’Action populaire. Souvent originale et novatrice, elle avait ainsi pris position dans les débats sur l’école, les relations internationales, la place des femmes dans la société ou les rapports Église‑État. D’abord malmenée par les tenants de l’« anti‑modernisme », elle avait très vite combattu les thèses « politiques » de l’Action française. En 1939, l’Action populaire et son directeur avaient reçu du pape Pie XI et de nombreuses personnalités catholiques comme Jacques Maritain, le chanoine Cardjin, les pères Sevin, du Passage et Lebreton, des témoignages d’encouragement et de soutien. Au cours de la fête organisée cette année-là pour les cinquante années de vie religieuse du père Desbuquois, le père Leib, provincial de Champagne, avait reconnu dans le directeur de l’Action populaire, « l’une des gloires de la Compagnie et de l’Église ». Pour Paul Droulers, historien de l’Action populaire et biographe du père Desbuquois, 1939 marqua rétrospectivement l’année de l’apogée de l’influence du disciple du père Leroy12.

La défaite

7Le 15 septembre 1939, comme les Études, l’Action populaire, qui n’avait jamais manqué de dénoncer les méfaits du nazisme, prit parti pour la « guerre juste » que Gabriel Robinot‑Marcy, rédacteur aux Dossiers de l’Action populaire, défendait en expliquant que « c’est la civilisation chrétienne que par les armes nous défendons ».

  • 13 Archives françaises de la Compagnie de Jésus, (AFSI), Vanves, dossier « Études ».

8Huit mois plus tard, le 11 juin 1940, la défaite des troupes anglo‑françaises augurant l’entrée de l’armée allemande dans Paris, les supérieurs jésuites, informés du départ pour Bordeaux du gouvernement Reynaud, donnèrent l’ordre de quitter la capitale. Le père Jalabert avait anticipé la consigne et ordonné le départ de l’équipe des Études dès le 9 juin. Le 14 juin, les jésuites de la rue Monsieur pris dans la masse des fuyards durent renoncer tandis que les troupes allemandes victorieuses investissaient la capitale. Et ce ne fut que le 16 juin qu’un camion put finalement les transporter jusqu’à Poitiers13.

  • 14 G. Desbuquois, « Présence », AFSI ; P. Droulers, op. cit..

9De son côté, le père Desbuquois, comme jadis à Reims en 1914, avait souhaité faire face aux allemands. Mais, convaincu du contraire par l’ordre de la hiérarchie intimant l’ordre de « partir pour continuer d’agir », le directeur de l’Action populaire et ses collaborateurs quittèrent Vanves le 11 juin. L’objectif du voyage, d’abord limité à Issoudun où était installé l’imprimeur des publications de l’Action populaire, devait évoluer en fonction de l’avancée des troupes allemandes. Après une halte à Limoges, le père Desbuquois arriva finalement à Lourdes le 15 juin pour entendre Philippe Pétain, nouveau président du Conseil, annoncer dans son message radiodiffusé du 17 juin qu’une demande d’armistice avait été adressée par la France au Reich14.

« Présence » jésuite et « collaboration spirituelle »

  • 15 P. Droulers, op. cit., p. 349, note 30.

10Dès l’installation du nouveau régime, les provinciaux de la Compagnie de Jésus choisirent la « présence » c’est‑à‑dire, conformément à la doctrine catholique, l’obéissance au pouvoir établi dès lors que celui‑ci sert le « Bien Commun » en ne détournant pas les croyants des exigences chrétiennes. Le père Desbuquois estimait d’ailleurs qu’il s’agissait là de poursuivre ce qu’il qualifiait lui‑même de « politique de présence »15. Mais une nouveauté s’imposait cependant. En effet, depuis le 25 juin 1940, date à laquelle le maréchal Pétain avait annoncé un « redressement intellectuel et moral » préfigurant la « Révolution nationale », le pouvoir se montrait désireux d’engager des réformes en s’appuyant sur un programme à forte coloration chrétienne. Philippe Pétain, qui disait reconnaître l’« autorité » supérieure des principes défendus par l’Église, semblait même vouloir s’inspirer dans son action des principes chrétiens et accepter d’agir afin que le peuple vive en conformité avec les préceptes divins. Pour les Catholiques, cette nouvelle attitude correspondait au schéma idéal des rapports entre Église et pouvoir politique tel qu’il avait été théorisé par saint Thomas d’Aquin et constamment repris depuis jusqu’au XIXe siècle, jusqu’à ce que Léon XIII accepte de reconnaître qu’un État pouvait, même en se déclarant libre vis‑à‑vis de l’Église, être reconnu par les Catholiques à la seule condition qu’il ne gêne pas la mission de l’Église. Pour les jésuites, l’occasion était trop belle pour la laisser passer sans la saisir. Plus encore qu’obéir, il fallait donc « collaborer spirituellement » à la tâche de « redressement » du nouveau gouvernement. Dès le 26 juin, le père Jalabert, pourtant encore replié à Poitiers, imaginait ainsi d’aider l’entreprise gouvernementale en faisant de nouveau paraître les Études.

  • 16 L. Jalabert, « Note sur la reprise de la publication des études, Poitiers, 26 juin 1940, (AFSI). Un (...)

« Notre objectif doit être surtout d’aider nos lecteurs de France à porter virilement et chrétiennement la cruelle épreuve de la patrie, des familles, de chacun de donner à nos lecteurs de l’étranger une haute idée de notre attitude morale (et religieuse) et l’espoir d’un prompt renouveau français et chrétien du pays »16.

  • 17 G. Desbuquois, « Notes manuscrites », juillet 1940 [Dossier « Présence », fonds « Action populaire  (...)
  • 18 P. Droulers, op. cit., p. 350.

11De son côté, Gustave Desbuquois se voulait encore plus pragmatique. A ses yeux, la « présence » des Catholiques se justifiait d’autant plus que le nouveau régime « ne [rencontrait alors] pratiquement aucune opposition sérieuse » et que toute résistance était inutile dès lors que le régime d’autorité de Vichy, comme les régimes d’autorité nazi et fasciste dont on avait par « erreur » prédit l’effondrement, était appelé à durer. La prudence commandait donc la coopération. « Une attitude d’abstention pourrait nous faire taxer d’opposition ; elle ferait renoncer à exercer une influence précieuse » alors qu’« il y a des orientations capitales à suggérer, à redresser, dans le sens spirituel, moral, social », écrivait le père Desbuquois en juillet 1940. Aussi, « pour ne pas risquer une attitude problématique à venir » et pour éviter d’« encourir une défaveur présente » en refusant « d’améliorer le régime existant », il fallait « entrer dans le nouveau régime », car « spirituel et surnaturel ne doivent pas se refuser à le pénétrer comme toute forme politique ». « Il n y a donc pas d’inconvénient à reconnaître [Vichy] en collaborant spirituellement à sa tâche », précisait aussi Gustave Desbuquois en concluant à l’intention des plus sceptiques qu’« un bien immédiat vaut mieux que deux tu feras... plus tard »17. Et au nom de cette « collaboration spirituelle », il conseillait au même moment aux jocistes d’investir les services de l’administration vichyssoise pour « se [mettre] à l’école des réalités administratives et gouvernementales »18.

Relancer les Études

  • 19 L. Jalabert, « Note sur la reprise de la publication des Études » août (?) 1940, AFSI, dossier « Ét (...)

12Le père Jalabert, qui partageait ce même souci de « présence » et de « collaboration spirituelle », trouvait dans cette préoccupation une raison supplémentaire de faire reparaître les Études dont il avait la charge. Déjà, en juin, depuis Poitiers où il s’était réfugié avec les rédacteurs, il avait repris contact avec l’imprimeur pour relancer la revue. Mais après avoir écrit, le 8 juillet 1940, avec la caution personnelle du cardinal Suhard, au responsable du service allemand de la Presse qu’il fallait désormais solliciter, il lui fallut réaliser que l’occupant, par ailleurs hostile à la reparution des périodiques d’avant‑guerre, refusait de voir renaître sa revue. C’est d’ailleurs sans doute pour cela, qu’au mois d’août, alors que son impatience était à son comble, sa prudence commença à se faire moins exigeante. Pour justifier la reparution, le père Jalabert osait arguer, outre des motifs économiques comme le chômage du personnel et le manque à gagner pour la revue, des nouvelles dispositions des jésuites envers les occupants. Au responsable du service de Presse, il déclara sa « confiance faite aux autorités allemandes en optant délibérément et librement pour la reprise [...] en zone occupée ». Il ajoutait aussi que la nouvelle formule de la revue exclurait désormais « toute ingérence politique et tout esprit partisan » et qu’elle contribuerait, « pour sa part, à l’apaisement des esprits et à l’affirmation d’une collaboration loyale dans son domaine avec les autorités de la puissance occupante »19. Une telle argumentation, même si elle visait d’abord à convaincre un interlocuteur réticent en lui montrant d’excellentes dispositions, témoignait cependant d’une singulière imprudence. Mais pour l’opiniâtre directeur des Études il fallait aller vite. En effet, les provinciaux envisageaient déjà de faire reparaître la revue en zone non-occupée, hors d’atteinte de la puissance occupante mais hors aussi du contrôle du père Jalabert. Entre refus et devoir d’obéissance, Louis Jalabert accepta seulement, après pourparlers, de voir reparaître, ailleurs qu’à Paris, une revue jésuite dans le prolongement des Études.

« J’admets […] parfaitement, écrivait‑t‑il au provincial de Lyon Joseph du Bouchet, qu’on donne suite à la publication, en zone libre, d’une revue analogue à celle que je dirige, que la revue ait ou non la permission de paraître à Paris ».

  • 20 L. Jalabert, « Note sur un projet de publication », 4 septembre 1940, AFSI, dossier « Études ».
  • 21 « Lettre de Louis Jalabert à Joseph du Bouchet », 6 novembre 1940, AFSI, dossier « Études ».
  • 22 Idem.
  • 23 Ibidem.

13Mais pour lui, la nouvelle publication devait en contrepartie renoncer « au titre, à la disposition, à la forme matérielle de la nôtre », et n’afficher « aucune solidarité » avec celle‑ci afin de ne pas gêner les négociations avec les autorités allemandes. Pour justifier sa persévérance, il ajoutait que « la réapparition des Études en zone occupée [est] d’une telle importance qu’il faut aller jusqu’à l’extrême bout du possible pour tâcher d’aboutir »20. En effet, il fallait selon lui à tout prix faire entendre la voix de la Compagnie à un moment où, en plus du profit à tirer d’une situation favorable au Catholicisme, le trouble des esprits réclamait plus que jamais une voix d’Église. « Jamais, disait‑il encore au père du Bouchet, nous ne trouverons [...] de circonstances plus favorables » Il faut « donner des vues justes, des directions d’élémentaire sagesse » à l’heure où règne « une atmosphère de millénarisme »21. Aussi est‑ce pour hâter la reparution, que le père Jalabert sollicita le concours du neveu du père jésuite Faivre d’Arcier, membre influent de la délégation française en zone occupée, et demanda à Alphonse de Chateaubriant de le soutenir auprès de l’Ambassade d’Allemagne en jouant du différend existant entre les diplomates et les militaires allemands. Optimiste, il espérait, grâce à cela et à la faveur d’une détente, que la reparution des Études interviendrait à la fin de l’année 1940 « avec toutes les cautèles qui seront nécessaires »22. Seule ombre au tableau pourtant, que « dans la course à l’obstacle, la Cité Nouvelle, [puisse le battre] d’une longueur de museau comme dans les courses les plus disputées »23.

Reprise d’activité à « l’Action populaire »

14Dans le camp de l’Action populaire et du père Desbuquois, les difficultés étaient au même moment bien différentes de celles rencontrées par le père Jalabert.

15D’abord désireux, pour manifester sa « présence », d’installer à Vichy l’œuvre qu’il dirigeait, le père Desbuquois avait dû finalement, faute d’un local suffisant, renoncer à la ville d’eau et choisir Lyon où le cardinal Gerlier se faisait une joie de l’accueillir. Faisant contre mauvaise fortune bon cœur, il prit très vite conscience de l’excellent parti qu’il pourrait tirer du « choix » lyonnais. En effet, par sa relative proximité de Vichy, Lyon n’empêchait pas d’effectuer dans la nouvelle capitale française de fréquents déplacements, tandis que sa situation en zone‑libre ne pouvait que garantir la liberté de manœuvre de l’Action populaire vis‑à‑vis des occupants allemands. Au cardinal Suhard qui le pressait, dès juillet 1940, de revenir à Paris, le directeur de l’A. P. devait donc répondre qu’

« il se fait à Vichy un travail très important qui intéresse au plus haut point l’Église comme la France. Il m’a paru bon, d’accord avec mes supérieurs majeurs, de prendre contact avec ce centre de notre vie nationale. J’y réside depuis quinze jours. Des hommes de bonne volonté sont à éclairer, des orientations à suggérer, à redresser ».

  • 24 « Lettre de G. Desbuquois au cardinal Suhard », 27 juillet 1940, « Présence », fonds « Action popul (...)

16Le père Desbuquois promettait cependant que si une «juste liberté de presse » s’instaurait en zone‑occupée, « l’Action Populaire toute entière [regagnerait] Paris immédiatement »24.

  • 25 Idem.
  • 26 à l’objection selon laquelle le nom « Pays de France » ne serait pas universel, G. Desbuquois rétor (...)
  • 27 « Dillard et Faure : grands travailleurs, sages, justes ». Avec Faure « ouverture aux questions étr (...)
  • 28 Le Père Dillard devint en 1940 le prédicateur de l’église Saint‑Louis. Un peu plus tard, en janvier (...)
  • 29 Libéré de captivité au mois d’août 1941 il deviendra vice‑supérieur de la maison de Vanves.
  • 30 G. Desbuquois, « Notes », juillet 1940, « Présence », fonds « Action populaire ».
  • 31 Voir infra. note 34.

17Dans l’attente, le père Desbuquois concédait seulement au cardinal l’envoi à Vanves, pour reprendre l’activité d’édition d’avant‑guerre, du père Motte, « rédacteur de qualité ». Et afin de ne pas gêner cette reprise, « le nom de l’Action Populaire [serait désormais à Lyon] remplacé par un autre, sans doute Pays de France, de manière à ne pas rendre Vanves responsable, aux yeux de l’autorité allemande, des publications de notre zone ». Pour le père Desbuquois, une telle séparation de l’A.P. entre les deux zones n’affectait d’ailleurs en rien son nouvel apostolat visant à « relever et soutenir les esprits et les cœurs »25. C’est d’ailleurs au nom de l’efficacité que l’Action populaire se devait de s’adapter au nouveau contexte politique français. Car sans rien renier de son esprit, elle devait évidemment tenir compte des bouleversements et du nouveau climat advenus depuis l’été 1940. Pour le père Desbuquois, il convenait d’abord d’éviter tout ce qui pouvait paraître aller contre la mode du moment. Ainsi, l’œuvre d’études sociales devait prioritairement renoncer à son nom car il soulignait, avec « populaire », et risquait par son « accent démocratique » de mettre l’Action populaire « en opposition avec le régime d’autorité qui [s’instaurait] ». Il fallait, puisqu’une nouvelle révolution s’annonçait et que « toute révolution pose la question du changement de fond et de forme », tenir compte de l’esprit du temps et chercher une dénomination à sens national. Finalement, en considérant que l’Action populaire « a toujours tendu à l’adaptation », le père Desbuquois devait choisir, non sans avoir hésité pour « Action nationale » ou « Patrie française », le nom de « Pays de France », « nom qui sonne national en vue d’une harmonie avec le courant profond de la période qui s’ouvre », dénomination qui permettrait « de sympathiser avec le régime et de le mieux pénétrer »26. Mais il ne suffisait pas de faire peau neuve. Pour le nouvel institut « Pays de France », l’objectif c’était d’œuvrer le plus rapidement possible à la diffusion de la doctrine sociale catholique. C’est dans ce but que, dès le 27 juillet 1940, l’œuvre d’études sociales avait délégué à Vichy le père Faure, son spécialiste pour les questions d’enseignement, avec mission de suivre les premiers actes de la nouvelle législation scolaire. Avec le père Victor Dillard, il devait être l’un des précieux relais du père Desbuquois dans la ville thermale capitale du nouvel « État français »27. Là‑bas, les pères de l’ex‑Action populaire devaient aussi se charger, comme aumôniers de groupes ou organisateurs de « cours du soir »28, des prédications et des ministères d’Action catholique. à Vanves, conformément à la promesse faite au cardinal Suhard, la remise en route de la maison assurée par le père Motte en liaison étroite avec l’équipe lyonnaise de « Pays de France » en attendant le retour du père Villain prisonnier de guerre29, s’organisa autour du groupe des pères Crozier, Desplanques et Courtade et de quelques jeunes pères parmi lesquels Pierre Bigo. C’est de là que s’opérerait un peu plus tard le lancement d’une nouvelle collection d’ouvrages, « France vivante ». à Lyon, les pères s’étaient affairés très tôt pour relancer leurs anciennes publications. Après avoir hésité sur le titre de Cahiers du Pays de France30, les pères lançaient, le ler octobre 1940, le premier numéro de Renouveaux, périodique prolongeant, sous la forme d’un instrument de travail documentaire et pratique, les Cahiers d’action religieuse et sociale d’avant‑guerre. Stanislas de Lestapis en était le directeur après que le père Desqueyrat, un moment pressenti, eut été finalement écarté pour cause de « gaullisme »31. Peu après devait paraître, sous la direction du père Sauvage, Notre France, nouveau bulletin paroissial destiné à remplacer Peuple de France. Le père de Lestapis devait en prendre un peu plus tard la direction lorsque le père Sauvage fut appelé auprès de la JOCF à Paris.

Contre la «Présence» : la « résistance spirituelle »

  • 32 R. Bédarida, Pierre Chaillet, Témoin de la résistance spirituelle, Fayard, 1988, p. 103.
  • 33 J. Lacouture, Jésuites, tome 2, « Les revenants », Seuil, 1992, p. 362.

18Très vite, la publication et l’esprit dans lequel les textes de ces revues, conformes à la « politique de présence » du père Desbuquois et du père Jalabert, allaient soulever une opposition au sein même de la Compagnie de Jésus. Pour quelques jésuites en effet, il convenait, plutôt que de s’engager ainsi dans une « collaboration spirituelle » avec le nouveau régime, de garder au contraire avec lui des distances respectueuses. Dès le lendemain de l’armistice, le père Victor Fontoynont, préfet des études au scolasticat de Lyon Fourvière et « premier résistant » (Renée Bédarida) de la Compagnie, avait d’emblée condamné le nouveau régime instauré par Philippe Pétain et conseillé la défiance à tous ceux qui s’interrogeaient sur l’attitude à adopter face à Vichy. Tout en restant très minoritaire chez les pères de la Compagnie, cette attitude de réserve ou de « résistance », mêlant patriotisme et désaveu pour un régime s’annonçant déjà comme autoritaire, devait grandir encore au lendemain de la rencontre franco‑allemande de Montoire jusqu’à devenir une véritable contestation de l’attitude de « présence » des autorités jésuites. Ainsi, l’irréductible père Fontoynont, non content de persister dans son opposition au nouveau pouvoir, tint à le manifester publiquement en refusant, le 20 novembre 1940, d’assister à la cérémonie religieuse organisée en la cathédrale Saint‑Jean de Lyon à l’occasion de la venue du Maréchal. « Il suffit de lire les Mémoires de Foch ; Pétain est un dégonflard, si j’y allais, je pleurerais »32 confia-t‑il alors pour expliquer son geste. Et comme un encouragement supplémentaire à refuser le nouveau pouvoir et sa politique, il n’hésita pas à dire à l’un de ses visiteurs : « le théologien n’a pas à se mêler de politique, sauf quatre ou cinq fois dans sa vie. En voilà une ! »33 Isolé et minoritaire, Victor Fontoynont n’était cependant pas le seul dans la Compagnie à refuser la politique de « présence ».

  • 34 Le « Gaullisme » est alors l’accusation portée contre ceux qui, au sein de la Compagnie, n’accepten (...)
  • 35 P. Droulers, op. cit., p. 351.

19Au sein de l’équipe de l’Action Populaire, « même chez [ses] plus fidèles amis », même « parmi son équipe », le père Desbuquois comptait des opposants qui voyaient dans sa politique de « présence » le danger « de ce qui pourrait être [une] ‘collaboration’ avec l’envahisseur nazi ». Les débats étaient parfois vifs et le réfectoire de la rue de Sèze, où l’équipe de l’Action populaire prenait alors ses repas de communauté, résonnait des contestations de quelques jeunes pères, comme André Desqueyrat34, reprochant au père Desbuquois une attitude jugée trop complaisante envers le régime de Vichy agenouillé devant le vainqueur allemand35. Au même moment à Paris, le père Jalabert avait affaire au même désaveu. à tel point d’ailleurs qu’il se décida à exhorter les plus récalcitrants. C’est chez les jeunes que l’« on se fait du courage et du devoir patriotique la plus étrange des conceptions... Parce qu’on n’a pas fait la guerre... [et qu’]on se croit appelé à faire ‘la petite guerre’ ». Pour le père Jalabert, le « mal » ne touchait pas que les jeunes puisque son admonestation visait aussi les personnes plus âgées chez qui on « se forge de la dignité une étrange conception et on interprète le devoir de l’heure présente avec une dangereuse fantaisie ». En fait, « toutes les familles sont divisées en camps hostiles qui s’affrontent dans des discussions irritantes et inutiles » parce que « vis‑à‑vis de l’autorité du chef, c’est la fronde avec tous ses parti‑pris, toutes ses injustices […], on est plus soldat que le soldat, plus chatouilleux sur le point d’honneur, plus avisé des possibilités et des nécessités que celui qui seul peut donner des ordres et engager sa responsabilité... chacun est politique à son aune, protestataire suivant la force de ses poumons ».

20à tous ces contestataires anti‑maréchalistes, le père Jalabert expliquait qu’il fallait plutôt « remettre de l’ordre dans les idées, les sentiments, les paroles, les actes... » et « prêcher la concorde, l’union, la soumission au chef et grouper autour de lui tous ceux que [l’on peut] atteindre. » Car « dans le fond, il se fait à Vichy une politique courageuse, qui a donné déjà des résultats, et qui en donnera bien davantage si nous créons une atmosphère de confiance et de loyalisme ».

  • 36 L. Jalabert, « Notes », 25 septembre (ou novembre ?) 1940, AFSI, fonds « Études ».

21Malgré des mesures incomplètes et le fait que « certains hommes de l’entourage du Maréchal ne nous inspirent ni vénération ni confiance », le père Jalabert, qui visait l’influence de l’« Action française » au sein du gouvernement, estimait qu’il ne fallait pas « se borner à critiquer » et « faire un effort de compréhension » pour permettre au gouvernement « de durer (ce qui est indispensable à la réussite de sa tâche) », de « s’épurer d’éléments moins sûrs qui lui sont présentement imposés par la division de l’opinion avec laquelle il doit compter » et de « s’engager plus résolument dans les réformes qui ne peuvent être tentées tant que l’opinion publique ne sera pas redressée, et que les élites, divisées en petites coteries, ne se seront pas regroupées ». En admettant seulement que « la tâche est difficile », le père Jalabert n’en concluait pas moins, comme Gustave Desbuquois, qu’« il est des idées simples que nous pouvons faire comprendre, des lignes de conduite élémentaires qui seront d’autant plus facilement acceptées que les âmes de bonne volonté en cherchent »36.

  • 37 à une époque où « fidélité chrétienne et honneur national [sont] intimement associés », toute colla (...)

22Loin de convaincre les réticents, de tels propos n’apaisèrent en rien l’inquiétude de ceux qui se méfiaient du régime de Vichy et refusaient pour cette raison la « collaboration spirituelle » que leur proposaient leurs supérieurs. Parmi les jésuites réticents ou résistants précoces, le père Henri de Lubac était alors professeur aux facultés catholiques de Lyon. Très proche de Victor Fontoynont, il comprit lui aussi très vite l’ambiguïté majeure qu’entraînait la position des catholiques vis‑à‑vis du régime de Vichy. Pour lui, en bonne logique, un soutien à un gouvernement qui collaborait avec l’ennemi ne pouvait qu’entraîner une collaboration, même indirecte, avec ce même ennemi37. Pour Henri de Lubac qui mettait en garde contre une méconnaissance des réalités politiques, l’attitude des Catholiques risquait de compromettre gravement la fidélité aux valeurs chrétiennes. Car choisir d’obéir au gouvernement de Vichy sans condamner sa collaboration avec les occupants allemands, c’était en définitive opter pour une neutralité scandaleuse face à un paganisme nazi qui restait, plus encore qu’hier peut‑être, l’ennemi principal. En avril 1941, quatre mois après le lancement de la nouvelle revue du père Desbuquois, Cité Nouvelle, Henri de Lubac n’hésita pas, avec sans doute l’assentiment de Victor Fontoynont et de ses condisciples Pierre Chaillet et Gaston Fessard, à adresser une mise en garde à ses supérieurs pour leur rappeler que le souci « de ne pas causer d’ennuis au gouvernement, ou de ne pas lui ‘déplaire’, ne doit jamais être le souci suprême ». « Ces vérités que nul ne met en doute dans l’Église ne pourraient‑elles cependant faire l’objet d’un sentiment plus vif ? » s’interrogeait pour finir le père de Lubac. Résolument méfiant devant ce qui constituait à ses yeux, au-delà des seuls jésuites, l’allégeance de l’Église à Vichy, il s’interrogeait sur l’acte de « collaboration spirituelle » que constituait la parution de Cité Nouvelle.

  • 38 H. de Lubac, « Lettre à mes supérieurs », 25 avril 1941. Publié par J. Chélini, L’Église sous Pie X (...)

«Pour prendre un exemple, ne serait‑il pas bon de renoncer plus résolument à des gestes tels que celui de Cité Nouvelle, se laissant grever, au départ même, de servitudes qui pourraient devenir lourdes ? »38

  • 39 P. Droulers, op. cit., p. 351.
  • 40 F. Datin, « Réunion des PP. provinciaux (avec le R.P.A.), Essai d’explication du conflit Cité Nouve (...)

23Mais l’attitude du père de Lubac, à l’extrême pointe de la contestation dans la Compagnie de Jésus, devait surtout lui attirer les foudres de ses supérieurs d’accord avec l’opinion de Gustave Desbuquois pour qui le régime du Maréchal était « le meilleur que l’on eût pu espérer »39, et satisfaits de « la certaine liberté dont [jouit Cité Nouvelle] pour aborder et traiter certains sujets, et faire entendre la note chrétienne à Vichy »40.

  • 41 à la base de son argumentation, le père de Boynes citait le texte de saint Paul, « Que tout homme s (...)
  • 42 Henri de Lubac illustrera lui‑même la difficulté d’une délimitation claire entre « spirituel‑tempor (...)
  • 43 Norbert de Boynes, « Mes Révérends Pères et mes bien chers Frères », 12 juillet 1941, (Extraits du (...)

24Pourtant, si dans ce contexte la mise en garde du théologien lyonnais avait peu de chance d’être entendue, le « mémoire » du père de Lubac fut bien loin de rester lettre morte. Significative des contestations de quelques jésuites de France, l’interpellation devait trouver comme sa réponse dans la lettre que le père Norbert de Boynes, assistant du préposé général, adressa en juillet 1941 aux jésuites français pour tenter de clore, en faveur de la « présence » et de la « collaboration spirituelle », le débat. Au début de sa lettre, le père de Boynes rappelait d’abord les points de la doctrine traditionnelle catholique avant de mettre les jésuites en garde contre le danger « politique ». Contre un tel péril, et afin que les religieux puissent rester des hommes de Dieu, l’assistant leur conseillait de vivre d’abord et toujours dans une atmosphère de recueillement et de prière, ce qui leur permettrait de s’éloigner de la politique en s’en détachant intérieurement. Mais dans sa deuxième partie, la lettre de Norbert de Boynes qui, comme un acte d’autorité de la hiérarchie, devait être lue à tous les jésuites au moment des repas de communautés, pratiquait rien de moins que le contraire de ce qu’elle prétendait interdire. Au nom même du non‑engagement sur le terrain politique, l’autorité hiérarchique de la Compagnie reconnaissait que le gouvernement français était « légitime » et que son chef Philippe Pétain était aussi « dévoué » que « désintéressé ». Le père de Boynes expliquait que le strict respect de la doctrine de l’Église ajouté aux qualités du nouveau pouvoir et de son chef commandaient à la Compagnie d’accepter le gouvernement établi et de lui obéir « en tout ce qui n’est pas contraire à la loi de Dieu »41. Par ses propos, Norbert de Boynes donnait raison à la ligne « spirituelle » des pères Desbuquois et Jalabert contre l’attitude « politique » de tous ceux qui, comme Henri de Lubac42 craignaient que le rapprochement de l’Église avec le régime de Vichy n’induise une neutralité vis‑à‑vis du nazisme. Comme argument majeur, le père de Boynes invoquait le fait que le nouveau gouvernement français œuvrait dans le même sens que l’Église. Parce que « le Maréchal a entrepris la transformation de la France [et qu’] il favorise, malgré l’opposition de l’extérieur et de l’intérieur le retour à une culture chrétienne », tous les membres de la Compagnie se devaient donc, non seulement d’accepter « le gouvernement établi et lui obéir en tout ce qui n’est pas contraire à la loi de Dieu », mais aussi d’user de leur « influence là où elle s’exerce pour amener les âmes, s’il y a lieu, à pratiquer l’obéissance que tous, surtout les Catholiques, doivent au chef de l’État ». Le père de Boynes conseillait pour finir de laisser « la politique à ceux qui ont la mission et le devoir d’en faire » et recommandait « de prier et de faire prier pour [eux] afin que la Providence paternelle de Dieu qui aime notre chère Patrie les éclaire et les aide dans l’œuvre surhumaine de régénération qu’ils ont entreprise »43.

