Navigation – Plan du site
Mélanges
Soutenances de thèses 2008

Laura Pettinaroli La politique russe du Saint-Siège (1905-1939) Thèse soutenue à l’Université Lyon 2, 3 vol., Thèse soutenue à l’Université Lumière-Lyon 2 29 novembre 2008

Jury : Alain Blum (EHESS), Philippe Boutry (Paris I), Jean-Dominique Durand (Lyon III, président du jury), Etienne Fouilloux (Lyon II), Claude Prudhomme (Lyon II, directeur de thèse), Rita Tolomeo (Roma - La Sapienza)
Paul Chopelin

Texte intégral

1Fruit de six années de recherches, cette thèse présente les politiques mises en œuvre par la papauté face aux bouleversements qui ont agité la Russie de 1905 à 1939. Pendant toute cette période, le monde russe a été perçu par Rome à la fois comme une énigme et comme un défi sur le plan politique, économique, social et spirituel. Malgré la publication de quelques études récentes (Stehle, Zugger), des interrogations demeurent. Quels étaient les rapports avec l’État impérial après la révolution de 1905 ? Comment le Vatican négocia-t-il avec les gouvernements issus des révolutions de 1917 ? Comment la papauté s’informait-elle sur la situation russe ? Comment les décisions étaient-elles prises ? Quels étaient les ressorts proprement religieux de l’intérêt romain pour la Russie ? Pour répondre à ces questions, l’auteur s’est plongé dans les archives du Vatican (principalement les fonds de la Secrétairerie d’État, de la Congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires et de la Congrégation pour l’Église orientale), dans les archives des ministères des affaires étrangères français et russes, ainsi que dans les archives privées (diocèses et congrégations) et les grandes bibliothèques dans toute l’Europe. La thèse elle-même a été divisée en deux parties chronologiques, de part et d’autre de la rupture provoquée par la révolution de 1917. La première partie, recouvrant la période 1905-1917, s’attache à étudier les projets missionnaires romains en Russie et les relations avec le gouvernement impérial. Consacrée aux années 1917-1939, la deuxième partie est bien évidemment beaucoup plus longue (six chapitres sur neuf), mais permet de bien saisir les nouveaux défis posés au Saint-Siège par le communisme russe. Tout au long de ces trente années, Rome a voulu s’imposer comme un interlocuteur diplomatique à part entière avec l’État russe. De 1905 à 1927, il négocie de puissance à puissance, de façon officielle, mais, à partir de 1928, il doit mettre en œuvre une diplomatie officieuse afin de garder le contact avec Moscou, malgré le durcissement du régime. Le Saint-Siège est animé du souci constant de protéger les catholiques russes, ce qui l’amène à accepter des concessions en matière canonique, mais également à solliciter, non sans succès, l’aide internationale en faveur des chrétiens persécutés.

2L’ensemble du jury félicite tout d’abord l’auteur pour l’ampleur du travail de dépouillement archivistique effectué, mais également pour son investissement linguistique qui lui a permis d’étudier des sources écrites ou imprimées en italien, en anglais, en allemand, en russe et en polonais. C. Prudhomme souligne l’originalité de cette recherche qui a bénéficié d’une documentation largement inédite, notamment avec l’ouverture progressive des archives Pie XI à Rome (2006). P. Boutry signale à cette occasion la grande générosité intellectuelle de L. Pettinaroli, qui a toujours eu le souci de partager ses découvertes et d’orienter très aimablement les chercheurs néophytes dans les méandres des archives vaticanes. Sa thèse constitue un instrument de recherche de premier ordre en présentant de façon claire et synthétique les différentes institutions romaines, les sources disponibles, pour la plupart desquelles il n’existe pas d’inventaire ou même de classement, ainsi qu’une bibliographie quasi exhaustive sur le sujet. J. D. Durand regrette seulement que les archives des Assomptionistes n’aient pas été directement consultées, même si les nombreuses études consacrées à cette congrégation ont toutes été utilisées avec profit.