25Ces directives du père de Boynes de juillet 1941 prétendaient éteindre le feu d’un grave débat au sein de la Compagnie. Officiellement, et par la voix de la plus haute autorité hiérarchique qu’il représentait, les jésuites étaient sommés d’obéir au gouvernement parce que son programme de restauration rejoignait les vues de l’Église. Mais après une telle mise au point, l’alternative, pour tous ceux que le soutien au régime et le silence sur le péril nazi révoltaient, était désormais, ou bien de se taire, ou bien de choisir contre l’avis des supérieurs et avec tous les dangers que supposait l’opposition à un régime pratiquant la censure de la presse, l’expression clandestine. Désaveu de la « collaboration spirituelle » et poursuite du combat contre le nazisme, les Cahiers du Témoignage chrétien auto‑proclamés « organe de la résistance spirituelle » allaient naître à la fin de 1941 de ce dilemme. Pierre Chaillet, fondateur et animateur du titre clandestin, Gaston Fessard, rédacteur du premier numéro, et le père de Lubac voulaient, fidèles au combat antinazi d’avant‑guerre, poursuivre une lutte plus actuelle encore à l’heure où Vichy, en se parant d’une image d’« État chrétien », risquait d’en détourner les Catholiques.

Cité Nouvelle, « revue catholique d’études et d’action »

  • 44 P. Droulers, op. cit., p. 348. Déjà suspect pour les allemands qui avaient inscrit sur la liste « O (...)
  • 45 Voir supra note 34.
  • 46 G. Desbuquois, « Notes », juillet 1940, « Présence », fonds « Action populaire ».
  • 47 Le père Jalabert avait refusé de voir le nouveau titre reprendre le nom des Études. Construire qu’i (...)
  • 48 Courriers, France‑Levant, n°68, janvier‑février 1941.
  • 49 Les PP. Barjon, Doncœur, Fessard (qui regagnera Paris en octobre 1941) et du Rostu, P. Droulers, op (...)

26Dès l’automne 1940, l’Action populaire avait repris presque toutes ses activités d’édition. Les Cahiers de l’Action Religieuse et Sociale d’avant‑guerre reparaissaient sous le nouveau titre de Renouveaux tandis que Notre France avait pris la suite de la brochure paroissiale Peuple de France. Seule, la succession des Dossiers de l’Action populaire devait se révéler un peu plus laborieuse. En effet, alors que le père Desbuquois envisageait déjà leur reparution sous le titre de Cahiers du Pays de France, une demande de ses supérieurs vint modifier son projet. Pressée de voir reparaître une revue propre à la Compagnie, la hiérarchie jésuite considérait que les difficultés rencontrées par le père Jalabert annonçaient en fait une impossible reparution des Études en zone occupée. Pour pallier cette difficulté, il fut donc décidé de lui donner un prolongement en zone libre où le nouveau titre pourrait être soustrait à toute influence des allemands. Pour réaliser ce projet, les supérieurs se tournèrent vers le père Desbuquois afin que lui et son équipe créent une nouvelle revue capable de faire entendre la voix de la Compagnie de Jésus. Hésitant, Gustave Desbuquois pensa d’abord faire paraître deux revues, ou deux sections d’une même revue. « L’une à caractère surtout social [prolongerait] les Dossiers de l’Action Populaire, le Père Desqueyrat y [présiderait] ; pour l’autre qui serait l’intérim des Études, [...] le Père Fessard [s’en verrait] confier la direction ». Mais après le lancement de Renouveaux et, surtout, le refus du Provincial de Paris de désigner le père Fessard au poste de directeur des nouvelles Études44, le père Desbuquois, qui n’appréciait pas les prises de position du père Desqueyrat45, modifia son projet et prit lui‑même la direction d’une unique revue qui « [continuerait] à la fois les Études et les Dossiers de l’Action Populaire »46. Avec l’assentiment des supérieurs jésuites, le nouveau périodique baptisé Cité Nouvelle47 devait reprendre la périodicité et la présentation des anciennes Études48 et agréger à son équipe de rédaction des pères de la rue Monsieur49. Mais cette formule devait être à l’origine d’un conflit entre l’équipe parisienne des Études et celle des pères de l’Action populaire installée à Lyon. Car même si les efforts entrepris depuis l’été 1940 par le père Louis Jalabert avaient finalement abouti à la parution de la collection Construire en janvier 1941, l’antagonisme entre Paris et Lyon, loin de diminuer, s’était très vite exacerbé. Pour mettre fin à la concurrence des deux titres aux objectifs communs, le père Desbuquois avait d’abord proposé « de faire évoluer la revue [Cité Nouvelle] en genre Dossiers, [voire même], si c’était nécessaire, de [la faire] disparaître à la fin de l’année ». Pressentant là un geste d’humeur du père Desbuquois et constatant l’irréductibilité du père Jalabert après la publication si chèrement acquise de Construire, les supérieurs durent ajouter l’autorité du père assistant à leur talent de persuasion pour pouvoir résoudre le conflit.

« Considérant le bien fait en zone libre par Cité Nouvelle, la certaine liberté dont la revue jouit pour aborder et traiter certains sujets et faire entendre la note chrétienne à Vichy ; la crainte enfin qu’un jour ou l’autre Construire [pourrait] avoir des difficultés à paraître, ou à circuler dans les 2 zones, [...] on se retrouverait devant rien »,

  • 50 F. Datin, « Réunion des PP. provinciaux (avec le R.P. Assistant), Essai d’explication du conflit Ci (...)
  • 51 F. Datin, idem. Sur le conflit voir aussi F. Mabille, Études 1939‑1944, problèmes politiques et rel (...)

les supérieurs jésuites rejetèrent la solution proposée par le père Desbuquois et décidèrent50 d’autoriser la parution simultanée de la revue et de la collection. Pour aplanir le différend, tous s’accordèrent alors pour reconnaître qu’il y avait eu des « malentendus » parce que, faute de correspondances, des « explications claires [n’avaient] pu être transmises ». Du côté de Gustave Desbuquois et des supérieurs de la zone non‑occupée on avait pensé que « Cité Nouvelle remplaçait officiellement les Études et les Dossiers ». Voilà pourquoi, au moment du lancement de Construire, les contacts pris par Paris avec les anciens abonnés des Études avaient été interprétés par Cité Nouvelle comme un acte de concurrence déloyale et un risque de perdre de possibles et légitimes abonnements. Plus grave cependant, la concurrence entre les deux publications risquait de diminuer les chances de réduire leurs déficits financiers respectifs. Là encore, la mansuétude des supérieurs des quatre provinces jésuites permit de combler les pertes financières des deux publications. En contrepartie de leur renflouage, les supérieurs jésuites obligeaient cependant Cité Nouvelle àparaître mensuellement durant l’été et contraignaient Construire à restreindre le champ de sa diffusion à la seule zone occupée51.

Direction et rédaction

27Directeur en titre de Cité Nouvelle de janvier 1941 à juin 1944, le père Desbuquois, même s’il savait de l’avis de ses collaborateurs se montrer bienveillant et s’il n’a rédigé que deux articles, devait assurer, au moins jusqu’au début de l’année 1943, la véritable direction éditoriale du titre.

28Autour de lui, l’équipe de rédaction composée des pères Barde, Desqueyrat, Dillard, de Lestapis, Robinot‑Marcy et Faure devait s’accorder sur le texte des chroniques, solliciter les contributions des auteurs étrangers à la revue et veiller également à l’unité de ton de Cité Nouvelle. Conformément au projet de prolonger en zone non‑occupée les Études, la nouvelle revue reçut de Paris le renfort de Louis Barjon, de Gaston Fessard, de Paul Doncœur et de Jean du Rostu. Au total pourtant, le renfort fourni par les pères des Études devait rester limité et permettre aux pères de l’ex‑Action populaire de garder la haute‑main sur la ligne éditoriale de Cité Nouvelle, Ainsi, en quatre années, Louis Barjon aura consacré huit articles aux questions littéraires tandis que Paul Doncœur, auteur beaucoup plus prolixe qui publia aussi dans Construire, a rédigé pas moins de vingt‑trois articles sur des sujets divers. Quand au père Gaston Fessard, son texte dans le quatrième numéro ne sera pas à proprement parler un article mais la retranscription de l’un de ses sermons. Membre de la rédaction, il délaissera d’ailleurs dès octobre 1941 la revue pour revenir s’installer à Paris. Dernier transfuge des Études, le père Jean du Rostu n’aura rédigé qu’un texte pour le premier numéro et deux articles durant l’année 1943. Rien d’étonnant dès lors, que sous leur impulsion, la revue, malgré son sous‑titre de « Revue catholique d’étude et d’action », se soit surtout orientée, comme jadis les Dossiers de l’Action populaire, vers les questions sociales au travers des chroniques et des nombreux articles que les pères rédigèrent en fonction de leur spécialité. Victor Dillard par exemple, auteur de vingt‑deux textes, a ainsi surtout traité des sujets économiques. André Desqueyrat a évoqué, avec douze contributions, les problèmes du monde ouvrier ; Pierre Faure chargé des sujets scolaires a consacré dix textes à l’enseignement et à l’éducation tandis que Stanislas de Lestapis en a rédigé douze sur les questions familiales. Le père Gabriel Robinot‑Marcy, auteur d’une dizaine d’articles ou chroniques consacrés au sort des prisonniers entre 1941 et 1942, ne devait plus rien signer à partir de 1943.

29Issus de l’Action populaire ou des Études, les membres de l’équipe de rédaction ne formeront jamais une équipe vraiment homogène. Non pas à cause d’un facteur « génération » déterminant, puisque les pères étaient à peu près tous du même âge ‑ Pierre Faure qui avait tout juste 36 ans en 1940 était l’élément le plus jeune d’un groupe dont la moyenne d’âge, exceptés les pères Desbuquois et Rigaux âgés respectivement de 65 et 71 ans, oscillait aux environs de 45 ans -, mais parce que les rédacteurs de Cité Nouvelle avaient des personnalités à fort tempérament et affichaient des convictions personnelles très marquées.

30Tel est le cas du père Victor Dillard, né en 1897, auteur en 1940 d’une thèse de doctorat d’économie consacrée aux problèmes monétaires et grand voyageur qui a parcouru l’Europe et les États-unis et a ainsi pu rencontrer nombre de personnalités politiques et religieuses. Déjà auteur de nombreux articles sur l’économie et les relations internationales, il a aussi publié plusieurs textes destinés aux jeunes des mouvements d’Action catholique. En 1940, lieutenant d’artillerie, il a été fait prisonnier mais s’est évadé pour échapper à un internement en Allemagne. Homme d’action incontestable, il devait en 1943 ainsi décrire ses sentiments de l’année 1940‑41.

  • 52 Victor Dillard, « Témoignage sur Vichy », début 1943, Dossiers « V. Dillard », AFSI.

« Beaucoup d’autres, je crois, ont partagé à ce moment ce sentiment d’une aventure magnifique à risquer, d’un sacrifice total à lancer en avant dans la joie. [..] Je me sentais riche. Providentiellement il me semblait que j’arrivais juste à la fin du programme de formation que je m’étais tracé [...]. J’avais conscience d’avancer en pleine sécurité sur une route inconnue, où je trouverais en marche les indications providentielles nécessaires »52.

  • 53 Cité par Jean Lestavel, « Un itinéraire de chrétiens : de La Route à La Vie Nouvelle », Les catholi (...)

31Autre forte personnalité, le père Paul Doncœur se définissait presque lui-même, par sa formule « splendeur humaine dans le catholicisme intégral »53, comme un catholique intégral et intransigeant. Ancien aumônier militaire durant la Grande guerre, il avait fondé en 1924 un mouvement inspiré du scoutisme, les « Cadets », dans lequel étaient étroitement mêlées les visées patriotiques et religieuses. Pour lui, Jeanne d’Arc était la figure idéale d’une chrétienté‑modèle dont les Catholiques du XXème siècle pouvaient toujours s’inspirer. Une chrétienté où la bergère de Domrémy, pour avoir été sainte, n’en avait pas moins été la guerrière sauvant sa patrie opprimée. Le père Doncœur avait développé la vision d’un moyen‑âge mythique tout entier investi par le sacré dans un ouvrage publié en 1933, Retours en chrétienté.

32La force de tempérament de certains rédacteurs de Cité Nouvelle, parfaitement illustrée par les deux personnalités des pères Dillard et Doncœur, explique donc la diversité d’opinions sinon les différences de point de vue qui existèrent, dès la fin de l’année 1940, au sein de l’équipe de rédaction. Dès cette époque, la rédaction se divisa sur l’attitude à adopter vis‑à‑vis du gouvernement. Une petite minorité, plutôt anglophile et déjà « résistante », était en effet très loin de partager le point de vue de ceux qui, résolument maréchalistes, défendaient d’abord l’obéissance au nouveau pouvoir et à son chef le maréchal Pétain. Malgré les objections des pères Desqueyrat, Roche, Fessard ou Barjon qui furent dès le début du groupe des « résistants » et malgré la participation d’auteurs comme Henri de Lubac et Yves de Montcheuil, la nouvelle revue reflètera pourtant d’abord l’opinion du père Desbuquois ou le point de vue du père Doncœur.

33De telles divergences de point de vue ne trouvèrent même pas, loin s’en faut, de remède dans l’éclatement de la rédaction entre Lyon et Vichy. Jusqu’au 15 juin 1943 en effet, l’adresse de la revue resta lyonnaise, au siège, rue de Sèze, des éditions « Pays de France » et ce, alors que de nombreux articles sont rédigés à Vichy. Ce ne fut qu’après cette date, quand l’adresse de Cité Nouvelle devint celle de l’imprimerie Laboureur à Issoudun où s’imprimait la revue, que la rédaction devait se réunir toute entière à Vanves où, le secrétariat de rédaction restant officiellement sis, 2 rue de l’Église à Vichy, les textes furent désormais rédigés.

Diffusion

  • 54 « Présence », fonds « Action Populaire ».
  • 55 Au 27 avril 1941, G. Desbuquois annonce 2 100 abonnés et 200 exemplaires vendus au numéro, F. Datin (...)

34La diffusion de la revue, mesurable en partie grâce aux chiffres des abonnés et, jusqu’à la fin de l’année 1943, des ventes au numéro, ira croissant tout au long des années 1941 à 1944. Ainsi, depuis son lancement jusqu’à la veille de l’année 1944, le chiffre des abonnés a été multiplié par quatre. La diffusion de Cité Nouvelle, qui comptait déjà peu après son lancement 900 abonnés et vendait 200 exemplaires au numéro54, augmenta ensuite rapidement pour dépasser, toujours pour la seule zone sud, les 2000 exemplaires en avril 194155 et les 3000 abonnés un an plus tard. Pour Cité Nouvelle, c’était beaucoup et trop peu à la fois. Beaucoup en comparaison des chiffres de la diffusion avant guerre des Études dans la moitié méridionale de la France puisque Cité Nouvelle bénéficiait d’une diffusion presque identique à celle des Études quicomptaient le tiers de leurs abonnés dans cette région avant‑guerre. Vu sous cet angle, le résultat de la revue du père Desbuquois pouvait donc paraître honorable. Alors même que la guerre avait fait d’un grand nombre d’hommes les prisonniers des Stalag et des Oflag allemands. Et que la coupure du territoire national en deux zones laissait la plus grosse part des anciens abonnés des Études en zone nord dans les régions de grandes concentrations urbaines.

  • 56 « Notes sur Cité Nouvelle », 1943, Fonds « Action Populaire ».

35C’était pourtant très peu en regard des chiffres du début de l’année 1940. Bien loin des 20000 abonnés des Études et des Dossiers de l’Action populaire. Le chiffre de 20 % des anciens abonnés de ces deux revues ne sera même pas atteint à la fin de 1942. Et très peu encore, même en 1943, quand la zone nord devint accessible à Cité Nouvelle et que l’aire de diffusion se trouva alors élargie aux dimensions théoriques du pays tout entier. Tandis que la fin de la ligne de démarcation faisait renaître la concurrence avec Construire, en août 1943, la revue ne comptait que 3300 abonnés et ne vendait que 1000 exemplaires au numéro. À la fin de l’année 1943, si le fichier des abonnés comptait 300 noms supplémentaires, seul le tirage avait, compte‑tenu de la nouvelle étendue à couvrir, réellement progressé pour atteindre les 4200 exemplaires56. Bien sûr, le rapport aux chiffres d’avant‑guerre, aux 20000 abonnés des deux revues, doit être nuancé. D’abord parce que nombre de lecteurs des Études pouvaient aussi souscrire un abonnement aux Dossiers, la lecture de l’une et l’autre revue permettant de conjuguer réflexion générale et connaissance précise de questions « techniques ». Mais l’existence de ces « doubles abonnés », moins vraie pour des lecteurs des Dossiers que pouvait rebuter l’orientation un peu trop « intellectuelle » des Études, n’est sans doute pas la cause principale. A une époque où l’édition, malgré les restrictions, a fait florès, les raisons des médiocres résultats de Cité Nouvelle dont témoigne un nombre moindre d’abonnés – bien en dessous des 5500 « fidèles » des Dossiers en 1940 – sont sans doute ailleurs. Certainement du côté des difficultés budgétaires des familles françaises que la situation économique et sociale oblige à des dépenses autrement plus importantes que celles d’un abonnement.

  • 57 La revue, dans son n°66 de janvier 1944, justifie sa nouvelle périodicité par la décision du Comité (...)

36Quoi qu’il en soit, au moment même où les restrictions du papier à la presse condamnaient Cité Nouvelle à une parution mensuelle et à une diffusion par le seul biais des abonnements57, ces chiffres ne faisaient pas de la revue une « bonne affaire ». Tout juste permettaient‑ils d’éviter un lourd déficit. En avril 1941 en effet, le père Desbuquois avait estimé à 2500 le nombre d’abonnés nécessaire à l’équilibre du périodique. Comme au même moment 400 abonnés manquaient pour atteindre ce seuil, le déficit des comptes était de 60000 francs. Construire de son côté, mais pour deux numéros seulement, avait déjà perdu à peu près la même somme.

  • 58 F. Datin, cité. À ses débuts, Construire avait été diffusée en zone libre. Après une interruption d (...)

37Devant l’ampleur des pertes, les supérieurs se devaient donc de réagir. « En toute hypothèse », avaient‑ils reconnu, « la question financière de Construire est à reconsidérer ». Mais loin d’interrompre la publication, les supérieurs avaient reconnu la nécessité de voir « Construire [...] subsister en zone occupée, même financièrement déficitaire » parce qu’elle était la « seule publication importante, à sens chrétien, qui paraisse ». Ils décidèrent que la Compagnie consentirait « un sacrifice financier [...] pour assurer une publication convenable et digne des anciennes Études », espérant seulement que « le déficit financier actuel [serait] un peu comblé le jour où la ligne de démarcation » tomberait. Car les propriétaires de « la collection des Études [voudraient alors] la compléter suivant la valeur de Cité Nouvelle ou de Construire »58.

38Au delà de ces chiffres, reste aujourd’hui méconnu ce qu’à l’époque on n’avait pas l’habitude de nommer le « profil » du lectorat. Cela, même si, outre l’ancien public des Dossiers, la revue pouvait légitimement compter sur l’intérêt des lecteurs des anciennes Études.

  • 59 Par « reprise en main » il faut entendre le fait qu’un même exemplaire peut être échangé, en dehors (...)

39De même, les chiffres du tirage et de la vente sont, comme pour toute revue d’ailleurs, difficiles à interpréter en terme d’audience réelle. Il est cependant aisé d’imaginer que le nombre des lecteurs « réels » dépassait de loin celui des ventes, un même numéro pouvant être lu par plusieurs personnes au sein des communautés religieuses, par l’intermédiaire des bibliothèques publiques ou des réseaux d’amis. Ce dernier facteur étant loin d’être négligeable puisque le lectorat des catholiques est traditionnellement celui où les « reprises en main » sont les plus fortes59. Enfin, en plus du passage d’un même numéro entre les mains de plusieurs lecteurs, l’audience de la revue était accrue par la publication, sous forme de brochures ou de livres, de certains de ses articles. Tel fut le cas de l’Explication chrétienne de notre temps du père de Lubac reprise sous le titre de La vocation de la France dans la collection « Le Témoignage chrétien » éditée par Xavier Mappus. De même pour L’engagement, Dialectique de la conscience civique du père Doncœur que de nombreuses brochures aidèrent à populariser auprès du public catholique.

40Quoi qu’il en soit, il est sûr que la forte présence des jésuites, le renom de certaines signatures, le nombre et la diversité de certains développements renforcé par la régularité de la parution et le soin apporté à la mise en forme, firent de Cité Nouvelle le titre de référence, « la » revue officieuse, sinon officielle, de la Compagnie de Jésus en France. Une revue dont les numéros étaient attendus et lus avec intérêt, autant d’ailleurs peut‑être par ceux qui cherchaient dans ses pages un exposé solidement argumenté sur un sujet précis, que par ceux qui étaient curieux de connaître « l’opinion » de la Compagnie.

  • 60 La censure n’était pas toujours une contrainte. Pierre Limagne notait dans ses Éphémérides…, à la d (...)

41Le revers d’un tel statut fut sans doute le poids de la censure. Censure vichyssoise d’abord puis censure allemande à partir de la fin de l’année 1942, quand l’entrave à la liberté d’expression devint d’autant plus lourde que le désenchantement vis‑à‑vis de la Révolution nationale était devenu presque complet60.

Rubriques

  • 61 22 numéros en 1941, 22 en 1942, 21 en 1943 et 6 en 1944.

42Cité Nouvelle a offert ses premières pages aux lecteurs le 10 janvier 1941 et a cessé de paraître le 10 juin 1944. Avec une parution bi‑mensuelle, réduite à un seul numéro mensuel durant les mois d’été et les six premiers mois de l’année 1944, la collection de la revue a atteint le total de soixante et onze numéros61.

  • 62 . Courriers, France‑Levant Janvier‑février 1941, n°68.

« Revue catholique d’études et d’action », elle comportait, selon ses propres termes, « avec des articles d’actualité, signés de noms connus, les rubriques mensuelles : Regards sur la France et Regards sur le Monde, avec un tableau des événements et une revue des Livres »62.

43De fait, les cinq ou six articles publiés dans chaque numéro embrassaient à peu près tous les sujets, qu’il s’agisse des questions religieuses, de la vie politique, économique et sociale française ou des questions de politique étrangère.

  • 63 C’est le cas, par exemple, du texte de G. Fessard, « Du sens de l’histoire », paru dans le numéro 4 (...)

44Il s’agissait tout autant de textes rédigés à la demande expresse de la rédaction que d’essais proposés spontanément par leurs auteurs. Nombreuses furent aussi les reprises de discours ou de conférences que la revue souhaitait offrir, du fait de leur intérêt particulier, à un plus grand nombre de lecteurs63.

45Les titres des chroniques « Regards sur la France » et « Regards sur le Monde » furent empruntés aux anciennes Études pour servir d’appellation à des panoramas de l’actualité française et étrangère. L’idée de la rubrique « Actualité et Documents » reprise aux Dossiers de l’Action populaire permettant d’insérer des extraits de textes d’origine variée, morceaux de textes, d’articles de presse ou de discours.

  • 64 Le n°42 du 25 novembre 1942 a publié des « Éphémérides » tandis que les numéros 57, 58 et 59 de l’é (...)

46À la fin de chaque livraison une page intitulée « Les événements », « Éphémérides » ou « Événements »64 rendait compte, sous la forme d’une chronologie sommaire, de ce qui avait compté durant deux semaines en politique française ou étrangère.

  • 65 Les n°57, 58, 60, 62 à 66 présentent « Les livres ». le n°65 une « Chronique bibliographique » tand (...)

47Enfin, comme dans toute grande revue, chaque livraison contenait des pages consacrées à des notes de lectures. Rédigées par diverses personnalités membres ou non de la rédaction de la revue, elles furent proposées sous le titre changeant de « Revue des livres », « Les livres » ou « Chronique bibliographique » ou « Chronique bibliographique ‑ revue des livres »65. Moins lues sans doute par la censure, elles permirent parfois de laisser deviner aux lecteurs ce que de longs articles n’auraient pu aussi clairement exprimer.

  • 66 Courriers, France‑Levant, mars‑avril 1942, n°74.
  • 67 Numéro 59 du 15 septembre 1943. V. Dillard signera encore un article, « La JEC a quinze ans, Contin (...)

48à partir de son numéro six du 25 mars 1941, Cité Nouvelle qui avait dû réaliser qu’elle ne succédait pas véritablement aux Études mais qu’elle continuait en fait surtout les Dossiers, inaugura une « Chronique de la vie française », non signée, évoquant et traitant chaque mois, exception faite des mois d’été, des événements politiques, de la « vie économique et sociale », de la « famille », de « l’école » et de « nos prisonniers ». Cette chronique rédigée sous la direction du père Louis Barde par une équipe composée des PP. Desqueyrat, de Lestapis, Robinot-Marcy et Faure66 devait cesser de paraître avec l’avant‑dernier texte, signé « XXX », du père Victor Dillard intitulé « un code d’honneur du fonctionnaire »67. Très proche de l’actualité, la « chronique de la vie française » témoignait des centres d’intérêt de l’équipe de rédaction en évoquant brièvement des sujets dont le développement plus ample se trouvait, soit dans des articles du même numéro, soit dans les numéros qui suivaient.

  • 68 La note d’orientation du 26 mars 1941 précise le devoir de « neutralité de la presse à l’égard des (...)
  • 69 Courriers..., op. cit.. Pierre Faure rédigea les « Regards sur le monde » des n°1, 3, 57, 9, 11, 13 (...)
  • 70 René Vallet, n°4, 6, 8, 10, 12 et 16 de 1941 ; Gabriel‑Louis Jaray. N°45, 60, 62, 64 en 1943, 69 et (...)

49La politique étrangère, sujet sensible entre tous pour lequel les services de la censure vichyssois recommandaient la « neutralité »68, fut d’abord réservée au père Pierre Faure dans la chronique mensuelle « Regards sur le Monde»69. Parallèlement d’abord, puis définitivement ensuite à partir de 1943 quand Pierre Faure cessa de rédiger les « Regards sur le monde », des « Chroniques de politique étrangère » furent aussi proposées aux lecteurs par René Vallet, Gabriel‑Louis Jaray, Hervé Plomarech ou Alfred de Soras seul jésuite parmi ces quatre auteurs70.

50Enfin, mais sans qu’une telle appellation corresponde à une véritable régularité, quelques articles furent publiés sous le titre de « Chroniques » ou de « Bulletin ». Il en fut ainsi pour les textes du père Robert Rouquette auteur, en plus d’un article évoquant les rapports de « l’Église établie d’Angleterre avec le Siège romain » dans le numéro 22, d’un « Bulletin du protestantisme » dans les numéros 18 et 41. Mais plus rare encore, puisqu’elle resta unique en son genre, allait être la « Chronique du protestantisme » rédigée par le mariste Maurice Villain pour le numéro 51 du 10 avril 1943. En fait, cette « chronique du protestantisme » prenait seulement la suite du premier article, paru dans le numéro 35 du 10 juillet 1942, de Maurice Villain décrivant le mystique anglican Richard‑Meux Benson.

Les collaborateurs

  • 71 Jean Lucien‑Brun consacre cinq articles à la papauté, à l’ordre juridique de la paix et au marché n (...)

51à travers les pages de ses soixante et onze numéros, Cité Nouvelle accueillit un grand nombre d’auteurs. Sans même compter les comptes-rendus bibliographiques, ce furent cent quarante-sept auteurs, dont plus des deux tiers jésuites, qui fournirent, au travers des chroniques et des articles, la matière de la revue. Parmi les auteurs jésuites, ce furent souvent des professeurs ou des étudiants des scolasticats de la Compagnie qui avaient proposé leur service ou à qui la rédaction avait réclamé un texte parce qu’elle les estimait les plus compétents pour traiter du sujet. Mais le facteur important fut surtout celui de la disponibilité et/ou de la proximité des auteurs. Lyon et la région lyonnaise où étaient installés les principaux centres intellectuels de la Compagnie, le Sud‑Est et la zone libre en général, ont donc formé l’aire de recrutement privilégiée des auteurs. Ce furent donc de Vals‑près‑le Puy où s’étaient regroupés les étudiants et les professeurs philosophes, mais surtout de Lyon et du scolasticat installé à Fourvière, que Cité Nouvelle reçut ses principales contributions jésuites. Et c’est au cœur de cet « espace scriptural » que se détachèrent trois jésuites. Henri de Lubac, professeur d’histoire des religions, Jean Lucien‑Brun, professeur de Droit international, l’un et l’autre officiant aux facultés catholiques de Lyon. Le père Lucien‑Brun également en charge de la théologie morale était, comme Henri Rondet en théologie dogmatique, professeur au scolasticat jésuite de Lyon-Fourvière. Durant la période 1941‑1944, l’auteur de Catholicisme inscrivit son nom au bas de treize articles et les deux autres publièrent respectivement cinq et six textes71.

52Également parmi les participants les plus assidus, nombre d’auteurs, jésuites, clercs ou laïcs, collaboraient déjà avant‑guerre aux Études. Il leur fut donc tout naturel de partager désormais leur contribution, même réduite, entre Cité Nouvelle et Construire. Ce fut ainsi le cas pour Jules Lebreton qui publia un article consacré à la Rome païenne, d’Yves de Montcheuil pour deux textes ou de Pierre de Saint‑Seine avec trois articles. Pierre Teilhard de Chardin, attaché de manière très théorique aux Études publiera un seul texte, « L’avenir de l’homme », daté de février 1941 mais publié dans le numéro onze du 10 juin.

53Parmi les plus fidèles collaborateurs de Cité Nouvelle déjà auteurs aux Études et à Construire, Marthe Oullié, l’une des sept signatures féminines, Guy Chastel spécialiste des questions artistiques, Bernard Gavoty chroniqueur pour les sujets cinématographiques et musicaux, Pierre Jobit enfin, devenu au fil de ses articles le correspondant de Cité Nouvelle à Madrid.

54Quelques collaborations de hauts‑fonctionnaires, médecins ou militaires apportèrent à la revue des points de vue « techniques » sur des sujets précis. C’est à ce titre d’ailleurs que le professeur de renom et doyen de la faculté de Droit aux Facultés catholiques de Lyon, Auguste Rivet, traita des questions juridiques relatives aux congrégations et associations religieuses.

55Quelques signatures illustres devaient amener àla revue des lecteurs supplémentaires. Bien placés dans la « vitrine » de Cité Nouvelle, les textes des grands écrivains comme Louis Dimier, certes marqué par l’Action française mais auteur pour la revue d’« une histoire réformée des lettres françaises » ou comme Henri Pourrat laudateur du terroir auvergnat et auteur de deux récits. Avec eux mais grâce aussi aux essais du philosophe Gabriel Marcel et de l’historien de l’Église Daniel‑Rops, auteurs l’un et l’autre d’un seul texte, la revue « catholique d’études et d’action » se targuait de proposer à ses lecteurs un peu plus « d’études » et un peu moins « d’action ».

De l’incarnation à l’eschatologie (1941‑1944)

De la « Révolution nationale » à la « révolution chrétienne »

  • 72 « Regards sur la France et sur le monde », daté 1er janvier 1941, n°1, 10 janvier 1941. Le 28 juin (...)
  • 73 L. Barde, « Regards sur la France », n°4, 25 février 1941.

56Dès son premier numéro, Cité Nouvelle s’afficha très clairement dans le camp des partisans de l’armistice, un tel choix découlant d’une double évidence. D’abord parce que d’évidence la guerre était perdue puisque Pétain et Weygand, « tous deux juges autorisés », s’étaient accordés pour défendre l’idée d’un « armistice depuis le 13 juin inévitable »72. Dans de telles conditions, continuer le combat n’aurait pu être que funeste pour le pays. Sans commettre, comme le général de Gaulle qui n’était pas cité, « l’erreur d’un patriotisme mal orienté »73, les partisans de l’armistice avaient aidé le pays à sauver ce qui pouvait l’être encore. Mieux même, grâce à l’arrêt des combats, la France avait pu entrer dans une ère nouvelle que Cité Nouvelle analysait ainsi :

  • 74 « Regards sur la France et sur le monde », daté 1er janvier 1941, n°1, 10 janvier 1941.

« Commandé de lui même par le désastre et sa leçon, [... l’armistice] a commandé tous les suivants, ou, du moins, les a permis : [...] la réforme structurelle de l’État [...], la mue profonde du régime qui, préparée à Bordeaux, devait s’accomplir, quant à l’essentiel, à Vichy, le 10 juillet […], date de naissance du nouvel État français »74.

  • 75 Idem. N°1, 10 janvier 1941.
  • 76 « Chronique de la vie française » (Ch. V. f,) n°6, 25 mars 1941.

57Grâce à ce dernier, la France avait ainsi pu « enterrer décemment, avec un régime de laisser‑aller, de désordre et d’impéritie bavarde, une forme de parlementarisme périmé ». Elle avait aussi pu éradiquer « les tares invétérées qui ont engendré la défaite [et qui], non extirpées, [auraient] mené le pays à sa ruine définitive »75. Cité Nouvelle rassurait ses lecteurs en affirmant que ces changements n’étaient tout au plus qu’une mue et qu’il ne fallait pas voir là un renversement de régime comme voulaient le laisser croire les partisans de l’Action française. Le régime républicain subsistait donc et seuls ses « structures » et son « fonctionnement » avaient été réformés dans le sens d’une « concentration des Pouvoirs » assurant une réelle « unité d’action »76.

  • 77 « Ch. V. f. », n°6, 25 mars 1941.
  • 78 « Ch. V. f.», n°17, 10 octobre 1941.
  • 79 « Ch. V. f. », n°1, 10 janvier 1941.
  • 80 Cité par J. Duquesne, Les Catholiques français sous l’occupation, Grasset, 1966, p. 59.
  • 81 P. Doncœur, « Philippe Pétain Maréchal et chef de France », n°8, 25 avril 1941.
  • 82 « Regards sur la France et sur le monde », n°1, 10 janvier 1941.
  • 83 G. Desbuquois, « France neuve, les vérités retrouvées », n°1, 10 janvier 1941.

58De ce fait, la légalité du régime ne pouvait être contestée puisqu’en déléguant leurs pouvoirs au Maréchal, les assemblées « n’avaient] pas [outrepassé] leur compétence ni [débordé] de leur fonction essentielle »77. La République sauvegardée, le maréchal Pétain représentant, ainsi que l’écrivait encore Cité Nouvelle en octobre 1941, « l’autorité légalement acquise »78, comment les catholiques auraient‑ils pu refuser « l’obéissance au pouvoir établi » que leur prescrivaient la Tradition et le texte même des Écritures ? Ceci à l’époque où Philippe Pétain, nouveau chef de l’État, était l’objet d’un véritable culte auquel, pas plus que ses contemporains, Cité Nouvelle ne put échapper. Sans rien retrancher, la revue pouvait donc reprendre à son compte les propos de Léon Bérard, ambassadeur de France à Rome, pour qui Philippe Pétain était « l’illustre soldat qui a augmenté sa gloire en accédant au pouvoir par la voie du sacrifice »79. Sans originalité donc, le maréchalisme des jésuites de Cité Nouvelle connut lui aussi ses débordements. Alors qu’en France des voix s’élevaient pour invoquer « soyez Notre Bon Dieu Monsieur le Maréchal »80, le père Doncœur, emphatique et enthousiaste, écrivait que Philippe Pétain « c’est après Dieu le premier appui »81. Ajouté à la légalité du régime, le maréchalisme renforçait encore, s’il était nécessaire, le devoir d’obéissance des Catholiques au régime. Mais si l’évidence de la défaite justifiait l’armistice, le pouvoir installé à Vichy pouvait se targuer, selon les rédacteurs de Cité Nouvelle, d’une légitimité supplémentaire. Celle que lui conférait, au delà de l’acceptation de la défaite, sa reconnaissance des causes de l’effondrement du pays. Une défaite que tous les rédacteurs considéraient comme la conséquence directe d’une « crise de civilisation ». Cité Nouvelle l’expliquait en s’appropriant la terrible formule de Mussolini pour qui « la guerre est l’examen des peuples »82. Gustave Desbuquois l’écrivait dans son article liminaire, si « dans l’épreuve présente tous les Français flagellés sont vaincus [...] et expient [c’est au] pays [de voir en lui-même] le principal auteur de son malheur ». Accablés par la défaite de mai‑juin 1940, les Français avaient été vaincus... par eux‑mêmes. Le pays devait reconnaître qu’« en permettant la rupture de l’union entre Français, en diluant le sens de la communauté nationale, pour lui substituer l’idole des partis ou des intérêts égoïstes », il avait lui‑même produit « l’inexorable enchaînement entre la cause et l’effet, entre la défaite de l’âme française et la défaite de la pairie »83. Loin d’être isolé au sein de la rédaction de Cité Nouvelle, le point de vue du père Desbuquois exprimait en fait l’opinion de la majorité des Catholiques de l’époque pour qui la France payait par sa défaite le prix de son péché. De cette analyse culpabilisante, Victor Dillard devait se faire très clairement l’interprète pour Cité Nouvelle.

« Nous savons bien, Seigneur, que nous sommes coupables. Nous n’aimons pas le dire, ni l’avouer, parce que nos orgueils sont encore raides, parce que nous avons la manie d’avoir raison, [parce que] nous recherchons des prétextes pour refuser l’agenouillement, pour éluder la pénitence ».

  • 84 V. Dillard, « Prière pour l’année qui vient », n°2, 25 janvier 1941.

59Pour conclure, il ajoutait à cette prière prononcée en l’église de Vichy et reprise dans la revue, « nous vous bénissons pour l’orage où nous avons été forcés de reconnaître votre voix »84, accréditant ainsi l’idée d’un châtiment divin infligé à la France. « Cest le péché qui fait perdre les batailles » surenchérissait presqu’au même moment et au même endroit Gaston Fessard citant Jeanne d’Arc au cours de sa conférence « Du sens de l’histoire ». Et celui qui devait être l’auteur, quelques mois plus tard, du texte du premier numéro de Témoignage chrétien ajoutait une définition claire des causes de la défaite.

  • 85 G. Fessard, « Du sens de l’histoire », n°4, 25 février 1941.

« Le péché qui fait perdre les batailles, ce n’est pas seulement la faute de quelques responsables que chacun serait libre de désigner au gré de ses rancunes et de traiter en boucs émissaires ; après quoi il ne resterait plus qu’à se décerner un brevet de clairvoyance et d’intégrité ! Non, le péché qui fait perdre les batailles, c’est bien plus encore que le péché des dirigeants et des chefs, celui des peuples. Le péché de notre peuple [...], c’est ce rationalisme qui, nous berçant du rêve d’un bonheur purement naturel, a peu à peu détendu nos énergies individuelles, familiales, nationales et nous a valu finalement les gouvernants que nous méritions »85.

  • 86 Il suffit pour s’en convaincre de s’intéresser à l’enseignement de l’histoire dans les écoles libre (...)
  • 87 H. de Lubac, « Explication chrétienne de notre temps ». n°18, 25 octobre 1941.
  • 88 A. Desqueyrat, « Révolution nationale, Révolution française », n°2, 25 janvier 1941.

60L’analyse sévère s’accordait avec le « discours pénitentiel » dominant alors en France sans toutefois donner totalement raison au gouvernement de Vichy dans sa désignation des « coupables ». L’attitude du père Fessard était d’ailleurs semblable à celle du père Henri de Lubac lorsqu’en janvier 1941 il prononçait devant les stagiaires de la nouvelle « École des cadres » d’Uriage une conférence intitulée « Explication chrétienne de notre temps ». Publié en octobre 1941 dans Cité Nouvelle et diffusé aussi au même moment sous forme de brochure, le texte du père de Lubac corroborait, en les développant, les arguments du père Fessard. Le drame de la défaite n’était pas un événement isolé. Au contraire, advenu au terme d’un long enchaînement de causes, il révélait une crise plus profonde bien antérieure à l’effondrement de 1940. Cette « crise de civilisation » selon les propres mots d’Henri de Lubac s’était ouverte dès la fin du moyen‑âge lorsque l’homme s’était « coupé de la vie supérieure » pour sombrer dans le matérialisme. Avec la Renaissance, en effet, l’idéal de la chrétienté s’était trouvé renié par les hommes surtout désireux de s’arracher aux maximes de l’Évangile et de s’émanciper de la tutelle de l’Église. Le mal s’était aggravé avec la Réforme protestante qui provoqua, en même temps qu’un schisme, la fin d’une Europe toute entière chrétienne et la naissance des particularismes religieux. Le coup de grâce vint enfin de l’apparition des nouveaux idéaux de « liberté, égalité et [...] fraternité » promus par la Révolution française. Depuis cette époque, la « justice sociale » et l’idée même d’une « société internationale », pourtant issues du christianisme, étaient devenues « inefficaces voire [dangereuses] » car professées par des hommes en majorité non‑croyants. La description par le père de Lubac des étapes de la « crise de civilisation » subie par la France était rien moins que classique86 puisqu’elle correspondait à tout un courant de pensée catholique opposé à l’humanisme non‑chrétien, hostile au protestantisme diviseur et adversaire résolu de la philosophie des Lumières propagée par la Révolution française et ses zélateurs87. Arrivée au terme de cette évolution néfaste, la défaite de 1940 semblait donc pouvoir justifier les critiques de la pensée contre‑révolutionnaire catholique présente peu ou prou chez tous les rédacteurs de Cité Nouvelle. Interprète de cette hostilité à tout ce que la Révolution avait engendré, André Desqueyrat succombait en janvier 1941 au désir de revanche contre‑révolutionnaire en jugeant que la « Révolution nationale » pouvait être le moyen d’effacer « la République Parlementaire, le Parlement et le Régime d’opinions » hérités de 1789. En 1940, après que « la défaite n’[eut] fait que hâter l’échéance fatale », le pays pouvait enfin se venger d’un système responsable de la dénatalité, du régime des partis et d’un parlement dont « l’impuissance native à gouverner la France nouvelle devait conduire tôt ou tard à quelque accident grave »88.

  • 89 P. Doncœur résume bien cette idée d’une occasion offerte à la France d’opérer sa rénovation. Dans l (...)

61Peu ou prou donc, tous les rédacteurs de Cité Nouvelle partageaient l’idée d’un « châtiment divin » ou tout au moins d’une épreuve imposée à la France en raison de son infidélité à sa « vocation chrétienne ». Mais d’accord sur ce constat, les pères jésuites l’étaient beaucoup moins sur les remèdes à apporter au mal. Pour les uns, les plus nombreux, dès lors que le nouveau régime se montrait disposé à remettre au premier plan les valeurs chrétiennes, les Catholiques ne pouvaient faire autrement que de choisir la voie de l’engagement aux côtés de Vichy et de sa « Révolution nationale »89. Gustave Desbuquois l’annonçait dans son article d’ouverture au premier numéro de la revue.

« Une révolution nationale s’imposait, dans l’ordre légal qui, tout en sauvegardant les traditions françaises de liberté individuelle, assumerait solidement l’autorité de l’État, l’appuyant sur ces vivants piliers de redressement que sont le travail, la famille, la patrie ».

62Pour le directeur de l’Action populaire, avec le rejet de « la politique étriquée, sectaire ou jouisseuse », « c’est la France remoralisée et rechristianisée » que Vichy allait contribuer à faire renaître.

  • 90 « Ch.v.F », n°9, 10 mai 1941.

63Pour les Catholiques, le doute quant à l’engagement n’était donc pas permis puisque le programme du gouvernement correspondait parfaitement aux conceptions de la doctrine sociale de l’Église. En mai 1941, quand la saint Philippe et la fête du travail « coïncideront heureusement », Cité Nouvelle affirmera sans ambages que grâce à Vichy « l’esprit de la grande encyclique Rerum novarum passe en vérité dans les faits »90.

  • 91 L. Barion, « La littérature doit‑elle et peut‑elle être dirigée ? », n°1, 10 janvier 1941.
  • 92 A. Desqueyrat, « La nouvelle loi sur le divorce », n°10, 25 mai 1941 ; « Chronique sociale : condit (...)
  • 93 L. Berne, « Proxénétisme et prostitution », n°6, 25 mars 1941. Le père Berne profitait de cet artic (...)

64Le climat politique étant à la réforme « morale », Cité Nouvelle se prononcera sur toutes les réalisations du nouveau pouvoir. Et même les plus réticents devaient avouer que la direction choisie par le gouvernement était la bonne. Ainsi, Louis Barjon acceptait de reconnaître le bien fondé d’une direction de la littérature pour peu qu’elle permette un « assainissement raisonnable »91de la littérature. De son côté, André Desqueyrat saluait dans la réforme du divorce le retour « aux vérités debon sens »92. Porté par ce vent de « rénovation morale », Louis Berne alertait les consciences cultivées sur le problème de la prostitution et faisait part d’une nouvelle conception catholique sur cette question93.

  • 94 S. de Lestapis, « Valeur politique de la famille », n°2, 25 janvier 1941 ; « Réhabilitation de l’éd (...)
  • 95 « Ch. v. f. », n°17, 10 octobre 1941.
  • 96 Idem.

65Tandis que le père de Lestapis décrivait les bonnes mesures en faveur de la famille et de l’éducation familiale, le père Robinot‑Marcy s’enthousiasmait pour les chantiers de la jeunesse, « creusets dans lesquels s’élaboreront les hommes de la France de demain », et montrait les nouvelles formes d’entraide capables « d’éloigner des grandes cités populaires tout prétexte pouvant servir de thème à la propagande marxiste »94. Avec toutes ces bonnes mesures, l’équipe de Cité Nouvelle était heureuse de voir le christianisme reconnu comme « la force primordiale [du] redressement »95, se félicitant de voir, grâce au Maréchal, la France redevenir, « dans une Europe neuve, par son propre retour aux disciplines d’antan, la nation des vraies valeurs de civilisation qui sont chrétiennes de race »96.

  • 97 « Ch. v. f. », n°17, 10 octobre 1941.

66Bien sûr, un aussi beau tableau avait ses ombres. Mais rapportées à l’ensemble de l’œuvre elles étaient peu de chose. C’est ainsi que Cité Nouvelle conseillait aux militants CFTC la voie du sacrifice. La perte de leur syndicat étant finalement un moindre mal en regard du gain qu’augurait la mise en place de la Charte du Travail. Certes, le syndicat unique n’était « pas bon pour la paix sociale et pas voulu par la Papauté »97 mais, après la promulgation de la Charte le 4 octobre 1941, le père Georges Jarlot recommandait la soumission à la nouvelle organisation sociale au nom même des ancêtres du catholicisme social. « Souffrez que ce qui est soit » écrivait‑il aux syndicalistes chrétiens en imaginant le propos qu’Albert de Mun, Milcent ou René de la Tour du Pin auraient pu leur tenir.

  • 98 G. Jarlot, « Charte du travail et catholiques sociaux »,n°23, 10 janvier 1942.

« Trop souvent nos amis ont attelé leur char au cadavre des chevaux morts. Que d’occasions manquées ! […] Vous avez, entrant dans les institutions nouvelles, un magnifique rôle à jouer. Personne autant que vous n’a reçu cette formation exacte, ne fut pénétré de cette doctrine dont leurs cadres ont besoin, pour les conduire à la destinée que leur veut le Chef de l’État »98.

67Et à ceux que la disparition du pluralisme syndical rendait malgré tout inconsolables, le père Jarlot adressait une mise en garde contre le danger de dérive politique en les encourageant à toujours « professer la doctrine sociale de l’Église » mais comme militants de l’Action catholique seulement.

  • 99 Le 28 janvier 1941, les services de la Censure intimaient, dans leur consigne n°127, de « ne pas la (...)
  • 100 « Actualités et documents », n°9. 10 mai 1941.
  • 101 P. Faure, « La formation des instituteurs », n°1, 10 janvier 1941 ; « La réforme de l’enseignement (...)

68Avant même cette mise au point advenue au début de l’année 1942 quand les premiers enthousiasmes des catholiques pour la Révolution nationale commençaient à s’estomper, les rédacteurs de Cité Nouvelle avaient été surpris par la volte‑face du pouvoir à propos de l’École. En janvier 1941, le père Desbuquois s’était réjoui de « l’heureuse orientation des nouveaux programmes d’éducation civique dans [les] écoles » parce qu’il s’agissait ainsi de « relever, en la spiritualisant, la culture morale [...] de la jeunesse ». Mais l’enthousiasme suscité par l’éphémère réforme du catéchisme à l’école instituée par le ministre Jacques Chevalier devait rapidement baisser avec l’immédiate contre‑réforme de Jérôme Carcopino. Promu ministre en février 1941 à la place du philosophe catholique de Grenoble, le docte spécialiste de l’Antiquité romaine à la Sorbonne redressait la barre pour atteindre les eaux plus calmes de la « neutralité religieuse dans les écoles de l’État » et de la « liberté de l’enseignement dans la nation ». Une telle volte‑face ne pouvait satisfaire Cité Nouvelle. Mais même gênée par une censure très sourcilleuse sur un sujet aussi sensible99, l’expression du mécontentement des pères de l’ex‑Action populaire transparut lors de la publication, dans la rubrique « Actualités et documents », d’extraits de presse significatifs des réactions à la nouvelle loi de Jérôme Carcopino. Pour Cité Nouvelle qui mettait en regard les deux textes de loi Chevalier‑Carcopino des 5 décembre 1940 et 12 mars 1941, les réactions à la nouvelle législation témoignaient d’« une préoccupation généralisée de régler l’éducation de la jeunesse d’après les normes de vie supérieures à celle de la plate et médiocre morale laïque ». Dans le même numéro, les rédacteurs citaient la lettre pastorale de Mgr Piguet, évêque de Clermont, pour le Carême 1941, afin de rappeler que « ni à l’école ni dans les groupements de jeunesse, on ne peut tomber dans l’ancienne neutralité sans retomber dans les erreurs et les mensonges ‘qui nous ont fait tant de mal’ »100. Hormis cette opposition à peine voilée par la censure, les jésuites de Cité Nouvelle devaient, par la voix de Pierre Faure le spécialiste des questions scolaires, s’accorder avec Vichy sur les bienfaits des réformes éducatives du gouvernement, qu’il s’agisse de la suppression des écoles normales d’instituteurs ou du retour à l’enseignement des « Humanités » grecques et latines101 si chères aux jésuites. Pourtant, au delà de ces critiques de fond, la Révolution nationale avait pour les jésuites de Cité Nouvelle de quoi emporter l’adhésion des Catholiques. Mieux même, les fidèles devaient s’engager, en tant que catholiques, pour faire réussir une entreprise capable de rechristianiser le pays. Car ce devoir était dicté par l’exigence chrétienne de ce que le père de Soras avait théorisé avant‑guerre pour l’Action catholique sous l’appellation de « loi d’incarnation ». Quelques mois avant le lancement de Cité Nouvelle, le père Desbuquois et son équipe l’avaient très clairement exprimé pour les lecteurs du premier numéro de Renouveaux. La « révolution chrétienne » était d’abord décrite comme visant « à incarner à nouveau le Christ » par l’instauration d’un « ordre nouveau » révélant

« que la Vérité, la Justice, l’Amour, non seulement sont un jour apparus en chair et en os, ‘Verbum caro factum est’, mais [qu’ils] continuent à s’incarner dans les membres du Christ, les Chrétiens [...] invités, avec son aide à les incarner ».

  • 102 « Révolution nécessaire, Les dimensions spirituelles d’un Ordre nouveau », Renouveaux, n°10, 15 fév (...)

69Mais dans l’hiver 1941, l’incarnation chrétienne prenait une forme bien particulière puisque les « messagers » de « l’ordre nouveau » chrétien étaient ceux qui voulaient « sérieusement faire la Révolution Nationale »102. En privilégiant l’« immanence » du christianisme, les pères de l’ex‑Action populaire justifiaient l’engagement des Catholiques en faveur de la Révolution nationale au nom de « l’incarnation ». Ils définissaient aussi la religion chrétienne comme utile à la société. Le père Desbuquois le disait dans son article liminaire, « plus que jamais, Dieu est nécessaire à l’homme plongé dans la vie sociale » parce qu’

« une nation ne peut vivre et progresser que si, au cœur des citoyens, règne la loi humaine et divine qui prescrit le patriotisme, le dévouement au pays, la passion de sa grandeur, le culte du devoir, le respect des droits de chacun ; que si l’homme, au fond de lui‑même, s’incline devant un Idéal qui s’impose ».

  • 103 G. Desbuquois, « France neuve, Les vérités retrouvées », n°1, 10 janvier 1941.
  • 104 A. de Soras, « Action catholique et action temporelle dans la France d’aujourd’hui », n°7, 10 avril (...)

70Considérant que « l’âme française » était chrétienne depuis le baptême à Reims de Clovis, le directeur de l’ex‑Action populaire justifiait, au nom même de cette « adhésion de l’âme française » au christianisme, le droit du législateur de faire « entrer [Dieu] dans ses institutions, et, par elles, Lui [ouvrir] l’intimité des consciences »103. Unis l’une à l’autre dans une sorte de nouveau « césaro‑papisme », l’Église et l’État se servaient donc mutuellement. Certes, « l’Idéal » était bien aux yeux du père Desbuquois, l’idéal chrétien, mais en rappelant uniquement les devoirs humains qu’exigeait la foi chrétienne, la dimension « eschatologique » ou « transcendante » du christianisme n’apparaissait plus guère, l’Église devenant ainsi l’alliée mais aussi l’auxiliaire du pouvoir. Le père de Soras, qui se définissait lui‑même comme « un simple aumônier sans mandat », exprimera le mieux cette « dérive » de l’incarnation dans trois articles publiés dans Cité Nouvelle. Il se félicitait d’abord de voir l’Église « répondre à la loyauté du Soldat par une confiance partenaire » Il voyait se dessiner une nouvelle ère faite non pas de « laïcisme », de « cléricalisme » ou d’« étatisme », mais une période de « contact et de respect »104. Dans un deuxième temps, il développa des arguments capables, selon ses propres termes, de convaincre les partisans de l’Action française. Il expliquait alors que

« les exigences de la cité humaine [dépassant] celles de la ruche ou de la fourmilière, on [ne pouvait assurer] le Bien Commun dans une société considérée qu’en créant un climat de vie spirituelle collective, où chaque âme trouvera respiration et inspiration »

71Le père de Soras résumait le « double devoir de contact et de respect mutuel » entre l’Église et l’État en écrivant que « sans l’Église, le Bien Commun s’amortit faute de spiritualité ; sans l’État le Bien Commun se désagrège faute de structure ». Après avoir affirmé que « I’Église est aujourd’hui l’Hôtel‑Dieu où la France doit, sous peine de mort, aller faire panser ses forces morales exténuées », il expliquait que « pour être elle-même, l’Église doit composer avec l’État, car le salut que le Christ a inauguré et qu’elle achève, est [...] en forme d’incarnation » Un salut dont

« les traits, à la fois mystiques historiques d’une insertion de Dieu dans l’homme, d’une invasion de l’Éternel dans le temporel. Porteuse de ce Dieu descendant, de la vérité incarnée, de l’Esprit envahissant [...] l’Église [devait] rencontrer partout le temporel pour le féconder, en y déposant sans cesse son fardeau de vie divine ».

72Dans un passage qui avait effectivement de quoi contenter plus d’un militant de l’Action française, le père de Soras écrivait que l’État, qui n’a pas dans sa « compétence » le « même rôle mystique »que l’Église, devait,

  • 105 A. de Soras, « La rencontre de l’État et de l’Église dans le service de la France », n°20, 25 novem (...)

« s’il veut que ses calculs d’ingénieur de la Société et de la Cité aboutissement totalement [...] laisser libre et même favoriser la visée des étoiles [car] des citoyens sans idéal [...] sont des citoyens qui pensent petit, [qui] n’ont aucune raison de s’engager, de travailler, de mourir »105.

  • 106 Les mouvements de jeunesse de l’Action catholique avaient déjà expérimenté cette « mixité ». D’Albe (...)

73Au sujet des mouvements de jeunesse que Vichy voulait regrouper dans une organisation unique, le père de Soras défendait les organisations catholiques en démontrant que le domaine de l’éducation ressortait d’un « service mixte »106 dans lequel Église et État se rencontraient pour un service commun de la France. Il assurait que « le pouvoir établi » pouvait « être sûr d’avance », « à moins qu’il ne vienne lui‑même à trahir de façon évidente les exigences du Bien Commun », du loyalisme de l’Église à son endroit. Pour « le simple aumônier sans mandat » Alfred de Soras, la collaboration de l’Église et de l’État succédant aux luttes anticléricales devait d’ailleurs aboutir à un concordat. Le père de Soras le décrivait comme « la conciliation parfaite si longtemps attendue, si ardemment désirée ».

  • 107 . G. Desbuquois, « Le concordat portugais, rénovation nationale », n°14, 25 juillet 1941.
  • 108 Sur ce sujet, voir F. Delpech, « Le projet de concordat de l’été 1940 », Églises et chrétiens dans (...)

74En cela, il ne faisait d’ailleurs que partager l’espoir caressé par Gustave Desbuquois. En juillet 1941, le directeur de la revue était en effet sorti de sa réserve pour défendre, à partir de l’exemple du Portugal récemment signataire d’un concordat avec le Vatican, l’idée d’une nouvelle entente entre Rome et la « fille aînée de l’Église »107. Mais Pie XII ne partageant pas l’opinion des Catholiques français et étant même plutôt réticent vis‑à‑vis des avances de Vichy, le rêve concordataire exprimé dans Cité Nouvelle devait rapidement s’évanouir108. Ceci d’autant plus vite que les illusions commençaient à tomber.

  • 109 P. Doncœur, « L’engagement, dialectique de la conscience civique », n°21, 10 décembre 1941. Cf. B. (...)
  • 110 A. de Soras, « Action catholique et action temporelle dans la France d’aujourd’hui », n°7, 10 avril (...)