3C. Prudhomme et P. Boutry ont été très sensibles aux nuances apportées par l’auteur sur le dirigisme apparent de la papauté. Pour le cas russe, l’incertitude et les hésitations l’emportent bien souvent sur la planification descendante. L’Etat pontifical révèle à cette occasion sa fragilité et son impuissance politique. Mais, paradoxalement, L. Pettinaroli a bien montré que cette faiblesse a pu devenir une force : le Saint-Siège a dû apprendre à mobiliser ses troupes d’une façon non conventionnelle, en faisant appel à la charité ou en mobilisant les chrétiens par la prière en faveur de la Russie.

4L’autre grand apport de cette thèse est d’avoir décortiqué le mécanisme de la prise de décision romaine. Le dossier russe est réglé à Rome par un petit groupe d’hommes, parfois par le pape seul. La Commission Pro Russia, instituée en 1925, joue un rôle clé dans la collecte d’informations sur la Russie. Si le Saint-Siège n’est pas toujours très lucide, c’est surtout par le manque de fiabilité de ses sources, mais A. Blum souligne que cette situation est partagée par la plupart des pays occidentaux. R. Tolomeo et J. D. Durand ont apprécié pour leur part la grande attention portée aux différents niveaux de renseignements ainsi qu’à leur difficile utilisation : groupes d’experts plus ou moins crédibles, grand rôle des rumeurs, entreprises de désinformation en provenance d’URSS ou de groupes anti-communistes,…. Le travail de L. Pettinaroli permet enfin de réévaluer le rôle de Mgr Michel d’Herbigny, le personnage central de cette histoire, sur le compte duquel les chercheurs disposent désormais de renseignements fiables et de première main.

5Outre les excellentes mises au point en matière d’histoire des relations internationales et d’histoire institutionnelle de la papauté, P. Boutry a retenu la dimension anthropologique de cette thèse, notamment par l’analyse fine du « choc en retour » de l’échec de la mission russe sur le catholicisme lui-même : accentuation de l’autorité romaine, reconnaissance des rites orientaux, adoption des icônes dans la liturgie, intégration des textes orthodoxes au corpus catholique, etc. Pour E. Fouilloux, l’atmosphère de secret développée à Rome autour de la question russe relève également de l’analyse anthropologique et aurait pu faire l’objet d’une étude à part entière.

6D’une façon unanime, le jury remarque que la thèse présentée par L. Pettinaroli, avec ses trois volumes d’un total de plus de 1400 pages, dans une composition dense, s’apparente davantage aux anciennes thèses d’Etat qu’aux thèses nouveau régime. Cette remarque vaut aussi pour le fond, car l’auteur a su faire preuve d’un esprit de synthèse remarquable et, qualité rare, d’une grande maîtrise de l’historiographie internationale, y compris est-européenne. La clarté de la présentation et de l’expression a été particulièrement appréciée. E. Fouilloux aurait néanmoins souhaité une harmonisation de la graphie des noms propres dans le corps du texte, ainsi qu’une distribution plus équilibrée du plan (en trois parties, de part et d’autre des deux années charnières 1917 et 1929). Eu égard à l’intérêt du travail, l’absence d’index nominal et local a été également très regrettée. Le volume d’annexes présente une sélection de documents (textes, cartes, tableaux, photographies) judicieusement choisis, qui mériterait de figurer in extenso dans la version publiée de la thèse, que tout le jury attend avec la plus grande impatience.

7Au terme d’une courte délibération, le jury a accordé à la candidate le grade de docteur en Histoire, avec la mention très honorable et des félicitations unanimes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Chopelin, « Laura Pettinaroli La politique russe du Saint-Siège (1905-1939) Thèse soutenue à l’Université Lyon 2, 3 vol., Thèse soutenue à l’Université Lumière-Lyon 2 29 novembre 2008 », Chrétiens et sociétés [En ligne], 15 | 2008, mis en ligne le 12 septembre 2012, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/1632

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • OpenEdition Journals