75Devant la menace que représentait un flottement dans l’engagement des Catholiques envers Vichy, le père Doncœur intervint pour rappeler le devoir du chrétien en la matière. Si l’opposition du chrétien à un régime politique devenait un devoir dès lors que ses entreprises devenaient mauvaises, le chrétien devait absolument s’engager pour soutenir une politique dont les buts au moins étaient louables. En 1941, tandis que le maréchal Pétain s’était engagé dans une « entreprise impure » mais substantiellement « juste et noble »109, Paul Doncœur estimait que tout homme refusant de s’engager en faveur de la « Révolution nationale » devenait un « objecteur de conscience aveuglé ». Le propos ne devait pas manquer de laisser des traces. Avec la phrase du père de Soras, « pour être elle‑même l’Église doit composer avec l’État », le devoir « d’engagement » tel qu’il était proclamé par le père Doncœur constituait finalement un lourd tribut payé à la « loi d’incarnation ». Car même s’il s’agissait pour le père de Soras de concéder en espérant mieux convaincre, la « vocation complémentaire »110 de l’Église comme « l’engagement » pratiquement inconditionnel du père Doncœur en faveur d’un gouvernement autoritaire, prenait aux yeux de certains l’allure d’une grave compromission du spirituel avec le temporel, d’un amoindrissement de l’eschatologie au seul profit de l’incarnation.

76Ce que certains n’hésitaient pas à considérer comme une dérive devait immanquablement provoquer une vive réaction dans un sens opposé. Orchestrée par les tenants d’une résistance justement qualifiée de « spirituelle », la riposte devait gagner rapidement les pages de Cité Nouvelle. Ceci d’autant plus vite que passé le temps des « concordances », les doutes manifestés dès la fin de l’année 1941 devaient se transformer quelques mois plus tard en de véritables résistances.

Des doutes aux résistances

  • 111 Constitutions, Partie VI, chapitre 1, 547.

« Chacun doit être convaincu que quiconque vit dans l’obéissance doit se laisser guider et diriger par la divine Providence, avec l’intermédiaire de ses supérieurs comme s’il était un cadavre qu’on peut transporter n’importe où et traiter n’importe comment, tel encore le bâton du vieillard qui sert partout à tout usage »111.

77Ce passage du texte des Constitutions rédigées par Ignace de Loyola a été souvent repris et commenté, notamment à cause de la formule perinde ac cadaver, « comme un cadavre ». Il a souvent servi à démontrer que le devoir d’obéissance dans la Compagnie était total et qu’il ne souffrait aucune transgression à l’intérieur d’un ordre quasi‑militaire. Malgré ce devoir d’obéissance totale, quelques jésuites trouvèrent durant l’hiver 1941‑1942 une issue au débat de conscience qu’avait ouvert l’acte d’autorité du père de Boynes imposant à tous les pères et frères de la Compagnie l’obéissance au régime de Vichy. Si tous, loin s’en faut, n’avaient pas choisi l’expression libre permise par la presse clandestine, beaucoup en tout cas doutaient de la capacité du « pouvoir établi » à œuvrer pour la rechristianisation de la France. Pour Cité Nouvelle aussi, l’année 1942 devait donc être le « tournant de la guerre » au regard de son adhésion au programme de la Révolution nationale. à l’orée de cette année l’enthousiasme maréchaliste s’estompait en effet tandis que les premières résistances au régime s’ébauchaient peu à peu.

La critique du père Dillard

  • 112 V. Dillard, « Vichy 1941, essai de psychanalyse spirituelle », n°22, 25 décembre 1941.

78L’enthousiasme des premiers mois de l’année 1941 subsistait encore dans les pages de Cité Nouvelle à l’état de traces quand le père Victor Dillard, décidément peu conformiste, commença à critiquer la lenteur des réformes du gouvernement. Puis, peu à peu, cette impatience se mua en une critique de fond de la politique économique de l’État français. Évidemment, les attaques se gardaient d’être frontales. Pour le père Dillard, la source des difficultés que continuait à traverser le pays c’était l’inertie et le manque d’ambition des fonctionnaires de l’administration vichyssoise souffrant de « ce manque d’aération intellectuelle, particulier au climat vichyssois ». à cause de « l’étroitesse d’envergure de certaines réformes » la Révolution nationale restait selon le père Dillard encore à faire. Mais hélas, à l’heure où « beaucoup de travail [restait] à faire », « monsieur Lebureau » laissait « inlassablement les mêmes dossiers sans décisions » et cherchait « à se couvrir contre les responsabilités dangereuses » et « à se ménager les traditionnelles possibilités de désaveu »112. Évidemment, le père Dillard contrebalançait sa critique par un nouvel acte d’allégeance envers le Maréchal, personnage intouchable qui ne pouvait être mis en cause.

« Devant cette figure de chef, ce calme simple, cette lucidité totale, cette humilité de l’homme en qui l’on ne saurait discerner l’esquisse même d’un bluff […] la volonté de service total pour lui n’a pas besoin pour être justifiée d’une aveugle mentalité d’esclave, mais peut être la décision raisonnée d’une générosité clairvoyante et libre ».

  • 113 V. Dillard, « Chronique économique : l’action économique en France depuis l’armistice », n°25, 10 f (...)

79Mais avec ce maréchalisme réaffirmé, le père Dillard réclamait une liberté d’expression et de critique toute nouvelle. Parce qu’il lui fallait désormais hausser un peu plus le ton pour ne plus désigner par sa critique la seule administration vichyssoise. Plus précis, le père Dillard analysait le fond de la politique économique de Vichy et déplorait désormais le manque d’audace de ses dirigeants. Au début de 1942, il profita donc d’un compte‑rendu de l’ouvrage du ministre de l’économie François Bouthillier, L’action économique de la France depuis l’armistice, pour reprocher à Vichy, qui pourtant l’avait annoncé et l’annonçait toujours, de n’avoir toujours pas rompu clairement avec le capitalisme113.

  • 114 Dans le premier numéro de Cité Nouvelle, le père Dillard avait reproché aux marins de Vichy de fair (...)

80Personnalité originale au fort tempérament, le père Dillard ne devait pas en rester aux seules critiques à mots couverts parues dans Cité Nouvelle. Résidant à Vichy, il était ainsi bien placé pour scandaliser les parterres de fonctionnaires vichyssois venus l’entendre à l’occasion de ses sermons. C’était lui déjà qui avait invité le père Fessard à prononcer une conférence remarquée sur « le sens de l’histoire ». Ce fut lui qui, un an plus tard, lança une exhortation semblable à celle de décembre 1940 quand Gaston Fessard renvoyait dos‑à‑dos nazisme et communisme. Ses propos irritaient déjà sérieusement certains membres du gouvernement quand, le 1er février 1942, Victor Dillard s’interrogea publiquement : « La France peut‑elle être sauvée du communisme par un autre paganisme ? »114. Une telle harangue qui visait clairement les nazis devait, prononcée au cœur même de Vichy, valoir au père Dillard en même temps que les menaces de la presse collaborationniste parisienne, l’hommage de la radio de Londres pour qui il devint « le seul homme courageux de Vichy ». Mais auprès des fonctionnaires de l’administration de Vichy, le père Dillard perdait bel et bien tout crédit tandis que l’équipe dirigée par le père Desbuquois devenait suspecte aux yeux du gouvernement. Mais loin de se décourager, le père Dillard qui n’avait pu obtenir des services de la censure la parution du texte du père de Lubac, Défense du Christ et de la Bible, mettant en lumière les racines juives du christianisme, décida de protester publiquement contre l’antisémitisme et les mesures prises contre les Juifs en France. Conscient d’un silence catholique lourd de conséquences sur cette question il prit la parole... en chaire tandis que Cité Nouvelle se désintéressait encore, ou à peu près, de la question.

Cité Nouvelle et la persécution des Juifs

  • 115 Construire de son côté avait publié dans son premier numéro un article non signé intitulé « Algérie (...)
  • 116 « Regards sur le monde », n°7, 10 avril 1941.
  • 117 M. R. Marrus, R. O. Paxton, Vichy et les juifs, Calmann‑Lévy, 1981, réédition Le Livre de Poche, 19 (...)

81De même qu’elle n’avait jamais rien imprimé dans ses pages pour approuver la collaboration de Vichy avec le vainqueur nazi, Cité Nouvelle n’avait jamais approuvé ni défendu l’antisémitisme de « l’État français ». En quatre années et soixante et onze numéros, la revue n’aura en fait presque rien dit de clair et de direct sur la question. Tout au plus trois mentions, discrètes encore, ont‑elles pu retenir l’attention d’un lecteur contemporain perspicace. C’est le 10 avril 1941, soit presque quatre mois après son lancement, que Cité Nouvelle avait évoqué pour la première fois la persécution des Juifs115. A travers le panorama de la situation internationale que dressait la chronique « Regards sur le monde », quelques lignes évoquaient « la politique raciale en Pologne » et les « juifs rassemblés en ghettos et séparés du reste de la population »116. Rien de plus. Sur la situation en France, où depuis le 3 octobre 1940 « l’État français » avait promulgué la « Loi portant statut des juifs », Cité Nouvelle ne disait rien. Mais contre l’avis des historiens Marrus et Paxton pour qui le silence des Catholiques s’explique par le fait que « peu d’hommes d’Église avaient quelque chose à dire »117 sur les juifs, Cité Nouvelle offre le témoignage du contraire. En effet, mais ce constat est aussi vrai pour la hiérarchie catholique qui avait choisi de ne pas protester publiquement, il s’est en fait agi, sur ce sujet comme sur bien d’autres, d’un choix personnel du père Desbuquois.

  • 118 Xavier de Montclos, Les chrétiens face au nazisme et au stalinisme, L’épreuve totalitaire, 1939-194 (...)
  • 119 Dans sa lettre du 12 décembre 1941, V. Dillard écrivait à H. de Lubac qu’« il serait bon que le Car (...)
  • 120 Au cardinal Gerlier qui l’avait consulté pour connaître son avis sur une étude consacrée au « judaï (...)
  • 121 P. Droulers, op. cit., p. 357.
  • 122 « Ch. V. f. », n°8, 25 avril 1941.

82à propos de la politique nazie en Pologne, Cité Nouvelle se faisait l’écho de l’une des émissions que Radio Vatican, depuis sa plus célèbre le 21 janvier 1940118, avait consacré à la situation polonaise à partir de septembre 1939. Mais si Gustave Desbuquois avait laissé diffuser l’information émise par Radio Vatican, et dès lors qu’il s’agissait de la situation française, le directeur de l’Action populaire considérait sans doute que les critiques portant sur l’antisémitisme d’État ne feraient qu’« importuner » le Maréchal. Par la volonté expresse du père Desbuquois l’information n’eut donc même pas à passer le barrage de la censure. Et même si elle suscita un débat au sein de la rédaction, l’information se trouva interdite dans Cité Nouvelle. Ainsi, et peut‑être après la promulgation de la loi du 3 octobre 1940 mais plus vraisemblablement au cours du premier semestre 1941, le père Dillard avait proposé à son supérieur, le père Desbuquois, de faire paraître dans l’une des revues de « Pays de France », une protestation contre ce qu’il jugeait être une mesure inacceptable119. Mais Gustave Desbuquois n’accéda pas à cette demande, non pas qu’il ait été antisémite120 mais parce qu’il ne voulait rien faire qui puisse porter atteinte à l’autorité du Maréchal, toute attaque visant Philippe Pétain constituant selon lui, un acte « non‑national »121. Aussi est‑ce à cause de la volonté personnelle de son directeur, que Cité Nouvelle n’aborda guère l’antisémitisme vichyssois autrement qu’avec l’idée de mesures certes regrettables mais conformes à l’esprit du temps. Ainsi, dans le numéro du 25 avril 1941, les lecteurs purent‑ils lire qu’un « commissariat général aux questions juives » avait été institué122. Donnée sans commentaire, cette information devait cependant trouver trois mois plus tard un écho avec le compte‑rendu par la revue de l’ex‑Action populaire de la « loi du 15 juin 1941 ». S’agissant en fait de la loi du 2 juin 1941 révisant le premier statut des juifs du 3 octobre 1940, la Rédaction de Cité Nouvelle écrivait alors que

« les juifs avaient évidemment à craindre des mesures d’exceptions promulguées par d’autres états déjà. En France, en zone occupée d’abord puis depuis le 3 octobre 1940, un statut des juifs [avait] été mis en place ».

  • 123 « Ch. V. f», n°14, 25 juillet 1941.

83Pour les jésuites qui rédigèrent la « Chronique de la vie française », la nouvelle loi, dans laquelle « le facteur racial joue en fonction du facteur confessionnel », rétablissait l’équilibre dans les professions et les milieux où le pourcentage des juifs est « en disproportion criante avec ce qui revient de droit à la population autochtone ». Piégée par la propagande officielle, Cité Nouvelle faisait cependant remarquer que si la loi devait être « appliquée sans discrimination, elle [risquait] de frapper des familles honorables et méritantes ». Aussi disait‑elle aussitôt son « espoir de laisser à ces familles les moyens de vivre honnêtement ». Elle concluait que la « solution au problème juif est reportée à la fin de la guerre par le commissariat aux questions juives »123.

  • 124 En fait l’« Union générale des juifs de France »
  • 125 « Ch. V. f », n°24, 25 janvier 1942.

84En espérant que les mesures ne seraient pas appliquées avec trop de rigueur, les rédacteurs de la revue considéraient qu’il s’agissait là d’une contrainte passagère, d’un « moindre mal » à une époque où les Juifs suscitaient, une fois encore, l’hostilité contre eux‑mêmes. Mais même si le père Dillard tenta bien de bousculer l’apathie de ses confrères, Cité Nouvelle n’en resta pas moins très timorée face à l’antisémitisme vichyssois, traitant avec légèreté, pour ne pas dire avec une inconscience coupable, l’accumulation des mesures contre les Juifs. Durant l’hiver 1941‑1942, quand le père Dillard commençait à douter de la sincérité de Vichy et qu’il s’impatientait en constatant la torpeur des autorités ecclésiastiques au sujet de l’antisémitisme, Cité Nouvelle rendait ainsi compte, sur le mode badin, des événements survenus en zone nord. Le 12 décembre, les allemands qui avaient déjà fusillé, les 22 et 23 novembre, 98 personnes, dont 27 à Chateaubriant, en représailles de l’attentat perpétré métro Barbès à Paris contre l’aspirant Moser, arrêtèrent 750 personnalités juives de nationalité française pour les sommer de payer une lourde amende. Expliquant qu’il s’agissait là de sanctions prises à la suite des attentats, Cité Nouvelle rapporta simplement que « les juifs frappés d’une amende d’un milliard de francs » étaient des « juifs, en bloc solidaires, de la zone occupée » Avant de conclure qu’ « il y [avait] eu aussi contre certains d’entre eux, notables, d’autres sanctions », et que « l’Union des Israëlites de France »124 était responsable de la collecte et du versement de l’amende, les auteurs de la chronique crurent bon d’ajouter ce commentaire lapidaire : « plaie d’argent... dit le proverbe »125.

85Certes, de tels propos furent rares dans la revue. Et un lecteur perspicace pouvait aussi les mettre en balance avec ce que le père de Lubac avait écrit dans son « Explication chrétienne de notre temps » quand, pour défendre les origines juives du christianisme, il parlait d’une religion du «Père révélé, à Abraham, à Moïse et aux Prophètes ». Pourtant, sans être antisémite, Cité Nouvelle prenait au moins le risque, et ce jusqu’en juin 1942, de ne pas paraître défavorable à l’antisémitisme ambiant. Mais si sur ce sujet l’ambiguïté n’était pas encore levée durant l’hiver 1941‑1942, c’est en partie à cause de la véritable ambivalence de Cité Nouvelle, revue désormais partagée entre l’obéissance au Maréchal et des doutes de plus en plus grands vis‑à‑vis du gouvernement.

L’ambivalence de Cité Nouvelle

  • 126 P. Doncœur, « Péguy et la Révolution », n°24, 25 janvier 1942, « Produire... d’abord des Français » (...)
  • 127 P. Doncœur, « Péguy et la Révolution », n°24, 25 janvier 1942.
  • 128 P. Doncœur, Péguy, La Révolution et le sacré, L’Orante, 1942. Paru en avril, l’ouvrage suscita auss (...)

86Avec les premiers doutes du père Dillard sur la politique économique du gouvernement et l’exposé par le père Doncœur du sens de « l’engagement chrétien », la revue semblait prendre ses distances par rapport à Vichy tout en continuant à proclamer son soutien au Maréchal et à sa politique. Rétrospectivement pourtant, cette époque était celle des derniers flamboiements du rêve de restauration chrétienne grâce à Vichy. L’illustration presque parfaite de ces derniers beaux jours est fournie par les articles de Paul Doncœur126. Et parmi ces textes, celui intitulé « Péguy et la Révolution » devait même susciter une vive polémique. En effet, le père Doncœur s’attachait à démontrer que derrière l’expérience de Vichy, c’était la révolution mystique prônée jadis par Charles Péguy qui s’opérait. Grâce à « la Révolution nationale [qui] n’a pas de fin plus essentielle que de restaurer dans notre peuple le sens et le respect du sacré »127 la France pouvait construire, ou reconstruire si comme le père Doncœur, on se référait à un Moyen‑Âge idéal, une cité chrétienne où, d’après l’expression de Claudel, « plus rien ne serait profane, tout serait saint, tout serait consacré à Dieu ». Annonciateur des grandes lignes du Péguy, la Révolution et le Sacré128 à paraître trois mois plus tard, l’article fut aussi l’amorce d’une vague de critiques contre les propos du père Doncœur à qui, au-delà même d’un désaccord sur la conception péguyste du sacré, il était reproché l’idée que la Révolution nationale pouvait préfigurer la « révolution chrétienne ». Du côté catholique en effet, on était désormais bien loin de l’enthousiasme des premiers mois succédant à la défaite. En avril 1942, loin de diminuer, cette prudence devait même être confortée par le retour de Pierre Laval au pouvoir.

Du retour de Pierre Laval à la fin des «concordances »

87Au printemps 1942, le soutien critique à Vichy, déjà bien sensible chez certains dont Victor Dillard, gagna encore du terrain pour atteindre à peu près tous les rédacteurs de Cité Nouvelle.

  • 129 Stanislas Fumet dira plus tard comment des « gaullistes dès le départ » comme Claudel ont cru longt (...)
  • 130 En mai 1942, les jésuites conclurent qu’il « ne peut être question, semble-t‑il, de renoncer à Cité (...)

88Comme la majorité des Français, les jésuites voyaient en Pierre Laval un homme dont il fallait se méfier. D’abord à cause de son passé, puisqu’il apparaissait comme un « politicien » lié à la défunte Troisième République dont il avait gardé le goût et l’habitude des manœuvres politiciennes. Mais son rejet était aussi le fait de son attitude depuis la défaite. Vu comme un partisan résolu de la collaboration avec l’Allemagne, il était pour les « patriotes » le symbole du traître pactisant avec l’ennemi. Son enthousiasme semblait d’ailleurs tel qu’il faisait apparaître le Maréchal comme beaucoup plus réservé quant au rapprochement avec le vainqueur nazi. Aussi, cette différence entre les deux hommes accréditait, en la renforçant, l’idée d’un double jeu de Philippe Pétain avec les Allemands. Partant de cette idée, certains allaient jusqu’à nourrir le secret espoir d’une « entente » Pétain‑de Gaulle129. Cette illusion, promise à une belle postérité, avait grandi à partir du 13 décembre 1940, jour où la destitution par Philippe Pétain de Pierre Laval avait paru confirmer le désaveu par le Maréchal de la politique de collaboration de son « dauphin ». Mais en plus de toutes ces préventions envers l’homme et sa politique, le père Desbuquois avait, dès 1940 et ses premiers contacts avec lui, jugé Pierre Laval cynique, sans scrupules et, plus grave encore aux yeux du directeur de l’Action populaire, incapable d’apprécier convenablement la « question religieuse ». A cause de tout cela, les jésuites craignaient son hostilité, réelle ou supposée, à l’œuvre de restauration chrétienne que représentait à leurs yeux la Révolution nationale. La crainte avait d’ailleurs été si forte, que les membres de « Pays de France » avaient été tentés par l’idée de renoncer à la publication de Cité Nouvelle.130 Encouragés par leurs supérieurs, les rédacteurs de la revue décidèrent malgré tout de poursuivre, mais avec davantage d’esprit critique et une vigilance accrue en regard des exigences de la Révolution nationale, leur politique de « présence ».

  • 131 «Ch. V. F », n°32, 25 mai 1942.

89Le premier désaveu, timide mais clair, devait d’ailleurs venir de l’Acte constitutionnel n°11 grâce auquel Pierre Laval prenait le titre de « chef du gouvernement ». Pour la rédaction de Cité Nouvelle, le recours à un décret plutôt qu’à une loi constitutionnelle posait un grave problème. En effet, cette nouvelle situation où, sans lien direct, « les fonctions de chef de l’État et de chef du gouvernement [étaient désormais] disjointes », n’était pas conforme à « l’esprit » de juillet 1940, époque à laquelle le pouvoir constituant n’avait été délégué « qu’au Maréchal Pétain »131.

90Mais les jésuites avaient une autre raison de désapprouver Pierre Laval. Pour eux, la suspension du procès de Riom qui devait juger les responsables de la défaite française et permettre l’examen des causes profondes de cette catastrophe, n’augurait rien de bon pour la Révolution nationale. Car renoncer à un procès visant à condamner les erreurs passées de la Troisième République, c’était abandonner la justification première des efforts de rénovation nationale entreprise pour surmonter les fautes d’hier. Inquiète, Cité Nouvelle cherchait à se persuader du caractère temporaire de la suspension. Pour elle, seule la crise gouvernementale avait pu en être la cause. En effet, comment de tels débats qui avaient déjà

  • 132 Idem.

« mis en lumière cette vérité de fait, qu’un pays ne s’abandonne pas impunément, surtout à certaines époques, à des expériences politiques et sociales en disharmonie avec ses traditions, en rupture avec les valeurs morales vitales »132

  • 133 « Ch. V. F. », n°32, 25 mai 1942. Le juriste Auguste Rivet consacrera deux articles dans les n°32 d (...)

91pouvaient‑ils être ajournés ? Comment pouvait‑on enrayer un processus de rénovation dont les fruits les plus visibles, la revue se plaisait à le rappeler, étaient l’« opportune reconnaissance » des « valeurs morales vitales » ? Les pères de l’ex-Action populaire ne pouvaient imaginer l’abandon d’une politique qui, malgré quelques retards, avaient produit d’excellentes réalisations. Le 1er mai par exemple, « débarrassé de ses agitations tumultueuses de jadis » était, grâce à Vichy, devenu la fête du travail et de la concorde sociale. Sur la question religieuse cette fois, la loi du 8 avril 1942 modifiant celle du 1er juillet 1901 sur les congrégations religieuses n’était‑elle pas « une réparation, même partielle, d’une grande injustice » à l’encontre de l’Église133 ? Pourquoi dès lors la France aurait‑elle dû s’arrêter en si bon chemin ?

  • 134 A. Desqueyrat, « Esprit des concordats récents », n°28, 25 mars 1942.

92Derrière cet optimisme un peu forcé, Cité Nouvelle sentait bien que, l’enthousiasme d’hier étant définitivement révolu, l’espoir d’une rénovation morale « politique » devait être abandonné. Significatif de ce constat amer, devait être, en mai 1942, le texte dans lequel André Desqueyrat enterrait définitivement, par des propos sibyllins, tout projet de concordat en critiquant l’attitude du gouvernement. Moins d’un mois après les espoirs formulés dans ce sens par les pères Desbuquois et de Soras, André Desqueyrat tirait l’enseignement de « L’esprit des concordats récents » en utilisant la métaphore d’une parabole évangélique où un homme avait donné à l’un et à l’autre de ses fils le même ordre. Alors que le premier n’avait pas obtempéré malgré sa promesse, le second, qui avait annoncé son refus d’obéir, l’avait tout de même exécuté. Pour le père Desqueyrat qui écrivait, « on sait lequel des deux fut l’obéissant »134, il était clair qu’il ne suffisait pas à un État de se dire « chrétien » ou même respectueux des valeurs chrétiennes pour l’être vraiment. Le propos d’André Desqueyrat devait cependant apparaître bien timide aux yeux des lecteurs qui, un mois plus tard, lurent le texte audacieux du père Jean Roche. Celui‑ci, en effet, faisait voler en éclat les résidus de discours pénitentiel et résigné et rappelait les motifs d’après lesquels les raisons d’espérer en l’avenir de la France étaient tout à fait sérieuses. N’hésitant pas au passage à reprendre l’image vétéro‑testamentaire du « peuple élu » d’Israël éprouvé par d’« humiliantes défaites » mais toujours porté à voir dans ses épreuves « le sens des ambitions fondées sur eux par Yahweh », le père Roche dénonçait avec vigueur le sentiment de « résignation ». Critiquant même l’idée de la défaite comme conséquence d’une décadence, il fustigeait les « étrangers envieux, détracteurs de la France, et [les] défaitistes de chez nous » ; renvoyant dos‑à‑dos, les uns « à leurs projets de violence », les autres « à leur discussion d’impuissance sénile ». Reconnaissant que le chrétien devait être, comme « meilleur citoyen de son pays », au service de l’œuvre de « Rénovation nationale », le père Roche expliquait que la France devait pour assumer sa « mission spirituelle » recouvrer une « certaine grandeur matérielle », non pas pour accéder à une « évasion du monde ou à un recroquevillement sur soi » mais pour parvenir « à plus de vitalité » et même retrouver un esprit de « conquête ». Adversaire résolu du nazisme et ennemi des persécutions antisémites, il rappelait que la morale des sociétés ne pouvant différer de la morale des individus, les États ne devaient pas « abuser de leur force, écraser, réduire en esclavage les plus petits et les plus faibles ». Au nom du respect dû à Dieu au travers du respect manifesté à tout autre être humain, le père affirmait que

« les tyrannies économiques, sociales ou politiques, tous les paganismes antiques et modernes, nationaux ou internationaux [étaient] des formes de gouvernement et de commandement vouées tôt ou tard à l’échec »

  • 135 J. Roche, « Mission spirituelle de la France », n°32, 25 mai 1942. Les propos du père Roche ne fure (...)

93parce que contraires au dessein même de Dieu dans les sociétés humaines. Après cette dénonciation à peine voilée du nazisme et du communisme, le père Roche définissait ensuite l’enjeu de l’histoire de l’humanité comme « la vraie liberté et le respect de la personne ». En 1942, cet enjeu formidable était pour le père au cœur des combats qui embrasaient le monde. Loin d’être un conflit uniquement militaire, la guerre mondiale était au contraire « un combat acharné pour le respect de la personne humaine dans les individus et dans les peuples ». Mais ce qui donnait selon le père Desqueyrat toute sa valeur au conflit, c’est qu’au-delà même de l’affrontement de deux camps antagonistes formés par Roosevelt et Churchill d’un côté et Hitler et Mussolini de l’autre, le duel des deux tyrannies financière ou militaire avilissant l’une et l’autre la « dignité de l’homme » servait finalement la foi chrétienne. En effet, par leur « indifférence » ou leur « combat » contre les principes chrétiens, l’un et l’autre rendaient un hommage « sincère ou hypocrite » à la supériorité du christianisme. Et c’est justement à cause de cette supériorité que la France, élevée depuis quinze siècles par ces valeurs chrétiennes, devait connaître des jours meilleurs. Cela, « malgré l’intérêt qu’ont certaines personnes, chez nous et au dehors, à nous persuader du contraire », écrivait encore le père Roche. Il ajoutait aussi que la France avait jadis « connu des heures plus critiques et de pires désastres ». La France pouvait donc surmonter sa défaite pour peu qu’elle fasse sienne la maxime de Foch : « une armée, un peuple, n’est vaincu que lorsqu’il s’avoue battu... ». Enfin, prêchant l’union des Français, le père Roche appelait tous les catholiques à préparer dans les esprits et les âmes le triomphe et le règne du Christ, fin nécessaire des « Résurrections triomphales du Royaume de Dieu dans le pays de France »135.

  • 136 V. Dillard dénonça dans son sermon du 24 juin l’oppression dont les juifs étaient victimes depuis l (...)

94Malgré l’audace que constituait cette attaque en règle du « fonds de commerce » vichyssois fait d’un discours de résignation et de pénitence, et malgré une condamnation à peine voilée des persécutions nazies, l’article du père Roche put paraître sans que la censure n’altère véritablement son contenu. Qu’il se soit agi là d’une inadvertance ou d’une incompréhension des censeurs, il est en tout cas certain que de tels propos ne faisaient qu’envenimer davantage les relations déjà tendues des jésuites avec le gouvernement. Au printemps 1942, en effet, les membres de la Compagnie commençaient à être regardés avec méfiance par le pouvoir vichyssois depuis que le père Dillard protestait en chaire contre toutes les mesures antisémites136 sans cesser de vitupérer, au cours de ses conférences, les Catholiques « bien pensants ».

95Guidés par la double illusion d’un Maréchal opposé à une Collaboration voulue seulement par Pierre Laval et l’idée d’une non‑responsabilité de Vichy dans les persécutions antisémites, les jésuites voulaient certes prendre leurs distances vis‑à‑vis d’un pouvoir à l’égard duquel ils étaient chaque jour plus critiques, mais ils ne souhaitaient pas pour autant sacrifier à ce désir le souci de l’unité des Français. Partagés entre ces deux exigences et bien conscients des profondes divisions du peuple français, certains jésuites cherchèrent alors à élaborer, loin de tout « maréchalisme », le concept d’un Maréchal avant tout symbole d’unité et de rassemblement. Confirmée voire même accentuée par les dramatiques événements de l’été 1942, cette recherche sonnait bien le glas des derniers rêves de restauration chrétienne à la faveur de la Révolution nationale. En effet, avec l’expression, même censurée dans la presse, de l’indignation que provoquèrent les grandes rafles antijuives de l’été 1942, nombre de jésuites commençaient à s’interroger sur le devoir d’obéissance au régime et à son représentant Philippe Pétain.

Les résistances

  • 137 N°38, 10‑25 septembre 1942.
  • 138 H. de Lagrevol, « Face à la beauté. La réaction de l’homme devant le beau », n°41, 10 novembre 1942 (...)

96En accord avec cette évolution, les rédacteurs s’attachèrent dès lors à souligner, plutôt que les réussites ou même les bonnes orientations de la politique gouvernementale, les problèmes et les difficultés de la conjoncture. C’est à ce même moment, que dans un double mouvement, la revue prit à la fois ses distances vis‑à‑vis du régime et commença à rappeler à ses lecteurs la nécessaire vigilance antinazie. En prenant ses distances, la « revue catholique d’études et d’action » infléchissait sensiblement son contenu éditorial pour privilégier désormais les questions littéraires, philosophiques et religieuses au détriment des questions politiques et sociales. C’est dans cette floraison d’articles littéraires et philosophiques que s’insérèrent les textes de Maurice Rigaux consacrés à Gustave Thibon137, les réflexions d’Henri de Lagrevol sur l’esthétique et celle de Xavier Tilliette sur Mallarmé138. Encouragé sans doute par la censure, cette réorientation fit que les « études » prirent le pas sur « l’action ». Les « concordances » appartenaient au passé et le ton des rédacteurs se faisait critique, ou tout au moins, dans chaque interstice de « liberté », désabusé. Alors qu’elle était, hier encore, attendue avec impatience avant d’être saluée comme une excellente mesure réclamant bien le sacrifice de quelques susceptibilités syndicales, la Charte du Travail elle‑même suscitait de sérieuses critiques. En définitive, Cité Nouvelle donnait raison aux syndicalistes chrétiens opposés à l’idée du syndicat unique et obligatoire prévu par la loi. Certes, reconnaissait Cité Nouvelle,

« on verra dans les jours prochains, comment et jusqu’où jouera la spontanéité sollicitée des travailleurs [et], un peu plus tard, l’expérience dira si ou à quel degré on a eu tort ou raison de sacrifier le vieux pluralisme syndical, même avec son danger de disputes et de surenchères ».

  • 139 « Ch. V. F. », n°40, 25 octobre 1942.
  • 140 A. Desqueyrat, « Chronique sociale : Condition prolétarienne et civilisation », n°44, 25 décembre 1 (...)
  • 141 Idem.
  • 142 Ibidem.
  • 143 « Ch. V. f.», n°42, 25 novembre 1942.
  • 144 « Ch. V. f. », n°44, 25 décembre 1942

97La revue concluait cependant que, sur la question de la représentation des salariés, le choix du gouvernement n’avait pas été très heureux. En effet, « une simple représentation unique » des syndicats n’aurait‑elle pas suffi à « sagement corriger » les défauts du pluralisme ?139 Aux lecteurs qui n’auraient pas bien compris, André Desqueyrat expliquait même un peu plus tard que « la question sociale se [posant] au lendemain de la guerre, le syndicalisme [devrait] subsister » parce qu’il faudrait bien alors « tenir compte des diversités professionnelles et politiques » en faisant sa place à la « nécessité d’une vie spirituelle et morale profonde ». Mais, s’interrogeait‑il en décembre 1942, « qui propose un tel programme ? »140. Mais plus encore que ses erreurs, Cité Nouvelle reprochait à Vichy, évidemment à mots couverts, son échec à préserver la France des conséquences de la guerre. Au contraire, le gouvernement, entravé par la puissance allemande, liait chaque jour un peu plus le pays à l’effort de guerre nazi. Et quoi que pouvait en dire Pierre Laval, la nouvelle loi du 4 septembre 1942 visant à réorganiser le travail avait été une mise à contribution de la France au service de l’Allemagne. Les jésuites ne pouvaient donc que regretter cette loi instaurée comme un « nouveau tribut [à la] guerre en dépendance directe avec les accords conclus par le chef du gouvernement et les autorités d’occupation ». Cette collaboration, conforme aux « points habituels de [la] politique » de Pierre Laval, c’est‑à‑dire invoquée pour permettre le retour des prisonniers et aider « l’Allemagne [à] sauver l’Europe de la loi des Soviets », avait, en vue d’une hypothétique paix future, des conséquences sociales dramatiques. En effet, parce qu’elle ne touchait pas aux salaires à un moment où « nul n’ignore [...] l’inadéquation de plus en plus accusée des salaires réels avec les prix des denrées alimentaires et textiles », cette nouvelle disposition légale constituait, pour un pays déjà durement éprouvé, « une grave menace pour la santé physique et sociale ». Pour les jésuites, définitivement sceptiques et méfiants, la seule triste évidence c’était que « la guerre n’est point close ». Sans conviction, les jésuites prenaient acte de la promesse de Pierre Laval selon laquelle aucune « contrainte violente » ne serait exercée sur les Français à l’occasion de mesures donnant des « facilités pour le volontariat de la relève »141. Ils ne pouvaient que constater l’incapacité du gouvernement face à la dérive d’une économie et de finances d’abord tournées vers l’effort de guerre alors qu’il aurait fallu les orienter vers la satisfaction des besoins civils de consommation. Vichy, « malgré l’armistice »142, non seulement n’empêchait pas les effets douloureux de la guerre sur un pays qu’il prétendait justement préserver de ces atteintes, mais en accablait plus encore la France. À cause des pressions de l’Allemagne, le pays connaissait même les affres d’une grave déchirure de son tissu social. En novembre 1942, Cité Nouvelle le soulignait en évoquant les « remous douloureux au sein de notre classe ouvrière » que commençait à susciter l’accentuation des réquisitions de main-d’œuvre. « Les cœurs s’émeuvent devant la dissociation des familles ouvrières qui seront privées de leurs chefs ; ils s’inquiètent plus encore du sort matériel et moral des ouvriers qui se rendront là‑bas »143 écrivaient les rédacteurs de la revue en trahissant leur inquiétude et celle de l’épiscopat français sur le sort « moral » des ouvriers. Pour la revue, la seule question qui valait désormais d’être posée était celle de savoir comment les masses ouvrières allaient pouvoir être soustraites aux influences antichrétiennes. Et puisque « le mouvement de rénovation politique, social et moral auquel le Maréchal a entraîné le pays »144 était en passe d’être définitivement arrêté, les efforts de rechristianisation devaient maintenant être menés par l’Église avec le seul concours de ses prêtres et de ses fidèles.

Le « mystère » du Maréchal

  • 145 P. Doncœur, « À la lumière du Puy, pour l’étape nouvelle », n°39, 10 octobre 1942. Dans un article (...)
  • 146 P. Laborie, « 1942 et le sort des juifs, Quel tournant dans l’opinion », Annales ESC, mai‑juin 1993 (...)
  • 147 R. Bédarida a fait remarquer que Pierre Chaillet lui‑même ne voyait dans les mesures antisémites de (...)
  • 148 Dans le numéro 39 de Cité Nouvelle du 10 octobre 1942, un certain Michel Gory (pseudonyme de M. Rig (...)
  • 149 En septembre 1942, Victor Dillard écrit à son frère que « créer la division chez nous c’est peut êt (...)

98À l’automne 1942, tandis que le père Doncœur restait encore enthousiaste, le pèlerinage du Puy marquant pour lui une étape nouvelle dans le redressement de la France entamé à la faveur de la « Révolution nationale »145, la Rédaction de Cité Nouvelle se divisa encore un peu plus146. Car s’il était clair pour tous les rédacteurs que ce qui se passait en France était inadmissible, pour beaucoup d’entre eux le gouvernement n’en était qu’en partie responsable du fait de la pression allemande147. Comme le gouvernement de Pierre Laval avait perdu tout crédit auprès des jésuites, le Maréchal restait donc, mais du fait surtout de sa fonction à l’heure où le « maréchalisme » n’était plus de saison148, le seul symbole possible de l’unité du pays. Sans doute, Gustave Desbuquois partageait‑il ce point de vue avec le père Doncœur. Mais l’un et l’autre le doublaient sans doute encore d’une sincère vénération pour le héros de la Grande guerre. Victor Dillard en revanche était désormais plus réservé, considérant d’abord le Maréchal comme le garant de l’unité nationale149, et prêt à rejoindre le camp de ceux qui, comme les pères Desqueyrat et Roche, n’avaient jamais brillé par leur enthousiasme pour Philippe Pétain. Pour ces derniers, depuis longtemps tournés vers le général de Gaulle et les alliés, il était clair que le salut de la France, évidemment lié au respect des exigences chrétiennes, ne passait ni par la « Révolution nationale », ni même par le Maréchal quel que soit son statut.

99Au terme de l’année 1942, ce fut le père Dillard qui tenta la synthèse de ces deux visions en dressant le bilan de la politique de Vichy depuis juin 1940. En mettant Philippe Pétain hors de cause, il expliquait que si le Maréchal « n’a pu réaliser son programme, c’est que les moyens d’exécution lui ont manqué ». Faute d’avoir pu trouver d’autres hommes que des « bien‑pensants » certes « bien intentionnés » mais hélas seulement « respectueux de l’Église et de ses observances extérieures, partisans de l’ordre et férus de politique plus que de spirituel », Vichy n’avait donc pu mener à bien une politique que l’Église était pourtant prête à soutenir. Prenant acte de cet échec flagrant, le père Dillard ne voyait plus d’autre espoir que de s’en remettre au Maréchal. Non pas pour lui vouer un nouveau culte, mais pour retrouver à travers le symbole de sa fonction, un facteur d’unité entre les Français.

  • 150 V. Dillard, « Vichy 1942, le mystère du maréchal (1) », n°45, 10 janvier 1943. L’article se présent (...)

« Le prestige [du maréchal] n’est pas d’ordre politique ni même militaire : il est d’ordre culturel. Le maréchal incarne la France en ce qu’il continue ses traditions de lucidité et de tenue morale […] C’est mal le comprendre et c’est lui faire injure que de vouloir l’admirer comme un diplomate retors ou le vénérer comme un bouddha stupide »150

  • 151 Idem.
  • 152 Diffusé sous forme de tract durant l’année 1942, le texte du père Fessard stipulait ceci : dès lors (...)

écrivait‑il pour définir le « mystère du maréchal ». « Le maréchal silencieux reste un principe français, dont le prestige est fait du symbolisme fidèle par lequel il représente la continuité française ». En dévoilant ce « mystère », le père Dillard réaffirmait l’indissociable communauté de destin du christianisme et de la France. Pour lui, « les seuls liens invisibles qui donnent à cette unité frêle sa solidité sont les liens du christianisme éternel. [...] Partout le Christ seul tient la France »151. Défendre l’un c’était donc défendre l’autre. Ceci à l’heure même où le père Dillard reconnaissait implicitement l’inanité du pouvoir du Maréchal, « Prince esclave »152 décrit par le père Fessard dans ses écrits clandestins. Prisonnier des allemands, Philippe Pétain n’était donc plus, pour le père Dillard, qu’un signe, tout au plus l’image symbolique d’une France chrétienne défendue par les Catholiques. Au même moment, Cité Nouvelle se laissait d’ailleurs tenter en qualifiant l’épopée gaulliste de « mouvement dit de dissidence ».

100En revenant à la définition chrétienne de la France, en optant pour le « mystère » du Maréchal, les jésuites de l’ex‑Action populaire choisissaient de se retirer du champ miné des questions temporelles pour regagner les hautes sphères d’un spirituel ouvertement menacé par l’attaque d’un « paganisme nazi » derrière lequel se profilait l’ombre du « matérialisme athée » communiste.

101Dans le second semestre de l’année 1942, les risques d’une trop grande « incarnation » chrétienne apparaissaient à tous très clairement. Le reflux vers les sources spirituelles du christianisme, vers son « eschatologie » même, qu’entraînait cette prise de conscience, d’autant plus urgent que les menaces se faisaient plus directes, annonçait cependant, à la faveur d’un coup de balancier vers moins d’immanence et plus de transcendance, l’avènement d’un nouveau christianisme.

Vers un nouveau christianisme ?

102En abandonnant, à la fin de l’année 1942, le terrain miné des questions politiques et sociales, Cité Nouvelle orientait désormais ses pages vers les questions proprement religieuses et philosophiques.

103Certes, subsistait le problème de « redonner la Foi au pays », comme l’avait écrit Jean Peyrade dans le numéro du 10 mai 1942. Mais il fallait maintenant aux jésuites chercher les moyens de satisfaire cette ambition ailleurs que du côté de Vichy. L’enthousiasme que Paul Doncœur avait encore manifesté au moment du grand pèlerinage du Puy étant tari, les jésuites de l’Action populaire souhaitaient désormais « rendre à César » ce qui lui appartenait en propre. Certes, le théoricien et spécialiste des questions « État‑Église », Alfred de Soras, n’avait pas encore opéré la synthèse de cette réflexion. Mais même si elle ne devait être publiée qu’à l’automne 1943 sous la forme d’un article intitulé « État chrétien, État pratiquant » où était distingués discours et action, la maturation semblait alors bien avancée. À la fin de l’été 1942, sous l’effet des rafles massives et des déportations de Juifs, la rédaction de Cité Nouvelle basculait toute entière ou presque dans le camp de la « résistance spirituelle ». L’urgence d’une défense du christianisme, menacé par des ennemis rivalisant avec lui, apparaissait clairement.

104Ce « combat spirituel » contre les mystiques anti‑chrétiennes devait, à la faveur d’un retour aux sources du christianisme, aider à la revitalisation d’une foi libérée des pesanteurs terrestres tout en étant plus attentive à l’urgence d’un nouvel apostolat.

La « résistance spirituelle » au nazisme... et au communisme

  • 153 G. Fessard, « Du sens de l’histoire », n°4, 25 février 1941.
  • 154 Le texte intégral de la conférence, « Du sens de l’histoire », se trouve dans l’ouvrage de Gaston F (...)
  • 155 J. Daniélou, « Péguy, poète national », n°10, 25 mai 1941. Cf. Jean Bastaire, « De la situation fai (...)

105Depuis 1940, tous les jésuites n’avaient pas déserté, à cause du mirage de Vichy, le combat antinazi. Loin de taire leur opposition, les premiers combattants de la « résistance spirituelle » avaient pressenti le danger d’un espoir placé dans un gouvernement acceptant de collaborer avec le nazisme. Dès les premiers numéros de Cité Nouvelle, ces « résistants spirituels » profitèrent donc de la tribune offerte par la revue pour continuer à dénoncer le péril nazi et justifier face à lui la valeur du christianisme. Gaston Fessard, encore rédacteur de la revue au commencement de l’année 1941, fut ainsi le premier auteur à signer un texte hostile au nazisme. Son article, en fait le texte considérablement allégé par la censure d’une prédication donnée à Vichy en décembre 1940 sur le « Sens de l’histoire »153, omettait ses propos relatifs à la « mystique de la Race ». Mais même s’il avait fallu remplacer le passage consacré aux « deux mystiques nouvelles : celle de la Race et du Peuple, celle du Travail et de la Société sans Classes » par l’évocation moins sévère des « deux mystiques nouvelles, filles toutes deux de l’idéologie rationaliste »154, les lecteurs familiers de la rhétorique catholique antinazie d’avant‑guerre n’avaient eu aucune peine à saisir le sens véritable du texte du père Fessard. Même isolé et noyé dans la liesse suscitée par le maréchalisme et la « Révolution nationale », ce premier rappel discret du danger nazi n’attendit pas longtemps son écho. Trois mois plus tard, comme le père Fessard qui citait Charles Péguy pour justifier, malgré la difficulté, la vertu d’espérance, Jean Daniélou répondait par son texte, « Péguy, poète national », aux tentatives d’annexion par Vichy du poète d’Orléans en défendant avec Péguy l’image d’une Jeanne d’Arc symbole de la résistance à l’ennemi155. Un mois plus tard, Yves de Montcheuil, théologien jésuite au talent prometteur, portait une attaque plus subtile, non pas contre le national‑socialisme en tant que tel, mais contre la philosophie sur laquelle ce dernier prétendait s’appuyer. Publié dans le numéro de Cité Nouvelle du 25 juin 1941, « Nietzsche et la critique de l’idéal chrétien » se voulait une réponse à un enjeu formidable. Yves de Montcheuil l’annonçait clairement.

« Si le christianisme veut aujourd’hui pouvoir disputer le monde à la postérité spirituelle de Nietzsche, s’il veut compter dans ses rangs des âmes capables de l’imposer à l’admiration des hommes, s’il veut être la source où puiseront ceux qui traceront sa route à l’humanité, il faut qu’il se présente dans sa teneur authentique et dans sa valeur intégrale, comme une religion d’héroïsme et non comme une religion de consolation ».

  • 156 Trois ans plus tard, Yves de Montcheuil qui s’était porté volontaire pour apporter une aide spiritu (...)
  • 157 N°48, 25 février 1943.
  • 158 N° 52, 25 avril 1943.
  • 159 N°59, 15 septembre 1943.
  • 160 N°60, 10 octobre 1943. Le recueil des études du père de Lubac sur l’athéisme contemporain sera publ (...)
  • 161 Les textes du père Coulet, prédicateur à l’occasion des carêmes 1940, 1941 et 1942 avaient été repr (...)

106Pour atteindre cet objectif, l’auteur jésuite démontrait que la recherche par Nietzsche d’un homme surhumain aboutissait, au-delà même d’un échec, à la reconnaissance de la supériorité de l’héroïsme chrétien. Au philosophe allemand qui rejetait la morale chrétienne parce qu’elle était issue d’un christianisme « créateur de valeurs » à partir de l’homme, le père de Montcheuil opposait un idéal chrétien qui, bien loin d’être seulement « une consolation vulgaire » pour des croyants reniant leur humanité, était au contraire une « promotion de l’homme » ou mieux encore, une « vocation à vivre en fils de Dieu dans la condition humaine pleinement acceptée ». Contre Nietzsche qui exhortait l’homme à dépasser sa nature en acceptant l’héroïsme d’une liberté créatrice indépendante de toute volonté divine, Yves de Montcheuil faisait valoir le véritable héroïsme chrétien et au-delà « la vraie grandeur » d’un idéal où le vrai bonheur c’est d’être au plus près de Dieu. « L’homme ne sera pas heureux à cause de ce qu’il aura fait ou subi », « il le sera complètement lorsque [sa] ressemblance [à Dieu] sera devenue parfaite » écrivait le père de Montcheuil en démontrant, face à la critique de Nietzsche, que l’idéal chrétien était lui aussi capable d’amener le croyant au martyre mais pour une plus grande cause. « Celui qui ne commence pas, disait‑il, à être heureux pendant qu’il est persécuté pour la justice, ne recevra pas le bonheur comme récompense d’avoir été persécuté ». Enfin et surtout, l’héroïsme chrétien dépassait largement celui de Nietzsche, tout juste capable de faire appel à l’animalité de l’homme, parce qu’il interdit à l’homme de s’affermir dans une seule vertu au détriment d’une autre, de mépriser tout ou partie de son humanité. Car si « le héros de Nietzsche n’atteint le surhumain qu’en devenant inhumain », à l’inverse, « le saint [se] doit de rester humain » concluait Yves de Montcheuil en affirmant que cette difficulté, même si elle confinait déjà à un véritable héroïsme, n’était rien cependant en regard du gain à espérer. Pour un croyant en effet, « la réussite a un tel prix que rien ne peut l’égaler »156 dès lors que c’est l’espoir du Salut éternel qui couronne sa foi. La démonstration du père de Montcheuil visant à saper les assises sur lesquelles les nazis et leurs émules prétendaient théoriser le national‑socialisme pour mieux flétrir le christianisme devait recevoir, six mois plus tard, le renfort des textes que le père de Lubac commença à publier sur l’athéisme contemporain. À partir de janvier 1942 et son texte intitulé « Nietzsche et Kierkegaard », l’auteur du Catholicisme d’avant‑guerre entamait une riche contribution à un débat philosophique et religieux que Gaston Fessard et Yves de Montcheuil avaient ouvert. Au travers de ses articles sur « Proudhon anticlérical »157, « Vertus proudhoniennes »158, « Dostoievsky prophète », « Faillite de l’athéisme, Les athées de Dostoievsky »159 et « Expérience de l’éternité, La nouvelle naissance de Dostoievsky »160, Henri de Lubac réfutait non seulement les arguments de l’athéisme, qu’il soit de nature individualiste, révolutionnaire ou rationaliste, mais révélait aussi aux lecteurs de Cité Nouvelle l’image d’un christianisme purifié par sa confrontation avec les doctrines athées. Toutefois, et malgré la notoriété du père de Lubac, les réfutations du nazisme et des philosophies antichrétiennes n’avaient encore qu’une portée limitée, bien loin de suffire pour espérer enrôler tous les Catholiques sous l’étendard de la « résistance spirituelle ». Car ce n’est qu’à la fin de l’année 1942 que Cité Nouvelle devait franchement basculer dans le camp de la « résistance spirituelle ». Ainsi, dans sa livraison du 10 décembre, la revue proposait à ses lecteurs des extraits d’un ouvrage à paraître du père Paul Coulet en faisant précéder le texte d’une mise en garde sévère. Pour les rédacteurs, si la recherche des causes du désastre et la définition des conditions du relèvement étaient « un indice rassurant » de la vitalité du pays, « cette effervescence intellectuelle [n’allait] cependant pas sans inconvénients ». Ceci parce que la « mystique nouvelle » proposée par « tous ces guérisseurs » était bien loin d’être « une mystique authentiquement religieuse et chrétienne ». Bien au contraire même, puisque c’était précisément contre le christianisme que « les chercheurs de mystique nouvelle [...] s’insurgeaient avec le plus de violence ». Sans bien sûr les nommer, Cité Nouvelle entendait ainsi riposter aux attaques des tenants parisiens de la Collaboration. Pour ces derniers, qui cherchaient du côté du nazisme le modèle d’un national-socialisme à la française, la faiblesse du christianisme apparaissait en effet évidente face à la mystique nazie de la force. Intitulé « Force et charité », le texte du jésuite Paul Coulet critiquait en fait radicalement le nazisme. Du fait de la notoriété et de l’autorité de son auteur, récemment encore prédicateur enthousiaste de l’obéissance et du soutien des Catholiques à Vichy161, le texte devait avoir une grande force auprès du public. D’autant que les services de la censure laissèrent passer ou ne jugèrent pas bon de corriger des propos pourtant aussi vifs que très explicites. Pour le père Coulet qui s’élevait contre « cet évangile de la Force qu’on essaye d’opposer à l’Évangile de la bonté », « il y a force et force ». Si, du côté du christianisme, la force « devient une vertu quand elle est mise au service du bien véritable, le bien commun », en revanche, pour les « défenseurs de la force d’aujourd’hui », la distinction entre bien et mal est « arbitraire et factice ». Parce que « l’essentiel pour eux est de réussir ; le bien c’est le succès et le mal l’échec auquel on peut aboutir ». Pour Paul Coulet, une telle conception était éminemment dangereuse puisqu’elle aboutissait à la « négation de tout ordre moral auquel l’homme devrait subordonner son action ». Aussi, et même après avoir précisé qu’il ne souhaitait pas entrer dans la critique de « ce néo‑paganisme », l’auteur jésuite justifiait son apologie du christianisme en écrivant qu’

« il est indispensable de montrer que le reproche [de faiblesse] est injustifié et que la doctrine chrétienne bien comprise sauvegarde et la dignité de l’homme et la vie de la société beaucoup plus efficacement que les doctrines païennes devant lesquelles on demande à la nôtre de s’effacer ».

  • 162 P. Coulet, « Force et charité », n°43, 10 décembre 1942.
  • 163 J. Lucien‑Brun, « Parmi les acteurs du drame. La conception allemande de l’ordre juridique », n°48, (...)
  • 164 H. de Lubac, « Le drame de l’humanisme athée », n°30, 25 avril 1942 ; « Le combat spirituel, christ (...)
  • 165 J. Palois, « Un trait distinctif de l’âme russe », n°31, 10 mai 1942 ; « Pouchkine et le rêve russe (...)
  • 166 V. Dillard, « Chronique économique : le plan Beveridge », n°48, 25 février 1943 ; « Le problème soc (...)
  • 167 Dans son sermon du ler février 1942, Victor Dillard expliquait que si le communisme avait en Russie (...)

107Virulent, il attaquait donc ensuite le nazisme en dénonçant « l’apologie du fauve » et de la « superbe brute blonde en quête de proie et de carnage ». Pour lui, on ne pouvait affirmer « sans sourciller » que ce sont « les races nobles qui ont laissé l’idée de barbare sur toutes traces de leur passage » puisque justement « il n’y a aucune noblesse à laisser l’idée de barbare sur les traces de son passage ». Au contraire même, puisque « se révéler capable d’incendier, de piller, de violer et demassacrer sans remords ne révèle aucune grandeur d’âme particulière » Pour Paul Coulet toujours, si le christianisme prêche lui aussi la force, c’est d’abord dans le respect de la volonté divine. Au nom du principe selon lequel « Dieu seul décide de la vie », il n’était donc « pas possible de se débarrasser des bouches dites inutiles ». Pour conclure, l’auteur jésuite expliquait que les critiques contre la faiblesse du christianisme étaient donc sans objet puisque « la bonté » qu’exige immanquablement le christianisme « n’exclut [pas pour autant] la fermeté ». Aux « chercheurs de mystique », Paul Coulet pour qui « les succès momentanés de la Force ne doivent [d’ailleurs] pas impressionner outre mesure » répliquait qu’« une saine mystique nationale » celle où il est nécessaire d’être « forts » et « bons » tout en se gardant de chercher « le surhumain dans l’humain »162, ne pouvait naître que de la doctrine chrétienne. Après l’article du père Coulet, les critiques antinazies de Cité Nouvelle devaient, malgré l’alourdissement du poids de la censure, se multiplier. Deux mois après le texte du père Coulet, Jean Lucien‑Brun pouvait ainsi écrire que « la race incarnée dans un chef, l’élan vital instinctif et insatiable sont les signes essentiels et originaux de l’hitlérisme qui ne rompt pas la chaîne de la pensée germanique ». Pour les lecteurs de la revue jésuite, il décrivait de façon très claire le danger du « national‑socialisme, formule politique moins conformiste de la Weltanschauung, [qui] consomme le divorce avec la doctrine traditionnelle d’origine romaine et plus encore chrétienne dont il proclame la faillite »163. Fin 1943, c’était au tour du père de Lubac d’écrire, toujours pour réfuter l’idée de la faiblesse du christianisme, que « dans l’état actuel du monde, un christianisme viril et fort doit aller jusqu’à être un christianisme héroïque ». Mais il ajoutait aussitôt que « cette épithète est une qualification, elle ne doit pas être une définition » justement parce que « l’héroïsme » consiste non pas « à délirer sur la vertu de force » mais « à résister avec courage, en face du monde et peut‑être contre soi‑même, aux entraînements et aux séductions d’un faux idéal pour maintenir fièrement, dans leur paradoxale intransigeance, les valeurs chrétiennes menacées et bafouées »164. Fin 1943, le père de Lubac affichait dans Cité Nouvelle, avec cette définition de l’héroïsme, le programme de la « résistance spirituelle » qu’il avait vainement réclamée deux ans auparavant. Mais si tous les rédacteurs de la revue considéraient désormais le combat antinazi comme une priorité, tous ne mêlaient pas de la même façon à cette « résistance » le combat anticommuniste. Même discrets, les articles de Cité Nouvelle n’avaient jamais manqué de rappeler, depuis l’interpellation de Gaston Fessard à Vichy en décembre 1940, le danger de la doctrine communiste, sans toutefois tomber dans l’antibolchévisme de la propagande vichyste et nazie. Victor Dillard devait être finalement, de tous ceux pour qui l’avenir verrait, après l’effondrement du nazisme, la confrontation du christianisme avec la « mystique » marxiste, le plus « engagé » dans ce combat. C’est que depuis 1941, à travers le choc brutal du nazisme et du communisme sur le front de l’Est, le père Dillard considérait que seule une véritable « mystique » pouvait alimenter la farouche résistance des soldats et de la population soviétiques face à l’envahisseur nazi. Partagée entre admiration et crainte, Cité Nouvelle s’était alors intéressée au passé de la Russie dans l’espoir d’y découvrir les causes de la force soviétique. De quelques articles sur l’URSS parus dès les débuts de la revue, les jésuites passèrent à partir de 1942 à l’analyse de la Russie. Avec les articles de Jean Palois consacrés à l’« âme russe » ou de Pierre Dejean sur « Pouchkine et le rêve russe », Cité Nouvelle montrait que la Russie, même soviétique, était, contrepoint de la propagande antibolchévique faisant de la Russie un pays de barbarie, l’héritière d’une riche culture et d’un passé patriotique165. Pour Victor Dillard, le danger était d’autant plus grand que l’URSS exploitait cette histoire à des fins idéologiques, la résistance de ses populations justifiant la valeur du communisme au niveau mondial. En 1943, dans deux de ses chroniques, « Le plan Beveridge » et « Le problème social de l’hôtellerie », il voyait, le « calme actuel du monde ouvrier [n’étant] qu’apparent »166, la menace d’une emprise du communisme sur les masses ouvrières. à l’heure où, sur le problème du STO, Cité Nouvelle se plaisait à relever les termes de la « Lettre collective des cardinaux français » de février 1943 sur « l’Église et les ouvriers qui partent pour l’Allemagne » déclarant que « les travailleurs qui vont là‑bas sont des exemples de vie chrétienne », Victor Dillard décidait de partir disputer au communisme les masses ouvrières déplacées sur le territoire du Reich167.

Contre l’incarnation, l’eschatologie

  • 168 Y. de Montcheuil, « Nietzsche et la critique de l’idéal chrétien », n°12, 25 juin 1941.
  • 169 Y. de Montcheuil, « La loi d’amour, Insatisfaction du chrétien », n°33,10 juin l942.
  • 170 Y. de Montcheuil, « La loi d’amour, Insatisfaction du chrétien », n°33, 10 juin 1942.

108En 1943, les jésuites considéraient que le combat à livrer était d’ordre spirituel. Pas plus qu’hier, il ne pouvait être question de s’abaisser au niveau inférieur du « politique ». Même si, à la faveur de la « loi d’incarnation », le passé récent avait été témoin d’un voisinage périlleux du « spirituel » et du « temporel ». à l’heure de la « résistance spirituelle », il était devenu certain que pour échapper au piège d’une trop grande incarnation, il fallait rappeler la dimension transcendante d’un Dieu « surnaturel », largement supérieur aux mystiques humaines. En juin 1941, Yves de Montcheuil168 avait déjà fait plus que de dénoncer la philosophie de Nietzsche. Pour aider le christianisme à triompher de sa confrontation avec le nazisme, il proposait aux chrétiens de retrouver leur idéal en le débarrassant des pesanteurs terrestres suscitées par la défaite de 1940. Un an plus tard, dans son texte « La loi d’amour, Insatisfaction du chrétien »169, il adoptait le point de vue inverse de l’incarnation en affirmant que « dans le monde, il n’y a pas la matière et l’esprit, deux types d’être dont le plus noble serait l’esprit ; mais il y a l’esprit, dont la matière est dégradation ou préparation ». Pour lui, « il y a une mauvaise manière de comprendre la bonne souffrance » car même si, écrivait‑il, « il ne faut pas nier que l’épreuve [...] soit une grâce providentielle qui dissipe les faux prestiges et jette bas le décor factice interposé entre l’homme et la réalité [...], il ne faut pas présenter le christianisme à celui qui est meurtri comme un abri ou une retraite ». Il convient plutôt de « lui rendre conscience de sa grandeur, [de] lui redonner la foi à la valeur des tâches humaines mieux comprises et à la nécessité de ses efforts ». Alors, « les perspectives infinies du Royaume de Dieu qui s’ouvriront devant lui ne seront pas […] une voie offerte à l’évasion, mais une dimension nouvelle donnée à la vie et au devoir »170.

109Bien loin des illusions de la « Révolution nationale », Yves de Montcheuil insistait sur les vraies exigences d’un christianisme débarrassé de ses pesanteurs temporelles. Il dénonçait aussi le moralisme des chrétiens qui, dans leur désir de trouver grâce à leur religion « une source de force et de consolation contre les difficultés et les malheurs de l’existence, un certain bien‑être social ainsi qu’un stimulant et un guide pour leur activité, grâce à un système de sanctions organisées », auraient pu en définitive appartenir « à une autre religion sans éprouver le besoin de la dépasser ». Contre cette caricature du christianisme, Yves de Montcheuil plaidait l’exemple de « ceux qui ont compris et aimé l’appel à l’amour sans réserve qui a été lancé par le Christ », de ceux qui « n’auraient pu appartenir complètement à une autre religion ». L’auteur jésuite voyait dans ces « chrétiens spirituels » des fidèles n’ayant pas à aller « au-delà des dogmes et des rites de leur religion », qu’« ils n’ont pas à [...] transposer » puisqu’« ils savent qu’ils les prennent dans leur teneur authentique et dans leur plein sens ». Ces chrétiens de « l’élite chrétienne » ont compris qu’il était « vain de vouloir soi‑même se corriger » et qu’il fallait plutôt « demander à être purifié ». Pour Yves de Montcheuil, cette attitude qui suscite en même temps chez l’homme le désir d’une « souffrance génératrice d’amour » et le refus de cette grâce qui « accable la nature » trouble la « tranquillité intérieure » mais témoigne d’une vraie foi. « Pour ne pas sentir ce conflit, il faudrait, ou être arrivé, ou avoir renoncé à partir. Il faudrait être de ceux qui demandent aux dogmes de supprimer le mystère de Dieu et de l’homme, de ceux qui veulent notamment une eschatologie qui leur trace un tableau du sort promis à leur fidélité ». Bref, avoir succombé à la religion comme « confort spirituel ».

  • 171 Henri de Lubac, « Explication chrétienne de notre temps », n°18, 25 octobre 1941.

110Mais Yves de Montcheuil n’était pas seul à dénoncer le conformisme religieux. Henri de Lubac s’inscrivait lui aussi en faux contre le discours pénitentiel catholique prévalant en France depuis la défaite de juin 1940. Dans son « Explication chrétienne de notre temps », le père de Lubac voulait surtout rappeler aux Catholiques le fait que l’« aspect visible [de l’Église] n’est que partiel et transitoire » alors que le « Corps mystique définit le mieux l’Église » d’un « Dieu personnel et transcendant au monde ». Pour l’auteur de Catholicisme, cette reconnaissance était la condition indispensable, hors de toute tentation de « cléricalisme », de la « renaissance catholique ». Mais en 1941, au milieu d’un chaos dans lequel l’Église s’attachait beaucoup trop à ses attributs temporels, Henri de Lubac devait reconnaître que « si nous échouons [...] à rendre un peu d’équilibre à notre monde, c’est peut‑être parce que nous ne savons pas assez en détacher nos regards pour voir plus haut et plus loin »171. Deux ans plus tard, au début de l’année 1943, quand la « Résistance spirituelle » commençait à envahir les rangs de la Compagnie et que l’incarnation ne trouvait plus son champ idéal dans la « Révolution nationale », le père de Lubac devait corriger les erreurs de perspectives et définir les règles exactes de la véritable « adaptation » du christianisme à son époque. Pour ce faire, il écrivait « que pour échapper aux vieilleries qui se donnent pour la tradition, il est nécessaire de remonter au plus lointain passé ». Ce retour aux origines et à l’esprit des premiers siècles n’était pas un luxe mais l’unique moyen d’échapper au danger « mortel » d’une trop grande humanisation du christianisme.

« Plusieurs de ceux qui parlent aujourd’hui d’adapter le christianisme voudraient, au fond, le changer ; comme plusieurs de ceux qui voudraient, disent-ils, "l’incarner" davantage, voudraient, au fond, l’enliser »

  • 172 H. de Lubac, « Paradoxes autour de l’adaptation », n°46, 25 janvier 1943.

écrivait‑il alors dans ses « Paradoxes autour de l’adaptation »172 qu’il concluait par l’avertissement d’Overbeck pour qui « le Christianisme ne doit pas devenir la religion dont on peut faire ce qu’on veut ».

  • 173 « Réflexions sur l’idée de Dieu », n°26, 25 février 1942 ; « En pensant à Dieu », n°67,10‑25 févrie (...)

111Henri de Lubac ne faisait d’ailleurs pas que prêcher le retour aux sources puisqu’il était au même moment l’un des maîtres‑d’oeuvre du projet, initié avant-guerre par le père Victor Fontoynont et réalisé à partir de 1942 sous le nom de « Sources chrétiennes » avec le père Jean Daniélou, d’une collection de textes patristiques. Il ne devait pas non plus s’en tenir aux seules critiques des « paradoxes de l’adaptation » et aller plus loin encore dans son refus de voir l’incarnation diminuer la dimension transcendante du christianisme. Dans deux articles de Cité Nouvelle, l’un intitulé « Réflexions sur l’idée de Dieu » et l’autre « En pensant à Dieu »173, il affirmait que, parce que « Dieu est le Transcendant, – mais Il est aussi le Tout Autre [...], le partisan de l’immanence nie la transcendance, tandis que celui qui croit à la transcendance ne nie point pour autant l’immanence ». Pour lui, ces deux tendances d’un même « monothéisme » divergeaient profondément dès lors que la première, « fruit du développement social en même temps que du progrès de la réflexion », aboutit « à un divin abstrait ou à une Nature divinisée » tandis que la seconde, pour laquelle évidemment il militait, reconnaissait « le Dieu unique [qui] s’affirme dans un exclusivisme farouche ». Pour Henri de Lubac, le choix était donc des plus clairs entre

« un Principe complaisant, qui justifiait les pratiques du polythéisme tout en consolidant les dominations charnelles, [restant] en lui‑même la possession d’une petite élite de sages » et « un être, nullement abstrait quoique tout spirituel ; un être intransigeant, qui réclame pour lui tout le culte et qui veut être reconnu de tous ; un être transcendant, qui déborde toutes les cités terrestres, fût‑ce la cité du monde ».

112Toujours, « En pensant à Dieu », le père de Lubac dénonçait encore les déviances de « l’idée de Dieu » en expliquant que si « l’humanité faite à l’image de Dieu, mais pécheresse » a été « travaillée dès son éveil par un appel d’en haut, il est normal que l’idée de Dieu soit à la fois toujours prête à surgir, et toujours menacée d’étouffement ». En bonne logique, le risque était donc de voir « l’élan naturel vers le Créateur » aboutir à la confusion entre « Auteur de la Nature avec cette Nature à travers laquelle Il se révèle obscurément et à laquelle il faut bien emprunter des traits pour le penser ». Avec cette autre « déviation » que constitue la propension

« à délaisser le Dieu trop exigeant et trop incorruptible pour des subalternes ou des fictions, [...] Dieu est [...] aisément conçu comme un individu aux passions humaines, ou comme une abstraction sans rayonnement efficace […]. Le meilleur se change alors en pire, et la grande force de perfectionnement de l’homme est asservie à des fins profanes... ».

  • 174 Sur Dieu Vivant voir É. Fouilloux, « Une vision eschatologique du christianisme : Dieu Vivant (1945 (...)
  • 175 C’est en 1941 qu’un article de l’Osservatore romano dénonce les « nuove tendenze teologiche » au no (...)
  • 176 A. Desqueyrat, « Nouveaux chrétiens et vieux problèmes, essai de psychologie religieuse », n°66, 10 (...)

113Contre la séduction d’une religion mêlée de mythe, une idée de Dieu trop humaine et un affadissement de « la religion pure », Henri de Lubac suggérait, « plutôt que d’épurer les dieux ou de les éprouver afin de retenir celui d’entre‑eux dont les titres seraient reconnus authentiques de les tous faucher ». En 1944, ces propos radicaux du père de Lubac étaient à la fois l’approfondissement d’une réflexion exprimée lors de la publication de Catholicisme en 1938, prolongée en 1941 dans l’opuscule intitulé De la connaissance de Dieu, et une réaction face au danger menaçant le christianisme. Mais l’audace de la pensée d’Henri de Lubac devait, tout en rencontrant au lendemain de la guerre de nombreux échos, valoir à son auteur les foudres des autorités ecclésiastiques. Devenu le conseiller écouté de la revue Dieu Vivant, dont les articles de 1945 à 1955 illustraient la restauration de la dimension eschatologique du christianisme174, la mise à l’écart du père de Lubac de toute activité d’enseignement en 1950 sera due aux suspicions nées à la faveur des années de guerre175. Avant toutefois d’en arriver là, les réflexions du père de Lubac contribuèrent à l’effort entrepris par les Catholiques en vue de rééquilibrer les dimensions immanente et transcendante du christianisme. Tous les jésuites, y compris les partisans de l’engagement temporel les plus acharnés, partageaient cette ambition. C’est ainsi que, quelques mois avant la Libération de la France, Cité Nouvelle pouvait définir les clauses de la libération du christianisme de ses attaches trop humaines. Tandis qu’André Desqueyrat applaudissait au spectacle des « nouveaux chrétiens » pour qui la méditation permettait à « l’apôtre d’un christianisme incarné » de mieux « féconder son action », François Varillon répondait à la question « le christianisme a-t‑il dévirilisé ? » en expliquant que le problème n’était pas tant « que la spiritualité manque d’intellectualité, il n’y en a jamais assez, mais plutôt qu’elles ne se conditionnent pas réciproquement », ceci faisant que « quand l’une est insuffisante, l’autre [l’est] aussi »176. Or, c’était justement de cette double insuffisance que le catholicisme français des années 40, un temps trop engagé dans les affaires du siècle, avait à souffrir.

Le christianisme religion d’espérance

  • 177 M. Rigaux, « Un penseur chrétien, en cultivant les ceps de l’Ardèche », n°38, 10‑25 sept. 1942. A. (...)
  • 178 G. Didier, « Valeurs tragiques et valeurs chrétienne », n°39, 10 oct. 1942.
  • 179 A. Bremond, « La sagesse d’Alain, philosophie et religion du refus », n°50, 25 mars 1943.
  • 180 J. Huby, « La Reine morte, Montherlant aborde le théâtre », n°52, 25 avril 1943.
  • 181 J. Roussel, « Soeren Kierkegaard, l’orgueilleux à la rencontre de l’angoisse moderne », n°62, 10 no (...)
  • 182 J. M. Leblond, « Philosophies du désespoir, de Malraux à Sartre », n°70, 10‑25 mai 1944.
  • 183 H. de Lubac, « Jeunesse de l’Église », « Revue des livres », n°45, 10 janvier 1943.
  • 184 Général Héring, « Le problème du front chrétien unique», n°47, 10 février 1943. Cf. aussi É. Fouill (...)
  • 185 M. Villain, « Chronique du protestantisme : un mystique paysan », n°51, 10 avril 1943.

114Formulée au printemps 1944, l’appréciation du père Varillon pouvait surprendre les lecteurs de Cité Nouvelle. En effet, après les années d’un « christianisme effondré », porteur des litanies pénitentielles et pro‑maréchalistes, la revue des jésuites avait, à partir de 1942 et d’un renouveau de la réflexion, peu à peu réhabilité un « christianisme d’espérance ». Bien loin du discours de ses deux premières années, Cité Nouvelle multipliait les références à la nécessité de l’espérance, réfutant au passage tout ce qui pouvait en contrarier l’idée. Au premier rang des accusés, la philosophie pessimiste de Gustave Thibon fut d’abord critiquée par Maurice Rigaux qui reprochait au philosophe de l’Ardèche l’élitisme de son aversion pour la démocratie et son désaccord avec les encycliques pontificales177. Peu après c’était à Georges Didier d’expliquer, citant en exemple Gustave Thibon et Daniel Halévy, que si la littérature du temps se plaisait à rappeler la souffrance et le malheur humains, les croyants ne devaient pas pour autant perdre de vue que le tragique du christianisme « n’exclut pas l’espérance »178. En 1943, tandis que Jean Onimus insistait sur le « Péguy, poète de l’espérance », André Bremond évoquait, dans son article « la sagesse d’Alain, philosophie et religion du refus », la pensée d’Émile Chartier pour qui « le refus ‑ le refus de toute idée, de toute autorité qui s’imposerait du dehors, de tout donné, la défiance de principe ‑ mène à la démocratie »179. Simultanément, Cité Nouvelle renouvelait ses préventions à l’endroit d’Henry de Montherlant. Même si Joseph Huby concédait que l’auteur de La reine morte ne se montrait pas dans cette pièce trop « irritant pour le chrétien », il n’en témoignait pas moins de la franche antipathie des Catholiques pour le dramaturge immoral et comme de surcroît collaborationniste180. à la fin de la même année, Jean Roussel condamnait Kierkegaard moins pour son opposition au christianisme, semble-t‑il, que pour cause de trop grand pessimisme. « Avide d’absolu » mais « incapable de concevoir un Dieu accessible à notre humanité » parce qu’ « ignorant l’humanisme intégral où s’équilibre réalité charnelle et spirituelle de l’homme », l’auteur du Traité du désespoir avait oublié que « quoi qu’il arrive, il faut espérer »181. C’est aussi toujours au nom d’une « religion chrétienne d’espérance », que Cité Nouvelle condamnera en mai 1944 les « philosophies du désespoir » de Sartre, Bataille et Camus182. Malgré les temps toujours difficiles, Cité Nouvelle s’appliquait donc à propager l’idée d’un christianisme religion d’espoir. Témoignage de cette dynamique de l’espérance, le bouillonnement intellectuel et spirituel accompagnant les années d’épreuve devait tout naturellement trouver sa place dans les pages de la revue. De ce fait, Henri de Lubac pouvait avouer, à propos de la nouvelle collection « Jeunesse de l’Église » du père Maurice Montuclard, sa sympathie pour « l’une des manifestations les plus originales » de la « recherche de l’Église »183. D’un autre côté, l’œcuménisme, galvanisé par les rapprochements des Catholiques et des Protestants dans la Résistance, devenait une vérité d’évidence pour un protestant comme le général Héring, « chrétien séparé anxieux de l’unité chrétienne ». Réaction au « Bulletin du protestantisme » de Robert Rouquette paru deux mois plus tôt, « le problème du front chrétien unique » évoquait, bien sûr à mots couverts, le bénéfice que l’œcuménisme pouvait tirer d’une « Résistance spirituelle » conjointe des Catholiques et des Protestants. « Sans attendre les effets de la préparation des esprits en vue du fusionnement intégral », le général commandait la réalisation, « dès à présent, de l’unité d’action morale qu’appelle impérieusement le redressement du monde ». Pour lui, cette préparation qui n’était qu’une première étape vers l’unité voulue par le Christ pour son Église et « non pas l’union ou l’unité mais provisoirement de l’union et dès que possible l’unité »184 pouvait même aboutir, compte tenu de la gravité des périls de l’heure, au sacrifice par le Protestantisme de sa spécificité. Même plus prudent, le mariste Maurice Villain n’en profitait pas moins des enthousiasmes de l’heure pour glisser qu’une « déficience de la vérité n’est pas erreur formelle » parce que « Dieu prodigue à ses élus des compensations secrètes complétant et corrigeant même les lacunes de leurs croyances ». Il était donc possible de dire au mystique protestant frère Arnold que son « message est dans la ligne de l’émulation spirituelle » si chère au prêtre lyonnais Paul Couturier185. Emporté lui aussi par cette effervescence intellectuelle, Henri Rondet voulait, moins d’un demi‑siècle après les condamnations modernistes, faire se rencontrer la foi et l’histoire dans un débat critique nourri par un dialogue nouveau des philosophes et des théologiens. « Ne confondons pas », écrivait‑il dans son article « les origines humaines et la théologie, problèmes pour la réflexion chrétienne »,

  • 186 H. Rondet, « Les origines humaines et la théologie, problèmes pour la réflexion chrétienne », n°55, (...)

« les hypothèses scientifiques avec les vérités définitives, mais ne confondons pas non plus les définitions authentiques du magistère de l’Église avec les explications des théologiens ni même avec la formulation ordinaire des croyances chrétiennes qui implique nécessairement une pente contingente et révisable »186.

115Débarrassé de ses illusions de révolution chrétienne à la faveur d’une révolution orchestrée par l’État français du maréchal Pétain, le catholicisme des deux dernières années d’Occupation retrouvait un dynamisme et une vitalité que Cité Nouvelle se plaisait à noter et à amplifier. Mais si le rappel des exigences de l’eschatologie favorisait la réaffirmation d’une Vérité chrétienne menacée par les paganismes et les mystiques d’origine humaine, il encourageait plus encore l’engagement des Catholiques en direction d’un monde qu’il n’était pas question de déserter. Pour les jésuites de Cité Nouvelle, instruits par l’expérience, il convenait, avant même de s’immerger dans le siècle, de fonder l’action à l’aune du spirituel.

« Un apostolat spirituel »

  • 187 V. Dillard, « Témoignage sur Vichy », début 1943, AFSI.
  • 188 R. Hamel, « Du style de vie des élites », n°56, 25 juin 1943.

116En effet, le bouillonnement intellectuel des années 1943‑44, loin de l’évacuer, rendait plus pertinente encore la question de la rechristianisation du pays. Plus que jamais, le problème consistait, pour reprendre les termes de Jean Peyrade dans Cité Nouvelle de mai 1942, à « redonner la foi au pays ». Mais par des moyens autres que ceux utilisés au temps où l’État semblait vouloir apporter son concours à la rénovation chrétienne. Et parce que, comme Victor Dillard, bien des jésuites avaient dû reconnaître l’échec des « tentatives d’apostolat institutionnel […] pour infléchir l’action gouvernementale dans un sens plus social et plus spirituellement chrétien »187, le pouvoir défaillant, les remèdes à la déchristianisation de la France n’étaient pas légion. La première réponse, dans la tradition de la Compagnie de Jésus, c’était l’effort de formation chrétienne des élites. En effet, s’interrogeait Robert Hamel dans Cité Nouvelle, « comment redresser une société si on ne forme pas les ‘élites’ ? »188 En réponse à cette question, l’auteur proposait la démarche classique consistant à faire en sorte qu’une fois les « institutions d’une classe » devenues « humanistes et christianisées à fond », elles deviendraient « le point de mire de toutes les autres ». Pour Robert Hamel, « agir autrement, [c’était] tâcher la proie pour l’ombre ». Tout aussi classique, quoiqu’en partie influencée par l’expérience des pays totalitaires, la solution du père Dillard instituait un système d’école des cadres pour les enfants de quatorze ans. Parce que « l’obstacle à l’éducation, c’est la famille » et puisque l’éducation « ne peut être confiée à l’État », Victor Dillard conseillait la formation par « contact » des jeunes adolescents. Cette rénovation de la formation était rendue nécessaire par la désorganisation des Chantiers de jeunesse à qui la « relève » et les « stages » avaient enlevé les moniteurs. Elle l’était aussi parce qu’une école des parents s’avérerait de toute façon superflue dans la mesure où les familles intéressées n’étaient pas celles qui auraient dû être formées et que les mouvements de jeunesse, capables « d’améliorer l’enfant », étaient eux aussi défaillants pour cause de STO. À l’heure où pourtant « le relèvement de la France nécessite de faire de nouvelles générations meilleures que les anciennes », Victor Dillard projetait d’instituer une « éducation totale » proche du scoutisme. Il s’agissait de

« saisir un garçon de quatorze ans dont la personnalité commence de s’affermir, [de] lui ouvrir dans tous les domaines des aperçus nouveaux sur des techniques qu’il ignore, [de] compléter les tendances intellectuelles et spirituelles de la JEC par les éléments scouts de formation du caractère et d’activisme, [de] donner au jeune une culture aussi équilibrée que possible pour former l’homme et non seulement le chef de tel ou tel mouvement ».

117La formule de formation par « contact » ressemblait en fait aux expériences de l’entre‑deux guerres puisqu’elle mêlait les méthodes du scoutisme et des mouvements de jeunesse de l’Action catholique. Elle était pourtant neuve, moins peut‑être dans son inspiration puisée à « l’étranger où la jeunesse a priorité », que dans son objectif de toucher l’ensemble de la jeunesse. Le projet de Victor Dillard n’entendait pas seulement former les élites du pays ou même former une élite dans chaque groupe social de la population, il comptait bien embrasser la totalité des jeunes adolescents.

118À l’heure de la déchristianisation, la réponse « classique » de la formation des élites et de la jeunesse était cependant pour nombre de jésuites condamnée, en l’absence d’une forte spiritualité, à l’échec. Aussi, tout apostolat devait‑il être, pour les jésuites, d’abord un « apostolat spirituel ». Yves de Montcheuil devait le définir dans un article publié au début de 1944 dans la collection Construire comme la clé des « exigences du Témoignage chrétien ».

  • 189 Y. de Montcheuil, « Pour un apostolat spirituel », Construire, 1944.

« Il ne s’agit pas, écrivait‑il, d’augmenter le nombre des adhérents à l’Église, de recruter des militants nombreux et des masses imposantes pour ses mouvements, d’organiser des manifestations grandioses, mais de faire accéder les hommes à la vie chrétienne ou de les aider à y pénétrer davantage, d’obtenir qu’ils commencent à se donner à Dieu ou qu’ils s’y donnent plus profondément »189.

119« L’apostolat spirituel » décrit en 1944 par le père de Montcheuil plongeait ses racines dans les premières années de l’Occupation. Henri de Lubac en avait par exemple déjà esquissé les prémisses dans son « Explication chrétienne de notre temps ». Et les trois éléments fondamentaux de cette nouvelle Église mystique, « respect de la personne, ouverture sur une communauté spirituelle, croyance en Dieu », faisaient que les nouveaux fidèles n’étaient

« pas tous croyants et pratiquants, [...] mais [n’en sont, selon] le mot de saint Augustin sur ceux qui paraissent être dans l’Église et qui en réalité sont dehors et sur ceux qui paraissent être dehors et qui en réalité sont dedans, [pas moins] réellement chrétiens ».

120Pour fonder cette nouvelle Église du Christ moins « politique » et davantage « mystique », Victor Dillard devait aller, considérant qu’« il fallait [...], pour maintenir la pureté du spirituel chrétien », « être anticlérical pour être plus sûrement chrétien », jusqu’à proposer au maréchal Pétain

  • 190 V. Dillard, « Témoignage sur Vichy », début 1943, AFSI. Le père Dillard qui fait le récit d’une ent (...)

« de supprimer les droits politiques du clergé, avec privation de voix active et passive assimilant celui-ci à l’armée, en contrepartie [de quoi] l’instruction religieuse aurait été donnée à l’école même à tous ceux qui le désireraient »190.

121Au même moment, le père Doncœur, revenu de ses dernières illusions maréchalistes, renonçait lui aussi au cléricalisme en appelant au « retour du spirituel ».

  • 191 P. Doncœur, « Chronique liturgique : pour une renaissance du chant religieux populaire », n°57, 15 (...)

« Comprendrons‑nous, écrivait‑il en juillet 1943, que pour penser et prier avec les gens d’aujourd’hui ce n’est pas à Charlemagne qu’il nous faut revenir, mais que nous n’avons besoin de rien moins que de ‘re‑naître’ de feu et d’eau, c’est‑à‑dire d’esprit saint, comme il fut dit un jour à ce trop savant Nicodème ? »191

  • 192 A. Desqueyrat, « Nouveaux chrétiens et vieux problèmes, essai de psychologie religieuse », n°66, 10 (...)
  • 193 P. Doncœur, « La France pays de mission ? Le problème du prolétariat païen », n°67, 10‑25 février 1 (...)
  • 194 Y. de Montcheuil, « Pour un apostolat spirituel », Construire, 1944.

122Pour les jésuites de la rédaction de Cité Nouvelle, il devenait manifeste à partir de 1943 qu’un nouvel apostolat ne pouvait plus être désormais qu’un « apostolat spirituel ». Un apostolat que le père André Desqueyrat considérait, en même temps qu’il en faisait l’une des caractéristiques des « nouveaux chrétiens », comme le remède à la déchristianisation de la France. « Pour rechristianiser, il faut présenter l’Évangile avec ses exigences plutôt que de rechristianiser avec les œuvres » parce qu’« on ne fabrique pas la mystique à coup d’institutions ». Considérant la réforme des structures comme insuffisante, il arguait de la nécessité de l’Esprit pour les humaniser. De plus, à l’heure où, contrairement aux « tyrans d’autrefois [qui] pouvaient s’en prendre à la liberté mais pas au pain, l’État [pouvait aujourd’hui] ôter l’un et l’autre », le souffle libérateur devait aussi délivrer l’homme et réévaluer le rôle de « la méditation, nécessaire pour doter l’apôtre d’un christianisme incarné et par là féconder son action »192. Paul Doncœur devait encore surenchérir dans l’article qu’il consacra en février 1944 au livre‑choc des années noires, France pays de mission ? Évoquant les conditions de « l’évangélisation du monde ouvrier païen » et constatant l’échec des méthodes missionnaires traditionnelles, il définissait l’enjeu de la rechristianisation comme une « véritable volonté à acquérir » dépassant de bien loin les « problèmes d’organisation ». Pour le fondateur des « Cadets » en effet, « le rayonnement du christianisme sur un monde païen dépendra surtout de sa puissance spirituelle, de la qualité de sa foi, de la chaleur de son amour »193. Forts de cette nouvelle « primauté du spirituel », les jésuites pouvaient, à l’aube de la Libération, donner à leur apostolat un contenu nouveau. Formée à l’école de la guerre, la nouvelle génération jésuite du dictamen de la conscience, de la sauvegarde de la mystique contre sa dégradation en politique, allait désormais enseigner le Dieu d’amour respectueux de la liberté du croyant. Pour Yves de Montcheuil, appelé à mourir quelques mois plus tard lors de son apostolat auprès des maquisards du Vercors, c’est le Péguy du Mystère des Saints Innocents qu’il fallait retenir, celui qui faisait dire à Dieu : « Quand on a connu d’être aimé par des hommes libres, les prosternements d’esclaves ne vous disent plus rien ». En expliquant que « c’est cet hommage libre que Dieu réclame parce que c’est là seulement que l’homme se donne »194, le théologien jésuite explicitait en fait l’un des traits majeurs de la spiritualité ignatienne de l’après‑guerre.

  • 195 Sur l’attitude des Français durant l’Occupation, l’historien Philippe Burrin vient de proposer, dan (...)
  • 196 La comparaison de l’évolution de l’opinion exprimée par Cité Nouvelle avec l’opinion générale de la (...)
  • 197 A. Desqueyrat, « Compte rendu du livre de F. Perroux, Le sens du nouveau droit du travail », n°71, (...)
  • 198 à la veille de la guerre, la conscience personnelle avait déjà retrouvé une certaine place dans la (...)

123Abasourdis par la catastrophe de 1940, les jésuites, comme la plupart des Catholiques, virent dans la défaite la conséquence de la crise de civilisation dont la déchristianisation du pays n’était que la partie visible. Pour la majorité des membres de la Compagnie, guidée dans ce sens par la hiérarchie, la politique de rénovation morale du nouveau régime installé à Vichy offrait une occasion irremplaçable d’engager la rechristianisation de la France. Aussi est‑ce pour accomplir un tel dessein que fut échafaudée la politique de « présence » des pères Desbuquois et Jalabert. Née de ce désir de présence et de « collaboration spirituelle » de l’Église catholique avec le pouvoir de Philippe Pétain, Cité Nouvelle commença à paraître au début de l’année 1941, une fois résorbée la concurrence entre les jésuites de l’Action populaire et ceux des Études pour faire reparaître une revue des jésuites en France. En marge de l’engouement quasi‑unanime, une petite minorité de jésuites s’opposa dès le départ à toute « collaboration spirituelle » avec un régime acceptant de pactiser avec le nazisme antichrétien. Même désavoués par leur hiérarchie et bien qu’hostiles à la ligne de la revue, quelques-uns de ces jésuites, par ailleurs fondateurs des clandestins Cahiers du Témoignage chrétien, profitèrent de la tribune offerte par la revue pour distiller publiquement les arguments de la « résistance spirituelle » antinazie. Cité Nouvelle encouragea, au moins jusqu’à la fin de l’année 1941, les réformes du gouvernement de Vichy au nom des « concordances » entre la « Révolution nationale » et la doctrine sociale de l’Église sans jamais, toutefois, céder aux sirènes de la Collaboration franco‑allemande195, de l’antisémitisme ou de l’antibolchévismie des « années noires ». L’idylle devait durer jusqu’à l’hiver 1941‑1942 quand les rédacteurs de la revue, épousant en cela l’évolution de l’opinion française196, commencèrent à prendre leurs distances vis‑à‑vis du régime. Victor Dillard par exemple, alerté par l’antisémitisme actif de Vichy et doublement critique quant à la réalité de la politique économique et sociale de l’État français, fut l’un des premiers à renoncer à l’idée de la « révolution chrétienne » grâce à la « Révolution nationale ». Après la première alerte causée par le retour de Pierre Laval aux commandes du pouvoir, les grandes rafles antijuives de l’été 1942 effacèrent le rêve de rechristianisation par l’entremise de Vichy. Les pages de Cité Nouvelle se firent alors l’écho d’une résistance spirituelle tournée d’abord contre le nazisme mais que certains jésuites comme le père Dillard, anticipant déjà le combat à livrer dans l’après‑guerre, voulaient aussi tourner contre la mystique antichrétienne communiste. L’hiver 1942‑43, époque de l’accentuation des réquisitions de main d’œuvre en France, devait intensifier l’esprit de résistance de Cité Nouvelle et l’orienter de plus en plus vers les domaines culturel et littéraire. Ainsi, tout en n’évoquant plus les questions politiques et sociales sujets à critiques ou réserves, la revue pouvait dénoncer le nazisme. C’était, au terme de deux années de « rechute » dans les querelles temporelles, l’occasion pour les jésuites de Cité Nouvelle de réhabiliter un primat du spirituel et une eschatologie chrétienne que les contraintes de l’engagement temporel avaient un temps fait perdre de vue. Rejoignant ainsi la position des plus clairvoyants durant les premières années d’occupation, les jésuites se joignaient alors à une tendance générale catholique de réévaluation, du spirituel. Partisans d’une réhabilitation des visées eschatologiques contre le danger d’une trop grande immanence et adeptes de « l’apostolat spirituel », les rédacteurs de Cité Nouvelle convenaient, en tirant parti de l’échec de la « révolution chrétienne nationale », que l’évangélisation passait d’abord par la conversion des hommes avant même la rechristianisation de la société parce que l’acte de foi devait être l’acte libre d’un homme libre. Représentatif de cette tendance optimiste rejetant le traditionnel pessimisme catholique à l’égard du monde moderne, le père André Desqueyrat reconnaissait à l’heure de la Libération que « la rédemption de la France ne doit pas se faire par le rejet d’une partie de son histoire ou de son peuple mais par la prise en charge de toute cette histoire et de tout ce peuple »197. De fait, il appartenait, comme François Varillon, à la génération de jésuites qui allait propager le message humaniste chrétien d’un Dieu d’Amour promis à tous les hommes. Formés pendant la guerre à l’école du « dictamen de la conscience »198, ces jésuites se préparaient aussi à diffuser une foi chrétienne laissant plus de place à la conscience libre de chacun, nourrie par la redécouverte des textes anciens de l’expérience des premiers chrétiens. Un demi‑siècle après le dernier numéro de Cité Nouvelle, l’historien peut être tenté de voir dans l’évolution spirituelle des jésuites durant la guerre, les marques de la pensée de Charles Péguy sur une génération. Car si le poète d’Orléans, vigilant guetteur de la dégradation d’une « mystique» en « politique », fut, un temps au moins, l’otage de Vichy et de ses thuriféraires, son œuvre fut aussi à l’origine de l’action de bien des résistants à l’occupation ennemie. Mais, plus encore peut‑être, la lecture des pages des auteurs « résistants spirituels » de Cité Nouvelle révèle l’influence des vers de l’auteur du Mystère du porche de la deuxième vertu dans la recherche d’un plein équilibre entre les dimensions chrétiennes de l’« immanence » et de la « transcendance ». La même lecture permet d’éclairer, avec cette tentative de placer à égalité les deux pôles de « l’incarnation » et de « l’eschatologie », l’arrivée à maturité de ce que les jésuites français allaient mettre en pratique au lendemain de la guerre : un nouvel « humanisme chrétien ».

124Mais puisque l’histoire doit profiter au présent pour servir l’avenir, la recherche d’un équilibre entre « immanence » et « transcendance », recherche au centre de laquelle se place la conscience, « premier vicaire du Christ sur la terre » selon Newman, reste encore pour les chrétiens un appel. Mais pour les autres aussi, elle peut être une volonté d’harmonie entre « l’incarnation » et « l’eschatologie », la « mystique » et la « politique » ou plus simplement la « doctrine » et « l’action ». En portant son regard sur l’évolution d’un catholicisme heurté aux terribles événements de la Seconde guerre mondiale, l’historien peut finalement mesurer combien cet équilibre, aussi périlleux que douloureux, reste nécessaire à la « cité nouvelle » vers laquelle l’homme toujours veut tendre.

Haut de page

Notes

1 Exemples parmi tant d’autres : la reconnaissance de la responsabilité du gouvernement français dans les déportations juives (décret du 3 février 1993 instituant le 16 juillet comme « journée nationale commémorative des persécutions racistes et antisémites commises entre 1940 et 1944 sous l’autorité de fait dite gouvernement de l’État français ») ; l’« affaire Touvier » ; « l’examen de conscience » de l’Église sur son rôle à l’égard du génocide juif ou, plus récemment encore, le « passé vichyste » de François Mitterrand.

2 H. Rousso, Le syndrome de Vichy de 1944 à nos jours, Seuil, 1987, réédition en poche « Points Seuil », 1990. Syndrome encore virulent sur lequel H. Rousso et É. Conan ont publié un essai, Vichy, un passé qui ne passe pas, Fayard, 1994.

3 É. Fouilloux, « Les paradoxes du catholicisme français (1940‑1945) », Les protestants français pendant la seconde guerre mondiale, Actes du colloque de Paris, 19‑21 novembre 1992, publiés en supplément au Bulletin de la Société d’Histoire du Protestantisme Français, n°3, juillet‑août-septembre 1994. Sur l’attitude des chrétiens voir Renée Bédarida, « Églises et chrétiens », La France des années noires, tome 2. Seuil, 1993.

4 Stanislas Fumet, Histoire de Dieu dans ma vie, Fayard, 1978, p. 433.

5 J. Lacouture, Jésuites, tome 2, « Les revenants », Fayard, 1991, p. 360‑361.

6 Même si sa mémoire est imprécise, Jacques Guillet, par exemple, se souvient encore aujourd’hui d’avoir su deviner, dans les publications reçues au camp où il était prisonnier, ce que la censure n’avait pu arrêter. « Je me souviens d’avoir reçu la revue Construire, publiée à Lyon par les jésuites des Études repliés dans cette ville. Un article du Père de Montcheuil s’en prenait aux positions du juriste Louis Le Fur, lequel justifiait les conceptions allemandes. Le Père de Montcheuil disait nettement : "Ce n’est pas parce qu’une cause a été perdue qu’elle est devenue injuste". Il suffisait à l’époque, d’une ou deux phrases de ce genre échappées à la censure, pour éclairer la réflexion », Jacques Guillet, Habiter les Écritures, Centurion, 1993, p. 115.

7 René Rémond dans Aimé Savard interroge René Rémond, Centurion, 1976, p. 48.

8 Cette recherche n’aurait pu aboutir sans le concours de tous ceux que nous avons sollicités. Nos remerciements vont d’abord tout spécialement au P. Paul Mech qui, pour cette recherche comme pour bien d’autres, a bien voulu nous assurer de son aide et de ses précieux conseils. Au P. Robert Bonfils responsable des « Archives françaises de la Compagnie de Jésus » qui a permis la consultation de nombreux documents, comme à MM. les professeurs Bernard Comte et Étienne Fouilloux qui nous ont fourni de si précieuses suggestions, va aussi notre sincère reconnaissance. Qu’il nous soit aussi permis de dire notre gratitude à tous ceux qui ont répondu à nos demandes de renseignements : les PP. Jules Caries, Henri Crouzel, Lucien Fraisse, Jacques Gabin, Jean Letourneulx, Maurice Pontet, Jacques Revertégat et Xavier Tilliette ; Monsieur Jean Onimus. Enfin, nous n’oublierons pas ce que notre travail doit à MM. les professeurs Gérard Cholvy et Dominique Avon qui ont bien voulu nous communiquer de très utiles informations.

9 Née à Reims dans la province jésuite de Champagne (la France étant divisée en quatre provinces : Paris, Champagne, Toulouse et Lyon), l’Action populaire fut d’abord l’institution des jésuites de cette province. Son installation après la Grande‑guerre à Vanves, sur le territoire de la province de Paris, suscita quelques tensions, spécialement avec les pères des Études, tensions encore sensibles en 1940...

10 Idem.

11 Courriers, France‑Levant n°57, avril 1939.

12 P. Droulers, Politique sociale et christianisme, Le père Desbuquois et l’Action populaire, tome 2, 1919‑1946, Éditions ouvrières‑Presses de l’Université Grégorienne (Rome), 1981.

13 Archives françaises de la Compagnie de Jésus, (AFSI), Vanves, dossier « Études ».

14 G. Desbuquois, « Présence », AFSI ; P. Droulers, op. cit..

15 P. Droulers, op. cit., p. 349, note 30.

16 L. Jalabert, « Note sur la reprise de la publication des études, Poitiers, 26 juin 1940, (AFSI). Un exposé de même teneur se trouvera en « Avant‑propos » du numéro 1 de Construire au début de 1941.

17 G. Desbuquois, « Notes manuscrites », juillet 1940 [Dossier « Présence », fonds « Action populaire »].

18 P. Droulers, op. cit., p. 350.

19 L. Jalabert, « Note sur la reprise de la publication des Études » août (?) 1940, AFSI, dossier « Études ».

20 L. Jalabert, « Note sur un projet de publication », 4 septembre 1940, AFSI, dossier « Études ».

21 « Lettre de Louis Jalabert à Joseph du Bouchet », 6 novembre 1940, AFSI, dossier « Études ».

22 Idem.

23 Ibidem.

24 « Lettre de G. Desbuquois au cardinal Suhard », 27 juillet 1940, « Présence », fonds « Action populaire ».

25 Idem.

26 à l’objection selon laquelle le nom « Pays de France » ne serait pas universel, G. Desbuquois rétorquait que « l’internationalisme n’est plus de mode », G. Desbuquois, « Notes manuscrites », juillet 1940, fonds « Action Populaire ».

27 « Dillard et Faure : grands travailleurs, sages, justes ». Avec Faure « ouverture aux questions étrangères ». G. Desbuquois, « Notes », (« Présence », fonds « Action Populaire »).

28 Le Père Dillard devint en 1940 le prédicateur de l’église Saint‑Louis. Un peu plus tard, en janvier 1941, le Père Alfred de Soras sera nommé, à la demande de Mgr Gonon évêque de Moulins, aumônier du lycée de Vichy. Il assurera dans cet établissement 16 heures de « cours du soir ». Le père Faure assumera de son côté la même charge auprès des lycéennes. Des groupes JEC et JECF furent aussi fondés.

29 Libéré de captivité au mois d’août 1941 il deviendra vice‑supérieur de la maison de Vanves.

30 G. Desbuquois, « Notes », juillet 1940, « Présence », fonds « Action populaire ».

31 Voir infra. note 34.

32 R. Bédarida, Pierre Chaillet, Témoin de la résistance spirituelle, Fayard, 1988, p. 103.

33 J. Lacouture, Jésuites, tome 2, « Les revenants », Seuil, 1992, p. 362.

34 Le « Gaullisme » est alors l’accusation portée contre ceux qui, au sein de la Compagnie, n’acceptent pas l’obéissance au régime de Vichy. Parmi eux, le père Desqueyrat était, dès les premiers mois, hostile à la « politique de présence » de Gustave Desbuquois [Témoignage de Lucien Fraisse à l’auteur le 9 mars 1994]. P. Droulers a écrit que dans son opuscule sur Le gouvernement de l’État français publié en 1940, « aucun jugement n’est exprimé, à raison de la censure politique » En fait, le P. Desqueyrat n’appréciait guère le régime. Ce qui n’empêcha pas G. Robinot‑Marcy d’« interpréter », dans son compte‑rendu pour Cité Nouvelle, la pensée du père Desqueyrat en écrivant que « l’auteur montre comment la Constitution de 1940 est ‘constitutionnelle’, c’est‑à‑dire élaborée suivant la procédure de révision qu’avait prévue la Constitution de 1875 ». Et en effet, l’ouvrage dessine les traits juridiques d’une « révolution sans coup d’État ». Dans les premiers mois du second semestre de 1940, la confusion règne encore et peu nombreux sont ceux qui contestent la forme juridique du nouveau pouvoir. Ce qui n’empêche pas le père Desqueyrat de fréquenter les milieux proches de Temps nouveaux (ex‑Temps présent) ou d’Esprit et de prononcer à Saint‑Étienne, le 7 décembre 1940, une conférence où il distingue collaboration économique « inévitable » et collaboration spirituelle « inacceptable » pour le chrétien à cause de l’idéologie nazie. Après des plaintes venues jusqu’au cardinal Gerlier, le père Desbuquois reprochera au père Desqueyrat de « n’avoir pas le sens des adaptations nécessaires », P. Droulers, op. cit., p. 356‑571.

35 P. Droulers, op. cit., p. 351.

36 L. Jalabert, « Notes », 25 septembre (ou novembre ?) 1940, AFSI, fonds « Études ».

37 à une époque où « fidélité chrétienne et honneur national [sont] intimement associés », toute collaboration signifie sujétion au nazisme antichrétien, H. de Lubac, Mémoire sur l’occasion de mes écrits, Culture et Vérité, Namur, 1989, p.521.

38 H. de Lubac, « Lettre à mes supérieurs », 25 avril 1941. Publié par J. Chélini, L’Église sous Pie XII, Fayard, 1983, p. 308.

39 P. Droulers, op. cit., p. 351.

40 F. Datin, « Réunion des PP. provinciaux (avec le R.P.A.), Essai d’explication du conflit Cité Nouvelle‑Construire », 18 avril 1941, AFSI, dossier « Études ». Le révérend‑père Norbert de Boynes, est l’assistant français du père général Ledochowski. Envoyé en France au moment où les communications entre les jésuites français et leur supérieur à Rome n’étaient guère faciles, le père de Boynes n’est pas un « supérieur » à proprement parler. Alors que l’autorité appartient dans la Compagnie au père général, aux provinciaux et aux supérieurs des résidences et des institutions jésuites, le père de Boynes ne fait que représenter le préposé général en France. Ce qui pouvait laisser planer sur l’autorité de ses décisions bien des ambiguïtés...

41 à la base de son argumentation, le père de Boynes citait le texte de saint Paul, « Que tout homme soit soumis aux autorités qui exercent le pouvoir car il n’y a d’autorité que par Dieu », Rm 13, 1.

42 Henri de Lubac illustrera lui‑même la difficulté d’une délimitation claire entre « spirituel‑temporel » lorsqu’il dira plus tard, à propos de ses activités au sein de la publication clandestine Témoignage chrétien, que le titre « n’était pas antivychissois politique, mais antinazi spirituel », P. Droulers, op. cit., note 42, p. 355.

43 Norbert de Boynes, « Mes Révérends Pères et mes bien chers Frères », 12 juillet 1941, (Extraits du texte dans R. Bédarida, Pierre Chaillet...., op. cit., p. 107‑108 et dans J. Lacouture, Jésuites, op. cit., p. 356. Texte intégral aux AFSI.) Le père de Lubac qui s’était d’autant plus senti concerné par la lettre que des dénonciations de son « action politique » étaient parvenues jusqu’au père‑assistant de Boynes, demanda peu après un entretien avec lui afin de pouvoir se justifier. Le père de Boynes ayant refusé de le rencontrer, le père de Lubac adressa, le 24 juillet 1941, une lettre au provincial de Lyon pour lui dire son trouble et la peine que lui avait causé, au-delà des dénonciations, l’attitude du père de Boynes. Il réaffirmait au passage son devoir, « en conscience », d’agir comme « prêtre », contre « l’hitlérisme anti‑chrétien », H.de Lubac, Mémoire sur l’occasion de mes écrits, Namur, Culture et Vérité, 1989, p. 249‑251.

44 P. Droulers, op. cit., p. 348. Déjà suspect pour les allemands qui avaient inscrit sur la liste « Otto » son antinazie Épreuve de force, Réflexions sur la crise internationale publiée après les accords de Munich, le père Fessard était aussi considéré comme « gaulliste » par ses supérieurs, R. Bédarida, Pierre Chaillet.., p. 104‑1051. En contrepartie de son refus, le provincial de Paris avait proposé les noms des PP. Barjon, Doncceur et du Rostu, G. Desbuquois, « Présence ».

45 Voir supra note 34.

46 G. Desbuquois, « Notes », juillet 1940, « Présence », fonds « Action populaire ».

47 Le père Jalabert avait refusé de voir le nouveau titre reprendre le nom des Études. Construire qu’il parviendra à faire paraître en janvier 1941, devait donc être, même sans périodicité du fait de l’interdiction par les Allemands des revues et périodiques autres que les journaux, son sous-titre « Études et Croquis » le rappelant discrètement, dans la ligne des Études d’avant‑guerre. Le père Desbuquois qui trouvait que de toute façon le terme d’Études ne répondait « à aucune réalité actuelle » parce que trop « générique », « tellement général qu’il est éternel » choisit l’appellation « Cité Nouvelle » comme symbole de ce que promettait la « Révolution nationale » [G. Desbuquois, « Notes manuscrites », dossier « Présence » ; « France neuve, Les vérités retrouvées », n°1, 10 janvier 1941].

48 Courriers, France‑Levant, n°68, janvier‑février 1941.

49 Les PP. Barjon, Doncœur, Fessard (qui regagnera Paris en octobre 1941) et du Rostu, P. Droulers, op. cit., p. 348.

50 F. Datin, « Réunion des PP. provinciaux (avec le R.P. Assistant), Essai d’explication du conflit Cité NouvelleConstruire », 18 avril 1941, AFSI, dossier « Études ».

51 F. Datin, idem. Sur le conflit voir aussi F. Mabille, Études 1939‑1944, problèmes politiques et religieux : une revue dans l’exercice douloureux de sa liberté, Mémoire de maîtrise, Paris IV, 1987, p. 72‑83.

52 Victor Dillard, « Témoignage sur Vichy », début 1943, Dossiers « V. Dillard », AFSI.

53 Cité par Jean Lestavel, « Un itinéraire de chrétiens : de La Route à La Vie Nouvelle », Les catholiques français et l’héritage de 1789, colloque du Bicentenaire à l’Institut catholique de Paris, Beauchesne, 1989. p. 241.

54 « Présence », fonds « Action Populaire ».

55 Au 27 avril 1941, G. Desbuquois annonce 2 100 abonnés et 200 exemplaires vendus au numéro, F. Datin, cité.

56 « Notes sur Cité Nouvelle », 1943, Fonds « Action Populaire ».

57 La revue, dans son n°66 de janvier 1944, justifie sa nouvelle périodicité par la décision du Comité d’Organisation de la Presse de réduire de 50% la consommation de papier. Comme les autres revues bimensuelles Cité Nouvelle devient donc mensuelle tout en promettant une augmentation du volume de chaque livraison par la réduction « massive » du tirage et la suppression de la vente au numéro.

58 F. Datin, cité. À ses débuts, Construire avait été diffusée en zone libre. Après une interruption de deux années, elle le fut à nouveau à partir de 1943. Malgré une parution très irrégulière (6 numéros en 1941, 3 seulement en 1942, 4 en 1943 et 2 en 1944) et même s’il est difficile d’en tirer une conclusion sûre en terme d’audience, son succès commercial, pour ne s’en tenir qu’aux ventes, semblait cependant bien réel puisque le volume 10, paru en 1943, annonçait l’épuisement des précédents volumes et proposait le rachat des exemplaires que leurs propriétaires ne voudraient pas conserver.

59 Par « reprise en main » il faut entendre le fait qu’un même exemplaire peut être échangé, en dehors même d’un foyer, entre plusieurs personnes.

60 La censure n’était pas toujours une contrainte. Pierre Limagne notait dans ses Éphémérides…, à la date du 29 juin 1941, que parmi les thèmes imposés, celui des chantiers de jeunesse n’était « pas gênant », P.Limagne, Ephémérides de quatre années tragiques, La Bonne Presse, 1947, réédition 1988. Cité Nouvelle publiait au même moment, dans son numéro 13 du 10 juillet 1941, un article de Pierre De La Tour intitulé « Le Maroc, Chantier de jeunesse » dont l’enthousiasme paraissait fort bien s’accommoder des contraintes imposées à la presse.

61 22 numéros en 1941, 22 en 1942, 21 en 1943 et 6 en 1944.

62 . Courriers, France‑Levant Janvier‑février 1941, n°68.

63 C’est le cas, par exemple, du texte de G. Fessard, « Du sens de l’histoire », paru dans le numéro 4. En espérant que les lecteurs [lui] trouveront encore […] un intérêt actuel », la rédaction le présente comme une conférence prononcée le troisième dimanche de l’Avent. Elle ne précise évidemment pas que cette prédication peu « conformiste », faite à Vichy, a déclenché un véritable scandale.

64 Le n°42 du 25 novembre 1942 a publié des « Éphémérides » tandis que les numéros 57, 58 et 59 de l’été 1943 ont présenté les « Événements ».

65 Les n°57, 58, 60, 62 à 66 présentent « Les livres ». le n°65 une « Chronique bibliographique » tandis que les n°68 à 71, sans véritable changement de forme, concilient les deux appellations sous le titre de « Chronique bibliographique ‑ revue des livres ».

66 Courriers, France‑Levant, mars‑avril 1942, n°74.

67 Numéro 59 du 15 septembre 1943. V. Dillard signera encore un article, « La JEC a quinze ans, Continuité et dynamisme » dans le n°63 du 25 novembre 1943. Parti peu de temps après en Allemagne comme aumônier clandestin du STO, il devait périr à Dachau en janvier 1945.

68 La note d’orientation du 26 mars 1941 précise le devoir de « neutralité de la presse à l’égard des conflits internationaux », P. Limagne, Éphémérides de quatre années tragiques, La Bonne Presse, 1947. réédition. 1988.

69 Courriers..., op. cit.. Pierre Faure rédigea les « Regards sur le monde » des n°1, 3, 57, 9, 11, 13, 19, 21 en 1941, 23, 25, 27, 29, 31, 33, 35, 37 38 40 et 42 en 1942 et 48, 51, 55 et 58 en 1943.

70 René Vallet, n°4, 6, 8, 10, 12 et 16 de 1941 ; Gabriel‑Louis Jaray. N°45, 60, 62, 64 en 1943, 69 et 70 en 1944 ; Hervé Plomarech, n°59 ; Alfred de Soras : n°65 en 1943 et 67 en 1944.

71 Jean Lucien‑Brun consacre cinq articles à la papauté, à l’ordre juridique de la paix et au marché noir tandis qu’Henri Rondet inaugure en 1942 une participation suivie consacrée aux questions théologiques dans les numéros 28 et 33 en 1942, 47, 55 et 62 en 1943 et 68 en 1944.

72 « Regards sur la France et sur le monde », daté 1er janvier 1941, n°1, 10 janvier 1941. Le 28 juin 1940, le Cardinal Gerlier avait déclaré que « les décisions couvertes de l’autorité de Pétain, de Weygand sont, d’évidence, les seules possibles ».

73 L. Barde, « Regards sur la France », n°4, 25 février 1941.

74 « Regards sur la France et sur le monde », daté 1er janvier 1941, n°1, 10 janvier 1941.

75 Idem. N°1, 10 janvier 1941.

76 « Chronique de la vie française » (Ch. V. f,) n°6, 25 mars 1941.

77 « Ch. V. f. », n°6, 25 mars 1941.

78 « Ch. V. f.», n°17, 10 octobre 1941.

79 « Ch. V. f. », n°1, 10 janvier 1941.

80 Cité par J. Duquesne, Les Catholiques français sous l’occupation, Grasset, 1966, p. 59.

81 P. Doncœur, « Philippe Pétain Maréchal et chef de France », n°8, 25 avril 1941.

82 « Regards sur la France et sur le monde », n°1, 10 janvier 1941.

83 G. Desbuquois, « France neuve, les vérités retrouvées », n°1, 10 janvier 1941.

84 V. Dillard, « Prière pour l’année qui vient », n°2, 25 janvier 1941.

85 G. Fessard, « Du sens de l’histoire », n°4, 25 février 1941.

86 Il suffit pour s’en convaincre de s’intéresser à l’enseignement de l’histoire dans les écoles libres. Sur ce sujet, voir J. Freyssinet‑Dominjon, Les manuels d’histoire de l’École libre, 1882‑1959, Paris, A. Colin, 1969.

87 H. de Lubac, « Explication chrétienne de notre temps ». n°18, 25 octobre 1941.

88 A. Desqueyrat, « Révolution nationale, Révolution française », n°2, 25 janvier 1941.

89 P. Doncœur résume bien cette idée d’une occasion offerte à la France d’opérer sa rénovation. Dans le premier numéro de janvier 1941 des Cahiers sainte Jehanne, il écrivait que « jamais nous n’avons vu s’ouvrir devant nous aussi larges, aussi droites, aussi simples, les voies de l’Évangile ». Un peu plus loin il écrivait encore que « c’est une occasion unique, une occasion brève qui peut ne pas revenir. Allons‑nous la perdre et par là mériter le mépris des hommes et la colère de Dieu ? », P. Doncœur, « A mi chemin... ? », Cahiers du cercle sainte Jehanne, janvier 1941.

90 « Ch.v.F », n°9, 10 mai 1941.

91 L. Barion, « La littérature doit‑elle et peut‑elle être dirigée ? », n°1, 10 janvier 1941.

92 A. Desqueyrat, « La nouvelle loi sur le divorce », n°10, 25 mai 1941 ; « Chronique sociale : condition prolétarienne et corporation », n°19, 10 novembre 1941.

93 L. Berne, « Proxénétisme et prostitution », n°6, 25 mars 1941. Le père Berne profitait de cet article commandé par l’actualité juridique pour ouvrir une brèche de taille dans la conception catholique traditionnelle sur la prostitution. Cf. Ch. Chauvin, Les chrétiens et la prostitution,Cerf, 1984.

94 S. de Lestapis, « Valeur politique de la famille », n°2, 25 janvier 1941 ; « Réhabilitation de l’éducation familiale et ménagère », n°9. 10 mai 1941 ; G. Robinot‑Marcy, « Les chantiers de la jeunesse », n°2, 25 janvier 1941, « Cœurs français », n°13. 10 juillet 1941.

95 « Ch. v. f. », n°17, 10 octobre 1941.

96 Idem.

97 « Ch. v. f. », n°17, 10 octobre 1941.

98 G. Jarlot, « Charte du travail et catholiques sociaux »,n°23, 10 janvier 1942.

99 Le 28 janvier 1941, les services de la Censure intimaient, dans leur consigne n°127, de « ne pas laisser passer la déclaration de M. J. Chevalier sur l’enseignement religieux et les subventions aux écoles libres », P. Limagne, Éphémérides... op. cit.].

100 « Actualités et documents », n°9. 10 mai 1941.

101 P. Faure, « La formation des instituteurs », n°1, 10 janvier 1941 ; « La réforme de l’enseignement secondaire », n°16, 10‑25 septembre 1941.

102 « Révolution nécessaire, Les dimensions spirituelles d’un Ordre nouveau », Renouveaux, n°10, 15 février 1941. La quatrième page de couverture porte la devise de l’État français, « Travail, Famille, Patrie ».

103 G. Desbuquois, « France neuve, Les vérités retrouvées », n°1, 10 janvier 1941.

104 A. de Soras, « Action catholique et action temporelle dans la France d’aujourd’hui », n°7, 10 avril 1941. Avant‑guerre, le père de Soras avait publié un ouvrage intitulé Action catholique et action temporelle, SPES, 1938, faisant autorité dans les milieux d’Action catholique.

105 A. de Soras, « La rencontre de l’État et de l’Église dans le service de la France », n°20, 25 novembre 1941.

106 Les mouvements de jeunesse de l’Action catholique avaient déjà expérimenté cette « mixité ». D’Albert Gortais, secrétaire général de l’ACJF, on avait pu lire, dans le n°3 de Cité Nouvelle le 10 février 1941, un texte intitulé « Les jeunes au service de la communauté française » où il était dit l’espoir que suscitait la création d’un « secrétariat général à la jeunesse ». Jean Peyrade, « routier » proche du père Doncœur, écrivait lui que « la Route correspond à l’idéal de formation du Maréchal », J. Peyrade,« La Route, école de vie », n°15, 10‑25 août 1941.

107 . G. Desbuquois, « Le concordat portugais, rénovation nationale », n°14, 25 juillet 1941.

108 Sur ce sujet, voir F. Delpech, « Le projet de concordat de l’été 1940 », Églises et chrétiens dans la IIe guerre mondiale, II La France, Lyon, PUL, 1982, p. 185‑188. F. Delpech confirme l’hypothèse de Jacques Duquesne et réfute celle de l’historien italien F. Magiotta Broglio. L’initiative d’un nouveau concordat, loin d’être le fait de la papauté plutôt méfiante, remonterait à l’été 1940 quand Mgr Chollet, évêque particulièrement pétainiste dont la position allait bien au-delà de la simple soumission au « pouvoir établi », suggéra la signature d’un nouveau texte concordataire. Mais confrontée à la double réticence du Vatican et des évêques français, l’idée ne put finalement s’imposer. En effet, pour les évêques et cardinaux français réunis au sein de l’ACA, un « accord » suffisait en permettant au passage d’éviter un engagement trop marqué de l’Église aux côtés de Vichy.

109 P. Doncœur, « L’engagement, dialectique de la conscience civique », n°21, 10 décembre 1941. Cf. B. Comte, Une utopie combattante, l’École des cadres d’Uriage, 1940‑1942, Fayard, 1991, p. 324‑325.

110 A. de Soras, « Action catholique et action temporelle dans la France d’aujourd’hui », n°7, 10 avril 1941.

111 Constitutions, Partie VI, chapitre 1, 547.

112 V. Dillard, « Vichy 1941, essai de psychanalyse spirituelle », n°22, 25 décembre 1941.

113 V. Dillard, « Chronique économique : l’action économique en France depuis l’armistice », n°25, 10 février 1942. Suite à cet article qualifié par son auteur lui‑même de « tendancieux », Dillard est reçu par F. Bouthillier. Mais au Père qui voulait profiter de cette occasion pour dire « la gravité du divorce entre la politique sociale affirmée par le Maréchal et la politique que suit son ministère », le ministre rétorqua qu’il ne saurait être plus social dès lors qu’il « donne cent millions pour l’organisation du comité de la Charte du Travail ». Pour Victor Dillard, déçu, « il était inutile d’insister », V.Dillard, « Témoignage sur Vichy », 6 pages dactylographiées, AFSI.

114 Dans le premier numéro de Cité Nouvelle, le père Dillard avait reproché aux marins de Vichy de faire étalage de leur prestige d’invaincus, V. Dillard, « Vichy », n°1, 10 janvier 1941. Sur les sermons de V. Dillard à Vichy cf. contre‑amiral Dillard, La vie et la mort du R.P. Dillard, Les Œuvres françaises, 1947.

115 Construire de son côté avait publié dans son premier numéro un article non signé intitulé « Algérie, automne 1940 ». Dans son avant‑dernier paragraphe on pouvait lire ceci : « La reconstruction nationale entreprise par le maréchal Pétain comporte des mesures d’assainissement moral aussi utiles à l’Algérie qu’à la France. Parmi ces mesures, citons le nouveau statut des juifs (loi du 7 octobre) paru dans les journaux algériens du 19 octobre. Quelques semaines plus tôt, le décret Crémieux avait été rapporté. On se rappelle que ce décret, signé le 24 octobre 1870, faisait accéder en bloc les indigènes israélites à la qualité de citoyens français. C’était une faute et une erreur que nous avons été bien près de renouveler, à la veille de la guerre, en faveur d’autres indigènes. Le rapport de ce décret n’a suscité aucun trouble parmi la population, point de manifestations antisémites, point de vitres brisées aux devantures des ‘entreprises juives’, qu’aucune affiche jaune ne signale à l’attention des non‑avertis. Et les juifs d’Algérie, fixés au milieu des populations arabe et berbère depuis huit ou dix siècles, continuent à vivre et à commercer comme par le passé, mais sans les privilèges de citoyenneté que le décret d’un coreligionnaire leur avait si malheureusement octroyés ».

116 « Regards sur le monde », n°7, 10 avril 1941.

117 M. R. Marrus, R. O. Paxton, Vichy et les juifs, Calmann‑Lévy, 1981, réédition Le Livre de Poche, 1993, p.280.

118 Xavier de Montclos, Les chrétiens face au nazisme et au stalinisme, L’épreuve totalitaire, 1939-1941, Plon 1983, réédition. Bruxelles, Complexe, 1991, p. 29.

119 Dans sa lettre du 12 décembre 1941, V. Dillard écrivait à H. de Lubac qu’« il serait bon que le Cardinal soit au courant, et, si l’on pouvait obtenir de lui une déclaration officielle sur la question religieuse juive, je crois qu’elle pourrait passer, pendant qu’il en est temps encore. L’avenir ne nous appartient pas. Je suis d’autant plus désolé, qu’il y a déjà un an, j’ai supplié le P. Desbuquois et autre de prendre position dans Cité Nouvelle ou dans Renouveaux. Il me semblait que c’était notre devoir. Maintenant, il est trop tard », H. de Lubac, Mémoire sur l’occasion de mes écrits, Namur, Culture et Vérité, 1989, p. 571. Sur les initiatives catholiques lyonnaises hostiles à l’antisémitisme au cours de l’année 1941, voir B. Comte, « Conscience catholique et persécution antisémite, L’engagement de théologiens lyonnais en 1941‑1942 », Annales ESC, mai‑juin 1993, p. 635‑654.

120 Au cardinal Gerlier qui l’avait consulté pour connaître son avis sur une étude consacrée au « judaïsme en France », G. Desbuquois répondra, le 2 octobre 1941, que si l’antisémitisme n’était certes pas fondé du point de vue doctrinal, il n’en était pas moins vrai que partout et de tout temps les juifs suscitaient l’hostilité contre eux, Information aimablement transmise par B. Comte. Avec le dossier qu’elle accompagne, cette lettre est issue des « Archives Gerlier » que B. Comte a pu consulter durant les travaux de la « Commission Touvier ». P. Droulers rapporte que le père Desbuquois, dénoncé le 14 février 1942 par le père Joseph Catry dans Je suis partout comme « favorable à la juiverie européenne et américaine », fut révolté par l’intensification de la chasse aux juifs durant l’été 1942. « Au point qu’il parle de saborder ses revues par quelque article vengeur ». Le jésuite Joseph Catry qui reprochait au père Desbuquois « de n’avoir pas été intégré à l’AP » sera exclu de la Compagnie, P. Droulers, « Catholiques sociaux et révolution nationale, été 1940‑avril 1942 », Églises et chrétiens dans la IIe guerre mondiale. II La France, Lyon, PUL, 1982, p. 218‑219.

121 P. Droulers, op. cit., p. 357.

122 « Ch. V. f. », n°8, 25 avril 1941.

123 « Ch. V. f», n°14, 25 juillet 1941.

124 En fait l’« Union générale des juifs de France »

125 « Ch. V. f », n°24, 25 janvier 1942.

126 P. Doncœur, « Péguy et la Révolution », n°24, 25 janvier 1942, « Produire... d’abord des Français », n°25, 10 février 1942 et n°29, 10 avril 1942.

127 P. Doncœur, « Péguy et la Révolution », n°24, 25 janvier 1942.

128 P. Doncœur, Péguy, La Révolution et le sacré, L’Orante, 1942. Paru en avril, l’ouvrage suscita aussitôt une vive controverse au sein de la Compagnie de Jésus. Le 2 mai 1942, le père Fontoynont adressa au père provincial de Lyon une lettre dans laquelle il disait son inquiétude à la lecture de l’ouvrage du « bon père Doncœur ». Parce que certaines pages du livre « portent sur le point le plus dangereux de tous aujourd’hui : le danger de livrer notre activité sociale à une mystique étrangère au christianisme, ce qui est pire que la laïcité, et, graduellement, à une véritable idolâtrie du "chef" et de la "nation" ». Victor Fontoynont qui rappelait au passage qu’il avait déjà fait, « lors de la conférence [que le père Doncœur] avait faite [à Fourvière] cet hiver [...], des réserves qui [lui] valurent les félicitations du RP Recteur et de presque tous les professeurs », V. Fontoynont, « Lettre au RP provincial », 2 mai 1942, AFSI. Le père Fraisse se souvient encore aujourd’hui du silence glacé que les scolastiques jésuites de Fourvière avaient de leur côté opposé au père Doncœur lors de sa conférence, Témoignage de L. Fraisse, 9 mars 1994. Du fait de cette controverse, mais aussi des circonstances de l’été 1942, une deuxième version de l’ouvrage fut publiée, sans mention d’une « nouvelle édition », en octobre 1942. Les citations de textes d’Hitler disparurent alors et les passages les plus critiqués, parmi lesquels les références à la révolution nationale, « notre révolution » furent éliminés au profit des « principes de gouvernement définis par le maréchal ».

129 Stanislas Fumet dira plus tard comment des « gaullistes dès le départ » comme Claudel ont cru longtemps à une entente de Gaulle‑Pétain et comment, à Lyon en particulier, il avait été difficile de remettre en cause cette idée jusqu’au retour de Pierre Laval au pouvoir en avril 1942, S. Fumet, Histoire de Dieu dans ma vie, Fayard‑Mame, 1978, p.437‑438. Il est aussi vrai que cette idée n’a pas pris fin avec la Libération...

130 En mai 1942, les jésuites conclurent qu’il « ne peut être question, semble-t‑il, de renoncer à Cité Nouvelle, la seule revue catholique de ce genre, et qui tend à pénétrer tous les milieux même officiels », Notes dactylographiées, mai 1942, fonds «Action populaire ».

131 «Ch. V. F », n°32, 25 mai 1942.

132 Idem.

133 « Ch. V. F. », n°32, 25 mai 1942. Le juriste Auguste Rivet consacrera deux articles dans les n°32 du 25 mai 1942 et n°37 du 10‑25 août 1942, à la question du statut des congrégations.

134 A. Desqueyrat, « Esprit des concordats récents », n°28, 25 mars 1942.

135 J. Roche, « Mission spirituelle de la France », n°32, 25 mai 1942. Les propos du père Roche ne furent sans doute pas de nature à satisfaire le père Desbuquois. P. Droulers raconte comment le directeur de l’Action populaire, se sentant désavoué par son proche collaborateur sur son attitude vis-à‑vis de Vichy lui avait dit un jour qu’il n’avait plus sa place au sein de l’institut d’études sociales. En juillet 1942, le père Desbuquois disait à un jeune père que le gouvernement, sans être « parfait », était cependant « mieux que rien ». Il concluait ainsi : « Marchons, non pas suivons ; mais soyons loyaux ; de là à emboîter le pas pour tout, collaboration, non ! c’est très délicat », P. Droulers, op. cit., p. 352, note 34.

136 V. Dillard dénonça dans son sermon du 24 juin l’oppression dont les juifs étaient victimes depuis l’obligation du port de l’étoile jaune en zone occupée le 29 mai 1942. « Pensons aux 8 000 français que l’on est en train de bafouer avec une étoile jaune... pensons à tout ce que l’on sème en France de haine et d’esprit de division, de rancune et de désir de vengeance », Cité par le CA Dillard, Vie et mort..., p. 254. Le 6 juillet, il adressera aussi une lettre à l’amiral Platon pour dénoncer le sort fait aux juifs. L’amiral répondit furieusement le 19 juillet qu’il considérait cette démarche comme une « impertinence », « Dossiers Dillard », AFSI.

137 N°38, 10‑25 septembre 1942.

138 H. de Lagrevol, « Face à la beauté. La réaction de l’homme devant le beau », n°41, 10 novembre 1942, Xavier Tilliette, « Profil spirituel de Mallarmé ». n°42, 25 novembre 1942.

139 « Ch. V. F. », n°40, 25 octobre 1942.

140 A. Desqueyrat, « Chronique sociale : Condition prolétarienne et civilisation », n°44, 25 décembre 1942. Dans une précédente chronique publiée dans le n°36 du 25 juillet 1942, A. Desqueyrat avait déjà défendu l’existence des syndicats en admettant que la Charte n’était pas « l’idéal ».

141 Idem.

142 Ibidem.

143 « Ch. V. f.», n°42, 25 novembre 1942.

144 « Ch. V. f. », n°44, 25 décembre 1942

145 P. Doncœur, « À la lumière du Puy, pour l’étape nouvelle », n°39, 10 octobre 1942. Dans un article des Cahiers Sainte‑Jehanne qu’il dirige et anime, le père Doncœur qualifie l’événement du Puy de « miracle». La France n’a certes pas encore terminé son chemin de pénitence mais les échecs, perçus comme des grâces, doivent « provoquer » la jeunesse et la pousser à agir. Critiqué à cause de son engagement en faveur du maréchal, P. Doncœur choisira peu de temps après le mutisme, D. Avon, Paul Doncœur, 1880‑1961, jésuite, « père » d’une génération, Mémoire de DEA, Université Paul Valéry, Montpellier, juin 1994.

146 P. Laborie, « 1942 et le sort des juifs, Quel tournant dans l’opinion », Annales ESC, mai‑juin 1993, p. 655‑666.

147 R. Bédarida a fait remarquer que Pierre Chaillet lui‑même ne voyait dans les mesures antisémites de Vichy que la conséquence d’une pression des allemands : R. Bédarida, Pierre Chaillet..., p. 162, note 61.

148 Dans le numéro 39 de Cité Nouvelle du 10 octobre 1942, un certain Michel Gory (pseudonyme de M. Rigaux) qui rendait compte du livre de Paluel‑Marmont, Pétain, s’inquiétait désormais des débordements du culte maréchaliste : « Parmi les formules il faut rejeter nettement celle‑ci : "Et la France en prière répéta : O toi, mon Sauveur, sauve moi !" Cette prière, ce Sauveur à majuscule, cette copie laïque de la liturgie chrétienne, non, cela ne peut plaire ni au Maréchal ni au lecteur ». Au même moment, le cardinal Suhard expliquait à ses prêtres que « le loyalisme n’implique pas que notre ministère ecclésiastique soit subordonné au Pouvoir établi. Il n’implique pas davantage l’adulation des hommes qui exercent ce pouvoir, si méritants soient‑ils », texte repris par Cité Nouvelle dans son n°53 du 10 mai 1943. C’était cependant plus d’un an après Mgr Feltin qui, dès le 23 janvier 1941, prévenait que le « respect dû à l’autorité ne demande pas que nous déifions celui qui le personnifie », Cité par J. Duquesne, « Les grandes illusions des évêques », Dossier : « Les catholiques sous Vichy », Notre Histoire, septembre 1994, p. 25.

149 En septembre 1942, Victor Dillard écrit à son frère que « créer la division chez nous c’est peut être faire le jeu de l’Allemagne. Nous ne gagnerons rien, au contraire, à une révolution intérieure... La France est dans un bien triste état [...] pourtant, il faut que le maréchal reste, sans quoi ce serait une décomposition du pays sur le type espagnol : mais il est prisonnier de fait ». Optimiste, il termine cependant sa lettre en expliquant que l’Allemagne a perdu la guerre et que la victoire finale n’est plus qu’une question de temps. Cité par le Contre‑amiral Dillard, La vie et la mort du R.P. Dillard, Les Œuvres françaises, 1947, p. 247.

150 V. Dillard, « Vichy 1942, le mystère du maréchal (1) », n°45, 10 janvier 1943. L’article se présentait comme la première partie d’un texte plus long. Il resta cependant sans suite, les répercussions de ce texte ayant été telles que le gouvernement avait prié le père Dillard et les jésuites de quitter Vichy.

151 Idem.

152 Diffusé sous forme de tract durant l’année 1942, le texte du père Fessard stipulait ceci : dès lors que le régime de Vichy était soumis au joug du vainqueur nazi, sa servitude même, en empêchant la réalisation du « Bien Commun », libérait les catholiques de leur devoir d’obéissance. Fin 1942, Gustave Desbuquois répondait par la négative à la question, « Le prince esclave perd‑il son pouvoir d’obliger ? » Arguant du bien commun de fait, il considérait que Pétain n’était pas « un pur instrument du vainqueur ». Ce qui ne l’empêchait pas d’aider à la diffusion de Témoignage chrétien après avoir, de 1940 à 1941 diffusé des copies de l’encyclique antinazie « Mit brennender Sorge », P. Droulers, op. cit., p. 350, note 32 et p. 355.

153 G. Fessard, « Du sens de l’histoire », n°4, 25 février 1941.

154 Le texte intégral de la conférence, « Du sens de l’histoire », se trouve dans l’ouvrage de Gaston Fessard, De l’actualité historique, Desclée de Brouwer, 1960, tome 1, p. 77‑93.

155 J. Daniélou, « Péguy, poète national », n°10, 25 mai 1941. Cf. Jean Bastaire, « De la situation faite à Péguy sous la domination allemande (1939‑1945) », Bulletin de l’Amitié Charles Péguy, n°21, janvier-mars 1983, p. 6‑14 ; Géraldi Leroy, « Péguy l’inclassable », L’Histoire, n°158, septembre 1992, p. 60-63.

156 Trois ans plus tard, Yves de Montcheuil qui s’était porté volontaire pour apporter une aide spirituelle aux résistants du Vercors sera fusillé par les troupes allemandes.

157 N°48, 25 février 1943.

158 N° 52, 25 avril 1943.

159 N°59, 15 septembre 1943.

160 N°60, 10 octobre 1943. Le recueil des études du père de Lubac sur l’athéisme contemporain sera publié en 1944 sous le titre Le drame de l’humanisme athée.

161 Les textes du père Coulet, prédicateur à l’occasion des carêmes 1940, 1941 et 1942 avaient été repris et publiés en brochures par l’Apostolat de la Prière. Au début de l’année 1942, celui que J. Lacouture qualifie « d’inquisiteur jésuite » avait publié, toujours aux éditions de l’Apostolat de la Prière, un recueil de cinq de ses conférences sous le titre Les catholiques et la Révolution nationale. Dans ce livre, il écrivait que « ce n’est pas en critiquant tout et en refusant de participer à ce grand effort de renouvellement, si pénétré de très authentiques idées chrétiennes, qu’on peut se dire bon serviteur du Pays et bon chrétien », précisant qu’« avec la remise en honneur et en valeur des "forces spirituelles" qui, jadis, ont fait la France, postule en définitive le retour à la foi chrétienne qui l’a jadis animée ».

162 P. Coulet, « Force et charité », n°43, 10 décembre 1942.

163 J. Lucien‑Brun, « Parmi les acteurs du drame. La conception allemande de l’ordre juridique », n°48, 25 février 1943.

164 H. de Lubac, « Le drame de l’humanisme athée », n°30, 25 avril 1942 ; « Le combat spirituel, christianisme de force ? », n°65, 25 décembre 1943.

165 J. Palois, « Un trait distinctif de l’âme russe », n°31, 10 mai 1942 ; « Pouchkine et le rêve russe », n°38, 10 déc. 1942 ; « La diaspora russe, Une littérature d’émigrés », n°64, 10 déc. 1943. Pierre Dejean, « Actualités et documents, L’Église russe et l’émigration, L’Église russe et les slaves catholiques », n°63, 25 nov. 1943.

166 V. Dillard, « Chronique économique : le plan Beveridge », n°48, 25 février 1943 ; « Le problème social de l’hôtellerie », n°51, 10 avril 1943.

167 Dans son sermon du ler février 1942, Victor Dillard expliquait que si le communisme avait en Russie persécuté les religions, c’était parce « qu’en réalité, […] son adversaire était, lui aussi, d’ordre mystique et que la mystique communiste se devait de vaincre cet adversaire religieux pour établir sa religion à lui sur le monde », Cité par É. Poulat, Naissance des prêtres ouvriers, Tournai, Casterman, 1965, p. 319. Le 11 mars 1943, rédigeant pour son ouvrage à paraître, Lettres à Jean‑Pierre, un texte intitulé « Afrique ou Allemagne ? » (finalement censuré, sans doute par les supérieurs jésuites), il conseillait le départ en Allemagne, non pas à cause de « l’obéissance au gouvernement » puisque « la déclaration des Évêques et des Cardinaux » y a mis fin, mais « au nom du secours spirituel [dû à des] frères [...] en danger, spirituellement et moralement ». Invoquant le discours de Noël 1942 et son « appel à la croisade sociale », il expliquait que « la lutte anticommuniste ne se joue ni sur le Dniepr ni en Tunisie, ni ailleurs, mais là où se trouvent les travailleurs français, c’est‑à‑dire en temps normal chez nous, et actuellement dans les camps d’Allemagne. C’est le retour de ces travailleurs qui décidera de notre avenir. Ce sont eux qui peut‑être marcheront sur Paris en masse pour opérer cette fameuse révolution dont on a tant parlé sans oser la faire », V. Dillard, « Afrique du Nord ou Allemagne ? », 11 mars 1943, Dossier « Dillard », AFSI. En octobre 1943, malgré les tentatives de conciliation du père Desbuquois auprès du Cabinet du Maréchal, le Père Dillard, « peu conformiste » (G. Desbuquois, « Présence »), est jugé indésirable à Vichy par le Gouvernement. Avec le Père Dillard qui avoue de toute façon qu’« il n’y a plus rien à faire à Vichy » (Contre‑amiral Dillard, La vie et la mort du R.P. Dillard, Paris, Les oeuvres françaises, 1947, p. 257), les jésuites de l’ex‑Action populaire se réinstallèrent à Vanves en septembre 1943. C’est là, les 4 et 5 octobre, à l’occasion des « Journées de l’Action populaire » que le père Dillard prend la parole pour attirer « l’attention sur l’aspect nouveau du communisme actuel : aux éléments spirituels qu’il avait déjà intégrés : idée de justice, de fraternité, conception plus spirituelle de l’homme et du monde, le communisme s’est ajouté l’auréole de ses "martyrs" depuis trois ans, d’où son prestige. Quelle figure fera-t‑il demain, surtout après la rencontre des prolétaires de tous les pays en Allemagne, c’est ce qu’on doit suivre de très près », « Journées de l’Action populaire », 4‑5 octobre 1943, 3 pages dactylographiées, Fonds « Action populaire », AFSI. Après un rapide apprentissage, le père Dillard, qui avait reçu du père Michel Riquet des faux‑papiers le présentant comme un électricien originaire de la Creuse marié et père de cinq enfants, partit pour l’Allemagne. Rapidement démasqué par la Gestapo, il devait être d’abord emprisonné avant d’être ensuite interné au camp de Dachau où il mourut en janvier 1945.

168 Y. de Montcheuil, « Nietzsche et la critique de l’idéal chrétien », n°12, 25 juin 1941.

169 Y. de Montcheuil, « La loi d’amour, Insatisfaction du chrétien », n°33,10 juin l942.

170 Y. de Montcheuil, « La loi d’amour, Insatisfaction du chrétien », n°33, 10 juin 1942.

171 Henri de Lubac, « Explication chrétienne de notre temps », n°18, 25 octobre 1941.

172 H. de Lubac, « Paradoxes autour de l’adaptation », n°46, 25 janvier 1943.

173 « Réflexions sur l’idée de Dieu », n°26, 25 février 1942 ; « En pensant à Dieu », n°67,10‑25 février 1944.

174 Sur Dieu Vivant voir É. Fouilloux, « Une vision eschatologique du christianisme : Dieu Vivant (1945‑1955) », RHEF, 1971, 1, p. 47‑72. (Repris dans Au cœur du XXème siècle religieux, Éditions ouvrières, 1993, p. 277‑305).

175 C’est en 1941 qu’un article de l’Osservatore romano dénonce les « nuove tendenze teologiche » au nom desquelles Henri de Lubac sera, avec d’autres, condamné en 1950.

176 A. Desqueyrat, « Nouveaux chrétiens et vieux problèmes, essai de psychologie religieuse », n°66, 10‑25 janvier 1944 ; F. Varillon, « Le christianisme a-t‑il dévirilisé ? », n°68, 10‑25 mars 1944.

177 M. Rigaux, « Un penseur chrétien, en cultivant les ceps de l’Ardèche », n°38, 10‑25 sept. 1942. A. de Soras reviendra sur le sujet l’année suivante avec « Contrôle d’un diagnostic, jugements sur la physiologie sociale de M. Thibon », n°63, 25 nov. 1943.

178 G. Didier, « Valeurs tragiques et valeurs chrétienne », n°39, 10 oct. 1942.

179 A. Bremond, « La sagesse d’Alain, philosophie et religion du refus », n°50, 25 mars 1943.

180 J. Huby, « La Reine morte, Montherlant aborde le théâtre », n°52, 25 avril 1943.

181 J. Roussel, « Soeren Kierkegaard, l’orgueilleux à la rencontre de l’angoisse moderne », n°62, 10 nov. 1943.

182 J. M. Leblond, « Philosophies du désespoir, de Malraux à Sartre », n°70, 10‑25 mai 1944.

183 H. de Lubac, « Jeunesse de l’Église », « Revue des livres », n°45, 10 janvier 1943.

184 Général Héring, « Le problème du front chrétien unique», n°47, 10 février 1943. Cf. aussi É. Fouilloux, « Une épreuve tonique », Les catholiques et l’unité chrétienne du 19ème au 20ème siècle, itinéraires européens d’expression française, le Centurion, 1982, p. 474.

185 M. Villain, « Chronique du protestantisme : un mystique paysan », n°51, 10 avril 1943.

186 H. Rondet, « Les origines humaines et la théologie, problèmes pour la réflexion chrétienne », n°55, 10 juin 1943.

187 V. Dillard, « Témoignage sur Vichy », début 1943, AFSI.

188 R. Hamel, « Du style de vie des élites », n°56, 25 juin 1943.

189 Y. de Montcheuil, « Pour un apostolat spirituel », Construire, 1944.

190 V. Dillard, « Témoignage sur Vichy », début 1943, AFSI. Le père Dillard qui fait le récit d’une entrevue qu’il a eue avec Philippe Pétain à la fin de l’année 1940, écrit que « le Maréchal [l’]avait écouté avec intérêt puis, finaud, [avait répondu] : Je voudrais bien que vous me fassiez proposer cela par les évêques... »

191 P. Doncœur, « Chronique liturgique : pour une renaissance du chant religieux populaire », n°57, 15 juillet 1943.

192 A. Desqueyrat, « Nouveaux chrétiens et vieux problèmes, essai de psychologie religieuse », n°66, 10‑25 janvier 1944.

193 P. Doncœur, « La France pays de mission ? Le problème du prolétariat païen », n°67, 10‑25 février 1944.

194 Y. de Montcheuil, « Pour un apostolat spirituel », Construire, 1944.

195 Sur l’attitude des Français durant l’Occupation, l’historien Philippe Burrin vient de proposer, dans son étude La France à l’heure allemande, une nouvelle clef de lecture avec le concept d’« accommodation ». Débordant le traditionnel schéma « collabo‑résistant », l’analyse de Philippe Burrin permet ainsi de voir dans l’action du père Jalabert, illustrant à la fin de l’année 1940 l’attitude des autorités jésuites, l’exemple d’une « accommodation d’opportunité ». Philippe Burrin, La France à l’heure allemande, Seuil, 1995.

196 La comparaison de l’évolution de l’opinion exprimée par Cité Nouvelle avec l’opinion générale de la population française révèle une presque quasi‑similitude. Cf. sur ce sujet, Jean‑Marie Flonneau, « L’évolution de l’opinion publique de 1940 à 1944 », J.‑P. Azéma, F. Bédarida, Vichy et les Français, Fayard, 1992, p. 506‑522.

197 A. Desqueyrat, « Compte rendu du livre de F. Perroux, Le sens du nouveau droit du travail », n°71, 10‑25 juin 1944.

198 à la veille de la guerre, la conscience personnelle avait déjà retrouvé une certaine place dans la pensée catholique à la faveur de la fin d’un « extrinsécisme » (Blondel) qui niait la rédemption opérée par la grâce de l’incarnation et diminuait par là-même la valeur de la pensée individuelle. Mais, si dans l’hiver 1939‑1940, le cardinal Tisserant pressa bien Pie XII de publier une encyclique « sur le devoir individuel d’obéir au dictamen de la conscience [...] point vital du christianisme », le projet n’aboutit pas, Cf. X. de Montclos, Les chrétiens face au nazisme et au stalinisme. L’épreuve totalitaire, 1939‑1945, Plon 1983, réédition, Bruxelles, Complexe, 1991.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Rocher, « Cité Nouvelle 1941-1944. Les jésuites entre incarnation et eschatologie », Chrétiens et sociétés [En ligne], 2 | 1995, mis en ligne le 08 juillet 2008, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/149 ; DOI : 10.4000/chretienssocietes.149

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • OpenEdition Journals